Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exclus et systèmes d’exclusion dans la littérature et la civilisation médiévales

"Trubert" ou le triomphe de la marginalité

Jean-Charles Payen

Texte intégral

  • 1 Paris et Genève, Droz, 1974.

1Le fabliau de Trubert, de Drouin de Lavesne, récemment édité par Guy Raynaud de Lage1 relate le triomphe d'un vilain qui, à travers une série d'aventures délirantes, subvertit au sens propre le monde du pouvoir, par la façon dont il ridiculise ses victimes, les rabaisse à son niveau, en même temps qu' il tourne en dérision tout ce qu'il y a de plus sacré. Or Trubert est le marginal par excellence : l'homme sauvage sorti de sa forêt, qui refuse spontanément de jouer le jeu, et qui déploie son activité par delà le bien et le mal, dans un souci constant, à la fois ingénu et pervers, de semer la confusion universelle. Comment s'opère cette subversion, c'est ce que je vais essayer de montrer, en m'interrogeant sur ce conte à rire où je vois autre chose qu'une succession de bons tours. Trubert serait l'œuvre d'un contestataire avant la lettre, qui participe de plusieurs cultures (urbaine, goliardique) et qui inscrit dans son texte un certain nombre de revendications que je voudrais définir.

  • 2 L'oeuvre de Rabelais et la fête carnavalesque au Moyen-Age. Gallimard (Idées), 1970.

2Ce fabliau ne se raconte pas, tant les péripéties en sont diverses, et je renvoie, pour son contenu, à l'excellente analyse de son dernier éditeur. Chacune de ses parties expose un voyage de Trubert hors de sa forêt, pour chercher de l'argent. Le point d'arrivée est le château du duc de Bourgogne, où le protagoniste se signale par ses prouesses sexuelles (avec duchesse, puis avec sa fille) et par une série de fourberies souvent cruelles qui se rattachent au registre de l'énormité grossière par lequel se définit, selon Mikhaïl Bakhtine, la contre-culture2. Au terme du poème, Trubert épouse (eh oui !) le roi Golïas, puis fait couronner la servante qui lui sert de complice : victoire définitive de la roture où je lis plus qu'un dénouement grotesque, mais n'anticipons pas.

  • 3 v.84-85.
  • 4 Il exige de la duchesse pour sa chèvre "inde, jaune, vert et vermeille" (v.114) "un foutre et cinq (...)

3Trubert est un antiPerceval. Ce nice a pour mère une "veuve dame" qui n'a pour enfants que ce rustre et sa soeur, et c'est pour établir celle-ci, qui est vêtue de lambeaux, qu'il part pour la ville. Comme Perceval, Trubert ne sait rien de la vie. Il s'étonne de voir un peintre exécuter un crucifix et demande quel est ce preudom que l'on a clofichié3 ; il ignore la complexité des monnaies et ne calcule qu'en deniers, ne connaissant pas la valeur du sol, qui est une unité de compte. On retrouve ici le thème du sot qui consent aux marchés de dupe (il échange sa génisse contre une chèvre et se fait rouler par le peintre auquel il a demandé - idée qui n'est qu'apparemment saugrenue - de barioler l'animal) ; mais comme dans tous les contes qui utilisent ce thème, l'échange disproportionné tourne au profit du naïf. En même temps que Trubert affiche avec sa chèvre multicolore sa marginalité provocatrice, il trouve le moyen de vendre deux fois l'animal, à la duchesse puis au duc, pour un prix énorme, en argent et aussi en nature4. C'est ainsi que s'inaugure sa résistible ascension.

4Résistible ascension d'un véritable sauvage Car Trubert n'est pas seulement un paysan qui sort de sa campagne. C'est un homme des bois, qui est à ce point accoutumé à la vie de nature que, la première fois où il couche dans un lit, il ne parvient pas à trouver le sommeil, tant ce confort le met mal à l'aise. On devine qu'un individu aussi proche de la brute ne pense qu'à satisfaire ses instincts. Mais avant d'être une perverse apologie de l'ignoble, son histoire s'inscrit dans un genre dont elle épouse les données.

  • 5 Trubert se déguise en médecin pour soigner le duc qu'il a roué de coups. Il écartèle sa victime su (...)
  • 6 v.524 sqq.
  • 7 V.I829 sqq. Voir ci-dessous (combat contre Golias).
  • 8 Cf. n.5.
  • 9 voir ci-dessous (épisode de Couillebaude et Golias).
  • 10 v.63I sqq. Trubert rejoint la duchesse dans son lit en se faisant passer pour le duc. Après son dé (...)
  • 11 V.1924 sqq. Trubert, après sa fantastique chevauchée contre Golias, mutile une femme qui portait l (...)

5Trubert est un pot-pourri de schémas familiers à l'amateur de fabliaux. On y retrouve l'histoire du vilain mire5, celle du pet attribué à quelqu'un qui n'en peut mais6, celle du faux chevalier condamné à l'exploit héroïque et le menant à bien de façon à la fois accidentelle, dérisoire et triomphante7, le tout épicé de coups de bâton précipitant (avec force contusions graves) les plus hauts personnages dans l'infamie la moins chevaleresque8, et de scènes où le héros travesti s'adonne à la pire équivoque9. Le protagoniste est évidemment capable des plus extraordinaires exploits amoureux10 : où il excelle, c'est dans le domaine de 1' animalité, ce qui implique l'abondance des notations pornographiques ou scatologiques - mais pornographie et scatologie n'ont plus ici leur aspect indulgent et joyeux : il arrive qu'elles versent dans l'atroce, comme dans certain épisode dont la cruauté gratuite est, à la limite, insoutenable11.

6Trubert est le vilain qui salit tout ce qu'il touche. Mais il fascine, comme le gouffre attire celui qui le contemple. La duchesse, quand elle l'aperçoit de sa fenêtre, avec sa chèvre incroyable, est-elle déjà éprise de ce vagabond qu'elle fait monter chez elle, l'élevant à son propre niveau ? En même temps que le rustre gravit les échelons de la hiérarchie sociale (comme Perceval, le voici bientôt adoubé chevalier au cours d'une cérémonie grotesque où il se voit affublé de deux lances et de deux écus, alors qu'il ne sait pas monter à cheval), en même temps le milieu aristocratique s'avilit dans tous les domaines, et point seulement celui de la sexualité, comme le prouvent deux épisodes particulièrement signifiants à cet égard.

7Le premier de ces épisodes est celui où le neveu du duc, qui a tout perdu lors d'un tournoi et vient emprunter de l'argent à son oncle (v.I556 sqq.), accepte d'échanger avec Trubert ses vêtements et sa monture. Il revêt alors l'identité de son interlocuteur et subit presque aussitôt le châtiment que mériterait le vilain : il est défiguré à coups de bâton et pendu comme un roturier. Quant à l'autre épisode, il se réfère implicitement à un schéma narratif plus traditionnel : celui de l'inhibition qui frappe les chevaliers lors d'un redoutable défi. On pense à Tristan acceptant d'affronter le Morholt alors que se taisent tous les barons ; c'est ainsi que Trubett est le seul à relever le gant lorsque le roi Golias provoque le duc en combat singulier. Dérision suprême : le duc est cloué au lit après avoir été roué comme on sait et oint d'onguent à la crotte de chien, si bien qu'on fait savoir au messager de Golias que le destinataire de son message n'est pas visible… pour avoir trop joué aux échecs la nuit précédente, ce qui est une bien piètre excusel Mais surtout, Trubert n' est pas Tristan, même s'il s'est fait passer pour un bacheler affublé du nom parodique de… Haut de coeur ! Mais l'imposteur met en déroute à lui seul (et sans le faire exprès) la puissante armée de son ennemi, terrorisée par ce cavalier dont la quincaillerie brinqueballe et qui poste son heaume à l'envers. On ne saurait mieux démystifier l'héroïsme chevaleresque… Trubert, pris pour un diable, est alors la caricature de ces figures, si fréquentes dans le roman arthurien, de guerriers surgis tout droit de l'autre monde. La littérature bourgeoise est en train d'inventer son antiroman.

  • 12 C'est la thèse de Per Nykrog (Les fabliaux, Munskgaard, 1957), et de Jean Rychner (Contribution à (...)
  • 13 Voir mon ouvrage La Rose et l'Utopie. Paris, Editions Sociales, 1976.

8Elle se libère peu à peu des modèles aristocratiques pour s'épanouir dans la dérision : le fabliau, d'abord destiné à réjouir les chevaliers après boire12, devient l'un des modes privilégiés d'expression que cultivent des milieux urbains très sensibles à la circulation de l'argent (qui joue dans Trubert un si grand rôle) et au scandale d'une déchéance nobiliaire que dénonce Jean de Meung dans le Roman de la Rose, au nom il est vrai d'une revendication proprement cléricale13. Drouin de Lavesne a probablement rédigé son texte vers le milieu du xiiie siècle, et donc à une époque où l'on peut parler de littérature bourgeoise, débarrassée de tout complexe à l'égard de la culture seigneuriale. Mais la violence de l'oeuvre témoigne d'une autre tendance, à la fois provocatrice et profanatrice, où je pressens comme une saveur goliardique. Et ici, de nouveaux indices.

  • 14 Englobée dans les condamnations prononcées en 1277 par l'évêque de Paris Etienne Tempier. Mais il (...)
  • 15 Trubert a installé une bourse entre ses jambes, et en tire les cordons lorsque son partenaire s'y (...)

9Le nom même du roi Golias en est un. Golias est le patron légendaire des poètes vagants. Héritier lointain du Goliath biblique, dont il incarne un instant la redoutable figure lorsqu'il propose le duel au duc de Bourgogne, il évoque aussi un évêque mythique truculent et sans scrupules, dont se réclament les poètes médiolatins de la secta goliardica14. Or, c'est ce personnage sur lequel le récit met de plus en plus l'accent, et c'est sur lui que tombe le rideau lors du dénouement. Mais Golias à son tour est ridiculisé lorsqu'il subit les tours extraordinairement équivoques de Trubert. Car lorsqu'il épouse le vilain travesti en femme, l'artifice de sa partenaire transforme l'acte amoureux en supplice15 ; et il déroge à son tour en couronnant une servante - scène reportée au delà du texte, après le dernier vers qui ne clôt donc pas tout à fait l'intrigue, et ferme le poème sur une évocation idyllique peu conforme au ton général (Braz a braz dorment andui. v.2984).

10Autre indice de goliardisme, la scène énorme où Trubert parodie le mystère de l'Incarnation. Rappelons les faits : le duc a appris qu'au lieu de pendre Trubert, ses gens ont pendu son propre nevea. Il a fait rechercher le criminel dans la forêt de Pontarlie, et n'a trouvé que sa soeur (c'est-à-dire Trubert travesti) qui prétend s'appeler Couillebaude, et qui le suit à la cour. Là, elle partage le lit de Rosette, la fille du duc, qui l'y reçoit avec une joie non dissimulée (mais l'homosexualité féminine prête-t-elle à conséquence ?). Comme l'a montré Guy Raynaud de Lage (p.XVIII), l'histoire est probablement inspirée ici par l'Aida de Guillaume de Blois. Rosette est d'abord surprise par l'appendice de sa compagne, qui lui réplique aussitôt qu'il s'agit d'un petit çonnetiaus (v.2487) dont il lui enseigne l'usage :

"Par foi le met
Gesir en mon contel foiz est ;
Grant aise me fet et grant bien.
- Et voudroit il entrer ou mien ?" (v.2489 sqq.)

11On devine comment s'achève cette initiation amoureuse qui se renouvelle si souvent qu'il arrive ce qui devait arriver :

Roseite a la couleur changie,
Toute pale en son vis devint.
La duchoise garde s'en print ;
Un jor Trubert en apela,
A conseil si li demanda :
"Damoisele, dit la duchoise,
D'une chose forment me poise.
- De quoi, dame ?" dit Couillebaude
Qui de parler est ades baude.
"De ma fille, ce dit la dame,
Qui ne samble avoir cors ne ame.
Toute sa couleur a changiee,
Mout est durement empiriee,
Je ne sai dont ce li avient.
Par foi, dame, toute nuit vient
A nostre lit uns colons blans ;
Il m'est avis, et bien le pans,
Que ce soit un angre enpanez.
Damoisele, vos me gabez !
Dame, dit vos ai verité ;
Encore anuit i a esté…" (v.2572 sqq.)

12Couillebaude jure à grands cris que cequ'elle affirme est vrai, et elle ajoute (v.2600-2601) :

"Dou Saint Espir est raemplie
Trestoute est plaine d'angeloz…"

13Le v.2600 évoque Matt. I, 18 : inventa est in utero habens de soiritu sancto, et ici se lit une citation déformée de l'Écriture, comme les pratique le goliardisme. Toujours est-il que la duchesse exprime aussitôt son Magnificat de grand-mère élue en s'exclamant (v.2605 sqq.) :

…"Mout fui bon nee
Quant tel criature ai portee
Qui angelez conceit et porte ! "

14Plus question de marier Rosette à Golias, qui était devenu son fiancé. Le duc, averti, rend à son tour grâces à Dieu (v.2615). Mais comment dédommager le promis ? Qu'à cela ne tienne : la duchesse découvre aussitôt la solution, puisque Golias épousera la suer Estrubert… autrement dit Trubert en personne. Et ici s'ouvre le dernier épisode, que nous avons évoqué tout à l'heure.

  • 16 Lors de la scène de la taverne, lorsque le héros punit la tenancière qui a majoré l'addition (elle (...)
  • 17 Cf. son conte De Dieu et du pescour. Voir l'éd. Ch. H. Livingstone, Cambridge (U.S.A.) ; F. Lecoy, (...)
  • 18 C'est ainsi que j'interprète le Carmen de Rosa qui parodie le Pange lingua et la liturgie mariale. (...)

15Rosette concevant par le Saint-Esprit : cette énormité-là fleure la profanation provocatrice. Trubert n'est pas un roman picaresque ; c'est bien plus que cela : comme la peinture d'un monde à l'envers où les mystères les plus sacrés sont bafoués impitoyablement. Avec plus d'effronterie encore que dans Wistasse le moine, qui n'est pas un fabliau, mais une biographie légendaire. Wistasse implique l'inquiétude et non la dérision : on y voit intervenir une sorcellerie quasi diabolique16, tandis que l'auteur de Trubert, semble-t-il, ne croit même plus au diable. Son univers est celui d'une bestialité agressive, qui pulvérise tous les mythes chevaleresques et toutes les croyances, à travers un comique grinçant dont l'irrespect me paraît excessivement corrosif. Il ne s'agit même plus de réalisme : à la limite, cette succession d'aventures énormes défie toute crédibilité. La violence de Drouin de Lavesne s'insert dans une critique audacieuse des idéologies dominantes, comme cele de Gautier Le Leu, dont les fabliaux sont eux aussi d'une extrême impiété17. Je ne vois qu'un clerc pour être aussi hardi à l'époque où, en principe, seuls les goliards osent aller au bout du défi18 : alliance explosive du goliardisme et de la contestation bourgeoise. Trubert appartient à la même veine que la continuation de Jean de Meung, mais sa brutalité n'est tempérée ni par une perspective utopique ni par le recours à l'euphémisme métaphorique. Il ne reste donc qu'un texte à la fois savoureux et désespérant, qui s'achève sur la victoire définitive du pire vilain qui soit, c'est-à-dire d'un personnage avec lequel le public urbain ne saurait s'identifier en aucune façon. Expression d'une idéologie roturière qui ne s'est pas encore constituée en système ? Je ne le crois pas. Le protagoniste, ici, ne saurait être un modèle. Parlons plutôt de regard désabusé qui se console par l'extravagance et la chimère, mais dans la noirceur absolue.

DISCUSSION

16Monsieur PAYEN (en réponse à diverses observations de Monsieur LECOY). L'accumulation des aventures irrespectueuses (dont j'ai moi-même, tout à l'heure, souligné le caractère traditionnel) me semble malgré tout un indice de poids qui accentue ce que j'appelle la subversion du texte. Et Trubert s'attaque, en la corrodant, à la plus haute aristocratie. Que, dans un récit pieux, une juive soit engrossée par l'opération du Saint Esprit, cela concerne une femme marginale, et non une princesse. Il n'est d'autre part pas certain que le texte soit inachevé : au contraire de ce qu'a dit M. LECOY, il se clot sur une phrase complète, à un vers pair. Et j'attache un certain prix au fait qu'il soit, comme beaucoup d'oeuvres gênantes (Tristan de Béroul, Aucassin), conservé dans un manuscrit unique, comme si on avait hésité à le recopier. Ce manuscrit ne contient d'ailleurs que Trubert.

17Mademoiselle PLANCHE. M. LECOY a justement souligné que tous les traits scandaleux du texte existaient ailleurs, avant, souvent en séquences.

18Rien n'est neuf dans Trubert, mais les aventures connues sont prêtées au même personnage, le pire des vilains, dont la réussite donne au détail anecdotique une direction, sinon un sens. Les malheurs de Candide eux aussi seront, en leur temps, peu originaux, mais ils arrivent tous au même héros, ou anti-héros, ce qui fait un conte philosophique (cela ne signifie pas que Trubert porte une philosophie ! mais c'est plus qu'une anthologie.) Je suis incapable d'en définir le sens.

19Monsieur TAVERA : Je suis on ne peut plus d'accord avec vous : les compositions des troubadours (au moins des meilleurs de ceux-ci) témoignent d'une forte dose de ce que nous appelons aujourd'hui individualisme. J'ai du reste consacré à ce sujet une conférence (non publiée) faite à Nice en 1972 sous le titre Hardiesse et Conscience de Soi chez les Troubadours. Et c'est dans cette optique même que je m'efforce, depuis maintenant des années, de réunir des textes peu connus pour une anthologie qui devrait s'appeler Ardimen ("Hardiesse").

Notes

1 Paris et Genève, Droz, 1974.

2 L'oeuvre de Rabelais et la fête carnavalesque au Moyen-Age. Gallimard (Idées), 1970.

3 v.84-85.

4 Il exige de la duchesse pour sa chèvre "inde, jaune, vert et vermeille" (v.114) "un foutre et cinq sous de deniers" (v.I56) - mais il est tout fier d'avoir appris la valeur du sol -, et il répond au duc (v.239-240) :
"Pour quatre paus dou cul l'avrez
Et cinq sous…"
L'extraction des poils, avec un poinçon, donne lieu à une première cruauté gratuite de Trubert sur la personne du duc.

5 Trubert se déguise en médecin pour soigner le duc qu'il a roué de coups. Il écartèle sa victime sur un van et l'enduit d'un onguent merdeux qu'il prétend faire pénétrer en bâtonnant le malade jusqu'à l'assommer. "Contre fort mal, fort oignement", conclut la duchesse (v.1344) à laquelle le rustre a vanté sa méthode.

6 v.524 sqq.

7 V.I829 sqq. Voir ci-dessous (combat contre Golias).

8 Cf. n.5.

9 voir ci-dessous (épisode de Couillebaude et Golias).

10 v.63I sqq. Trubert rejoint la duchesse dans son lit en se faisant passer pour le duc. Après son départ, celui-ci vient trouver à son tour son épouse qui s'étonne : ne l'a-t-il pas déjà prise quatorze fois ?
"Je ne sais que beüstes ier
Qui einsi vos fet roide et fort" (v.696-7)

11 V.1924 sqq. Trubert, après sa fantastique chevauchée contre Golias, mutile une femme qui portait le repas de son mari ; il lui coupe le sexe et l'anus et les présente triomphalement au duc en prétendant qu'il s'agit de la bouche et des narines de Golias.

12 C'est la thèse de Per Nykrog (Les fabliaux, Munskgaard, 1957), et de Jean Rychner (Contribution à l'étude des fabliaux. Genève, Droz, 1960) - mais pour Jean Rychner, il existe des versions aristocratiques et des versions bourgeoises d'un même texte). Omer Jodogne (Le fabliau. fasc.13 de la Typologie des sources…, Tunhout, Brepols, 1975) ne prend pas parti, mais A. Limentani et son équipe (Prospettive sui "fabliaux". Padoue, Liviana ed., 1976) penchent pour l'embourgeoisement progressif d'un genre d'abord destiné à un public plus restreint. Voir aussi Mary-Dominica Legge, The influence of patronage on form…, in Stilund Form-problem der Literatur. Heidelberg, Winter, pp.136 sqq.

13 Voir mon ouvrage La Rose et l'Utopie. Paris, Editions Sociales, 1976.

14 Englobée dans les condamnations prononcées en 1277 par l'évêque de Paris Etienne Tempier. Mais il n'y a jamais eu de secta goliardica : il y a seulement une inspiration gloiardique, référée au mythique Golias episcopus, qui prend pourtant un visage bien sérieux dans l'Apocalypse de Golias et dans la Métamorphose de Golias. Sur le corpus concernant ce personnage, voir F. J. A. Raby, A history of secular latin poetry. Oxford, Clarendon, 1934, t. II, p.2I4 sqq. Les grands textes goliardiques sont à consulter dans l'éd. Schmeller des Carmina Burana (Breslau, Marcus, 1904) ou dans l'édition d'A. Hilka & O.Schumann, Heidelberg, Winter, I930-I96I (3 vol.).

15 Trubert a installé une bourse entre ses jambes, et en tire les cordons lorsque son partenaire s'y introduit, tandis que lui-même feint de beaucoup souffrir (v.2836 sqq.). Ensuite seulement a lieu la substitution de la servante.

16 Lors de la scène de la taverne, lorsque le héros punit la tenancière qui a majoré l'addition (elle se dévêt jusqu'à la ceinture et fait couler le vin à flots, puis tous les présents exhibent leur postérieur - le conteur parle de dyablie, v.42). A noter que Wistasse est un autre expert en travestissements. Voir P. Ménard, Le rire et le sourire…, Genève, Droz, 1969, pp.353 et 401, et l'édition D. J. Conlon, Chapel Bill, Univ. of North Carolina Press, 1972.

17 Cf. son conte De Dieu et du pescour. Voir l'éd. Ch. H. Livingstone, Cambridge (U.S.A.) ; F. Lecoy, De Dieu et du pescour, in Mélanges Maurice Delbouille, Gembloux, Duculot, 1965, II, pp.367 sqq. ; A. Limentani et coll., Prospettive..., pp.99 sqq. Je rappelle le contenu de ce conte : un pêcheur refuse son poisson à Judas, à Pierre et au Christ lui-même, auquel il reproche de tolérer le mal ici-bas ; le pêcheur accepte de vendre son poisson à la Mort, dont la justice est sans faille, puis révèle son identité : il est plus puissant que Dieu lui-même, puisqu'il est Envie et qu'il est présent dès que deux personnes sont assemblées.

18 C'est ainsi que j'interprète le Carmen de Rosa qui parodie le Pange lingua et la liturgie mariale. Voir mon article : Le comique de l'énormité : goliardisme et provocation dans le "Roman de la Rose", in L'Esprit Créateur. XVI, 1976, pp.46-60, et plus particulièrement p.47, n.6.

Auteur

Université de Caen

© Presses universitaires de Provence, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540