Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exclus et systèmes d’exclusion dans la littérature et la civilisation médiévales

Vengeance privée, composition, inimitié, trahison comme facteurs d'exclusion dans les sociétés urbaines de l'Espagne castillane

Jean Gautier Dalché

Texte intégral

  • 1 Par "Espagne castillane", nous entendons l'ensemble des terres rassemblées sous la souveraineté de (...)
  • 2 Marc BLOCH, La société féodale. La formation des liens de dépendance, Paris, 1949, p. 198.
  • 3 Sur l'installation des populatores et l'origine des différends entre lignages, un exemple in Croni (...)

1On peut appliquer aux sociétés urbaines de l'Espagne castillane1 cette remarque de Marc Bloche : "… entre beaucoup d'autres causes de troubles, les bourgeoisies naissantes étaient déchirées, ainsi que le dit encore Beaumanoir, "par les contens et mautalens qui muevent l'un lignage contre l'autre"2. Tout différend entre deux individus, né de la passion ou de l'intérêt, et débouchant sur des insultes, des voies de fait, un meurtre, ne s'y limitait pas aux parties en litige mais engageait aussi leur parentèles. Des querelles, aux origines pour nous le "plus souvent obscures, mettaient aux crises des bandos ou factions qui s'affrontaient dans des rixes et se faisaient parfois une interminable guerrilla. Il en allait notamment ainsi dans les villes fondées ou reconquises au-delà du Duero, où les populatores de même origine géographique ou ethnique vivaient groupés dans les mêmes quartiers-paroisses et formaient autant de lignages ou naturas qu'opposaient des rancunes ancestrales3.

  • 4 Sur la vengeance privée et les institutions judiciaires en général, on trouvera l'essentiel dans l (...)
  • 5 Vicinus/vecino est le terme le plus communément employé le membre à part entière d'une communauté (...)

2La violence qui caractérisait ces sociétés était entretenue et prolongée par la pratique de la vengeance privée. Jusqu'au xiiiè siècle inclus, au moins, la faide, en l'absence d'action publique, a été l'aboutissement normal d'un certain nombre de conflits particuliers ou collectifs4. Mais son exercice n'était pas ouvert à tous ceux qui vivaient dans la ville. Il était réservé aux seuls vicini/vecinos, c'est à dire aux citadins qui, jouissant de l'indépendance économique parce qu'ils étaient propriétaires de biens-fonds, participaient au concilium/concejo, à l'assemblée générale, et avaient accès aux magistratures5. La communauté urbaine, au sens strict, se réduisait à eux et à leurs familles.

  • 6 ORLANDIS, o.c., p. 88-92 et 118. L'arrangement impliquait sans doute le paiement d'une indemnité p (...)

3En cas d'atteinte à. son honneur ou l'intégrité de sa personne, le vecino avait droit à une composition, sous la forme d'une part (les autres revenant au roi, au seigneur de la. ville, aux magistrats) de l'amende stipulée par la charte urbaine, le fuero : la calumnia/caloña, ou l'homicidium/omezillo dans le cas d'un meurtre ou d'un acte qui lui était assimilé. Le paiement de la caloña ne mettait pas l'agresseur à l'abri de la. Vendetta" : il lui fallait encore parvenir à un arrangement avec sa. victime ou avec les parents de celle-ci6.

4La possibilité de recourir légalement à la vengeance privée et d'obtenir une composition personnelle (ou son taux maximum) étaient donc, d'abord, deux formes étroitement liées d'un système d'exclusion qui maintenait une partie de la population urbaine en dehors de la communauté des vecinos.

  • 7 Quelques exemples : "Tamen siguis publicam meretricem ui oppresserit aut deshonestaverit, nichil n (...)

- le morador, qui résidait de façon permanente mais n'avait pas acquis la vecindad, la "citoyenne urbaine
- l'albarran ou le baladi dont le séjour n'était que temporaire.
- l'aldcano, qui habitait un hameau du territoire de 1a ville.
- quiconque était au service d'autrui : travailleurs de la ville et des champs, domestiques et, bien entendu, esclaves.
- les handicapés physiques et mentaux.
- les entremetteurs et entremetteuses, les prostituées, les travestis, les devins et jeteurs de sorts.
- les juifs et les mores7.

  • 8 A Madrid, l'aldeano ou le morador qui tuait un heredero (= vecino propriétaire) payait une caloña (...)

5Il y avait des degrés dans l'exclusion dont ces divers élément de la société urbaine étaient l'objet. Mais aucun de que l'on vient d'énumérer ne pouvait faire jouer la solidarité familiale contre un vecino. Si tous n'étaient privés du bénéfice d'une composition, le montant de celle-ci, en ce qui les concerne, était toujours inférieur à celui, que recevait un vecino pour une même offense8.

6Si la faide était une prérogative des vecinos, elle rompait la solidarité de la communauté qu'ils constituaient. Or, dans bon nombre de villes de l'Espagne castillane, qui vivaient de la guerre et de l'élevage, l'organisation des expéditions contre les musulmans, celle des déplacements des troupeaux et de la défense des pâturages (occasion de conflits avec les villes voisines) étaient des entreprises collectives qui exigeaient une forte cohésion interne. Il y avait contradiction entre la solidarité des parentèles qui nourrissait, les vendettas et celle de la communauté. Pour la résoudre, il a. fallu faire prévaloir la seconde sur la première et arrêter la poursuite indéfinie de la vengeance privée. On y est parvenu par la réglementation de l'inimicitia.

  • 9 "Et aun hi ha. otra manera de amistad, segunt la costumbre de España, que pusieron antiguamente lo (...)

7La littérature juridique castillane appelle amistad (parfois amor) l'entente et la. paix qui doivent régner entre les membres d'une communauté. L'amistad est fondée sur une sorte d'engagement tacite de ne pas se nuire la le (foi). Si cette entente est rompue, l'amitié fait place à l'inimitié (inimicitia/enemistad, ou encore enemiga nemiga). Les deux parties en en cause et leurs parentèles ne sont plus tenues à la foi et peuvent recourir à la vengeance privée9.

  • 10 L'omeziano/omiziero est l'ennemi accusé d'un meurtre ou d'un acte assimilé à. un meurtre.

8Les chartes urbaines ont apporté des correctifs à ce schéma. Elles précisent les cas sui donnent lieu à inimitié et limitent à in degré de parenté déterminé le droit de "poursuivre" un ennemi. Elles stipulent l'intervention de la communauté des vecinos, représentée par le concejo et par les magistrats dans un processus assez complexe qui aboutit à la désignation de l'ennemi ou des ennemis. De ce fait, l'inimicitia cesse d'être une affaire privée pour devenir celle de la communauté tout entière. L'ennemi (inimicus/enemigo ou, plus rarement, orneziano, omiziero) ne l'est plus seulement d'une parentè le, mais de l'ensemble des vecinos. Il cesse d'appartenir provisoirement ou définitivement à la communauté et il doit, en règle générale, quitter la ville. Son exclusion arrêtait l'engrenage de la faide et, rétablissait la paix qu'il avait perturbée10.

9D'assez nombreux crimes, délits ou offenses entraînaient l'inimicitia :

  • 11 Pour la femme adultère, cf. Fuero de Cuenca, p. 320, XXXVII et Fuero de Usagre (siglo XIII), ed. R (...)
  • 12 "Quicumque mulieri mamillas absciderit pectet ducentos aureos et exeat inimicus" (Fuero de Cuenca, (...)
  • 13 Pour le viol, vid. entre autres, Fuero de Cuenca, p. 318, XXIIII, et fuero de Salamanque in Fueros (...)
  • 14 Autres exemples de voies de fait- "Quicumque anum in facie alicuius posuerit…exeat inimicus" (Fuer (...)
  • 15 "Qui dixerit alicui leprosum, aut cornutum, aut fututum, aut filium fututi…" (Fuero de Cuenca, p.  (...)
  • 16 "Mugier oue a solas sin sos narientes tornar marido…Et qui la tornar sit inimicus" (Fuero de Usagr (...)
  • 17 "Si snonsus snonsam cognoverit et post eam reoudiaverit, pectet centum aureos et exeat inimicus" ((...)
  • 18 "Si mancipium mercennarium filiam domini sui cognoverit… exeat inimicus omnium domini parentum in (...)
  • 19 Los fueros de Sepulveda, edición por Emilio SÁEZ, Ségovie, 1953, p. 80, tit. 47.

- le meurtre, prémédité ou non, accidentel ou non, commis sur la personne d'un veçino, d'un membre de sa. famille ou de quelqu'un qui était à son service. Le meurtre de la. "femme adultère (par son mari ou un parent proche) ne donnait pas lieu à inimicitia, à condition que la coupable ait été surprise en flagrant délit. Ni celui de son complice11.
- des mutilations graves : le fait de couper les seins d'une femme, la castration12.
- le viol, à condition que l'auteur en soit dénoncé par sa victime dans les trois jours13.
- des voies de fait ; tirer la barbe de quelqu'un, couper la robe d'une femme14.
- des insultes : lépreux, lépreuse, cornard, putain, sodomite15.
- le mariage sans le consentement des parents-, l'enlèvement d'une fille ou d'une veuve16.
- la répudiation d'une femme, une fois le mariage consommé17.
- le fait pour un serviteur d'avoir des relations sexuelles avec la. fille de son maître18.
- en cas de rupture d'une trêve entre deux villes, le responsable de la rupture est ennemi s'il y a des morts après la reprise des hostilités19.

  • 20 On énumère aussi souvent les parents qui peuvent poursuivre : père, fils, petit-fils, frère, neveu (...)
  • 21 "Et cunnado, de tanto parentesco commo esto es, aviendo la oarienta viva, mate con ellos, mas non (...)

10Le droit de "poursuivre" un ennemi et, éventuellement, de le tuer, n'appartient qu'à, une partie seulement des parents de la victime et à. condition qu'ils vivent dans la ville ou sur son territoire. Le degré de parenté exigé varie selon les chartes urbaines, mais on ne va pas au-delà, semble-t-il, de celui à partir duquel le mariage est licite20. Les parents par alliance sont exclus, à l'exception du beau-frère, si sa femme est vivante, mais il ne peut tuer l'ennemi le la famille qu'avec les autres parents alors que ceux-ci sont autorisés à le faire chacun séparément. Quant aux parents d'un ennemi, ils peuvent être poursuivis jusqu'au quatrième degré21.

  • 22 "Al qui su parient matare e fuere en pos de su enemigo e lo matare, non peche nada." (Fuero de Gua (...)

11Les parents de la victime, s'ils se trouvaient avec elle au moment de l'agression, pouvaient abattre le meurtrier. La vengeance privée était alors, en principe, éteinte22. Mais cela ne valait. que lorsqu'il y avait mort d'homme, et il arrivait beaucoup plus souvent, sans doute, et notamment. dans les rencontres entre bandos, que les coupables n'étaient pas identifiés sur le champ. Aussi, quand un acte de violence avait été commis, le premier souci des autorités urbaines était d'éviter le déclenchement spontané de la faide à la suite de soupçons plus ou moins fondés.

  • 23 "Si alguno de aquellos aqui fuere demandada la tregua, por escusar sse rue la non de, dixiere quel (...)
  • 24 El fuero de Madrid, p. 50, par. XXVI : "Toto homine a quien dixerint los fiadores…." afia a Fulan (...)

12Pour y parvenir, on imposait aux familles lui étaient susceptibles de s'affronter un engagement de ne pas avoir recours à la vendetta. Il revêtait la forme d'une trêve, soit d'un maintien provisoire de l'état d'amistad, de paix, conclue par l'entremise des magistrats ou de notables. Ils réunissaient à. cet effet les deux parentèles qui ne pouvaient pas se dérober. L'engagement de trêve, inscrit sur un registre, était renouvelable d'année en année. Sa validité cessait lorsque les parents de la victime "connaissaient" leur ennemi, c'est à dire quand celui-ci avait été désigné après une procédure régulière. Il devenait aussi caduc, bien entendu, si les parties parvenaient d'elles-mêmes, à un arrangement. On ne pouvait refuser la trêve que si l'on déclarait être disposé à "saluer" avec ses parents, lors de la réunion hebdomadaire du concejo, celui pour qui elle avait été demandée23. Très proche était le procédé qui consistait à exiger de ceux dont on redoutait qu'ils exercent la vengeance qu'ils donnent leur foi (afian) à leurs adversaires, et qu'ils fournissent des cautions -fideiussores de salvo, fiedores de salvo- garantes de leur promesse de ne pas attenter à la vie. Un refus avait pour sanction l'expulsion immédiate de la ville24.

  • 25 Les textes ne sont pas explicites sur ce point.
  • 26 On cherchait donc à limiter le plus possible le champ de la faide.
  • 27 La description de cette procédure fait l'objet du chapitre XIII du fuero : "De calumoniis homicida (...)

13S'il n'y avait pas ou de conciliation pendant la période de trêve, on en venait à une procédure qui aboutissait à la désignation d'un ennemi ou d'ennemis. Elle s'ouvrait par le défi -diffidamentum/desafio. Les parents de la victime retiraient leur foi e celui ou à ceux qu'ils considéraient comme responsable(s) de la mort de leur(s) proche(s). Pour de simples insultes ou voies de fait, il est vraisemblable que l'agressé défiait en personne25. Le défi avait lieu devant le concejo. On ne pouvait défier qu'un maximum de 2 à 5 individus, le chiffre variait selon les villes26. C'est le dernier qui était retenu à Cuenca que l'on va prendre comme exemple pour la suite de la procédure27.

14Lorsque les défié niaient ce oui leur était reproché, les alcaldes menaient une ensuite. Si ses résultats étaient positifs, les coupables reconnus acquittaient la çaloña et ils étaient proclamés ennemis. Dans le cas contraire, les défiée engageaient à, prouver leur innocence, et ils disposaient pour le faire d'un délai allant jusqu'au troisième vendredi (jour du plaid des alcaldes) après le diffidamentum. Les plaignants devaient leur consentir une trêve jusque là.

15Au terme de ce délai, s'il y avait un seul défié et s'il ne se présentait pas h l'audience des alcaldes, ses ennemie pouvaient le mettre à mort impunément. S'il ne fait pas défaut et avouait être coupable, il payait la caloña et devenait ennemi à perpétuité. Quand il affirmait son innocence, le plaignant lui imposait, à son gré, soit un serment purgatoire soit le jugement de Dieu par duel judiciaire (à la suite d'un défi, au sens usuel du terme, ou riento). Si l'une ou l'autre de ces épreuves tournait à son avantage, il était lavé de l'accusation qui pesait sur lui. Ses ennemis le saluaient devant le concejo, annulant ainsi le djffidamentum. S'il y avait eu duel, il était préalablement derertado sur le lieu de la rencontre. Quand il ne trouvait pas de co-jureurs ou rue le duel lui était défavorable, il devait la caloña et sortait ennemi à perpétuité.

16La procédure était la même quand il y avait plu sieurs défiés, mais elle était rendue plus compliquée du fait du grand nombre de combinaisons possibles- un seul défié, plusieurs, tous se présentent au plaid, ou bien aucun n'est là le jour de l'audience ; un seul, plusieurs, tous rejettent l'accusation, ou bien aucun ne se risque à le faire. Pour ne pas alourdir cet exposé, on retiendra seulement rue si tous les défiée font défaut, le plaignant, le dimanche suivant, désigne parmi eux, "en concejo", un ennemi à. perpétuité et un ennemi pour un an. Sinon, c'est le serment purgatoire ou le duel judiciaire qui permettent de trancher. Mais, en aucun cas, il ne peut y avoir plus de deux ennemis (l'un à perpétuité, l'autre pour un an). Ils paient ensemble la coloña. Les autres défiés sont "salués".

  • 28 "Venga. al conceio et connosca la muerte et alçe la mano por enemigo." (Fueros castellanos… p. 201 (...)
  • 29 Encartado, c'est à dire que son nom était inscrit sur le "livre" du concejo.
  • 30 Trois jours, neuf jours, trois fois neuf jours.
  • 31 Jusqu'à l'expiration du délai. Ils pouvaient ensuite, dans certaines villes, être mis à mort. Aill (...)

17Au terme de la procédure que l'on vient de décrire de façon sommaire, et qui, à des détails près, est à peu près partout la même, l'individu reconnu coupable de vent l'ennemi non plus seulement de ceux qui l'ont défié mais aussi de toute la communauté des vacinos. Il est proclamé tel devant l'assemblée générale à Soria, il lui fallait avoues son crime devant, le concejo et "lever la main comme ennemi"28. Il était désormais enemigo sacado, conocido, manifiesto, ou encore encartado29. En général, on lui accordait un délai, qui variait selon les chartes urbaines, pour verser le montant de la caloña30. Il pouvait être remis à ses ennemis jusqu'à ce qu'il se soit acquitté, mais il leur était interdit de a maltraiter31.

  • 32 A Gamora, les omezianos devaient éviter leurs ennemis : "… hulos viren, tuelgan elles de la. carre (...)

18L'exil était la conséquence normale de l'inimicitia reconnue. Il n'était cependant pas imposé partout, Mais 1à où il n'était pas une obligation, l'enemigo conocido devait rester enfermé dans sa. maison ou bien éviter de rencontrer ses ennemis, sinon il n'avait aucune protection et il était interdit à quiconque de lui prêter assistance s'il était attaqué par ceux qui ne lui devaient plus la. foi32. Il était donc bien un exclu, même lorsqu'il n'était pas un exilé.

  • 33 Ce délai pouvait se confondre avec celui qui était accordé pour le paiement de la caloña.
  • 34 "… et estos enemigos… si al tercer dia non queserien salir de la vila… faga les el conceyo salir d (...)
  • 35 "…et quando exierint inimico donent fiadores quod non facient mal in Madrid et in suo termino." (E (...)
  • 36 Si l'on trouvait la mort en protégeant un ennemi, il n'y avait pas lieu è caloña.

19Là où l'exil était de règle, l'ennemi avait un délai pour quitter la ville -trois jours, neuf jours, trois fois neuf jours- pendant lequel il était sous sauvegarde, afin de régler ses affaires33. Ensuite, s'il ne partait pas volontairement, le concejo le chassait. Passé le délai, ses ennemis avaient, d'ailleurs, toute latitude de le tuer34. Afin de s'assurer contre son retour et contre les méfaits qu'il pourrait alors commettre, on exigeait parfois qu'il donnât des garants, sinon on confisquait ses biens35. Il était aussi interdit, sous peine d'amende, de lui donner asile36.

  • 37 Les deux concepts de "traición" et de "alevosia" paraissent se confondre dans les chartes urbaines (...)
  • 38 Le meurtre commis "en concejo" est assimilé à la trahison.
  • 39 "…et exeat per traditore et per alevoso de Madrid et de suo termino, e eiecten suas casas in terra (...)

20Je ne dirai que quelques mots de la trahison ou alevosia37. Il s'agit d'un manquement particulièrement grave à la foi. Est traidor ou alevoso, par exemple, celui qui tue un vecino qui n'a pas été préalablement défié ou nui bénéficie d'une trêve ou d'une sauvegarde ; le meurtrier de ses parents ou grands-parents, de son maître38. Le châtiment est généralement, la mort. L'attitude de la communauté à l'égard du traidor n'est pas passive comme dans le cas de l'ennemi qu'il est seulement interdit d'aider-tout vecino doit le poursuivre et, s'il l'atteint, le tuer. S'il réussit à prendre la fuite, il ne pourra jamais revenir dans la ville : "nunquam concilio reconcilietur", précise le fuero de Cuenca. Sa maison est abattue, et c'est le symbole d'une exclusion définitive39.

  • 40 Certaines chartes urbaines stipulent expressément que les meurtriers et les auteurs de rapt pourro (...)
  • 41 Cette intégration est certainement devenue plus difficile une fois que la population des villes s' (...)
  • 42 Les exemples qui nous sont parvenus sont ceux de nobles. Mais ils n'étaient certainement pas les s (...)
  • 43 En particulier, les bandes de golfines, qui écumaient, au xiiiè. siècle, une partie de la Manche e (...)

21Que devenaient les "ennemis" et les "traîtres" après avoir quitté leur ville ? Rien ne permet de la savoir avec certitude. Beaucoup de ceux dont l'inimicitia était fixée à un an retrouvaient sans doute leurs foyers au terme de leur exil. Pour les autres, il leur fallait attendre le bon vouloir de leurs ennemis. Tous n'étaient admis de nouveau au sein de la communauté qu'après avoir été solennellement "salués" devant le concejo mayor, l'assemblée générale. Mais certains demeuraient dans les villes où ils avaient trouvé refuge et y "peuplaient" définitivement. Du xiè. au xiiiè. siècles, reconquista et repeuplement ont créé de nouvelles agglomérations où l'on cherchait à attirer de nouveaux populatores sans regarder de trop près h leurs antécédents40. Cependant tous les omezianos ne retrouvaient pas leur place dans les villes dont ils avaient été exclus. Ou bien, pour des raisons diverses, ils ne s'intégraient pas dans une nouvelle communauté41. Il est vraisemblable qu'ils devenaient des errants. Quelques-uns gagnaient les terres d'Islam, dans la Péninsule ou en Afrique du Nord42. D'autres allaient grossir les bandes de malfaiteurs oui brigandaient à travers un pays encore peu peuplé et "sous-administré"43.

  • 44 Cf. Abilio BARBERO et Marcelo VIGIL, Sobre los origenes sociales de la reconquista, Barcelone, 197 (...)

22Composition, vengeance privée, inimitié, trahison n'ont pas été "inventées" par les vecinos des villes castillanes. C'est un très vieil héritage qui renvoie, pour l'inimitié notamment, à d'anciens interdits44. Mais ces institutions d'un droit primitif ont été amalgamées en un système cohérent d'exclusion afin de maintenir la prépondérance, dans les sociétés urbaines, des familles de propriétaires, d'éleveurs et de guerriers qui avaient le monopole de la vecindad, et pour atténuer les conflits qui les opposaient.

Notes

1 Par "Espagne castillane", nous entendons l'ensemble des terres rassemblées sous la souveraineté des rois de Castille.

2 Marc BLOCH, La société féodale. La formation des liens de dépendance, Paris, 1949, p. 198.

3 Sur l'installation des populatores et l'origine des différends entre lignages, un exemple in Cronica de la población de Avila, éd. Amparo HERNANDSZ SEGURA, Valence, 1966, p. 17-19.

4 Sur la vengeance privée et les institutions judiciaires en général, on trouvera l'essentiel dans l'excellent travail de Jose ORLANDIS, Las consecuencias del delito en el derecho de la. Alta Edad Media, in "Anuario de Historia del Derecho Español," t. XVIII (I947), p. 61-166. Cf. aussi, du même auteur : Sobre el concepto del delito en el derecho de la Alta Edad Media, ibid. t. XVI (1945), p. 112-192.

5 Vicinus/vecino est le terme le plus communément employé le membre à part entière d'une communauté urbaine. Burgensis/burgues est rare. On trouve plus fréquemment civis/cibdadano. Cf. Luis Garcia de Valdeavellano, Sobre los burgos y los burgueses de la España médieval (notas para la historia de los origenes de la burguesia), Madrid. 1960. p. 133-156)

6 ORLANDIS, o.c., p. 88-92 et 118. L'arrangement impliquait sans doute le paiement d'une indemnité pécuniiaire distincte de la part de la caloña déjà perçue par la famille de la victime.

7 Quelques exemples : "Tamen siguis publicam meretricem ui oppresserit aut deshonestaverit, nichil nectet" (Fuero de Cuenca, éd. UREŇA Y SMENJAUD, Madrid, I935. p. 820, XXVIIII). "Tod vezino que a ome albarran matare non peche syno el omezillo viejo, e non exca enemigo" (Fuero de Guadalajara, ed. Hayward KENISTON, New York, 1965, p. 9, par.48). "Qui matare vel firiere aut omne mudo aut sordo aut loco et exido xuo sensum non pec-tet nullo coto… (El fuero de Madrid, Madrid, 1963, p. 55, XLVII).

8 A Madrid, l'aldeano ou le morador qui tuait un heredero (= vecino propriétaire) payait une caloña de 20 maravédis et il était pendu. En revanche, l'heredero qui tuait un aldeano non propriétaire ou un morador qui était seulement locataire de sa maison payait seulement 10 marevedis.

9 "Et aun hi ha. otra manera de amistad, segunt la costumbre de España, que pusieron antiguamente los fijosdalgo entre si, que se non deben deshonrar nin facer mal unos e. otros" (Las Siete Partidas del Rey Don Alfonso el Sabio, Madrid ; 1807, t. III, Part. IV, tit. XXVII, ley IV, p. 148).
"Desafiar o tornar amistad son dos cosas que fallaron los fijosdalgo antiguamente, moniendo entre si amistad et dan-dose fe para non facerse mal los unos a los otros a sonora, a menos de se desafiar primeramente" (ibid. tit. XI, p. 600). "Desafiamiento es cosa que aparte a home de la fe que los fijosdalgo.pusieron entre si antiguamente que fuese guar-dada entre ellos como enmanera de amistad" (ibid. part. VII, tit. XI, ley I, p. 600).

10 L'omeziano/omiziero est l'ennemi accusé d'un meurtre ou d'un acte assimilé à. un meurtre.

11 Pour la femme adultère, cf. Fuero de Cuenca, p. 320, XXXVII et Fuero de Usagre (siglo XIII), ed. R. UREŇA Y SMENJAUD y A. BONILLA Y SAN MARTIN, Madrid, 1907, p. 25, par. 66.

12 "Quicumque mulieri mamillas absciderit pectet ducentos aureos et exeat inimicus" (Fuero de Cuenca, p. 322, XXXIII). "Qui caponnare a otro…peche CCmrs. et sea enemigo del canonado e de sus narientes." (Fueros castellanos de Soria y Alcala de Henares, edición y e studio de Galo SANCHEZ, Madrid, 1919, p. 185, par. 212).

13 Pour le viol, vid. entre autres, Fuero de Cuenca, p. 318, XXIIII, et fuero de Salamanque in Fueros leoneses de Zamora, Salamanca y Alba de Tormes. edición y estudio de Americo CASTRO y Federico de ONIS, Madrid, 1916, par. 212).

14 Autres exemples de voies de fait- "Quicumque anum in facie alicuius posuerit…exeat inimicus" (Fuero de Cuenca, p. 352). "Quicumque alicui extra domum suam palum miserit per anum… exeat inimicus." (ibid.).

15 "Qui dixerit alicui leprosum, aut cornutum, aut fututum, aut filium fututi…" (Fuero de Cuenca, p. 336).

16 "Mugier oue a solas sin sos narientes tornar marido…Et qui la tornar sit inimicus" (Fuero de Usagre, p. 25). Manceba orohana parientes de ambas partes la casen. Et si narientes de una parte la casaren, qui eam casaverit sit inimicus et pectet el coto a los otros narientes assi como si la matasse (ibid. p. 25-26).

17 "Si snonsus snonsam cognoverit et post eam reoudiaverit, pectet centum aureos et exeat inimicus" (Fuero de Cuenca, p. 756).

18 "Si mancipium mercennarium filiam domini sui cognoverit… exeat inimicus omnium domini parentum in perpetuum" (Fuero de Cuenca, p. 756).

19 Los fueros de Sepulveda, edición por Emilio SÁEZ, Ségovie, 1953, p. 80, tit. 47.

20 On énumère aussi souvent les parents qui peuvent poursuivre : père, fils, petit-fils, frère, neveu, cousin (jusqu'au troisième degré).

21 "Et cunnado, de tanto parentesco commo esto es, aviendo la oarienta viva, mate con ellos, mas non en su cabo" (Los fueros de Sepulveda…p. 81, tit. 50).

22 "Al qui su parient matare e fuere en pos de su enemigo e lo matare, non peche nada." (Fuero de Guadalajara, p. 13, par. 77).

23 "Si alguno de aquellos aqui fuere demandada la tregua, por escusar sse rue la non de, dixiere quel quiere saludar a aquel contra quel fuere demandada la tregua, quel vala, et salude lo lunes en concejo pregonado, et entre tanto que esten en tregua" (Fueros castellanos…p. 187, par. 488).

24 El fuero de Madrid, p. 50, par. XXVI : "Toto homine a quien dixerint los fiadores…." afia a Fulan a foro de Madrid, aut da fiadores de salvo…"

25 Les textes ne sont pas explicites sur ce point.

26 On cherchait donc à limiter le plus possible le champ de la faide.

27 La description de cette procédure fait l'objet du chapitre XIII du fuero : "De calumoniis homicidarum et de diffidiatis" (Fuero de Cuenca, p. 968-400).

28 "Venga. al conceio et connosca la muerte et alçe la mano por enemigo." (Fueros castellanos… p. 201, par. 517).

29 Encartado, c'est à dire que son nom était inscrit sur le "livre" du concejo.

30 Trois jours, neuf jours, trois fois neuf jours.

31 Jusqu'à l'expiration du délai. Ils pouvaient ensuite, dans certaines villes, être mis à mort. Ailleurs, on se contentait de leur couper la main droite.

32 A Gamora, les omezianos devaient éviter leurs ennemis : "… hulos viren, tuelgan elles de la. carrera, e se non entren en alguna casa e se non pueden aver casa, en que entren tonnenle elas espaldas- (Fueros. leoneses…, p. 24-25).

33 Ce délai pouvait se confondre avec celui qui était accordé pour le paiement de la caloña.

34 "… et estos enemigos… si al tercer dia non queserien salir de la vila… faga les el conceyo salir de la. vila" (Fueros leoneses… p. 5, par.4).

Il était cependant interdit de mutiler son ennemi après l'avoir tué : "Naguer que con derecho pueda matar qual quier su enemigo conoscido sin calonna. ninguna, sea defendido que lo oviere muerto nol destorpe nil lieve ninguna cosa, miembro ni otra cosa delo suyo oor sennal" (Fueros castellanos… p. 198, par. 508).

35 "…et quando exierint inimico donent fiadores quod non facient mal in Madrid et in suo termino." (El fuero de Madrid, p. 45, par. IX).

36 Si l'on trouvait la mort en protégeant un ennemi, il n'y avait pas lieu è caloña.

37 Les deux concepts de "traición" et de "alevosia" paraissent se confondre dans les chartes urbaines. Sur ces termes, cf. Aquilino IGLESIA FERREIROS, Historié, de la traición. La traicion regie, en Léon y Castilla, Santiago de Compostele, 1971, p. 114-123, et Juan GARCIA GONZALEZ, Traicion y alevosia en la Alta Edad Media, in Anuario de Historia del Derecho Español, t. XXXIII (1962).

38 Le meurtre commis "en concejo" est assimilé à la trahison.

39 "…et exeat per traditore et per alevoso de Madrid et de suo termino, e eiecten suas casas in terra el conceio" (El fuero de Madrid, p. 46, par. XII).

40 Certaines chartes urbaines stipulent expressément que les meurtriers et les auteurs de rapt pourront "peupler".

41 Cette intégration est certainement devenue plus difficile une fois que la population des villes s'est stabilisée : l'accès à la vecindad s'est Plus ou moins fermé.

42 Les exemples qui nous sont parvenus sont ceux de nobles. Mais ils n'étaient certainement pas les seuls.

43 En particulier, les bandes de golfines, qui écumaient, au xiiiè. siècle, une partie de la Manche et de l'actuelle Extrémadure.

44 Cf. Abilio BARBERO et Marcelo VIGIL, Sobre los origenes sociales de la reconquista, Barcelone, 1974, p. 150-152.

Auteur

Université de Nice

© Presses universitaires de Provence, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540