Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exclus et systèmes d’exclusion dans la littérature et la civilisation médiévales

Exclusions maritimes

Anne-Dominique Kapferer

Texte intégral

1La mer qui borde au couchant les comtés de Boulogne et de Ponthieu est une absente-présente dans les sources de leur histoire médiévale : non définie, jamais décrite, la mer y est à peine mentionnée (sauf en temps de guerre). Le même silence recouvre les gens de mer ; c' est pourquoi l'attention est attirée par quelques lignes presque insolites sur le Boulonnais Guinemer et ses marins de la Ire Croisade qui :

  • 1 a, GUILLAUME de TYR, Historia rerum in partibus transmarinis gestarum, trad. Histoire d'Eracles, R (...)

.."avoient esté galiot et corsar de mer et bien huit anzor s'estoient repentiz.."(1a),

2ou sur Eustache le moine,

.."un chevalier de bolenois (qui)molt savoit de la mer.."(1b),

3mais les "Jacot Marée", pêcheurs de harengs (1c), n'ont de place ni dans les chroniques ni dans les romans. Quant aux rares documents iconographiques, ils présentent une mer gentiment bouclée, où folfitrent quelques poissons, et l'assortissent d'éléments rassurants de décor urbain ou rural. Ainsi se trouvent renforcés, même ici, dans des comtés maritimes, les traits d'une image traditionnelle qui représenterait dans tout l'espace d'entre Loire et Rhin une société féodale uniforme, par essence rurale, une image d'Epinal regroupant le château, l'église, la terre, un seigneur, un clerc, des paysans, mais parmi ces gens de guerre, de prière et de terre, où sont les gens de mer ?

  • 2 Ailleurs, outre les recherches menées pour le ponant dans les universités normandes, bretonnes ou (...)
  • 3 Il semble qu'en Bretagne les sources médiévales soient tout aussi laconiques (au moins jusqu'au xi (...)
  • 4 Ms et éd.cités.Version plus boulonnaise que les autres, plus tardives ; sur 12323 vers de l'éd.HIP (...)
  • 5 Aucun de ces récits néanmoins ne baigne autant dans une atmosphère marine, à la fois magique et ch (...)
  • 6 Ou l'outre-mer, de la Scandinavie à l'Irlande, au Portugal (dont un roi a été comte de Boulogne) à (...)
  • 7 Auxquelles sont liés des pélerinages, des processions, comme à Crémarest pourtant situé à l'intéri (...)

4En poursuivant une sorte de jeu sur les mots on pourrait insister plus longuement sur cette forme d'exclusion maritime, une exclusion sémiologique et historiographique (propre à cette région ?2 ; on doit cependant rappeler que la mer, cette absente, si légères que soient ses traces dans les sources3, est présente par des références indirectes. Dans la plus ancienne version de la Chanson du Chevalier au Cygne4, l'enfant Eustache, futur comte et croisé, seigneur du Guinemer déjà cité, passe et repasse une mer familière qui n'est pour lui qu'un simple chemin d'eau entre le Boulonnais et l'Angleterre où il fait auprès du roi l'apprentissage de la chevalerie ; dans le Dit des Annelés et dans La Fille du comte de Pontieu la mer est le lieu et l'agent d'une sanction ; dans le Roman d'Eustache le moine la mer est un refuge et une seconde chance offerts à un exclu ; par ailleurs des fragments de récits hagiographiques5et de chroniques, quelques actes des comtes, des abbés, des autorités urbaines ou même des officiers du roi laissent percevoir, comme dans ces témoignages littéraires, une société, des activités et des mentalités originales indubitablement marquées par la mer,6 c'est-à-dire par tout ce qui vient d'un horizon mal défini, mal entrevu, naufragés rejetés au rivage, pirates ou Vierges batelières, filets bombés d'opulence ou vides et déchiquetés, chants de matelots, grands vents et ruines, fêtes et misères7.

  • 8 Même si "La Picardie tourne le dos à la mer"(FOSSIER. R., L La terre et les hommes en Picardie, Pa (...)

5Ainsi malgré une histoire écrite qui les tire quelque peu en arrière, vers les terres8, et en raison d'une histoire vécue qui les met à la merci du large, ces comtés, surtout à dire vrai le comté de Boulogne, connaissent par la contrainte maritime espérances, épouvantes et travaux quotidiens entraînant des formes multiples d'exclusions. Le temps et l'espace impartis à cette communication ne permettent que d'esquisser rapidement quelques aspects de deux de ces formes d'exclusions :

6- l'exclusion d'une société littorale qui travaille en mer, combat et meurt parfois sur mer, une société sinon toujours ignorée ou méprisée, au moins pauvre et trop "différente" des sociétés terriennes pour ne pas être marginale,

7- l'exclusion imposée ou volontaire qui concerne des individus auxquels, à travers des récits enchevêtrés d'imaginaire et de vécu, la mer semble offrir un espace privilégié de miracles et de faits paramiraculeux, la chance d'une seconde naissance.

  • 9 MOLLAT, M., Les hôtes de l'abbaye de Bourbourg, Mélanges Louis Halphen, Paris 1951, pp. 513-521.

8Il serait temps sans doute de rappeler qu'il s'agit ici d'une mer bien différente de celle que connaissent le mieux la plupart des membres de ce colloque aixois ; les marées de forte amplitude et les irruptions imprévisibles (le "zeeganc" des archives flamandes9, les atterrissements littoraux ou l'inexorable retrait de la mer à partir surtout du xie siècle, ont détruit ou apporté d'étranges épaves, fait naître les légendes, relégué à plusieurs lieues de la côte des tours de guet et des bourgs auxquels on avait pourtant attaché une vocation maritime crue impérissable ; les espaces amphibies où l'on risque l'enlisement, les dunes instables entremêlées de marais, les estuaires aux chenaux mouvants, les brouillards comme les effets de lumière imprévus, ont fait du bord de mer boulonnais et picard un monde de 1'illimité, de l'incontrôlable, de l'infidélité, somme toute un monde antiféodal, que l'on rejette et qui rejette, négatif de l'image du monde continental.

  • 10 Nombreux procès, cf ceux des communes de Noyelles, de Ponthoiles, du Marquenterre, avec leurs seig (...)
  • 11 cf note 10.
  • 12 Philippe Auguste a renoncé à ce droit d'épave en 1187 (BN Moreau, Vol.89, F°192 : "consuetudinem q (...)

9Dans un tel espace, les modes d'appropriation, de transmission, d'exploitation de la terre, libre ou fieffée, ne peuvent pas être nettement définis10. Le rivage change, la dune se déplace, on ne reconnaît plus les mollières où l'on pouvait envoyer les troupeaux, le coin de grève où il était permis de chercher des galets, le pan de sable où il était interdit d'arracher les oyats11 ; les banlieues même, en principe bien définies dans les chartes de commune ou dans des actes annexes, donnent lieu à procès et les témoignages des "anciens" convoqués sur le terrain sont sans cesse sollicités et sans cesse remis en cause par la communauté villageoise et par le seigneur. Sur le rivage le droit de lagan est aussi source de dissension12. La nature même de cette côte imprécise encourage à la discussion, à la méfiance, parfois à la révolte. Ceux des galières, ceux des salines, ceux des mollières n'ont pas bonne réputation mais ils ne sont pas aussi nettement exclus que ceux de la "haute mer", marins, pêcheurs, gens à la langue malsonnante, aux habits malodorants, adultérins, fornicateurs, violents, dont le travail mal contrôlable n'est soumis ni aux interdits du temps liturgique ni aux redevances classiques.

  • 13 L'insoumission des pêcheurs apparaît dans le nombre de pélerinages judiciaires qui les concernent. (...)

10Les officiers seigneuriaux tentent bien de faire participer les pêcheurs à un système de redevances mais la tâche n'est pas aisée : ils travaillent loin des regards et au milieu de tels périls qu'ils ont pris le goût et l'habitude de la clandestinité et du refus13.

  • 14 GUERARD,B., Cartulaire de l'abbaye de Saint-Bertin, Paris 1841, pp.349-350, Pars tertia.Simonis co (...)
  • 15 GUERARD.B., Cartulaire de l'abbaye de Saint-Bertin, Paris 1841, pp.349-350, Pars tertia, Simonis c (...)

11L'affaire de la dîme de Saint-Bertin est célèbre : 1e pape Alexandre III avait autorisé les pêcheurs à travailler le dimanche et certains jours de fête à cause des conditions exceptionnelles de leur travail fondé sur des ressources mal maîtrisées (les bancs de harengs, par exemple !) ; mais l'abbé de Saint-Bertin14rentrant de Rome, apprit aux pêcheurs de la côte du Calaisis et du Boulonnais que l'exemption dominicale allait de pair avec l'obligation de payer la dîme, nouveauté qui parut insupportable et provoqua concertation, menaces, révolte ; à quelques temps de là, deux moines furent contraints par les pêcheurs furieux de fuir dans une église15et ceux-ci condamnés à une lourde amende obtinrent néanmoins un compromis.

  • 16 Les pêcheurs d'eau douce, présents plus souvent dans les sources litt.ou diplom., manifestent parf (...)
  • 17 Arch.Dép.Nord, B 549, 15112 ; Β 530, 15130, 15135, etc.. : ces documents fournissent de nombreux r (...)

12Ces pêcheurs turbulents, insoumis, ne vivent pas dans la Haute ville de Boulogne (pas plus que dans celle de Saint-Valeri sur Somme) ; le voisinage, la cohabitation avec de tels gens ne sont pas possibles : les jurons, les rixes fusent, donnant lieu souvent à dénonciations, à condamnations qu'attestent des actes de la justice échevinale16. Ils ont leur église, Saint-Nicolas, leur quartier, et celui-ci est ouvert à tous les périls, mal fermé, comme à Staples, Ambleteuse ou Vissant dans le Boulonnais, comme à Saint-Josse, à Cucq, à Berck et même au Crotoy dans le Ponthieu ; c'est là que pendant la guerre de Cent Ans les Anglais pénètrent sans aucune difficulté, saisissent les filets, les barques, s'emparent parfois de quelques hommes et les rançonnent17. A Boulogne, lorsque les Anglais arrivent à 1'improviste en 1339, c'est la Basse Ville des pêcheurs qui est saccagée, incendiée, et, outre les cas mal datés, le fait se renouvelle en 1377, en 1435, en 1492 bien que la protection des remparts ait été améliorée.

  • 18 Bgne ne fournit rien, ou si peu, lors des prélèvements fiscaux des ducs de Bourgogne. Pourcentages (...)

13Dans ce ghetto de la pêche, de la corderie, de la saurisserie, vivent les plus pauvres d'une population urbaine qui déjà est une des plus misérables des villes du Nord18. Εn 1415 près des trois quarts des taillables habitent la Haute Ville : c'est ici que sont payées les plus fortes tailles et 20 % d'entre eux seulement payent le minimum, 12 deniers ; dans la Basse Ville vit seulement le quart des taillables, aucun d'eux ne doit verser plus de 14 sous (ce qui est encore faible) et près de 50 % payent le minimum, 12 deniers, 97 % payant moins de 4 sous contre 65 % en Haute Ville.

  • 19 cf, par ex.Echange entre Robert, comte, et Laurent, abbé de N-Dame, Janvier 1315, cité par HAIGNER (...)

14Par ailleurs il n'est guère possible d'entrer ici dans une étude épineuse sur les séquelles du servage en Boulonnais à la fin du xiiie siècle mais il semblerait que la condition de servitude juridique ne soit pas totalement effacée, au moins en certains petits villages, comme Odresselle sur la côte19.

  • 20 cf Coutumes locales, in Coutumier Général, Paris 1724, T.I.

15Ni la charte de Boulogne en 1203 ni les chartes des autres villes littorales ne mentionnent expressément les pêcheurs ou ceux dont les métiers gravitent autour de la pêche ; à la fin du xve siècle les coutumiers lentement élaborés n'en disent rien non plus, et pourtant on y parle de l'hôtage et de la fabrication des harengs blancs et des harengs saurs réservés aux bourgeois20.Seuls les actes qui précisent ou énumèrent les droits seigneuriaux sur le produit de la pêche (levés dans des conditions difficiles, on l'a dit, souvent directement à l'arrivée de la barque sur la grève) font allusion à ces travailleurs de la mer, mais il ne s'agit que d'une allusion (pour parler, par exemple, d'une "part" de matelot) car seuls le patron de la barque ou l'hôte bourgeois sont considérés responsables de la redevance.

  • 21 In acte du 26 Juin 1494, Ch.VIII, éd.THIERRY, A., in Mon.Hre du Tiers Etat, T.IV, p.722 (à propos, (...)

16Mais ces hommes "qui n'ont d'autre usage pour gagner leur vie que du fait de la mer"21, ces violents, ces "passés sous silence", ce sont eux qui se jettent dans la guerre maritime où ils font soudain parler d'eux par leurs exploits, par leur solidarité, par leurs pertes matérielles et humaines, ce sont eux qui sont concernés dans les négociations des trêves pécheresses. Le bruit que font ces pêcheurs à travers le royaume en temps de guerre fait ressortir le silence qui les entoure en temps de paix (sauf dans leur quartier !).

17S'ils deviennent alors en quelque sorte des sujets du roi a part entière, c'est pour plusieurs raisons qu'il ne convient pas d'analyser ici ; il est certain que le rôle joué alors par les gens de mer s'accroît non seulement parce qu'ils veulent mettre fin à de nouveaux risques de mort, de famine, de détresse, non seulement parce qu'ils veulent venger des ami s tués ou ruinés, mais encore parce que les gentilshommes refusent de répondre à l'ost de la mer, parce que la guerre sur mer n'est pas une guerre noble.

  • 22 Pour mieux comparer avec la guerre sur terre, on peut voir CONTAMINE, Ph., Guerre, Etat et société (...)

18Certes des historiens ont remarqué que le combat sur le pont d'un navire rappelait le combat sur terre, en champ clos ; il faudrait penser néanmoins que le rituel de la bataille, la nécéssité de sauvegarder son honneur et son droit22 sont singulièrement difficiles à respecter quand bouge un bateau :

  • 23 Débat des Hérauts d'Armes de France et Angleterre, éd.PANN PANNIER-MEYER, Paris 1887, p.33.Cité in (...)

"Dieu scet quelle pitié quant il fait une tourmente, et si est la malladie de la mer forte a endurer a plusieurs gens"23.

  • 24 Les Vénitiens en particulier.
  • 25 cf note 23. Dans Le Livre de la Description des Pays Gilles Le BOUVIER ne s'intéresse guère à la m (...)

19La répugnance est déjà manifestée par les témoins des croisades qui mêlent dans la même accusation de perfidie la mer et les gens de mer24 ; le refus d'assimiler l'espace maritime à un lieu de bataille quelconque est tel qu'on y signale le danger de "perdiction de vie"25 comme s'il n'existait pas sur terre ! De toute façon, sur mer, les plus habiles dans le maniement des armes et des chevaux, les plus fidèles à un code chevaleresque sont forcément mal à l'aise ; enfin à l'arrière-plan se profilent d'une part l'impossibilité de fuir au galop, de trouver refuge derrière des murailles, et d'autre part le risque d'une mort ignoble, sans sacrement, sans sépulture, sans honneur" Ainsi on comprend que dans le Débat des Hérauts d'armes de France et d'Angleterre écrit vers le milieu du xve siècle le héraut français, agacé par son collègue britannique, énumère les raisons pour lesquelles la noblesse de France préfère la guerre de la terre à celle de la mer et finisse son argumentation par cette phrase qui , résumant toutes les autres causes exclut à la fois la mer et ceux qui en vivent :

  • 26 cf note 23. Dans Le Livre de la Description des Pays Gilles Le BOUVIER ne s'intéresse guère à la m (...)

.."Item, et la dure vie dont il faut vivre, qui n'est pas bien consonante a noblesse."26.

  • 27 A propos de la part prise par les marins boulonnais et picards aux côtés des marins normands dans (...)

20Le roi n'a pas souvent de bons amiraux et il n'a pas tellement confiance dans les marins normands ou picards27 ; les Gênois auxquels on fait appel au début de la Guerre de Cent Ans ont pris leurs quartiers d'hiver sur la côte des faubourgs de Boulogne jusqu'à Etaples, Saint-Josse et plus au Sud et leur présence n'a pas dû améliorer la réputation des gens de mer dans les deux comtés.

  • 28 cf KAPFERER, A-D, Banditisme, Roman, Féodalité : le Boulonnais d'Eustache le moine, in Mlanges PER (...)

21Si au xive siècle les exploits du corsaire boulonnais Jean Marant ont été célèbres, ils ne semblent pas avoir fait naître une légende comme ceux du pirate Eustache le moine au début du xiiie siècle; on pourrait peut-être l'expliquer en disant que la guerre sur mer est devenue alors un fait presque quotidien ou que le temps est alors moins épique, mais l'étrangeté d'Eustache, sans doute un chevalier et sûrement un exclu, suffirait à éclairer sa place dans la tradition orale, dans la littérature locale et dans les chroniques françaises ou anglaises médiévales28.

  • 29 cf KAPFERER, A-D, Banditisme, Roman, Féodalité : le Boulonnais d'Eustache le moine, in Mlanges PER (...)

22Eustache qui paraît avoir souvent terrorisé les habitants des rives de la Manche ou de la Mer du Nord, de l'île de Serk jusqu'à Sandwich, de 1204 à sa mort en 1217, est un exclu par excellence 29 peut-être exclu d'une communauté monastique bénédictine, exclu des serviteurs et de la compagnie vassalique du comte de Boulogne Renaud de Dammartin, exclu de son fief, exclu de l'espace boulonnais puis du royaume de France, et après quelques années au service de Jean sans Terre, exclu même du royaume d'Angleterre ; seuls des marins boulonnais et les membres de son lignage restent auprès de lui. Cet exclu issu sans doute des franges floues de la société noble et de la société rurale boulonnaises, un pirate dont le génie marin n'est pas certain, n'aurait peut-être pas retenu l'attention des conteurs de son pays ni quelque peu marqué les chroniqueurs, rien n'aurait fait de lui une figure quasi-démoniaque s'il n'avait été :

  • 30 Guillaume Le Breton, Gesta.., Rec.Hist.GetF, T.XVII.p.III.

"miles tam mari quam terra probatissimus"30

  • 31 Vers 2269, ms et op.éd.cités.Preux et fier ne se trouvent pas dans le même vers, mais aux vers 225 (...)
  • 32 Vers 2269, ms et op.éd.cités.Preux et fier ne se trouvent pas dans le même vers, mais aux vers 225 (...)

23C'est cette alliance de la mer et de la prouesse, de la mer et d'une noblesse, c'est cet ultime recours à la mer d'un homme qui a perdu son fief, qui ont pu étonner, voire scandaliser.il est venu "en haute mer"31 où le roman le dit "preux et fier", ce qui semble bien un tic d'écriture épique : dans le roman et dans l'histoire, il n'est ni preux ni tellement fier et ne se conforme en rien à l'éthique noble ; il se déguise, il ruse, il ment, il vole, c'est un brigand des bois avant d'être un pirate, c'est un félon, un homme en rupture avec tout ce qui participe au monde féodal du début du xiiie siècle. En face de la terre, des paysans, du christianisme, de la fidélité, de la courtoisie, du cheval et de l'épée, Eustache dans sa double vie littéraire et historique propose la mer, les marins, la magie, l'infidélité, le navire, l'absence d'amours32 et une mort ignominieuse :

  • 33 Chronique de l'Anon.de Laon,Rec.Hist G et F, T.XVIII, p719.

.."homo flagitiossimus..omni malitia plenus ut de nigro monacho nigrior demoniacus efficeretur.."33.

  • 34 Pour les récits de sa mort, cf notes 28, 29, op.cit.p 227.

24S'il mourut en mer, ce fut en fidèle du prince Louis, mais comme on raconta qu'il avait cherché à se cacher dans le bateau et que son corps fut probablement jeté par-dessus bord34 ceci ne put effacer cela ; néanmoins il apparaît bien que c'est la mer qui a donné à Eustache le moine une célébrité hors du comté, une réputation qui ainsi a pu à travers documents et roman parvenir jusqu'à nous alors que le félon réfugié dans les bois serait resté ignoré.

25Ce n'est pas seulement la guerre en mer que refusent les nobles, c'est aussi la mort en mer, c'est la tempête à laquelle on ne sait pas échapper : 1a mer fait peur et c'est cette peur que l'on ne veut pas connaître. Les marins de métier, les pêcheurs eux-mêmes n'ignorent pas l'angoisse de la mort en mer dont témoignent les pélerinages spécifiques, les bénédictions de la mer et des bateaux, les ex-voto ; ils savent que le naufrage collectif ou l'accident individuel, c'est la mort sans sépulture, l'exclusion probable de la communauté des saints, l'intégration au monde incertain des hommes péris en mer pour lesquels on dit des messes sans jamais savoir s'ils peuvent être sauvés. Mais le courage quotidien du peuple des pêcheurs n'est pas reconnu, celui des nobles est la marque de leur condition, aussi peut-on s'étonner dans le roman de La Fille du Comte de Pontieu d'entendre le comte s'écrier au retour de la croisade, alors que son bateau est pris par la tempête :

  • 35 La F/du CDP/Ms cité F°210, éd.cit.p.23. Pour les comtes de Ponthieu aux croisades, voir TOURTIER, (...)

.."De plus cruel mort ne poons nous morir que de noier."35

26(ce qui implique en l'occurrence de laisser dériver le navire à la garde de Dieu en espérant échouer sur la côte des Infidèles).

  • 36 Ms, éd.cités. Dès le xiie s se multiplient salutations, hymnes, litanies, mais la dévotion mariale (...)

27Lorsque le héraut d'armes français du Débat déjà cité annonce sentencieusement que l'on est plus en sûreté dans un port qu'au large sur la mer, il ne fait que traduire cocassement dans cette lapalissade les belles invocations à la Vierge qui font d'elle l'étoile de la mer, c'est-à-dire celle, comme l'a écrit Saint Thomas d'Aquin, qui montre le chemin du port à tous les égarés, le chemin du salut. Le Renclus de Mol liens, aux confins de l'Amienois et du Ponthieu, a joint dans son Miserere36 les mots qui disent l'horreur des tourmentes marines-à ceux qui disent l'allégresse des retours au port :

  • 37 Ms, éd.cités. Dès le xiie s se multiplient salutations, hymnes, litanies, mais la dévotion mariale (...)

"O tres clere estoile marine,
Entre les perius marinaus,
En ches tenebres nocturnaus,
Governe nous et enlumine.
..
O haus refui des essiliés,
Pors de salu as perilliés,
…………37

  • 38 TERTULLIEN, Du baptême, III-V. In CORBLET, J., Hist. du Sacrement du baptême ; P.1881, et SAINTYVE (...)
  • 39 TERTULLIEN, Du baptême, III-V. In CORBLET, J..Hist. du Sacrement du baptême ; P.1881, et SAINTYVES (...)
  • 40 BRUNET LATIN, Le Livre du Trésor, éd.partielle PAUPHILET Α., in Jeux et Sapience du Moyen Age, Par (...)
  • 41 cf RENAULD-KRANTZ, Struct. de mythologie nordique, Paris I972, p.73sq, et Anthologie de la poésie (...)
  • 42 cf RENAULD-KRANTZ, Struct.de mythologie nordique, Paris 1972, p.73sq, et Anthologie de la poésie n (...)
  • 43 Philippe de MEZIERES, Le Songe du Viel pélerin, Ed.G-W COOPLAND, Cambridge Univ.Pr.1969, p.248, Li (...)
  • 44 Cf les monstres marins contre lesquels Beowulf lutte, dans une geste mal christianisée, CREPIN Α., (...)

28En fait ce poème en forme de litanie exclut lui aussi la mer puisqu'il l'associe à tout ce que l'on doit fuir. Il ne s'agit pas seulement de peur d'une mort affreuse ou de peur de l'enfer mais de juste inquiétude en face d'un élément inconnu dont les "abîmes lugubres"38 ne peuvent être explorés alors qu'à sa surface "des esprits immondes (sont)répandus"39 ; les grottes et les gouffres de la terre cachent déjà des monstres, que penser alors des insondables profondeurs marines ? Lorsque Brunetto Latini dit que "Terre est ceinte et environnée de mer.."40, il n'énonce pas une vérité méditerranéenne et son érudition toscane rejoint toutes les mythologies du monde et de nombreux ouvrages didactiques du moyen âge ; or son affirmation géographique évoque par ses termes un enlacement inquiétant. Les mythes Scandinaves et celtiques, où la mer n'est pourtant pas terrifiante du tout, la peuplent d'étranges figures ; Odin aurait jeté à la mer un serpent dont la queue aurait aussitôt enveloppé de ses replis tous les pays du monde41 ; dans leur foisonnant jeu d'images et de mots les poèmes skaldiques disent de la mer qu'elle est le collier de la côte, la tresse de la terre, ce qui signifie encore enfermement et sinuosités42 ; la mer irlandaise est une enchanteresse plus lumineuse mais l'au-delà de ses îles n'est pas toujours rassurant et le picard Philippe de Mézières se fait l'écho de récits qui situent sur les routes océaniques de "merveilleuses fantosmes et diableries"43, à la croisée des légendes et des chemins scnadinaves et celtiques. Que le dragon païen soit devenu Satan maître des raz-de-marée et pilote de navires fantastiques44 ne pouvait amoindrir l'angoisse : si le navire disloqué, si le marin s'enfoncent dans la houle, qu'importe l'identité du portier de l'enfer ?

  • 45 Même les récits hagiographiques signalent cette entrave.

29Comment donc, dans ces conditions.intégrer à la société terrienne ces hommes prompts au blasphème et à la révolte qui prétendent maîtriser plus ou moins les techniques de la mer et en tirer des moyens de vivre (ou de survivre) ? Et le pire n'est-il pas qu'on ne peut se passer de ces gens-là ? Sur terre on peut affronter les périls sans intermédiaire, s'il est nécessaire : 1a traversée des forêts, des marais, des rivières est difficile, dangereuse parfois, mais même un solitaire peut la tenter..tandis que la traversée de la mer45 ? Eustache, fils de comte, recommandé par le roi d'Angleterre, doit parlementer à Douvres pour passer le détroit :

  • 46 Ch/Ch/Cy, ms cité, éd.citée, T.II, vers I247-I252, p.46.

.."Et est venus a Dovre, quant jors fut avesprés.
Assés avoit al port et galles et nés,
Et dist as maroniers que il i a trovés
Que il est mes al roi.tost soit outrepassés :
Al matin est li enfes a Vissant arivés :
De la nef est issus, si est acheminés,"46

  • 47 La place manque ici pour les citer. Voir Dinaux, op.cité p. 447.Pour le R/de la Vte/, οp cit.v.205 (...)

30Si les trouvères des deux comtés ou des régions voisines ne s'attardent pas à décrire la mer (alors qu'ils décrivent les bois, les fontaines, le printemps), c'est peut-être parce qu'ils ne la connaissent pas (c'est improbable, mais comment savoir ?), c'est surtout, semble-t-il, parce qu'en l'intégrant dans leur matière poétique ils craindraient de ne pas intéresser, voire même de déplaire. Ce que l'on a conservé de l'oeuvre de Simon d'Authie évoque la mer en quelques mots à peine, 47et si la Continuation de Perceval ou le Roman de la Violette de Gerbert de Montreuil (sur Mer !) font allusion aux périls de la navigation, c'est pour les comparer aux difficultés de vivre ou d'aimer et il n'est certes pas nécessaire d'avoir habité à quelques lieues de la mer pour trouver des associations poétiques aussi stéréotypées !

31Dans quelle mesure l'auteur anonyme d'une fatrasie artésienne n'a-t-il pas traduit un désir absurde de ses contemporains en écartant la mer du Pas-de-Calais ? :

  • 48 Attr.à Jean BODEL par JUBINAL Α., οp cité, pp 208-218 ?

(Traduit) .."Un ours emplumé
Fit semer en blé
De Douvres à Vissant.."48

  • 49 Lament. Ed.citée.LANGLOIS, Ch-V, op.cité, p.257.

32Et, à la fin du xiiie siècle, Mahieu de Boulogne, clerc et "bigame" désespéré de son état conjugal, ne laisse-t-il pas fort bien entendre tout le mal qu'il pense de la mer quand dans ses Lamenta il rapproche le mot "mari" de l'expression "un homme à la mer" ?49

33Par delà le mépris, l'humour ou le rejet, se découvrent la prière et le miracle ; par delà la tempête, le naufrage ou la mort, la mer peut proposer le hâvre, le salut, la sainteté. Bède le Vénérable raconte que le corps de Pierre, abbé de Canterbury, abandonné par le ressac sur la grève d'Ambleteuse, fut enterré à la hâte mais chaque nuit une lumière apparaissait sur sa tombe et on comprit que le noyé était un saint homme :

  • 50 BEDE le VENERABLE, Historia ecclesiastica gentis Anglorum, Ed. COLGRAVE B., et MYNORS, RAB ; Oxfor (...)

.."Donec animadvertantes vicini..et investigantes unde vel qui esset.abstulerunt corpus et in Bononia civitate..in ecclesia posuerunt.."50.

34Ainsi au début du viie siècle Saint Pierre d'Ambleteuse inaugure la série des miracles de l'eau du Boulonnais mais c'est Saint Omer qui, le premier, sauve un homme de la noyade dans l'estuaire de la Liane ; c'est en 636 que les moines de Notre-Dame de Boulogne ont placé l'arrivée de la barque miraculeuse.

  • 51 S'en remettre sur mer aux dieux ou à Dieu est de tous les temps, de tous les mythes, mais on pense (...)
  • 52 S'en remettre sur mer aux dieux ou à Dieu est de tous les temps, de tous les mythes, mais on pense (...)

35L'espace maritime est un lieu privilégié de miracles familiers aux gens de mer qui ne sont pas des exclus de Dieu51. Les condamnés eux-mêmes, les bannis, peuvent être épargnée si Dieu le veut. En dehors des récits hagiographiques , le Dit des Annelis et la Fille du Comte de Pontieu racontent comment on peut être sauvé de la mort en mer et il semble même que dans ces deux cas le double salut corporel et spirituel des deux femmes condamnées soit assuré par leur abandon à la mer52.

36Rappelons que dans le Dit la dame mariée et mère de famille

  • 53 JUBINAL, Α., οp cité, T.I, et DINAUX, A., op cité, T.III, p.473.

"Estoit de Bouloignois de moult noble gent née"53

37et qu'au cours d'un pélerinage à Saint-Jacques elle se laissa séduire par un chevalier fort entreprenant.Poussé par le père de la jeune femme, le seigneur boulonnais se décide à sévir et, ne pouvant se résoudre à la tuer, la livre à la mer et à Dieu dans une barque fragile. Sauvée par un noble qui la découvre sur une île où ses prières l'avaient conduite, elle refuse de l'épouser et se retire dans un monastère sur le chemin de Compostelle ; épiant les pélerins elle retrouve ses enfants et l'époux boulonnais qui lui pardonne ; les lourds anneaux qu'il avait rivés à. ses doigts tombent d'eux-mêmes mais elle refuse de partir : elle reste au monastère pour y mener "sainte vie". On retrouve certains éléments du Dit dans La Fille du Comte de Pontieu mais son crime, on le sait, est d'avoir tenté de tuer son mari témoin de son viol par des brigands ; c'est son père scandalisé, mis au courant par son époux, qui l'enferme dans un tonneau sur la grève près de Rue et l'ayant embarqué, le confie à la mer au large de la côte picarde. Pas question ici de voeu ou de prière, pas question d'île ni de noble sauveteur : des marchands aperçoivent le tonneau, s'en emparent, découvrent la malheureuse mourante et affreuse, lui redonnent santé et beauté pour enfin en faire cadeau au "soudan d'Aumarie" ; elle l'épouse mais au bout de quelques années les infidèles font prisonniers des croisés que la tempête a jetés sur leur côte, il s'agit de son charmant père et du reste de sa famille ; c'est elle qui leur pardonne et qui va les sauver de la prison et de la mort, c'est elle qui organise le retour dans le comté de Ponthieu en dupant le sultan mais ..en lui laissant sa fille, un des enfants qu'elle a eus de lui.

38Deux condamnations sur des initiatives de justice privée, familiale, deux exclusions maritimes. L'abandon à la mer peut paraître terrible mais c'est une manière pour les juges et bourreaux de "s'en laver les mains" : ils s'en remettent au jugement de Dieu dans la solitude marine ; le noble sauveur du Dit ou les marchands de la nouvelle sont en fin de compte des instruments de Dieu. Dans les deux récits il y a sauvetage et miséricorde, retrouvailles du bourreau et de la victime, pardon. Dans le Dit, la femme ayant véritablement péché, sa nouvelle vie est celle du repentir et de la pénitence dans un site éloigné du Boulonnais de sa première vie. Dans la nouvelle picarde l'épisode maritime semble provoquer un changement total de personnalité, de comportement, chez la fille du comte ; c'est une seconde naissance ou, plutôt, elle va vivre pour la première fois : elle est née dans le tonneau où elle fut trouvée mourante !

39En effet jusqu'à ce qu'elle soit jetée à la mer elle est une silhouette à peine esquissée derrière son père, son époux et mime derrière un demi-frère assez falot qui semble n'avoir été introduit dans le récit que pour accentuer 1'inexistence de sa soeur. On ne sait pratiquement rien d'elle, elle n'a pas de nom et elle ne prend aucune initiative (sauf quand elle veut tuer son mari, mais précisément elle échoue) ; elle ne questionne jamais, elle répond ; elle n'a pas d'enfant. Soudain l'éclairage tombe sur elle recroquevillée au fond de son tonneau ; elle va parler la première, questionner, décider de se remarier, avoir deux beaux enfants, duper tous les hommes qui l'entourent et diriger l'organisation du retour en Ponthieu : est-ce un miracle de la mer ? La mer est en tout cas le chemin qui mène d'une vie à une autre et le miracle est dans ce rôle presque continu de la mer qui rejette mais qui accueille, qui conduit les uns et les autres, les uns vers les autres, une mer active, bienveillante, en fin de compte pleinement intégrée à l'oeuvre, c'est-à-dire présente.

  • 54 Entre 1223 et 1285, cf note 7, p.220, Mél.PERR0Y, art.cité.
  • 55 C'est Baudouin qu'il retrouve à Tarse, cf.GUILLAUME de TYR, op.cité note la, et ALBERT D'AIX, ibid (...)
  • 56 C'est Baudouin qu'il retrouve à Tarse, cf.GUILLAUME de TYR, op.cité note 1a, et ALBERT D'AIX, ibid (...)

40Mais c'est une mer littéraire : elle connaît des tempêtes, mais on n'y meurt pas, des voiles dressées dans des "aubes resplendissantes" sans cal et sans gerçure aux mains mordues de sel, des mariniers courtois et dociles ; elle ignore les travaux sordides, les jurons, les morts accidentelles exclus de la fiction. Les hommes de la mer décidément n'intéressent pas. Eustache le moine paraît présenter une double exception : il est mort sur mer et son histoire a été racontée, mais était-il vraiment un marin ? Il était un exclu de la terre et, par ailleurs, si le roman le laisse périr en mer, n'est-ce pas parce qu'écrit peu de temps après 121754 il devait être dans une certaine mesure fidèle aux événements (sinon un repentir et un miracle auraient peut-être sauvé cet instrument du Diable) ? Le corsaire boulonnais Guinemer qui, avec sa flottille, retrouva en 1097 sur la côte de Cilicie Eustache, Godefroi et Baudouin55, les petits-fils du Chevalier au Cygne, est, quant à lui, fort mal connu : on ignore presque tout de lui malgré quelques allusions des chroniqueurs de la 1ère Croisade56 ; si quelques traits de son épopée maritime ont été chantés un moment dans son comté natal, la mémoire boulonnaise ne les a pas retenus, pas plus que les exploits d'un Jean Marant ou de n'importe quel autre homme corsaire ou marin-pêcheur qui ne sont pas matière littéraire ou historique : ils sont des exclus.

  • 57 Les sources, du xvie s.au début du xviiie s., témoignent d'une grande pauvreté. Ce littoral n'a pa (...)

41Mais par quel cheminement sémantique l'exclusion en est-elle venue parfois à évoquer non seulement vin rejet mais un enfermement ? "Clavis" est la clef ou le verrou que l'on brise pour exclure ou s'exclure soi-même, et peut-être pour "éclore". C'est en tournant le dos à tous les horizons bloqués de la terre et à tous les champs clos que l'on découvre la haute mer ce pouvait être une chance, mais Picards et Boulonnais de la frange littorale, soumis aux vents et aux marées, sont demeurés prisonniers d'une société et de pouvoirs bien terriens ; ils sont restés de pauvres gens, et lorsqu'au xvie siècle leur mer s'est ouverte pour d'autres sur des lointains océaniques ils se sont même retrouvés des exclus de l'aventure maritime57.

42++ : Cette étude recoupe des recherches historiques en cours sur les régions littorales des comtés de Boulogne et de Ponthieu au Moyen Age : non seulement elle ne concerne que les espaces précités mais encore elle suppose un choix obligatoire, elle est donc loin d'être exhaustive et, par exemple, n'inclut aucun élément se rapportant au commerce maritime.

NΟΤΕS

43Sigles, manuscrits et éditions utilisés pour les sources littéraires :

44R/E/le M/ : Roman d'Eustache le moine, BN, Ms fr 1553. Ed. MICHEL Fr, Paris 1834.Anonyme.xiiie s.

45R/de la Vte/ : Roman de la Violette, même ms=BN, Ms fr 1553.Ed.

46DOUGLAS LABAREE BUFFUM, Paris 1928.Gerbert de MONTREUIL. xiiie s.

47La C/de Pvl/ : La continuation de Perceval, BN, Ms fr 12576.Ed. MARY WILLIAMS, Paris 1925.xiiie s.Gerbert de MONTRl. ?

48La F/du C de P/ : La Fille du comte de Pontieu, BN, Ms fr 25462, E Ed.Cl.BRUNEL, Paris 1926 (cf pour fr 770). Anonyme. xiiie s (Ière version peut-être fin xiie ?)

49Ch/Ch/Cy : Chanson du Chevalier au cygne et de Godefroi de Bouillon ; la version qui intéresse le Boulonnais est la plus ancienne, celle du Ms fr 1621 de la BN.éd.C. HIPPEAU, Paris 1874-77 (le début du ms manquant, l'éditeur l'a remplacé par le début du Ms fr 105 !). De longs passages de La C/de Pvl/ reprennent des thèmes de cette Ch/Ch/Cy. Cette version serait de la fin du xiie s ou du début du xiiie s (cf DUPARC-QUIOC, S., Le cycle des croisades, Paris 1955). Anonyme ? Un certain "Renaut".

50Miser. : Miserere du RENCLUS de MOILIENS, même ms que La F/du CdP BN fr 25462 (il n'est pas inintéressant de remarquer que ledit ms se trouvait dans le Boulonnais au xiiie s , cf des notes marginales placées au F° 216v° et en Picardie au xvie s.) Ed.G-A. VAN HAMEL, PARIS 1885. xiiie s.

51Lam/Math : Livre des Lamentations de Matheolus, Ms Utrecht Scipt lat.65 (je n'ai pas pu le consulter) Ed.Van HAMEL Paris 1892. La traduction du xive s de Jean Le FEVRE est sans intérêt pour notre sujet ; elle est incomplète, infidèle.

52Pour Le Dit des Annelés, Simon de Boulogne, Simon d'Authie, etc.. j'ai utilisé diverses éditions cf :

53DINAUX.A., Trouvères, Jongleurs et Ménestrels, T.III, 1843

54JUBINAL, A., Nouveau recueil de contes, dits.., T.I, 1839 (Dit des Annelés -BN Ms 198, fonds N-D) et Nouveau Recueil, Paris 1842

Notes

1 a, GUILLAUME de TYR, Historia rerum in partibus transmarinis gestarum, trad. Histoire d'Eracles, Rec.Hist.Cr.Occid.T.I, L.III, ch.23, p.146.- b, Anonyme de BETHUNE, BN, Nv Acq fr 6295 F°62 v°.-c, nom d'un des petits taillables (l2 d.) de Boulogne, dans le rôle urbain de la taille, registre des comptes de Sept.1415/ Sept.1416, Arch.Nat.KK 280, F° 1 sq.
Dans les sources littéraires, peu nombreuses il est vrai, rien ne rappelle les descriptions maritimes du Tristan de Thomas ou du Roman de BRUT, par exemple.

2 Ailleurs, outre les recherches menées pour le ponant dans les universités normandes, bretonnes ou aquitaines, on doit rappeler les travaux du Séminaire d'Histoire Maritime dirigé à l'Ecole des Hautes Etudes par Michel MOLLAT du JOURDIN.

3 Il semble qu'en Bretagne les sources médiévales soient tout aussi laconiques (au moins jusqu'au xiiie s.).

4 Ms et éd.cités.Version plus boulonnaise que les autres, plus tardives ; sur 12323 vers de l'éd.HIPPEAU, 1679 sont consacrés exclusivement au comte Eustache (II) et à l'enfance ou à l'adolescence de son fils Eustache (III) ; des toponymes boulonnais sont cités 80 fois, contre 26 top. du Nord, 54 de l'Empire, 16 d'Anglet.

5 Aucun de ces récits néanmoins ne baigne autant dans une atmosphère marine, à la fois magique et chrétienne, que les récits celtiques, bien que parfois ils se recoupent (St Kilien, St Josse.)

6 Ou l'outre-mer, de la Scandinavie à l'Irlande, au Portugal (dont un roi a été comte de Boulogne) à la Terre Sainte.

7 Auxquelles sont liés des pélerinages, des processions, comme à Crémarest pourtant situé à l'intérieur des terres.

8 Même si "La Picardie tourne le dos à la mer"(FOSSIER. R., L La terre et les hommes en Picardie, Paris-Louvain 1968, p.5), 1e commerce maritime médiéval des estuaires fut actif longtemps. L'histoire du comté de Boulogne (qui n'est guère picard) a par ailleurs été trop étudiée du point de vue du royaume de France.

9 MOLLAT, M., Les hôtes de l'abbaye de Bourbourg, Mélanges Louis Halphen, Paris 1951, pp. 513-521.

10 Nombreux procès, cf ceux des communes de Noyelles, de Ponthoiles, du Marquenterre, avec leurs seigneurs (Ms 164 Bibl. d'Abbeville : recueil concernant les mollières..) Cueilloirs de l'Hôtel-Dieu de Montreuil (Arch.hospit. de Mtl) Cueilloir de Notre-Dame de Bgne (Arch.Dép.PdeC, par ex. G61 F°39v° : "une saunerie qui soulloit contenir une mesure mais a présent n'en a environ que ung quarteron parce que la mer y a gaigné le reste.." (Bailliage d'Outreau, début xvie s).) Les droits de pâture sur les dunes sont liés en général à l'interdiction d'arracher des oyats ; les galières fournissaient des galets qui, entre autres usages, servaient à renforcer les murs.

11 cf note 10.

12 Philippe Auguste a renoncé à ce droit d'épave en 1187 (BN Moreau, Vol.89, F°192 : "consuetudinem que Lagannus vocatur.."). Le mot est employé dans La F/du CdeP/ : "Il vinrent devant Aumarie tot a lagen", Ms cité, F°210, Ed.cit.p.23.0n pourrait évoquer aussi le problème des villages et des bonnes terres ensablés.

13 L'insoumission des pêcheurs apparaît dans le nombre de pélerinages judiciaires qui les concernent. Par ailleurs la clandestinité dans le travail a toujours été honnie au Moyen Age.

14 GUERARD,B., Cartulaire de l'abbaye de Saint-Bertin, Paris 1841, pp.349-350, Pars tertia.Simonis continuatores.Cette affaire concerne les pêcheurs du Boulonnais à double titre : 1a cote est proche et le comte de Flandre est "tutor Ide comitisse neptis sue".L'affaire se termina par un compromis, en 1180.

15 GUERARD.B., Cartulaire de l'abbaye de Saint-Bertin, Paris 1841, pp.349-350, Pars tertia, Simonis continuatores. Cette affaire concerne les pêcheurs du Boulonnais à double titre : 1a cote est proche et le comte de Flandre est "tutor Ide comitisse neptis sue". L'affaire se termina par un compromis, en 1180.

16 Les pêcheurs d'eau douce, présents plus souvent dans les sources litt.ou diplom., manifestent parfois aussi un esprit de contestation qui touche au sacrilège (cf De Dieu et dou pescour, de GAUTIER LE LEU, un hennuyer ? , étudié par LANGLOIS Ch-V, La vie en France au Moyen Age, ..d'après les moralistes..T.II, pp.378 sq)

17 Arch.Dép.Nord, B 549, 15112 ; Β 530, 15130, 15135, etc.. : ces documents fournissent de nombreux renseignements sur les marins de la région et les relations avec "ceux d'en face"(Rye, Winchelsea). Seule la guerre, on l'a dit, éclaire un peu le monde des pêcheurs.

18 Bgne ne fournit rien, ou si peu, lors des prélèvements fiscaux des ducs de Bourgogne. Pourcentages étudiés d'après AN, KK280.

19 cf, par ex.Echange entre Robert, comte, et Laurent, abbé de N-Dame, Janvier 1315, cité par HAIGNERE.D..Mém.Sté Acad.Bgne, 1882-86.

20 cf Coutumes locales, in Coutumier Général, Paris 1724, T.I.

21 In acte du 26 Juin 1494, Ch.VIII, éd.THIERRY, A., in Mon.Hre du Tiers Etat, T.IV, p.722 (à propos, avouons le, des pêcheurs de St-Valery-sur-Somme qu'il a fallu écarter de cette étude malheureust-) ! )

22 Pour mieux comparer avec la guerre sur terre, on peut voir CONTAMINE, Ph., Guerre, Etat et société à la fin du M-A.., Paris-La Haye 1972, et, évidemment, HUIZINGA, J., Le Déclin du M-A, éd.67, p98sq.

23 Débat des Hérauts d'Armes de France et Angleterre, éd.PANN PANNIER-MEYER, Paris 1887, p.33.Cité in Huizinga.op cité, p.109.

24 Les Vénitiens en particulier.

25 cf note 23. Dans Le Livre de la Description des Pays Gilles Le BOUVIER ne s'intéresse guère à la mer (Ed.HAMY, TH, 1908)

26 cf note 23. Dans Le Livre de la Description des Pays Gilles Le BOUVIER ne s'intéresse guère à la mer (Ed.HAMY, TH, 1908)

27 A propos de la part prise par les marins boulonnais et picards aux côtés des marins normands dans les événements de cette époque : LA RONCIERE, Ch.de, Quatrième guerre navale entre la Fr. et l'Angl.Paris 1898, et La marine au siège de Calais, Nogent 1898.

28 cf KAPFERER, A-D, Banditisme, Roman, Féodalité : le Boulonnais d'Eustache le moine, in Mlanges PERROY, Paris I973, p.220sq.

29 cf KAPFERER, A-D, Banditisme, Roman, Féodalité : le Boulonnais d'Eustache le moine, in Mlanges PERROY, Paris I973, p.220sq.

30 Guillaume Le Breton, Gesta.., Rec.Hist.GetF, T.XVII.p.III.

31 Vers 2269, ms et op.éd.cités.Preux et fier ne se trouvent pas dans le même vers, mais aux vers 2250 et 2270, ibid. Les vers 1900/1901 signalent sa femme et sa fille "otages" en Angleterre, ce que confirme une lettre patente de Jean sans Terre de Juin 1216 (Th.D.HARDY, Rotuli pat.Londres 1835, p.144).

32 Vers 2269, ms et op.éd.cités.Preux et fier ne se trouvent pas dans le même vers, mais aux vers 2250 et 2270, ibid. Les vers 1900/1901 signalent sa femme et sa fille "otages" en Angleterre, ce que confirme une lettre patente de Jean sans Terre de Juin 1216 (Th.D.HARDY, Rotuli pat.Londres 1835, p.144).

33 Chronique de l'Anon.de Laon,Rec.Hist G et F, T.XVIII, p719.

34 Pour les récits de sa mort, cf notes 28, 29, op.cit.p 227.

35 La F/du CDP/Ms cité F°210, éd.cit.p.23. Pour les comtes de Ponthieu aux croisades, voir TOURTIER, Ch. Les comtes de P. avoués de St-Riquier aux crois., pp.105-137, in Saint-Riquier, études concernant l'abbaye..St-Riqu.1962, et LABANDE E.R., Baudouin de Sebourc, Paris 1940.- Enfin DUPARC-QUIOC,S.op cité note Ch/ch/Cy.

36 Ms, éd.cités. Dès le xiie s se multiplient salutations, hymnes, litanies, mais la dévotion mariale est plus ancienne

37 Ms, éd.cités. Dès le xiie s se multiplient salutations, hymnes, litanies, mais la dévotion mariale est plus ancienne

38 TERTULLIEN, Du baptême, III-V. In CORBLET, J., Hist. du Sacrement du baptême ; P.1881, et SAINTYVES P.Corpus du folklore des eaux en France et dans les col.frses, Paris 1934, p.144 sq.

39 TERTULLIEN, Du baptême, III-V. In CORBLET, J..Hist. du Sacrement du baptême ; P.1881, et SAINTYVES P.Corpus du folklore des eaux en France et dans les col.frses, Paris 1934, p.144 sq.

40 BRUNET LATIN, Le Livre du Trésor, éd.partielle PAUPHILET Α., in Jeux et Sapience du Moyen Age, Paris 1941, p.760.

41 cf RENAULD-KRANTZ, Struct. de mythologie nordique, Paris I972, p.73sq, et Anthologie de la poésie nordique ancienne, Paris 1964, citations de vers du ixe s (p.137) et xie s (p.239).

42 cf RENAULD-KRANTZ, Struct.de mythologie nordique, Paris 1972, p.73sq, et Anthologie de la poésie nordique ancienne, Paris 1964, citations de vers du ixe s (p.137) et xie s (p.239).

43 Philippe de MEZIERES, Le Songe du Viel pélerin, Ed.G-W COOPLAND, Cambridge Univ.Pr.1969, p.248, Livre Ι, F° 55v°.

44 Cf les monstres marins contre lesquels Beowulf lutte, dans une geste mal christianisée, CREPIN Α., Les expéditions de Beowulf, in SENEFIANCE 2 1976 : Voyage, quête.., pp 157-167.

45 Même les récits hagiographiques signalent cette entrave.

46 Ch/Ch/Cy, ms cité, éd.citée, T.II, vers I247-I252, p.46.

47 La place manque ici pour les citer. Voir Dinaux, op.cité p. 447.Pour le R/de la Vte/, οp cit.v.205/224 et C/de Pvl/,v.10620sq.

48 Attr.à Jean BODEL par JUBINAL Α., οp cité, pp 208-218 ?

49 Lament. Ed.citée.LANGLOIS, Ch-V, op.cité, p.257.

50 BEDE le VENERABLE, Historia ecclesiastica gentis Anglorum, Ed. COLGRAVE B., et MYNORS, RAB ; Oxford 1969, p.116 (l, 33)

51 S'en remettre sur mer aux dieux ou à Dieu est de tous les temps, de tous les mythes, mais on pense aux immrama.

52 S'en remettre sur mer aux dieux ou à Dieu est de tous les temps, de tous les mythes, mais on pense aux immrama.

53 JUBINAL, Α., οp cité, T.I, et DINAUX, A., op cité, T.III, p.473.

54 Entre 1223 et 1285, cf note 7, p.220, Mél.PERR0Y, art.cité.

55 C'est Baudouin qu'il retrouve à Tarse, cf.GUILLAUME de TYR, op.cité note la, et ALBERT D'AIX, ibid.T.IV, L.III, ch14, P. 348-349. Parmi ses compagnons, des Flamands, des Frisons, des Seves ?

56 C'est Baudouin qu'il retrouve à Tarse, cf.GUILLAUME de TYR, op.cité note 1a, et ALBERT D'AIX, ibid.T.IV, L.III, ch14, P. 348-349. Parmi ses compagnons, des Flamands, des Frisons, des Seves ?

57 Les sources, du xvie s.au début du xviiie s., témoignent d'une grande pauvreté. Ce littoral n'a pas vécu alors "au rythme de l'Atlantique" (titre du chap.VII in Histoire de la Bretagne et Documents.., sous la direction de Jean DELUMEAU, 1969-I971).

Auteur

Université de Picardie

© Presses universitaires de Provence, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540