Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exclus et systèmes d’exclusion dans la littérature et la civilisation médiévales

La jalousie, signe d'exclusion dans la littérature médiévale en langue occitane

Jacques de Caluwé

Texte intégral

1Lorsqu'il lui arrive - et ce n'est pas peu fréquent ! - de mettre en scène un amour adultère, la littérature, c'est bien connu, privilégie volontiers l'aimant aux dépens du mari. Le légitime époux ne devient-il pas, par la magie du verbe et de l'amour, le "profane insultant", chez Alfred de Vigny ? Et encore le poète de la Maison du Berger avait-il édulcoré une première version du texte, dans laquelle il évoquait sans ménagement "[…] ce mort ranimé que l'on dit ton époux […]"… A peine peut-on trouver quelques exemples du traitement inverse dans les lettres contemporaines : c'est le cas de l'oeuvre théâtrale Histoire de rire, où Armand Salacrou présente un singulier mari expliquant à un amant que le plus trompé des deux n'est pas toujours celui qu'on croit, puisqu'un seul est assez peu respecté par la femme pour qu'elle lui fasse accepter consciemment le partage.

2La littérature médiévale ne semble pas, en l'occurrence, avoir poussé aussi loin la subtilité de la casuistique amoureuse dans l'analyse du mari, jaloux à tort ou à raison, même si, au xiième et au xiiième siècle, l'adultère constitue un des éléments moteurs essentiels de la production romanesque. Qu'il s'agisse d'Iseut ou de Fénice, qu'il y ait ou non refus de partage, c'est en dehors des "liens sacrés" que l'héroïne trouve la réalisation concrète de ses aspirations sentimentales.

  • 1 Je renonce à citer ici tous les commentateurs qui ont insisté sur cet aspect de l’amour médiéval. (...)
  • 2 Cf. Moshé LAZAR, Amour courtois et fin’Amors, Paris, 1964.

3Combien de fois n'a-t-on pas commenté cet amour adultère1 en développant de subtiles nuances entre la fin'amors, l'amour courtois et l'amour chevaleresque2, en sublimant par des explications psychologiques ou sociologiques une pratique peu conforme à notre morale moderne ou à nos moeurs. De l'amoureux et de sa "dom(p)na", peut-être n'ignorons-nous plus grand'chose. Mais, par principe - si j'ose dire -, ce duo est insuffisant pour préserver la spécificité de l'amour médiéval. Il manque le mari, personnage essentiel, catalyseur du frisson courtois sans qui l'amour ne peut prendre la forme que d'une intrigue honteuse ou d'une distraction pour midinette ou pastoure. Or, si sa présence est attestée dans la plupart des oeuvres que nous lisons, le mari romanesque ne semble pas avoir beaucoup plus de chance dans ses rapports avec les historiens de la littérature que dans ses rapports, littéraires, avec sa propre épouse : parfois, on l'a trompé, plus souvent on l'a négligé.

  • 3 Le mari jaloux dans la littérature romanesque des xiie et xiiie siècles, dans Studi Medievali, XVI (...)
  • 4 Le rire et le sourire dans le roman courtois en France au moyen âge (1150-1250), Genève, 1969, pp. (...)
  • 5 Les troubadours et la .jalousie, dans Mélanges de langue et de littérature du moyen âge et de la r (...)
  • 6 Montpellier, 1965.

4Cette situation connaît, par bonheur, des exceptions dignes d'être remarquées. Ainsi le mari jaloux dans la littérature romanesque du Nord de la France, et dans le roman de Flamenca - volontiers annexé ! - a-t-il fait l'objet d'une belle étude due à Alexandre Micha3, et Philippe Ménard a consacré au sujet quelques pages pénétrantes de son ouvrage bien connu sur Le rire et le sourire…4. Pour ce qui concerne les oeuvres des troubadours, nous possédons un article important d'Erich Köfhler5, qui envisage aussi bien la jalousie de l'amant que celle du mari, et Charles Camproux s'est aussi penché sur le problème dans Le Joy d'Amor des Troubadours6.

  • 7 Art, cit., p. 320 ou p. [464]
  • 8 Art, cit., pp. 543-544.

5La lecture de ces travaux convainc aisément de l'intérêt du thème et des nuances qu'il présente, en dépit de constantes inévitables. Epinglons ces deux jugements qui se trouvent aux pôles des intérêts de la critique : selon Alexandre Kicha, "chaque écrivain a su créer un type original, et si l'on peut relever dans toutes ces créations un certain nombre de traits communs (comment pourrait-il en être autrement ?), on a beaucoup moins ici que dans la peinture de l'amour par exemple, l'impression d'une représentation stéréotypée, reproduite avec de menues variantes et trop de rabachage, par des kyrielles de romanciers, plutôt pauvres observateurs."7. Plutôt sensible au contenu idéologique qu'à la forme, Erich Köhler, reprenant en partie des idées exprimées par Charles Camproux, constate que "l'Amour courtois ne tolère pas la jalousie. […] La Jalousie, c'est la manifestation maladive ou ridicule d'une certaine forme de l'orgueil et d'une certaine forme de la cobeitat. La forme qui déshonore le plus l'autre, qui en fait fi davantage, qui le méprise le plus. Ici les troubadours sont à l'opposé de l'adage populaire qui dit que l'on n'est jaloux que de ce que l'on aime."8.

6Nous voyons apparaître dans ces remarques, aussi judicieuses l'une que l'autre, deux visions du problème qui dépendent évidemment de l'intérêt des commentateurs pour l'une ou l'autre perspective critique, mais aussi de la nature même des oeuvres étudiées : d'une part les oeuvres romanesques, d'autre part la poésie lyrique. Dans les romans, l'étude psychologique du personnage jaloux peut s'inscrire dans l'économie de l'oeuvre, conformément à l'art narratif ; dans la lyrique, plus condensée par essence, le jaloux est purement et simplement exclu par l'amant, dans un mouvement d'agressivité sentimentale.

7Pourtant, ce clichage apparent de deux attitudes littéraires liées, semble-t-il, à la forme d'expression choisie par les auteurs, reste trop caricatural pour correspondre à la réalité. C'est pourquoi il ne nous a pas paru inutile de reprendre la question sous un autre aspect pour tenter de la saisir plus globalement.

***

8Si l'on envisage la situation sans tenir compte, provisoirement, de la chronologie ni de la pluralité formelle des genres littéraires concernés, on constate qu'il existe bien différents types de maris jaloux.

9Un schéma simpliste - comme ceux qui ont été mis à la mode par les sémioticiens - peut nous permettre de fixer notre attention sur une double dichotomie :

10Lorsqu'apparaît un amour adultère, le mari intervient, en effet, comme un personnage agissant et réel ou alors, son existence étant virtuellement posée, il n'intervient pas dans l'action. S'il est "absent", il peut être qualifié de "jaloux" ou ne retenir en rien l'attention de l'auteur, ce qui est, au demeurant, assez rare ; s'il est présent, il peut intervenir en tant que "jaloux" ou en tant que "non jaloux", ce qui est aussi assez rare, mais au moins en connaîton un exemple important dans le lai de Lanval.

11En prolongeant ces distinctions, on peut aisément classer les oeuvres concernées : c'est du côté du mari "absent" qu'on devra placer la plupart des oeuvres des troubadours. Celles-ci évoquent même assez rarement le mari, dont l'existence est pourtant évidente dans la plupart des cas où nous lisons un poème amoureux, vers ou canso.

  • 9 Nouvelle anthologie de la lyrique occitane du moyen âge. [Avignon. 1970], pp. 149-150.
  • 10 Old Provençal and Old French, dans Eos - An Enquiry into the Theme of Lovers’ Meetings and Parting (...)
  • 11 Art, cit., p. 358.

12Dans la chanson d'aube ou alba, genre popularisant, comme l'a montré Pierre Bec9, la présence d'un mari est presque toujours affirmée par les mots du texte, mais ce personnage reste virtuel, car l'auteur ne nous le montre jamais agissant. Les pièces occitanes répertoriées par Brian Woledge10 apportent sur ce phénomène littéraire plusieurs témoignages dignes d'intérêt : dans une alba anonyme du douzième ou du treizième siècle (En un vergier sotz fuella d'albespi - P.C., 461, 113), les amoureux s'ébattent dans un verger, au chant des oiseaux, et cela, nous dit le personnage féminin, "en dépit du jaloux" (en despieg del gilos)11 ; chez Guiraut de Borneill (Reis glorios. verais lums e clartatz - P.C., 242, 64), les amants craignent que le jaloux ne les surprenne endormis côte à côte :

  • 12 Ibid., p. 359.

Et ai paor que l gilos vos assatge12

  • 13 Art, cit.
  • 14 Cfr Raimbaut de Vaqueiras (?), Gaita be (P. C. 392, 16a), dans Brian WOLEDGE, art, cit., p. 365.

13Ce qui paraît ici très caractéristique, c'est l'absence de toute autre justification de l'amour adultère. Le seul mot gilos semble la raison nécessaire et suffisante pour libérer l'épouse de toute contrainte morale et pour exclure le mari de ce monde du sentiment où on ne lui accorde ni place ni sympathie. Et pourtant, comme l'a noté Erich Köhler13, tout se passe dans une atmosphère de foi profonde où il n'est pas rare que l'on demande à Dieu de prolonger la nuit…14.

  • 15 Ibid., pp. 360-361.

14C'est dans ce sens, et dans ce sens seulement, que je considérerais volontiers la jalousie comme un "signe" d'exclusion. Signe complexe dans la mesure ou le mot gilos lui-même apparaît toujours chargé d'un monde de significations susceptibles d'infléchir la lecture du texte dans un sens très précis. Dès lors on s'étonne peu de trouver dans le champ sémantique de gilos des mots ou expressions comme vilan et mais maritz, chez Cadenet (S'anc fui belha ni prezada - P.C., 106, 14)15.

  • 16 Art, cit.
  • 17 Op. cit.
  • 18 Je me permets de renvoyer à mon article L’élément chrétien dans les lais de Marie de France, dans (...)

15Nous savons déjà, grâce aux travaux d'Alexandre Micha16 et de Philippe Ménard17 que les jaloux narratifs font souvent l'objet d'un traitement plus nuancé de la part des écrivains médiévaux. Mais s'il arrive, là aussi, que la jalousie du mari n'apparaisse que comme un signe, toujours elle libère l'épouse et lui permet d'exprimer, sans déplaire à Dieu, semble-t-il, son désir d'autre "déduit". Que l'on songe aux lais de Yonec et de Guigemar : ne voit-on pas, notamment, dans l'une de ces oeuvres, une mal mariée prier Dieu pour qu'il lui accorde un amant, et voir son voeu se réaliser sur le champ ?18.

16Mais c'est dans la littérature occitane que le passage d'une conception du mari jaloux à une autre me paraît le plus révélateur d'un art littéraire en mouvement.

  • 19 Cfr Jean BOUTIERE et A.H. SCHUTZ, Biographies des Troubadours, éd. refondue… avec la coll. d’I.M. (...)
  • 20 Cfr la bibliographie du sujet dans Maurice DELBOUILLE, Le Roman du Castelain de Couci et de la Dam (...)
  • 21 Cfr Les Troubadours II, Le trésor poétique de l’Occitanie, texte et traduction par René NELLI et R (...)
  • 22 Ed. Irénée CLUZEL, Paris, 1958.
  • 23 Les Troubadours - Jaufre, Flamenca, Barlaam et Josaphat, trad. de René LAVAUD et René NELLI, Paris (...)

17Si l'on omet l'intéressante vida de Guillem de Cabestaing19 et sa légende du coeur mangé, qui se rattache au thème étudié ici, mais pose des problèmes qui nous entraîneraient trop loin20, nous nous trouvons en présence de trois textes bien connus : les Noyas del Papegai d'Arnaut de Carcasses21, le Castia Gilos de Ramon Vidal de Bezalu22 et le célèbre roman anonyme de Flamenca23.

  • 24 Op. cit.. II, p. 187.

18Sans établir de distinction plus subtile, René Nelli appelle ces trois oeuvres des "Castia-Gilos"24, terme qui, précisément, ne convient bien qu'à la nouvelle de Ramon Vidal de Bezalu, telle que l'a éditée et traduite le regretté Irénée-Marcel Cluzel. C'est là seulement que le châtiment du jaloux paraît bien être le sujet principal. Ces romans ont sans doute en commun la présence d'un mari trompé, mais cette ressemblance me paraît assez superficielle et elle ne doit certainement pas nous masquer des différences fondamentales.

  • 25 Ibid., p. 216.

19Dans les Novas del Papegai, on peut voir - et c'est là une histoire bien connue - un perroquet messager d'amour convaincre une épouse, fidèle jusqu'à ce jour, de tromper son mari avec un charmant chevalier. Et, comme ces futurs amants ne reculent pas devant les mesures les plus spectaculaires pour éteindre leur feu intérieur, ils autorisent le perroquet à enflammer une aile du château, espérant ainsi attirer l'attention du mari sur un autre péril… Certains commentateurs ont tenté d'expliquer cette aventure par une psychanalyse du feu25 ; j'avoue y voir surtout un épisode plaisant, au demeurant narré avec beaucoup d'habileté et d'humour.

20Dans cette nouvelle, le mari est aussi peu présent que dans les chansons d'aube et l'on n'entend à aucun moment l'épouse se plaindre de lui. Ne la voit-on pas, au contraire, résister au perroquet tentateur en disant :

  • 26 Ibid., pp. 220-221.

- "Perroquet, je veux bien que vous sachiez que celui
Que j'aime est l'homme le plus accompli du monde."
- "Qui est-ce donc, Madame ?" - "Mon mari."26
(-"Papagay, be vuelh que sapiatz
Qu'eu am del mon lo pus aibit."
- "E vos cal, dona ?" - "Mo marit.")

  • 27 Ibid., p. 220.

21C'est à une dialectique où intervient un thème de la fin'amors que le perroquet devra son succès. La dame ne cherche pas à châtier un jaloux, mais succombe, sans plus, à l'idée que "ce n'est jamais justice que le mari / Soit souverain sur tout." (Jes del marit non es razos / Que sia del tot poderos :)27

22Quant au sentiment de jalousie lui-même, il est à peine implicite dans ce texte. C'est le perroquet qui utilise le mot gilos en parlant du mari au futur amant :

  • 28 Ibid., pp. 250-231.

Quoi qu'en ait le jaloux,
Vous pourrez vous donner du plaisir,
Couchés tous deux sur un même lit.28
(Ab mal grat qu'en aya-l gilos
Poiretz ab lui aver delieg
E jazer ab el en un lieg.)

23N'est-ce pas simplement là indiquer la nécessité de la ruse : il va de soi que le mari n'inviterait pas spontanément l'amoureux à prendre place dans le lit conjugal…

24On peut donc considérer, à la limite, que la jalousie apparaît ici encore comme un signe destiné seulement à atténuer la responsabilité de l'épouse adultère, mais rien ne nous dit que les liens du mariage lui apparaissaient comme une contrainte avant l'arrivée du perroquet.

25Le Castia Gilos, nous l'avons dit, pose tout autrement le problème, puisqu'on y voit une épouse fidèle céder à une requête amoureuse dans le seul but de punir son mari. Celui-ci, en effet, a osé douter d'elle et a imaginé tout un scénario grotesque destiné à tester sa fidélité. Ainsi déshonorée par un mari abusif, la jeune femme brise toute chaîne morale et invente mille mauvais tours qui seront pour lui autant de vexations. Selon la formule traditionnelle, ce gilos va se retrouver, comme le "cocu magnifique" de Crommelynck, cocu, battu et content… En outre, pour bien nous indiquer que là se trouve la "senefiance" de son oeuvre, Ramon Vidal présente clairement une "morale à la fin de sa nouvelle :

  • 29 Irénée CLUZEL, op. cit.. trad., p. 43 ; texte, p. 32.

Les dames ont, en effet, une telle puissance, elles ont vraiment un tel pouvoir qu'elles font, lorsqu'il leur plaît, passer le mensonge pour la vérité et la vérité pour le mensonge, tant leur intelligence est subtile. Et que tout homme se garde d'une telle affaire, afin de n'être pas toujours en souci, en douleur et en colère, car l'homme que domine la jalousie se plaint et soupire souvent : il ne fera jamais rien de bien, puisqu'il n'y a pas au monde, seigneur, une maladie aussi laide, aussi folle, aussi honteuse que la jalousie.29
(que donas tan gran poder an, elas an be tan gran poder que messonja fan semblar ver e ver messonja eissamen, can lor plai, tant an sotil sen. Et hom gart se d'aital mestier, que no.n esti'en cossirier tostemps mais, en dol et en ira, que soven ne planh e.n sospira hom que gilozia mante ; mai nulh mestier no fara be, qu'el mon tan laia malautia non a, senher, can gilozia, ni tan fola, ni tan aunida,)

  • 30 Philippe.-.MEHARD, op. cit.. p. 251.

26Sans doute pourrait-on considérer que la jalousie du mari trouve son excuse dans les propos médisants qui lui ont été rapportés par un "losengier", mais il n'en reste pas moins vrai que, comme l'a noté Philippe Ménard, "l'auteur du Castiagilos prend plaisir à décrire, en outre, la bastonnade reçue par le mari […]". Devenu "gilos", il perd tout droit à la sympathie et ses malheurs ne peuvent plus provoquer que le rire30.

  • 31 Ibid.. p. 253.

27Le Roman de Flamenca répond à des intentions beaucoup plus hautes sur le plan littéraire, et notamment dans le traitement du thème qui nous intéresse ici. Dans ce roman, "le jaloux cesse d'être un personnage secondaire ; il tient le devant de la scène ; la peinture de son égarement et de ses déboires se fait sur le mode grotesque, mais ne manque ni d'ampleur ni de profondeur."31.

  • 32 Voir ici même la communication de Philippe Ménard.

28En effet, tout se passe ici comme si l'auteur avait voulu décrire un jaloux des plus forcenés qu'il soit. Ses actes ressemblent d'ailleurs à s'y méprendre aux attitudes dictées par la folie32 :

  • 33 Les Troubadours, pp. 700-705.

Car vraiment je suis un jaloux comme on n'en vit jamais : je les dépasse tous. Et je serai à juste titre cocu ! Mais pourquoi dire : je serai ? Je le suis déjà, je le sais trop bien. "Alors il s'irrite fortement contre lui-même, se tire les cheveux, se pèle les joues, se mord les lèvres, grince des dents, frémit et frissonne, brûle et grille et fait de très mauvais yeux à Flamenca.33
(Car veramenz sui eu gelos plus de null ome ques anc fos ; Los autres n'ai eu vencutz totz, E per bon dreg serai cogotz. hais ja no-m cal dire : serai, Qu'ades o sui, que ben o sai !" À si meseis fortmen s'irais, Tira-s los pels, pela-s lo cais, Manja-s la boca, las dens lima, Fremis e frezis, art e rima, E fai trop mals oils a Flamenca.)

29Mais, même grâce à de tels détails, on peut voir que le personnage jaloux n'est pas considéré ici comme une "fonction narrative", comme un "signe", mais comme un individu réel et changeant dont on nous montre, non sans sympathie parfois, la lente désagrégation mentale et physique. Paré, au début du roman de toutes les qualités que l'on attribue habituellement à l'amoureux courtois, Archambaut assiste, comme un témoin impuissant, a sa propre déchéance :

  • 34 Ibid., pp. 704-705.

"Hélas ! pauvre malheureux, soupçonneux et renfrogné, te voilà maintenant brûlant d'amour et fou de jalousie ; rogneux, barbu, tout hérissé ; ta barbe est farouche et raide et semble à Flamenca un buisson d'épines ou la queue d'un écureuil sauvage.34
(Alas ! caitiu malaurat, Engilosit, engratonat, Ar iest tu fols gelos affriz ; Ro[i]nos, barbutz, espelofitz, Tiei pel son fer et irissat Que semblon Flamencha espinat E coa d'esquirol salvage.)

30N'est-il pas caractéristique de noter combien l'auteur se plaît à faire son éloge avant de décrire sa jalousie, en précisant notamment qu'il a beaucoup vécu, qu'il connaît bien les femmes, qu'il est délicat, compréhensif et généreux. Il n'y a pas en lui cette avarice qui est souvent complémentaire de la jalousie dans la littérature médiévale.

31Archambaut apparaît en fait comme un "jaloux malgré lui et, surtout, comme un jaloux par amour véritable. Et c'est seulement parce qu'il rendra la vie impossible à sa flamboyante épouse qu'il la contraindra à trouver la solution extrême que l'on sait. Mais il ne me semble pas qu'il s'agisse véritablement d'un jaloux que l'on châtie et l'on peut se demander quel sort lui réservait l'auteur de cette oeuvre admirable mais malheureusement inachevée.

***

32De ce rapide survol nous pouvons conclure que l'exclusion du jaloux, conforme, semble-t-il, à l'orthodoxie de la fin'amors chez les troubadours, a souvent joué le rôle d'un signe littéraire important dans les oeuvres médiévales. Il permet, en effet, de faire franchir les limites imposées par la morale chrétienne en évitant le sentiment de "péché". Toute attitude immorale semble permise dès le moment ou le "péché" de jalousie apparaît pour libérer les autres.

  • 35 Cfr Anthime FOURRIER, Le courant réaliste dans le roman courtois en France au moyen âge. Paris, 19 (...)

33Mais les écrivains du xiiième siècle me paraissent, ici comme ailleurs, avoir rejeté cette conception formalisante du signe sans renoncer à ses implications morales. Donnée initiale et préalable, pourrait-on dire, au texte, la jalousie est devenue peu à peu le sujet d'une analyse. D'une conception littéraire où des sentiments clichés jouaient des rôles quasi immuables, on passe à une conception dynamique et plus "réaliste"35 qui laisse une place de plus en plus importante à ce que nous appelons aujourd'hui la psychologie des personnages.

DISCUSSION

34Monsieur PAYEN. Le déplacement d'accent sur la personne du mari n'est-il pas lié à une érotique de plus en plus attachée à l'affirmation que l'amour n'est pas un droit, et que le mari n'est pas le "seigneur" de sa dame ? Car le Castia gilos (et Flamenca) sont des textes à peu près contemporains de la seconde partie du Roman de la Rose… Les losangiers appartiennent à l'univers lyrique ; mais le roman appelle un autre réalisme et donc l'incarnation de la jalousie chez celui qui doit en être normalement le sujet, c'est-à-dire le mari. En même temps s'opérerait une revendication au bonheur qui restaurerait la légitimité du droit au plaisir pour la femme…

35Monsieur DE CALUWE. Il y a effectivement une évolution, mais elle va dans le sens d'une explication de la jalousie naissante, sans toucher à la fonction de ce sentiment dans l'économie des oeuvres.

36Dans le Castiagilos, il n'est jamais dit que la femme ait pris du plaisir dans l'adultère, ni qu'elle ait l'intention de continuer à "mal agir" après la punition du mari. Dans Flamenca, c'est différent, car l'héroïne prend incontestablement du plaisir à ses nouvelles amours.

37Monsieur TEVERA : C'est un. fait surprenant our nous autres modernes, si habitués à voir de plus ou moins longues descriptions Ces tourments de la jalousie accompagner quasi inévitablement 1'"analyse" ce l'amour, rue ces ; .mots même, jaloux, Jalousie, n'apparaissent pratiquement nulle part dans les chansons des troubadours. En tant même que type conventionnel, le gilos est bien moins souvent mentionne ; que le lauzengier ou l'envoies. Une exception assez peu connue mérite peut-être d'être citée ici : c'est la cornière strophe au congé de Peire ce Barjac (seule pièce connue as lui). Tot francamen, où soudain le dédaigneux ; après avoir malmené sa dame, fait volte-face et confesse une jalousie morbide - digne vraiment de Proust ! - comme, semble-t-il, le raison profonde de sa décision de rompre.

Notes

1 Je renonce à citer ici tous les commentateurs qui ont insisté sur cet aspect de l’amour médiéval. En opposition avec cette façon de concevoir le problème, nous trouvons Allan R. PRESS, Amour courtois, amour adultère ?, dans Actes du VIème congrès de langue et littérature d’Oc. Montpellier. 1971. pp. 435-442.

2 Cf. Moshé LAZAR, Amour courtois et fin’Amors, Paris, 1964.

3 Le mari jaloux dans la littérature romanesque des xiie et xiiie siècles, dans Studi Medievali, XVII, 2, 1951, pp. 303-320 ; repris dans De la chanson de,- geste au roman. Genève, 1976, pp. [447]-[464].

4 Le rire et le sourire dans le roman courtois en France au moyen âge (1150-1250), Genève, 1969, pp. 247-253.

5 Les troubadours et la .jalousie, dans Mélanges de langue et de littérature du moyen âge et de la renaissance offerts à Jean Frappier. Genève. 1970, pp. 543-559

6 Montpellier, 1965.

7 Art, cit., p. 320 ou p. [464]

8 Art, cit., pp. 543-544.

9 Nouvelle anthologie de la lyrique occitane du moyen âge. [Avignon. 1970], pp. 149-150.

10 Old Provençal and Old French, dans Eos - An Enquiry into the Theme of Lovers’ Meetings and Partings at Dawn in Poetry, edited "by Arthur T. Hatto, The Hague, 1965, pp. 344-389.

11 Art, cit., p. 358.

12 Ibid., p. 359.

13 Art, cit.

14 Cfr Raimbaut de Vaqueiras (?), Gaita be (P. C. 392, 16a), dans Brian WOLEDGE, art, cit., p. 365.

15 Ibid., pp. 360-361.

16 Art, cit.

17 Op. cit.

18 Je me permets de renvoyer à mon article L’élément chrétien dans les lais de Marie de France, dans Mélanges offerts à Mlle Jeanne Lods (sous presse).

19 Cfr Jean BOUTIERE et A.H. SCHUTZ, Biographies des Troubadours, éd. refondue… avec la coll. d’I.M. Cluzel, Paris, 1964, pp. 530-555.

20 Cfr la bibliographie du sujet dans Maurice DELBOUILLE, Le Roman du Castelain de Couci et de la Dame de Fayel, éd. établie à l’aide des notes de John E. Matzke, Paris, 1936, p. XLVI.

21 Cfr Les Troubadours II, Le trésor poétique de l’Occitanie, texte et traduction par René NELLI et René LAVAUD, Paris, 1966, pp. 214-235. P. SAVJ-LOPEZ, La novella provenzale del pappagallo. dans Atti della r. Aceademia di Archeologia, Lettere e belle Arti di Napoli. XXI. 1900-1901, pp. 129-210 Alberto LIMENTAMI, Cifra cortese e contenimento del narrativo neíle "Novas del papegai", dans Mélanges offerts à Charles Rostaing, Liège, 1974, pp. 619-636.

22 Ed. Irénée CLUZEL, Paris, 1958.

23 Les Troubadours - Jaufre, Flamenca, Barlaam et Josaphat, trad. de René LAVAUD et René NELLI, Paris, 1960, pp. 621-1063.

24 Op. cit.. II, p. 187.

25 Ibid., p. 216.

26 Ibid., pp. 220-221.

27 Ibid., p. 220.

28 Ibid., pp. 250-231.

29 Irénée CLUZEL, op. cit.. trad., p. 43 ; texte, p. 32.

30 Philippe.-.MEHARD, op. cit.. p. 251.

31 Ibid.. p. 253.

32 Voir ici même la communication de Philippe Ménard.

33 Les Troubadours, pp. 700-705.

34 Ibid., pp. 704-705.

35 Cfr Anthime FOURRIER, Le courant réaliste dans le roman courtois en France au moyen âge. Paris, 1960.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3206/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k

Auteur

© Presses universitaires de Provence, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540