Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exclus et systèmes d’exclusion dans la littérature et la civilisation médiévales

Le phénomène de l'exclusion dans l'épisode de la folie d'Yvain, le chevalier au lion

Michelle Houdeville-Augier

Texte intégral

  • 1 Cf. Aspects de la marginalité du Moyen Age, l'Aurore, Montréal, 1975.
  • 2 Michel FOUCAULT : Histoire de la Folie, 10/l8, Par Paris, Plon, 1961, p. 25
  • 3 Philippe MENARD : Le rire et le sourire dans le roman courtois en France au Moyen Age, Genève, Dro (...)
  • 4 cf. sur ce point l'article de Jacques LE GOFF et Pierre VIDAL-NAQUET : Levi-Strauss en Brocéliande(...)

1Si la littérature médiévale nous propose un grand nombre de portraits de marginaux volontaires : clercs vivant en dehors de la société normale, communautés, etc.1, elle nous présente aussi des individus qui, en raison d'une incapacité physique, psychologique ou autre, se trouvent, soit momentanément, soit en permanence, placés dans ce qui nous semble, à première vue, une véritable situation de ségrégation : la vie des lépreux du Tristan de Béroul ou celle d'Yvain "forsené" dans la forêt peuvent venir à l'esprit pour illustrer ce fait. C'est le deuxième exemple, seul, qui nous retiendra aujourd'hui. A partir de ce cas précis, nous essayerons de voir si le fou est, ou non, traité en exclu et si le cas d'Yvain vérifie l'affirmation de M. FOUCAULT lorsqu'il écrit : "Dans la société du Moyen Age, le fou trouvait sa place"2. Nous ne traiterons pas ici de la place du fou dans la littérature médiévale dont P. MENARD a d'ailleurs montré "la troublante ambiguité"3. Nous ne tenterons pas d'étudier non plus le thème du chevalier forsené dont Lancelot offre un autre exemple dans le Lancelot en prose ou la Folie Lancelot, pas plus que nous n'envisagerons le passage sous l'angle du thème de l'homme sauvage4. Ce que nous voudrions seulement essayer d'apercevoir aujourd'hui, c'est dans quelle mesure l'égarement du chevalier peut apparaître comme un phénomène d'exclusion, en dégager les causes et peut-être les significations possibles, sur les plans psychanalytique, social et symbolique.

2Avant tout, il convient de définir en quel sens nous entendons le terme d'exclu. Pour nous, il y a exclu lorsque le système politique et social entraîne le refus de celui qui est différent. Dès lors, ce dernier se trouve dans l'impossibilité de faire face, du fait de handicaps divers (physique, financier, culturel, etc.) aux nécessités de la compétition sociale et économique. Il lui faut alors inventer une solution et créer, pour survivre, un mode d'existence nouveau, indépendant du groupe auquel il semblait pourtant, de prime abord, pouvoir prétendre appartenir. A la différence des dissidents et des marginaux qui refusent, consciemment ou non, certains aspects de la société mais parviennent néanmoins à subsister à l'intérieur de celle-ci, les exclus sont forcés, pour survivre, de créer une organisation nouvelle.

3Qu'en est-il en ce qui concerne Yvain ? peut-il faire figure d'exclu durant le temps de sa folie ? Et tout d'abord, comment s'installe en lui cet état ?

  • 5 Chretien de Troyes : Le Chevalier au lion (Yvain), publié par Mario Roques, Paris, Champion, 1960, (...)

4Le romancier décrit minutieusement les premiers symptômes. C'est que la perte de la raison par Yvain ne s'effectue pas brutalement. Elle est pressentie par l'intéressé. Le terrain a d'ailleurs été préparé par la soudaine prise de conscience par le chevalier du temps écoulé et de sa culpabilité à l'égard de Laudine. Son agitation se traduit par sa honte et ses larmes. Mais l'humiliation publique infligée par la messagère de Laudine et la déchéance qui en découle vont naturellement précipiter la crise. Le soudain mutisme d'Yvain, le caractère obsessionnel de son tourment, marqué par la répétition et la fréquence du mot "enui"5, son désir de fuite et d'isolement, tout cela indique chez le coupable une subite incapacité d'affronter et de soutenir le regard d'autrui. Il n'éprouve plus que haine pour lui-même.

  • 6 id. v. 2809 et 2814
  • 7 id. v. 2821-2823

5A l'abattement et à l'immobilité des premiers instants succède une période d'agitation : Yvain s'enfuit et déchire ses vêtements. Son errance, apparemment désordonnée et sans but, le conduit, en fait, loin du monde habité ou des endroits ordinairement fréquentés par les gens de sa classe ; c'est ce qui explique d'ailleurs l'échec de l'enquête de ses chevaliers qui le cherchent par "haies et vergiers" alors qu'il est déjà à travers "chans et arees"6. Mais la violence d'Yvain n'est pas seulement dirigée contre lui-même : il arrache l'arc et les flèches au "garçon" qui les tenait7 et s'en sert pour chasser. Tout son comportement a un fort caractère d'animalité : qu'il guette sa proie ou la déchire pour la dévorer toute crue, plus rien dans son comportement ne rappelle le chevalier bien appris du début du roman.

  • 8 id. v. 2806, 2865 et 2946

6Nous assistons ensuite à une sorte d'installation dans son état de folie. L'oubli du passé semble général : il n'est plus capable que d'accomplir les gestes élémentaires de survie. Il a oublié l'art de chevalerie et ne se sert plus que d'un arc et de flèches. Dans sa solitude, il prend des allures de prédateur et se montre totalement incapable de parler, puisque, même avec l'ermite, aucune conversation n'est établie. Les termes utilisés pour caracteriser l'égarement d'Yvain sont d'ailleurs tous marqués par une idée de violence ou de désordre. Chrétien de Troyes parle, en effet, de "rage", de "tempeste" et de "torbeillons"8

  • 9 id. v. 2874

7Nous ne chercherons pas à savoir si cette description clinique du mal est réaliste ou véridique. Nous en retiendrons seulement la précision qui marque la curiosité et l'intérêt qu'inspire le personnage de "l'ome forsené"9 au romancier. Nous retrouverons la même attitude en ce qui concerne la guérison du héros, également évoquée en détail. Elle est facilitée par le sommeil du malade, sommeil si profond que rien ne parvient à le troubler, ni les propos échangés par la dame de Norison avec la demoiselle qui l'accompagne, ni la vigoureuse friction que celle-ci inflige au malade, de la tête aux pieds :

  • 10 id. v. 2996-2997.

les temples et le front l'en froie
trestot le cors jus qu'an l'artuel.10

8Le réveil, lui aussi, se fera progressivement : ce ne sera que très lentement que les perceptions parviendront à s'imposer à l'esprit du convalescent qui réalisera lentement qu'il est nu et dans un état bien peu conforme à sa condition et aux bienséances. L'intervention d'un élément extérieur, une pratique d'ordre médical ou plutôt magique, sera indispensable pour que s'effectue entièrement la reprise de conscience de la réalité.

  • 11 Aspects de la marginalité … o.c. p. 42

9Peut-on, à partir de ce tableau, tenter de découvrir une signification sociale de la folie d'Yvain dans ce roman ? quand il sent venir la maladie, le héros choisit lui-même la fuite. Est-ce à dire que la sanction de son état serait obligatoirement l'exclusion ? Historiquement, nous disposons d'un certain nombre de renseignements concernant la situation des aliénés dans la société médiévale. En résumé, si nous en croyons Bernard CHAPUT, dans son article publié dans Aspects de la Marginalité au Moyen Age, "il semble … que dans la plupart des cas la famille s'occupait du malade et qu'il était un marginal soigné"11. On peut supposer que tel serait sans doute le cas pour Yvain s'il demeurait à la cour ou si ses chevaliers étaient parvenus à le rejoindre. Mais en fait, à cause de sa fuite, il va se trouver dans une situation totalement différente, celle d'un être sans famille, sans identité et sans fortune. Dès lors, il ne fait plus figure de simple marginal mais d'exclu. En fuyant les lieux habités, Yvain semble d'ailleurs faire montre d'une certaine sagesse et adopter, en dépit de son état déjà troublé, une attitude prudente, si l'on juge des réactions populaires qui pouvaient se produire envers ses pareils d'après des textes comme la Folie Tristan de Berne :

  • 12 La Folie Tristan de Berne, éd. J.C. PAYEN Paris, Garnier, l974, v, 137-138

Comme fox va : chascuns lo hue
Gitant li pierres a la teste.12

  • 13 Yvain, o.c. v. 2833-2839

10C'est que "l'ome forsené" inspire la peur à ceux qui le rencontrent. C'est peut-être ce qui explique la facilité déconcertante avec laquelle Yvain parvient à arracher l'arc et les flèches à leur possesseur sans rencontrer de sa part la moindre résistance. L'ermite lui-même, malgré son indéniable vocation charitable, pris de panique à la vue d'Yvain, abandonne sa tâche (il était en train de défricher13) et court s'enfermer dans sa maison. C'est que l'ermite, lui, quoique vivant à l'écart du siècle, en respecte encore les normes et s'effraye devant cet être nu et visiblement égaré. Il est encore accessible à la conscience du péril social que représente la folie.

  • 14 Peter NAGY : Libertinage et révolution, Paris Idées, Gallimard, 1975, p. 89

11C'est que le type même d'existence mené par l'ex-chevalier au sein de la forêt constitue en soi un fait scandaleux pour la pensée du temps : Yvain s'est, en effet, dépouillé de tout ce qui le caractérisait par le passé : son nom, son rang. Il a déchiré ses vêtements, il vit du produit de sa chasse. On peut se souvenir ici de ce qu'écrivait Peter NAGY dans Libertinage et Révolution : (Changer) "de coutume, de nom et de condition, il n'y a rien qui soit plus contraire à la mentalité féodale. Sous l'ancien régime, l'individu n'existait qu'en tant que membre reconnu de la société… S'il se libère, s'il acquiert sa propre identité, sous des dehors changeants, il devient un individu au sens moderne du mot"14.

12Quelle est, en fait, exactement, la situation de notre héros ? Yvain s'est enfui parce qu'il s'est senti subitement inadapté à la société dans laquelle il se trouvait. Il ne pouvait donc demeurer à la cour et il lui fallait découvrir un autre mode d'existence. C'est dans l'univers de la forêt qu'il va trouver le refuge qui lui convient. La sauvagerie du cadre et la solitude peuvent seules répondre à son état d'esprit.

  • 15 Yvain o.c. v. 2869-2870

13Pourtant, toute relation sociale n'est pas supprimée. Yvain, durant le temps de sa folie, n'est pas entièrement coupé du monde des hommes, et cela grâce à l'ermite. Sans doute, nous l'avons dit, aucune conversation n'a lieu entre les deux personnages mais grâce au système de troc qui s'instaure, une certaine forme de dialogue avec un de ses semblables demeure possible pour Yvain. C'est au niveau de la solidarité et de la réciprocité des services qu'il s'établit et c'est peut-être là l'essentiel de la signification sociale de cet épisode. Une sorte de familiarité s'instaure même entre les deux hommes, l'ermite se chargeant bientôt d'organiser le coucher du malheureux15 qui garde assez de conscience pour réaliser qu'il a affaire à un être bienveillant et pour retrouver chaque jour le chemin qui mène à la maisonnette du saint homme. Du point de vue social, on le voit, Yvain a donc réussi à inventer un autre style de vie. Au sein de sa folie, il apparait comme étranger au monde auquel il appartenait primitivement. Il substitue, à une société hiérarchisée et organisée, un autre type de relations, fondé sur la solidarité et l'aide réciproque. Par là, s'introduit peut-être dans le roman une discrète contestation de la société et de la morale chevaleresques. La folie permet à Yvain de remplacer par d'autres normes celles auxquelles il avait obéi jusque-là. La régression à l'état de nature et la chute dans la sauvagerie marquent la rupture d'Yvain avec le groupe dominant dont il faisait d'abord partie. Dans la forêt, Yvain voit sa vie réglée par les obligations naturelles (la faim, la soif, le sommeil). Aussi le désordre de sa folie est-il, par là même, limité, car, pour survivre, il doit, si peu que ce soit, organiser son existence. Si l'égarement d'Yvain le conduit à vivre dans la pauvreté, il ne l'amène nullement pour autant à l'incapacité : il a une activité (la chasse) et il parvient, dans une certaine mesure, à s'insérer dans un nouveau groupe, assurément restreint. Ses relations avec l'ermite sont marquées par l'échange et la solidarité. A une société fondée sur l'argent et la hiérarchie sociale s'est substitué un, mode de vie égalitaire, ignorant - au moins pour ce qui concerne Yvain - le pouvoir de l'argent. L'ermite, lui, demeure à la frontière des deux mondes et participe aux deux. C'est une sorte de retour à l'innocence des premiers âges qu'effectue Yvain : il est nu mais il l'ignore et ne parait pas en souffrir : ce n'est qu'après la guérison qu'il retrouve pudeur et respect humain, souci des convenances et du regard d'autrui, mais, ce faisant, il cesse du même coup d'appartenir au monde de la forêt et aspire à retourner parmi les hommes.

  • 16 Ce qu'il est par ailleurs, comme le montre bien l'article déjà cité de, J. LE GOFF et P. VIDAL-NAQ (...)

14Peut-on, pour autant, considérer l'épisode de la folie d'Yvain comme un simple avatar du thème de l'homme sauvage16 et ne peut-on découvrir, dans ce passage, une signification supplémentaire ? Il nous semble que cet extrait est de première importance pour comprendre l'évolution du personnage d'Yvain et le sens général du roman. Lorsqu'Yvain quitte la cour, sentant monter en lui la folie qui va s'emparer de tout son être, il apparait, nous l'avons vu, comme l'artisan de sa propre exclusion. Mais il est important de considérer les sentiments qui l'animent alors. Il est à ce mo ment-la en proie à une violente haine de lui-même et voudrait pouvoir se punir :

  • 17 Yvain o.c. v. 2792-2797

Ne het tant rien con lui meīsme,
ne ne set a cui se confort
de lui qui soi meīsme a mort.
Mes ainz voldroit le san changier
que il ne se poīst vengier
de lui qui joie s'a tolue17.

  • 18 Michel FOUCAULT : Histoire de la Folie o.c. p. 28

15La folie apparait alors comme un substitut de la mort, impossible, bien sûr, du point de vue romanesque. De plus, la folie du chevalier est une mort signifiante et l'on peut lui appliquer la formule de Michel FOUCAULT : "La substitution du thème de la folie à celui de la mort ne marque pas une rupture, mais plutôt une torsion à l'intérieur de la même inquiétude. C'est toujours du néant de l'existence qu'il est question mais ce néant n'est plus reconnu comme terme extérieur et final, à la fois menace et conclusion, il est éprouvé de l'intérieur, comme la forme continue et constante de l'existence"18.

  • 19 Dr Claude CLIEVENSTEIN : Il n'y a pas de drogués heureux, Paris, Robert Leffont, 1976, coll. "Vécu (...)

16Mais la folie d'Yvain a aussi pour le chevalier un caractère de refuge. Elle constitue assurément un élément d'adoucissement car elle évite à Yvain d'affronter l'insoutenable idée de sa faute et le fait que la vie sans Laudine n'a plus de sens. En procurant momentanément au coupable l'oubli de tout ce qui s'est passé auparavant, elle lui permet de survivre. Elle peut donc être considérée comme une réaction de défense de l'individu. On sait d'ailleurs que "la "folie" peut être volontairement recherchée pour la raison qu'elle … permet d'accéder à un vécu ineffable où l'en a l'illusion de dépasser ses conflits intérieurs"19.

17Tel est bien le cas pour Yvain mais sa folie ouvre aussi sur un univers moral et sentimental. A plusieurs reprises, Chrétien nous le précise bien ; la maladie a son siège dans l'esprit du chevalier, non dans son corps. Elle est aussi une punition, une sanction de l'erreur commise. Elle fait surgir le vrai problème posé dans le roman : Yvain, pour avoir oublié la parole donnée, ne mérite plus de vivre dans le monde courtois ; il doit donc en être exclu et ne pourra y revenir qu'après une longue réhabilitation. Mais celle-ci ne commence pas, selon nous, comme le dit souvent la critique, avec la guérison d'Yvain et le combat livré en remerciement pour la dame de Norison. La folie elle-même nous parait constituer une première pénitence et un premier pas accompli vers la découverte du véritable amour : la faute d'Yvain a, en effet, été de préférer la gloire mondaine donnée par une société fondée sur le paraitre au véritable amour. Sa réhabilitation exigera donc d'abord un renoncement total et absolu à tous ses biens qui ont entrainé son oubli : la folie va dépouiller Yvain de son nom, de sa gloire, de sa classe et de son rang social. Il va vivre dans le dénuement et la pauvreté. Ce n'est pas un hasard si le seul personnage qu'il fréquente durant ce temps de pénitence dans la forêt est précisément un homme qui, par amour pour Dieu, a choisi de renoncer à lui-même et a fait vœu de pauvreté. Au nom d'une autre mystique, le héros, lui aussi, doit effectuer le même effort de dépouillement : il était riche, il devient pauvre. Il était fêté et honoré, il fait peur et inspire un désir de fuite ; Il était fier de son nom et de son lignage, il n'a plus d'identité. Il va même plus loin que l'ermite puisque ce dernier est objet de respect et de vénération alors que le fou inspire à la fois pitié et répulsion.

  • 20 Yvain o.c. v. 2888
  • 21 Jean-Charles PAYEN : La Rose et l'utopie, Paris, Editions sociales, l976, p. 25-26.
    cf. aussi Pierr (...)

18La vie dans la forêt constitue donc pour le héros une sorte de traversée du désert. Yvain devra découvrir que l'amour exige un dépouillement total et ce n'est que lorsqu'il se sera montré capable de préférer Laudine à tout qu'il pourra tenter de reconquérir progressivement sa place, son rang avec toutes les prérogatives qui s'y rattachent, et sa femme. C'est cela qui lui permettra de se placer, à la fin du roman, sur ce plan d'égalité avec la dame que soulignait J. FRAPPIER. C'est en devenant un "home nu"20 qu'Yvain commence sa pénitence et sa nudité physique est le symbole même de son renoncement spirituel. C'est que, comme le souligne J. C. PAYEN dans La Rose et l'Utopie : "l'aventure passionnelle exige une fuite en avant qui néantise toute autre considération : Aimer, c'est assumer l'irrationnel et l'inordinatio, c'est-à-dire le désordre intérieur. Et c'est se condamner à la souffrance et à l'échec possible, dans le cadre d'un monde à l'envers où la femme commande à l'homme, où le mérite n'a aucun droit à revendiquer sa récompense, et où le repentir, c'est-à-dire le désir de réintégrer la norme n'est absolument plus de mise, dès lors que l'hommage à la dame constitue pour l'amant un point de non-retour"21. L'erreur et la faute d'Yvain ont été de vouloir limiter les exigences de l'amour. Lancelot, au moment de monter dans la charrette, hésite devant les objections de Raison, mais il ne tarde que le temps de deux pas. Il sera pourtant sévérement puni. Au contraire, lors de l'épisode du tournoi, acceptant (follement en apparence) de se déshonorer, aux yeux des autres, il prouve à sa Dame la sincérité et la profondeur de son amour. Yvain, lui, a commis un péché beaucoup plus grave que Lancelot. Il a oublié son serment et il est demeuré dans cette faute pendant de longs mois. Il est donc normal que son rachat doive être d'un prix beaucoup plus élevé. Sa folie, bien loin d'être une déchéance, est en fait pour l'amoureux courtois le premier pas vers la réhabilitation car elle marque la toute-puissance de l'amour soudain réveillé en l'âme du héros. Mais elle est peut-être aussi un moyen de faire admettre, par un public qui, lui, n'est pas dégagé des préoccupations terrestres et matérielles, un comportement qui, par son outrance et par le caractère absolu de ses exigences, était susceptible de lui sembler scandaleux. L'exclu, dans la littérature, n'est-il pas souvent la projection d'une angoisse collective, une réaction de défense contre celle-ci et un moyen d'exorciser une terrifiante pulsion de l'inconscient ? La folie d'Yvain a un caractère dramatique mais elle n'est pas traitée sur le mode de la dérision, précisément parce qu'elle annonce la signification profonde du roman : l'amour qui exige le total sacrifice de l'individu. Le fait que la guérison soit apportée à Yvain par l'entremise d'une ou plutôt de deux femmes (la Dame de Norison et la demoiselle) n'est-il pas, en lui-même, une première annonce du pardon final de Laudine ? Exclu de la société pour la faute commise envers une femme, c'est par une autre femme qu'il sera réinséré dans le groupe.

19Pour conclure, nous pouvons constater une certaine ambiguité du statut social de la folie chez Yvain : s'il s'exclut lui-même, il ne faut pas oublier qu'il parvient d'autant plus aisément à s'enfuir que tous se sont détournés de lui et l'ignorent, à la fois par délicatesse et par blâme. La folie qui n'est que momentanée constitue en fait une étape sur la voie de la réhabilitation. On analyse, en général, le roman comme présentant une sorte de prologue, puis une déchéance, puis une réhabilitation d'Yvain. Il nous semble que la période d'égarement du héros ne constitue pas, en réalité, une régression ou plutôt que celle-ci n'est qu'apparente et représente un temps de pénitence indispensable. C'est une préparation à une seconde naissance à l'amour dont il n'avait pas bien compris dès l'abord toutes les exigences. L'exclusion a donc dans ce roman une valeur positive car elle est la condition même de la réinsertion sociale d'Yvain ; elle permet aussi au romancier de remettre en question une société fondée sur le paraitre et le souci d'une vaine gloire auxquels il oppose une conception de l'amour qui réclame le renoncement absolu et le don sans réserve de soi. Derrière l'image pathétique du chevalier souffrant se profile donc une leçon de fin'amor également perceptible dans d'autres œuvres de Chrétien de Troyes, le Chevalier de la Charrette, par exemple.

DISCUSSION

20Monsieur TAVERA : à propos de folie d'amour, ou par amour, on peut rappeler que le thème a été amplement développé et exprimé par les Arabes antérieurement : il en est souvent question dans le fameux Tawq al-Namâma ("Collier de la Colombe") de Ibn Hazm, et avant lui un poète du ix° ou x° siècle s'était lui-même désigné (on le connaît sous ce nom) comme Majdûn Laïla, le Fou de Laïla - c'était le nom de la femme qu'il aimait et n'avait pu épouser - et pour plus de poésie Laïla signifie la Nuit…

Notes

1 Cf. Aspects de la marginalité du Moyen Age, l'Aurore, Montréal, 1975.

2 Michel FOUCAULT : Histoire de la Folie, 10/l8, Par Paris, Plon, 1961, p. 25

3 Philippe MENARD : Le rire et le sourire dans le roman courtois en France au Moyen Age, Genève, Droz, 1969, p. 119

4 cf. sur ce point l'article de Jacques LE GOFF et Pierre VIDAL-NAQUET : Levi-Strauss en Brocéliande, extrait d'une étude à paraitre chez Gallimard, Critique, Juin 1974, t. XXX, n° 325, pp. 541-571.

5 Chretien de Troyes : Le Chevalier au lion (Yvain), publié par Mario Roques, Paris, Champion, 1960, v.2782, 2783, 2785.

6 id. v. 2809 et 2814

7 id. v. 2821-2823

8 id. v. 2806, 2865 et 2946

9 id. v. 2874

10 id. v. 2996-2997.

11 Aspects de la marginalité … o.c. p. 42

12 La Folie Tristan de Berne, éd. J.C. PAYEN Paris, Garnier, l974, v, 137-138

13 Yvain, o.c. v. 2833-2839

14 Peter NAGY : Libertinage et révolution, Paris Idées, Gallimard, 1975, p. 89

15 Yvain o.c. v. 2869-2870

16 Ce qu'il est par ailleurs, comme le montre bien l'article déjà cité de, J. LE GOFF et P. VIDAL-NAQUET

17 Yvain o.c. v. 2792-2797

18 Michel FOUCAULT : Histoire de la Folie o.c. p. 28

19 Dr Claude CLIEVENSTEIN : Il n'y a pas de drogués heureux, Paris, Robert Leffont, 1976, coll. "Vécu" p. 128

20 Yvain o.c. v. 2888

21 Jean-Charles PAYEN : La Rose et l'utopie, Paris, Editions sociales, l976, p. 25-26.
cf. aussi Pierre JONIN : Les personnes féminins dans les romans français de Tristan au xiie siècle, étude des influences contemporaines, Gap, ophrys, 1958, p. 253-254

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540