Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vieillesse et vieillissement au Moyen Âge

Senex lupus ou Vieillesse et Sagesse dans la tradition renardienne

Elisabeth Charbonnier

Texte intégral

1Cycles et feuilletons en tout genre dotent souvent leur héros d’une éternelle jeunesse. C’est à peine si, au bout de longues années, quelques cheveux blancs viennent rappeler que le jeune homme des premiers épisodes est maintenant un homme mûr. En effet tout changement, physique ou psychologique, met en péril l’existence et l’unité du cycle. Que faire, si le héros, sous les atteintes de l’âge, cesse d’être lui-même ou meurt ? La vieillesse ne saurait donc véritablement altérer les qualités fondamentales du personnage, celles qui l’ont rendu familier et sympathique à son public. Si bien que le héros mûrit sans véritablement vieillir. La tradition renardienne pourrait bien obéir sur ce plan aux règles de la littérature à épisodes. Car le goupil se doit, sous peine de décevoir ses admirateurs, de rester aussi leste et rusé qu’au temps de ses premiers exploits, tandis que le loup ne peut perdre la force, qui est, avec la bêtise, son apanage propre.

  • 1 Ecbasis cujusdam captivi per tropologiam, edited by E.H.Zeydel, Ams Press Inc, New-York, 1966.
  • 2 E. Voigt, Ysengrimus, Halle, 1884. Réédition : Georg 01ms Verlag, Hildesheim, 1974. Traduction : E (...)

2Et de fait, aussi bien dans les oeuvres à caractère clos, comme l’Ecbasis Captivi1 ou l’Y-sengrimus2, que dans le foisonnement ouvert des branches du Roman de Renart, jamais les héros ne connaissent de véritable devenir. Renard reste lui-même, de ses enfances à ses morts, tout comme le loup demeure fidèle à son aveuglement et à sa bêtise. Les événements se multiplient, les méfaits s’accumulent, sans que le temps ne vienne modifier les caractères.

3Toutefois l’âge des héros change considérablement, selon que le personnage central est Renart ou Ysengrin. En effet les récits construits autour du loup nous le désignent toujours comme très âgé. Dans l’Ecbasis Captivi, le loup est un vieil ermite, qui a depuis sept ans déjà, renoncé aux délices de la viande, et vit selon la règle monastique. Il envisage même de léguer ses biens à ses compagnons, la loutre et le hérisson :

  • 3 Traduction de A.J. Surdel.

Afficior senio, vobis mea cuncta relinguo. (Ecb, v. 188)
“Ecrasé de vieillesse, je vous lègue tous mes biens.”3

4Dans l’Ysengrimus, le loup, toujours qualifié de senex ou senior, a dès le début du récit atteint un âge impressionnant, puisqu’il a trente-deux lustres, c’est-à-dire cent soixante ans (III 590 et IV 73). L’âne Carcophas a quarante-quatre lustres ou deux cent vingt ans (VI 435), et fait néanmoins figure de jouvenceau auprès de la truie Salaura vieille de six siècles (VII 9). Il n’est pas besoin de considérer attentivement ce redoutable trio, pour deviner de quelles connotations négatives l’oeuvre de Nivard revêt la vieillesse. Celle-ci évoquant indubitablement gloutonnerie, sottise et cruauté.

  • 4 Roman de Renart, édition J. Dufournet, Garnier-Flammarion, Paris, 1985.

5En revanche, le goupil héros des poèmes français n’est pas un vieillard, même si sa gorge est blanche (B I, v 1265 sq), et même si ses pattes n’ont plus la célérité d’antan (B VIII, v 15 sq)4. Rien en effet ne met en péril son efficacité, et le goupil finit toujours par remporter la victoire sans rien changer à ses habitudes. Pareillement, Tibert a acquis l’expérience qui lui permet de déjouer les méchants tours de Renart (B II, v 691 et 805), pourtant il se conduit encore comme un chaton :

De sa coe se vet joant
Et entor lui granz saus faisant. (B II, v 669-670)

6Ysengrin lui-même, bien que plus âgé que le goupil, n’est pas un vieillard, comme si le Roman de Renart réhabilitait la vieillesse et n’y faisait allusion qu’à propos des personnages les plus rusés. Toutefois la thématique de l’expérience n’est jamais développée, bien au contraire, puisque Renart a depuis toujours été sage et que son oncle est un benêt. L’Ecbasis Captivi, l’Ysengrimus et le Roman de Renart manifestent donc sous des figures différentes, la même prise de distance par rapport à l’image du patriarche.

  • 5 Pañcatantra, traduit et annoté par E. Lancereau. Connaissance de l’Orient, Gallimard, 1965, p. 220 (...)
  • 6 Id, ibid, p. 248.
  • 7 Par exemple Romulus, IV 7 : “De quibus unus Ales, astutior et expertos habens omnes dolos Aucupis, (...)

7Image pourtant ancienne et traditionnelle s’il en est. Par patriarche, entendons un homme ou un animal, âgé et sage, narrateur ou héros, qui manifeste son expérience et son habileté par un discours ou des actes lourds d’enseignement. Ainsi le Pañcatantra tout entier se présente comme l’oeuvre d’un brahmane de quatre-vints ans, Vichnousarman, chargé d’instruire les fils d’un roi. De plus, dans le récit lui-même, plusieurs personnages incarnent la sagesse et l’habileté de l’expérience, et sont des doubles, positifs ou négatifs, du patriarche-narrateur. Il y a le vieux ministre-corbeau Sthiradjivin (c’est-à-dire “qui vit avec force”) qui, par la ruse, vient à bout de l’engeance des hiboux et enseigne à son peuple les rudiments de la sagesse. Il y a le vieux chat ascète, qui accorde les plaideurs en les dévorant, et le serpent trop âgé pour attraper les grenouilles, qui compense sa faiblesse par son machiavélisme5. Cette sagesse patriarcale, sous sa forme positive, se présente à la fois comme une pragmatique et une éthique. Même si le Pañcatantra n’ignore pas les ravages physiques opérés par la vieillesse6, celle-ci reste avant tout l’aboutissement positif d’un apprentissage. Ambiguïté fondamentale que l’on retrouve dans la fable ésopique, où les animaux âgés, parfois objets de dérision et de mauvais traitements, sont d’autres fois les plus avisés7.

8Or, à examiner successivement l’Ecbasis Captivi, l’Ysengrimus, et le Roman de Renart, il semble que la tradition renardienne s’éloigne progressivement de cette conception primitive de la vieillesse. Dans l’Ecbasis Captivi survit encore la parole fondatrice du vieillard, qui a beaucoup vécu et beaucoup appris. Le narrateur est en effet un vieux moine, qui oppose sa présente sagesse à la paresse et à l’inexpérience de ses jeunes années. En cela, il incarne le même type de sage que Vichnousarman, et comme dans le Pañcatantra, la vieillesse est le signe d’un progrès moral et philosophique.

Cum me respicio transactaque tempora volvo,
De multis miror, puerilis quae vehit error :
(...)
Nam quia sic vexi, possedi nomen aselli,
Cujus raucisonum querens vitare ruditum ;
Quamquam sit serum, meditabor scindere saccum.
(Ecb, VI-2, 7-9)
“Quand je rentre en moi-même et que je médite sur le passé,
Je m’étonne du nombre de bêtises qu’entraîne la turbulence enfantine : (...)
Le fait est que ma conduite me valut le surnom de petit âne,
J’essaie maintenant d’en éviter le rauque braiement ;
Et même, s’il n’est-pas trop tard, je me prépare à sortir de ma peau.”

9Ainsi le narrateur repenti érige en discours didactique le récit de ses égarements. La vieillesse s’oppose alors à l’enfance et à la jeunesse, comme la sagesse à l’ignorance, opposition déclinée au travers de nombreux couples antithétiques : le brahmane du Pañcatantra et ses élèves, le vieux moine et le moinillon qu’il a été, le loup et le veau. Le loup, ermite qui cède à la tentation après sept ans d’abstinence, est en effet la figure inversée du narrateur, qui se repent dans sa vieillesse. Toutefois ce reflet perverti jette un certain discrédit sur la figure du patriarche. Celui-ci est certes la première instance d’un récit, dont la portée moralisatrice n’est plus à démontrer, mais prend-t-il sa fonction au sérieux ? Car il semble rire de la forme quelque peu scolaire de son discours et de son rôle pédagogique :

Confiteor culpam : mendosam profero cartam.
Sunt tamen utilxa quae multa notantur in illa ;
Si recitas totam, panis mercabere tortam. (Ecb, v 40-437)
“Je confesse ma faute : je présente un livre plein de mensonges.
Cepandant, de nombreuses choses utiles y sont à noter ;
Si tu le récites en entier, tu gagneras une tourte de pain.”

10Dans l’Ysengrimus, la remise en question va encore plus loin, dans la mesure où le récit n’est plus le discours d’un vieillard. Mais les personnages les plus négatifs sont montrés comme de dignes patriarches. Et Nivard parodie même les discours de convention et les éloges traditionnels de l’âge, en les appliquant au loup ou à la truie :

Inter grandaevos plus sapit iste senes,
Consultor guaestorque bonus, quem dico patenter
Tot cumulasse artes quot senuisse dies ;
Non equidem nobis hoc consultore carendum est... (Y, IV 404-407)

11“Ce vieillard est le plus sage des patriarches, c’est un bon conseiller, un bon pourvoyeur. Je vous le dis franchement, il a autant de tours dans son sac qu’il a vécu de jours. Nous ne devons nous priver de ce conseiller à aucun prix...”

12De fait, ces paroles du goupil sont destinées à attirer le loup dans un piège, et personne ne croit un instant à la pertinence de ses propos. Ysengrin lui-même flaire le traquenard et répond en reprenant les mêmes topoi vides de sens.

Elige consiliis, guemcumque probaveris aptum,
Annis praependet sarcina tanta meis.
Partita est hodierna quidem michi vespera lustrum,
Aetas consilii pondere parva caret,
Vox juvenum vento, seniorum traditur archae ; (Y, IV 435-439)

13“Choisis pour te conseiller celui dont tu auras éprouvé les capacités, quel qu’il soit, si lourd est le handicap qui pèse sur mon âge ; j’ai eu la moitié de cinq ans ce soir. Les conseils de la jeunesse n’ont pas de poids, on abandonne la parole du jeune homme aux quatre vents, on confie celle du vieillard à un coffre.” La vieillesse n’est visiblement plus le temps de la sagesse, et ce proverbe dans la bouche du loup, qui est en même temps le plus sot des vieillards, prend une valeur dérisoire. Autre témoignage de la même contestation, le portrait de Salaura, la truie. Alors que la vieille femelle vient de présider à un véritable carnage, l’une de ses congénères s’adresse à elle, en employant les termes consacrés du respect et de la vénération.

Cana genas annis, sed mentem canior astu
Omnes te sequimur, fare, Salaura soror. (Y, VII 443-4)

14“Toi dont les ans ont blanchi les joues, mais dont l’habileté a blanchi l’esprit davantage encore, nous te suivons tous, parle, Salaura ma soeur.” Comment croire encore à la sagesse des vieillards ?

15Considérons enfin le Roman de Renart. Nous ne pouvons qu’y constater la totale disparition de cette polémique et de ce type de personnages. Evolution sans doute liée au changement d’inspiration qui conduit la tradition renardienne d’un humour monastique et didactique à la verve profane et divertissante des conteurs français. L’Ecbasis Captivi, comme le Pañcatantra, avoue encore une vocation essentiellement pédagogique. Il s’agit de montrer au jeune moine, sous une forme allégorique, les dangers qui le guettent à l’extérieur de la clôture. Une telle ambition implique la croyance en une sagesse humaine, fondée sur l’expérience et la foi, et dont le vieillard est le porte-parole traditionnel. Le personnage du patriarche est donc le symbole d’un savoir accessible et immanent. Il trahit la croyance en une certaine forme d’équilibre et de vérité, à laquelle l’âge, puis la réflexion, pourrait permettre d’accéder. L’univers prend donc un sens, que l’homme sage peut entrevoir, et comme les ermites des romans du Graal lisent le monde aux chevaliers, le patriarche enseigne les règles de la sagesse humaine. Toutefois l’univers de l’Ysengrimus est cahotique : Nivard nous dépeint un monde sans valeurs, privé de signification, vendu à l’encan par les prêtres et déserté de Dieu. Là, il n’y a ni sens ni sagesse, et l’on vieillit sans rien apprendre. Seuls sont efficaces le cynisme et la ruse, que les forts connaissent d’instinct. La parole patriarcale ne peut donc avoir de mission fondatrice et laisse la place à un discours anonyme et satirique, qui dénonce et détruit sans rien reconstruire. N’apparaît plus qu’une forme de pragmatisme désabusé et la nostalgie de ce sens immanent, dont l’esprit du texte, encore monastique, perçoit nettement la perte. Ainsi peut-on comprendre ces personnages de vieillards stupides ou cruels, dont l’on ne cesse de vanter la compétence et le savoir. Ils sont pour ainsi dire les fantômes amers d’une sagesse ambitieuse et optimiste, pour un temps disparue. Le Roman de Renart, lui, se soucie moins d’instruire que d’amuser. A l’effacement des préoccupations didactiques et morales correspond donc la disparition du personnage patriarcal, dont la parole n’a plus de raison d’être, évincée par le verbe du goupil. Subsistent seuls les vestiges de la tradition orale dont le vieillard est le dépositaire privilégié. C’est ainsi que la branche XXII se présente comme une histoire racontée par un vieil homme au trouvère. Mais ce vieillard n’exerce plus les fonctions du patriarche. Il ne répond plus même à la figure dégradée et parodique du vieux sage, révélatrice de l’humour monastique, telle que nous la trouvons dans l’Ecbasis Captivi et l’Ysengrimus.

  • 8 “Au Moyen Age dans la mentalité commune on ne voit guère, semble-t-il, de compassion pour la sénes (...)

16Ce personnage de vieux sot, de senex comicus, est caractéristique de la littérature animalière antérieure au Roman de Renart. Bien que fortement apparenté aux vieillards de la chanson de geste et du fabliau, cet anti-patriarche possède néanmoins des ridicules qui lui sont propres, et qui relèvent moins du spectacle toujours réjouissant au Moyen Age de la déchéance physique que d’un humour monastique bien particulier8. Ironie d’ailleurs révélatrice de l’aire de création et de diffusion des oeuvres, appréciées surtout dans les cloîtres. Les moines rient d’eux-mêmes, innocemment ou non, et dotent leurs héros d’un statut clérical : le loup de l’Ecbasis Captivi est ermite, celui de l’Ysengrimus est revêtu d’une infinité de titres : moine, abbé, évêque, pape, anachorète, ermite... La truie Salaura elle-même est abbesse (VII 39 sq) et l’âne Carcophas clerc (III 687 sq). Ces qualités engendrent mille plaisanteries à propos de la règle, dont le loup ne peut jamais tolérer l’ascétisme :

Nec possum teneram telluri affligere plantant ;
Sic penit solitum dum non habet arida pastum.
(Sint hec barbaricis mandenda legumina Francis !) (Ecb, v 282-4)
“Et je ne peux pas poser ma faible patte sur le sol.

17Tant elle est desséchée et tant elle a dépéri par manque de sa nourriture habituelle.

  • 9 “Et factum est omne tempus quod vixit Adam, anni nongenti triginta, et mortuus est”. Genèse V, 5. (...)

18(Que ces légumes soient laissés en pitance aux barbares francs !) La Bible est donc une source d’inspiration très exploitée. Dans l’Ysengrimus, l’âge des protagonistes évoque directement celui des patriarches de l’Ancien Testament9. On s’aperçoit même que les âges additionnés des personnages les plus antipathiques, qui sont aussi les plus vieux, correspondent à un millier d’années. Bien que ce calcul soit aléatoire - on nous dit simplement que Salaura a survécu six siècles, sans autre précision -, cette coïncidence évoque étrangement les mots fameux de l’Apocalypse :

Et ligavit eum per annos mille (Apoc 20, 2)

19Ces trois vieillards seraient donc des figures apocalyptiques, en même temps que des patriarches pervertis, corrompus, révélateurs de l’indignité de leur époque. Ils annoncent que la fin des temps est proche et assimilent les désastres de la seconde croisade, les catastrophes naturelles de ce milieu de siècle aux signes avant-coureurs de l’Apocalypse. Ainsi l’Ysengrimus se clôt sur un point d’orgue, qui marque à la fois l’aboutissement des aventures du loup, des crimes du genre humain depuis Caïn, des erreurs et des vices des contemporains de Nivard. Point culminant du texte scandé par les prophéties dérisoires et parodiques du loup et de la truie. Le vieillard a donc l’ambiguïté d’un caractère à la fois grotesque et terrifiant.

  • 10 E.R. Curtius, La littérature européenne et le Moyen Age latin, Paris, PUF, 1956, p. 122 sq.

20Cette étrangeté se retrouve dans la conception même de la vieillesse, sans cesse liée à son contraire. Non seulement les vieillards ridicules des fables animales antérieures au Roman de Renart se conduisent comme des jouvenceaux, mais ils revendiquent même parfois l’âge le plus tendre10.

21Ainsi le loup de l’Ecbasis Captivi agit exactement comme le veau, puisqu’il cède lui aussi à une tentation d’ordre alimentaire, sans se soucier de son salut. Le loup de l’Ysengrimus n’a guère plus de sagesse et se veut un jeune louveteau. Revendication inspirée par le désir aussi violent qu’inutile d’échapper aux ruses du goupil. En effet Ysengrin pris dans les rêts de son ennemi, tente toujours de prouver qu’il n’a pas l’âge requis pour être la victime désignée. Dans la fable du pèlerinage, pour s’enfuir, il affirme être trop jeune pour servir de guide aux pèlerins (IV 435-440). L’épisode postérieur du renard-médecin nous le présente au contraire tentant vainement de rétablir la vérité : le goupil a besoin de la peau d’un jeune loup, et lui a trente-deux lustres ! Peine perdue, il sera écorché, quel que soit son âge (III 585 sq). Cette polémique est néanmoins l’occasion de nombreuses plaisanteries, sous forme d’oxymores : le loup est qualifié de grandaevus juvenis (III 952) ou annosus juvenis (IV 443). Ce paradoxe, outre ses fins humoristiques, trahit aussi un doute fondamental et ce souci de totale remise en question qui parcourt l’Ysengrimus. Rien n’est plus certain. Il n’existe plus ni vérité ni valeurs indubitables. Et puisque la sagesse a disparu, pourquoi la vieillesse serait-elle encore le lieu d’une certitude ? Le monde est inconstant, mouvant, instable et les apparences ne sont que mensonge.

Ursus ait : “quod vis, loquere, Ysengrime sodalis,
Canities multos occupat ante diem,
Accidit albedo, nec temporis usque fit index,
Et nova nix albet vixque triennis olor. (Y. III 597-600)

22“Alors l’ours : “ Dis ce que tu veux, compère Ysengrin. Beaucoup ont le poil blanc avant l’âge. On devient blanc sans que cela signifie toujours que l’on soit vieux. La neige fraîche est blanche, ainsi que le cygne de trois ans à peine.”

23Ces quelques mots, qui préfigurent étrangement les manipulations renardiennes, trahissent aussi un certain malaise : non seulement la vieillesse ne signifie rien, mais elle cesse encore d’être une évidence.

  • 11 Y, III 198, 246, 249, 504 et I 75, 103, 514, 531.
  • 12 Y, I 103, 115, 373, 391, 514, 531 et II 263, 363, 407. etc...

24Enfin, dernière caractéristique du personnage, le vieux sot régresse au lieu de progresser. Alors que la conception traditionnelle, encore à l’oeuvre dans les premiers vers de l’Ecbasis Captivi, veut que le vieillard croisse en sagesse à mesure qu’il s’avance en âge, le senex comicus n’apprend rien de la vie et désapprend même le peu qu’il a acquis. Dans l’Ecbasis Captivi, le loup renonce à la règle qu’il a suivie pendant sept ans. Dans l’Ysengrimus, il s’avère incapable de tirer la moindre leçon des catastrophes de plus en plus effroyables qui s’abattent sur lui. La montée des périls le trouve totalement inconscient. Sa constance dans la sottise et son incapacité à percevoir des avertissements de plus en plus criants signifient son aliénation grandissante et sa perte prochaine. La structure de l’Ysengrimus met en lumière cette régression, puisque l’ouvrage s’ouvre sur l’unique succès remporté par le loup, avant de narrer les mutilations successives dont il est victime. Ysengrin est tour à tour rossé, amputé de sa queue, écervelé, écorché vif, assommé, empalé, privé d’une patte avant de l’être de la vie. Or cette déchéance est explicitement liée à la vieillesse, dans la mesure où le mot senex fonctionne comme un signal ou un embrayeur. Le narrateur l’utilisant essentiellement lorsque le loup est en position de détresse ou de manque, et que sa sottise va faire basculer la situation à son désavantage. Le substantif senex est donc presque toujours accompagné d’épithètes impliquant l’infériorité ou la défaite, comme au livre III, spretus, victus, pulsus, profugus11. L’adjectif peut encore signifier une illusion ou une dangereuse erreur de comportement. Ainsi incautus, iratus, ovans ou hilaris dans le livre I. Senex est également très souvent sujet de verbes de parole, alliance significative du danger qu’il y a à trop parler12. La docte parole du patriarche pédagogue est devenue le bavardage étourdi d’un vieux sot, incapable de tenir sa langue. Cette conception du discours sénile est en accord avec l’idée que le Moyen Age se fait de la vieillesse. Le vieillard, comme tous les dévalués, les diminués, inspire plus le rire que la pitié.

25Dans cette déchéance, la réalité physique du vieillissement tient une place d’autant plus intéressante à étudier, que le phénomène s’applique à des animaux. Or il semble que, dès les premiers textes, les auteurs aient observé comment la fourrure d’un animal, par exemple, trahissait son âge. Voici comment le goupil de l’Ecbasis Captivi dépeint les ravages exercés par la fatigue sur sa personne :

Singuia de nobis anni predantur euntes,
Jam tempestivi funduntur vertice cani,
Auribus ecce meis inoleyit pluma senilis,
Aspera jam pellis insedit cruribus istis ;
Nocte dieque gravi franguntur crura dolore,
Non cursu superabo canem, nec viribus aprum,
Assimilor cigno, commutor corpore toto,
Conrugor, felix velut assolet Indica cornix. (Ecb 473-480)
“Des années en s’en allant emportent l’une après l’autre leur butin.
Des cheveux gris prématurés ont recouvert le sommet de ma tête,
Regarde, la toison de la vieillesse a déjà poussé autour de mes oreilles,
Et une rude fourrure recouvre désormais mes cuisses.
Jour et nuit, mes jambes sont tourmentées par des douleurs intenses,
Je ne distance plus le chien à la course et je ne surclasse plus le bélier par la vigueur. Semblable au cygne, j’ai mué dans toute ma personne.
Je me couvre de rides, comme cela arrive à la corneille indienne d’heureux présage.”

26Dans cette courte description, où l’anthropomorphisme occupe une place discrète, limitée à ces rides pour le moins étranges chez un goupil, tout semble finement observé. Pourtant le héros n’est pas vieux et donne en fait une interprétation fallacieuse de son physique. Il lit la vieillesse sur son corps, l’exhibe dans son discours, afin d’inspirer pitié à son auditoire. Exactement comme le fera plus tard le goupil du Roman de Renart :

Mes, foi que doi Deu et saint Jorge,
J’ai tote chenue la gorge.
Vels sui, si ne me puis aidier,
Si n’ai mes cure de plaidier. (R de R, I v 1265-1 268)

27Renart désigne en fait la tache blanche que tous les goupils portent au cou et qui n’est en rien révélatrice de leur âge. Il se déguise en vieillard. Ici encore, comme dans l’Ysengrimus, les signes sont ambigus et la vieillesse est le prétexte d’un travestissement. Seule exception, la branche VIII, où certains signes physiologiques, dont on ne sait s’ils sont dûs à la fatigue ou à l’âge, alarment le goupil et le poussent à vouloir changer de vie.

Ne coroit pas si tost d’asez
Con il soloit, molt fu lassez. (R de R, VIII v 15-16)

28Renart se rappelle alors ses exploits passés. Et craignant de ne pouvoir les renouveler, il décide de s’amender et de partir en pèlerinage. Pieuse décision qui restera sans effet. Car si, au terme de l’aventure, Renart déclare :

Je me voil metre en mon retor
Et si vivrai de mon labor
Et gaagnerai leelment,
Si ferai bien a povre gent. (R de R, VIII v 463-466)

29L’abandon du pèlerinage est néanmoins lourd de significations et suggère que le goupil ne tardera pas à retomber dans ses vieux travers. Ainsi, bien que peut-être vieilli, Renart ne change pas et l’aventure n’entraîne aucune véritable mutation psychologique. La possibilité d’un éventuel vieillissement sert seulement d’embrayeur au récit et disparaît du texte sitôt le schéma narratif introduit. Le trouvère a usé d’un subterfuge pour amener un rappel intertextuel des méfaits renardiens, sous la forme classique de la confession, mais ce subterfuge ne l’intéresse pas en lui-même et plus rien ne le rappelle au cours de l’aventure.

30On peut s’interroger sur ce désintérêt des poètes pour ce phénomène du vieillissement. Car la prise de conscience d’un changement réel, lié à l’écoulement du temps, est quasiment absente de la fiction animale. Que ce soit dans l’Ecbasis Captivi ou le Roman de Renart, les caractères des personnages sont fixés une fois pour toutes. Les rusés, Reinardus ou Renart, Tibert, le sont définitivement, et cela dès leur plus jeune âge. C’est ainsi que la branche des Enfances Renart met en scène un goupil déjà en pleine possession de ses moyens. En revanche, les sots n’apprennent rien. Ysengrin demeure sourd à toutes les leçons et s’avère incapable d’acquérir la moindre expérience. Hersent elle-même est aussi lubrique dans son âge quasi centenaire qu’elle l’était dans sa jeunesse (R de R, VII 471 sq).

31Cette permanence est certes nécessaire à l’action, mais contribue aussi à instaurer un temps immobile et répétitif, où les êtres sont eux-mêmes pour l’éternité. En cela, la fiction animale ne peut appréhender une véritable mutation, et rejoint la tradition proverbiale qui fait des animaux le symbole de la permanence des vices. Ainsi le loup est très attaché à ses habitudes :

... potior mihi pristinus est mos,
Hunc morem repetam, nunc ad mea prisca recurram. (Ecb, 285-6)
“... mes anciennes moeurs me semblent préférables,
Je vais y retourner et reprendre mes vieilles habitudes.”
Candidiore novo veterem non cambio callem,
Tardum est annosos discere vincla canes. (Y, IV 727-8)
“Je n’échange pas mon vieux chemin contre un nouveau plus honnête. Il est trop tard pour apprendre aux vieux chiens à supporter la chaîne.”

32Ces prises de position semblent l’illustration de proverbes populaires :

  • 13 J. Moravski, Proverbes français antérieurs au xvème siècle, CFMA, Paris, Champion, 1925. Proverbes (...)

On ne vi vieill chien mener en landon.
On ne vi vieill roncin aprendre a enbler.
Vieill chien est mal a metre en lien...13

33C’est pourquoi, même si le Roman de Renart rompt avec le personnage du vieillard ridicule issu de la tradition monastique, on ne saurait parler de réhabilitation de la vieillesse. Renart n’est pas rusé parce qu’âgé. Mais il est si rusé qu’il sait utiliser ses poils blancs pour faire croire à un affaiblissement, qui dissimule en fait son triomphe prochain. Ainsi, de la vieillesse, la tradition laïque ne conserve que l’idée d’une déchéance physique, rompant avec la problématique monastique fondée sur la double opposition vieillesse-jeunesse, sagesse-ignorance.

34La nature de l’inspiration modifie donc considérablement le regard de la fable animale sur la vieillesse. Le vieillard ridicule, représentatif des textes cléricaux, ne fait visiblement plus rire les poètes du Roman de Renart, qui préfèrent voir dans la vieillesse un déguisement verbal propre à susciter la pitié. L’évolution est donc nette. Alors que la fiction monastique trahit encore la nostalgie d’une expérience patriarcale et d’une certaine sagesse humaine, les branches laïques se désintéressent de cette problématique. Seul vestige du pouvoir didactique jadis exercé par le vieillard, un lien fondamental subsiste entre la parole et la vieillesse, qui s’avère occasion et prétexte à discours. Mais à un discours dégénéré : parole manipulatrice du goupil ou récit complaisant de ses crimes passés. Le message n’est plus le même. Au digne brahmane du Pañcatantra succède le trompeur qu’est Renart, qui ne parle plus pour enseigner mais pour engignier. Ainsi l’histoire de la vieillesse se rapprocherait étrangement, dans la tradition renardienne, de celle de la parole.

  • 14 J. Le Goff classe d’ailleurs les vieillards dans la catégorie des “dévalués”. Voir “Les marginaux (...)
  • 15 En effet Nivard insiste peu sur l’âge de Carcophas et de Salaura, auquel il n’est fait que des all (...)

35La vieillesse semble également susciter une réaction proche de celle qu’entraîne la marginalité14. L’ermite de l’Ecbasis Captivi vit à l’écart de ses semblables et des animaux de la ferme, retiré dans un antre solitaire. Le héros de l’Ysengrimus lui-même, bien que dignitaire de la cour, moine et évêque, est néanmoins marginalisé, dans la mesure où il est sans cesse rossé, chassé, renvoyé à l’écart. Le danger qu’il constitue pour les autres animaux suffit bien sûr à expliquer cet ostracisme, mais son âge monstrueux, sa vieillesse contre-nature, sans être la cause de ce rejet collectif, en est peut-être le signe15.

Notes

1 Ecbasis cujusdam captivi per tropologiam, edited by E.H.Zeydel, Ams Press Inc, New-York, 1966.

2 E. Voigt, Ysengrimus, Halle, 1884. Réédition : Georg 01ms Verlag, Hildesheim, 1974. Traduction : E. Charbonnier, Recherches sur l’Ysengrimus, traduction et étude littéraire, Verlag K.M. Halosar. Vienne, 1983.

3 Traduction de A.J. Surdel.

4 Roman de Renart, édition J. Dufournet, Garnier-Flammarion, Paris, 1985.

5 Pañcatantra, traduit et annoté par E. Lancereau. Connaissance de l’Orient, Gallimard, 1965, p. 220 sq, p. 232 sq, p. 283.

6 Id, ibid, p. 248.

7 Par exemple Romulus, IV 7 : “De quibus unus Ales, astutior et expertos habens omnes dolos Aucupis, sic dixisse fertur ; Heu ! fugite, simplices et innocentes Aves...”, in L. Hervieux, Les fabulistes latins, Paris, 1884, tome II, p. 221.

8 “Au Moyen Age dans la mentalité commune on ne voit guère, semble-t-il, de compassion pour la sénescence, mais du dénigrement. La décrépitude suscite les risées (...). En un temps où la force physique était une qualité éminente, l’âge où les forces disparaissent, où le guerrier n’est plus que l’ombre de lui-même, paraît une caricature de la vie.” Ph Ménard, Le rire et le sourire dans le Roman courtois en France et au Moyen Age, Droz, Genève, 1969, p. 157.

9 “Et factum est omne tempus quod vixit Adam, anni nongenti triginta, et mortuus est”. Genèse V, 5. “Vixit autem Noe post diluvium trecentis quinquaginta annis. Et impleti sunt omnes dies ejus non-gentorum quinquaginta annorum : et mortuus est Genèse IX, 28-29. Etc...

10 E.R. Curtius, La littérature européenne et le Moyen Age latin, Paris, PUF, 1956, p. 122 sq.

11 Y, III 198, 246, 249, 504 et I 75, 103, 514, 531.

12 Y, I 103, 115, 373, 391, 514, 531 et II 263, 363, 407. etc...

13 J. Moravski, Proverbes français antérieurs au xvème siècle, CFMA, Paris, Champion, 1925. Proverbes n° 1532, 1533, 2472.

14 J. Le Goff classe d’ailleurs les vieillards dans la catégorie des “dévalués”. Voir “Les marginaux dans l’Occident Médiéval” dans Les marginaux et les exclus dans l’histoire, Cahiers Jussieu n° 5, 10/18, Paris, 1 979, p. 22.

15 En effet Nivard insiste peu sur l’âge de Carcophas et de Salaura, auquel il n’est fait que des allusions ponctuelles, et plus manifestement lié à une nécessité d’ordre psychologique et dramatique que véritablement symbolique.

Auteur

Université de Paris III - La Sorbonne Nouvelle

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540