Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exclus et systèmes d’exclusion dans la littérature et la civilisation médiévales

Processus de marginalisation en milieu rural : Castellane au début du xive siècle

Rodrigue Lavoie

Texte intégral

  • 1 Document révélé et sommairement étudié par Roger AUBENAS, "Le servage à Castellane au xive siècle  (...)

1Le 26 juillet 1341, les habitants de la ville de Castellane adressèrent à leur seigneur, le comte de Provence, une supplique assez originale dans laquelle ils dénonçaient les mauvais effets économiques et sociaux de la survivance en ce lieu, à cette époque tardive, d'une triple condition juridique1.

  • 2 "Item quod cum sit in loco de Castellana concicionis homimim triplici generis :quorun aliqui liber (...)
  • 3 J'avancerais volontiers l'hypothèse que l'initiative de cette demande est venue de certains homine (...)

2Il y a à Castellane, disent-ils en substance, trois sortes de gens. Il y a d'abord des hommes libres, qui n'ont rien à payer des lesdes, cosses et autres servitudes. Il y a en second lieu des homines de mercato, c'est-à-dire des nouveaux venus, désireux de s'établir à Castellane ; ils sont libres eux aussi, mais tenus néanmoins de verser à la cour une redevance personnelle et annuelle de douze deniers. Il y a enfin des maleservi, sur lesquels pèsent ces servitudes que sont les lesdes, les cosses, la prestation de l'agneau pascal et, surtout, la mainmorte2. On demande au seigneur d'affranchir les maleservi et d'étendre à tous les habitants la redevance de douze deniers que doivent les homines de mercato. Cette mesure, qui augmenterait substantiellement les revenus de la cour et favoriserait la prospérité des sujets, aurait pour effet d'établir une condition unique pour l'ensemble de la collectivité et effacerait ainsi toute trace d'inégalité entre ses membres. C'est là, sans aucun doute, le but essentiel visé par les initiateurs de la demande, et le triste tableau qui dépeint la situation et l'infortune des maleservi sert probablement de masque aux frustrations inavouées de certains hommes de mercato : ils sont libres, assurément, mais peut-être les juge-t-on - ou se jugent-ils eux-mêmes -d'une liberté quelque peu impure puisqu'elle est abonnée3.

  • 4 Dans le reste de la baillie, la servitude est plus largement étendue au point, comme on le verra p (...)
  • 5 Raymond Lambert fut collecteur des redevances pendant seize mois pour le compte du fermier Hugues (...)

3Au nombre d'une vingtaine à Castellane même4, les maleservi sont pauperrimi - extrêmement pauvres -, ne possèdent rien et ne contribuent en rien à la prospérité de la collectivité. Au contraire, la servitude qui pèse sur eux - la mainmorte - en fait des poids morts pour le reste de la communauté car la perspective d'avoir éventuellement peiné pour le seul profit du seigneur leur enlève toute ambition et annihile en eux le moindre désir d'améliorer leur condition. Qu'on vienne enquêter sur place et l'on verra !. Et effectivement, au terme de l'enquête menée pour examiner cette demande, il ressort à l'évidence que la situation de ces maleservi est fort misérable et que le tort qu'ils font à la collectivité - et à la cour royale au premier chef - est considérable puisqu'ils ne rapportent rien. Au témoignage d'un ancien fermier, la cour ne tire même pas deux sous par an de l'exploitation des maleservi. C'est ainsi, confirme un autre témoin, qu'aucun d'entre eux n'a acquitté la redevance sur les troupeaux cette année - ils n'ont pas de troupeaux : ils sont pauvres -. Enfin, juge un troisième témoin, c'est certainement leur servitude et leur extrême pauvreté qui amènent les maleservi à fuir et abandonner la terre de Castellane5. Processus inéluctable : après avoir trimé sans goût et vivoté péniblement, ils en viennent fatalement à tout laisser tomber.

4Malgré son intérêt indiscutable, nous ne pousserons guère plus avant l'analyse de ce document qui nous sert, ici, simplement de prétexte à introduire et à poser le problème suivant : la pauvreté, comme facteur d'exclusion, et ses causes.

  • 6 Noël COULET et Louis STOUFF, dans Le village de Provence au bas moyen âge, fasc. ronéotypé, p. 43- (...)

5Passons rapidement sur les conséquences. Les principaux effets économiques et sociaux du paupérisme sont ici clairement mis en évidence : diminution de la productivité globale d'une collectivité, existence d'un "bois mort" qui gêne les efforts des autres membres du groupe, et marginalisation progressive et plus ou moins complète des plus démunis qui, dans la phase ultime du processus, sont contraints à l'abandon. On pourrait ajouter, comme terme final, "recyclage" éventuel dans la mendicité ou le brigandage. De fait, il paraît bien exister en Provence, tout au long du xive siècle, une frange importante de la population rurale dont la vie se déroule en une série continue de vaines tentatives d'établissement… Voilà qui explique sans doute, en partie tout au moins, la très grande mobilité de la population rurale et le renouvellement constant, important et rapide des patronymes villageois6, tant par la disparition de familles existantes que par l'implantation de nouvelles.

  • 7 "Requirit dicta universitas quod ipsa curia dignetur predictos homines malservon … facere liberos (...)

6Au niveau des causes de ce phénomène, il faut certainement reconnaître à la supplique des habitants de Castellane un très grand mérite. Elle suggère, avec raison me semble-t-il, l'importance d'un certain conditionnement psychologique, condition essentielle du succès de toute entreprise humaine ; elle énonce les effets désastreux de l'absence d'ambition personnelle ; et, surtout, elle insiste sur la valeur, comme facteur d'incitation, du droit de disposer librement de ses biens au moment de la mort7. En définitive, l'intérêt fondamental de l'argumentation qui se déploie dans ce document tient à deux choses : elle ne limite pas la pauvreté à un processus strictement économique et ne recherche pas toute l'explication du paupérisme dans l'inaptitude ou l'incurie de ceux qu'il touche.

  • 8 B 1800 : affouagements de 1303-1304 ; B 1802, 1805 et 1806 : comptes pour les années 1303-1304, 13 (...)

7Toutefois, il faut se demander si cette analyse est pleinement fondée. Les maleservi sont-ils vraiment les habitants les plus pauvres de Castellane ? Et le sont-ils, ainsi que le soutiennent les auteurs du document et les témoins entendus, du seul fait de la mainmorte qui, s'ajoutant aux multiples prestations vexatoires et onéreuses qui les atteignent, tuerait en eux toute ambition et les condamnerait fatalement à la médiocrité ? Pour répondre à ces questions, il faut plonger dans les comptes de l'administration locale, dont quelques registres ont été conservés : ils n'éclairent malheureusement que les quinze premières années du xive siècle8. A cette époque, il s'avère que les maleservi ne figurent pas tous parmi les plus démunis de la collectivité castellanaise. Trois indices suffiront : les levées de la queste, la perception des redevances et une sorte d'inventaire après décès des biens d'un serf.

1- Les levées de la queste

  • 9 Trois paient 2 s., deux paient 2 s. 1 d., et trois autres paient respectivèment 20d., 22d. et 2s 6 (...)

8Quinze maleservi, sur les vingt-trois qu'identifie nommément l'enquête de 1297, ont participé aux deux affouagements de 1303-1304. Leur fortune les situe donc parmi les feux suffisants. Bien sûr, divers indices et une longue fréquentation de ces documents confirment le sens commun et donnent à penser qu'une cotisation minimale définit en réalité le "seuil de pauvreté". Justement, quatre maleservi ont versé le montant minimum (douze deniers). Sans doute sont-ils moins miséreux que les nombreux tenanciers et habitants qu'on a jugés trop démunis pour supporter leur part de l'impôt royal ; ils ne s'en trouvent pas moins, selon toute vraisemblance, à l'extrême limite de la "suffisance". Huit autres ont souscrit des sommes supérieures mais oui ne dépassent pas la moitié du tarif sur la base duquel la ville est imposée (cinq sous par feu). Enfin, trois maleservi ont été requis de verser des montants proches de la moyenne ou légèrement plus élevés.9. Assurément, il n'y a pas de riches parmi les maleservi.

  • 10 Edouard BARATIER, dans La démographie provençale …, 1961, p. 17-l8, a confectionné à partir de ces (...)
  • 11 Rodrigue LAVOIE, "Endettement et pauvreté en Provence d'après les listes de la justice comtale, xi (...)

9Pour éclairantes que soient ces données, il faut, avant d'en conclure, les confronter à celles qui concernent la population libre. Au plan de la fortune10, celle-ci est fort composite : 57 hommes libres ont payé le minimum, soit un sou ; 67 autres ont payé deux sous et demi ou moins ; et 37 autres ont payé moins de cinq sous. Mais il y a aussi des riches puisque certains ont dû souscrire des sommes fort élevées : 26, 30 ou même 60 sous. C'est dans ces "tranches d'impôt" supérieures que se retrouvent la plupart des usuriers chrétiens11.

2- La perception des redevances

  • 12 Sur le marché local, le couple brebis-agneau qui est l'objet de ce prélèvement se vend aux enchère (...)
  • 13 B 1802, f° 38 ; B 1805, f° 91v ; B 1806, f° 138.

10Contrairement à ce qui est affirmé, les comptes de la pratique révèlent que plusieurs maleservi ont acquitté la redevance de l'agneau pascal, la plus onéreuse de toutes12 : ils sont dix en 1304, quatre en 1312 et cinq en 131613.

3- L'inventaire après décès des biens d'un serf

  • 14 B 1806, f° 97ss.

11Ce n'est, bien sûr, qu'un cas d'espèce et l'on ne doit pas en généraliser la portée ; mais il a tout de même valeur d'indice. Durand Serviens est mort en 1316 sans enfant. Serf, ses biens tombent en la main de la cour royale qui procède sans tarder à une vente aux enchères. Ses biens fonciers et immobiliers, à savoir une maison, la moitié d'une grange et le quart d'une autre, neuf parcelles de terre dont une en indivis avec son frère, un pré et une part de pré, une part de vigne et une part de jardin, sont acquis en bloc par quelqu'un de sa parentèle au prix de 42 livres, 6 sous et cinq deniers. Ses biens meubles sont dispersés entre plusieurs personnes : outre divers ustensiles, meubles et instruments, il s'agit d'un troupeau de 55 moutons et chèvres, de deux juments, d'un boeuf et d'un porc, et de foin. Le produit monte à près de 32 livres, ce qui fait une somme totale de 74 livres, 1 sou et 6 deniers14.

  • 15 B 1805, f° 120v° et 137.

12Durand Serviens n'a pas participé à l'affouagement de 1304 ; mais son frère a été imposé pour la somme de onze sous. Dans un compte antérieur, on voit des membres de cette famille affermer les banna et participer à l'exploitation d'un moulin15.

13Concluons. A moins que les choses n'aient beaucoup changé entre 1316 et 1341, il nous faut corriger le tableau que dressent les habitants de Castellane de la servitude, son rôle et ses conséquences. Même si l'on ne trouve pas parmi eux de grandes fortunes, les maleservi ne sont pas forcément les membres les plus pauvres de la collectivité. Plus de la moitié de la population libre se situe dans les mêmes "tranches d'impôt" que les maleservi qui sont affouagés. Bien plus, le dépouillement minutieux des comptes de clavaires permet d'entrevoir qu'il y a à Castellane, au début du xive siècle, autant de nichils dans la population libre que chez les gens de condition servile. Ceux-ci ne sont donc pas seuls à dîner régulièrement avec la misère. Dès lors, le facteur juridique ne peut pas être tenu pour l'élément déterminant du paupérisme et de ses séquelles.

14Pour aller plus avant dans l'étude de ce problème, il faut quitter la ville et pénétrer dans le monde plus réduit des villages. En dépit d'une documentation riche et variée, il subsiste toujours dans l'étude d'une collectivité urbaine de vastes zones d'ombre ; par ailleurs, le parti adopté ici se justifie d'autant plus qu'un heureux concours de circonstances assure à l'historien un éclairage exceptionnel sur quelques agglomérations rurales de dimensions modestes.

15Cinq villages du canton de Castellane - Courchons, Eoulx, La Garde, Taloire et Villars-Brandis - vivent à cette époque sous un régime très particulier :

  • Le comte de Provence y détient la seigneurie entière, sans enclave ni partage ;
  • De nombreux traits archaïques semblent subsister dans ce pays de montagne : les corvées - en nature ou remplacées par des prestations en argent- y sont scrupuleusement maintenues et, sauf exceptions dûment précisées, toute la population y est soumise, à des degrés variables que définissent et rappellent régulièrement les états de droits et les enquêtes domaniales ;
  • Enfin, pour trois de ces villages, Eoulx, La Garde et Villars-Brandis, l'ensemble de la population est assujetti au régime de la mainmorte : tous sont serfs.

16Les prestations exigées des habitants sont beaucoup plus développées et affinées qu'à Castellane. Les plus importantes, communément répandues dans tous ces villages - et donc fort précieuses pour notre propos -, sont les suivantes :

  • D'une façon générale, tout propriétaire d'un troupeau d'au moins dix bêtes doit à la cour royale une brebis et un agneau.
  • Tout aussi importante est la corvée des labours (printemps et/ou automne, cette dernière étant la plus fréquente). De réelle qu'elle était à l'origine, cette lourde prestation se paie en argent à l'époque mais elle continue de s'établir en fonction de l'équipage réel de chaque paysan : celui qui possède un attelage de deux boeufs doit, par exemple, dix-huit deniers ou deux sous, celui qui n'a qu'un boeuf doit un sou, et le simple brassier doit quatre ou huit deniers, ou encore ne doit rien, suivant les lieux.

17Ces deux exactions sont les plus importantes. L'élevage moutonnier représente dans cette région bien plus qu'un appoint à l'agriculture ; il en est peut-être l'élément moteur. En effet, il se trouve à l'occasion des éleveurs qui n'ont pas de train de culture, mais il est plus rare qu'une famille sans troupeau dispose d'un attelage de boeufs. Celui-ci joue également un rôle capital : il fournit à son propriétaire l'outil indispensable à un travail efficace et rentable, et ceux qui en sont démunis doivent se comparer au paysan actuel qui n'aurait pas de tracteur. Ce sont donc là deux signes, autrement dit deux déterminants essentiels de la situation économique d'un tenancier.

18On trouve encore deux autres redevances largement répandues qui, pour être surtout symboliques, n'en permettent pas moins de compléter l'inventaire des ressources de chacun des assujettis :

  • Tous ceux qui tuent le cochon à Noël doivent livrer à la cour un pied ou une échine de porc.
  • Les propriétaires de bêtes de somme doivent une charge de bois.

19En l'absence de cadastres, d'allivrements et d'autres sources systématiques qui n'existent pas pour cette époque, cet ensemble d'informations permet d'esquisser les grands traits de la situation des individus et des groupes. Au surplus, on est assuré de rejoindre la presque totalité des tenanciers. Pour ces villages, un cadre se compose donc où peut s'examiner de près le problème du paupérisme et de ses composantes.

20Le résultat de ces dénombrements infimes comporte trois volets : en premier lieu, un bilan démographique, en second lieu, une étude de la répartition des signes de fortune d'où, enfin, une mise en situation du paupérisme en milieu rural et des conditions où il déclenche - ou ne déclenche pas - un processus irréductible de marginalisation sociale.

Bilan démographique

  • 16 Comme le sont la majorité des villages de cette région des Préalpes de Digne et de Castellane. Voi (...)
  • 17 En 1304, Villars-Brandis a 10 feux, Eoulx 43 et Taloire 22. En 1315, ils en comptent respectivemen (...)

21Ce sont là de petits villages16 de 10 à 43 feux17. Ils ont une structure démographique commune qui épouse, dans des proportions variables, le schéma suivant :

  • Dans chacun d'eux, quelques familles (2 ou 3, rarement davantage) dominent à elles seules l'ensem-de la population de leur masse démographique. Ces familles sont représentées par 6, 8, 10 ou même un plus grand nombre de tenanciers.
  • On trouve ensuite un nombre variable de familles d'importance moyenne, représentées par 3 ou 4 tenanciers.
  • Se dénombrent encore quelques patronymes que partagent deux tenanciers,
  • Et, enfin, un nombre ici réduit, ailleurs important, d'individus isolés.
  • 18 Emmanuel Le Roy LADURIE, Montaillou village occitan, p. 89. La structure démographique qui se révè (...)

22Cette "démographie simpliste" 18 ne va certes pas très loin, mais assez tout de même pour dégager ceci : les villageois du pays de Castellane se répartissent en trois catégories :

  • Les uns sont solidement appuyés par un clan familial débordant de vitalité, puissant en nombre et vraisemblablement d'implantation ancienne. Ils ont un ancêtre commun dont ils ont hérité la condition et les charges. Ils se sont maintenus sur ce terroir et même, le plus souvent, ont refusé de le quitter : en effet, chaque village se caractérise par un ou deux patronymes qui lui sont exclusifs et qui ne se retrouvent nulle part ailleurs, sinon isolément. Il arrive même que certaines familles aient survécu jusqu'à nos jours sur les lieux mêmes de leur implantation primitive. N'est-ce pas là la véritable noblesse ?
  • D'autres s'inscrivent dans des groupes familiaux qui se trouvent à un stade intermédiaire de leur développement. Il s'agit soit de familles moins anciennement implantées soit de groupes en voie de régression.
  • Enfin, un nombre important de tenanciers sont seuls. Sauf exceptions, ils sont aussi, sans aucun doute, complètement isolés, car il est peu probable que beaucoup d'entre eux aient pu établir des liens étroits avec les autres groupes familiaux du village. En effet, on sait qu'ailleurs en Provence les unions matrimoniales ne favorisent guère le brassage social19.

23Retenons bien ce schéma : il me paraît fournir une clef essentielle pour comprendre la situation sociale et économique des personnes et évaluer leur chances de survie.

Répartition des signes de fortune

24L'on s'attend naturellement à ce que la fortune globale de ces villages se répartisse inégalement entre les habitants, voire entre les catégories d'habitants qui composent leur population. C'est là une évidence et je n'en ferai pas mystère. En effet, une constante saute aux yeux dès l'abord : les groupes familiaux caractérisés par leur dynamisme démographique monopolisent la plus grande part des signes de fortune que les documents permettent de dénombrer.

25A Villars-Brandis, par exemple, où l'on compte une quarantaine de tenanciers, les trois familles dominantes - qui rassemblent 23 individus - possèdent 12 attelages, 10 troupeaux, 14 porcs et 12 bêtes de somme, au minimum. Le reste des habitants, réparti en 9 ou 10 familles, détient 2 attelages, 3 troupeaux, 6 porcs et 8 bêtes de somme. Les trois tenanciers isolés n'ont ni attelage ni troupeau.

26Il en va de même à Courchons, où 29 patronymes rassemblent 72 tenanciers. Cinq familles, riches de 29 individus possessionnés dans le terroir, détiennent ensemble les 2/3 des signes de fortune : 14 attelages, 11 troupeaux, 9 porcs, 12 ânes. Ici toutefois, les familles d'importance moyenne sont mieux nanties : leurs 31 membres disposent de 7 attelages, 4 troupeaux, 5 cochon et 9 bêtes de somme. Les 12 tenanciers isolés ont, en tout et pour tout, 1 attelage, 1 troupeau, 1 porc et 1 âne.

27Situation identique à Eoulx et à Taloire. Signalons seulement, en ce qui les concerne, un nombre important de personnes isolées : au total, tout près d'une quarantaine, mais toutes ne sont pas corvéables. Parmi celles qui le sont - une trentaine -, 2 seulement disposent d'une attelage et 6 d'un troupeau.

28Le village de La Garde fait figure d'exception, et pas seulement du fait de ses 111 tenanciers connus. Six corvéables isolés sur 15 ont payé la corvée de labour pour 1 ou 2 boeufs ; il n'en reste pas moins que 9 autres disposent de leurs seuls bras. Dans le reste de la population, les signes de fortune recensés se distribuent de façon assez égale entre les différentes catégories de familles.

29Dans tout cela, rien de bien étonnant, sans doute. L'inégalité des ressources est une fatalité quasi naturelle, tout comme l'inégalité des personnes fait partie intégrante, dans la civilisation du temps, de l'ordre établi par Dieu. Toutefois, il n'est pas sans intérêt d'avoir pu établir cette relation étroite entre le poids démographique et la répartition de la richesse. Dans les sociétés traditionnelles, la force du nombre est décisive, et cela jusqu'au niveau le plus bas.

30Cette répartition inégale de la richesse se trouve encore accusée lorsqu'on la met en rapport avec les données des affouagements levés en 1303 et 1304. L'analyse de ces chiffres est fort austère et d'expression peu commode, aussi me contenterai-je ici d'en tirer la leçon générale. Elle se résume en trois points :

  • Il faut d'abord se garder d'une impression trompeuse. En effet, ces listes d'affouagement laissent croire que dans les localités de la baillie de Castellane l'impôt a été réparti soigneusement en fonction des fortunes et de la capacité de payer des gens. Cela est à la fois vrai et faux. C'est vrai dans la mesure où les mieux nantis ont payé davantage en valeur absolue. Mais c'est faux en ce sens que la répartition réalisée n'assure pas la justice fiscale qu'on est tenté d'y voir à l'abord.
  • La pression fiscale imposée aux groupes familiaux de dimension modeste ou même démunis, notamment à beaucoup d'isolés, est proportionnellement beaucoup plus grande que celle que subissent les autres. A cet égard, je me suis livré à quelques calculs un peu simplistes en mesurant, pour les différentes catégories d'habitants, la valeur d'un signe de fortune en "points d'impôt". Le résultat est spectaculaire pour deux des trois villages qui ont participé à ces affouagements (Eoulx et Taloire ; la base de calcul n'est pas suffisante à Villars-Brandis qui ne compte que 10 feux) :
    • pour les groupes familiaux dominants chaque signe de fortune dénombré correspond à 1 sou et demi d'impôt à Taloire et à 2 sous d'impôt à Eoulx ;
    • pour les groupes intermédiaires de trois ou quatre tenanciers, chaque signe équivaut à 3 sous d'impôt ;
    • pour les tenanciers isolés et les familles de deux personnes, sa valeur est de 5 sous.

31L'injustice fiscale est flagrante. Elle s'explique vraisemblablement par la volonté d'étaler l'impôt sur le plus grand nombre possible et au profit des plus riches, ou encore en raison de l'assiette démographique de la queste.

32– En vérité, l'impôt paraît finalement étroitement relié au poids démographique des groupes familiaux, beaucoup plus qu'à la hiérarchie économique des personnes. Un exemple parmi plusieurs (mais c'est, je l'avoue, le plus flagrant) : à Eoulx, les Troyn, les Dodenc et les Clumanc, les trois familles les plus riches, représentent 25 % de la population du village dont ils accaparent environ 70 % des signes de fortune. Ils ont payé 26 % de la somme qu'a versée le village.

Il y a pauvres et pauvres

33Ces observations permettent de situer parmi la population villageoise ceux de ses membres les plus susceptibles de succomber à la misère et de se trouver entraînés par elle : il y a de fortes chances, en effet, que les candidats à la marginalité se recrutent parmi les groupes numériquement faibles et les individus isolés.

34Evidemment, ce raisonnement ne prend tout son sens que dans la mesure où s'avère fondée l'hypothèse suivante : la solidarité est un ressort, ou un instinct, extrêmement agissant encore au xive siècle, notamment dans la société rurale. Tout individu s'inscrit, avec son talent et sa fortune, ses charges et ses déboires, dans un réseau familial plus ou moins développé qui le soutient, duquel il participe et auquel il doit, en contrepartie, assistance et secours. Plusieurs indices confirment cette hypothèse : la multiplicité des indivisions, l'usage généralisé des garants ou encore, cet autre indice particulier au cas étudié ici, la valse des signes de fortune. En effet, j'ai d'abord été très embarrassé par l'incompréhensible jeu de chaises musicales que font les signes de fortune d'un compte à un autre, ou même d'une liste à une autre d'un même compte : tel qui avait deux boeufs à Pâques n'a plus que ses deux bras à la Saint-Michel, tandis que son frère ou son cousin, qui paraissait jusque là en être démuni, se retrouve nanti d'un brillant équipage. La chose arrive assez souvent. A la réflexion, tout s'éclaire si l'on admet que le groupe familial répartisse éventuellement entre ses membres les charges qui lui incombent. Chacun paie à tour de rôle la redevance qui pèse sur l'équipement dont dispose le groupe et qui, très probablement, est mis à la disposition de tous. Ainsi les membres les plus démunis peuvent-ils avoir accès à des ressources qui autrement leur seraient interdites. De la même façon peut se répartir dans la famille l'impôt dont quelques-uns seulement sont nommément responsables : chacun y trouve son compte. Alors, une simple mathématique permet de comprendre le succès durable et le développement continu de certaines familles, comme la stagnation ou la disparition de certaines autres : pour tel groupe de six personnes disposant de deux ou de trois attelages, la redevance individuelle ne pèse qu'une fois par deux ou trois ans. Et ainsi de suite …

35La pauvreté se découvre alors comme une notion complexe, liée à un ensemble de facteurs sociologiques et même aux mentalités. Un aphorisme de circonstance : il y a ; certes, pauvres et pauvres. Car il y a, assurément, des gens démunis parmi ces familles riches d'une forte densité démographique dont quelques membres seulement sont aisés. Mais ces pauvres ne sont pas seuls : ils bénéficient du soutien de leur clan et de ses ressources et peuvent ainsi conserver l'espoir, tout au moins de se maintenir. En cas de coup dur, ils trouvent sûrement dans leur groupe familial même les moyens de faire face, et il est rare qu'on les voie venir à Castellane se mettre à la merci du prêteur sur gages.

  • 20 R. LAVOIE, op. cit., p. 205, 209s.

36Il en va tout autrement pour les isolés. Privés de semblables solidarités, ils sont seuls à porter leur charge et la seule démarche qui leur soit accessible quand surgissent les difficultés est de faire appel au fallacieux recours du crédit facile20. Alors s'enclenche un processus inexorable ; pour eux, la marginalité ou même l'exclusion sont proches.

Notes

1 Document révélé et sommairement étudié par Roger AUBENAS, "Le servage à Castellane au xive siècle ", dans Revue hist. de droit fr. et étr., 1937, pp. 77-93.

2 "Item quod cum sit in loco de Castellana concicionis homimim triplici generis :quorun aliqui liberi appellantur, nichil omnino exsolventes curie pro lesdis, cossis seu ove pascali seu aliis servitutibus malis sive usaticis ; et alii de mercato, videlicet qui unumcunque veniant volentes inibi habitare solvendo per annum xii denarios, in omnino equi pariter predictis hominibus liberis … Et sunt etiam aliqui qui dicuntur maleservi, in quibus percipit curia lesdam cossam et ovem pascalem si oves haberent, et bonorum successionem ubi sine liberis moriuntur …" (A.D. B.-d.-R., B 1120, f° 2-v°).

3 J'avancerais volontiers l'hypothèse que l'initiative de cette demande est venue de certains homines de mercato. Bien que le texte reproduit ci-haut (note 2) affirme solennellement leur statut d'hommes entièrement libres, les comptes de la pratique justifient parfois la redevance à laquelle ils sont soumis en termes significatifs et vexants : "pro persona sua quod servicium appellatur homo de mercat " (3 1048, enquête de 1333) ; "pro libertate hominis de mercato" (ibid.) ; "pro libertate concessa" (B 1028, enquête de 1297). Dans une liste de l'enquête de 1333, on identifie parmi les homines de mercato quelque huit notaires, un chapelain et un dominus ; s'y retrouvent même les noms de deux des probiores homines. Dès lors, il n'est pas invraisemblable que ces gens respectables que leur renom, leur fortune et leurs fonctions situent parmi l'aristocratie bourgeoise aient trouvé agaçante cette redevance qui perpétuait détestablement le souvenir de leurs origines éventuellement équivoques. Un compte de 1438 signale enfin que rien n'a été perçu "de serviciis libertatum hominum dicte ville … cum libertates predicte remisse fuerunt" (B 1811, f° 2v°). L'abolition de la servitude en 1386 (voir Geneviève RICARD, Recherches sur le servage en Provence, D.E.S., Aix, 1956, p. 174-175) a pu s'accompagner d'une mesure analogue en faveur des homines de mercato.

4 Dans le reste de la baillie, la servitude est plus largement étendue au point, comme on le verra plus loin, qu'elle affecte la population entière de certains villages.

5 Raymond Lambert fut collecteur des redevances pendant seize mois pour le compte du fermier Hugues Augier : "juxta suam opinionem de dictis maleservis curia non percipit annuatim solidos duos." B 1120, f° 37. Jacques Kaurelli, prud'homme de Castellane, témoigne qu'en 1341 aucun d'entre eux n'avait de troupeau. Ibid., f° 9v°. Isnard Peleze assure enfin que "propter dictam servitudinem et nimiam paupertatem homines maleservi fugiunt et dictam terram Castellane dimittunt", f° 34.

6 Noël COULET et Louis STOUFF, dans Le village de Provence au bas moyen âge, fasc. ronéotypé, p. 43-44, signalent quelques exemples, surtout pour la fin du siècle, et renvoient à plusieurs monographies.

7 "Requirit dicta universitas quod ipsa curia dignetur predictos homines malservon … facere liberos et immunes ita quod de bonis suis possint ordinare et testare pro libito voluntate. (…) dicte curie cor.dicio per annum in perpetuum in redditibus fiet melior et solita perdeptio in ba.julia Castellane amolior absque diminutione … necnon et subditorum condicioin multis meliorabitur prout (reperietur) ex informatione que requiritur fieri." B 1120, f° 1v°-2.

8 B 1800 : affouagements de 1303-1304 ; B 1802, 1805 et 1806 : comptes pour les années 1303-1304, 1311-1312 et 1315-1316.

9 Trois paient 2 s., deux paient 2 s. 1 d., et trois autres paient respectivèment 20d., 22d. et 2s 6d. Les trois derniers ont versé 4s 7d, 5s 3d et 7s.

10 Edouard BARATIER, dans La démographie provençale …, 1961, p. 17-l8, a confectionné à partir de ces données un tableau des "échelles de fortune" dans la baillie de Castellane.

11 Rodrigue LAVOIE, "Endettement et pauvreté en Provence d'après les listes de la justice comtale, xive-xve s.", Provence Historique, fasc. 93-94, p. 215.

12 Sur le marché local, le couple brebis-agneau qui est l'objet de ce prélèvement se vend aux enchères à des prix qui varient entre 5s 6d et 8s.

13 B 1802, f° 38 ; B 1805, f° 91v ; B 1806, f° 138.

14 B 1806, f° 97ss.

15 B 1805, f° 120v° et 137.

16 Comme le sont la majorité des villages de cette région des Préalpes de Digne et de Castellane. Voir N. COULET et L. STOUFF, op. cit., p. 11.

17 En 1304, Villars-Brandis a 10 feux, Eoulx 43 et Taloire 22. En 1315, ils en comptent respectivement 10, 46 et 28, tandis que Courchons et La Garde sont imposés sur la base de 25 et 38 feux.

18 Emmanuel Le Roy LADURIE, Montaillou village occitan, p. 89. La structure démographique qui se révèle dans nos villages est identique à celle de Montaillou.

19 N. COULET et L. STOUFF, op. cit., p. 42.

20 R. LAVOIE, op. cit., p. 205, 209s.

Auteur

Université Laval Québec

© Presses universitaires de Provence, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540