Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exclus et systèmes d’exclusion dans la littérature et la civilisation médiévales

Les Maures à Valence du xiiie au xve siècle (les systèmes d'exclusion)

Jacqueline Guiral

Texte intégral

  • 1 Robert Ignatius BURNS "Islam under the Crusaders" Princeton 1973.

1On a souvent coutume de considérer les minorités ethniques ou religieuses, comme des exclus au sein d'une société majoritaire. Or dans le cadre du royaume de Valence, la communauté maure loin d'être minoritaire reste longtemps supérieure en nombre, et on lui a reconnu, dès la conquête de 1238, une existence de fait et de droit, qui la place sur le même plan d'égalité que la communauté chrétienne. Il faut chasser l'image d'une reconquête dépeinte comme une succession de spoliations, d'évictions aboutissant à l'expulsion des populations des cités, repeuplées par les chrétiens, et à l'exil des musulmans repoussés vers les régions montagneuses et les zones de cultures sèches du secano, formant ainsi un noyau essentiellement rural dont le statut juridique s'apparenterait à celui du serf d'Europe occidentale. Cette thèse a d'ailleurs été très vivement attaquée par Robert Ignatius Burns1. Il insiste au contraire, sur la permanence du royaume arabe, qui a réussi après la conquête à concerver ses communautés, ses forces militaires et à transmettre au nouvel état, l'héritage musulman.

2Les expulsions sont restées des exceptions (Buriana, Valence) et la règle générale a été celle de la reddition conditionnelle ou du traité négocié, au cours des quinze années de la conquête de l'ensemble qui s'étend de Tortosa à Elche.

I. LES MORERIAS :

3Un système d'exclusion dirigé contre Chrétiens et Juifs.

4Cette politique de garanties, qui préserve la communauté musulmane à l'intérieur de l'Etat chrétien féodal, autorise les musulmans à rester là où ils étaient, et reconnait les (Morerias) comme des communautés parallèles et indépendantes Les morerias sont constituées soit par une ville entière soit par une partie de la ville, lorsqu'il y a eu partage avec les chrétiens, soit par une série de hameaux en territoire rural, répartis dans une vallée, comme le Vall d'Uxo au nord de Valence.

5Les Maures sont donc majoritaires, et à la fin de son règne Jacques I évalue le nombre de la population chrétienne à 30.000, alors qu'il en aurait fallu 100.000 pour assurer la sécurité. A la fin du xv siècle la population maure est de 130.000 selon Regla, tandis que la population chrétienne atteint 320.000.

6Ces communautés sont placées directement sous la sauvegarde royale, même celles qui sont sous domination seigneuriale et les termes des traités de reddition reconnaissent les autorités islamiques, acceptent la coutume et ne changent rien à la religion et à l'organisation sociale, les Maures de leur coté Reviennent, tributaires et acquittent le paiement d'une taxe qui est l'équivalent d'1/6 de la récolte et d'I denier par tête de bétail.

7L'Etat aragonais reconnaît donc l'aljama locale comme une personnalité légale avec ses droits spécifiques ; au sein du royaume l'Islam forme une société indépendante, une religion établie, avec ses privilèges, ses propriétés concédées par la couronne pour assurer son rôle d'assistance et d'éducation. On aboutit par conséquent à la création d'un État tri-confessionnel (Chrétien, Musulman, Juif,) à l'intérieur duquel deux systèmes exclusifs cohabitent.

  • 2 Coleccion de cartas Pueblas N° 76. Boletin de la Sociedad Castellonense de Cultura XXIV 1948 p. 22 (...)

8Car en réalité, les systèmes d'exclusion qui visent à préserver totalement l'existence d'un groupe, sont le fait de la communauté musulmane. La charte de reddition de Chivert2 du 28 avril 1234 négociée par l'alfaqi Abd Allah représentant du qaid du château de Chivert et de 14 sheiks locaux fait obligation aux chrétiens qui vont occuper l'alcazar et quelques maisons proches de l'enceinte d'élever un mur entre les deux peuples De même les termes du traité interdisent à tous chrétiens ou juifs de franchir ce mur.

  • 3 Coleccion de cartas Pueblas N° 63. Boletin de la Sociedad Castellonense de Cultura XVIII 1943 p. 1 (...)
  • 4 FERNANDEZ Y GONZALEZ "Mudejares de Castilla appendix doc. 24.

9Si l'on examine des chartes postérieures comme celle d'Eslida3 de 1242, on retrouve les mêmes mesures, le roi assure la sauvegarde aux résidents et promet de ne pas permettre aux Juifs et aux Chrétiens d'habiter au milieu d'eux ; moins rigoureuse la charte de Xativa, donne à l'aljama représentée par 15 sheiks le droit d'interdire à un chrétien d'y résider sans le consentement de la communauté musulmane4

10Nous voyons donc comment cette communauté cherche à préserver ses coutumes, ses structures de parenté caractérisées par la patrilinéarité et l'endogamie, ses croyances, ses valeurs et ses éthiques en évitant les contacts avec les communautés chrétiennes et juives considérées comme impures. Le système d'exclusion le plus visible, consiste à élever un rempart matériel entre les deux communautés à défendre aux Juifs et aux Chrétiens d'entrer dans les morerias, d'y habiter ; l'initiative vient de la communauté maure et elle est dirigée contre Juifs et Chrétiens, ce qui signifie aussi que les musulmans, en dépit de leur supériorité numérique, sont déjà sur la défensive et se sentent menacés.

II. VERS UN GHETTO MAURE ?

11Entre les deux alternatives de l'expulsion et de l'incorporation, les aragonais ont choisi la seconde. Ont-ils obéi aux anciens modèles utilisés en Aragon ou la population musulmane est nombreuse, ou aux précédents islamiques édictés pour les minorités religieuses, leur donnant le statut de protégés "d/himmi", ou bien plus simplement ont-ils cherché à préserver les forces économiques de leur nouveau royaume et à assurer la pacification de ce dernier, au moment ou les chrétiens sont encore minoritaires. Cette tolérance extrême n'est d'ailleurs pas toujours éloignée de l'intolérance, et n'a-t-elle pas condamné les musulmans à vivre à part, à devenir étrangers à l'autre communauté ?

12Les premières lézardes à l'édifice bi-confessionnel se manifestent par la série de révoltes musulmanes, qui secouent le royaume de 1250 à 1275, et aboutit, après la pacification, à l'attaque des aljamas par les chrétiens en 1275.

13Cette attaque a lieu à Valence dans la cité même, où 27 familles maures au moment du "repartimiento" ont eu le droit de demeurer, tandis qu'une moreria à l'ouest des murs de la cité s'installait avec ses mosquées, son caravansérail, ses hôtelleries, son marché, ses bains, ses fours et sa prison.

14L'attaque des maures résidant à l'intérieur des murs de la cité peut se concevoir comme un geste d'exclusion de la communauté chrétienne dominante numériquement, qui expulse du territoire chrétien une minorité en l'occurence religieuse et ethnique. En revanche la situation est différente dans les aljamas du royaume ou les chrétiens sont en minorité, comme à Segorbe où en 1245 ils sont expulsés pour avoir sonné les cloches, néanmoins dans les zones ou les deux peuples cohabitent, lorsque les chrétiens ont réussi à devenir plus nombreux, on aboutit à un partage de la ville entre les deux communautés, séparées par un mur (Segorbe), ou à l'expulsion. (Alcira les Maures en sont expulsés en 1279 après 8 révoltes).

  • 5 Coleccion de documentos ineditos del Archivo General de la Corona de Aragon. Editors Prospero de B (...)

15Finalement les révoltes musulmanes et les attaques des aljamas par les chrétiens en 1275 sont sanctionnées par une politique de confirmation des anciens privilèges accordés aux Maures, et par une rémission générale des crimes commis lors de l'attaque des aljamas.5

16A partir du xiv siècle, les Musulmans continuent à jouir de leur privilèges, mais ces privilèges connaissent une série de restrictions, qui prouvent que la coexistence de deux systèmes exclusifs est difficile. A l'instigation du concile de Vienne de 1311, qui dénonce l'appel publique à la prière et les pélerinages musulmans vers les tombeaux de mystiques et de sufi, le roi Jacques II en 1313, interdit aux musulmans de prier publiquement dans les rues et sur les places, mais dans la pratique là ou les maures dominent, l'interdit reste lettre morte, et l'appel du muezzin continue à retentir du haut des minarets.

17De même un certain nombre de pratiques religieuses comme la circoncision et la polygamie continuent à être observées par la communauté musulmane sans subir aucune entrave, tandis que dans la vie publique, l'usage du Coran se répand lorsqu'un musulman doit intervenir comme témoin ou préter serment devant des agents du bailli. Néanmoins petit à petit l'usage se répand de faire appel à deux chrétiens pour témoigner contre un musulman, alors que jusqu'ici le témoignage d'un membre de la collectivité musulmane était nécessaire.

18Parallèlement au xv siècle, un certain nombre de métiers leur sont interdits, comme les professions de calfats, charpentiers de navire, maitres d'avirons et cet interdit s'étend aux esclaves juifs et maures, qui travaillent avec des maitres de m tiers chrétiens, de même, les transporteurs liés au milieu des gens de mer (barquers, tiradors traginers) ne peuvent employer à ces différents offices des (infidèles).Cette politique d'exclusion répond à des motifs stratégiques pour empocher que certaines techniques, comme les constructions maritimes ne se répandent en "terra de moros", quand ces captifs sont libérés, mais elle obéit aussi à la nécessité de préserver des emplois et de se prémunir contre la concurrence de la main d'oeuvre servile.

19Il semble aussi que la traditionnelle liberté de circulation des biens et des personnes subisse un controle de plus en plus stricte de la part du Bailli et des autorités seigneuriales. Il est nécessaire en effet pour tout voyage à l'étranger de verser une caution, de faire appel à des fidéjusseurs, qui garantissent sur leurs biens le retour de l'intéressé, et d'obtenir l'autorisation du seigneur laic ou ecclésiastique pour partir, quand il ne s'agit pas d'un maure de la couronne, quel que soit le motif du voyage : commercial, familial, religieux, éducatif ou ne serait-ce que pour "voir du pays".

20Par conséquent la communauté musulmane forme au xv siècle un ensemble indépendant et continue à mener une vie distincte de la communauté chrétienne, mais tout en préservant ses coutumes, ses lois, sa religion, cette communauté est en butte à des phénomènes d'acculturation, c'est désormais au loin, "en terra de Moros" que les jeunes gens des aljamas doivent aller apprendre à lire et à écrire "lo morisch".

21La série des mesures restrictives à l'exercice de la religion, à l'exercice d'un métier, à la liberté de circuler n'aboutit jamais à des manifestations anti-musulmanes, sauf au milieu du xv siècle, lorsque se produit l'assaut de la moreria de Valence, dans la nuit du dimanche I°juin 1455, jour de la Trinité, qui se solde par la mort de Mahomat Ripoll jeté par la foule, du haut de la terrasse de sa maison et d'un tailleur français Maitre Barbeta, mort à la porte de la maison du cadi. L'assaut se renouvelle le 5 juin, jour du Corpus, la procession est alors place de San Berthomeu, et le bruit se répand parmi la foule que les Maures entrent dans Valence. Il faut noter que ces mouvements se produisent un dimanche et un jour férié et précisément lors de la célébration de la Trinité et du Corpus.

  • 6 Paris Bibliothèque Nationale : manuscrit espagnol 147 folio 408. 6e livre de En Jaime Beneyto nota (...)

22Cette tentative d'exclusion violente est jugulée par les autorités urbaines qui élisent 12 lieutenants criminels pour enquêter sur l'affaire, et désormais les deux communautées vivent en bonne intelligence, tandis que l'Inquisition s'exerce sur les convers (conversos ou juifs convertis) à partir de 1488, et que les juifs sont expulsés en juillet 1492, sur les navires génois, affrétés par les "juderias" de Calatayud Saragosse, Las Fuentes, Murviedro.6

23Il faut attendre 1509 pour que les musulmans du royaume de Valence soient inquiétés.

  • 7 Archivo del Reino de Valencia : lettre missives de la Bailia N° 1164 folio 112 et suivants.

24Comme en témoigne une pragmatique du roi Ferdinand du 6 juin 1509, dans laquelle il dénonce "moites persones" "animées davantage non par le zèle en faveur de notre seigneur Dieu, ni de la religion chrétienne, mais par quelques sinistres espérances et intentions, qui ont répandu parmi les peuples du royaume de Valence : "que seria e es nostra intencio e voluntat per força de redohir a la santa fe e religio crestiana tots los serrahins e moros de aqueix nostre règne de Valencia…e altres coses preparades a molts grans scandels per moure los pobles contra los dits moros…o cerquar occasions e levarse contra aquells…"7

25Devant ces "nouveautés" les populations musulmanes n'osent plus sortir de leurs villes et de leurs villages "no exir de lurs poblacions", ni faire de commerce comme à l'accoutumé, de peur d'être inquiétées dans leurs personnes et dans leurs biens. Le roi dénonce ces menées, il souligne qu'il n'est pas dans son intention de convertir par la force et la violence, il ordonne à ses officiers de punir les coupables, de préserver, les musulmans de toute vexation, en mettant sous sa sauvegarde et royale protection toutes les morerias "axi reyals com de tots los eclesiastichs religiosos barons cavaliers e altres del dit notre règne de Valencia", et d'empécher toute personne quel que soit son état et sa condition de "maltractar de fet ni de paraules a alguns moros e serrahins axi mascles com fembres ni parlar de la conversio de aquells".

26A l'aube du xvi siècle, les morerias du royaume de Valence sont devenues en Juin 1509 ghettos protecteurs au milieu d'un monde chrétien hostile qui cherche pour réduire les disparités entre les deux communautés, à assimiler les musulmans par la conversion.

DISCUSSION

27Monsieur MENJOT. Les remarques que Mlle Guiral a faites sur la communauté maure de Valence, et en particulier sur l'évolution de sa situation, sont tout à fait applicables à celle de Murcie. Le désir de conserver la population maure, désir qui se traduit par les tentatives de freiner leur émigration, s'explique surtout par la volonté de préserver les forces économiques de la région, devant l'impossibilité où se trouva Alphonse X de la repeupler. En 1268, il n'avait réussi à attirer que 1618 colons chrétiens. Au siècle suivant, cette politique fut poursuivie également par le Concejo qui s'efforça de protéger les musulmans contre le fisc en demandant des réductions d'impôts, essentiellement de la capitation, et accorda des subventions à ceux d'entre eux qui exerçaient un métier rare ou indispensable, ou aux pêcheurs de la Mar Menor. Les raisons militaires ne sont cependant pas absentes, car les autorités craignent que les émigrants reviennent faire des razzias qui seraient catastrophiques et difficiles à prévenir du fait de leur bonne connaissance de la région, d'où, en 1408, la remise en vigueur d'une loi interdisant aux mores de quitter la morerie sans un laisser-passer de 1'adelantado. Comme à Valence, mesures vexatoires et discriminatoires se multiplient aux xive et xve siècles. Un exemple : la saisie de parures de lit : draps, couvertures, oreillers, couvre-lits, chaque fois que Murcie devait loger un officier royal important.

Notes

1 Robert Ignatius BURNS "Islam under the Crusaders" Princeton 1973.

2 Coleccion de cartas Pueblas N° 76. Boletin de la Sociedad Castellonense de Cultura XXIV 1948 p. 226 - 230.

3 Coleccion de cartas Pueblas N° 63. Boletin de la Sociedad Castellonense de Cultura XVIII 1943 p. 159 - 160.

4 FERNANDEZ Y GONZALEZ "Mudejares de Castilla appendix doc. 24.

5 Coleccion de documentos ineditos del Archivo General de la Corona de Aragon. Editors Prospero de Bofarull y Mascaro 41 vol. Barcelona 1847 - 1910 t. 8 p. 158.
Confirmation des furs et privilèges de la ville de Valence par Pierre I :
"Item absolvimus et diffinimus per nos et nostros ac etiam remitimus de speciali gracia omnes peticiones et acciones civiles et criminales quas facere possimus usque in hodiernum diem ratione barrigorum vel fraccionem morarie Valencie et aliarum morariarum aliorum loc orum regni…"

6 Paris Bibliothèque Nationale : manuscrit espagnol 147 folio 408. 6e livre de En Jaime Beneyto notaire.

7 Archivo del Reino de Valencia : lettre missives de la Bailia N° 1164 folio 112 et suivants.

Auteur

Université de Nancy II

© Presses universitaires de Provence, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540