Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exclus et systèmes d’exclusion dans la littérature et la civilisation médiévales

L'exclusion du sarrasin dans la Chanson de Roland : vocabulaire et idéologie

"Co est une gent ki unches ben ne volt" (v. 3231)

Carole Bercovi-Huard

Texte intégral

1Nous tenons à remercier ici Monsieur le Professeur Dufournet pour son aide et ses précieux conseils.

INTRODUCTION : LE PARADOXE SUR LE SARRASIN1

  • 1 Nous utilisons l'édition de M. Moignet Bordas, Paris, 1969.
  • 2 Le Goff : Civilisation de l'Occident Médiéval, Arthaud, Paris, 1965. Voir sur les problèmes de la (...)

2La lecture de la Chanson de Roland semble nous révéler un seul modèle de société pour les deux groupes qui s'affrontent : chrétiens et sarrasins : c'est la féodalité. En effet, c'est au xième siècle que se constituent les fondements de la société féodale, "liens personnels qui unissent entre eux dans une hiérarchie les membres des couches dominantes de la société."2 Cette hiérarchie et ces liens personnels se retrouvent du côté sarrasin : Blancandrin, Valdabrun, et tous les grands dignitaires dépendent de Marsile qui dépend lui-même de Baligant.

3Serions-nous en présence de deux mondes absolument parallèles ? La première analyse paraît le montrer.

4En effet que voyons-nous ? Un suzerain (Marsile) qui demande conseil à ses hommes.

"Conseilez mei cume mi savie hume
Si me garisez e de mort e de hunte"(v. 20-21)

5Blancandrin accepte tout de suite d'aider son maître :

"Prozdom i out pur sun seignur aider"(v. 26)

  • 3 Un même motif est toujours présent dans ces laisses : a) aller à Roncevaux ; b) aller seul ou y co (...)

6Selon le code féodal, les bons vassaux doivent également l'aide militaire en temps de guerre. C'est le sens des laisses LXIX à LXXVIII où les barons de Marsile promettent une assistance efficace dans la bataille.3

7En échange de ces services, le suzerain donne des fiefs et divers autres cadeaux. C'est l'attitude de Marsile aux vers 75-76, et celle de Baligant (v. 3398-3399).

8Les droits et les devoirs entre vassal et suzerain sont absolument réciproques : ainsi fait le suzerain suprême Baligant venant prêter main forte à Marsile avec son armée, (v. 2674-2676). Si les rapports entre sarrazins se posent en termes de vassalité, c'est en ces termes également que se présente l'opposition entre les chefs chrétiens et sarrasins : Baligant défie Charlemagne comme un suzerain en colère (v. 2664) et c'est bien en vassal qu'il veut traiter le chef des français. Dans le monde sarrasin comme dans le monde chrétien le serment fonde en droit les liens féodaux qui se constituent : Marsile jure sur Mahomet et Tervagant de poursuivre Roland (v. 610-611). Les signes de la vassalité sont identiques dans les deux camps : le baiser qui lie les sarrasins au traître Ganelon (v. 601, 626 à 633), l'usage d'objets symboliques comme le gant ou le bâton. Marsile donne un gant à ses meilleurs vassaux et les salue en signe de confiance (v. 873, 908, 974), comme Baligant donne le gant à Marsile et lui confirme ainsi son fief (v. 2677-2679).

  • 4 La beauté du monde sarrasin est souvent liée à des notations de lumière : ex. v. 998, 1021, 1031, (...)

9Le parallélisme semble parfait et si l'identité des structures nous frappe davantage que les différences, il semble qu'il faille voir dans l'univers sarrasin non seulement un reflet mais le reflet très embelli de la réalité chrétienne. Les étrangers sont parfois très beaux (voir le portrait de Baligant dans la laisse CCXXVIII) et l'aspect esthétique des armées est souvent mis en valeur.4

10Il semble que l'auteur ait voulu insister sur les richesses exotiques. Il paraît fasciné aussi bien par les cadeaux faits par les sarrasins (v. 30-33, 74-76, 91, 515-516, 637-639, 651-652, 845-846, etc..) que par les matières employées cristal, marbre, or et argent (v. 12-13, 609, 407-408 ; 3149-3151…) et par la richesse des armes et de l'habillement (v. 1245-1263, 1276, 1288, 1324, 1331, 1354, 1500-1, 2288, etc…).

11L'idée de richesse est toujours liée à la notion de force, La répétition de termes superlatifs le montre. Afin de ne pas alourdir l'exposé, nous n'en prendrons qu'un exemple : lorsqu'il voit la puissance de Baligant, Charlemagne éprouve le besoin de s'adresser à ses soldats :

"S'il unt grant gent, d'iço, seignurs, qui calt ?" (v. 3339)

12L'empereur reconnaît donc le danger représenté par le nombre.

13C'est en effet dans l'hyperbole du nombre qu'éclate le mieux la richesse des sarrasins. Les occurences nombreuses des chiffres prodigieux concernant les sarrasins sont remarquables en comparaison avec les faibles effectifs de Charlemagne. (400.000 sarrasins au vers 715 contre 20.000 francs au vers 827 !) Marsile dit à Ganelon :

"Quatre cenz milie puis aveir" (v. 565)

14Olivier sera lui-même effrayé par ce nombre :

  • 4bis Voir aussi les vers 2625 (40 royaumes de Baligant) ; 2649 bis (17 rois se réunissent) ; 2729 (4000 (...)

…"Paien unt grant esforz
De noz Franceis m'i semblet aveir mult poi"
(v. 1049-1050)4bis

15L'exagération sur les nombres est donc un élément essentiel de l'écriture épique : l'armée ennemie apparaît comme le phénix capable de renaître toujours plus puissant.

16Cependant, face à cette présentation favorable, d'autres faits doivent tout de suite attirer notre attention. D'une part, on met l'accent sur une certaine similitude, d'autre part on présente le sarrasin de façon péjorative et dénigrante et sa force inefficace. Voila, le paradoxe qu'il va falloir expliquer. En effet, pourquoi présenter Marsile couché sur un perron (L.II), alors que Charlemagne est assis (L.VIII) ? Pourquoi montrer la fin humiliante de certains sarrasins ?

17Pourquoi montrer Marsile mutilé comme un voleur par Roland (L.CXLII v. 1902-3) qui meurt dans son lit (L.CCLXIV v. 3644-47) comme un lâche alors que Roland mourra à la bataille, le visage tourné vers l'Espagne ? (L. CLXXVI). Pourquoi enfin ces noms qui attirent tout de suite l'attention : Malcud, Malbien. Malduit ?…

18Ces apparentes contradictions ne peuvent se comprendre qu'à la condition de voir dans les descriptions favorables un moyen efficace pour mieux rejeter ensuite le sarrasin hors de la féodalité chrétienne, Si tel est le projet de l'auteur, nous devons nous appliquer à l'étude des signes de l'exclusion dans le texte de la Chanson.

I LES SIGNES DE L'EXCLUSION

  • 6 Voir M. Moignet : op. cité ; p. 129 et J. Bédier : La Chanson de Roland commentée ; Paris, Piazza, (...)

19Plusieurs critiques ont déjà attiré l'attention sur les noms des sarrasins6. Ils apparaissent dès le début avec des occurences plus fréquentes dans certaines laisses (comme la lai-se V v. 62-69, où Clarin, Estamarin, Eudropin, Priamon, Guarlan, Machiner, Maheu, Jouner, Malbien d'Outremer forment le conseil de Marsile, dans les laisses LXIX à LXXVIII sur les "van-tances" des sarrasins, dans la bataille, et enfin dans l'épisode de Baligant).

  • 7 Avec la Chanson de Roland, nous sommes au xième siècle et nous sommes loin encore des jeux linguis (...)

20Il ne s'agit pas de donner pour chaque nom une "traduction précise" unique, ni de décortiquer les différentes unités : cela serait un véritable contresens méthodologique pour l'étude du xième siècle7. Il ne s'agit pas non plus de croire que toutes les significations aient été absolument voulues par l'auteur ; il s'agit simplement de montrer qu'une majorité de noms est signifiante : ils vont dans le sens d'une vision dénigrante où les sarrasins sont montrés comme des suppôts de Satan qu'il faut combattre. Loin d'être les fruits isolés d'une imagination gratuite, ils seraient porteurs d'une signification et c'est l'accumulation de ces noms qui renforce cette hypothèse.

  • 8 P. Ménard : Le rire et le sourire dans le roman courtois. Droz, 1969. Pour les chansons de geste, (...)

21Certaines consonnances surprennent et font rire ainsi que le souligne M. Ménard8 : si l'auteur veut faire rire, c'est bien pour conjurer une certaine angoisse par rapport à l'étranger.

  • 9 Ménard : op. cit., p. 46.
  • 10 On pense à des refrains de chansons, ou au Torelore qui sera plus tard le pays de fantaisie dans A (...)

22On nous montre souvent "des monstres mi grotesques mi terrifiants"9 : ce sont Chernuble de Munigre (v. 975, 984), Escababi (1555), Grosaaille (v. 1488), Turgis de Turteluse (v.916, 1282) dont le nom lait penser à un refrain de chanson populaire10Même les chevaux ont des noms qui sont à eux seuls des caricatures : ainsi le cheval de Climborin : Barbamusche !

  • 11 Dufournet : op. cit., p. 191.

232) Certains noms sont signifiants dans leur ensemble : tels Abisme (v. 1470), qui évoque les enfers, Joüner (pratiquant le jeûne), Jangleu (Qui serait voué au mensonge. Cf. le verbe Jangler en anc. fr.). Il faut bien noter cependant qu'il n'est pas question de pousser trop loin ce genre d'analyse : d'une part, les différentes hypothèses loin de s'exclure peuvent au contraire ajouter à la signification d'un nom (cf. les différentes explications proposées pour le nom de Baligant) ; d'autre part, il faut se garder des jeux linguistiques totalement absents de la pensée de l'auteur. Seules les grandes séries de noms offrent des éléments sûrs à l'analyse, car ils sont alors "expressifs ; contiennent une condamnation, précisent une personnalité, ou frappent par leur bizarrerie"11.

243) Quelques noms ne sont pas signifiants en eux-mêmes mais ils sont suivis d'un adjectif qui, les caractérise : ainsi Guarlan le Barbet (v. 65), Jurfaleu le Blund (v. 1904). fils de Marsile, ou le roi qui n'a pas d'autre nom que "rei Flurit" (v. 3211).

254) La majorité des noms des sarrasins est formée sur un seul modèle. UN PREFIXE + UN 2ème TERME SIGNIFIANT EN GENERAL

26a) le préfixe -mal, suivi d'un terme dévalorisant :

27Notons qu'en Ancien français on trouve aussi bien l'exclamation mal au sens de : "sois maudit !", que l'adverbe mal signifiant : "pour son malheur !". Olivier tuant Marganice dira :

  • 12 Voir Ménard, op. cit., p. 46.

28"Paien, mal aies tu" (v. 1958)12 Dans notre texte, on trouve : Malbien d'ultremer (v. 67), Malcud et son fils Malquiant (v. 1594), ceux qui pensent mal (voir le sens de cuidier), Malpalin (v. 2995), les géants de Malprose (v. 3253.), Maltraien (v. 2671) qui endure le mal, Malun (v.1353), le trésorier de Marsile Malduit (v. 642), Malpramis fils de Baligant (v. 3176, 3184, 3200, 3369, 3421, 3498), Malprimis de Brigal (v. 1261), et les géants de Malpreis (v. 3265). Même les noms de certains objets importants sont formés de cette façon : ainsi l'arme de Baligant : Maltet (v. 3152).

29b) le préfixe -mar suivi d'un autre élément :

  • 13 Mar existe en tant que tel : suivi d'un verbe au futur, il équivaut à un impératif négatif ; suivi (...)

30Mar existe en tant que tel : suivi d'un verbe au futur, il équivaut à un impératif négatif ; suivi d'un verbe au passé il signifie "pour son malheur" ; enfin, mar suivi du verbe être signifie ; en vain13. L'auteur se plaît à donner des noms commençant par mar aux personnages les plus importants du monde sarrasin. Tous ces soldats semblent voués à la mort :

31v. 1257 : "Felun paien mar i vindrent as porz" (c'est Roland qui parle)

  • 14 Voir Dufournet : op. cit., p. 187 ; Bédier : op. cit., p. 299-300 ; et la note de Moignet dans son (...)

32On trouve dans la série un nombre assez important : Marcule d'ultremer (v. 3156), Marganice l'oncle de Marsile (v. 1914, 1943, 1956) que l'on retrouve avec le titre d'algalife aux vers 453, 495, 505, 681, Marsile qui revient très souvent dans notre texte (71 fois !), enfin Margarit de Sibilie (v. 955, 1310, 1311). Son nom est particulièrement intéressant puisqu'il signifie renégat, apostat14.

  • 15 Dufournet : op. cit., p. 191.

33Des noms similaires rapprochent des personnages qui jouent dans le récit des rôles parallèles : ainsi Margarit et Marganice qui affrontent tous les deux Olivier (voir laisses CIII et CXLV et CXLVI) ; d'autre part, Marsile échappe à Roland et demande à Baligant de l'aide (laisses CXLII et CLXXVII tout comme Margarit avait échappé à Olivier pour demander le secours de Marsile (laisse CIII)15.

34c) le préfixe -fal :

35indique ce qui est faux. Deux noms doivent être mentionnés ici : Faldrun (v. 1871) et Falsaron frère de Marsile (v. 879).

36d) le préfixe -cors :

37Il semble qu'il faille donner à ce préfixe une nuance de corpulence, (cf. le personnage de Corsolt dans le Couronnement de Louis qui est le champion des sarrasins contre Guillaume). Ce préfixe apparaît dans le nom du roi de Barbarie Corsablix ou Corsalis (v. 1235, 885).

38e) enfin, on peut mentionner un préfixe qui n'est pas vraiment péjoratif mais qui donne à certains noms une coloration simplement exotique : c'est le préfixe -al.

  • 16 Voir la note de Moignet p. 87.

39On le trouve à la fois dans des noms propres comme Almaris (v. 812), Alphaien (v. 1554). On peut rapprocher ces noms des titres exotiques souvent mentionnés dans la Chanson : l'algagalife, l'almaçur16.

40f) le problème de la reine sarrasine Bramidonie :

  • 17 Voir J. Bédier : op. cit., p. 330 ; voir aussi l'article important de G.J. Brault : "Bramimonde da (...)

41L'étude de l'évolution de ce personnage montre bien que les noms propres sont au cœur même du problème : quand Bramidonie trouvera le "droit" chemin, elle changera de nom ; la réalité nouvelle qui est la sienne rend nécessaire un nouveau signe : Juliane (v. 5986)17.

  • 18 Les différents épisodes avec l'ange Gabriel au secours de Roland et Dieu aidant la vengeance de Ch (...)

42Si les noms des sarrasins sont signifiants, il faut noter que les sarrasins eux-mêmes sont montrés comme des créatures liées de près ou de loin aux démons : ils sont exclus ainsi de la sphère divine alors que Charlemagne et ses compagnons sont toujours rattachés à un dieu bienveillant et secourable18.

43Les paiens, eux, sont du côté du diable et leur apparence physique est avant tout le signe de cette parenté diabolique (même si certains d'entr'eux sont beaux).

  • 19 Payen : "Le Moyen Age in La littérature Française. T.I Des origines à 1300. Paris, Arthaud, 1970, (...)
  • 20 Payen : id. p. 107.

44Ils sont noirs très souvent ! On serait tenter de dire avec M. Payen que "le Moyen âge tend parfois vers un certain racisme, quand il considère la noirceur de la peau comme le signe d'une âme corrompue"19 même s'il est un fait que "tout converti était automatiquement et sans réserve intégré dans la communauté catholique."20. Cette attitude est différente du racisme moderne ! Cependant, nous trouvons dans notre texte des peuples qui sont les Bruns (v. 3225), des Nigres (v. 3229).

45Marganice gouverne une "tere maldite" :

"La neire gent en ad en sa baillie
Grant unt les nes e lees les oreilles" (v. 1916-18).

46Abisme est "neirs cumu peiz ki est demise" (v. 1474). Quand le poète parle des sarrasins en général, il emploie les termes :

"…la contredite gent
Ki plus sunt neirs que nen est arrement" (v. 1932-33).

47Grâce à ces exemples, nous constatons que la noirceur est souvent accompagnée de laideur allant jusqu'à la monstruosité. Le fait que certains sarrasins aient des qualités esthétiques (comme Margarit) ne semble pas incompatible avec l'animalité des masses.

48Ce sont alors des géants horribles, créatures infernales semblables à celles qui étaient représentées sur les chapiteaux et les tympans des églises : la bête remplace l'homme : l'usage de la parole a disparu.

"Cil d'Occiant i braient e henissent
Arguille si cume chen i glatissent." (v. 3526-27).

49Un autre peuple est ainsi décrit :

"…as chefs gros
Sur las eschines qu'il unt en mi. les dos
Cil sunt seiet ensement cum porc" (v. 3222-23).

  • 21 Abisme a reçu des pierres précieuses d'un démon au Val Métas v. 1500-4.
  • 21 Climborin tué par Olivier va en enfer (v. 1553) ; ainsi que Malprimis (v. 1268) ; Marsile à la fin (...)

50Si l'animalité caractérise le plus souvent les sarrasins, c'est que les démons président a leurs destinées : eux seuls donnent des richesses extraordinaires21 et emportent les âmes des sarrasins tués au combat21. Ne prenons qu'un exemple : Chernuble qui est décrit comme un être particulièrement monstrueux vient d'une terre maudite :

"Icele tere, ço dit, dun il esteit,
Soleill n'i luist ne blet n'i poet pas creistre,
Pluie n'i chet, rusee n'i adeisot,
Piere n'i ad que tute ne seit neire.
Dient alquanz que diables i meignent." (v. 979-983).

51Les forces des sarrasins sont donc du côté du mal et le vocabulaire va nous aider une fois de plus, un fait marque l'écriture : c'est l'emploi très fréquent des injures employées par les chrétiens pour caractériser les sarrasins. Notons tout de suite un fait remarquable : le traître Ganelon qui est exclu de la société chrétienne est traité exactement comme les sarrasins. Nous essaierons d'expliquer cela un peu plus loin. L'auteur n'a pas employé toute la gamme des injures : il s'est limité à certains termes qui ne sont jamais exactement synonymes et qui ont des connotations spécifiques.

52a) on trouve quelques termes isolés :

53le mot bricon est employé une seule fois et distingue Ganelon des sarrasins par son langage, au vers 220, c'est Ganelon qui parle ! Le mot suduiant qui contient une idée de tromperie apparaît également une fois (v. 942) et renforce un autre terme : "Traïtur suduiant".

54b) Le mot traïtre (avec l'autre forme du mot : Traïtur) est employe pour Marsile (v. 201), pour les deux sarrasins Es-turganz et Estramariz (v. 942), et pour Ganelon (v. 1024). Ce terme semblerait désigner un crime commis contre les liens de la vassalité comme le montre le vers 3829 où apparaît le verbe :

55"Guenes est fels d'iço qu'il le traīt"

  • 22 Climborin tué par Olivier va en enfer (v. 1553) ; ainsi que Malprimis (v. 1268) ; Marsile à la fin (...)

56Parallèlement le mot trahison apparaît souvent dans notre texte22.

57c) Le mot glutun apparaît 7 fois :

58Il est ici l'équivalent de misérable. On le trouve aussi bien dans le fil du récit (v. 1250, 1251), que dans le langage parlé au style direct : v. 1212, 1337, 2215, 5275, 3456 (où on trouve la forme Gloz).

59d) Le terme culvert apparaît 8 fois : (7 pour les sarrasins et 1 pour Ganelon).

60Ce terme semble désigner surtout la bassesse de la naissance qui entraîne une bassesse morale.

61Au vers 763 pour Ganelon, il est lié à l'expression : "Hom de put'aire" et marque la bassesse. Au vers 1207. Roland parle d'Aelroth dans un contexte de trahison. Au vers 1232. Olivier parle de Falsaron dans un contexte de lâcheté par rapport au code féodal. Au vers 1253. Turpin accuse un sarrasin de mensonge. (Dans ces exemples le mot culvert est lié à paien). Au vers 1335, Roland accuse par ce terme Chernuble d'avoir une fausse religion. Au vers 1394. On se trouve dans un contexte de sorcellerie. Enfin, aux vers 2292 et 3446, les sarrasins "culvert" trahissent le code de la guerre.

62Le mot fel/felun :

63On trouve ce mot dans plusieurs contextes : la traîtrise et la cruauté.

  1. On trouve ce terme employé pour Ganelon : (sous ses différentes formes linguistiques), v. 213, 614, 844, 1024, 1457, 3735, 3829, 3897…
  2. Ce terme est employé par les sarrasins pour désigner les Français : v. 1191, 1908, 2060…
  3. C'est par ce mot que les chefs menacent les français qui seraient lâches à la bataille : v. 1068, 1924, 2062, 2144, 3559…
  4. Ce terme désigne enfin et surtout les sarrasins quand le narrateur ou les personnages parlent d'eux : v. 69, 215, 942, 910, 1057, 1068, 1098, 1216, 1471, 1479, 2062, 2144, 324o, 3251, 3268, 3557, 3559… Même les dieux sarrasins sont "felons" : tel Apolin !

64Cette injure est particulièrement intéressante car on peut y trouver une double évolution : dans la perspective féodale, il marque le non respect du code vassalique ; dans la perspective religieuse, il désignera l'Infidèle. On peut s'interroger sur les fondements de cette double exclusion.

II LES FONDEMENTS DE L'EXCLUSION :

65Il n'est pas question dans le cadre de cette communication de rentrer dans les détails : nous nous bornerons simplement a quelques remarques.

  • 23 Voir le cours de m. Dufournet et les études faites sur le mot "vassal".

66Au xième siècle se constituent les fondements de la Féodalité, M. Dufournet, dans son étude sur la Chanson de Roland a insisté longuement sur les problèmes de la vassalité et il a bien montré que c'était une notion "clé" pour la compréhension de cette œuvre23.

  • 24 On a longtemps essayé de trancher la question : J. Bédier (op. cit.) pensait que la Chanson est le (...)

67On peut penser que c'est parce que les sarrasins refusent la vassalité par rapport à Charlemagne qu'ils seront exclus. Il ne s'agit pas pour nous de savoir si la chanson reflète l'idéal féodal avant l'idéal chrétien24 ; mais bien de voir comment se manifestent ces deux idéaux à l'intérieur de l'oeuvre.

68a) Quand Charlemagne propose un fief à Marsile :

"Demi Espaigne vos voelt en fiu duner" (v. 432)
"Demi Espaigne vus durat il en fiet" (v. 472)

69La colère du chef sarrasin éclate et c'est alors un énergique refus (v. 485).

70b) Comme nous l'avons déjà évoqué dans l'introduction, tout l'épisode de Baligant (v. 2609-3704) prend sa signification quand on met l'accent sur un double refus : celui de Charles de devenir le vassal de Baligant, et celui de Baligant de devenir le vassal même privilégié de Charlemagne. C'est là que réside la seule opposition véritable entre les deux chefs qui se ressemblent par ailleurs étrangement :

"Li. amuralz ben ressemblet barun" (v. 3172)
"Li amuralz mult par est riches hoem" (v. 3265)
"Li amuralz est mult de grant saveir" (v. 3279).

71Surtout Baligant dira à Charlemagne :

  • 25 "Les deux adversaires dominent de toute leur taille et de toute leur majesté les autres combattant (...)

72"A mult grant tort mun pais me calenges Deven mes hom, en fedeltet voeill rendre" (v. 3592-93)25. Charlemagne évite alors de répondre sur le plan de la vassalité et met en valeur la religion chrétienne (v. 3595-99).

73Il nous faut aborder les problèmes religieux qui sont essentiels dans notre texte et voir comment se manifeste un idéal religieux qui ne peut qu'exclure le sarrasin.

74A l'époque où vont commencer les croisades, l'Islam et la chrétienté ne peuvent qu'être ennemis. L'antinomie radicale entre ces deux univers expliquera le refus des chrétiens de voir objectivement la religion qui leur est étrangère ; ils lui substituent une image péjorative et déformée qu'il nous faut examiner.

75a) La religion des sarrasins est souvent montrée de façon absolument négative : l'abondance des négations le prouve :

"(Li reis Marsilie) ki Deu nen aimet" (v. 7)
"Co est une gent ki Damnedeu ne sert" (v. 3247)
"Co est une gent ki Deu nen amat unques" (v. 3261).

76b) Les éléments religieux sont méconnus ou mal connus et toujours montrés de façon dénigrante :

77Les sarrasins sont montrés adorant une trinité composite : nahomet, Apolin et Tervagan. Il serait vain de vouloir trouver là la description des pratiques de l'islam au moyen Age : il paraît préférable de voir dans cet amalgame d'éléments païens, musulmans et judaïques (cf. v. 3662) une volonté de ridiculiser la religion des sarrasins et une méconnaissance à peu près complète du véritable monothéisme musulman qui interdit en réalité la représentation du Dieu.

78Baligant avant la bataille, invoque ainsi les dieux :

  • 26 Voir les vers 3266-68.

"Li amiralz recleimet Apolin
E Tervagan e Mahumet altresi :
Mi damnedeu, jo vos ai malt servit
Tutes tes ymagenes ferai d'or fin" (v. 3490-94)26.

79Blancandrin a cette formule :

"Salvez seiez de Mahun
E d'Apollin qui seintes leis tenuns" (v. 416-17).

  • 27 Le Goff. op. cit., p. 183 ; M. Le Goff mentionne d'autre part que dans la marge d'un manuscrit de (...)

80Il faut constater que c'est Mahomet qui est invoqué le plus souvent quand les sarrasins se trouvent dans les situations les plus critiques. (Voir les vers 853-854, 921-922, 3640-41). Son nom apparaît avec une fréquence remarquable : 17 fois, contre 7 fois pour Apolin et 7 fois pour Tervagant. Si Mahomet est très souvent invoqué par les sarrasins, notons également un fait complémentaire : il semble que ce dieu ait cristallisé les haines des chrétiens par rapport aux autres dieux : "Mahomet est un des pires épouvantails de la Chrétienté médiévale ; il hante les imaginations chrétiennes dans une vision apocalyptique" dit très justement M. Le Goff27.

81c) L'auteur de la Chanson met l'accent sur tous les aspects négatifs de cette religion :

  • 28 Voir note 17 ; de plus, Charlemagne bénéficie d'un miracle : le soleil s'arrête pour permettre la (...)

82Cette religion est tout d'abord inefficace (par opposition a la religion chrétienne qui apporte toujours un précieux secours aux Français)28. Roland dit à Chernuble :

"De Mahumet ja n'i avrez aiude" (v. 1356)

83L'auteur met dans la bouche des sarrasins le même constat d'inefficacité :

"Paiens recleiment un lur Deu, Tervagant,

  • 29 Voir aussi les vers 3513-14, 3553-54.

Puis saillent enz, mais il n'i unt guarant" (v. 2468-69)29.

  • 30 Moignet, op. cit., p. 201.

84Comme le dit M. Moignet "la défaite à Roncevaux est celle de leurs dieux ; elle n'a d'autre explication que leur recréantise, l'aveu de leur impuissance qui est surtout la preuve qu'ils sont de faux dieux."30. Quand les sarrasins appellent à l'aide, les dieux restent muets :

"(Bramimonde parle :) Li nostre deu i unt fait felonie

  • 31 Voir les vers 2714-18 et 3641-43.

85Ki en bataille oi matin le faillirent." (v. 2600-2601)31. Les dieux manquent ainsi à leur devoir ! C'est pourquoi les sarrasins arriveront à plaindre leurs pauvres dieux qui n'ont su ni les défendre ni se défendre eux-mêmes :

"Plurent e crient, demeinent grant dolor
Pleignent lur deus, Tervagan e Mahum
E Apollin dunt il mie nen unt" (v. 2695-97)

86d) Cette inefficacité explique la lâcheté des sarrasins par rapport à leur propre religion :

87Dès le début de notre texte, Blancandrin et Marsile sont prêts à abandonner leur religion et à devenir chrétiens pour vivre en paix (v. 83-86, 38-39 et 154-155). Marsile demande l'aide de Baligant, sinon :

"E s'il nel fait, il guerpirat : ses deus
E tuz ses ydeles que il soelt adorer,
Si recevrat seinte chrestientet,
A Charlemagne se vuldrat acorder" (v. 2618-21)

88Le rapport entre les liens vassaliques et les liens religieux est clairement établi : le plan "terrestre" et le plan "céleste" se rejoignent.

89e) On assiste alors à la destruction des dieux et des idoles par les sarrasins eux-mêmes :

"Ad Apolin en curent en une crute,
Tencent a lui, laidement le despersunent :
"El malvais deus, por quei nus fais tel hunte ?(…)
Puis si li tolent sun sceptre e sa curune,
Par les mains le pendent sur une culumbe,
Entre lur piez a tere le tresturnent,
A granz bastuns le batent e defruisent ;
E Tervagan tolent sun escarbuncle
E Mahumet enz en un fosset butent
E porc e chen le mordent e defulent" (v. 2560-82 ; 2585-91).

90Charlemagne est vainqueur car c'est la volonté de Dieu ! Au moment où commencent les croisades La Chanson de Roland s'engage dans le combat contre l'ennemi que représente le sarrasin.

91Les chrétiens ont le Droit pour eux aussi bien sur le plan terrestre (fondé sur les principes féodaux) que sur le plan céleste (fondé sur la volonté de faire triompher la religion chrétienne).

92Charlemagne apparaît comme le champion de cette double lutte et fonde en droit ce double combat. L'insistance des formules concernant le tort et le droit est intéressante :

  • 32 Voir aussi : "(Roland parle) : Nos avum dreit, mais cist glutun unt tort" (v. 1212)
    …Ne pois amer l (...)

(Roland parle :) "Paien unt tort e chrestiens unt dreit"
(v. 1015)
(Charles parle :) "Ja savez vos cuntre paiens ai dreit"
(v. 3413)32

93Il nous reste donc maintenant à voir brièvement de quelles façons se manifeste cette exclusion.

CONCLUSION : CONVERSION OU MASSACRE / LE MEME OU L'AUTRE

94Il faut choisir : ou bien l'anéantissement de l'Infidèle ou bien l'abandon de l'idée de Chrétienté : c'est en ces termes que se pose le problème à partir du xième siècle. Il faut noter cependant que l'auteur apporte des nuances dans la manière dont il présente les différents sarrasins ; nous avons pu noter dès l'introduction les qualités incontestables de certains personnages : certains sont assez proches des Français mais la majorité est irréductible et par conséquent doit être détruite.

  • 33 Payen, op. cit., p. 107

95Celui qui acceptera de renoncer "à la false lei" sera immédiatement inclus dans la société : en cela le moyen age se montre tolérant par rapport à l'autre33.

96C'est la proposition faite par Ganelon : Pour Charles la paix est à ce prix :

  • 34 Voir aussi les vers 694-96 et la laisse XV en entier.

"Vos mandet Carles, ki France tient
Que recevez la lei de chrestiens" (v. 471-72)34

97Apres la bataille contre Baligant, beaucoup de sarrasins sont baptisés :

"Li reis creit en Deu. faire voelt sun servise.
E si evesque les eves beneīssent
Meinent paien entesqu'al baptiserie". (v. 3666-68)

  • 35 La reine sarrasine a un traitement différent de celui des autres sarrasins : sa conversion doit êt (...)

98L'exemple le plus frappant reste celui de Bramidoine en ce qu'il est préparé tout au long du récit35. C'est toujours Charles qui est l'artisan de cette conversion :

"En Bramidonie ad chrestientet mise" (v. 3990).

99L'alternative qui apparaît dans l'épopée est fort simple : si la conversion est refusée, le massacre de l'ennemi se trouve alors justifié.

  • 36 Voir les vers 210-13.

100Vaincre par la force est l'idéal de Roland36, et dans son ambassade Ganelon insiste sur cette menace devant Marsile :

"En Sarraguce vus vendrat aseger (c'est de Charles qu'il parle)
Par poëstet serez pris e līez" (v. 476-77)
(…) "rat jugement iloec perdrez le chef" (v, 482)

  • 37 La vengeance par la force est "cautionnée" par Dieu ; v. 2452-57.

101Les massacres des sarrasins jalonnent notre texte (cf. les vers 101-102, 703-704, 1347-48, 3360-65, 3669-70) :37 "(Dans Saragosse) S'or i ad cel qui Carle cuntredie Il le fait prendre o ardeir ou ocire"(v. 3669-70)

  • 38 Il est donc indispensable de distinguer dans l'analyse la période de Charlemagne et la période de (...)
  • 39 Le Goff, op. cit., p. 190 distingue 2 périodes : un certain pacifisme avant le xième siècle et une (...)

102On voit se dessiner à travers la Chanson une idéologie guerrière qui se résume dans le duel entre les chefs (ici Charlemagne et Baligant). Nous sommes à la fin du xième siècle38 où l'altérité entre les chrétiens et les infidèles semble irréductible. Il faut se battre : voilà ce que disent les héros de l'épopée39.

  • 40 Le Goff, op. cit.. p. 183.

103On peut alors mieux entendre la parole d'urbain II prêchant la première croisade à Clermont en 1095 : "Quelle honte ne serait-ce pas pour nous si cette race infidèle si justement méprisée, dégénérée de la réalité d'homme et vile esclave du démon, l'emportait sur le peuple élu du Dieu Tout Puissant."40.

104La Chanson de Roland présente donc l'Islam comme l'ennemi qu'il faut abattre et fonde en droit son exclusion : "Paien unt tort e chrestien unt dreit" !

Notes

1 Nous utilisons l'édition de M. Moignet Bordas, Paris, 1969.

2 Le Goff : Civilisation de l'Occident Médiéval, Arthaud, Paris, 1965. Voir sur les problèmes de la féodalité les ouvrages fondamentaux de Mi. Bloch : La société féodale, 2 vol. Paris 1939-40 ; et de F.L. Ganshorf : Qu'est-ce que la féodalité ? Bruxelles, 1957.

3 Un même motif est toujours présent dans ces laisses : a) aller à Roncevaux ; b) aller seul ou y conduire ses troupes ; c) Roland sera tué ; d) Olivier sera tué ; e) Les épées seront ensanglantées ; f) Les Français mourront ; g) Charlemagne sera affligé. Les motifs varient à l'intérieur de cette structure de base.

4 La beauté du monde sarrasin est souvent liée à des notations de lumière : ex. v. 998, 1021, 1031, 1043, 1595, 2652-35, 2643-44…

4bis Voir aussi les vers 2625 (40 royaumes de Baligant) ; 2649 bis (17 rois se réunissent) ; 2729 (4000 chalands) ; 3616-19…

6 Voir M. Moignet : op. cité ; p. 129 et J. Bédier : La Chanson de Roland commentée ; Paris, Piazza, 1927 : p. 299-300. Voir aussi les études de M. Dufournet dans le cours sur la Chanson de Roland. Paris, Sedes, 1972.

7 Avec la Chanson de Roland, nous sommes au xième siècle et nous sommes loin encore des jeux linguistiques de Villon au xvème siècle qui visent à détruire le langage.

8 P. Ménard : Le rire et le sourire dans le roman courtois. Droz, 1969. Pour les chansons de geste, voir tout particulièrement les pages 46-52.

9 Ménard : op. cit., p. 46.

10 On pense à des refrains de chansons, ou au Torelore qui sera plus tard le pays de fantaisie dans Aucassin et Nicolette.

11 Dufournet : op. cit., p. 191.

12 Voir Ménard, op. cit., p. 46.

13 Mar existe en tant que tel : suivi d'un verbe au futur, il équivaut à un impératif négatif ; suivi d'un verbe au passé, il signifie pour son malheur ! (On trouve dans la Chanson : "Mar i vindrent !" (v. 1057). Enfin il peut signifier : en vain ou à tort. Ce préfixe a une grande importance puisqu'il sert à la composition des noms pour les personnages essentiels du monde sarrasin.

14 Voir Dufournet : op. cit., p. 187 ; Bédier : op. cit., p. 299-300 ; et la note de Moignet dans son édition de la Chanson p. 86 sur le vers 955.

15 Dufournet : op. cit., p. 191.

16 Voir la note de Moignet p. 87.

17 Voir J. Bédier : op. cit., p. 330 ; voir aussi l'article important de G.J. Brault : "Bramimonde dans la Chanson de Roland", in Mélanges Le Gentil, Paris, Sedes, 1973, p. 135-149. Dans les Aliscans (de la fin du xiième s.) on retrouve le même détail : la reine sarrasine Orable change de nom en devenant chrétienne.

18 Les différents épisodes avec l'ange Gabriel au secours de Roland et Dieu aidant la vengeance de Charlemagne, le montrent.

19 Payen : "Le Moyen Age in La littérature Française. T.I Des origines à 1300. Paris, Arthaud, 1970, p. 106.

20 Payen : id. p. 107.

21 Abisme a reçu des pierres précieuses d'un démon au Val Métas v. 1500-4.

21 Climborin tué par Olivier va en enfer (v. 1553) ; ainsi que Malprimis (v. 1268) ; Marsile à la fin de notre texte aura le même sort : "l'anme de lui as vifs diables dunet" (v. 3647)

22 Climborin tué par Olivier va en enfer (v. 1553) ; ainsi que Malprimis (v. 1268) ; Marsile à la fin de notre texte aura le même sort : "l'anme de lui as vifs diables dunet" (v. 3647)

23 Voir le cours de m. Dufournet et les études faites sur le mot "vassal".

24 On a longtemps essayé de trancher la question : J. Bédier (op. cit.) pensait que la Chanson est le reflet de l'esprit chrétien des croisades ; a l'opposé, R. Ménendez Pidal met l'accent sur les devoirs des vassaux envers le suzerain, et par conséquent sur l'esprit chevaleresque (voir in La Chanson de Roland et la tradition épique des Francs, Paris, Picard, 1960, p. 245).
Sans vouloir opposer ces deux tendances, peut-être peut-on voir dans la Chanson une œuvre ouverte sur ces deux idéaux qui commencent à s'affronter.

25 "Les deux adversaires dominent de toute leur taille et de toute leur majesté les autres combattants. Leur lutte résume toutes les luttes. Ils sont bien les deux images vivantes des deux religions qui s'affrontent dans cet instant décisif." Le Gentil, La Chanson de Roland, p. 117 cité par Moignet, op. cit., p. 255.

26 Voir les vers 3266-68.

27 Le Goff. op. cit., p. 183 ; M. Le Goff mentionne d'autre part que dans la marge d'un manuscrit de 1162 qui est une traduction latine du Coran une caricature représente Mahomet sous la forme d'un monstre, (p. 190).

28 Voir note 17 ; de plus, Charlemagne bénéficie d'un miracle : le soleil s'arrête pour permettre la poursuite des ennemis (v. 2458-59).

29 Voir aussi les vers 3513-14, 3553-54.

30 Moignet, op. cit., p. 201.

31 Voir les vers 2714-18 et 3641-43.

32 Voir aussi : "(Roland parle) : Nos avum dreit, mais cist glutun unt tort" (v. 1212)
…Ne pois amer les voz
Devers vos est li orguilz e li torz"
(v. 1591-92) (Roland parle de Durendal) : "Il nen est dreiz que paiens te baillisent" (v. 2349) (Les Français parlent) : Carles ad dreit… (v. 3359 et 3367)
Même les paiens le reconnaissent à la fin :
"Li amiralz alques s'en aperceit
Que il ad tort e Carlemagne dreit" (v. 3553-54).

33 Payen, op. cit., p. 107

34 Voir aussi les vers 694-96 et la laisse XV en entier.

35 La reine sarrasine a un traitement différent de celui des autres sarrasins : sa conversion doit être un mouvement de l'intérieur ; et cela demande une durée plus importante : cf. les vers 3671-74, 3680-81, 3978-81.

36 Voir les vers 210-13.

37 La vengeance par la force est "cautionnée" par Dieu ; v. 2452-57.

38 Il est donc indispensable de distinguer dans l'analyse la période de Charlemagne et la période de rédaction de la Chanson.

39 Le Goff, op. cit., p. 190 distingue 2 périodes : un certain pacifisme avant le xième siècle et une idéologie guerrière qui se développe à partir du xième siècle.

40 Le Goff, op. cit.. p. 183.

Auteur

Université de Paris III

© Presses universitaires de Provence, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540