Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vieillesse et vieillissement au Moyen Âge

Le livre du Tresor de Brunetto Latini : mythe du rajeunissement ou idéal d’expérience ?

Hélène Charpentier

Texte intégral

  • 1 Li Livres du Tresor, éd. critique par F.J. Carmody, Berkeley, Los Angeles, 1948 (Slatkine Reprints (...)
  • 2 à la fin de chaque chapitre sont indiquées les sources latines traduites par B. L.

1Composé en France par le florentin Brunetto Latini, dans les années 1263-64, et complété en 1266 à Florence, après son retour d’exil, le Livre du Tresor est une encyclopédie en prose française1 qui constitue une somme du savoir de son temps. Certes, une telle entreprise n’est pas originale, et s’inspire fortement de la littérature didactique contemporaine écrite en latin : sa méthode est proche de celle d’un Vincent de Beauvais, par exemple, comme l’indiquent les fréquentes références de l’édition Carmody2 au Speculum Naturale ou au Speculum Historiale.

  • 3 cf Florence Mc Culloch, Mediaeval Latin and French Bestiaries, Chapel Hill, The Univ. of North Car (...)

2Le nombre et la diversité des sources compilées par B. Latini ressort bien d’un rapide examen des matières traitées dans l’ouvrage. Le premier livre est à la fois une cosmologie - inspirée des Sententiae d’Isidore de Séville -, une histoire universelle – traduite et compilée de Pierre Comestor, Orose, des Etymologiae d’Isidore et de Godefroy de Viterbe, et complétée par des chapitres sur l’Italie contemporaine –, et, pour terminer, un traité d’histoire naturelle essentiellement consacré aux animaux et s’inscrivant dans la tradition des Bestiaires inspirés du Physiologus3.

  • 4 publié en 1243-44, à partir d’une version arabe.

3Le deuxième livre, ou Ethique, trouve son origine dans l’Ethique à Nicomaque, mais par l’intermédiaire du choix d’extraits et du commentaire de la Translatio Alexandrina ou Compendium attribué à Hermann l’Allemand4. D’autres influences se laissent aussi reconnaître : encore les Sententiae d’Isidore, mais également la Summa Aurea de Virtutibus de Guillaume Perrault ou les Moralium Dogma de Guillaume de Conches.

4Deux parties bien distinctes composent le troisième livre : une Rhétorique, inspirée, comme la Rettorica qui la précède, du De Inventione de Cicéron, et une Politique, influencée par l’Oculus Pastoralis, le De Regimine Civitatum de Jean de Viterbo, sans oublier des documents officiels de la ville de Sienne et l’expérience personnelle de Brunetto Latini.

5Dans le cours de cette somme qui se veut une description totalisante du monde, en diachronie et en synchronie, jusqu’au milieu du xiiième siècle, le thème de l’écoulement du temps, et son corollaire, le vieillissement, ne pouvaient manquer d’apparaître : vieillesse de l’homme, considérée aussi bien sur le plan physique que sur le plan moral, mais aussi vieillesse des animaux, et, sur un plan abstrait, vieillesse du monde. S’agissant d’une oeuvre complexe, aux sources hétérogènes – antiques, bibliques, chrétiennes ou christianisées –, nous devons nous attendre à rencontrer ce thème de la vieillesse envisagé sous divers éclairages. Des contradictions peuvent même se faire jour entre différents “moments” de l’oeuvre, mais, si elles ne concernent que des points de détail, elles ne remettront pas en cause la cohérence interne du Livre : la manière dont B. Latini traite – ou évoque – le phénomène du vieillissement peut ainsi devenir une pierre de touche.

6Comme l’indiquait le plan suivi par l’auteur, l’inventaire des richesses du monde n’est pas une fin en soi, non plus que l’histoire de l’humanité : ce savoir n’est qu’une étape dans la formation de l’individu, avant l’analyse des vertus et les modalités de leur acquisition. Complétant cette éducation morale, l’apprentissage de “bone parleure” parachève la culture et la personnalité du citoyen qui sera appelé un jour à exercer les plus hautes fonctions publiques dans sa cité d’origine. Ce projet, qui est donc plus pédagogique encore que didactique, exige donc en principe une pensée ferme et sûre d’elle-même, qu’il faudra dégager des matériaux divers qui ont contribué à sa construction.

***

  • 5 “Tuilles dist, n’eschive pas le viel ami por le novel” (II, CIII).

7Dans le lexique utilisé par B. Latini, “viellece” s’oppose à “joenece”, bien sûr, mais l’adjectif correspondant, “viel”, entre aussi dans une opposition pertinente avec “novel” (ou : “noviel”). Ainsi, dans l’Ethique, l’auteur conseille-t-il de ne pas abandonner le “viel ami” pour le “noviel”, sans qu’il soit fait aucunement référence à l’âge respectif des deux individus : seule est prise en compte la date de la rencontre5.

8A cette même opposition “viel/novel”, que nous traduirons par le couple d’antonymes “ancien/nouveau”, appartiennent, dans la deuxième partie du troisième livre, les nombreux exemples de “viel signor/novel signor” de la cité : “l’ancien” gouverneur, une fois révolue l’année de son mandat, laisse la place au “nouveau”, en respectant des règles bien précises. Nous examinerons plus loin la question des qualités et de l’âge requis pour remplir ces fonctions, mais, comme elles ne s’exercent que pendant une durée limitée, l’opposition “viel/novel” ne peut guère recouper une différence d’âge notable entre le prédécesseur et le successeur.

9En revanche, lorsque B. Latini traite de la “vielle loi” et de la “noviele loi”, à la simple relation chronologique d’antériorité s’ajoute l’idée d’une dégradation opérée par le temps :

“Moyses fu li premiers ki bailla la loi as ebreus, et li rois Foroneus fu li premiers ki le bailla as grezois, Mercurius as egyptiens, Salon as athenes, Ligurgus as troiens, Numma Pompalie, ki regna après Romulus en Rome, et puis ses fius, bailla et fist lois as romains premierement. Mais .X. sage home translaterent puis dou livre de Salon la loi des .XII. tables. Mais cele loi envieilli si k’ele n’estoit pas en cort. Mais li emperes Constentins recommença a fere noviele loi, et autresi firent li autre empereour jusques au tans l’empereour Justiniien, ki toutes les adreça et ordena mieus et plus enterinement, si comme il est encore.” (I, XVII)

  • 6 “La divine loi est par nature ; et neporquant ele fu mise en escrit et fu confermee premierement p (...)

10Bien qu’elle soit divine en son principe, la loi donnée par Moïse apparaît donc soumise aux vicissitudes de l’histoire humaine, et B. Latini se fait fort de répondre aux objections de ceux qui “blasment le viel testament porce k’il dist autre chose ke le noviel”6 : ils ne considèrent pas en effet que “Dieus por sa grant porveance bailla a l’un tens et a l’autre ce ke covenable fu”. Si la loi du talion est remplacée par le commandement de “baillier l’autre joe quant l’une estoit ferue”, c’est parce que “itele fu la vielle loi por la foiblece des gens, et itele la noviele por lor perfection ; car au premier tans estoient li pechié de menour coupe, porce ke lors n’estoit seue verités, mais la samblance de vérité” (I, XVIII).

  • 7 cf Esdras, après le retour de la captivité de Babylone, qui “renovela tote la loi” (I, LXII).

11En vertu de la croyance au progrès de l’homme, sur la route de la vérité et du perfectionnement moral, l’adjectif “noviel” apparaît donc connoté plus favorablement que “viel”7, et nous rencontrons même, un peu plus loin dans le texte, un signe du discrédit qui peut être attaché à ce dernier adjectif. En évoquant la Chute, B. Latini rappelle en effet qu’Adam fut chassé du Paradis terrestre “lors ke li vieus anemis de l’humain linage le dechut” (I, XX).

  • 8 d’après la Genèse, Mathusalem aurait vécu 969 ans.

12Quant a la vieillesse, prise enfin au sens premier de “grand âge”, l’Ancien Testament en offre de célèbres exemples pour les Patriarches : B. Latini effectue lui-même une sélection parmi ces “données”, et, s’il ne fait que citer le nom de Mathusalem au cours d’une énumération, sans indiquer sa remarquable longévité, nous retrouvons bien néanmoins chez lui les 930 ans que la Genèse attribue à Adam. Noé n’apparaît, dans le Livre du Trésor, crédité que de 800 ans, alors que la Bible le gratifiait de 950 années de vie8.

  • 9 Abraham avait déjà eu un fils, Ysmaël, de la servante Agar ; pour Elizabeth et Zacharie, Jean-Bapt (...)

13Une telle longévité inspire-t-elle à l’auteur florentin le regret de ces temps légendaires ? Rien en fait ne permet de l’affirmer : il s’en tient, à peu de choses près, à la lettre du texte mosaïque, sans plus de nostalgie que d’esprit critique. Au reste, la question de la durée “brute” de la vie semble l’intéresser moins que la relation entre l’âge et la capacité de procréer : Adam était encore très jeune lorsqu’il engendra Seth à l’âge de 130 ans, mais on ne peut en dire autant de Noé qui atteignait les 500 ans lorsqu’il devint le père de Sem, Cham et Japhet. Brunetto Latini ne manque pas non plus d’évoquer les deux cas célèbres de “vieux parents” dont parle l’Ecriture Sainte : Abraham qui a 100 ans et Sara 90 lors de la conception d’Isaac (I, XXV), et, dans le Nouveau Testament, Elizabeth et Zacharie qui sont tous les deux d’un “grant aage” – non précisé – lors de la naissance de Jean-Baptiste (I, LXV). Pour ces deux couples, seule une intervention, personnelle et miraculeuse, de Dieu peut rendre féconde la vieillesse9. La perpétuation de l’espèce apparaît donc, aux yeux de notre auteur, plus importante que la longévité exceptionnelle d’un individu.

14Pourtant, s’inspirant du De Ortu et Obitu Patrum d’Isidore, B. Latini rapporte que Saint Jean l’Evangeliste vécut 99 ans et “se coucha tout vif” dans sa sépulture, “autresi comme en son lit”. Il ne peut alors se retenir d’ajouter : “pour ce dient li plusour k’il ne morut mie et k’il vit encore et se repose et se dort laiens, car on voit apertement tousjours croller la terre desus le sepulchre, et movoir en amont, et la pourre boulir autresi comme par espiremens d’omes ki soient dedens” (I, LXIX). Même s’il se retranche derrière le vague – mais conséquent – “li plusour”, il semble bien toutefois qu’une certaine tentation de croire à une possible immortalité ait pu un jour effleurer son imagination.

***

  • 10 cf Bestiaires du Moyen Age, présentés par G. Bianciotto, Paris, Stock Plus Moyen Age, 1980 ; ce vo (...)

15Tentation d’autant plus forte que le monde animal paraît en offrir confirmation. La littérature des Bestiaires médiévaux, tous plus ou moins inspirés du Physiologus, fournissait un lot d’exemples de longue vie, inlassablement ressassés, concernant aussi bien des animaux réels que des animaux fabuleux10.

16B. Latini mentionne ainsi la corneille, “oisiau de longue vie” (I, CLVIII), sans autre précision de durée ; mais peut-être sa longue vie, et l’expérience qui en découle, expliquent-elles sa capacité de prédire l’avenir et de le faire connaître aux hommes : “a la foiz poons nos conoistre la pluie qui vient, quant ele ne fine de crier, et esbat sa voiz.” Avec plus d’originalité par rapport aux traditions des Bestiaires, il signale aussi les vautours qui “sans gésir engendrent et font fiz ki vivent longhement, si ke a paines definent en .C. ans” (I, CLXXI).

17Parmi les mammifères, les chevaux, mais seulement les mâles, vivent longtemps – jusqu’à 70 ans (I, CLXXXVI). Les chameaux deviennent facilement centenaires, mais à la condition de ne pas quitter leur pays d’origine : sinon, “le muement de l’air les fet enmaladir et devier plus tost k’il ne deussent” (I, CLXXX). Mais le record, pourrionsnous dire, est détenu par les éléphants qui “vivent bien .III.C. ans”. En fait, à propos de cet animal, la plus grande merveille est que, dans tout ce laps de temps, il n’engendre qu’une seule fois. Il faut préciser que des conditions exceptionnelles doivent être réunies :

“li doi compagnon s’en vont contre orient enprés du paradis terrestre, tant que la femele trueve une herbe que l’on apele mandragore, si en manguë, et si atice tant son malle k’il en mangue avec ; et maintenant eschaufe la volenté de chascun, et s’entregisent a envers, et engendrent .I. fil sans plus” (I, CLXXXVII).

  • 11 Bestiaires..., p. 60
  • 12 Philippe de Thaün, Bestiaire, éd. critique E. Walberg, Lund 1900 ; vers 1567.

18Ensuite, après les deux ans de gestation, la femelle met bas son petit dans un étang, sous la protection du mâle qui guette la rive par peur de leur ennemi, le dragon. B. Latini ne précise pas à quelle période de leur vie les éléphants se reproduisent de cette manière : il indique seulement qu’ils agissent par “l’amonestement de nature”, et ne sont, autrement, jamais “eschaufez” par la luxure. Le Livre du Trésor se situe dans la droite lignée des Bestiaires qui font de l’éléphant un symbole de chasteté, mais, a la différence d’un Pierre de Beauvais par exemple11, il ne va pas jusqu’à les comparer à Adam et Eve, avant et après la Chute. L’allégorie se fait dans cet ouvrage beaucoup plus discrète, mais l’auteur reste néanmoins bien ancré dans une tradition qui perpétue comme autant de vérités d’antiques récits fabuleux : sur les trois cents ans de vie de l’éléphant, Latini, comme Philippe de Thaün12, suit Isidore de Séville.

19Sans expliciter la portée morale et même religieuse de l’exemple, le Livre du Trésor raconte à son tour l’histoire rebattue de la huppe portant secours à son père vieillissant :

“quant li fiz voit son pere enveillir, et que il est ja griés et pesanz, et que sa veue est auques obscurcie, il le desplument tout dedenz lor niz, et oignent lors ses yauz, et puis le paissent et norrissent et eschaufent souz leurs eles, tant que sa plume est renovelee et que il puet aler et venir ou il vuet seurement.” (I, CLXIIII)

  • 13 Sur la huppe : cf Bestiaires..., pp31-32, 80-81, 162 ; Ph. de Thaün, vers 2577 et suivants.

20Plus que l’interprétation chrétienne – une illustration du commandement : “Honore ton père et ta mère”, comme le répétaient avec insistance les prédécesseurs de Latini13 –, plus même que le thème de la vieillesse obtenant le juste “guerredon” de sa fécondité perdue, ce qui intéresse véritablement l’auteur dans cet exemple, c’est le processus de rajeunissement, comme le confirment les autres cas où ce renouvellement s’opère spontanément : essentiellement pour les animaux qui subissent une mue, tels les oiseaux ou les serpents.

21De la colombe il nous est dit seulement : lorsqu’elle perd la vue “par veillesce ou par autre maladie”, elle la recouvre, mais on ne sait par quel moyen (I, CLVI).

  • 14 Jusqu’à Du Bartas : La Sepmaine, Cinquième Jour, éd. critique Y. Bellenger, Paris, Nizet, 1981 ; s (...)

22L’aigle et le phénix, en revanche, sont décrits avec la richesse de détail que mérite leur place exceptionnelle dans l’histoire et dans la légende14.

23C’est “por ce k’ele se renovele et depose sa viellece” que l’aigle vit “longhement”, mais sans précision de durée. B. Latini rapporte les deux principales traditions qui courent à ce sujet : selon “li plusour”,

“ele vole en si haut leu vers la chalour du soleil que ses pennes ardent ; et oste toute l’oscurité de ses iols, et lors se laisse cheir en aucune fontaine ou ele se baigne .III. fois, et maintenant est joene come a son comencement” (I, CXXXXV).

  • 15 comme M. Thiry l’a fait remarquer au cours de la discussion, la perte de la vue était une obsessio (...)

24Comme nous l’avons déjà remarqué à propos de la huppe et de la colombe, l’un des signes les plus remarquables, et les plus déchirants, de la vieillesse est cet obscurcissement progressif de la vue, qui peut aller jusqu’à la cécité : cette hantise de l’homme médiéval15 est ainsi transposée au règne animal, particulièrement aux oiseaux, selon les histoires qui courent, mais aussi aux serpents, comme nous le verrons plus loin. L’autre tradition concernant le “rajeunissement” de l’aigle apparaît plus prosaïque :

“le bek de l’aigle croist et plie en son grant aage, en tel manière k’ele ne puet mais penre de ces bons oiseaus ki la maintenoient en vie et en jounece ; lors le fiert maintenant et aguise tant as roides pieres que le sorplus s’en oste, et son bek vient plus gens et plus esmolus que devant, si k’ele menguë et renovele et prent ce ke li plest.” (ibid.)

25Si la chaleur du soleil faisait brûler les ailes de l’aigle, c’est encore le feu, mais celui d’un bûcher dressé par l’animal lui-même, qui permet au phénix, après cinq cents ou mille ans d’existence, de se consumer pour renaître presque immédiatement :

“Et quant il est ars, celui jor meisme de sa cendre sort une vermine qui a vie. Au second jor de sa naissance est faiz come petiz pocins. Au tierz jors est touz granz et creuz tant comme il doit, et vole et s’en vait en son lieu ou sa habitation est.” (I, CLXII)

26Le soleil, soit le feu, la pierre, soit la terre, concourent également au rajeunissement de ces êtres moins fabuleux que sont les serpents et lézards. Ils dépouillent leur peau selon une méthode bien déterminée et Drofitent de cette opération pour guérir aussi leur perte d’acuité visuelle. Ainsi,

“quant la petite lisarde enviellist, ele s’en entre parmi un estroit pertuis d’une paroit contre le soleil, et despoille la nue de ses iex et toute sa viellece” (I, CXXXXIIII).

27Aux vertus abrasives des pierres, le serpent ajoute un régime alimentaire approprié :

“quant il enviellist et lor oils sont plain de tenebres, il jeune longhement, et se garde de mengier tant k’il amaigrist et sa pel est large et pleniere en son dos ; lors s’en entre par fine force entre l’estroit de .II. pieres, tant k’il se despoille de sa vielle eschaille, et devient joenes et frés et bien veans ; mais il use fenoil au mangier por avoir clere veue”. (I, CXXXVII)

28Nous retrouvons le serpent lié à un processus de régénération animale, mais bien involontairement cette fois, puisque le serpent par sa mort contribue à la guérison ou au rajeunissement du cerf, au cours d’un épisode particulièrement riche en éléments symboliques :

  • 16 Source de ce passage : Physiologus B, 29

“quant li cers veut deposer sa viellece ou maladie k’il ait, il menguë la serpente, et pour la paour dou venim cort a la fontaine et boit assés : en ceste maniere mue le poil et les cornes et giete toute viellece. Por ce vivent cerf longhement, selonc ce que Alixandres esprova quant il fist penre maint cerf, et lor fist metre a chascun .I. cercle d’or u d’argent en son col, ki puis furent trové en bone vie, plus de cent ans.” (I, CLXXXIII)16

  • 17 cf la métaphore “dépouiller le vieil homme”, peut-être inspirée des mues du serpent. Sur les serpe (...)

29Pour le cerf comme pour l’aigle, l’eau d’une fontaine vient achever la “cure” commencée grâce au soleil ou à cet animal chthonien qu’est le serpent : bien que B. Latini ne se livre pas à des interprétations allégoriques, il n’ignorait pas que dans la symbolique chrétienne l’aigle et le cerf étaient considérés comme deux figures du Christ, et que l’eau de ces fontaines pouvait évoquer l’eau du baptême qui fait naître à une nouvelle vie17.

30Ce rajeunissement, assimilé à une guérison – l’équivalence vieillesse = maladie est textuellement posée par deux fois –, ne représente-t-il pas alors une tentation pour l’homme ? D’autant plus qu’en général il peut se répéter et s’accompagne d’une longue durée de vie : une longévité à la fois qualitative et quantitative apparaîtrait ainsi comme un idéal aux yeux du lecteur, de même qu’elle rejoint les préoccupations de toute médecine.

  • 18 Je remercie M.F. Notz pour cette indication, et renvoie pour plus de détails à sa thèse : Le paysa (...)

31Pourtant, Brunetto Latini n’effectue pas le saut : il ne transpose pas au monde humain ce qu’il a décrit, avec force détails et un plaisir évident, pour le monde animal. La fontaine où se plongent l’aigle et le cerf ne devient pas la Fontaine de Jouvence du Roman d’Alexandre18. La seule immortalité désirable, dans le monde chrétien où évoluent B. Latini et ses lecteurs, est l’immortalité de l’âme ; cet enseignement est l’un des “ deniers contans” (I, I) que nous offre la première partie du Trésor :

“Ame est vie de l’home, et Dieus est vie de l’ame. Et l’ame de l’home n’est pas home, mais son cors ki fu fais de moiste tiere solement est home se ame habite dedens (...) ; l’ame fu faite en la char à l’ymage de Deu. (...) Et sachiés que ames ont commencement mais n’aront fin.” (I, XIV)

32Hormis le Phénix, qui est d’essence mythique, les animaux eux-mêmes ne sont pas immortels, et pour un corps, qui est au nombre de ces choses “temporaus lesqués commencent et fenissent” nécessairement (I, XIV), l’homme n’a pas à gaspiller son temps et son énergie en efforts de rajeunissement qui, a terme, sont inéluctablement voués à l’échec. A la raison, par laquelle nous “devancissons les autres animaus”, et qui est “l’office” de l’ame “en ce qu’elle juge droitement” (I, XV), est réservé un meilleur usage, en l’occurrence une appréciation plus juste du vieillissement, et l’art de tirer profit du temps qui passe.

***

33Sans consacrer un seul chapitre au thème exclusif de la vieillesse de l’homme, B. Latini parsème néanmoins le Livre du Trésor de notations qui, une fois regroupées, composent un tableau nuancé du dernier âge de la vie. Les misères physiques n’en sont pas absentes, puisqu’elles ont même affecté un Patriarche d’avant le Déluge, qui, à l’instar de plusieurs animaux évoqués précédemment, souffrait des yeux :

  • 19 en fait, Lamech n’a pu tuer Caïn car il vivra beaucoup plus tard : père de Noé (Genèse, 5, 28-31)

“Et puis ke Lamech fu de si grant viellece k’il ne veoit ja goute, ocist par aventure Cain d’une saiete de son arc.” (I, XX)19

34Mais les souffrances morales sont plus longuement développées, comme il est naturel, dans le livre second ou Ethique. Dans un chapitre particulièrement important pour notre propos, “De mesure” (II, LXXIIII), B. Latini, à la suite d’Horace, nous raconte les propriétés des quatre âges de la vie : “li enfant”, “li joenes”, celui qui “vient en aage et en corage d’ome”, et enfin “li vieus”. Si le deuxième âge en particulier ne manque pas de défauts (le “joene” est “orguilleus et covoiteus... n’a point de fermeté”), seul le vieillard “a maint meschief : il quiert les choses, et quant il les a si a paour d’user les ; il fait toutes choses celeement et coardement, il met en délai, et covoite çou ki est a venir ; il se plaint de çou ki est present, et loe le tens ki est passés ; il wet chastiier les enfants et jugier les joenes.”

35Dans le florilège de citations des moralistes latins, c’est Juvénal qui pousse au paroxysme la critique de cet âge :

“ceste paine est donnee a ciaus ki longhement vivent, ke lor pestilence se renovele tozjors ; il enviellissent en paine et en pardurable dolour et porrissent en orde vesteure. (...) Juvenaus dist, hastive mort ne aigres definemens ne doit pas estre redoutee, mais viellece doit estre plus cremue que mors.” (II, LXXXIIII)

36Comme le suggère la deuxième partie de la citation, le caractère pénible de la vieillesse fait ici l’objet d’une amplification rhétorique, dans le cours d’une argumentation, celle du long dialogue entre Seurté et Paor qui remplit tout le chapitre 84 : le primordial objet de crainte étant la mort, Seurté, appelant à la rescousse Cicéron, Horace, Sénèque, Lucain et Juvénal, accumule toutes les bonnes raisons de conjurer cette peur, avec, au premier plan, le spectre d’une vieillesse pire encore que le trépas :

“il fait millour morir lors k’il delite de vivre, et très bon morir est ançois que tu desirres la mort. Par aventure la mort m’osta d’aucun mal, au mains m’eschapa de viellece ki est mout grief”.

37La notion de vieillesse en vient même à perdre tout contour temporel, dans ce paradoxe ou paralogisme ? de Sénèque :

“il ne puet caloir quant ans je aie ne quans j’en ai pris ; car se je ne puis plus vivre, c’est ma viellece ; kiconques vient a son derrenier jor, il muert vieus.”

38Cette mort survenant dans la force de l’âge, lorsque le plaisir de vivre n’est pas entamé, elle constitue, pour Sénèque et sans doute aussi pour Latini, une sorte d’idéal, dans la mesure où le corps de l’homme, comme “totes choses ... ki furent faites d’aucune matire” (I, VIII), est soumis à ces oevres de nature” qui sont “generation, corruption, acroissement, diminution, alteration et muemens de l’un leu en l’autre” (I, CXX). Le Livre du Trésor décrit précisément, dans ce même chapitre de la première partie, les opérations de diminution et de corruption appliquées au corps humain :

Diminutions est cele oevre de nature ki fait amenuisier un home u une autre chose : car quant uns hom est alés jusc’a ses bonnes et k’il a tant creu come il doit, lors recomence il a descroistre et amenuisier sa force, jusc’a sa fin. (...) Corruption est cele chose de nature por quoi totes choses sont corrompues et menees a son definement ; car la mort de l’home et des autres choses n’avient se por ice non que ses humors ki le tienent en vie sont corrompues en tel maniere k’il n’ont plus de pooir ; lors covient il que cele chose viegne a sa fin.”

39Reconnaître, et même accepter, ce principe de “definement” inéluctable inscrit dans la nature corporelle de l’homme, cela ne saurait constituer qu’une étape, un préalable nécessaire à la “ culture” des vertus que propose le deuxième livre, l’Ethique.

40Divisant les vertus en deux grandes “manieres” – “l’une est de l’entendement de l’home, c’est sapience, science, sens ; l’autre est de moralité, c’est chasteté et larghece, et autres samblables” (II, VIIII) – B. Latini affirme, à la suite d’Aristote, que ce qui est en nous par nature n’est pas la vertu elle-même, mais la “puissance d’aprendre” :

“la racine et le commencement de reçoivre les vertus sont en nous par nature, et li lor compliements est en nous par usage.” (I, X).

  • 20 “vieus hom ne se doit tant garder des choses comme d’abandonner soi a pereche” (II, LXXIIII)

41Au cours de l’étude systématique des vertus, des contradictions apparaissent néanmoins : alors que le chapitre X posait comme préliminaire que “la vertu de moralité naist et croist par bon us et honeste ; car ele n’est pas en nous par nature”, le chapitre XXXI assure pour sa part que “les vertus moraus sont ausi comme meurs de nature ; car nous trovons aucune fois l’ome fort et chaste et juste de s’enfance.” L’importance de la pratique, dans le domaine des vertus morales, n’est pas pour autant remise en cause : c’est dès le plus jeune âge qu’“on doit contrester au desirier de délit (...) ; por ce covient il a home avoir maistre de s’enfance, par qui ensegnement il vive. Et se ce n’est, le desirier sera tozjors avec lui jusc’a son grant aage” (II, XX). Or, avec la paresse20, la luxure est le vice qui menace le plus de souiller la vieillesse :

“Tuilles dist, luxure est laide en toute aage, mais trop est laide en viellece ; et se desatemprance est avec, c’est double maus, car viellece reçoit la honte, et la desatemprance dou viellart fet le joene estre mains sage” (II, LXXIIII).

42Le vieillard manque ainsi à l’un de ses “offices” qui est de servir de “miroir” aux jeunes gens. L’importance de l’exemple, et plus généralement de “l’amonestement de doctrine” est soulignée tout au long de l’Ethique : comme “n’est mie legiere chose trestorner par paroles ciaus ki endurcis sont en lor malice”, c’est dès l’enfance qu’il faut accoutumer et enseigner l’être humain “a amer les vertus et haïr les visces” (II, XXXXVIII).

43Au terme d’une éducation réussie, un jeune homme peut-il être considéré comme “Sage” et n’avoir ainsi pas même à envier ce privilège traditionnellement attaché au grand âge ? En fait, ce terme de “sage” fait l’objet d’une discussion et d’une analyse approfondie, dans le deuxième, mais aussi le troisième livre. L’une des qualités requises du futur gouverneur est “k’il soit tres bons parliers, car il afiert as signors k’il parole mieus que li autre, por ce que toz li mondes tient a plus sage celui ki sagement dist, meismement s’il est joenes hom” (III, LXXV). Auparavant, au chapitre XXXI du deuxième livre, où il analysait “prudence, sapience et intellec”, B. Latini avait défini comme “preudome et sage” celui qui peut “consillier soi et autri es bones choses et es mauvaises ki a home apertienent”. Il admettait bien que l’on pût rencontrer des jeunes gens “engigneus et ... sage par discipline, mais par proudence non, por ce que prudence est es choses particulieres, que nus ne puet savoir se par longue experience non, et a grant experience covient lonc tans.”

44La “vertu intellectuelle” dans laquelle semblent se confondre la prudence – qui “amesure les commencemens et la fin et l’issue des choses” – et l’intellec – d’où “nous vient solerce et astuce” –, cette vertu donc doit recevoir la “signorie de trestoutes vertus” (II, XXXI). Aussi, un jeune homme, s’il “a paines puet estre sages ... vertueus n’en ert il ja, selonc ce k’Aristotles dist, pour ce k’il ne le puet pas estre sans lonc assaiement de maintes choses, et lonc assaiement requiert lonc aage” (II, LIIII).

45Cette expérience est particulièrement souhaitable pour gouverner une cité. Comme il l’annonçait dès la première page du Livre du Trésor, la “tierce partie ... est de fin or”, car “la science de bien parler et de governer gens (est) plus noble de nul art du monde.” La politique est bien une science, telle qu’Aristote et B. Latini en exposent les principes, et elle doit être connue, bien sûr, du futur gouverneur, mais aussi des citoyens chargés de l’élire.

  • 21 déjà citée au livre II, ch. LIIII

46Le premier des douze critères qu’ils doivent examiner est précisément cette “longue prueve de maintes choses” qui ne peut s’acquérir “se par longue vie non” (III, LXXV). Aussi Latini fait-il sienne la célèbre formule de Salomon : “mar est a la terre ki a joene roi”21, et la développe-t-il en ces termes :

  • 22 cf II, III : “on puet bien estre vieus d’aage et enfes de meurs, et puet estre enfant par aage et (...)

“Et nanporquant on puet bien estre de grant aage et de petit sen ; car autant vaut a estre joene de sens comme d’aage. Pour ço doivent li borgois eslire tel signour ki ne soit joenes ne en l’un ne en l’autre, mieus vaut k’il soit vieus en chascun. Ne por nient ne devea la loi que nus ne deust avoir dignités dedens les .XXV. ans” (III, LXXV).22

47De l’ensemble du livre, il ressort bien que cet âge minimal n’est généralement pas suffisant ; mais s’il doit être un homme d’expérience, le gouverneur ne doit pas non plus être affaibli par la vieillesse, à en juger par l’ampleur des tâches qui l’attendent au cours de l’année de son mandat.

***

  • 23 cf II, CVII : B.L. reprend les enseignements de Saint Pierre, qui sont aussi ceux de l’Exode et du (...)
  • 24 cf I.XV et surtout XVI : “Memoire est tresoriere de toutes choses et garderesce de tout ce ke l’en (...)

48En dehors d’exemples de longévité fabuleuse, empruntés à l’Ancien Testament, ou de rajeunissement spectaculaire, tirés de la littérature des Bestiaires, le Livre du Trésor fournit, sur le problème du vieillissement de l’homme, un certain nombre de notations réalistes et d’enseignements moraux, qui, malgré leur dispersion dans l’oeuvre, aboutissent finalement à une vision complexe, mais dans l’ensemble honorable23 et optimiste du dernier âge de la vie. S’il sait tirer profit du temps qui passe, grâce à la mémoire24, et à un exercice constant des vertus morales et intellectuelles, plus l’homme avancera en âge, plus il s’enrichira d’une expérience, qui sera, pour ses concitoyens, la garantie d’un sage gouvernement.

49L’enfance et la jeunesse ne sont pas pour autant méprisées, car l’éducation et l’enseignement ne sauraient commencer trop tôt, tant est long le chemin de “prudence”. Sagesse antique et doctrine chrétienne contribuent ainsi à l’élaboration d’un idéal de perfection morale que Brunetto Latini présente à son lecteur comme un projet pour une vie. Ce Trésor, qui embrasse toutes les merveilles du monde créé, devait bien aussi traiter la vie humaine comme une totalité, dans la continuité et le progrès de ses différents âges.

Notes

1 Li Livres du Tresor, éd. critique par F.J. Carmody, Berkeley, Los Angeles, 1948 (Slatkine Reprints, 1975) ; les trois autres oeuvres de B. Latini :

  • La Rettorica ; Pubbl. del R. Istituto di Studi Superiori Pratici..., Florence, 1898
  • Il Tesoretto et Il Favolello, in Poeti del Duecento, ed. par G. Contini, Milan et Naples, 1960

2 à la fin de chaque chapitre sont indiquées les sources latines traduites par B. L.

3 cf Florence Mc Culloch, Mediaeval Latin and French Bestiaries, Chapel Hill, The Univ. of North Carolina Press, 1960

4 publié en 1243-44, à partir d’une version arabe.

5 “Tuilles dist, n’eschive pas le viel ami por le novel” (II, CIII).

6 “La divine loi est par nature ; et neporquant ele fu mise en escrit et fu confermee premierement par les prophetes, et c’est le viel testament. Puis fu li noviaus testament, et fu confermé par Jhesu-Krist et par ses disciples” (I, XVIII).

7 cf Esdras, après le retour de la captivité de Babylone, qui “renovela tote la loi” (I, LXII).

8 d’après la Genèse, Mathusalem aurait vécu 969 ans.

9 Abraham avait déjà eu un fils, Ysmaël, de la servante Agar ; pour Elizabeth et Zacharie, Jean-Baptiste est leur premier enfant.

10 cf Bestiaires du Moyen Age, présentés par G. Bianciotto, Paris, Stock Plus Moyen Age, 1980 ; ce volume contient, en totalité ou en extraits, les Bestiaires de Pierre de Beauvais, Guillaume le Clerc, Richard de Fournival (Bestiaire d’Amour), B. Latini, et le 1.XVIII du Livre des Propriétés des Choses de Jean Corbechon.

11 Bestiaires..., p. 60

12 Philippe de Thaün, Bestiaire, éd. critique E. Walberg, Lund 1900 ; vers 1567.

13 Sur la huppe : cf Bestiaires..., pp31-32, 80-81, 162 ; Ph. de Thaün, vers 2577 et suivants.

14 Jusqu’à Du Bartas : La Sepmaine, Cinquième Jour, éd. critique Y. Bellenger, Paris, Nizet, 1981 ; sur le phénix : v. 551-598 ; sur l’aigle : v. 901-1018.

15 comme M. Thiry l’a fait remarquer au cours de la discussion, la perte de la vue était une obsession des clercs du Moyen Age (glaucomes).

16 Source de ce passage : Physiologus B, 29

17 cf la métaphore “dépouiller le vieil homme”, peut-être inspirée des mues du serpent. Sur les serpents, et plus généralement les interprétations allégoriques (et étymologiques) d’animaux réels ou fabuleux, cf U. Eco, Le nom de la rose, en part, pp 63-64, 312-315, 355-357, 397, 424-425, 530 (Livre de Poche)

18 Je remercie M.F. Notz pour cette indication, et renvoie pour plus de détails à sa thèse : Le paysage idéal dans la littérature courtoise du Moyen Age (thèse d’Etat, Univ. de Bordeaux III, 1984)

19 en fait, Lamech n’a pu tuer Caïn car il vivra beaucoup plus tard : père de Noé (Genèse, 5, 28-31)

20 “vieus hom ne se doit tant garder des choses comme d’abandonner soi a pereche” (II, LXXIIII)

21 déjà citée au livre II, ch. LIIII

22 cf II, III : “on puet bien estre vieus d’aage et enfes de meurs, et puet estre enfant par aage et vieus par honeste vie.”

23 cf II, CVII : B.L. reprend les enseignements de Saint Pierre, qui sont aussi ceux de l’Exode et du Lévitique “honeure la personé dou viellart”.

24 cf I.XV et surtout XVI : “Memoire est tresoriere de toutes choses et garderesce de tout ce ke l’en trueve novelement par son engien ou k’il aprent des autres.”

Auteur

Université de Pau

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540