Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exclus et systèmes d’exclusion dans la littérature et la civilisation médiévales

L'absence de représentation de l'enfant et/ou du sentiment de l'enfance dans la littérature médiévale

Béatrix Vadin

Texte intégral

1Quand on parle d'exclus et d'exclusion, on a tout naturellement à l'esprit le sort des fous, des infirmes, des hérétiques, des marginaux et autres "vagants" du Moyen Age, vivant hors des normes du système social. En revanche, il est difficile d'imaginer individu plus naturellement intégré à la société et à sa cellule fondamentale, la famille, que l'enfant. Il semblerait donc qu'il y ait quelque goût du paradoxe à faire de lui un exclu.

2Il importe alors de bien cerner la question : l'enfant existe dans la société - il y est même largement représenté, puisqu'on compte beaucoup de familles nombreuses - mais il est, sinon tout à fait absent, nous le verrons, du moins sous-représenté dans la littérature. Il s'agit donc de distinguer le fait de civilisation du fait littéraire et de voir comment leur apparente divergence se résout en fait en une convergence de points de vue en ce qui concerne l'attitude mentale adoptée par l'ensemble du monde médiéval à l'égard de l'enfance.

3La littérature du Moyen Age est indifférente à l'enfant : affirmation qui n'est pas toujours admise sans réserves, et que je me propose d'ailleurs de nuancer en envisageant le problème de façon à la fois diachronique et synchronique. En effet, si l'enfant apparaît ça et là dans les textes du xiie et du xiiie siècles, et singulièrement dans les œuvres narratives, c'est bien davantage au xive et au xve siècles qu'on peut parler pour lui d'une éventuelle "existence" littéraire. En ce cas-même, il n'est que très rarement promu au rang d'acteur du récit ou même simplement de personnage pouvant prétendre à une vraie caractérisation.

4Cette quasi exclusion, il n'est pas possible d'en analyser les motivations sans se référer brièvement aux fondements historiques et sociologiques du phénomène, c'est à dire sans rechercher ce qui ressortit aux structures mentales de la société médiévale : quels rapports s'établissent entre le monde adulte et le monde de l'enfance ? Peut-on parler de "sentiment de l'enfance" au Moyen Age, c'est à dire d'une connaissance ou simplement d'une écoute de l'enfant, d'une curiosité intellectuelle à son égard ?

  • 1 - L'Enfant et la vie familiale sous l'Ancien Régime. Seuil, 1973, p. VII
  • 2 - cf. encore Montaigne : les enfants n'ont "ni mouvement de l'âme, ni forme recognoissable au corp (...)

5Il semble bien que l'on doive répondre par la négative : on ne regarde pas l'enfant, on ne lui reconnaît pas de personnalité. On le voit comme une ébauche, un homoncule que rien, sinon la petite taille et la faiblesse physique, ne distingue des adultes. Philippe Ariès1 propose d'ailleurs de le comparer au nain dont il possède aussi, nous le verrons, le "savoir" ou l'insolence. Comparaison d'autant plus pertinente que, tant que ce petit d'homme n'a pas été façonné par la collectivité, éduqué par elle, il est un être barbare, informe2 ; et cela surtout pour une esthétique aristocratique selon laquelle la beauté est une forme élaborée, une correction de la nature par l'homme ; seul alors est digne d'intérêt l'individu déjà poli et affiné par son éducation, seul celui-ci est "normal" ; l'autre, l'être grossier, inculte, est un infirme, comme le nain.

6Mais son infirmité n'est que provisoire, puisqu'il se socialise très vite dans le groupe des adultes où il fait son apprentissage de la vie collective, mêlé à eux. La famille, en effet, n'est guère le lieu de l'éducation sociale ou morale ; elle exclut très tôt l'enfant pour le faire vivre dans un monde d'hommes où il s'agit moins de l'éduquer que de lui faire acquérir un savoir, de le rendre apte à bien remplir le rôle -humble ou glorieux - auquel le destinent ses origines. En fait, cet apprentissage a des visées utilitaires plus encore qu'éthiques.

  • 3 - J. Le Goff : la Civilisation de l'Occident Médiéval, Arthaud, 1965, p. 354.
  • 4 - cité par Ch. V. Langlois : La Vie en France au Moyen Age. Slatkine Reprints, Senève, 1970, T. II (...)

7Sitôt sevré de l'univers de la mère -sinon du maternage- le voilà projeté dans l'univers des hommes ; sevrage qui ressemble fort à une exclusion, et singulièrement dans la société aristocratique, où le jeune enfant est "nourri" par une famille homologue mais étrangère à la sienne avec laquelle la rupture est quasi totale. Il est vrai qu'alors le concept de famille est fondamentalement différent de ce qu'il est aujourd'hui ou même de ce qu'il était déjà devenu dans les milieux bourgeois de la fin du Moyen Age. Il repose alors sur l'idée d'une communauté d'intérêts visant à défendre un patrimoine ou à s'unir pour travailler ou, d'une façon plus exigeante encore, peur survivre3. En conséquence, le lien affectif entre ses membres est accessoire. Un prédicateur anonyme du xiiie siècle remarque à ce propos que les enfants de vilains étaient souvent élevés avec plus de tendresse que les jeunes nobles4.

  • 5 - Jehan de Saintré, éd. J. Misrahi, Droz, 1967, p 2.
  • 6 - id. p. 67.
  • 7 - id. p. 93- Notons à ce propos que le terme d'"enfance" recouvre une tranche d'âge vaste et impré (...)

8Dans ce milieu étranger à double titre : parce qu'adulte et parce qu'extra-familial, on n'a aucune conscience de l'être profond et singulier de l'enfant ; on ne se penche pas vers lui, c'est à lui à s'intégrer, comme il peut et selon ses facultés d'adaptation, à la société virile, à lui à l'imiter. Le petit Saintré, à treize ans, s'exerce "a courir, a saillir et a tous autres essais et esbas que il veoit aux hommes faire"5. Ce même petit Saintré est regardé par tous avec un certain intérêt, certes, mais moins pour ses qualités d'enfant que pour ses dispositions à bien imiter, pour sa docilité ; et s'il est l'objet d'un semblant de caractérisation différentielle, c'est seulement que, plus que tous les autres pages, il est "gracieux" et malléable et qu'on pourra aisément le faire entrer dans les structures mentales de la communauté. Il n'est en fait qu'un objet à adapter aux mythes collectifs ; choisi par le groupe, façonné, "fabriqué" même pour glorifier le système, il est le support d'une demande d'ordre social et esthétique. On attend de lui qu'il actualise les rêves ou annule les échecs et les déceptions de l'ordre qui le construit. Et loin de développer en lui une quelconque individualité, on s'attache au contraire à détruire tout ce qu'il possède de spontanéité puérile. Son être enfantin est proprement néantisé. C'est seulement quand il atteint seize ans qu'on lui demande son nom, c'est à dire qu'on lui reconnaît une existence réelle au sein de la communauté6. Et encore n'est-il toujours qu'"un enfant" et le restera-t-il jusqu'à la veille de son premier combat qui seul marque son entrée dans la maturité virile7.

  • 8 - Des IIII tenz d'aage d'ome. éd. de Fréville, S.A.T.P. 1888, p. 6.
  • 9 - cf. le proverbe : "Qui voit enfant il voit neant", Le livre des Proverbes français. Le Roux de L (...)

9La tendresse manifestée à l'enfant est, on vient de le dire, un bonheur qui lui échoit de surcroît et auquel il ne peut pas toujours prétendre. Philippe de Novarre croit nécessaire de rappeler aux parents qu'ils doivent aimer leurs enfants et avoir pitié d'eux, encore qu'il ne faille pas "mostrer à son enfant grant samblant d'amor"8. Cela 1 aisse trop entendre que ce que l'on impose comme un devoir ne procède pas d'un sentiment naturel et spontané : l'enfant est, jusqu'au xive ou xve siècle au moins, un mal aimé : exclu de la famille, ignoré par la société, il est un être négatif9 et les proverbes abondent qui nous le montrent comme une charge, un fardeau difficilement accepté :

  • 10 - J. Morawski : Proverbes français antérieurs au xve siècle. Champion, 1925, p. 3, n° 59.

"A l'enfant, le pain ou poing, le pet ou cul"10.

  • 11 - P. de Novarre, op. cit. p. 2.
  • 12 - Les XV Joyes de Mariage, éd. J. Rychner, Droz, 1967, p. 27.

10Même tout petit, il est "ort et anuieus"11. Le "pauvre homme" des XV Joyes de Mariage soupire et peste de devoir dépenser sa maigre chevance à fournir sa progéniture en "robes, chausses, souliers, pourpoins, vitaille et aultres choses"12. Encore peut-on espérer d'un garçon qu'il gagne rapidement le pain qu'il mange, mais que faire des filles en attendant le jour heureux - mais aléatoire - de les marier, autrement dit de s'en débarrasser ? Que dire alors du peu de cas que l'on fait, trop souvent, de la mort d'un enfant ? Marc Bloch cite la réponse d'un père dort le file a été remic en otage à l'ennemi qui assiégeait sa forteresse et qui menaçait de tuer l'enfant :

  • 13 - Histoire de Guillaume le Maréchal, éd. P. Meyer, T. I. P- 3591 cité par M. Bloch : La Société fé (...)

"Que me chaut de l'enfant, n'ai je pas encore les enclumes et les marteaux dont j'en forgerai de plus beaux" ?13.

  • 14 - cf. J. Le Goff, op. cit. p. "(- : "l'enfant est un produit de la ville et de la bourgeoisie".
  • 15 - E. Auerbach : Mimesis, N.B.P. Gallimard ; 1978, p. 253.

11La Sale, dans le Reconfort de Madame de Fresne, traitera de façon plus pathétique la même situation, mais alors le sentiment de la famille et de l'enfance a évolué, corollairement à l'essor de la ville et de la bourgeoisie14, et même si la motivation réaliste du récit dont je parle repose sur les concepts éthiques du monde aristocratique, il reste que la relation qui nous est faite d'une situation humaine et tragique est "d'une nature qui la fait paraître bourgeoise"15. Il n'empêche qu'au xviie siècle encore, nous lirons ce dialogue stupéfiant entre une mère qui vient de perdre un de ses fils et une des commères présentes autour du lit d'une nouvelle accouchée :

  • 16 - Les Caquets de l'Accouchée, éd. E. Pournier, Bibliothèque Elzevirienne, 1855, p. 36.

"Excusez si je ne vous ay fait prier de l'enterrement ;
nous n'avons point fait de cérémonies, nous l'avons
mis en nostre jardin au pied d'un saux". - C'est donc
là vostre cymetiere ?, se dit la dame. Et elle répond :
"Toute terre est bonne à cela"16.

  • 17 - op. cit. p. X.

12L'enfant restera donc longtemps un être anonyme dont la disparition n'aura que peu de résonance affective dans beaucoup de familles17 a ce propos, il convient de rappeler un autre facteur d'exclusion qui, dans une certaine mesure, explique le manque d'intérêt, l'absence de curiosité intellectuelle, voire le manque d'amour à l'égard de l'enfant. Il s'agit de cette exclusion totale, définitive, "naturelle" en un sens, due à la mortalité infantile dont nous savons quel fléau elle a été, mais aussi avec quel esprit résigné, fataliste, presque indifférent elle était acceptée, comme un fait banal :

"Aussi peut il estre mort de épidémie, de fièvres,
soubdainement ou d'aültre façon et maladie, comme
savez que advient souvent, dont ne seroit point ainssi
plaint"

  • 18 - Antoine de La Sale, sa vie et ses ouvrages, éd. J. Nève, 1903 : Le Reconfort de Madame du Fresne(...)
  • 19 - op. cit. p. 103.

13dit La Sale à Madame du Fresne18. Les innombrables accidents dus à l'inconséquence des mères, à la carence de leurs soins, en disent long à la fois sur la précarité de l'existence des enfants et sur le peu de cas qu'on faisait d'eux. C'est Philippe de Novarre encore qui rappelle le "trop grant peril de mort et de mehaing" dans lequel ils sont tous19.

14Dans ces conditions, on considérait comme irrationnel de s'attacher à un être dont la vie était si précaire, ou même seulement de fonder quelque espoir sur lui tant qu'il n'avait pas atteint l'adolescence. La Sale, toujours dans son épitre consolatoire à Madame de Fresne, l'engage à

  • 20 - op. cit. p. 105.

"considérer quelle follie est de mettre trop son cuer et son amour en quelque chose transsitoire et temporelle qui se puelt muer, perdre ou morir"20.

15A la limite, il y a péché et risque de damnation à aimer son fils au-delà du raisonnable : tel preudom des Miracles de Nostre Dame

  • 21 - Les Miracles de Hostre Dame, de Gautier de Coincy, éd. P. Koenig, Droz, 1970, T. II, p. 131.

"vit bien et soit
que s'ame estoit en grant peril
por l'amor qu'avoit a son fil"21.

  • 22 - op. cit. p. 2.

16Et ce parce que, de toutes les choses éphémères de ce bas monde, l'enfant est bien une de celles qui "passent" le plus facilement et qui laissent le moins de traces. Les auteurs de traités d'éducation nous le disent, d'ailleurs : il ne devient digne d'intérêt et d'amour que lorsque, le cap difficile des dix ou douze premières années étant franchi, il a quelques vraies chances de survie. C'est ainsi que la cour de Jehan le Bon qui suppute les possibilités de réussite sociale du petit Saintré "juge que vraiement il seroit un des renommez ; gentilz hommes de France se il vivoit"22.

  • 23 - M. Foucault : Histoire de la Folie. Plon, 10/18, 1964, p.22.

17En résumé, quand on s'interroge sur les motifs de l'exclusion des enfants dans la littérature, on se rend compte que si, dans le domaine de la représentation esthétique, l'enfant n'existe guère, c'est parce que, dans le domaine de la réalité vécue, il est tout à fait méconnu ou négligé par une société adultocentrique. Exporté trop tôt dans le monde des hommes, il est amputé de son enfance et, dans cet univers viril, il n'a pas d'existence à part entière. Il s'agit bien là d'une espèce de marginalisation qui fait de lui, comme du fou, un être situé "à l'extérieur de l'intérieur"23 ; dans la famille ou dans le monde adulte, mais ignoré ; spectateur, on va le voir, mais non participant à un système de relations humaines.

  • 24 - P. Arès, op. cit. p. 27.
  • 25 - Montaiglon Raynaud : Recueil Général et complet des fabliaux des xiiie et xive siècles. Paris, 1 (...)
  • 26 - Les Miracles de Nostre Dame, op. cit. p. 181, T. II.

18Et pourtant il existe tout de même des enfants dans la littérature. Dans l'iconographie aussi, d'ailleurs, où il faudra bien du temps pour qu'on apprenne à donner d'eux - de l'Enfant Nostre Dame en particulier - une image point trop monstreuse24. Dans les textes, l'enfance se révèle sous des aspects divers, souvent contrastés. Disons d'abord que c'est dans le genre narratif bref que nous en trouvons les représentations les plus authentiques : d'une part dans les fabliaux (encore que ce soit extrêmement rare) et dans les nouvelles du xve siècle, d'autre part, et avec moins de vérité, dans les récits d'inspiration pieuse, les Miracles de Nostre Dame par exemple. Nous ne nous étonnerons pas si la représentation qui nous en est donnée dans les contes à rire est fondamentalement divergente de celle que nous en avons dans les légendes mariales. Mais il est un rôle que l'enfant assume dans les deux genres de récits, à ceci près, évideniment, que son existence a des implications différentes sur le comportement des personnages qui l'entourent et partant sur le déroulement du sujet narratif, sur le dénouement en particulier. A proprement parler, d'ailleurs, il ne s'agit aucunement d'un rôle actif puisqu'en fait il n'est pas un agent du récit : je veux parler de l'enfant de la Faute, dont l'existence, et elle seule, donne lieu à l'"histoire". Dans le genre bref, où l'on s'ébat volontiers hors des sentiers fastidieux et arides de la vie conjugale et conventuelle, le motif trouve une expression privilégiée, quelles que soient les fins - comiques ou édifiantes - auxquelles il est exploité. Mais dans un cas comme dans l'autre, l'enfant n'est qu'un objet, un signe, parlant d'une réalité honteuse, extérieure à lui. D'où la finalité du récit : le supprimer ; il devient alors l'instrument de la vengeance du mari berné, comme e dans l'Enfant remis au soleil25 ou bien l'objet du miracle, comme dans l'histoire de l'Abesse que Nostre Dame délivra de grant angoisse26, étant bien entendu que le miracle consiste alors à faire disparaître discrètement cette trace compromettante d'un égarement aussi fortuit que regretté !

19Par ailleurs, quand l'enfant accède, dans la narration, au statut de personnage, sinon d'actant, il est soit le martyr, la victime innocente de quelque "contredite gent", juive de préférence, soit le "petit œil" qui voit tout, surtout ce qu'il ne faut pas voir, et qui dénonce les turpitudes, maternelles, cela va de soi.

20L'enfant de Miracles, c'est l'élu de Nostre Dame, l'émule de l'Enfant pur excellence, Jésus. Il représente, dans son être physique et moral, la beauté et la Pureté absolues, lesquelles s'opposent de façon schématique, dans une optique chrétienne traditionnellement dualiste, au Mal absolu. Son innocence le désigne comme victime et comme miraculé ; sa mort et sa résurrection ont valeur exemplaire.

  • 27 - Montaigne, cf. note 2.
  • 28 - P. de Movarre, op. cit. p. 2. cf aussi dans J. Morawski les proverbes n° 490 ("De fol et d'enfan (...)
  • 29 - De l'Enfant ressuscité qui chantait Gaude Maria, Miracles de N.D. op. cit. T. IV. p. 42.
  • 30 - P. Ariès, op. cit. p. 109.

21Cette notion de l'innocence enfantine qui, pour nous, est devenue un lieu commun, n'existe pas à priori dans la conscience collective médiévale. Jusqu'au xive siècle, et plus tard même dans l'esprit du commun, on n'envisageait guère qu'un être qui n'avait "aucun mouvement de l'âme"27 pût être pur. Au contraire, il est "mal et divers" et il "n'avient pas sovent que (il) face bien, se ce n'est par doute et enseignement"28. Mais lorsque sa pureté est reconnue et exploitée par les conteurs comme argument fictionnel, elle se trouve associée à un contexte narratif qui nous montre l'enfant en situation : dans sa famille et choyé par elle, ou bien "mis à lettres"29 : évolution tout à fait essentielle de la vie enfantine et de la place qui lui est faite au sein du fover. Par l'école, en particulier, le voilà écarté de l'univers adulte et de ses corruptions ; et l'un des buts de cette scolarisation, qui se substitue ainsi à l'apprentissage, du moins en milieu bourgeois, est justement de préserver son innocence ou plus précisément d'éveiller sa conscience morale30.

22L'enfant des fabliaux et des nouvelles, c'est celui qui "dit voir", celui qui révèle les vérités perturbatrices. Son rôle est alors essentiellement de dénouer la situation dans le récit et de provoquer le rire. La 23e des Cent Nouvelles nouvelles nous conte comment le fils du procureur - il a deux ans !- apprend à son père que le clerc employé aux écritures a fait subir les derniers outrages à sa mère :

  • 31 - op. cit. p. 99.

"Mon pere, gardes bien que vous ne passez ceste raye,
car nostre clerc vous abateroit et huppilleroit ainsi
qu'il fist nagueres ma mere".31

  • 32 - M.R. op. cit. T. VI, CL II.

23(Le fabliau de Celui qui bouta la pierre exploite un thème semblable et se dénoue de la même manière32. De même encore, la 51e nouvelle où le benjamin de la famille assiste à la scène au cours de laquelle sa mère, mourante et grande pécheresse devant l'Eternel, partage entre ses amants de jadis et de naguère les enfants qu'ils lui ont faits. L'argument pourrait être tragique, mais c'est à l'enfant qu'il appartient de faire basculer le récit du sérieux au comique : il se précipite, "hors d'alayne", vers son père qui arrive inopinément et lui dit :

"Avancez vous d'aller en hault, ou il ne vous demourra
enfans nesun. Ilz sont venuz deux hommes vers ma mere,
mais elle leur donne tous mes freres et seurs. Si vous
n'allez bien tost, elle donnera tout".

  • 33 - Le motif n'est pas toujours exploité de façon très heureuse ; cf. R. Dubuis : Les Cent Nouvelles (...)
  • 34 - id. p. 109.

24Cette dénonciation involontaire33 constitue donc le fait disjonctif de la narration, et le comique réside en ceci que l'enfant est intellectuellement imperméable à la signification exacte de la scène à laquelle il assiste. Il la conceptualise en adoptant comme référents des notions qui régissent son univers : la notion d'interdit, par exemple, dans la 23 e nouvelle, ("passer la raye" est défendu ; transgresser l'interdiction entraîne une sanction : se faire "hupiller") ou des notions qui assortissent à une réalité matérielle : la notion de propriété, dans la 51e nouvelle : (ma mère est en train de donner vos enfants et mes frères et sœurs, et elle va ainsi tout donner). Il y a donc erreur sur le signifié, et le point de vue de l'enfant est purement empirique ; sa logique fabrique ainsi une autre histoire, qui reconstitue les faits mais en les privant de leur motivation ou en leur en donnant une fausse ; dans tous les cas, le signifié authentique : un jeu érotique, des aventures sexuelles extraconjugales, est occulté. C'est l'interprétation immédiate du discours de l'enfant qui fait éclater la vérité "dérangeante". L'art du conteur consiste donc à exploiter à la fois la naïveté et la logique enfantine pour donner à son récit la "pointe" percutante qui en constitue, en fait, la seule raison d'être34.

  • 35 - cf. Le Roux de Lincy, op. cit. p. 234- T. I : "Il ne faut point faire grenier de filles".

25Remarquons par ailleurs que l'enfant des nouvelles est toujours un fils dont la réaction innocente trahit le caractère privilégié de ses rapports avec le père, ce qui est logique à la fois dans l'optique d'un système social paternaliste et dans celle d'une littérature traditionnellement antiféministe. Alors que, dans les Miracles, ce sont les relations mère-fils qui sont privilégiées, ce qui n'est pas moins logique puisque le Miracle fait intervenir la Vierge mère entre toutes, au service d'une autre mère douloureuse les filles ne présentent donc aucune espèce d'intérêt pour les auteurs, du moins jusqu'à ce que l'adolescence les pare de charmes moins purs que ceux de l'enfance35.

  • 36 - cf. Morawski : outre n° 490 et 1392 déjà cités, voir aussi 1078 : "Li enfans et li yvres dient v (...)
  • 37 - cf. vers 206 - 212, M.R. I, V.

26Les schèmes narratifs que nous venons d'évoquer et qui font intervenir l'enfant dans ce rôle de dénonciateur innocent ne se rencontrent que de façon très ponctuelle. Néanmoins, il est indubitable que la motivation réaliste de tels récits se fonde implicitement sur l'existence réelle d'un comportement aberrant à l'égard de l'enfant : on se permettait tout devant lui, actes et discours obscènes, persuadé que l'on était de son absence de conscience morale et de son indifférence à tout ce qui relevait de la sexualité ; en conséquence, il était admis que les jeux érotiques, les plaisanteries paillardes, devenaient, à ses yeux et à ses oreilles, quelque chose de parfaitement anodin. Mais, on vient de le voir, cette réaction de l'enfant-spectateur, même si elle est entièrement dénotative, ou si ses connotations sont erronées, n'en témoigne pas moins d'une profonde attention au monde des adultes, d'une faculté d'observation muette qui fort de lui un être de regard et de silence, présent/ absent. Et quand il parle, son discours remet en cause, dérange les assurances des hommes ; dans un monde à l'envers, la parole à l'envers de l'enfant rétablit la vérité, comme la parole du fou. C'est pourquoi, dans les proverbes, on associe si souvent "le fol, l'enfant et l'yvre"36. Le voilà bien, explicitement, de la confrérie des exclus, lucide par la distance qu'il a, justement, envers le monde qu'il regarde et qui ne le voit pas. Que l'on se rappelle encore l'enfant de la Housse Partie : la structure du conte est analogue, dans ses grandes lignes, à celle des récits déjà évoqués. Mais là, le "mot d'enfant" qui en constitue la pointe est plus consciemment subversif, parce que d'une lucidité plus féroce et plus insolente, et parce que l'auteur a pris soin d'introduire dans le cours de la narration la motivation psychologique qui justifie le discour s du jeune garçon37.

  • 38 cf. J. Lods : Le Thème de l'enfance dans l'épopée française C.C.M. T. III, 1960, p. 59.

27C'est dans une optique tout à fait différente qu'il faut envisager maintenant la représentation de l'enfant dans l'épopée et dans le roman. là encore, force nous est de constater que, s'il existe un motif des Enfances du héros, il ne nous montre guère, du moins dans la chanson de geste, qu'un jeune preux dont les exploits sont plus exceptionnels d'avoir été accomplis par un personnage qui atteint à peine l'adolescence, puisque c'est à treize ou quatorze ans qu'il commence ses "chevaleries". Rien, ou presque rien ne distingue ce héros précoce de ses aînés, si ce n'est son jeune âge et, ça et là, brièvement, fortuitement, une notation bien venue mais comme accidentelle, traduisant le réflexe puéril de la peur, de la faim ou de l'impatience38. A peu de choses près, donc, le jouvenceau est déjà parfait, c'est à dire que ses exploits peuvent être acceptés comme tels sans être mis en question par un quelconque souci de vraisemblance, sans qu'on ait à le juger d'après son groupe de référence "normal" : le groupe des enfants ; le seul référent possible pour lui est l'exception. Corrélativement, il n'a guère d'épaisseur psychologique, puisque, comme ses aînés les grands preux, il n'existe que dans et par ses actions. Avec quelques réserves, donc, nous ne pouvons pas dire que le regard porté sur lui témoigne d'un véritable sentiment de l'enfance.

  • 39 - J- Frappier : Amour courtois et Table Ronde, ch. X : L'"Institution" de Lancelot dans le lancelo (...)
  • 40 - éd. Sommer, T. III, p. 34.

28Si nous considérons maintenant l'enfant-héros du roman, nous abordons un autre problème. Outre le fait que le récit ne met en scène, le plus souvent, que des jeunes gens à l'âge de l'amour, remarquons que lorsqu'il lui arrive de faire naître et grandir son personnage, il gomme à peu près complètement ses premières années de vie, sinon pour retracer à la hâte les étapes de son apprentissage chevaleresque. Le Lancelot en prose, pourtant, fait exception à la tendance commune. Jean Frappier a montré le souci de vérité et d'originalité dont avait fait preuve l'auteur anonyme en représentant un enfant Lancelot qui n'est point si banal, même dans sa perfection39, puisqu'il possède à la fois, et dès ses trois ans, la beauté, la largesse et la noblesse d'âme d'un "fils de roi", mais aussi la, fougue, la "grant ire" qui le font frémir comme un pur-sang40. Jean Frappier évoque justement à ce propos l'idée d'un "physique minutieusement décrit comme celui d'un animal de race". Mais, d'une façon encore plus probante, il apparaît que le portrait du petit Lancelot tend vers une féminisation de l'enfant :

  • 41 - id. p. 34.

"De son col ne fait il mie a demander, car sil fust en une tres bele dame, si fust il asses convenables et bien seant"…41

  • 42 - id. p. 35.

"les mains furent de dame tout droitement se li doi fussent un peu plus menu"…42

29De même, les traits de son visage, sa grâce, la finesse de sa carnation suggèrent une beauté féminine. La femme et l'enfant se définissent donc suivant les mêmes critères esthétiques et il est difficile de ne pas voir l'équivalent pictural de ce portrait dans la représentation de ces anges des Annonciations, délicats et efféminés. Lancelot est, dans ses premières années de vie, une sorte d'androgyne, le représentant emblématique de la petite société idéale qui l'entoure, puisqu'il vit dans la compagnie de "valets" et de nobles seigneurs, cependant que les dames lui apprennent la musique, le chant et les manières courtoises. Car ce qui importe, me semble-t-il, dans le récit de cette éducation, c'est moins le fait que Lancelot est élevé selon les normes de sa classe que le fait que, pour cet enfant sans famille, la socialisation se fait dans une petite communauté parfaite qui est substituée à la famille authentique. Et c'est là, peut-être, le facteur commun et essentiel de toutes ces enfances des héros bretons : elles sont toutes celles d'individus mal nés, d'orphelins.

30Mal nés, Tristan, Lancelot, Perceval le sont, non que leur famille naturelle soit de souche vulgaire, "vilaine" -cela est inconcevable dans l'optique d'une littérature aristocratique - mais les conditions de leur naissance sont telles qu'elles constituent pour eux, à priori, un handicap. Et le roman aura pour but de démontrer que ce handicap est un mal nécessaire que l'enfant devra vaincre de façon éclatante pour accéder au rang et au statut de héros.

  • 43 - J. Markale : Le Roi Arthur et la Société celtique, Payot, 1976, p. 265.

31Tous trois sont des orphelins totaux ou partiels et en ce dernier cas, celui des deux parents qui manque est le père à qui se substitue l'oncle maternel. Sans doute Jean Markale peut-il expliquer l'otcurence et la permanence de ce motif en invoquant un ancien type de société celtique où la filiation s'opérait de façon matrilinéaire43- Néanmoins la source historique du thème se réfère elle-même à un comportement mythique des collectivités humaines archaïques. Peut-être alors peut-on le considérer de façon paradigmatique et syntagmati que tout à la fois, c'est à dire dans sa valeur d'exemple, d'"histoire" signifiante, et dans son existence au sein d'une réalité sociale contemporaine des auteurs qui l'exploitent.

  • 44 - P. Barteau : Les romars de T'ristar ; et Iseut, introduction à une lecture plurielle, Larousie, (...)

32Il y a dans le roman breton un refus -conceptualisé ou non - de doter les héros d'une famille "comme tout le monde", et en particulier de les doter d'un père. Que celui-ci soit remplacé par l'oncle ou par le Roi, si l'un et l'autre ne se confondent pas (c'est le cas d'Arthur relativement à Lancelot), ne change rien à l'affaire : le père naturel est "supprimé", pour ne pas dire renié : ou bien alors on doit considérer le roman comme un genre oedipien dont le héros "tue le Père" et/ou lui substitue un père fictif et idéal (idéal à un triple point de vue : parce que roi, parce que frère de la mère, parce que passif, aussi) puis part en quête de la Femme-Mère, laquelle est d'ailleurs celle qu'il faut voler au Père qui la possède légitimement et qui, en même temps, détient le pouvoir. S'approprier la femme de ce Pseudo-père c'est donc à la fois se déculpabiliser de la Faute mythique primordiale, de l'inceste, dévier l'interdit qu' elle représente, et conquérir la puissance. Cette lecture des textes a déjà été proposée44 ; ou bien on admet que le roman est le refiel d'un conflit de génération doublé d'un conflit social. C'est ce que suggère par exemple Jacques le Goff qui.justifie le départ et l'errance des jeunes nobles par leur volonté de rompre avec un système familial et paternaliste hautement contraignant à l'intérieur duquel ils ne peuvent, satisfaire à leur hâte de vivre de façon autonome. Dans la réalité des faits, le père s'oppose à l'ambition ou à l'épanouissement des fils ; au niveau de la représentation esthétique, le roman qui est proche du rêve, disait Valéry, en ce sens qu'il trahit et traduit nos manques et nos phobies, se veut compensatoire, faiseur et donneur d'illusions : il élimine l'obstacle. Dans le contexte social et mental du Moyen Age, il résout de façon exemplaire les conflits internes d'un système où s'affrontent, au niveau familial et au niveau politique, les forces en place, sclérosées, et les forces virtuelles, dynamiques.

  • 45 - id. p. 210.

33L'épopée traduit cette situation conflictuelle par l'exploitation du thème univoque de l'enfant révolté ; le roman, une fois de plus, la dévie, en proposant le thème, équivoque, de l'orphelin et du chevalier errant, libéré des sujétions que constituent l'autorité paternelle et les liens familiaux et affectifs eux-mêmes ; d'où la disponibilité totale de celui qui n'a plus de famille. Perceval a été maintenu par sa mère dans un état d'infantilisme complet, de dépendance absolue, de véritable ségrégation sociale. C'est pourquoi il doit aussi la "tuer" pour pouvoir entreprendre sa route initiatique. C'est à la fois le péché qu'il devra expier et la condition de son élection. Parce que sa quête à lui n'est déjà plus de ce monde, son chemin est semé d'échecs et de silences, alors que celle de Lancelot -chez Chrétie : du moins - progresse de succès en succès vers l'intégration parfaite au groupe, substitut de la famille. Et le roman, alors, n'a d'autre finalité que sociale, ne "signifie" rien d'autre que son dénouement : la Joie dans l'harmonie de la collectivité et dans sa complétude. Tristan, lui, reste l'Enfant Perdu, inhibé, dépouillé, incapable aussi bien de rompre tout à fait avec sa "famille" que de s'intégrer vraiment à elle45.

  • 46 - M Robert : Roman des origines et origines de roman, Grasset, 1972, p. 87.
  • 47 - J. Le Goff, op. cit. p. 354.
  • 48 - C'est seulement à partir du xive ou du xve siècle, c'est à dire au moment où la famille devient (...)
  • 49 - Au xve siècle, au contraire, le roman s'achève par l'évocation du mariage et de le postérité : c (...)

34Tel est le sort de ces rescapés d'une naissance traumatisante. Le seul fait pour eux d'arriver au monde dans des conditions anormales, d'échapper ensuite à des poursuites, des attaques, leur confère le droit une forte possibilité de dépassement de vaincre toutes les forces hostiles46 Et c'est là peut-être que nous fermons la boucle, et que nous revenons aux conditions socio-historiques de la vie de l'enfant : en un temps où naître est presque un drame, la fécondité, bien souvent, une malédiction47, parce que la vie est quelque chose de fragile et de menacé, le héros breton nous parle d'un acharnement, à vivre48. Et, fait significatif, la "happy end" du roman, quand elle existe, n'est jamais celle des contes où les époux vivent heureux "avec beaucoup d'enfants"49. Ce qui, au contraire, est symptômatique, c'est le nombre d'occurences des motifs de stérilité : les couples mythiques n'ont de descendance qu'en leur neveu, les rois sont "mehaignés" et combien de "puceles" pour quelques épouses ? Les rares images de familles nombreuses - et heureuses - sont celles les ostels de vavasseurs où le chevalier errant ne peut séjourner qu'en passant, une nuit seulement, comme pour ne pas se laisser prendre à l'attrait fallacieux d'un bonheur domestique pour lequel il n'est pas fait et qui d'ailleurs, peut-être, n'existe pas, puisque toutes ces demeures pleines d'enfants sont sur la route - ou à l'intérieur - de l'Autre Monde.

DISCUSSION

35Monsieur LARMAT. Dans certaines oeuvres narratives, l'enfant devient un véritable personnage. On pourrait citer Guillaume et Aélis dans Le Roman de la Rose ou de Guillaume de Dole, Tristan dans Le Tristan en prose.

36Monsieur DE CALUWE. Je voudrais ajouter au dossier de l'enfance dans la littérature médiévale la chanson de geste occitane Daurel et Beton qui, peut-être en raison de la civilisation dans laquelle elle s'inscrit, semble en contradiction avec ce que vous avez dit. On y trouve en effet le sacrifice d'un enfant qui apparaît comme le sacrifice suprême, dans une perspective, et comme la cruauté suprême dans l'autre. En outre, on voit l'auteur suivre pas à pas l'enfance et l'adolescence du jeune Beton, en s'intéressant, il est vrai, à l'adulte qu'il deviendra.

37Mademoiselle PLANCHE. En ancien français le lexique de l'enfance est flou. Les termes se chevauchent. Le nouveau-né est parfois valorisé, comme dans le Roman du Comte d'Anjou, où le simple sourire d'un enfant produit un miracle, le sauvant ainsi que sa mère (lien avec l'évolution de l'iconographie mariale à la date du texte, 1316). Beaucoup de personnages baptisés "enfants" sont des adolescents. L'Epinette amoureuse de Froissart nous fait assister, rétrospectivement, à deux stades de la croissance du narrateur-auteur, liés à deux écoles. Jusqu'à dix ans le garçon apprend - semble-t-il - à lire en français (contrairement à ce que nous croyons habituel) ; il rencontre des "bachettes" et se livre à plus de cent jeux, souvent sans jouets, où la terre et l'eau jouent un grand rôle. Il découvre la chasse et les romans. Puis on le met au latin, ce qui provoque son ennui et sa colère. Toute son oeuvre révèle la tension entre ces deux "nourritures" successives dont la première peut passer pour une "contre-culture" moderne.

38Monsieur PAYEN. L'enfant existe au Moyen Age, mais la littérature le raconte peu. Il existe, et on le sait, comme existent les enfants modernes. Il a des jouets (poupées, petits soldats) que l'archéologie retrouve. Et il est l'objet d'une réflexion pédagogique (cf. les travaux en cours de Françoise BONNET sur la pédagogie au xve siècle et en particulier chez Gerson). Mais la littérature raconte l'aventure et l'amour : elle n'admet l'enfant qu'au moment où il s'initie à l'un ou à l'autre. Sauf exceptions, lorsqu'il s'agit de schémas narratifs tels que la femme innocente persécutée (à qui donc on arrache ses enfants : Parise la Duchesse) ou l'intrigue du type "Apollonius de Tyr" (famille séparée par l'épreuve, Guillaume d'Angleterre). Restent aussi quelques cas singuliers : la demoiselle aux manches petites dans le Conte du Graal, ou l'enfant nu dans l'arbre des Continuations et du Didot Perceval : avatar de Merlin, ou incarnation d'une innocence évangélique ?

39Monsieur ROUSSEL. Je voudrais signaler que l'éducation de l'enfant est également utilisée dans le cadre de la littérature morale pour illustrer le fameux conflit entre Nature ou Nourriture. Ainsi dans Renart le Nouvel ce que j'ai appelé l'exemplum de la nourrice. Jakemart Gielee y raconte comment une nourrice, n'ayant plus de lait, donne son nourrisson à allaiter à une truie. Au bout de quelques jours, l'enfant "en sa merde se touil-loit". Supériorité évidente de Nourriture.

40Ne serait-il pas intéressant de vérifier si dans les romans, ces enfants, pour la plupart, comme on l'a dit, privés de leur père, ne suivent pas au cours de leur marche vers l'adolescence ou l'âge adulte, un chemin qui montre qu'en définitive, si Nourriture est indispensable. Nature, c'est-à-dire leur hérédité, ne conditionne pas d'avance leur succès ou leur grandeur ?

41Mademoiselle FERNANDEZ. En réponse à l'idée que l'enfant serait exclu du roman, entre autres raisons, parce que, 1e roman est centré sur l'aventure et l'amour auxquels l'enfant ne peut avoir part, on peut mettre en avant le couple Floire-Blanchefleur, exemple d'amants-enfants et, à la fois, vrais amants et vrais enfants.

42Madame BUSCHINGER. En 103 et chez Eilhart c'est un enfant, le neveu de Tristan, qui suggère au héros le déguisement lui permettant de rejoindre Iseut. Dans le Tristan de Reinrich von Freiberç, (vers 1300), un enfant est le complice des amants (il les accompagne même dans la forêt).

Notes

1 - L'Enfant et la vie familiale sous l'Ancien Régime. Seuil, 1973, p. VII

2 - cf. encore Montaigne : les enfants n'ont "ni mouvement de l'âme, ni forme recognoissable au corps", Essais, II, 8.

3 - J. Le Goff : la Civilisation de l'Occident Médiéval, Arthaud, 1965, p. 354.

4 - cité par Ch. V. Langlois : La Vie en France au Moyen Age. Slatkine Reprints, Senève, 1970, T. II, p. 213.

5 - Jehan de Saintré, éd. J. Misrahi, Droz, 1967, p 2.

6 - id. p. 67.

7 - id. p. 93- Notons à ce propos que le terme d'"enfance" recouvre une tranche d'âge vaste et imprécise (pour Philippe de Novarre : 20 ans) et que, à cette réalité biologique de l'enfance se superpose généralement le concept social et abstrait de dépendance.

8 - Des IIII tenz d'aage d'ome. éd. de Fréville, S.A.T.P. 1888, p. 6.

9 - cf. le proverbe : "Qui voit enfant il voit neant", Le livre des Proverbes français. Le Roux de Lincy, Slatkine Reprints, Genève, 1968, T.I, p. 218.

10 - J. Morawski : Proverbes français antérieurs au xve siècle. Champion, 1925, p. 3, n° 59.

11 - P. de Novarre, op. cit. p. 2.

12 - Les XV Joyes de Mariage, éd. J. Rychner, Droz, 1967, p. 27.

13 - Histoire de Guillaume le Maréchal, éd. P. Meyer, T. I. P- 3591 cité par M. Bloch : La Société féodale, Albin Michel, 1970, p. 199.

14 - cf. J. Le Goff, op. cit. p. "(- : "l'enfant est un produit de la ville et de la bourgeoisie".

15 - E. Auerbach : Mimesis, N.B.P. Gallimard ; 1978, p. 253.

16 - Les Caquets de l'Accouchée, éd. E. Pournier, Bibliothèque Elzevirienne, 1855, p. 36.

17 - op. cit. p. X.

18 - Antoine de La Sale, sa vie et ses ouvrages, éd. J. Nève, 1903 : Le Reconfort de Madame du Fresne, p. 137.

19 - op. cit. p. 103.

20 - op. cit. p. 105.

21 - Les Miracles de Hostre Dame, de Gautier de Coincy, éd. P. Koenig, Droz, 1970, T. II, p. 131.

22 - op. cit. p. 2.

23 - M. Foucault : Histoire de la Folie. Plon, 10/18, 1964, p.22.

24 - P. Arès, op. cit. p. 27.

25 - Montaiglon Raynaud : Recueil Général et complet des fabliaux des xiiie et xive siècles. Paris, 1872-1890, T. I, XIV. Le sujet de ce fabliau est repris dans la xixe des Cent Nouvelles nouvelles, éd. P. Jourda, La Pléiade, p. 82.

26 - Les Miracles de Nostre Dame, op. cit. p. 181, T. II.

27 - Montaigne, cf. note 2.

28 - P. de Movarre, op. cit. p. 2. cf aussi dans J. Morawski les proverbes n° 490 ("De fol et d'enfant garder se doit len") 1992 ("Ne viel, n'enfant. fame ne fol ne servi la, je le te lo") 2184 ("Ni vedve n'enfant sert tut sun servise pert"), etc…

29 - De l'Enfant ressuscité qui chantait Gaude Maria, Miracles de N.D. op. cit. T. IV. p. 42.

30 - P. Ariès, op. cit. p. 109.

31 - op. cit. p. 99.

32 - M.R. op. cit. T. VI, CL II.

33 - Le motif n'est pas toujours exploité de façon très heureuse ; cf. R. Dubuis : Les Cent Nouvelles nouvelles et la tradition de la nouvelle en France au Moyen Age, P.U. Grenoble 1973, p. 105.

34 - id. p. 109.

35 - cf. Le Roux de Lincy, op. cit. p. 234- T. I : "Il ne faut point faire grenier de filles".

36 - cf. Morawski : outre n° 490 et 1392 déjà cités, voir aussi 1078 : "Li enfans et li yvres dient voir" ; et la "morale" du fabliau : Celui nui bouta la pierre :
"Par ceste fable mostrer voilg de fol et de petit effant que l'en se gart dou petit eulg se fait touz jorz mout bor autresinc bien comme del grant ; garder, car il ne seve-t rien celer".

37 - cf. vers 206 - 212, M.R. I, V.

38 cf. J. Lods : Le Thème de l'enfance dans l'épopée française C.C.M. T. III, 1960, p. 59.

39 - J- Frappier : Amour courtois et Table Ronde, ch. X : L'"Institution" de Lancelot dans le lancelot en prose, Droz, 1973, p. 169-179.

40 - éd. Sommer, T. III, p. 34.

41 - id. p. 34.

42 - id. p. 35.

43 - J. Markale : Le Roi Arthur et la Société celtique, Payot, 1976, p. 265.

44 - P. Barteau : Les romars de T'ristar ; et Iseut, introduction à une lecture plurielle, Larousie, 1972, 2e partie ; ch. IT : essai de lecture psychanalytique, p. 187.

45 - id. p. 210.

46 - M Robert : Roman des origines et origines de roman, Grasset, 1972, p. 87.

47 - J. Le Goff, op. cit. p. 354.

48 - C'est seulement à partir du xive ou du xve siècle, c'est à dire au moment où la famille devient une institution bourgeoise, "moderne", une cellule close sur elle-même, que la naissance devient, parallèlement, une fête : cf. le motif de l'Accouchée, par ex. dans les XV Joyes de mariage.

49 - Au xve siècle, au contraire, le roman s'achève par l'évocation du mariage et de le postérité : cf. Paris et. Vienne, le Roman du Comte d'Artois, Pierre de Provence et la Belle Maguelonue, etc…

Auteur

Université de Lyon III

© Presses universitaires de Provence, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540