Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exclus et systèmes d’exclusion dans la littérature et la civilisation médiévales

Le rôle de l'ermite chez Béroul, Eilhart et les dérives du Tristrant allemand

Danielle Buschinger

Texte intégral

  • 1 Il n'est mentionné ni par le Roman en prose française, où Marc enlève Iseut dans la forêt un jour (...)
  • 2 op.cit., p.257·
  • 3 cf.E.Hoepffner, La Folie Tristan de Berne, pp. 12/9. Nous avons émis l'hypothèse que Fb dérivait a (...)
  • 4 L'orthographe du nom n'est pas uniforme dans les manuscrits du Tristrant (ms.de Dresde, v.4804 : U (...)

1Le fait est connu : chez les deux témoins de la version dite "commune" du Roman de Tristan1, un ermite intercède auprès de Marc pour obtenir de lui le pardon de Tristan et d'Iseut exilés dans la forêt et leur retour à la cour. Cet ermite, dont le rôle n'est pas sans rappeler, ainsi que le souligne notamment Jean Frappier2, celui d'Oengus, personnage surnaturel qui, dans le récit irlandais d'aithed, Diarmaid et Grainne, dont on connaît les ressemblances avec l'Estoire, sauve Grainne et fait la paix entre Pinn et les amants, est dans le Roman de Tristan le garant de la loi morale et de la loi religieuse, l'un des représentants du monde auxquels se heurtent Tristan et Iseut. Il se nomme Ogrin chez Béroul, Ugrim dans la Folie de Berne, issue du poème de Béroul3, Ugrim chez Eilhart et ses dérivés4 : Roman en prose (p) -1ère édition en 1484-, le poème tchèque (Č) -2ème moitié, voire dernier tiers du 14ème siècle-, la tragédie de Hans Sachs, fondée sur P, Tragedia mit 23 personen. von der strengen lieb herr Tristrant mit der schönen königin Isalden, unnd hat 7 actus (Tragédie avec 23 personnages et en 7 actes du grand amour du seigneur Tristrant et de la belle reine Isalde) -1553-.

2Cependant, si chez Béroul d'une part, et Eilhart de l'autre, le résultat de l'entremise de l'ermite est le même (c'est, à l'issue de la vie dans la forêt qui représente un paroxysme dans le conflit entre les amants et le monde, leur réinsertion dans la société dont l'amour-passion dû au philtre les avait exclus au moins dans la phase ultra-active du boire, leur réintégration dans le cadre social qui est le leur de droit), en revanche, les moyens d'y parvenir divergent. C'est ce que dans un premier temps nous allons examiner, nous demandant ensuite dans quelle mesure les dérivés d'Eilhart demeurent fidèles à leur modèle.

***

  • 5 Au sujet de la place de cette première visite d'après Béroul et Eilhart, voir T.E.v.O., pp.471/2.

3Dans les deux poèmes, les amants rendent une seconde visite à l'ermite dès qu'ils échappent à l'influence du philtre -ils l'avaient rencontré une première fois, d'après Béroul, au début de leur vie dans le Morrois, d'après Eilhart, après avoir été surpris par Marke5- : ils ne peuvent plus supporter leur dure vie dans la forêt et décident de se séparer. Chez Béroul, c'est pour demander à Ogrin un conseil sur la manière dont ils pourraient se réconcilier avec Marc, qu'ils vont le trouver. Chez Eilhart, Tristrant, au contraire, désire recevoir d'Ugrim l'absolution qu'il lui avait refusée lors de sa première visite et il sait que pour cela il doit rendre Isalde au roi. En effet contrairement à ce qui se passe dans le poème français où c'es par hasard, "par aventure" (v.1363), que les amants, au début de leur séjour dans le Morrois, arrivaient chez Ogrin, chez Eil hart Tristrant se rendait chez lui pour se confesser. Or, Ugrim refusait de l'absoudre et de lui donner une pénitence tant qu'il ne renoncerait pas à la reine. Maintenant, la situation est changée : Tristrant est prêt à obéir à l'ermite.

4Et nous touchons là du doigt la différence essentielle entre les deux oeuvres : dans le poème allemand, Tristrant sollicite de l'ermite l'absolution que celui-ci a le pouvoir de lui donner. En effet, Eilhart présente Ugrim comme le confesseur attitré du roi Marke :

V.4702 sqq. "Or, habitait non loin de là un brave ermite qui était confesseur du roi Marke. De toute mauvaise action qu'il avait faite il venait faire pénitence auprès de lui : Ugrim était le nom de ce brave homme."

5Deux questions se posent alors : pourquoi Tristrant désire-t-il se confesser et pourquoi Marke s'adresse-t-il à un ermite, religieux non ordonné, peut-être simple laïc, administrant les sacrements à la place du clergé ?

6La réponse à ces deux questions se trouve, nous semble-t-il, dans le fait que, au contraire de ce qui se passe dans le Tristan français, nulle part dans l'oeuvre allemande Tristrant n'invoque le philtre pour se justifier auprès d'Ugrim et il n'y a nulle trace d'un quelconque soutien apporté par Dieu aux amants qui, eux, ne font jamais appel à la miséricorde divine pour nier leur culpabilité.

***

  • 6 Cette demande d'escondit est complémentaire du serment ambigu que prononce Iseut lors du Rendez-vo (...)
  • 7 op.cit., p.443. Même si on peut expliquer partiellement le saut de Tristan de façon naturelle et r (...)

7Dans l'oeuvre française, Tristan et Iseut fondent constamment leur amour sur le philtre et prennent ce dernier pour excuse en affirmant leur irresponsabilité. D'un autre côté, le héros de Béroul, convaincu de son innocence et de la protection divine, demande constamment l'escondit (citons pour cet épisode les vers 2227 sqq., 2568 sqq., 2854 sqq. Cette demande est un thème fondamental qui revient tout au long du fragment de Béroul depuis la scène du Rendez-vous épié, ainsi aux vers 150 sqq.)6, et Ogrin donne au saut de Tristan le sens d'une ordalie : comme les amants, il est intimement persuadé que Dieu lui-même a accordé son aide à Tristan, que c'est la Providence, ou, pour reprendre l'expression de Jean Frappier7, "la bonté divine (…) [qui a sauvé les amants] miraculeusement, alors que Marc les avait condamnés à périr", et le saut de la chapelle, à ses yeux, prend véritablement valeur de jugement de Dieu (v.2380/7 et 2583/4) et doit donc servir à disculper Tristan de toutes les accusations portées contre lui : il conseille au héros de provoquer tout chevalier qui affirmerait que ses relations avec la reine sont entachées de péché, car il sait bien que nul n'osera affronter Tristan, le protégé de Dieu (2366/70 et 2372 sqq.). Bref, c'est parce qu'Ogrin voit en Tristan le protégé de Dieu qu'il prête son soutien aux amants. Il écrit, au nom du héros, une lettre qu'il ne signe pas (jamais d'ailleurs Marc ne sera au courant de sa démarche), il s'efface derrière Tristan : celui-ci est seul en cause et il fonde son système de défense sur le saut prodigieux qu'il a accompli et l'aide que Dieu lui a apportée, son garant est Dieu lui-même. De fait, la reine est justifiée simplement parce que Tristan en appelle à la justice divine : il suffit aux barons de Marc d'entendre le défi que leur lance le héros pour être convaincus de l'innocence de la reine et pour conseiller au roi de reprendre son épouse (2625 sqq.).

***

8Au contraire, le Tristrant allemand, ne mettant pas l'ermite au courant du philtre, ne rejetant pas sa responsabilité sur le boire et ne demandant pas l'escondit (Ugrim ne donnera pas non plus à son saut le sens d'une ordalie), est obligé de se confesser pour amener Ugrim à intercéder pour lui et la reine auprès du roi : il faut que les amants regrettent leur conduite passée et affirment éprouver du remords (v.4760 sqq.) -même s'il n'est qu'affecté- pour que l'ermite leur accorde son aide et leur serve de médiateur auprès de Marke. C'est pourquoi Ugrim impose au héros une vraie confession qui n'est pas nécessaire chez Béroul puisque le héros affirme ne pas être coupable et qu'il est justifié par Dieu lui-même : il demande à Tristrant s'il regrette d'avoir commis de nombreux péchés avec la reine (4755/9). Le héros donne une réponse affirmative (4760) ; sur quoi l'ermite prescrit le comportement qui convient, il prescrit la pénitence : Tristrant est-il prêt à rendre Isalde au roi ? (476l) Le héros consent à faire ce que lui demande Ugrim. Et celui-ci aussitôt joue son rôle de médiateur : il écrit la lettre au roi où il lui enjoint d'agir selon sa volonté.

9On découvre ainsi chez Eilhart toutes les formes extérieures du sacrement de pénitence, toute la dialectique de la confession. Au reste, le rôle de l'ermite consiste en fait à appliquer les modalités de la pénitence : une fois que le pécheur a confessé ses péchés et a reconnu éprouver du remords, il faut l'empêcher de retomber dans le péché. Aussi Ugrim aide-t-il Tristrant à rendre Isalde au roi et, par là, à revenir sur le droit chemin.

10De plus, puisque l'ermite ne considère pas le saut de Tristrant comme une ordalie, il n'a pas la possibilité d'échafauder sur lui tout un plan d'action destiné à abuser Marke. Enfin, il ignore tout du philtre : il ne peut donc affirmer que la vie de Tristrant et d'Isalde est exempte de tout péché, et le héros ne peut demander l'escondit. En conséquence, comme Tristrant ne peut clamer l'innocence de ses rapports avec la reine en se couvrant de sa revendication de se justifier en combat singulier et en prenant Dieu pour garant, il est incapable d'agir seul, il a besoin d'un intermédiaire. Bref, dans le poème allemand, le rôle majeur dans la réconciliation entre Marke et la reine est dévolu à l'ermite : c'est lui le garant de Tristrant, c'est lui qui écrit au souverain, le héros s'efface derrière lui.

11D'autre part, c'est en tant que confesseur de Marke, en tant que son tout-puissant et autoritaire directeur de conscience qu'il s'adresse à Marke en lui proposant un véritable marché : il lui remettra ses péchés à condition qu'il fasse selon sa volonté, c'est-à-dire qu'il reprenne Isalde, et c'est au nom de Dieu et de l'amour divin qu'il l'en conjure : le roi joue son salut éternel (4806 sqq. et 4844 sqq.).

***

  • 8 P fait lire la lettre au roi lui-même, cependant du 12 ème au 15 ème siècle l'instruction a fait d (...)

12Il n'est pas interdit de voir dans l'oeuvre d'Eilhart des allusions à l'actualité : on sait que de 1159 à 1177 un schisme divisait l'Église Romaine. Frédéric Barberousse et quelques-uns de ses vassaux, dont Henri le Lion, protecteur d'Eilhart, prennent le parti de l'anti-pape, Victor IV et de ses successeurs, contre Alexandre III qui, le 24 mars 1160, excommunie l'empereur, 1'anti-pape et tous ceux qui favorisaient le schisme. Ce n'est que le 24 juillet 1177 que Barberousse se réconcilie avec l'Église Romaine, après sa rupture avec Henri le Lion en 1176. Or, en période d'excommunication du souverain, l'Empire est mis sous interdit et toutes les cérémonies du culte y sont suspendues, si bien qu'on voit certains ermites non ordonnés donner l'absolution à la place du clergé séculier. On pourrait alors penser que le roi Marke, voulant échapper à l'excommunication papale, s'adressait, non au chapelain, mais à l'ermite Ugrim pour se confesser, justement parce que, à l'image de ce qui se passait à la cour où Eilhart travaillait, le chapelain, partisan du pape, appliquait l'interdit et refusait de lui administrer les sacrements. De fait, dans toute cette partie de l'oeuvre d'Eilhart, il n'y a pas de chapelain auprès de Marke, au contraire de ce qui se passe chez Béroul, et pourtant c'est bien le chapelain, à peu près le seul homme à savoir lire à cette époque, qui aurait dû faire lecture àu souverain de la missive de l'ermite : or, dans les deux manuscrits du poème, l'identité de celui qui communique à Marke le message d'Ugrim n'est pas spécifiée : 4842 "On lut la lettre sans tarder", 4862/4 "Lors le noble héros se tut. Quand on eut fini de lire la lettre"8.

13Cependant, cette hypothèse ne permet de répondre en partie qu'à la seconde question posée et aucunement à la première. Il est en conséquence préférable de nous rallier à une autre thèse qui, elle, permettrait d'expliquer de façon satisfaisante l'absence complète, dans le poème allemand, du soutien apporté par Dieu aux amants et de la confiance qu'ils ont, quant à eux, dans la miséricorde divine.

  • 9 cf.T.E.v.O.

14On peut supposer en effet que ce sont des considérations d'ordre religieux qui ont amené Eilhart, par égard pour l'entourage du duc de Saxe à l'orthodoxie assez pointilleuse, malgré le schisme, à ne pas immiscer Dieu dans cette histoire d'adultère, donc à supprimer toute référence à la miséricorde du Ciel et à la protection divine dont jouissent les amants dans l'oeuvre de Béroul et dans celle de Thomas (dont nous avons montré9 qu'ils procédaient du même poème que le Tristrant allemand).

15Par conséquent, il a été contraint de remodeler entièrement le personnage de l'ermite, de changer le rôle que celui-ci jouait dans sa source. Ne pouvant en appeler à l'aide de Dieu pour obtenir de Marke le retour en grâce d'Isalde, Tristrant devait recourir à l'aide d'un homme doté d'un grand pouvoir auprès du roi : ce sont ces considérations qui auront amené Eilhart à faire de l'ermite le confesseur et directeur de conscience de Marke. D'autre part, pour qu'Ugrim intervienne auprès de Marke, le poète allemand impose une véritable confession à Tristrant. On le voit, le rôle de confesseur est absolument nécessaire à l'action.

16Il convient maintenant d'examiner le rôle de l'ermite chez les dérivés d'Eilhart.

***

17Si Č 4837/42 s'accorde avec Eilhart pour dire qu'Ugrim est à la fois ermite et confesseur du roi, le prosateur ajoute qu'Ugrim est prêtre (1.2559). C'est selon toute vraisemblance parce qu'il était choqué de voir un ermite, qui est un religieux non ordonné, administrer à Marke le sacrement de pénitence, que le prosateur en a fait un prêtre. Au reste, il met plus que le poète l'accent sur sa piété et l'exemplarité de sa vie (2560 et 2562).

18Dans la Prose (2592) comme dans le poème et la traduction tchèque (4884), Tristrant retourne auprès d'Ugrim pour qu'il lui remette ses péchés, ce qu'il avait refusé la première fois (P 2564/6 et Č 4847/8). Le prosateur explicite, comme il le fait souvent, la pensée du poète : là où nous lisons chez Eilhart : Tristrant "dit qu'il regrettait de n'avoir pas fait ce dont il l'avait prié" (4744/6), P est plus précis : Tristrant affirme regretter de ne pas avoir rendu la dame au moment où Ugrim le lui avait ordonné et demandé (2593/4)· Au reste, c'est cette idée qui domine par la suite ; en effet, on doit noter que le prosateur respecte beaucoup moins que le poète la dialectique de la confession : il importe apparemment au prêtre surtout que Tristrant regrette d'avoir gardé si longtemps la reine avec lui (2600/1) -alors que dans le poème l'ermite demande à Tristrant s'il se repent des péchés (H) ou des mauvaises actions (D) qu'il a commis avec la reine-, et Tristrant affirme que son plus grand sujet de plainte est de ne pas avoir rendu Isalde au roi depuis longtemps -tandis que chez Eilhart, du moins en H, Tristrant affirme se repentir de ses péchés. En effet, nous devons souligner que dans ce passage, P est plus proche de D que de H : Comparons H 4755 "Ugrim, le brave homme, demanda alors à Tristrant s'il regrettait bien tous les péchés qu'il avait commis avec la noble dame. Tristrant dit : "Je m'en repentirai toujours."-"Veux-tu alors la rendre ?"-"Oui, volontiers", dit le héros."

19D "Ugrim, le brave homme, demanda alors à Tristrant s'il se repentait de toutes les mauvaises actions qu'il avait commises avec la dame "et veux-tu la rendre au roi ?"-"Oui", dit le noble héros." et Ρ 2600 "Il demanda à messire Tristrant s'il se repentait d'avoir gardé la dame si longtemps auprès de lui et s'il voulait la rendre. Il répondit : "Oui", il le ferait volontiers et dit que c'était d'ailleurs son plus grand sujet de plainte qu'il ne l'eût point fait depuis longtemps."

20Le prosateur qui prend ses distances par rapport à cette histoire qui doit paraître immorale à ses lecteurs (on le voit notamment à la fin de l'oeuvre où il oppose l'amour terrestre de Tristrant et d'Isalde, sur le triomphe duquel il refuse de terminer, à l'amour divin et met en garde les jeunes gens et les dames de son entourage, les conjurant de ne pas imiter les amants), ne veut sans doute pas qu'Ugrim remette ses péchés à Tristrant. La seule chose qui lui importe, c'est que le héros soit prêt à rendre Isalde à Marke.

21Au contraire, Č est plus fidèle à l'esprit d'Eilhart, et on remarque que, pour la seconde visite des amants chez l'ermite, sa leçon concorde avec celle de H : Ugrim exige de Tristram une vraie confession :

4897 Selon l'usage chrétien, Ugrim interrogea
Tristram sur des péchés de toutes sortes,
lui demandant s'il se repentait aussi
de l'adultère.
Tristram dit : "Je m'en repens."
Il commença aussi à le regretter lui-même.
Ugrim dit : "Si tu veux le salut éternel,
tu dois faire ce que je te dis :
rends-la à son mari /…/."
4907 Tristram dit avec tristesse :
"Je le ferai volontiers."

  • 10 cf. l'ouvrage de Bamborschke, Teil I, pp.99 sqq.
  • 11 id.,p. 107.

22Néanmoins, même si les termes sont fort proches de ceux de H, on note que le traducteur tchèque, qui au reste donne à l'ermite le nom de "messager de Dieu" (4891), accentue le caractère religieux de la scène. Ceci est une marque générale de son œuvre10. C'est ainsi qu'il précise que c'est le jour de Pâques (4843) -alors que dans le poème c'est "un jour" (4709)- que le héros parvient pour la première fois près de la maisonnette d'Ugrim, et il ajoute que c'est par hasard (4844) -comme Béroul (1363)- Puis, comme chez Eilhart, Tristram veut se confesser (4845/6).Il est manifeste que le poète tchèque, un clerc, a voulu mettre l'accent sur le miracle qui se produit le jour de Pâques (en 1215, la confession avait été rendue obligatoire au moin ; une fois par an, en principe à Pâques). De plus, en Č 4855/6, Tristram dit à Ugrim qu'il est victime de la "fatalité divine" :c'est pourquoi ils ne peuvent tous deux renoncer à leur amour. Cependant, le poète tchèque n'a fait là que mettre dans la bouche d'un personnage, comme il le fait presque toujours11, ce que disait Eilhart dans un commentaire : "Pourtant le héros valeureux n'était pas en état de faire ce que lui demandait Ugrim : il partit sans absolution. Il ne pouvait se passer d'Isalde à cause de la violence de l'amour" (4720/5), ce qui l'amène à faire imputer par Tristram à la fatalité divine, c'est-à-dire à une force qui le dépasse, ce que l'auteur allemand attribue à la violence de l'amour contre laquelle les amants ne peuvent rien non plus. Par ailleurs, pas plus que dans le poème, il n'invoque le philtre pour sa défense.

  • 12 cf.A.Brandstetter, Prosaauflösung, Studien zur Rezeption der höfischen Epik im frühneuhochdeutsche (...)

23Pour la suite, P est fort proche du poème. Même si P, qui donne le contenu de la missive au moment où Ugrim l'écrit, laisse Marke libre de venir chercher Isalde lui-même12 : 2609/10 "Si tu veux l'avoir, viens toi-même vers elle avec une petite escorte" (Eilhart 4851 H "Tu dois venir la chercher avec une petite escorte"), comme dans le poème Ugrim remettra les péchés du roi s'il reprend Isalde, et il l'adjure au nom de Dieu et de l'amour divin (P 2605 sqq. et 2636 sqq.) de lui obéir.

24En revanche, le poète tchèque procède bien plus librement avec le texte d'Eilhart. C'est sans doute par réaction de clerc qu'il répugne à reprendre de son modèle cette idée qu'Ugrim propose un marché à Marke : il n'est en effet nullement question en Č que l'ermite remette ses péchés au roi à condition que ce dernier accueille Isalde. C'est simplement parce qu'il aime Ugrim et pour son propre bonheur que Marke doit faire ce que l'ermite lui demande dans la lettre (4951/6).

***

25Contrairement au prosateur ou au traducteur tchèque, Hans Sachs, dans sa tragédie, qui procède vraisemblablement du Roman en prose, ne relate qu'une seule des visites des amants chez l'ermite : la seconde, qui a lieu après la découverte des amants par Marke. De plus, Hans Sachs ne met pas en scène cette visite : il l'évoque seulement à deux reprises.

  • 13 Au début de l'oeuvre, Hans Sachs fait dire par le héraut qui présente l'oeuvre (p.142, v.21 sqq. e (...)

26La première fois, c'est Isalde qui propose à Tristrant d'aller voir l'ermite qui est, comme dans les autres versions issues du poème d'Eilhart, confesseur de Marke (p.173, ν·5), et comme en P prêtre (v.31) : ils doivent reconnaître leur péché et leur faute, afin qu'Ugrim intervienne auprès de Marke, obtienne pour Isalde la grâce du roi et l'autorisation de revenir à la cour. La raison qu'invoque Isalde pour cette démarche est comme en P (et chez Eilhart) le fait qu'ils ne peuvent tous deux après deux années passées dans un dénuement extrême, supporter plus longtemps leurs tourments. Hans Sachs satisfait aux exigences spécifiques de l'art dramatique en mettant dans la bouche d'un personnage ce que le prosateur, a la suite d'Eilhart, disait dans un commentaire -cependant nulle part il n'est fait allusion au philtre et à l'affaiblissement de son effet pour expliquer la décision d'Isalde13- et on note de plus qu'il donne à Isalde l'initiative d'aller trouver l'ermite alors que le prosateur ne le précisait pas (2590 sqq.) -quant à Eilhart, il la donnait à Tristrant (4742/3)-· Cette coïncidence avec Béroul ne peut être que fortuite (2265 sqq.). Hans Sachs a très certainement voulu mettre Isalde en valeur ; d'autre part, il s'agissait pour lui de construire un dialogue où les interventions des deux personnages en présence soient de longueur analogue ; or, Tristrant, qui a découvert comme en P 2535 sqq- et chez Eilhart 4647 sqq. que le roi Marke les a surpris, vient de confier à Isalde son inquiétude : la reine à son tour prend la parole pour lui suggérer son plan. H.Sachs là aussi suit donc une loi propre de l'art dramatique. Tristrant accepte la proposition de son amie : il dit vouloir se confesser (il emploie le verbe "beichten" (p.173, v.22) qui reprend en la précisant l'expression utilisée par Isalde plus haut : "bekennen unser sünd und schuld" (v.7), mais il ajoute tout crûment qu'il chargera Ugrim d'intervenir auprès de Marke pour qu'il accorde sa grâce à Isalde ; c'est d'une façon encore plus directe que la reine ("beichten" et "bevelhen" se trouvent dans le même vers) que Tristrant considère l'intercession d'Ugrim comme la conséquence normale de sa confession : il procède à un échange. Hans Sachs, laissant de côté, selon son habitude, toute considération religieuse et psychologique, va droit à l'essentiel : Ugrim pour lui n'est véritablement que l'instrument de la réconciliation entre Isalde et Marke. Au reste, cette simplification excessive, qui touche à la parodie, ne doit pas nous étonner de la part d'un luthérien de la première heure qui rejette le sacrement de pénitence et n'épargne pas les gens d'Église.

27Puis, c'est Marke qui évoque rapidement le résultat de la visite des amants chez l'ermite : il dit à Tinas que "son confesseur, le prêtre Ugrim, le père saint" (p.173, v.30/1) lui rendra la reine.

28Enfin, Ugrim en personne ramène Isalde au roi et le conjure de lui pardonner pour que Dieu lui accorde aussi son pardon (p. 174, v.10). On doit voir là une trace du marché que, chez Eilhart et à sa suite dans le Roman en prose, Ugrim propose au roi.

  • 14 A côté de nombreux Meisterlieder, fables et récits facétieux, il a écrit 61 tragédies, 64 comédies (...)

29On le constate, Hans Sachs n'a apporté dans cet épisode aucune modification essentielle à la trame du récit de sa source : les seuls changements qu'il fait sont commandés par la spécificité du genre littéraire adopté, la tragédie. Cependant, nous voyons à cet exemple particulier que Hans Sachs, auteur extrêmement fécond14, dont le but est d'adapter à la scène l'ample matière du Tristrant de la façon la plus simple et dans le laps de temps le plus court (la tragédie est datée du 7 février 1553 !) et qui pour cela, doit la condenser en le plus petit nombre de scènes possible (la tragédie dans son ensemble n'a que 1508 vers, alors que P compte 5191 lignes), ne conserve que les éléments absolument indispensables à la compréhension de l'action, qu'il n'en garde que le squelette, ce qui provoque certains raccourcis déconcertants. Et peut-être doit-on voir dans le fait qu'il ne montre pas sur la scène la visite des amants à l'ermite une réaction de luthérien qui rejette le sacrement de pénitence. C'est seulement dans l'épilogue que Hans Sachs introduit une condamnation sans appel de l'amour adultère de Tristrant et d'Isolde.

30En résumé, dans le Tristan de Béroul, le rôle de l'ermite Ogrin dans la réconciliation entre Marc et Iseut se borne à écrire au nom du héros une lettre qu'il ne signe pas : en effet, le garant de Tristan est Dieu lui-même. Au contraire, dans le Tristrant d'Eilhart, le rôle de l'ermite est primordial ; comme le héros n'invoque pas le philtre pour sa défense et qu'il n'est pas justifié par Dieu, Ugrim le soumet à une véritable confession et c'est l'ermite qui écrit la lettre au roi où, en tant que son confesseur, il prend le ton autoritaire du directeur de conscience pour lui enjoindre de reprendre Isalde : si Marke accepte de faire selon sa volonté, il l'absoudra de ses péchés. C'est Ugrim le garant de Tristrant, qui s'efface derrière lui.

31Quant aux dérivés directs du Tristrant allemand, ce sont essentiellement des raisons morales (le prosateur) et religieuses (le poète tchèque) qui, dans cet épisode, ont amené ces deux auteurs à apporter certaines modifications à leur modèle sans néanmoins transformer radicalement le rôle de l'ermite. Le prosateur a été plus choqué par le fait que dans son modèle Ugrim remettait ses péchés à Tristrant (ce qui est un problème moral) que par l'idée qu'il absoudra Marke à condition que celui-ci reprenne Isalde (il n'est pas clerc). En revanche, le traducteur tchèque, un clerc, insiste davantage qu'Eilhart sur le caractère religieux de la confession et supprime le marché proposé par l'ermite à Marke. Pour ce qui est de Hans Sachs, il a surtout obéi à des exigences dues à la spécificité de l'art dramatique et condensé l'action à l'extrême. Bref, les modifications apportées par les dérivés d'Eilhart n'altèrent pas fondamentalement le schéma général de l'épisode.

32Il conviendrait d'élargir l'étude-esquissée ici pour un épisode- des rapports entre ces différents témoins à l'ensemble des oeuvres (et ceci en prenant en considération la leçon des manuscrits du Tristrant d'Eilhart, et non l'ancienne édition de Lichteirstein, de façon à éviter des erreurs et des conclusions hâtives afin de déterminer la manière dont chaque auteur adapte la matière de son modèle.

DISCUSSION

33Monsieur ROUSSEL. Une simple remarque à propos de ce que Madame BUSCHINGER a dit des événements historiques qui pourraient être évoqués à propos du choix d'un ermite plutôt que d'un chapelain régulier.

34Il ne faut pas négliger non plus l'existence d'un thème traditionnel suivant lequel la perfection de la vie chrétienne se manifesterait essentiellement chez les reclus et les ermites. Ainsi dans Renart le Nouvel, tout le clergé, pape et cardinaux en tête, sont embarqués sur la Nef des Vices, les Moines Mendiants, les Templiers et les Hospitaliers se livrent à Renar t-Satan. Seul un rendus présente l'idéal de la pénitence à Renart qui le refuse. Cette perfection de principe ne joue-t-elle pas un rôle dans l'interprétation qu'on est amené à donner des problèmes moraux et religieux qui se posent dans cet épisode du Tristan ?

35Monsieur PAYEN. Personnellement, je suis revenu sur mon interprétation d'Ogrin, dans mon livre sur le motif du repentir. Ogrin ment (pour le bien) : il y a contradiction, chez Béroul, entre son sermon initial aux amants dans la première rencontre, et sa croyance que les amants sont protégés par Dieu, qu'il exprime dans la deuxième rencontre. Mais reste que les textes allemands et tchèques, et surtout la tragédie de Hans Sachs, démontrent l'importance contextuelle de la théologie de la pénitence.

36Mademoiselle PLANCHE. L'ermite, dans Béroul, remercie Dieu de l'avoir fait vivre assez longtemps pour entendre les amants se repentir. C'est un saint homme, mais il n'est pas un véritable exilé. Il vit dans la forêt pour y rencontrer des exclus et les ramener aux pouvoirs d'intégration, la Société, l'église. C'est un médiateur. Mais, comme la repentance de Tristan et Iseut ne dure pas, le roi, Dieu, et leur intermédiaire semblent impuissants devant la force d'exclusion, la passion – impuissants, comme l'est aussi la mort.

Notes

1 Il n'est mentionné ni par le Roman en prose française, où Marc enlève Iseut dans la forêt un jour que Tristan est à la chasse, ni par Thomas : point n'est besoin de souligner que l'intercession de l'ermite aurait été tout à fait déplacée dans l'optique de Thomas qui, voulant faire de son poème un hymne à la "fine amor", abolit, comme le dit Jean Prappier, "le conflit de l'amour et de la loi" dont Ogrin est justement le représentant (Structure et sens du Tristan : version commune, version courtoise, CCM, 71 (1963). P.451) : il élimine donc entre autres l'intervention de l'ermite et fait rappeler par Marc, qui a acquis la conviction que Tristan et Iseut sont innocents, les amants réunis à la cour.

2 op.cit., p.257·

3 cf.E.Hoepffner, La Folie Tristan de Berne, pp. 12/9. Nous avons émis l'hypothèse que Fb dérivait aussi du Roman primitif (cf.notre thèse, Le Tristrant d'Eilhart von Oberg, Paris, Champion, 1974, pp.610/1. Quand nous citons cet ouvrage, nous utilisons le sigle T.E.v.O.).

4 L'orthographe du nom n'est pas uniforme dans les manuscrits du Tristrant (ms.de Dresde, v.4804 : Ugrim, D 4708 : Ugrym ; le ms. de Heidelberg lit toujours Ingrim), ni chez ses dérivés P 2563 : Vgrym ; Č 4842 : Ugrin ; Hans Sachs : Ugrim).
Pour Eilhart, nous citons notre ouvrage : Eilhart von Oberg, Tristrant, Edition diplomatique des manuscrits et traduction en français moderne, avec introduction, notes et index, Göppingen, Kümmerle, 1976 (Göppinger Arbeiten zur Germanistik, Nr.202). Pour Béroul, nous utilisons l'édition de Muret, quatrième édition revue par L.M. Defourques, Champion, 1947 (Classiques français du Moyen âge). Les éditions des dérivés du Tristrant dont nous nous sommes servi sont : Tristrant und Isalde, Prosa-roman, nach dem ältesten Druck aus Augsburg vom Jahre 1484, hrsgg. v.Alois Brandstetter, Tubingen, Max Niemeyer, 1966 (Altdeutsche Textbibliothek, Ergänzungsreihe 3) ; Pas altčechische Tristan-Epos, hrsgg. und übersetzt mit Einleitung und Wortregister von Ulrich Bamborschke, Wiesbaden, Otto Harrassowitz, 1968/9 (Teil I : Einleitung ; Teil II : Texte) ; Hans Sachs, hrsgg.v.Adelbert von Keller, 12. Bd.,Tübingen, 1879 (Bibl.des lit. Vereins in Stuttgart, CXL), pp.142-186.

5 Au sujet de la place de cette première visite d'après Béroul et Eilhart, voir T.E.v.O., pp.471/2.

6 Cette demande d'escondit est complémentaire du serment ambigu que prononce Iseut lors du Rendez-vous épié (22/5 et 35/8), ainsi que du serment purgatoire prêté par la reine sur les reliques devant le roi Artu (4199 sqq.). A ce sujet, voir T.E.v.O., pp. 546 sqq.

7 op.cit., p.443. Même si on peut expliquer partiellement le saut de Tristan de façon naturelle et rationnelle, il est incontestable que c'est grâce à l'intervention directe de Dieu lui-même que le héros a réussi ce bond. Au reste, Béroul commente : v.960 "Bele merci Dex li a fait !", et Tristan dit (v.979) qu'il doit son salut à la grâce de Dieu. Enfin, Béroul ajoute à la description de la chapelle que si un écureuil, pourtant le plus agile des animaux, sautait, il se romprait le cou (v.923/4), et Husdent, effectuant le même saut que Tristan, se blesse à la patte (v.1516). Néanmoins, jamais le poète n'explicite l'aide que Dieu accorde aux amants : ce soutien est incontestable, mais implicite, alors que chez Thomas, où Dieu se compromet, ainsi que le dit Jean Frappier (p.453), ce soutien devient explicite. Cependant, il est absolument indubitable qu'Ogrin est persuadé que la Providence a sauvé miraculeusement Tristan et Iseut. Chez Eilhart, au contraire, il n'y a aucune aide divine.

8 P fait lire la lettre au roi lui-même, cependant du 12 ème au 15 ème siècle l'instruction a fait de grands progrès. En Č, en revanche, c'est le chapelain du roi qui lit le bref : le traducteur, lui-même clerc, aura été gêné par l'anonymat du lecteur de la missive et aura prêté ce rôle à celui auquel une telle tâche revenait de droit, au chapelain. Il faudrait voir voir dans la leçon de Č une réaction de clerc.

9 cf.T.E.v.O.

10 cf. l'ouvrage de Bamborschke, Teil I, pp.99 sqq.

11 id.,p. 107.

12 cf.A.Brandstetter, Prosaauflösung, Studien zur Rezeption der höfischen Epik im frühneuhochdeutschen Prosaroman, Francfort sur le Main, Athenäum, 1971, p.120.

13 Au début de l'oeuvre, Hans Sachs fait dire par le héraut qui présente l'oeuvre (p.142, v.21 sqq. et p.143, v.5 sqq.) que ceux qui boiront le philtre s'aimeront toute leur vie, puis par la mère d'Isalde (p.156, v. 20 sqq.) et par Brangene (p.158, v.33 sqq.) que pendant 4 ans ils s'aimeront tant qu'ils ne pourront se séparer. En gros, il conçoit donc le philtre comme P 1075 sqq. et Eilhart 2279 sqq. Ce dernier est néanmoins plus net : il indique d'abord que l'homme et la femme qui boiront le philtre s'aimeront tant pendant 4 ans qu'ils ne pourront rester séparés une journée sans tomber malades et une semaine sans mourir, puis spécifie qu'ils continueront à s'aimer toute leur vie (ms.H). P suit la leçon de H en l'amplifiant même et en l'explicitant.

14 A côté de nombreux Meisterlieder, fables et récits facétieux, il a écrit 61 tragédies, 64 comédies, 85 jeux de Carnaval (cf. De Boor/Newald, Geschichte der deutschen Literatur. Bd IV/2, Munich, Beck, 1973, pp.341 sqq.)

Auteur

Université de Picardie

© Presses universitaires de Provence, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540