Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exclus et systèmes d’exclusion dans la littérature et la civilisation médiévales

Exclusion et intégration des Normands Hasting et Rollon

Jean-Guy Gouttebroze

Texte intégral

1Qu'il nous soit permis, d'entrée, de justifier et de préciser le titre de cette communication.

  • 1 Citons, en particulier, deux ouvrages de L.Musset : Les invasions, le second assaut contre l'Europ (...)

2Il n'est pas question ici de montrer comment les Scandinaves païens qui envahirent aux ix° et x° siècles le littoral de l'Europe occidentale se sont progressivement assimilés aux populations indigènes chrétiennes - c'est une vaste étude qui relève de l'exégèse historique et que d'autres, plus compétents que nous, ont déjà tentée1 - ; nous voulons simplement montrer comment les chroniqueurs anglo-normands de langue vulgaire qui écrivirent aux xii° et xiii° siècles ont appréhendé et décrit à leur manière les différentes étapes de ce processus d'intégration.

  • 2 Eginhard, Vie de Charlemagne, éd. et trad. L.Halphen, Paris, Champion, 1923.pp.40 à 43 et 91.
  • 3 Nithard, Histoire des fils de Louis le Pieux, éd. et trad. Ph.Lauer, Paris, Champion, 1926. p. 115
  • 4 Abbon, Le siège de Paris par les Normands, éd. et trad. H.Waquet, Paris, Les Belles Lettres.1942.p (...)
  • 5 Richer, Histoire de France, éd. et trad. R. Latouche, Paris, Champion, 1930. Tome I p. 26.

3Pourquoi s'arrêter exclusivement à Hasting et à Rollon ? La tradition historique nous apprend en effet qu'il y eut d'autres chefs Scandinaves qui, pendant un siècle, conduisirent des expéditions offensives contre les côtes de la France carolingienne : dès 829 environ, selon Eginhard, le roi Godofridus de Danemark, que Charlemagne eut du mal à contenir, lança vers le sud les premières flottes de drakkars2. Nithard montre que Lothaire, pressé par ses frères, trouva un allié en la personne du chef viking Herioldus à qui il céda en 842, à titre bénéficiaire, l'île de Walcheren3. Abbon, dans ses Bella Parisiacae Urbis, nous dit que l'importante expédition qui atteignit Paris au mois de novembre 885 était commandée par un certain Sigefredus ou Sigenfredus4. Richer, enfin, relève qu'un chef Scandinave du nom de Catillus reçut en 911 le baptême avant de tomber sous les coups d'un noble franc5. Aucune allusion à ces guerriers n'apparaît dans les Chroniques de la Normandie. Exception faite de deux personnages épisodiques qui sont, d'une part, Bier "côte de fer", héros mythique, sorte d'Achille scandinave, et, d'autre part, Burin, frère de Rollon, qui mourra prématurément, ces oeuvres, avec une étonnante régularité, ne nous présentent que deux figures du guerrier viking primitif : Hasting et Rollon.

  • 6 Dudon de Saint-Quentin. De moribus et actis primorum Normanniae ducum.éd. J. Lair, Caen, Mémoires (...)
  • 7 Wace, Le Roman de Rou, éd. A.J. Holden, Paris, Picard, 1970 et 1973.
    Benoît de Sainte-Maure, Chroni (...)

4La constitution de cette dichotomie nous intrigue d'autant plus que, prenant sa naissance dans les oeuvres historiographiques de langue latine, en particulier dans l'oeuvre de Dudon de Saint-Quentin6, elle se trouve ensuite systématiquement reprise dans des oeuvres plus tardives écrites en langue vulgaire : le Roman de Rou que Wace composa à partir de 1160 environ, la Chronique des Ducs de Normandie de Benoît de Sainte-Maure qui date approximativement de 1170 et les Chroniques de la Normandie en prose qui ont été composées à partir du xiii° siècle7.

5Nous sommes ainsi amené à nous poser deux questions. Pourquoi se constitue-t-il, dans la tradition historiographique anglo-normande, une paire de héros, Hasting et Rollon, qui laisse dans l'ombre d'autres figures de guerriers dont le rôle historique, bien attesté, est aussi important et aussi connu ? Pourquoi, en second lieu, les chroniqueurs de la Normandie ont-ils attaché tant d'importance à l'existence de ces deux personnages au point de conserver et même d'enrichir au cours des ans une structure dualiste, dont nous verrons le caractère antithétique, qui se répète d'oeuvre en oeuvre, qu'elle soit en langue latine ou en langue vulgaire, du xi° au xiii° siècle ?

6A ces deux questions, nous espérons donner sinon une réponse, du moins des éléments de réponse en étudiant d'un point de vue lexicologique et sémantique les passages qui, dans le Roman de Rou, la Chronique de Benoît et deux textes de la Chronique de Normandie en prose, sont consacrés aux exploits de Hasting et de Rollon.

7Cette étude sera donc essentiellement sémantique. Mais nous verrons rapidement, avant de conclure, comment les enseignements qu'elle nous donne peuvent être confirmés par une étude plus générale de la structure et du développement de ces passages.

8Il est prématuré de parler dès maintenant d'exclusion et d'intégration, mais nous pouvons dire, en anticipant quelque peu, que cette étude vise en fait à appréhender les caractéristiques d'un processus d'intégration-celle des païens Scandinaves-tel qu'il se manifeste dans les oeuvres littéraires qui se proposent d'en rendre compte. C'est donc un phénomène d'écriture que nous allons analyser et non des événements qui, lointains, à la limite de l'histoire et de la légende, n'offrent qu'une prise instable à l'effort du chercheur.

9Dans le Roman de Rou, Wace dénonce les méfaits du pirate Hasting ; le personnage nous est présenté comme païen : il est païenz sorquidez (App.v.229), Dieu anemi (App.344). Wace nous rappelle fréquemment qu'il est à la tête d'une troupe de païens (App.vv.208, 327, 329, 347, 379, 654, 701) et qu'il appartient à une gent païennor (App.v.524) ou sarrazine (App.v.422). Mais de tous les qualificatifs qui s'appliquent à Hasting, ceux qui forment le champ sémantique le plus étendu et le plus varié, ce sont ceux qui rendent compte de sa déloyauté et de sa félonie : il est dit ouvert (II.v.1703, App.v.573 et 648), lerres (App.v.391).traître (App.v.612 et 631), félon (II.v.6, App.v.230 et 585), plain de felonnie (App.v.532), de malice plain (App.v.458) ; de grant vesdie (App.v.531). D'autres termes, enfin, ouvrent un champ sémantique nouveau ; ils décrivent les caractéristiques de sa violence et de sa cruauté : il est desmesurez (App.v.230), sorquidez (App.v. 229).fier et divers (II.v.14).

10Ces trois champs sémantiques, nous les retrouvons appliqués à Hasting dans la Chronique des ducs de Normandie de Benoît ; encore faut-il noter qu'ils sont enrichis de connotations nouvelles. Ainsi Benoît, tout en marquant l'appartenance de Hasting à une population païenne (vv.952 et 961), va-t-il se servir d'épithètes ou d'expressions qui ont un caractère religieux plus précis : Hasting est le Judas (vv.726 et 1526), il est animé d'une fure d'enfer (v.723) ; il est aussi le tres orrible escumengié (v.5410). La félonie reste un de ses traits fondamentaux : fel ou félon apparaissent en 717, 762, 5204, 5396, 5416, 5568 ; il est aussi le soduiant (vv.1533 et 5396), le reneié (vv.1509.1533, 5409), le fel traïtor od haïnos engignemenz (vv.5568-69). Dernier champ sémantique, celui de la cruauté : Hasting est le tiranz (v.1533), le cruel (vv.718 et 5416), il est le tres orrible (vv.5416 et 5568), plein de venin et d'amertor ; d'autres épithètes ont un caractère plus général : il est l'ennemi pesme et mortal (v.1510), il est pesme et dur (v.5492). Enfin, et par là Benoît innove par rapport à Wace, il emploie quelquefois à propos de Hasting des termes flétrissants et injurieux : le chien (vv.762, 5396), le de pute aire (v.762).

  • 8 Chroniques de Normandie, pp. 4 et 6, Histoire des ducs, p. 3.

11Dans les Chroniques en prose, qui sont en fait des résumés de l'oeuvre de Benoît, le seul champ sémantique qui demeure est celui du paganisme : Hasting est dit sarrasin8.

12Il est probable que la sauvagerie de Rollon ne le cédait en rien à celle de Hasting : une des conditions de la réussite des expéditions Scandinaves était la surprise et la terreur, systématiquement organisée qu'il inspiraient à leurs adversaires ; Wace, d'ailleurs, sous une forme très réaliste nous décrit les exactions dont les guerriers conduits par Rollon se rendirent coupables :

"Des hommes voîssiez merveilloux tueïz,
n'en ont nule pitié plus que lou de brebiz,
tuent jembles et viex, tuent granz et petiz,
veuves font les moilliers, orfelinz font lez fiz,
et porgiessent les dames dejouste lor mariz ;
icelle honte seuffre nul franz homs a enviz."
(II.vv.1060-65)

13On s'attendrait donc à trouver, à propos de Rollon, du moins en ce qui concerne la période qui précède son baptême, les champs sémantiques de la mecréance, de la félonie et de la violenoe que nous avons relevés quand nous avons étudié la carrière de Hasting. Le résultat est loin d'être aussi net : certes Wace ne nie pas le paganisme de Rollon et de ses compagnons ; mais les expressions qui en témoignent sont, à l'évidence, peu nombreuses et atténuées. Un chrétien, qui est prisonnier de Rollon, lui dit :

"Tu as été païen et fiz es de païen." (II.v.203)

14Il faut noter ici que l'accompli tu as été innocente le chef normand et que la seconde partie du vers fiz es de païen rejette sur ses parents la responsabilité de son incroyance. Au vers 404, c'est une litote qui rend compte de sa situation religieuse :

"N'iert mie chrestien ne baptizié n'estoit."

15Enfin apparaît une troisième allusion au paganisme du héros quand Charles le Simple, s'adressant aux grands de son royaume, envisage de le voir entrer dans la communauté chrétienne :

"Se Rou veut paeinnime guerpir et regnoier…"
(II.v.1096)

16Mais, dans une telle séquence, ce n'est pas tant le paganisme de Rollon qui est envisagé que la perspective de sa conversion. Si nous considérons globalement ces trois passages, nous pouvons dire que son incroyance est regardée comme un fait révolu dont s'estompent la virulence et le caractère actif : avant de passer au christianisme, Rollon se trouve dans un état de neutralité religieuse.

17Qu'en est-il de la félonie et de la traîtrise ? deux allusions nettes à la félonie de Rollon : la première apparaît dans le cours du récit : les nobles de France

"Voient la félonie, voient la crualté des Normanz et de Rou qui le regne ont gasté."
(II. vv. 107 3-74)

18La seconde appartient à un discours collectif indirect : elle rend compte de la terreur qu'éprouvent les habitants de Chartres à l'arrivée de Rollon et de ses hommes :

"Mout voïssiez par Chartres gent crier et gent braire,
n'i a nul qui de lermes n'ai moillié le viaire,
mout reclaimment celui qui tonne et qui esclaire,
que de Rou les deffende, cel felon asversaire."
(II.vv.854-57)

19Par ailleurs, la déloyauté est un trait commun à tous les Normands ; ils sont :

"La gent moult fel et moult grifaigne."(II.v.797)

20Enfin, si le texte de Wace témoigne de la violence et de la cruauté de Rollon-il est difficile d'aller contre une tradition historique bien établie-, notre chroniqueur a tendance à rejeter la responsabilité des exactions et des massacres soit sur les Français qui se montrent retors :

"Rou fu de mout grant ire, mout out le cuer enflé,
mout l'ont, ce dit, Franchois escharni et gabé."
(II.vv.736-37)

21soit, collectivement, sur l'ensemble des Normands : ils forment une gent moult grifaigne (cf.supra).Il faut attendre les vers 1073-74 déjà cités pour que Rollon, sans ambiguïté, soit taxé de crualté. Par ailleurs n'apparaît aucune invective, aucune dépréciative : les chrétiens disent simplement, à propos des Normands et de Rollon, qu'ils sont de mal aire (II.v.858).

22Ce qui est apparemment paradoxal mais révélateur, c'est que Wace, en beaucoup d'endroits, loin de dévaloriser le personnage de Rollon, s'ingénie, au contraire, à vanter ses mérites : il est le hardi, le bon combateour (I.v.305), il est débonnaire (II, v.386), Regnier au long col le juge sage, gentil, preu (II.v.384) et cette formule tripartite, Wace la reprend à son compte quand, au vers 427, il nous dit :

"Proux estoit et sage et de grant parenté."

23Ainsi Wace nous présente un portrait assez flatteur de Rollon, bien différent de celui qu'il nous a donné de Hasting. Cette opposition qui apparaît dans le choix des composantes lexicales se retrouve, plus nette encore, dans l'oeuvre de Benoît.

24Le successeur de Wace ne nie pas que les Normands soient païens : il nous parle d'une grant gent paene (v, .5239), des païenz Normanz (v, 5250), de païens hainos (v.5258). C'est un champ sémantique que les personnages qu'il met en scène vont enrichir : le prisonnier chrétien qui explique les visions de Rollon dit que c'est le diable qui, pour l'instant, dispose du peuple auquel il appartient (v.3748) - thème repris au vers 8843 par le duc Robert - ; les Normands font partie de ces nations

"En que n'a fei n'entendement,
né en laidure n'en pechié,
lait e enteint e mergoillé…" (vv. 3744-46)

25Mais ni Benoît ni les personnages qui prennent la parole dans son oeuvre ne flétrissent le paganisme de leur chef : les mots que nous découvrons ne sont que des euphémismes : non fei (vv.3196, 3699) ; erreiance (v, 3196), Rollon apparaît ainsi comme définitivement innocent : son paganisme se réduit à une ignorance des desseins et de la loi de Dieu, ignorance dont, au demeurant, il n'est pas responsable. D'ailleurs, quand il s'adresse à Dieu, conscient de son indignité, il en rejette la responsabilité sur le peuple d'où il est issu :

"Vis sui e nez mauvaisement
e de teu pople et de teu jent
qui une vers tei n'oct entendance
n'amor, ne fei, ne connoissance." (vv.4305-08)

26Et reprenant une épithète dépréciative et injurieuse que Benoît avait attribuée à Hasting, il ajoute :

"D'eus sui estraiz com chiens sans lei."(v.4309)

27Vers important à nos yeux, car ici Rollon s'applique une comparaison qui relève de l'idéologie religieuse de ses adversaires. L'usage du terme ohien, même s'il témoigne de son paganisme, montre que, progressivement, le héros s'intègre à un système de signes qui lui était, à l'origine, étranger.

28Benoît nous présente les Normands comme des prédateurs, mais, s'ils exercent des ravages, peu de termes dépréciatifs viennent stigmatiser leur conduite : ils sont dits feus Daneis (v.5250) mais, par ailleurs, Benoît a plutôt tendance à souligner leurs mérites guerriers et leur bravoure au combat : ils sont fort, jovre, combatant (v.5571)

"E sor autres d'armes sachant." (v.5572)

29Ils ont aussi le goût de la liberté : ils s'enorgueillissent d'appartenir à une société de type démocratique :

"Sur nos n'a prince ne baron.
Tuit sommes d'un seignorement,
tuit vivum par e igaument ;
chascuns i est sire de sei,
e chascuns porte a l'autre fei." (vv.5468-72)

30Ainsi se trouvent réunis les éléments d'une habilitation qui joue, surtout, en faveur de leur chef : Rollon apparaît comme un personnage pacifique (vv.3240-52), il n'est ni cruel, ni fel (v.5213) ; il est, Selon les Français :

"De grant vertu, de grant poeir,
de grant engin, de grant saveir." (vv.8889-90)

31Accentuant cette tendance, les Chroniques en prose ne mentionnent que les qualités de Rollon : ainsi l'Histoire des Ducs de Normandie, qui reprend Benoît et le résume, porte une formule analogue à celle que nous venons de mentionner :

"Si disent les François que bien ressembloit home de grant pooir et de grant sens et de grant consel."

32Ainsi un examen quelque peu attentif des éléments lexicologiques qui forment les portraits de Hasting et de Rollon dans les oeuvres historiographiques anglo-normandes de langue vulgaire nous permet de constater que les vocables dépréciatifs ne se portent pas de la même façon sur l'un et l'autre personnage. Si le paganisme et la félonie de Hasting sont uniformément condamnés, l'attitude des chroniqueurs vis à vis de Rollon est beaucoup plus nuancée : Wace qui lui reconnaît des défauts, sait aussi mettre en valeur ses qualités ; Benoît essaie de l'innocenter en montrant que le premier duo de Normandie n'est pas responsable d'une mécréance inhérente à sa naissance et à sa nation. Ainsi, si chaque oeuvre présente des champs sémantiques qui rendent compte du paganisme, de la traîtrise et de la violence-toutes caractéristiques qui relèvent de l'exclusion-, nous pouvons dire que cette répartition évolue diachroniquement au détriment de Hasting et au profit de Rollon. Tout se passe comme si se produisait un déplacement du champ sémantique de l'exclusion vers Hasting et comme si, conséquemment, Rollon se voyait gratifié de qualités nouvelles. En fin de parcours, et déjà chez Benoît, Hasting apparaît comme un réprouvé, un exclu, Rollon comme un personnage en voie d'intégration.

33Progressivement nous voyons se créer, dans le domaine sémantique, une opposition dont l'existence s'affirme plus nettement encore au niveau de la structure narrative des différentes oeuvres que nous venons d'examiner. Notons ici que Wace, Benoît et les anonymes qui leur succèdent ne font que reprendre, en l'enrichissant parfois, un schéma narratif dont les grandes lignes ont été fixées à l'origine par Dudon de Saint-Quentin et par Guillaume de Jumièges. Si nous considérons les carrières, les trajectoires respectives de Hasting et de Rollon, nous nous apercevons, quelle que soit l'oeuvre considérée, qu'ils connaissent les mêmes aventures, qu'ils sont placés dans des situations identiques mais que leurs réactions et leur comportement sont rigoureusement antithétiques.

34Suivons le récit de Wace. Cette opposition systématique ne lui a pas échappé : c'est un fait d'écriture dont il nous avoue d'emblée l'existence. Ne dit-il pas, à propos de Hasting et de Rollon :

"Andui furent Danoiz, mez moult furent divers,
Rou fist auques a droit, Hastains fist a envers,
Rou fu amiables, Hastainz fier et divers." (II.vv.12-14)

35En effet, Hasting pénétrant dans l'actuelle Normandie remonte la Seine et arrive à Jumièges : il pille le monastère et incendie le village (App.vv. 331-48) ; Rollon, quand il arrive à son tour à Jumièges, tout païen qu'il est encore, dépose sur l'autel de Saint Vaast, le corps de Sainte Ernouftrut (II.vv.397-407). Et si aucune abbaye n'échappe à la convoitise et à la fureur de Hasting, Rollon, au contraire, quand il arrive à Saint-Benoît sur Loire, épargne le sanctuaire :

"Devers Saint Beneoit a son erre atorné,
por l'onor du bon saint a le mostier sauvé,
ne souffri qu'il y eüst ne tollu ne emblé
de quanque li moigne ourent a lor euls avoé ;
lor ville et lor moustier a sauvement gardé." (II.vv.743-7)

36Hasting et Rollon recevront le baptême, mais pour Hasting le baptême est une ruse de guerre destinée à tromper les habitants de Luna et à lui ouvrir les portes de la ville (App.vv. 531-70) ; pour Rollon, il s'agit d'une conversion sincère qui le fait entrer dans le sein de l'église (II.vv.1165-70). Enfin si Rollon montre son indépendance vis à vis du roi de France qui est pourtant son suzerain-les modalités de l'hommage qu'il lui rend sont significatives-, Hasting, qui a reçu du roi la ville de Chartres, apparaît comme un obligé, servilement soumis (II.vv.500-1). Ce trait, Benoît le reprendra en l'accentuant : sur la fin de sa carrière, l'implacable pirate est représenté comme vil et récréant (vv.5492-94)

37Allons plus loin. Le désir de démarquer Rollon par rapport à ses origines païennes est tel que Wace et, surtout, Benoît introduisent des épisodes qui relèvent plus de la légende dorée que du récit historique. Dieu adresse à Rollon deux songes qui vont l'éclairer sur son indignité et lui permettre de connaître son avenir de prince (Roman de Rou, II.vv.195-208, 233-277, Chronique des Duos de Normandie, vv.3153-90.3528-3799). A ces deux épisodes de caractère nettement hagiographique s'ajoute, dans l'oeuvre de Benoît, celui de la tempête où nous voyons Rollon, menacé de faire naufrage, s'adresser spontanément au Dieu des chrétiens et implorer son secours (Chronique, vv. 4260-4336). Ce sont là développements édifiants qui ne nous apportent aucun renseignement sur ce que furent dans les faits les invasions normandes des ix° et x° siècles.

  • 9 Il suffit de parcourir la courte biographie de Hasting que nous donne G.Dumézil (in Du mythe au ro (...)

38Nous savons pourtant que Hasting et Rollon ont eu une existence historique : G.Dumézil récemment, à la suite d'Axel Olrik, a magistralement démontré que Hasting n'était pas une créature mythique mais un authentique pirate qui a exercé des ravages dans l'Europe occidentale du ix° siècle ; aucun historien, d'autre part, n'a songé à mettre en doute le rôle historique de Rollon, chef des Scandinaves qui s'établirent en Normandie. Il est évident que les chroniqueurs qui relatèrent ces événements dans les siècles qui suivirent ont profondément altéré ces données9.

39Compte tenu des remarques que nous venons de faire, nous pouvons maintenant répondre aux questions que nous avons initialement posées. Pourquoi la constitution d'une opposition Hasting-Rollon, à l'exclusion de la présence d'un autre personnage ? A quoi tient la régularité de la reprise de ce motif ?

40Il s'agit en fait de présenter une paire de héros antithétiques : l'exclu d'une part, le barbare et félon Hasting, l'élu d'autre part, le vertueux Rollon. La répartition des champs sémantiques comme l'établissement de la structure narrative ne relève pas en effet des exigences de la recherche historique mais de préoccupations morales et idéologiques qui ont guidé la main, conditionné l'acte d'écriture des chroniqueurs de la cour anglo-normande. Ces textes ne sont pas révélateurs du passé mais du présent de l'instance de discours.

  • 10 Piratarum dux, piratarum princeps, ces appellations dépréciatives ne s'appliquent pas seulement à (...)

41En effet, lorsqu'ils se penchaient sur la période des invasions Scandinaves, nos auteurs étaient nécessairement amenés à relater un moment de l'histoire qui risquait d'être, pour la dynastie qu'ils servaient, particulièrement compromettant. "Dux piratarum" ne cesse de répéter Richer à propos des premiers duos de Normandie10. Certes ils eussent pu faire oublier l'origine païenne des souverains qui les employaient, mais il fallait compter avec les nécessités de l'histoire. Contre les menaces des Français, le Duo de Normandie, Roi d'Angleterre, devait faire fond sur le patriotisme de ses sujets, rappeler périodiquement qu'ils formaient, par rapport à ceux du Roi de France, une ethnie spécifique : Wace ne contribue-t-il pas à entretenir cette différence quand il écrit :

"Les boisdies de France ne font mie a celer,
tout tens voudront Franchois Normanz desheriter
et tout tens se penerent d'euls vaincre et d'els grever…"
(I.vv.45-47)

42Aussi fallait-il, au commencement de toute chronique, rappeler les origines du peuple normand, les invasions des Vikings, mais éviter le scandale : charger Hasting de tous les péchés et mythifier Rollon, le fondateur de la dynastie.

DISCUSSION

43Mademoiselle PLANCHE. Partir ainsi du lexique permet de pénétrer les profondeurs de l'oeuvre. Chez Benoît de Sainte-Maure, le même terme "chien" appliqué à Hastings et à Rollon, prend des valeurs différentes. Le narrateur l'emploie pour désigner le premier. C'est une banale injure. Le second reconnaît qu'il était "chien" de naissance puisque païen, mais sa conversion l'a humanisé. Le déplacement du champ sémantique est aussi affaire de syntaxe et de personne verbale.

44Monsieur TAVERA : Je n'ai guère l'expérience des chroniqueurs ; mais ne eut-on cire qu'à l'époque l'appréciation passée sur les personnages historiques est toujours fort grosse, nue c'est la loi au genre ? Si j'en ju e par exemple à ce que rapporte Bezzola à propos de Guillaume IX de Poitiers, tous les chroniqueurs (et ils sont bien une demi-douzaine) sont d'accord. : fatuus, lubricus, lepidus, totius pudicitiae inimicus… Il ne faut pas attendre de nuances, elles ne viendront enrichir l'histoire que bien des siècles plus tard - sans qu'elles soient pour autant parantes d'authenticité : cf. Saint-Simon !

Notes

1 Citons, en particulier, deux ouvrages de L.Musset : Les invasions, le second assaut contre l'Europe chrétienne (vii° et xi° siècles), 2° éd., Paris, P.U.F., 1971.
Les peuples Scandinaves au Moyen Age, Paris, P.U.F., 1951.

2 Eginhard, Vie de Charlemagne, éd. et trad. L.Halphen, Paris, Champion, 1923.pp.40 à 43 et 91.

3 Nithard, Histoire des fils de Louis le Pieux, éd. et trad. Ph.Lauer, Paris, Champion, 1926. p. 115.

4 Abbon, Le siège de Paris par les Normands, éd. et trad. H.Waquet, Paris, Les Belles Lettres.1942.pp.16 à 20 et 68 à 71.

5 Richer, Histoire de France, éd. et trad. R. Latouche, Paris, Champion, 1930. Tome I p. 26.

6 Dudon de Saint-Quentin. De moribus et actis primorum Normanniae ducum.éd. J. Lair, Caen, Mémoires de la société des Antiquaires de Normandie, 1865.

7 Wace, Le Roman de Rou, éd. A.J. Holden, Paris, Picard, 1970 et 1973.
Benoît de Sainte-Maure, Chronique des ducs de Normandie, éd. Carin Fahlin, Upsal, 1937.
Les Chroniques de Normandie, éd. F. Michel, Rouen, 1839.
Histoire des ducs de Normandie et des rois d'Angleterre, éd. F. Michel, Paris, J.Renouard, 1840.
C'est à ces éditions que nous renvoyons systématiquement.

8 Chroniques de Normandie, pp. 4 et 6, Histoire des ducs, p. 3.

9 Il suffit de parcourir la courte biographie de Hasting que nous donne G.Dumézil (in Du mythe au roman, pp. 25-26) pour nous apercevoir de la distance qui sépare nos chroniques de l'histoire telle, du moins, qu'elle peut être reconstituée d'une façon scientifique et critique.

10 Piratarum dux, piratarum princeps, ces appellations dépréciatives ne s'appliquent pas seulement à Rollon et à Guillaume longue-épée mais aussi à Richard I°:
"Richardus, piratarum dux, apoplexia minore periit » (Richer, Histoire, tome II, § 108)
La persistance de telles expressions qui peut, en première analyse, s'expliquer par l'antagonisme qui existe à cette époque entre les Français et les Normands montre aussi que l'intégration des éléments scandinaves à la société féodale chrétienne du x° siècle n'a pas été aussi nette et aussi rapide qu'on peut le penser à la lecture des chroniques de source normande.

Auteur

Université de Nice

© Presses universitaires de Provence, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540