Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vieillesse et vieillissement au Moyen Âge

La mauvaise vieillesse des Sept Sages de Rome

Régine Colliot

Texte intégral

  • 1 G. Paris. Deux rédactions du Roman des Sept Sages de Rome, Paris 1876 (SATF), Préface, p. 1.
  • 2 Li Romans des Sept Sages, publié par H.A. Keller, Tübingen, 1836.
  • 3 Le Roman de Laurin, fils de Marques le Sénéchal, publié par Lewis Thorpe, Heffer Cambridge, 1958.

1L’histoire des Sept Sages, originaire de l’Inde, comme le dit Gaston Paris1, parvient en Europe occidentale au cours du xiie siècle, puisque le roman latin de Jean de Haute Seille (Historia de Rege et Septem Sapientibus) date de la fin du xiie. J’ai retenu pour la présente communication les deux versions du xiiie éditées par G. Paris : les Sept Sages de Rome (manuscrit D, manuscrit dérimé) et l’Ystoire des Sept Sages (traduction française du manuscrit H proche du texte en vers (K) publié par Keller2. A ces deux récits, j’ai ajouté pour la mort des Sept Sages le Roman de Laurin, dans l’édition de Lewis Thorpe3.

2Si l’histoire des Sept Sages, de l’empereur, de son épouse et de son jeune fils varie par quelques détails dans les diverses versions, cependant le schéma général du conte, que nous rappelons brièvement, est constant.

  • 4 Deux rédactions du Roman des Sept Sages de Rome, op. cit., Préface, p. viii, et l’Ystoire des Sept (...)

3Un empereur, qui règne à la fois sur Constantinople et Rome, possède d’une première épouse irréprochable un très beau jeune fils, son héritier. A la mort de la première Impératrice, il confie son fils aux Sept Sages de Rome, personnages à la réputation de science et de moralité légendaire (dans la première version, l’empereur s’appelle Marcoméris, fils de Priam, dans la seconde, Poncianus)4. Les Sages sont des philosophes laïques, séparés du christianisme bien que dans une société chrétienne, des conseilleurs, qui inspirent les décisions graves ; ils apparaissent comme une institution de Rome, se succèdent de génération en génération ; quand l’un meurt, on le remplace pour parfaire le nombre fatidique de 7. Le récit se déroule d’ailleurs sous le patronage de ce chiffre : l’enfant perd sa mère à sept ans, est confié aux Sept Sages, qui doivent lui apprendre les sept arts : Bencillas, le plus âge des sages, les lui enseignera en sept ans, chacun des autres en décroissant d’une année.

4Mais l’empereur s’est remarié avec une belle femme hypocrite qui ne songe qu’à perdre son beau-fils ; elle conseille de le séparer de ses maîtres et de le faire venir à Constantinople. Avant ce voyage, les Sages et l’enfant consultent les astres et s’aperçoivent que ce dernier doit faire le muet pendant sept jours s’il veut avoir la vie sauve : ce qu’il fait. L’impératrice en profite pour l’accuser de tentative de viol sur sa personne ; l’enfant ne peut se disculper, et au cours des 7 jours de la semaine fatidique, les Sept Sages comme l’Impératrice prononcent sept contes à conclusion opposée, ceux des Sages prouvant que les femmes sont détestables, ceux de l’impératrice que les Sages hypocrites et les héritiers avides sont redoutables pour un monarque : à la fin l’enfant sera sauvé, et la marâtre périra brûlée vive.

5En quoi consiste cette “sagesse” des Sages ? Elle est avant tout lucidité à l’égard des autres hommes et prudence devant les événements. Dans cette première partie de leur vie, ils se montrent aussi bien intentionnés que secourables pour leur pupille ; ils n’ont pas de vie ni d’objectifs personnels, ils s’occupent uniquement de leur élève. Les deux versions offrent un portrait collectif de ces mentors, en précisant pourtant quelques caractères originaux pour chacun d’eux.

  • 5 Les Sept Sages de Rome, op. cit., p. 1 et L’Ystoire des Sept Sages, op. cit., pp. 58-59.

6Dans la première version : “Les Sept Sages de Rome”, ils sont nommés Bencilas, Lentulus, Cathon, Mauquidas, Gessé, Aussire et Méros. Certains de ces noms ont résonnance latine : Lentulus, Caton, d’autres, biblique, Jessé, d’autres, médiévale, Bancilas, Mauquidas. Dans l’“Ystoire des Sept Sages”, ces noms sont modifiés légèrement : Pancillas, Lentullus, Malquedrac, Craton, Josephus, Cléophas et Joachim (ces trois derniers font nette référence à la Bible)5.

  • 6 L’Ystoire des Sept Sages, op. cit., p. 58.
  • 7 Op. cit., p. 58.

7Les Sept Sages résident à Rome, même quand l’empereur vit à Constantinophe : ils semblent de toute antiquité faire partie des institutions politiques de la cité ; dans la version H (l’Ystoire des sept Sages), on lit la méditation de l’empereur : “Je n’ay que ung seul filz qui doit estre mon héretier. Bon sera qu’il apreigne science et doctrine au temps de la jeunesse affin que moien sapience yl puisse mieulx gouverner l’empire après mon décez”. A qui conseillent alors de s’adresser les satrapes et hommes prudents de l’empire ? : “Sire, a Romme sont sept sages qui surmontent tous maistres de sçavoir et toutes gens de lectres : bon nous semble qu’i soient demandés et que votre filz leur soit delivré pour aprendre et estre norry en sciences et bonnes meurs”. La réputation de savoir et de moralité des Sages est donc universelle67.

  • 8 Op. cit., pp. 58-59.
  • 9 Op. cit., p. 59.
  • 10 L’Ystoire des Sept Sages, op. cit., p. 60.

8Mandés à Constantinople, ils accourent docilement. L’empereur les appelle “mes chers amis” et déclare vouloir leur confier son fils unique ; le premier des maîtres (sans doute le plus âge) est Pancillas (ou Bancillas) “Sire, promet-il, bailliés moy vostre filz pour le instruyre et je l’enseigneray tellement que dedens sept ans il sçaura ce que je sçay, et tant que tous les compagnons”. Alors se produit une sorte de surenchère dans la rapidité de l’enseignement entre les sages, puisque chacun promet à son tour d’instruire le prince en six, cinq, quatre, trois, deux et même un an. On apprend par les propos8 des Sages qu’ils sont déjà âgés : sagesse et expérience du vécu vont de pair : “Il a long temps que je vous ay servi, j’ay esté plusieurs fois en péril de morir pour vous, et avec vous j’ay passé la mer ... Remectez en vostre memoire comment moy et tous mes predecesseurs ont servi aux empereurs ... Je suis vieux et ay esté souventes fois demandé en conseil ...”9. Ce sont donc des modèles de dévouement déjà ancien et de désintéressement, car ils n’ont jamais reçu “guerredon”10. Leur meilleure récompense va être l’éducation du Prince.

  • 11 L’Ystoire des Sept Sages, op. cit., p. 60.

9L’Empereur confie donc son fils à leur enseignement collectif : dans l’Ystoire des Sept Sages, Craton (Caton) conseille d’élever par prudence le prince Dioclétien aux alentours de Rome, dans une maison construite spécialement, aux murs carrés : “et puis le logerons au mylieu, et en oultre que par les murs a l’entour nous faisons escripre les sept ars et soiences liberalles tellement qu’en tous les temps l’enfant puisse veoir clèrement sa leçon et la doctrine comme se on luy monstroyt par livre”11. Ainsi instruit par les yeux et l’esprit le jeune Dioclétien devient un adolescent parfait ; il dépasse d’ailleurs ses maîtres en sagesse et prudence.

  • 12 Les Sept Sages de Rome, op. cit., p. 2.
  • 13 Op. cit., p. 2.
  • 14 Op. cit., p. 2.

10La nouvelle Impératrice entame la lutte contre les Sages et le prince héritier. Elle persuade son mari que son fils “estoit entre ces clers comme une beste, et bien reclus, sans aprendre aucune noblesse de chevalerie ne de courtoisie”12. Elle fait le procès de l’éducation des Sages, trop possessive et trop intellectuelle, de la clergie en face de la chevalerie. L’empereur, persuadé, mande à Constantinople les sept maîtres et leur élève. Mais ceux-ci, méfiants et prudents, décident de recourir à leur science de l’astrologie, leur spécialité, pourrait-on dire, comme on le verra aussi dans le Roman de Laurin, quand Marques, fils de Caton consulte les astres en faveur de Laurin. Les Sages s’assemblent dans un jardin “et Bencillas regarda au ciel et vit en la lune qui estoit belle et clère et le ciel bien cler et purifié que sanz faulte s’ilz aloient devers l’empereur, l’enfant pourroit dire telle chose dont lui et eulx perderoient la vie”13. Dioclétien, mis à l’épreuve par ses maîtres, confirme leur calcul et ajoute : “Ne voyez-vous en celle petite estoille qui tant est clère que se je me povoie tenir de parler par sept jours, ne de touchier femme ne homme par acolement ne baisiers, que je respiteroie de mort et vous et moy ?”14. Dans l’Ystoire des Sept Sages, l’épisode montre encore plus clairement la sagesse du Prince, car c’est lui qui dicte leur conduite à ses maîtres. On décide que le jeune homme fera le muet et l’indifférent.

  • 15 Op. cit., p. 5.

11Toujours avisés, les Sages se séparent de leur élève dans les faubourgs de Constantinople, mais sans l’abandonner : il est convenu : “que chascun jour jusque a VII jours en vendroit ung a Constantinople qui trouveroit occasion de respiter l’enfant de mort”15. Alors commence le duel oratoire entre l’impératrice et les Sages : elle accuse le prince de tentative de viol, et raconte à son époux l’histoire du jeune pin dont la croissance cause la mort du grand pin. Bencillas va répliquer par l’histoire du lévrier fidèle, tué injustement par son maître : l’enfant est sauvé pour le premier jour.

  • 16 Op. cit., p. 9.
  • 17 Op. cit., pp. 9-10.
  • 18 Op. cit., p. 10.

12L’impératrice revient à la charge et se donne même le luxe de citer le sage Caton pour se moquer de son époux : “Elle lui allegoit Cathon qui en enseignant son filz disoit que ce n’est que paine perdue et moquerie de lire a ceulx qui riens n’entendent”16. Elle va pourtant raconter à l’empereur en termes pittoresques l’histoire du roi d’Egypte sodomite qui fut berné par un sage, son sénéchal. On peut d’ailleurs remarquer que le thème de la sodomie est lié à l’histoire des Sages et qu’on le retrouvera très développé dans le Laurin. Les Sages ont à s’occuper de ce vice, soit pour le guérir, soit pour le dénoncer : mais ou bien la guérison proposée dénonce la vilenie du soi-disant Sage, ou bien les accusations portées sont pures calomnies : la discussion à propos de la moralité réelle des Sages s’engage déjà. Ce roi d’Egypte, dit la reine, “de si mauvais courage estoit qu’il commettoit le péchié de sodomite et fut dix ans et plus sans toucher a femme, dont il devint si gras que le ventre lui aloit jusques aux genoux, et si gros estoit comme ung tonnel, ne il ne pooit avoir santé pour médecines ne remedes qu’il y meïst. Une fois entre les aultres lui dit ung chevalier de sa court qui son seneschal estoit et moult son privé que sans faulte la maladie qu’il avoit ne lui venoit sinon parce qu’il n’avoit point compaignie de femme, et s’il gesoit avec femme et eust sa compaignie, il seroit guéry ains qu’il feust demy an”17. A quoi le roi réplique naïvement : “Dea, ... je sçay bien que vous dittes vray et que véritablement c’est l’occasion de ma maladie, mais où est la femme qui porroit soulz moy gesir ? Certainement il n’en est nulle qui durer y peust : ne voyez vous pas comme je suis gros et pesant ?”18. Le sage sénéchal prescrit un régime strict : douze semaines à l’eau et au pain d’orge en étant reclus en chambre. Le roi redevient mince et de moeurs normales. Cependant il craint que sa réputation ne rende difficile la trouvaille d’une dame consentante : le rusé sénéchal propose alors sa propre femme, jolie et sage, pour cent marcs d’argent (sans dire bien entendu qu’il s’agit de son épouse). Ce conseilleur cupide et immoral sera puni, car le roi d’Egypte, ravi de sa conquête, ne la rendra pas au mari. Certes le sénéchal n’est pas un des Sept Sages, mais il est un sage. Ainsi se dessine le visage d’une sagesse hypocrite et déviée, agissant sous le masque de la vraie sagesse et la corrompant, préfiguration de ce qu’elle deviendra dans le Laurin.

  • 19 Op. cit., pp. 16-17.
  • 20 Op. cit., p. 19.
  • 21 Op. cit., p. 20.

13Mais Ancille, intervenant à son tour, sauve une fois de plus le Prince en racontant l’histoire du méchant médecin Ypocras qui avait appris que la reine de Hongrie avait conçu du roi de Frise un enfant adultérin : ce qui prouve que les reines sont capables de pécher gravement ; l’histoire des Sept Sages, on le sait, est un bon témoignage de la misogynie médiévale. Contre le conte du Sanglier, narré par l’impératrice, intervient le pittoresque Mauquidas : “qui moult estoit sage et bon clerc, et toutes voies estoit il boîteux, bochu, et contrefait”. Son aspect rebute les gardes qui emmenaient le jeune prince au supplice : “Les sergents ouïrent merveilles de ce qu’ilz oïrent ainsi parler ung homme si deffiguré, et a bien pau ne le daignoient-ilz regarder, car c’est grant merveille quant l’en voit ung homme difforme ou défiguré qui de grant sens soit enluminé”19. Alors Mauquidas expose aux gardes des principes de sagesse universelle : les Sages sont non seulement des devins-astrologues, dépositaires d’une science astrale toute puissante sur les destins, capables de méfiance et de prudence dans les circonstances de la vie (ils ne se rendent pas à l’invitation flatteuse de l’empereur sans mettre en place un plan de défense) mais ils se sont forgés une sorte de philosophie générale basée sur l’observation et l’expérience : “Voix et avoir et ambleure vont moult souvent contre nature. Vous verrez un beau cheval qui pour mourir ne ambleroit, ne son dur trot ne laisseroit ; d’autre part vous verrez un meschant âne bien ambler. Vous verrez de bons et de notables clers qui n’ont point d’éloquence ne de parler plaisant : vous verrez ung bon musicien qui n’ara point de voix. Aussi verrez vous ung bochu ou ung boiteux qui doulce voix avra et melodieuse, et toutes voies n’en a il que faire ne ne lui vault neant plus que le braire”, La vision pessimiste et désabusée du monde s’amplifie20 : “Vous aussi ung homme verrez liberal, large, courtois et debonnaire, qui toujours sera en povreté ne por chose qu’il fache ne porra monter, ne parvenir a richesse, et si verrez ung garchon, ung usurier, ung trompeur et ung cabuseur qui tousjours truandera ne qui pour son avoir ja saoul ne sera”. En ce monde donc selon les Sages, les vraies vertus ne sont pas le grand chemin de la réussite : cette profession de foi basée sur une lucidité sans indulgence est rare d’ailleurs dans leur bouche. Mauquidas raconte à l’empereur l’histoire de l’épouse infidèle et rusée qui fait la morte dans la rue pour attendrir son époux, puis le fait arrêter lui-même par les vigiles (c’est le schéma du Georges Dandin de Molière). Il termine par un conseil judicieux : “Enquerez premierement du fait et puis en jugiez selon droit”21. Ce bossu apparaît un des plus sages parmi les Sages.

  • 22 Op. cit., p. 21 à 24.

14L’Impératrice s’attaque alors directement aux Sept “Maîtres” dont elle conteste la prétendue science et la vertu légendaire ; elle raconte l’histoire du Roi de Rome, devenu “gras et pesant” qui se trouvait dans l’impossibilité curieuse de sortir de Rome, frappé de cécité dès qu’il approchait d’une des portes. Il veut consulter les Sept Sages de l’époque qui renvoient leur avis à quinzaine, sous prétexte qu’ils ne peuvent examiner la lune et les étoiles, car “la lune n’estoit pas en point”. Selon l’Impératrice, les Sept Sages levaient alors sur Rome un impôt indirect et perpétuel, avec l’appui du clergé, puisque tout homme qui faisait un rêve devait le confesser à son curé, lequel ordonnait à son pénitent d’aller trouver les Sages et de leur donner un besant pour l’explication du songe. On devine la prospérité des devins : Dans ce conte les Sept sages sont assimilés aux sept bouches bouillonnantes d’une chaudière infernale qui ne s’apaiseront que quand on aura coupé la tête aux philosophes ; le roi sera alors délivré de tous ses maux, car “il ajoutoit foy aux ditz et fais des traîtres losengiers”22.

  • 23 Op. cit., p. 29.
  • 24 Op. cit., p. 30.

15Le jeune Prince risque à nouveau la mort lorsqu’intervient Lentulus qui raconte les “expériences” (tentamina) d’une épouse qui veut tromper son mari, et connaître ses réactions pour savoir si elle peut le faire sans danger. L’Impératrice réplique par un exemple ambigu où les Sept Sages font merveille dans Rome assiégée par Sept rois Sarrasins : ils imaginent une ruse de guerre : “L’un d’eux, nommé Janus, seroit habillé d’un vestement fait de queues d’escureus, et en sa teste avroit deux visières ou visagières grandes et lees, toutes semées de grands mireurs reflamboyans contre le soleil, et en ses deux mains tendroit deux espees clères et reluisans, et en ce point seroit sur le sommet de la plus haulte tour de Romme, et frapperoit les deux espees l’une contre l’aultre tant que le feu en sailliroit”23. Les Sages font preuve à l’occasion d’une imagination admirable : les Sarrasins, terrifiés par cet épouvantail guerrier : “sont tous mors ou prins par le barrat et l’engin des VII sages”24. D’où la conclusion un peu inattendue (car ils ont en fait sauvé Rome) les Sages sont un danger pour les Rois. Et dans le Laurin les Sages pervertis trahiront en effet l’empereur.

16L’intervention de Caton sauve à nouveau le Prince : “Aussi adoncques vint diligamant Cathon le Sage qui fit le petit livre de Cathonet pour son enfant enseignier en bien”. Dans le Laurin cet enfant sera le sénéchal Marques. Caton raconte l’histoire de la pie dénonciatrice que le mari tue par les ruses de sa femme, jusqu’à ce que désabusé, il tue sa femme elle-même.

  • 25 Op. cit., p. 53.
  • 26 Op. cit., p. 53.

17Ainsi se poursuit le duel oratoire. Malgré le 7e exemple de l’Impératrice (le Miroir) qui expose comment un roi de Rome au tempérament d’usurier sera ruiné par la perfidie de quatre Sages qui lui font creuser le sol de Rome jusqu’à sa perte pour trouver des trésors hypothétiques le jeune prince sera sauvé. L’impératrice est brûlée vive en châtiment de ses manoeuvres criminelles, malgré une dernière perfidie ; ayant réclamé du faible empereur un don qu’il lui accorde, elle réclame alors : “la plus chière toise de terre qu’il eust pour estre arse avec elle”25. “Adoncques courut la dame embrachier l’empereur en disant que ce estoit il qui estoit la toise la plus chière qu’il peust avoir”. Heureusement le jeune Prince formé à la rhétorique par ses maîtres “prouve par raison que son père l’empereur est âme et os et char, ne encores n’est-ce pas terre”26. Grâce au ciel, la pratique oratoire faisait partie de son éducation.

  • 27 L’Ystoire des Sept Sages, édité par G. Paris, Paris, 1876, p. 56.

18Ainsi se déroule la première vieillesse, si l’on peut dire, des Sept Sages : elle est exemplaire. L’Ystoire des Sept Sages qui reprend les contes des Sept Sages de Rome est précédée d’une Préface27 qui insiste sur l’utilité morale et intellectuelle du livre : “Cestuy livre suyvant est tout de sagesse, et a le bien entendre, il n’y a que doctrines, biaulx exemples et enseignement pour choses semblables a instruyre toutes personnes a bonnes meurs, a entendre et comprendre les malices et faulces inductions des mauvais, et pour donner audace, force et constance de ne nous esmouvoir de prime face et atemprer la chaleur de l’ire et colerique immodérée ... et ausy bien s’y entent decorée la vertu de pacience, moien laquelle vérité a la fin se monstre de pluseurs faulces choses aux innocens imposéez”. Ce texte constitue une sorte de bréviaire de la doctrine des Sages : souci premier de conduite morale, intelligence en éveil devant les mauvais desseins d’autrui, appel au calme et à la patience pour révéler la vérité. Or nous verrons cette pratique morale complètement inversée dans le Laurin.

  • 28 Op. cit., p. 65.
  • 29 Op. cit., p. 75.
  • 30 Op. cit., p. 198.

19En dehors de cette Préface, l’Ystoire des Sept sages n’est pas différente dans son déroulement ni dans son esprit des Sept Sages de Rome ; le jeune prince y est nommé Dioclétien, et son père Poncianus. La présentation des Sages insiste sur leur dévouement ancien à l’empereur, et le Prince manifeste sa confiance absolue en ses maîtres : “Or ainsy que vous estes sept maistres les plus sages du munde, pour quoy peu de chose vous sera que chascun de vous responde ung jour pour moy, et par la prudente response entretenant la besoigne me porra saulver la vie ...”28. Pancillas discute d’ailleurs courageusement avec l’empereur qui veut faire mourir son fils : “Sire, j’ay amérité aultre salutacion que celle que vous me donnés”29. La fin du récit très misogyne révèle qu’une des suivantes de la reine n’était qu’un “rybaut”, son amant, déguisé en fille : “L’empereur fit venir en jugement la royne avec ses damoiselles et spécialement fit mectre prés d’elle son rybaut qu’estoit en habit de femme”30. Le Prince est complètement innocenté et le triomphe des Sages en face de la malice féminine confondue est complet.

***

  • 31 Le Roman de Laurin, fils de Marques le Sénéchal, texte du Ms. B.N.f. fr. 22548, edited by Lewis Th (...)
  • 32 Op. cit., p. 2,1.57-59.
  • 33 Op. cit., p. 2, 1.60-62 et p. 2, 1.64 à 72.

20Mais la métamorphose des Sept Sages est totale dès les premières lignes du Laurin, roman en prose du xiiie siècle31. L’empereur n’est pas Dioclétien, mais son fils Fyséus, qui semble bien être l’ancien élève des Sages, maintenant dans la force de l’âge, et qui règne à Rome. Il apparaît de tradition que les malheureux empereurs qui vivent auprès des Sages soient des maris trompés : la femme de Fyséus a eu une si mauvaise conduite qu’elle a été brûlée, comme jadis la marâtre du monarque. Fyseus s’est installé dans un célibat agressif qui le rend suspect à son peuple, malgré son gouvernement parfait. Son sénéchal Marques, fils de Caton, jouit de son estime et de son affection, au point qu’on en jase : “Il est bien mariéz ou seneschal quar il n’est riens que li seneschaus veille qui ne soit fait”32. Le soupçon de sodomie rôde. Bientôt Marques éclipse en réputation de sagesse les sept Maîtres, qui ont bien vieilli : “Les sept sage ne leur sens n’estoient mie prisié et furent mis en nonchaloir pour le grant sens qui estoit ou seneschal de l’empire”33. Une mauvaise rivalité va naître entre Marques et les anciens précepteurs : il s’agit pourtant des mêmes personnages : on retrouve Caton (Chaton), Jessé, Tulles (mis pour Lentulles) Bancillas, Ancilles (mis pour Aussire) et deux nouveaux venus : Mééron et Martin.

  • 34 Op. cit., p. 2, 1.60-62 et p. 2, 1.64 à 72.

21Dès le début du récit les Sages sont en proie à l’envie (la jalousie) à l’égard de Marques : “Envie qui ne puet morir fu entre les VII Sages et commencierent a murmurer entr’euz”. Ils se rendent compte eux-mêmes de leur déchéance intellectuelle et de leur baisse de popularité : “Comment ? Qu’est nostre sens devenuz, qu’on souloit tant prisier et cremir ? ... Ce n’est mais riens de nous”. Chaton interroge : “Pour quoi le dites vous ? - Vostre filz nous a touz seurmontéz” répond Jessé avec humeur et il ajoute perfidement : “Il est trop sages. - Du trop, (conclut Chaton pensivement) n’est ce mie bon !”34.

  • 35 Op. cit., p. 3, 1.102-3.

22Cependant les sept Sages gardent officiellement leurs honneurs ; quand l’empereur tient cour plénière : “Li VII Sage de Romme ne furent pas oubliez, ainsois furent assiz d’encoste l’empereeur”. On les appelle : “maître” avec respect35 ; ils devraient se contenter de cette considération.

  • 36 Op. cit., p. 4, 1.130-1.

23Cependant l’empereur fait un rêve bizarre : il se trouvait en compagnie de Caton/Chaton, et chassait le canard avec son faucon ; le faucon manque le canard qui vient se réfugier sous le manteau du roi. Et Chaton loue l’empereur d’avoir été le protecteur du canard. Quant au faucon, il se perd dans le ciel. Fyseus consulte les Sages sur ce rêve, mais ils semblent réticents : Martin, perfidement, le renvoie au sénéchal Marques. “Par ma foy, sire, dist Maistre Martins, Marques en scet bien la senefiance, si le vous dira en lieu et en temps”36. Marques en effet expliquera plus tard le songe : le faucon signifie un homme orgueilleux et méchant ; Marques s’identifie lui-même au canard qui vient demander secours à l’empereur : il le fera pour lui et pour son fils Laurin, chassé du trône de Constantinople par un usurpateur le roi de Grèce.

  • 37 Op. cit., p. 16, 1.643 à 651.
  • 38 Op. cit., p. 16, 1.655
  • 39 Op. cit., p. 17, 1.663-64.

24Mais il s’agit d’envoyer un parlementaire à ce roi, honneur que réclame le jeune chevalier de Pouille, de nature belliqueuse. Fyseus a besoin de conseil pour ce choix et convoque les Sept Sages. Tulles “plein d’ire” répond : “Sire, vous vous solliez conseillier a nous, mais vous n’en avez mes mestier de nostre conseil”37. L’empereur s’étonne, mais Méeron précise : “Nous avons veu que vous faisiez ... tel chose si comme d’emprendre si grant besoigne comme vous avez emprise devers le roi de Grece sanz nostre conseil”. Fyseus s’excuse : “Je ne le veul faire sanz vostre conseil”38, mais il lui semble évident que la guerre est le seul parti possible. Il insiste pour connaître leur avis : “Sire, ce dient les VII Sages, miex vaut le conseil de VII que de un”. Oui, répond l’empereur pourvu qu’ils soient d’accord, et il comprend que les Sages sont devenus les ennemis de Marques. Les Sages le renvoient avec un dépit ironique à son sénéchal : “Sire, Marques si vous conseillera bien. A nous n’appartient mie tant comme il fait a lui”39. En fait l’empereur veut consulter et Marques et les Sages qui se refusent au devoir de conseil : or, c’est une obligation essentielle du vassal envers son suzerain.

  • 40 Op. cit., p. 17, 1.666-67 et 673-74.
  • 41 Op. cit., p. 17, 1.699.

25Les Sages sont devenus mesquins, rancuniers, affligés de caprices séniles, jaloux, égoïstes : leur détérioration est encore plus morale qu’intellectuelle ; l’auteur du Laurin a su par petites répliques et remarques rapides marquer cette dégénérescence. Ils renvoient l’empereur à Marques, bien que Fyséus déclare : “Par son conseil et par le vostre en vauroie je ouvrer comme en yceuz ou je me doie fermement fier” et que Marques manifeste sa déférence aux Sept Sages : “Sire, par le conseil de vous et des VII Sages otroie je que on esploite”40. L’empereur à nouveau réclame aux Sages le choix du messager : “Li VII Sages esliront qui que il voudront”. Ils tiennent conseil entre eux ; Bancillas : “qui fu ainznés de touz et li plus gentilz noms” désigne le damoiseau de Pouille, bien qu’il soit partisan de la guerre, comme Marques l’a affirmé. Caton essaie de défendre le point de vue de son fils : “Maistre Chaton, fait Ancilles, il me semble que vous estes contraires a nous”. Caton/Chaton cesse aussitôt de protester : “Vos contraires ne sui je pas, ne ne veul estre”41 dit-il peureusement. Bancillas désigne donc à l’empereur comme messager Synador de Pouille, choix imprudent.

26Bientôt Fyseus et Marques partent en guerre contre Syrrus, empereur de Constantinople. A son départ l’empereur confie solennellement Rome aux Sept Sages : “Il fist apeller les VII Sages de Romme et leur dist chascun par non : “Biaus seigneurs, fait-il, votre sens me fait que je vous laisse Romme a garder ; et pour Dieu, se vous avez esté preudomme jusques a ore, si le soiez encore avant, quar pour la fin doit-on bien faire toute sa vie”. Phrase importante qui met en garde comme par une prémonition les Sages de faire une mauvaise fin. “Adont distrent les VII Sage : “Sire, vous en ordenerez ce que vous vourrez et que vous cuiderez que bon soit et nous ferons vostre volenté”. L’acceptation est assez hypocrite car elle semble rejeter sur l’empereur les conséquences de leur élévation. “La chose fu ainssi ordenée que li empereres et les VII Sages eslurent un senateur qui fust Sires de Romme, par le conseil l’empereeur et les VII Sages et les princes du pays”. La confiance de Fyseus dans ses anciens maîtres apparaît totale et leur rôle dans la régence de l’empire est déterminant.

  • 42 Op. cit., p. 52, 1.2146 à 2155 et p. 101, 1.4192-195.
  • 43 Op. cit., p. 101, 1.4202 à 4209.
  • 44 Op. cit., p. 101, 1.4218-4222.

27Fyseus triomphe de Syrrus l’usurpateur, s’empare de Constantinople et y séjourne. Le chevalier Conrad vient l’y trouver : “Li chevaliers ... li compta que les VII Sage de Romme avoient fait un empereeur. Quant li empereres de Romme oÿ ce, si fu moult esbahiz et dist que il ne le pooit croire”42. Conrad produit alors une lettre du roi de Pouille qui raconte l’incroyable trahison des Sept Sages : “Je vous fais assavoir que li VII Sage de Romme si sont muez en VII folz, et ont fet empereeur Othebon, senateur de Romme ; ... il ont occis Chaton qui leur contraires estoit et en ont fait un autre en son lieu Pynel le Rous”43. Fyseus est confondu, et Marques : “ot mout grant duel de son pere”. Fyseus est décidé à venger la mort de Caton : “Certes il leur sera moult chier vendu la mort de vostre pere, quar je sui plus dolans de lui que de ce que il ont fait autre seigneur de moi. Car a la seignourie puet on tous jours recouvrer, mais a mon bon ami ne puis je jamais revenir”44. Noble parole qui montre le profit de l’éducation jadis dispensée par les Sages ... Les barons de Fyseus sont également abasourdis de la nouvelle : “C’est merveilles a dire comment ce puet estre voir !”.

  • 45 Op. cit., p. 102, 1.4225. p. 103, 1.4268-70.
  • 46 p. 103, 1.4275-77.

28L’armée de Fyseus quitte Constantinople pour assiéger Rome ; les Romains, prévenus, font des préparatifs de défense. Fyseus “manda a ceulz de dedenz que il ouvrissent les portes et le receussent a seigneur”. Mais les Romains le rejettent comme empereur : “et li mistrent sus que il estoit herites et que il tenoit Marques son seneschal comme uns homs tient sa femme”45. C’est donc en tant que sodomite et hérétique que Fyseus est rejeté, probablement sur les insinuations des Sages. “L’empereur n’en fist fors que rire”. Il évoque avec Marques la transformation de ses maîtres : “Il est voir, quant sages est muez que il commence a faire folie, il la fait plus grant que uns simples de sens ne fait” dit Marques46. Le fou qui a été sage est plus fou que les autres ; Marques analyse la cause de ce changement : “Il appert bien que l’envie que il ont sus moi et sus vous a bien surmontez tout leur sens”. La jalousie a métamorphosé les Sages : Fyseus se souvient alors d’un rêve ancien “ou VII tors sauvages si l’avoient avironné et le vouloient devorer” mais il était défendu par un lion, c’est-à-dire Marques.

  • 47 p. 103, 1.4293-302.
  • 48 p. 104, 1.4313-18.

29Fyseus bloque Rome avec ses troupes : le nouvel empereur imposé par les Sages, Othesbon, s’inquiète : “Othesbons fist venir les VII Sages de Romme devant lui et leur dit : “Seigneurs, je suis par vostre volenté et par vostre loz entréz et esliz a estre empereeur de Romme, si vous requier conseil. Sire, ce dist Baucillas, n’aiez doute de nul ne riens qui soit, quar la cité est fort et bien garnie et de vins et de vitaille et de bons serjans, si n’avons garde de nul assaut que Fyseus face, mais que nuls n’isse la hors. Bien poons tenir la cité X ans que ja Fyseus n’i avra pooir ... ja si bien Marques ne l’en savra conseillier”47. Les autres Sages sont tout aussi optimistes ; en fait, leur vue de la situation est fausse, comme le prouvera l’événement ; ils ne sont plus capables d’apprécier le danger. Othesbon reprend courage cependant que Meeron expose à nouveau les griefs contre Fyseus : “Il n’i a nul de nous qui bien ne doie avoir aussi grant volenté de faire a Fyseum anui et honte comme vous, quar il en ala en Constantinnoble tot sanz nostre conseil et sanz nostre gré et tout pour l’amour du seneschal qu’il aime plus que nous et que nuls puisse amer homme ne femme. Et si savons bien qu’il sont ensamble en desloiauté encontre droit”48. Dans la bouche des Sages la jalousie déclenche la calomnie et l’accusation de sodomie.

  • 49 p. 104, 1.4329-31.
  • 50 p. 104, 1.4333-35 et 1.4342-43.
  • 51 p. 104, 1.4333-35 et 1.4342-43.

30Ils distribuent le trésor de Rome aux serjents pour s’assurer de leur fidélité et tentent de faire assassiner et empoisonner Fyseus, mais sans succès ; leur trahison est absolue. Le siège s’éternise : ils pensent alors à solliciter le secours de Pallus, fils du Roi de Grèce, et ennemi de Fyseus : “Si avons gardé que nous n’avons pas pooir de nous conduire un an que nous ne soions a mort menéz, quar nostre peuture nous faut”49. Et ils proposent alors de conférer l’empire de Rome à Pallus, pressentant la vengeance de Fyséus : “Nous savons bien que se nous sommes pris que nous sommes touz mors sanz raënçon”50. Mais Othesbon n’accepte pas cette trahison : “Biaus seigneurs, que vaut vostre sens ? Il vous escouvient tous morir” et il constate : “L’empereur a droit et nous tort”. Ce propos déchaîne la colère des Sages : “Voire, font ce li VII Sages fol, Othesbons, avez vous ce dit ?”. Aussitôt ils font arrêter et emprisonner Othesbon et mettent en place leur trahison : “Quant les VII Fols virent qu’ils ne porent avoir autre conseil il firent unes lettres et les ont envoiés a Pallus”51. Celui-ci, selon “le mandement des Fols” rassemble une armée de 100.000 hommes et attaque Fyseus. On n’appelle plus maintenant dans le récit les Sages que les Fols. L’empereur et Marques remportent la victoire et Laurin, le fils de Marques, triomphe de Pallus.

  • 52 p. 107, 1.4442-44.
  • 53 p. 107, 1.4445-54.
  • 54 p. 107, 1.4456-58. Pour les exemples célèbres de “mauvaise vieillesse”, on peut se reporter à “La (...)

31Les Sages ont sombré dans la forfaiture envers leur suzerain et la trahison envers leur patrie. Ils sont faits prisonniers avec les hauts barons de Rome qui ne sont pas morts au combat : leur châtiment sera terrible : “Li empereres fist venir ses barons devant lui et leur demanda qu’il feroit des VII Sages qui sont VII deables que il tenoit en prison”52. Les Sages sont maintenant passés dans le camp des démons. “Il ot conseil qu’il leur feroit crever les iex et percier les mains et les paumes et traire les denz et aroit chascun par les mains chaines de fer et au col un landon de fer. Et ainsi fu chascuns atournez comme je vous ai dit ; et les menoit on chascun jour tant comme il porent vivre par les rues de Romme ; et leur donnoit on assez a mengier pour ce qu’il vesquissent plus longuement en doleur”. L’ancien élève imagine donc un supplice raffiné. Quant à Othesbon “qui fu fais empereres, pour ce que il fut trouvez em prison ainsi comme vous avez oÿ, si ot plus de remedes : mais toutesvoies fu il em prison touz les jourz de sa vie, en fort et en laide”53. Enfin Fyseus prend une mesure concernant l’institution même du Conseil des sept Sages : “Lors fist son sairement que jamais a Romme il n’avroit VII Sages en telle maniere, et furent leurs rentes desfaites et desordenees”54. Ainsi la liquidation des Sages est-elle totale dans le présent et l’avenir.

32Cet exemple de “mauvaise vieillesse”, pour reprendre mon titre, minutieusement décrite et illustrée en actions, m’a paru assez significatif : l’esprit médiéval ne considère pas la sagesse comme un bien acquis pour toujours, elle se dégrade dans la grande vieillesse, du moins le cas peut-il se rencontrer : ainsi le vieil Artur de la Mort Artu, ainsi le vieux Charlemagne dans certaines épopées ; dans le Laurin la décrépitude sénile est traitée sans complaisance, elle affecte la nature morale de l’homme autant que son “sens” son esprit : elle détériore, elle aveugle. Par contraste, la vaillance, la lucidité, l’honneur moral appartiennent aux jeunes, à Marques, à Laurin. L’histoire aboutit de plus à une dérision de la sagesse qui n’est que sagesse ; les vrais sages sont des guerriers, capables d’exploits prodigieux : ils triomphent à un contre quatre ou cinq dans le siège de Rome : la sagesse sans l’action ne vaut rien et se détruit elle-même ; c’est la conclusion que l’on tire de cette première partie du Laurin et de la fin misérable des sept Sages.

Notes

1 G. Paris. Deux rédactions du Roman des Sept Sages de Rome, Paris 1876 (SATF), Préface, p. 1.

2 Li Romans des Sept Sages, publié par H.A. Keller, Tübingen, 1836.

3 Le Roman de Laurin, fils de Marques le Sénéchal, publié par Lewis Thorpe, Heffer Cambridge, 1958.

4 Deux rédactions du Roman des Sept Sages de Rome, op. cit., Préface, p. viii, et l’Ystoire des Sept Sages, p. 57.

5 Les Sept Sages de Rome, op. cit., p. 1 et L’Ystoire des Sept Sages, op. cit., pp. 58-59.

6 L’Ystoire des Sept Sages, op. cit., p. 58.

7 Op. cit., p. 58.

8 Op. cit., pp. 58-59.

9 Op. cit., p. 59.

10 L’Ystoire des Sept Sages, op. cit., p. 60.

11 L’Ystoire des Sept Sages, op. cit., p. 60.

12 Les Sept Sages de Rome, op. cit., p. 2.

13 Op. cit., p. 2.

14 Op. cit., p. 2.

15 Op. cit., p. 5.

16 Op. cit., p. 9.

17 Op. cit., pp. 9-10.

18 Op. cit., p. 10.

19 Op. cit., pp. 16-17.

20 Op. cit., p. 19.

21 Op. cit., p. 20.

22 Op. cit., p. 21 à 24.

23 Op. cit., p. 29.

24 Op. cit., p. 30.

25 Op. cit., p. 53.

26 Op. cit., p. 53.

27 L’Ystoire des Sept Sages, édité par G. Paris, Paris, 1876, p. 56.

28 Op. cit., p. 65.

29 Op. cit., p. 75.

30 Op. cit., p. 198.

31 Le Roman de Laurin, fils de Marques le Sénéchal, texte du Ms. B.N.f. fr. 22548, edited by Lewis Thorpe, University of Nottingham research publication, n° 2, Heffer, Cambridge, 1958.

32 Op. cit., p. 2,1.57-59.

33 Op. cit., p. 2, 1.60-62 et p. 2, 1.64 à 72.

34 Op. cit., p. 2, 1.60-62 et p. 2, 1.64 à 72.

35 Op. cit., p. 3, 1.102-3.

36 Op. cit., p. 4, 1.130-1.

37 Op. cit., p. 16, 1.643 à 651.

38 Op. cit., p. 16, 1.655

39 Op. cit., p. 17, 1.663-64.

40 Op. cit., p. 17, 1.666-67 et 673-74.

41 Op. cit., p. 17, 1.699.

42 Op. cit., p. 52, 1.2146 à 2155 et p. 101, 1.4192-195.

43 Op. cit., p. 101, 1.4202 à 4209.

44 Op. cit., p. 101, 1.4218-4222.

45 Op. cit., p. 102, 1.4225. p. 103, 1.4268-70.

46 p. 103, 1.4275-77.

47 p. 103, 1.4293-302.

48 p. 104, 1.4313-18.

49 p. 104, 1.4329-31.

50 p. 104, 1.4333-35 et 1.4342-43.

51 p. 104, 1.4333-35 et 1.4342-43.

52 p. 107, 1.4442-44.

53 p. 107, 1.4445-54.

54 p. 107, 1.4456-58. Pour les exemples célèbres de “mauvaise vieillesse”, on peut se reporter à “La Mort le roi Artu” roman du xiiie siècle, édition Jean Frappier, Genève-Paris, 1964, p. 204 § 158 : “a cele eure pooit bien avoir ... li rois Artus quatre vins anz et douze”. Artur chasse Lancelot de son royaume, poussé par Gauvain : “Puis que Gauvains le velt, fet li rois, il me plest bien. Laissiés ma terre par deça la mer et alés en la vostre par dela, qui assez est bele et riche”, p. 158 § 119. Artur confie imprudemment Guenièvre â Mordret, p. 166 § 129. Il cède à l’obstination de Gauvain qui veut se battre contre Lancelot, p. 186 § 146. Artur s’obstine à combattre Mordret, malgré les avertissements du fantôme de Gauvain, p. 225 § 176, etc. Quant au vieux Charlemagne, il apparaît ridicule dans Gui de Bourgogne, quand il va faire l’espion à Luiserne et est démasqué : Pages épiques du Moyen Age Français, éditées par Pierre Jonin, Le Cycle du Roi, tome II, Sedes, Paris, 1970, v. 1328-1348. Il est réduit à implorer le secours de Gui (v. 1469-71). Dans Huon de Bordeaux, Charlemagne subit l’influence néfaste du traître Amauri, et refuse de pardonner à Huon (Pages épiques du Moyen Age français, op. cit., p. 90, v. 2318-2344). A la fin de la geste il voudrait faire exécuter Huon contre toute justice. “Le Pélerinage de Charlemagne” nous montre l’empereur vaniteux et cruel.
Pour les éditions autres que celle de G. Paris, citons le Roman des Sept Sages édité par Jean Misrahi, Paris, 1933, réédition très améliorée du texte en vers imprimé par Keller, et l’édition toute récente des Sept Sages de Rome, publiée par le Centre de Recherches et d’Applications Linguistiques à l’Université de Nancy II, sous la direction d’Hélène Naïs.

Auteur

Université de Provence (Aix-Marseille I)

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540