Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vieillesse et vieillissement au Moyen Âge

Les manifestations de la vieillesse dans le Mystère de la Passion d’Arnould Greban et dans le Mystère de la Passion de Troyes

Jean-Claude Bibolet

Texte intégral

1Les Mystères se développèrent surtout aux xivème et xvème siècles. Ils ont pour but, on le sait, d’édifier les spectateurs par la mise en scène de sujets sacrés, en embrassant les épisodes essentiels de l’Ancien et du Nouveau Testament.

2La vieillesse n’est évidemment qu’un thème parmi tant d’autres. Toutefois des personnages importants parlent de leur vieillesse : Adam, le premier homme, à l’approche de sa mort, et Symëon le prophète, avant la présentation de Jésus au temple.

3Il nous a paru intéressant de comparer les propos qu’ils tiennent dans Le Mystère de la Passion de Gréban, le mystère le plus connu, et le Mystère de la Passion de Troyes.

4Pour les passages qui concernent Adam, nous ajouterons une troisième oeuvre, Le Mystère du Viel Testament. Ainsi nous avons trois textes qui ont entre eux des affinités et qui sont de la même époque : Le Mystère de Gréban (écrit vers 1450), le Mistère du Viel Testament (vers 1458) et le Mystère de Troyes (1482).

5Nous terminerons en parlant de la vieillesse vue par d’autres que ceux qui la subissent. Nous constaterons qu’elle peut être un objet de dérision et que le mot “vieux” devient alors insultant.

6Au sujet du Mystère de la Passion joué à Troyes, lequel est en cours d’impression, nous avons déjà par ailleurs donné des renseignements. Rappelons qu’il a été joué pour la première fois à Troyes en 1482. Le manuscrit est rédigé par plusieurs mains, avec ratures, surcharges et coupures. Seul le scripteur principal, Brochart, a donné son nom. Le Mystère compte en tout 23.098 vers, approximativement 4.900 sont originaux. Pour le reste il reproduit ou remanie l’oeuvre d’Arnoul Gréban.

Adam

7A propos d’Adam il convient de remarquer tout de suite que tous les passages qui seront extraits du Mystère de Troyes sont originaux. Ils sont de la main de Brochart qui ne les a recopiés ni sur le texte de Gréban, ni sur celui du Viel testament ; l’auteur en reste inconnu. Peut-être s’agit-il là d’un passage emprunté à un mystère aujourd’hui disparu.

8L’épisode qui concerne la vieillesse et la mort d’Adam est précédé d’un prologue, uniquement dans le texte de Gréban.

1089 que, depuis la mort de l’enfant (=Abel)
cent ans furent en gemissant
tousjours en penance cruelle,
1092 sans copulacion charnelle.

9Dans cet avant-propos est mentionné ensuite la future naissance de Seth, le fils d’Adam et d’Eve.

10Après ce prologue, Adam évoque devant Eve sa désobéissance ancienne et le temps passé :

1112 il a desja cent et trente ans
et plus que je commis l’offense
et vice d’inobedïance.

11Dans Le Mystère du Viel Testament, c’est bien plus tard, lors du retour de son fils Seth qui lui rend compte de sa mission auprès de l’ange Chérubin, qu’Adam jette un regard sur sa vie et regrette le mal qu’il a fait en sa jeunesse :

V.T 4181 Helas ! au mains en ma viellesse,
ou je voy que vie me lesse,
se Dieu m’eust desclairé delivre
du mal que je fis en jeunesse,
contre sa haultaine noblesse,
mourir me fust plus beau que vivre.

12C’est à un autre moment, dans le Mystère de Troyes, qu’Adam montre cet état d’esprit. Alors qu’Adam et Eve attendent le retour de Seth, le père évoque son âge avancé et ajoute :

3063 mais mon peché au cueur me serre,
quant j’en ay recordacion.

13Donc Adam éprouve du remords, mais celui-ci se manifeste, au cours du dernier âge de sa vie, à des instants différents dans les trois mystères cités.

14Quant à sa vieillesse et aux souffrances de sa vie, Adam commence à en parler dans le Mystère de Gréban, alors que son fils Seth a déjà pris la parole pour la première fois. Il lui donnera ensuite des conseils.

I 1166 Mon enfant, je deviens fort vieulx
et ay, en la vie mondaine,
vescu en travail et en peine.

15Une deuxième fois, lors d’un dialogue avec Eve, Adam lui parle des faiblesses physiques dues à sa vieillesse, et en conséquence de sa mort inéluctable :

1240 et me scens moult afoybloyer
pour vieillesse qui fort m’assault
je scens bien que mourir me fault.

16Puis pendant une nouvelle entrevue avec Seth, Adam insiste pour la troisième fois sur sa vieillesse et les incapacités qu’elle crée :

1255 vieillesse m’a fort assailly
1256 j’ay ja le cueur tout deffailly [...]
1259 Nature n’y puet secourir [...]
1263 Mieux ne vault mourir vistement
1264 que languir ainsi longuement.

17Dans Le Viel Testament également, Adam parle de la mort ainsi que de son caractère inéluctable et universel. Après avoir invoqué cette dernière, il ajoute devant Seth :

3788 Plus vivre au monde ne pretens ;
3789 assez y ay vescu en peine [...]
3794 Quant ce vient à l’heure souldaine,
3795 il fault tous passer ce passage.

18Il demande ensuite à son fils d’aller au Paradis terrestre chercher auprès de Chérubin l’huile de miséricorde. Puis dans la même scène, Adam revient à son cas personnel :

3846 Or va, mon filz, car j’aparçoy
que nature en moy se deffault ;
temps est venu que mourir doy,
et que mort me livre l’assault.

19Chérubin, quelques instants plus tard, tient à Seth à peu près les mêmes propos :

4058 Nature du tout luy deffault [...]
4061 mais la mort endurer luy fault.

20C’est au cours d’une prière adressée à Dieu qu’Adam, dans le texte de Troyes. lui fait part de l’état où la vieillesse l’a mis.

2909 O hault plasmateur glorieux,
mon Dieu regnant en Trinité,
je sens bien que je suis ja vieux
et tendent a decrepité.

21(Voilà l’expression la plus forte rencontrée dans les trois mystères).

22(Seth, devant Chérubin, plus loin, insistera sur l’âge avancé de son père :

2985 Helas ! seigneur, il est ja vieulx
et fort aagé, comme sçavez.)

23Et, comme dans Le Viel Testament, Adam aborde le thème du caractère irrémédiable de cette mort :

2921 Mon cher filz Seth, selon Droicture,
me fault de ce monde passer,
2923 et par viellesse trespasser
2924 selon le saint vouloir de Dieu.

24Puis, de la même façon, il demande à Seth d’aller chercher l’huile de miséricorde.

25Une fois Seth revenu, Adam, avant de prononcer son ultime prière, souligne une nouvelle fois la faiblesse qui l’envahit :

3091 Or approche mon finement
par vieillesse et antiquité ;
car je me sens totallement
estre de corps debilité.

26Ainsi, dans les trois mystères. Adam décrit sa vieillesse, les infirmités qui lui sont liées, et il évoque l’approche de la mort avec son caractère inéluctable. Il convient de ne pas oublier à ce propos qu’Adam, l’homme originel, est aussi le premier homme à mourir de mort naturelle, de vieillesse. En effet, si son fils Abel est décédé avant lui, il a été assassiné par Caÿh. Sa femme Eve mourra après lui, sauf, assez curieusement, dans Le Viel Testament où elle meurt la première. Dans les deux autres mystères, Eve et Seth enterrent Adam.

27Quel âge d’ailleurs a Adam lorsqu’il meurt ? S’il n’y a pas de précision dans la Mystère de Gréban, on trouve une indication dans le Viel Testament où Adam déclare ceci :

4197 Or, mes enfans, je vous diré :
j’ay par neuf cens ans labouré
en peine et traveil en ce monde ;
4200 maintenant, par mort furibunde,
conclud est que j’en partiré.

28Dans Le Mystère de Troyes, c’est à un autre moment, celui où Eve et Adam dialoguent en attendant le retour de Seth, qu’Adam en vient à parler de son âge :

3061 Or a il ja neuf cens trente ans
que Dieu me crea sur la terre.

29Cette précision concorde parfaitement avec ce que l’on peut lire dans l’Ancien Testament.

30La Genèse, 5-3, La création et la chute. Les Patriarches d’avant le déluge : “Quand Adam eut cent trente ans, il engendra un fils à sa ressemblance, comme son image, et il lui donna le nom de Seth [...]

31Toute la durée de la vie d’Adam fut de neuf cent trente ans, puis il mourut”.

32Mais à quoi correspondait exactement une année ?

33La différence la plus grande entre les trois mystères apparaît dans la conception qu’Adam se fait de la paternité.

34Ainsi dans le Mystère de Gréban, Seth lui-même offre son secours :

1293 que mon secours vous puist valoir ?

35Adam accepte, mais ne réemploie pas le mot. Quant Seth revient, Adam est mort.

36Dans Le Viel Testament, l’attitude d’Adam diffère. En effet, après les premières paroles de Seth, Adam lui répond :

3394 Mon enfant es et ma fiance
3395 pour ma viellesse soustenir,
et ma singuliere esperance.

37Dès le début, Adam affirme nettement ce qu’il voit en son fils : un soutien pour sa vieillesse, et la répétition des possessifs (mon enfant, ma fiance, ma viellasse, ma singulière esperance : quatre possessifs en quatre vers) marque bien l’égoïsme d’Adam.

38La scène est à peu près identique dans Le Mystère de de Troyes. A peine Seth a-t-il prononcé ses premières paroles, du v. 2807 au v. 2814, qu’Adam s’exclame :

2815 Mon filz. Dieu, par sa grant bonté,
doint que vous soyés mon addresse
et ma puissante auctorité
2818 pour moy secourir en viellesse.

39Certes il ne s’agit plus ici d’une affirmation, mais d’un souhait (Que son fils lui apporte son “addresse”, c’est-à-dire son réconfort pour la vieillesse) ; en tout cas l’expression “pour moy secourir en viellesse” rappelle tout à fait “pour ma viellesse soustenir” du Viel Testament et l’accumulation des adjectifs possessifs produit ici le même effet que précédemment : Adam manifeste un sentiment identique.

40Ce n’est pas la première fois qu’Adam montre un pareil état d’esprit. Déjà dans une scène antérieure du Mystère de Troyes, alors qu’Adam et Eve venaient de retrouver Abel “assommé”, (v. 2692) c’est-à-dire mort, et qu’Eve se fut lamentée, Adam réagissait de cette façon :

2703 Mon confort, mon soulagement,
l’esperence de ma viellesse,
Caÿn t’a murtry faulcement,
dont j’ay au cœur grande tristesse.

41Il a beau exhaler sa tristesse, il n’en est pas moins vrai que ses premières paroles après un pareil drame indiquent l’égoïsme du père : il attendait soutien et secours, il ne les a plus d’où ses regrets. Et l’expression “l’esperence de ma viellesse” est parfaitement significative à cet égard.

42Dans les trois Mystères donc Adam, à la fin de sa vie, manifeste son remords. De la même manière il insiste sur les souffrances qu’il a endurées au cours de son existence, et surtout sur sa vieillesse, avec les faiblesses physiques qui en sont la conséquence. En outre, il évoque le caractère irrémédiable de la mort qui lui est liée.

43C’est seulement dans Le Viel Testament et le Mystère de Troyes que le fils Seth est nettement considéré comme le soutien de son père. Mais dans cette dernière oeuvre, Adam, par deux fois, manifeste une conception de la paternité qui surprend dans la bouche d’un patriarche tel que lui : Arnoul Gréban ne nous avait pas présenté chez ce personnage de pareils sentiments.

Symëon le prophète

44Symëon “le prophette” prend pour la première fois la parole après le départ des Rois Mages, qu’une didascalie, propre au texte de Troyes, souligne par : “et puis les trois Rois et leurs gens s’en iront”.

45Curieusement, dans le manuscrit de Troyes, ce monologue correspond à un changement d’écriture. Le feuillet 146 v est le dernier des 64 feuillets écrits par la main n° 2 dans le tome I (La plus grande partie de ces feuillets est originale). Les deux premiers vers dits par Symëon figurent dans le bas du feuillet 146 v toujours écrits par la main n° 2 et, en marge, est inscrite la “réclame” du feuillet suivant (147 r) “d’impotence et de grant foiblesse”. A ce feuillet reprend l’écriture du scribe n° 1 Brochart.

Mystère de la Passion de Troyes

Symëon le prophette, a genoulx, commence :
6622 O vieillesse,
estat de rudesse,
d’impotence et de grant foiblesse,
6625 tant ay vesqu que je suis en tes laz.
Ma jeunesse
est morte et me laisse,
et n’atens que la mort m’apresse
comme homme mort et privé de soulaz.
6630 Messÿas,
mon Dieu, quant viendras ?
Doulx Crist, quant viendras tu, helas ?
Dieu immortel, tu m’as fait la promesse
que des las
6635 de mort, mat et las,
ma vie m’atermineras
que je n’aye veu Crist, ton filz de noblesse.
Promis m’as, je le tiens pour vray
que du monde ne fineray
6640 ne ne mourray
de mort corporelle,
jusques a ce que celuy verray
et sensiblement le tenray,
que je sçay
6645 ma vie eternelle.
Et donc, vray Dieu, se ta promesse est telle,
j’ay parfaicte esperance en elle
que me celle
et que tant cher ay,
6650 car par dessus toute chose mortelle
j’attens que une bonne nouvelle
me revelle
ce dont joye aray.

Mystère de la Passion de Gréban

6810 O vieillesse,
estat de rudesse,
6812 d’impotence et de grant foiblesse,
tant ay vescu que je suis en tes laz.
Ma jeunesse
est morte et me laisse,
6816 et n’attens que la mort m’apresse
comme hons passé et privé de solas.
Messÿas,
mon Dieu, quant vendras ?
6820 Doulx Crist, quant vendras, helas ?
Dieu immortel, tu m’as fait la promesse
que des laz
de mort, matz et las,
6824 ma vie m’atermineras
que n’aye veu Crist, ton filz de noblesse.
Tu m’as promis, et je le tiens pour vray,
que du monde ne fineray
6828 ne mourray
de mort corporelle
jusqu’a ce que celluy Cristus verray
et sensiblement le tendray,
6832 que je sçay
ma vie eternelle.
Et donc, vray Dieu, se ta promesse est telle
j’ay parfaicte esperance en elle.
6836 Ne me celle
ce que tant chier ay,
car, par dessus toute chose mortelle,
j’attens qu’une bonne nouvelle
6840 me revelle
ce dont lyé seray.

46Malgré son éclatant début, le monologue de Symëon n’est pas consacré à la vieillesse. La suite des idées est celle-ci dans les seize premiers vers : je suis vieux, donc je n’ai plus qu’à attendre la mort, et elle sera privée pour moi de toute consolation. Or toi, Dieu, tu m’a promis que je verrai ton fils Christ avant ma mort. Quand viendra-t-il ? Les seize vers qui viennent ensuite insistent sur cette promesse divine. Quant à la fin du monologue de Symëon, c’est une prière adressée à Dieu.

47L’apostrophe initiale du v. 6622 à la vieillesse, est suivie d’une apposition complétée par trois compléments déterminatifs qui précisent dans quel état la vieillesse met l’homme : faiblesse intellectuelle, faiblesse physique, (Le troisième mot “foiblesse” ne fait que reprendre l’indication déjà exprimée).

48Les deux vers de trois pieds 6622 “O vieillesse”, et 6626 “ma jeunesse”, opposent violemment les deux âges de la vie, comme est mise en opposition la jeunesse qui a disparu et la mort qui menace : l’idée de mort est exprimée trois fois, par le verbe au v. 6627 (“est morte”), le substantif au v. 6628 (“la mort”), le participe passé adjectival au v. 6629 (“la mort”). Dans ces vers Symëon s’implique fortement par le verbe à la première personne “ay vesqu” (6625), les pronoms personnels “je” (v. 6625) et “me” (v. 6627 : “me laisse” - v. 6628 “m’apresse), l’adjectif possessif “ma” (“ma jeunesse” 6626).

49Si la forme est belle, les thèmes traités ici : (l’opposition entre la vieillesse et la jeunesse ; - les infirmités dûes à la vieillesse), ne sont pas particulièrement originaux.

50Ce qu’il y a de plus intéressant dans ce monologue, c’est la versification. Du vers 6622 au vers 6653, deux seizains se succèdent, chacun présentant deux huitains. Toutefois chaque seizain a sa propre organisation, avec des mètres et des rimes qui diffèrent, mais celles-ci sont toujours présentées dans le même ordre. Voici la disposition du premier seizain : deux fois 3 pieds a - 5 pieds a - 8 pieds a - 10 pieds b ; puis du v. 6630 au v. 6637 deux fois 3b - 5b - 8b - 10a.

51Les auteurs troyens n’ont ici rien inventé et ils suivent le texte de Gréban ; toutefois dans la version B choisie par O. Jodogne, le vers 6820 “Doulx Crist quant vendras helas” avec sept pieds est faux. Les manuscrits A et C de l’édition Paris présentent un vers juste : “Doulx Crist, quant te verray helas” (Paris 6858). Le scribe de Troyes devait avoir sous les yeux une version B, car “tu” a été ajouté d’une autre main pour que le vers inscrit sur le manuscrit passe de 7 à 8 syllabes. D’autre part, si “je” a été ajouté au v. 6637, toujours par la main n° 2, c’est que “ay-e” n’était plus prononcé en deux syllabes au moment de la représentation (fin du xvème ou début du xvième siècle), et qu’il manquait alors un pied.

52Examinons rapidement le deuxième seizain, bien qu’il n’y soit pas question de vieillesse, car la versification y est curieuse.

53Le premier huitain devrait se présenter ainsi :

548c - 8c - 3c - 5d ; 8c - 8c - 3c - 5d. Mais malheureusement le scribe troyen a écrit un vers faux (le vers 6640, avec quatre pieds, “ne ne mourrai” où un “ne” supplémentaire a été ajouté). Le texte correspondant de Gréban, lui, est composé ainsi : 10c - 8c - 3c - 5d ; 10c - 8c -3c - 5d. D’autre part le Troyen a transformé les deux décasyllabes de Gréban 6826 et 6830 et octosyllabes, en supprimant “tu” et “et” dans l’un, et “Cristus” dans l’autre. (Couramment dans le texte de Troyes, le s de “jusques” s’élide devant voyelle).

55Le deuxième huitain devrait présenter la même organisation que le premier ; or le copiste a recopié tels quels les vers de Gréban : ainsi les vers 6646 et 6650 sont des décasyllabes, comme le sont les vers de Gréban 6834 et 6838. La distribution des rimes, elle, est parfaite : d-d-d-c, d-d-d-c. Donc, par inattention sans doute, l’harmonie qui devrait exister dans la répartition des mètres entre le premier huitain et le deuxième huitain se trouve détruite et, en conséquence, une discordance existe entre ce deuxième seizain et le premier.

56Arnoul Gréban, dans son mystère, suivi par les auteurs du Mystère de Troyes se montre très habile et très riche versificateur. Nous en avons un bel exemple ici.

La vieillesse, objet de dérision

57La vieillesse peut être aussi un objet de dérision. Dans ce cas l’adjectif “vieux”, associé à des termes déjà péjoratifs en eux-mêmes, ne fait qu’insister sur le caractère insultant de l’expression.

58Tout d’abord on rencontre le mot “vieux” utilisé dans des circonstances dramatiques.

59Ainsi dans le tome I, lors du massacre des Innocents, Narinart, “tyrant”, s’écrie à l’adresse d’une nourrice :

7496 Ha, faulce vielle maquerelle, (J. 7704)
voulez-vous impugner la loy ?

60A la fin du tome II, après l’arrestation de Jésus quand les sergents le maltraitent, le frappent et l’injurient, Rouillart proclame :

7612 Passez avant, viel papelart (J. 19591)

61Un peu plus tard, c’est au tour de Dantart :

7746 Mais regardez l’ort viel truant 1 (J. 19716)
[...]
7748 Je n’en ay pitié ne pitasse
7749 ne que de la peau d’un viel ours. (Paris C 19760)

62Puis Gadiffer parle :

7877 Il semble qu’i soit tout espris
de lepre comme ung viel meseau (J. 19836)

63Dans le tome III, Bruyant, homme d’armes lui aussi, s’adrese en ces termes à Joseph d’Arimathie, qui vient d’être arrêté :

978 Vous estes mieulx pris a la trappe (J. 28169)
979 qu’un regnart, ort viel pautonnier (J. 28170)

64Dantart évoque en ces termes la soif de combattre des hommes d’armes, de manière à la fois terrifiante et grotesque :

II 6981 Oncques viel lupart arabis (J. 18985)
n’eurent tel fain de devourer.

65L’allusion à la vieillesse, et à l’état d’infériorité qu’elle crée, peut être utilisée dans des situations franchement comiques.

66Elle apparaît ainsi dans des scènes de diables. Belzebuth s’écrie à propos de Sathan qui est en train de bouillir :

II 5352 Se semble ung viel matin famis

67(Dans le texte de Gréban (J. 17372), cette réplique est attribuée à Astaroth.)

68Et quand Lucifer interpelle les diables, il les traite de “vieulx aspis” (III 1563 - J. 28750).

69Nous terminerons par une réflexion du Sot.

70Un “Fol” ou un “Sot” apparaît dans de nombreux mystères du xvème siècle, mais il n’existe pas dans Le Mystère de la Passion de Gréban. En revanche ce personnage se manifeste dans Le Mystère de la Passion de Troyes.

71Destiné a divertir, il le fait souvent en interpellant soit les acteurs (“sortez, sortez de la cuysine”, leur dit-il au v. 3219 après une interruption du spectacle), soit les spectateurs : ainsi il s’adresse plusieurs fois aux bergers (dès sa deuxième intervention, au v. 3223 “Bergers, voz brebis dirent baaiz”), aux jeunes spectateurs qui ont pu être effrayés par une scène de diables (v. 3990 “Petiz enfans, mochez vos nez”), aux personnes qui sont présentes en les désignant sous le terme général “Mignons” (v. 7791 “Pourtant, pensez y, mes mignons”).

72Mais le début de la dernière intervention, la onzième surprend :

7758 Escouctez la, vielles ridees,
n’estrangler nulz, petiz enfans !”

73Qui sont ces vieilles ridées qu’il apostrophe ainsi ? Des spectatrices âgées ? Le Sot semble plutôt s’adresser aux femmes de mauvaise vie qui se trouveraient parmi le public. En tout cas il interpelle ces personnes en termes tels qu’il provoque certainement le rire. La vieillesse, en ces circonstances, ne provoque absolument pas le respect, c’est le moins que l’on puisse dire.

74“Maquerelle”, “papelart”, “truant”, “meseau”, “pautonnier”, “femmes ridées”, ainsi que, curieusement, les animaux “lupart arabis”, “matin famis”, “aspic” : ces mots, déjà en eux-mêmes, dépréciatifs, sont associés à l’adjectif “vieux” ; par là-même leur connotation péjorative se trouve nettement amplifiée.

75D’autres personnages évoquent leur vieillesse dans le Mystère de la Passion de Gréban et dans celui joué à Troyes : ainsi Elizabeth déclare, dans une prière adressée à Dieu :

Troyes 3775 J’ay en ces jours de ma vieillese
(original) conceu enfant de grant renom,
dont je remercie ta haultesse
en louant ton hault et sainct nom.

76Joseph se réjouit en constatant :

4013 quant Dieu me donne en ma vielliesse (J. 3975)
4014 espouse de si grant value.
(original)

77Quant à Jaspart, il voudrait voir celui que Balaan a annoncé dans sa prophétie :

Troyes 4996 pour l’adorer et servir humblement
4997 car je suis ja es jours de ma viellesse.
(original)

78Ces propos sont moins intéressants que ceux proférés par Adam et Symëon. On peut se souvenir en quels termes forts ces deux hommes parlent de leur déchéance physique : “estre de corps décrépité”, a déclaré Adam - “estat de rudesse, d’impotence et de grant foiblesse”, s’est exclamé Symëon avant d’évoquer le temps passé : “ma jeunesse est morte”. Le prophète n’insiste pas sur ce thème, mais un lyrisme certain apparaît à travers ses paroles. Quant à Adam, s’il s’exprime de manière parfois conventionnelle, il manifeste en revanche dans Le Mystère de Troyes un égoïsme qui n’apparaît pas dans les deux autres oeuvres citées.

79Avant de terminer, nous rappelerons que tous les personnages mentionnés interviennent sur une scène (des “echafauds” pour Troyes), ils sont connus des spectateurs devant lesquels ils parlent et jouent. En effet l’histoire religieuse et les traditions ont rendu Adam et Symëon, par exemple, célèbres, et ont fait d’eux des archétypes : Par là-même les auteurs ne peuvent guère les faire s’écarter de ce qu’ils incarnent et leur faire tenir des discours que le public n’attendrait pas.

Auteur

Université de Reims

© Presses universitaires de Provence, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540