Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exclus et systèmes d’exclusion dans la littérature et la civilisation médiévales

Périphérie et croisement : aspect du nain dans la littérature médiévale

Chantal Verchere

Texte intégral

  • 1 Le couronnement de Louis, éd. Langlois, C.F.M.A. v.505; Le chevalier au lion, éd. Roques, C.F.M.A. (...)

1Dans la logique normative de l'esprit médiéval, tout écart, d'origine religieuse, sociale ou magique, est traduit en termes d'anormalité physique : le païen Corsolt "hisdos corne aversier", le vilain "leiz et hideus a desmesure"1 qui indique à Calogrenant le chemin de l'aventure, les nombreux géants que doit affronter le chevalier ont en commun une même laideur menaçante. L'écart physique semble constituer la formalisation de toute infraction au système de valeurs reconnu par l'univers épique et romanesque.

  • 2 Le roman de Tristan, éd. Muret, C.F.M.A. v.1329
    Les descriptions de nains laids et contrefaits abon (...)

2En revanche, chez le nain, la forme est la donnée première dont procèdent un contenu et un sens : parce qu'il est laid, le nain est anormal. Son corps est non seulement petit mais disproportionné, contrefait : Frocin, dit Béroul, est "boçuz" et doté d'une énorme tête - "la teste ot grose" -2. Il existe en tant que monstruosité, erreur de la nature, et par cette existence il reçoit une aura maléfique et une valeur péjorative. L'équivalence médiévale entre l'harmonie physique et la perfection morale, le beau signifiant le bon, se retrouve simultanément inversée et vérifiée : par sa laideur, le nain ne peut qu'être

"cuiverz de pute orine" (Ch.de la charrete v.354)
"fel corne boz anflez" (Yvain v.4097)
"fel et de pute ere" (Erec et Enide v.171)

3Toutefois, la tradition celtique offre une double représentation du nain :

  • Un nain bénéfique au physique attrayant
  • Un nain hostile au physique repoussant
  • 3 Première continuation, éd. Roach, v.607

4Les auteurs médiévaux ne retiennent que la seconde catégorie, à l'exception de quelques nains courtois dont ils abstraient la difformité pour ne retenir que la petitesse (Auberon dans Huon de Bordeaux, Guivret le petit dans Erec, Tigodolain dans Le bel inconnu). Il est même précisé que "le petit chevalier" du conte du Graal "n'estoit mie fais come nains"3.Le nain n'est reconnu comme tel que si sa petitesse est alliée aux accidents monstrueux de son corps où séjourne son esprit maléfique.

  • 4 op.cit.v.4082-4105.On trouve un autre couple nain/géant - le premier étant serviteur du second - d (...)

5Il arrive ; que cette double laideur ne produise aucun développement spécifique du récit : la présence du nain, actualisation de 1' étrange, contribue dans ce cas à intensifier et saturer la menace planant sur le héros. Dans Yvain, le géant Harpin de la montagne est accompagné d'un nain : tous deux composent un couple aussi grotesque que menaçant4. Si le géant a une fonction dramatique précise, rapportée au combat chevaleresque et à la mission salvatrice du héros, il n'en va pas de même pour son compagnon anonyme : celui-ci se contente de faire avancer en les maltraitant quatre roncins portant les victimes du géant. Il n'est donc pas dénué de fonction, mais cette fonction lui est personnelle, n'intéresse que lui : le reste de la scène le laisse indifférent. Ce comportement purement individuel le situe à la périphérie du drame en train de se jouer.

6Nous formulons l'élément qui nous paraît ordonner la représentation du nain, donc le contenu de cette étude : au delà de ses apparitions multiples, le nain occupe une position dont le caractère stratégique est constant ; cette position, nous pouvons la qualifier de "périphérique". Comme les demoiselles, autres manifestations de l'autre monde, le nain est situé à la périphérie du récit dans lequel il surgit de façon sporadique mais déterminante. Dès lors, il se retrouve également à la périphérie des relations interpersonnelles des autres personnages, en occupant les fonctions d'observateur (Frocin), de messager (l'envoyé de Méléagant dans Le chevalier de la charrete, un des nains du Tristan en prose), de révélateur (le nain charretier rencontré par Lancelot) ou d'accompagnateur de personnages de l'autre monde (Yder dans Erec et Eide, Harpin dans Yvain).C'est dire qu'il se définit surtout en relation avec une réalité dramatique ou psychologique extérieure à lui : il la croise et la traverse sans s'y arrêter, emportant le secret des motivations qui l'ont poussé à agir.

7Un relevé significatif, sans prétention exhaustive des occurrences du nain dans le récit devrait nous permettre d'explorer cette situation périphérique ; de découvrir quels mécanismes elle engendre dans un champ dramatique donné ; quels sont ses rapports et ses effets sur les histoires, les intrigues des autres personnages appartenant au même complexe narratif. Chrétien de Troyes et les romans de Tristan nous paraissent les plus dignes d'intérêt quant à notre sujet.

  • 5 V. Harward (op.cit.chap.II) mentionne le nain d'Eléonore de Provence, femme de Henri III d'Anglete (...)

8L'espace spécifique occupé par le nain peut, à un premier niveau, être mis en corrélation avec celui que la société lui réservait : son infirmité, sa morphologie bizarre en ont fait d'une part un objet de suspicion, d'autre part d'amusement et de dérision. Dès le Bas Empire il était recherché dans les cours pour sa valeur divertissante ; sa présence a marqué quelques milieux princiers du Moyen Age5 avant de devenir une mode à l'époque de la Renaissance.

9Ce rôle de bouffon domestique montre que le nain n'est pas banni de la vie sociale ; il est plus exactement mis à l'écart, maintenu à proximité, à la lisière de la sphère normalisée. S'il est exclu, ce n'est pas de manière absolue par l'enfermement dans un espace d'isolement radical : il s'agit d'une exclusion par la distance et l'écart qui le condamne à graviter autour des passions d'autrui sans jamais les vivre. Par cette solitude essentielle qui est son lot, par le fait qu'il se tient à l'extérieur de l'événement et cependant dans son voisinage immédiat, il accède au poste privilégié de l'observateur : sa micro-taille lui permet de se faufiler partout, de voir sans être vu, d'entendre sans être remarqué. Il extrait de ses observations un premier savoir pragmatique, né de l'analyse du réel ; il acquiert la supériorité de celui qui sait. C'est pourquoi, dans le même mouvement où il est méprisé, il inspire crainte et méfiance en raison du pouvoir dangereux que lui confèrent les intrigues qu'il a surprises et dont il est le recéleur.

10De même, peur et dérision sont inhérentes au rire qui le sanctionne. En effet, si sa difformité prête au ridicule, elle est aussi indice d'anormalité ; dans le corps du nain est actualisé l'étrange : accident de la nature, il en manifeste le chaos, la monstruosité, tout es les forces désordonnées dont on redoute l'émergence. Nul doute que l'étrangeté du nain ne soit référée à l'au-delà dans lequel on pense qu'il se meut, dans le sillage des démons et le champ d'attraction de forces maléfiques. Il provoque, dans ces conditions, une attitude ambivalente où la moquerie tente d'exorciser une appréhension mal définie. Dans Durmart le galois, l'enfer suscite un rire ambigu :

  • 6 v.4481-84 ; voir aussi V.1790-91 :
    "…ains mais ne vit si laide rien ;
    Bien li semble d'infer issus"
    e (...)

"Par Beu, fait il, mesire Yder,
Ja orés novele d'infer ;
Cil qui la vient i fu noris.
A cel mot lor prent mout grans ris"6.

  • 7 Tristan en prose, éd. Curtis I, §259 1.9-11 p.136

11C'est au confluent d'une situation de fait, de superstitions populaires, de légendes celtiques que s'opère ainsi la conversion statutaire du nain : le nain voyeur engendre le nain voyant, en relation avec le cosmos dont il connaît les forces et les secrets. Tel est le cas pour Frocin, "le nain devin", en prise avec les puissances astrales. Il déchiffre dans les étoiles et la lune la destinée des nouveaux-nés (v.325-27), les intentions de .arc à son égard (ν.331-3j) ou les rendez-vous des amants (v.737-38) ; il exerce à la fois une maîtrise du temps par ses prédictions et de l'espace par sa connaissance ubiquitaire de ce qui se trame simultanément dans un autre lieu. Il a pour correspondant dans le Tristan en prose ce nain, fils du roi Hoël, qui, en dépit de sa sagesse et de sa noble origine s'est vu "chassé par honte" par son père. Il a trouvé refuge auprès de .Marc : "cil savoit tant des oscures choses et des aventures qui estoient a avenir que nus n'en estoit plus certens fors que Mellins solement"7 : si la valeur maléfique du personnage s'est dissoute, exclusion et savoir occulte demeurent ses traits distinctifs. Le nain du Chevalier de la Charrete prophétise également puisque, sous une forme voilée et énigmatique, il annonce à Lancelot la vision prochaine du cortège de la reine et, à plus longue échéance, leur union au pays de Gorre :

"savoir porras jusqu'à demain que la reïne est devenue" (v.358-59)

  • 8 cf. dans le Lancelot en prose, éd. Sommer, III p.352, IV p.343-44, V pp.1-9 et 244

12Avec les demoiselles, il détient une connaissance dont le héros doit faire la demande et l'apprentissage. Ce discours prophétique fréquemment énoncé par les nains8 renvoie aux traditions légendaires - celtiques en particulier - qui les situent au centre d'un monde souterrain : liés aux puissances telluriques, ils deviennet les dépositaires de leurs trésors et de leurs secrets.

13Nous venons de dégager la double composante dont participe le nain : une composante magique ouverte sur un univers de mystère, une composante plus rationnelle ouverte sur l'univers social. Leur coexistence n'est pas nécessaire et l'une peut apparaître sans l'autre, cependant elles se motivent et se signifient mutuellement. Ce sont elles qui explicitent deux fonctions qu'il assume fréquemment :

14– En tant que manifestation de l'autre monde, il en est le messager tel ce nain dépêché par Méléagant dans le but de tendre un piège à Lancelot. Dans le Tristan en prose, le rôle d'entremetteur entre deux personnes déterminées - Tristan et la femme de Seguradés - dans lequel un autre nain est circonscrit, réduit et rationnalise cette dimension mercurienne. Corrélativement, la présence du nain signifie souvent la transgression d'une frontière entre les deux mondes. C'est en ce sens qu'il opère un marquage des espaces. N'est-il pas significatif que la rencontre avec la charrette soit pour Lancelot la première confrontation avec l'autre monde et ses épreuves ? Dans Erec et Enide, un nain placé en avant poste interdit par deux fois l'établissement d'une communication entre le monde d'Arthur et celui d'Yder. La demoiselle de la reine, puis Erec sont refoulés en deçà d'une invisible limite avec la même rigueur :

"Alez arrierestn'est pas droiz
qu'a si boen chevalier parloiz" (ν.173-174)
"Vasax, fet il, arriers estez ;
ça ne sai ge qu'a fere aiez" (v.210-11)

15Manifestement, sa présence instaure une démarcation entre les lieux respectifs où se meuvent les personnages. Dans le Lancelot en prose, pourvu d'un cor d'ivoire, il guette et déclenche l'alarme : il est le gardien de tous ces "seuils" périlleux au delà desquels des pavillons luxueux se referment" sur l'aventure.

16– En tant que voyeur et voyant d'autre part, d'observateur le nain devient intervenant dans le devenir d'autrui : il se tient au croisement de la problématique de Lancelot comme à celui des drames vécus à plusieurs : Frocin surtout intervient dans les moments de crise entre Marc, Tristan et Yseut - quand il ne les suscite pas -. Ses intrusions dans le texte, pour sporadiques qu'elles soient, sont toujours d'importance capitale, lui-même débordant l'espace textuel pour n'apparaître qu'à ses croisements intensifs.

**

17Les observations qui précèdent expliquent pourquoi, de tous les nains qui surgissent dans l'espace du récit, Frocin est le plus digne d'intérêt : il existe dans une double dimension, par sa place dans le champ dramatique de la cour et par la relation occulte qui l'ouvre au cosmos.

18Par ailleurs, il illustre la situation problématique du nain : tenu à l'écart, éloigné physiquement, il demeure cependant toujours à proximité pour être à la fois surveillé et utilisé, dans la mesure où il est, précisément, stratégiquement utilisable :

"Sire, or mandez le nain devin :
Certes, il set de maint latin,
Si en soit ja li consel pris" (Bé.v.635-37)

19conseillent à Marc les barons félons.

20Inversement, ce même savoir qui rend Frocin indispensable entraîne son éviction, car il assure et actualise un pouvoir, pouvoir d'autant plus redoutable que le savoir est ésotérique. Ainsi se tisse une dynamique de la répulsion et de l'attraction/utilisation : envisagé en tant que germe pathogène, le nain doit être dans un même mouvement exploité et conjuré.

21Dans le récit, Frocin occupe donc la place du délateur et/ou de l'instigateur ; c'est précisément pour cette raison qu'il serait vain de lui chercher des motivations visant à esquisser une ébauche psychologique de sa personnalité. Il semble échapper à toute catégorie psychique : n'apparaît-il pas dans l'histoire plus comme une fonction que comme un personnage ? En outre, c'est l'absence absolue de motivations qui est révélatrice. Par opposition aux barons félons, mûs par une jalousie travestie en fidélité vassalique envers Marc, Frocin disparaît après chaque intervention avec la promptitude qu'il avait mise à apparaître ; de même le nain du Chevalier de la charrete, surgi d'un espace vide, s'efface mystérieusement sitôt sa tâche accomplie :

"Ne sorent ou il s'en ala" (v.444)

22Sa qualité de charretier le désigne comme effet transitoire, mouvement à travers l'espace.

23C'est alors au coeur de ses interventions exclusivement qu'il nous est donné d'entrevoir la vérité de Frocin. Il semble qu'il ne réfère son action qu'à sa subjectivité à laquelle nous ne participons pas. Peut-être ne la rapporte-t-il qu'à la jouissance qu'il éprouve à être un intervenant. L'être de Frocin n'est-il pas d'intervenir ? Enfermé dans un espace et un rôle constitutifs de sa solitude, il doit extraire son plaisir de cette solitude essentielle, de sa seule sphère personnelle. Ce plaisir ne saurait donc être que de type onaniste : puisque le nain ne peut ni vivre ni partager les passions d'autrui, il s'emploie à les dévier ou à les infléchir sans retirer de son action quelque profit que ce soit, si ce n'est la satisfaction d'avoir été pour un bref moment puissant et reconnu. Dans tous les interstices du texte où un nain reçoit un chevalier par des propos diffamatoires ou des agressions physiques, on discerne comme un "plaisir de l'intervention", car son mode d'existence n'est pas dissociable de son mode d'agir.

24Cependant ce processus, venu de l'isolement, du nain, contribue en retour à le renforcer : la vérité que Frocin produit lui confère aussi le statut de paria solitaire :

  • parce que le délateur n'est aimé ni de ceux qu'il dénonce, ni de celui à qui il révèle une vérité honteuse, difficile à admettre.
  • parce que cette vérité le place au carrefour d'intérêts contradictoires : si elle est utile au roi, elle est conflictuelle avec l'intérêt des amants, avec la vérité de l'amour, avec le parti-pris de l'auteur et du peuple.
  • enfin parce qu'elle est précaire, soumise aux fluctuations des passions d'autrui : on sait qu'après l'épisode du verger, le roi, rassuré, met aussitôt en doute la vérité énoncée par le nain et se promet de le châtier.

25Ainsi le savoir de Frocin, garant de son pouvoir menaçant, fait aussi de lui un être menacé selon une deuxième opposition dynamique ; malédictions et menaces convergent sur lui, venues de Marc (v.275-76) comme d'Yseut (v.1060-64)" de l'auteur (v.646-48) comme du peuple :

"Ja ne voie Deu en la face
Qui trovera le nain en place,
Qui nu ferra d'un glaive el cors !"
(Béroul v.841-43)

  • 9 III p.352, IV p.359, III p. 28l… Le même nain - Groadain - subit dans cet épisode un traitement in (...)

26Le Lancelot ne nous le montre pas différemment : il y est fréquemment soumis à de mauvais traitements9. En ce sens, la vertu absolue de son savoir occulte, opposée à la relativité d'intérêts contraires, n'est-elle pas aussi pour lui un moyen de se protéger et d'assurer son intégrité physique ?

27La mort de Frocin illustre cette dernière problématique : menacé et rejeté, il ne peut garantir sa survie qu'en demeurant maître de lui et de son pouvoir. Ce pouvoir, il l'a affirmé sur Marc par la production d'un secret qui lie irrémédiablement leurs deux destinées :

"/ ce mal
Que j'ai orelles de cheval,
M'est avenu par cest devin" (Béroul ν.1343-5)

28Il doit également le confirmer en gardant ce secret. Mais il se trahit par son ivresse : celle-ci lui fait avouer la réalité, brisant sa lucidité dans le bascul de sa conscience. Ainsi, il signe son arrêt de mort de sa propre main.

**

29Son histoire se lit donc en corrélation avec celle de Marc, et la perspective de ce couple scellé par un secret permet de saisir un dernier aspect du nain, peut-être le plus fondamental Magiquement, Frocin a marqué le roi d'un signe, il lui a imprimé physiquement sa marque, marque d'animalité. Par ailleurs, sa fonction est de faire agir le roi - jusqu'à l'y contraindre -par les révélations qu'il lui fait :

"En cest arbre me fist monter" (Bé.v.267)
"Qant il vos vout livrer a mort
Et en feu ardoir, par le nain" (Bé.v.2376-77)
"Li rois, que le nain i amene" (Thom.v.4, fragment de Cambridge)

  • 10 F. Barteau, Les romans de Tristan et Yseut, Larousse Université, 1972, p.150. Parler du nain en te (...)

30ainsi, il l'oriente vers son destin. Il n'est pas nécessaire de prétendre - comme on a pu le faire - que Frocin représente un "double monstrueux" du roi, "la part mauvaise" qui est en lui10.Plus généralement, il paraît être un révélateur "tout à la fois de l'inconscient (il dévoile à Marc l'animalité inscrite en lui), de la vérité devant laquelle on fuit, de la destinée : en tant que tel, il se situe bien aux croisements décisifs du devenir des personnages.

31Entre tous, le nain charretier de Chrétien de Troyes illustre cette dernière perspective : en soumettant à une restriction préalable l'information réclamée par Lancelot, il force ce dernier à opter pour une orientation déterminante. Or, à bien regarder le texte, il apparaît que ce dilemme n'est ni maîtrisé par le héros ni vécu comme une alternative raisonnée et raisonnable. Lancelot ne choisit pas véritablement entre Raison et Amour ; il devient plutôt tributaire de deux forces contradictoires qui le contraignent différemment : Raison "chastie" et "anseigne" (v.367), Amour "comande et semont" (v.373). En définitive, il se laisse investir par celle qui pèse le plus ; sur lui, et le "débat" s'achève sur une véritable explosion des forces profondes enfouies au fond de son être, l'acceptation inconditionnelle de leur existence et de leur Loi :

"Amors le vialt et il i saut" (v.357)

32Certes, le rôle du nain peut ici être considéré négativement, dans la mesure où Lancelot sera désormais victime d'une lourde malédiction sociale. Mais d'un autre côté, il a imposé au héros un cheminement essentiel qui l'a amené à rencontrer et à reconnaître la force de son amour, l'énergie des pulsions vitales capables de l'entraîner par delà le Bien et le Mal, par delà son Moi social respectueux des valeurs établies. La rencontre avec le nain ne fut-elle pas en ce sens l'instant de la révélation ?

  • 11 Fragment Douce :"Lungs ert e grant e ben pleners,
    Armez ert e beas chevalers"
    (ν.915-16, éd.B.Wind, (...)
  • 12 v.835-84

33Intéressant aussi est ce personnage présenté par Thomas : Tristan le nain, homonyme du héros, comme lui amoureux, comme lui séparé douloureusement de son amie et qui semble n'avoir du nain que le qualificatif11. En le rencontrant, Tristan croise son destin de mort.de façon significative, l'auteur critique et renie les versions concurrentes du conte, selon lesquelles le nain, mari jaloux, aurait eu Kaherdin pour rival : dans ce cas, son rapport avec Tristan devenait indirect, médiatisé par l'amitié du héros envers Kaherdin. En se rapportant au reontraire à la tradition de Breri12, Thomas associe étroitement Tristan le nain et Tristan l'amoureux jusqu'à faire d'eux un seul sujet syntaxique dans le combat qui les réunit ("E les dous Tristans assailirent" ν.1037). Les propos dont il charge le premier définissent exactement le second :

"E ! Deus, pur quei ne pus murir
Quant perdu ai que plus désir ?
Meuz vousisse la meie mort,
(…) Quant perdu l'ai a tel tolage,
La ren el mund que plus aim" (v.1001-7)

34Les correspondances sont trop précises pour être fortuites : depuis qu'il a perdu Yseut, Tristan est lui aussi un mort vivant, un vivant privé de sa raison de vivre. Prenant le voile du hasard, le nain se pare d'un caractère de nécessité : il révèle moins à Tristan son destin qu'il ne 1'actualise ; il est la forme objective prise par les tendances profondes et négatives qui se sont emparées du héros. Devant les réticences préalables de Tristan l'amoureux, Tristan le nain a douté de l'identité de son interlocuteur. Inversement, en acceptant de partager le sort du nain, Tristan revendique cette identité, assume son amour totalement, dans toutes ses implications, tout comme Lancelot l'avait fait en montant sur la charrette :

"Par grant reisun mustré l'avez
Que jo dei aler ove vus,
Quant jo sui Tristan le Amerus" (v.1012-14)

  • 13 III p.352, IV. p.343-44, IV p.306 sqq, IV p.359, III p.285 1.7 ("car ie sai bien que tu es li pire (...)

35Dans le Lancelot en prose les symboles, pour être plus directs, sont moins signifiants. En outre, la multiplicité des occurences du nain ne permet pas d'en fournir une étude détaillée. Nous remarquons cependant des constantes : par exemple, le nain se singularise souvent par une activité agressive et/ou un discours insultant13. Souvent aussi il prophétise à plus ou moins long terme la honte du chevalier :

"Se tu vis iuscal tiex ior i auras tant de honte que onques cheualiers tant nen ot" (IV, p.353, 1.4-5)
"Onques si doleruse iornee ne vous avint comme ceste sera ains que nonne soit passée" (V, p.7, l.19_20)
"Tu ne pues de chaiens partir sans honte avoir" (IV, p. 344, 1.29-30)

  • 14 éd. Michelant, p.55 sqq.

36A un premier niveau, sa hargne peut paraître gratuite, imméritée de celui qui la subit. A un second niveau, on s'aperçoit qu'il s'agit en fait d'un mal nécessaire que le chevalier appréhende comme un défi : les défenses appellent autant de transgressions et les insultes autant de démentis. Ainsi l'offensive du nain est avant tout provocation, la provocation engendrant la possibilité d'une révélation de la valeur du héros. Dans Méraugis de Port-lesguez, c'est encore un défi lancé par le nain à la cour d'Arthur qui entraîne les aventures et le départ de Méraugis14. En définitive, en tant qu'élément dynamique, le nain ne suscite-t-il pas chez le héros la force qui permettra son avènement ?

37La peur, la méfiance qu'il soulève dans son sillage ne seraient dans ce cas que la transcription esthétique de l'attachement que voue l'humanité moyenne à sa quotidienneté rassurante, rempart protecteur contre le risque et ses perspectives. C'est précisément ce rempart que le nain ébranle par sa vie physiquement distincte et son existence effectivement séparée : produit de l'inconnu, il le porte en lui, le reproduit et le prolonge.

38C'est pourquoi toute tentative de déchiffrage qui se voudrait résolutive et exhaustive trahirait ce qu'il représente et demeure : une énigme.

DISCUSSION

39Monsieur PAYEN. Il faut bien distinguer le Petit Chevalier du nain. Tristan le nain est (avant Thomas, qui dénature l'histoire) un petit chevalier. Frocin, chez Béroul, est aussi un personnage manipulé par les barons, qui se débarrassent ensuite de lui (ce qui n'est pas contradictoire avec ce qui vient d'être dit). Les modernes ont mal compris son ambiguïté : cf. la caricature commise par Jean Cocteau dans l'Eternel Retour.

40Mademoiselle PLANCHE. Pour étudier le nain dans la littérature, il serait bon d'avoir le point de vue des folkloristes. Certains aspects du thème semblent universels, et encore vivants ; ils relèvent peut-être de l'anthropologie.

41Songer à la fréquente association des motifs opposés ou complémentaires du nanisme et du gigantisme. Avec Hugo, on évoque souvent

"... des géants très bêtes
Vaincus par des nains pleins d'esprit."

42Monsieur tavera cite le cas d'un nain habitant le même immeuble que lui à Paris, qui semble vivre parfaitement solitaire et renfrogné dans sa solitude, le type même de l'exclus, tragiquement incapable de "communiquer".

Notes

1 Le couronnement de Louis, éd. Langlois, C.F.M.A. v.505; Le chevalier au lion, éd. Roques, C.F.M.A. v.287

2 Le roman de Tristan, éd. Muret, C.F.M.A. v.1329
Les descriptions de nains laids et contrefaits abondent : Durmart le galois, éd.Gildea I, v.I778-86 ; Le roman de Renart, éd.de Gruyter II, branche XIII, v.757-79 ; L'estoire de Merlin, éd. Sommer, p.422 1.11-16 etc…Inversement, les individus difformes sont vite qualifiés de nains : cf le fabliau Des trois boçus (Montaiglon et Raynaud I, II, v.172) :
"Jà est ci revenuz li nains" (en parlant d'un bossu)

3 Première continuation, éd. Roach, v.607

4 op.cit.v.4082-4105.On trouve un autre couple nain/géant - le premier étant serviteur du second - dans Durmart le galois, v.I775-l840 ; selon V. Harward, il s'agirait là d'un avatar des dieux gallois Beli et Bran, associés dans leur différence de stature (The dwarfs of arthurian romance and celtic tradition, Leyde, 1958, chap. V)

5 V. Harward (op.cit.chap.II) mentionne le nain d'Eléonore de Provence, femme de Henri III d'Angleterre (xiii° siècle), Perrinet, fou de Mahaut comtesse d'Artois (xiv° siècle), un nain figurant à l'emprise de la Joyeuse Garde organisée par le roi René.

6 v.4481-84 ; voir aussi V.1790-91 :
"…ains mais ne vit si laide rien ;
Bien li semble d'infer issus"
et Le roman de Renart, br. XIII v.759-60 :
"Onques ne fu si contrefez,
Il sambloit d'enfer trez"

7 Tristan en prose, éd. Curtis I, §259 1.9-11 p.136

8 cf. dans le Lancelot en prose, éd. Sommer, III p.352, IV p.343-44, V pp.1-9 et 244

9 III p.352, IV p.359, III p. 28l… Le même nain - Groadain - subit dans cet épisode un traitement infamant comparable à la charrette de Lancelot

10 F. Barteau, Les romans de Tristan et Yseut, Larousse Université, 1972, p.150. Parler du nain en termes de bien et de mal et l'insérer dans une lecture morale me paraît réduire son intérêt et sa fonction.

11 Fragment Douce :"Lungs ert e grant e ben pleners,
Armez ert e beas chevalers"
(ν.915-16, éd.B.Wind, Textes littéraires français)
Il serait possible de résoudre cette apparente incohérence en ponctuant différemment et en reliant le premier de ces deux vers à la référence à l'écu qui précède (?)

12 v.835-84

13 III p.352, IV. p.343-44, IV p.306 sqq, IV p.359, III p.285 1.7 ("car ie sai bien que tu es li pires hom del monde")

14 éd. Michelant, p.55 sqq.

Auteur

Université de Lyon II

© Presses universitaires de Provence, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540