Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exclus et systèmes d’exclusion dans la littérature et la civilisation médiévales

La prostituée des fabliaux est-elle intégrée ou exclue ?

Marie-Thérèse Lorcin

Texte intégral

  • 1 J. ROSSIAUD : Prostitution, jeunesse et société au xve siècle, Annales E.S.C., mars-avril 1976.

1Une étude récente, faite d'après des textes judiciaires du xve siècle1, a montré dans la prostitution de l'époque une institution protégée par les autorités, ayant ses règles et ses privilèges comme tout autre métier dont la présence est jugée indispensable. Bon nombre de prostituées finissent par se marier ; cette heureuse fin achève de les intégrer à la communauté. Il est tentant de confronter cette image à celle que donnent, deux siècles auparavant, les fabliaux et les dits, où les Mabile et les Richeut tiennent, comme chacun sait, une place qui n'est pas négligeable.

2Les traits qui les premiers apparaissent composent une image très proche de celle qui vient d'être évoquée. Ces prostituées n'ont pas besoin de se cacher ; chacun sait où trouver leur "hôtel". Richeut tient maison pendant des années dans une ville du Berry, puis à Beauvais. A Provins, ville de foire, les lupanars, pour plus de commodité, sont groupés.

  • 2 De Boivin de Provins, Recueil général et complet des fabliaux A. Montaiglon et G. Ray-naud, 1872-1 (...)

Et vint en la rue aus putains
Tout droit devant l'ostel Mabile,…2

3La prostituée obéit ainsi au commandement imposé à l'élément féminin tout entier : la sédentarité.

4La "folle femme" peut être en bons termes avec les gens de bien. Dame Mahaut, une marchande d'herbes très honorable, n'hésite pas à demander l'aide d'une pensionnaire du bordel pour sauver sa fille Marion, que convoite un chapelain :

Lors fait mander Aélison,
Une meschinete de vie,
Qui de cors fu bien eschevie,
A tot le monde communaus (3)

5Le service de la prostituée mérite salaire, comme tout autre travail. Après la naissance de son fils, Richeut porte le prix de la "passe" de une maille à un denier. Les clients s'inclinent : ce prix reste raisonnable. Alison, mandée par Manant, s'indigne lorsqu'elle croit que celle-ci veut lui faire perdre son temps.

- Avez- me vos por ce mandée ?"
Fait Alizon ; "c'est vilenie
De povre meschine de vie
Gaber, qui a petit d'avoir". (3)

6Dame Mahaut la rassure : le temps qu'elle passera à jouer le rôle de Marion lui sera largement payé. Alison recevra un vêtement neuf au complet ; c'est un salaire inespéré…

  • 3 Richeut, an old French poem of the XIIth century, p.p. I. C. Lecompte, Romanic Revew, 1913.

7La prostituée des fabliaux accomplit les rites inséparables de la vie en société. Nul ne se scandalise de voir Richent aller, comme toutes les jeunes mères, à la messe de relevailles et remettre son offrande au prêtre. Elle fait baptiser son fils, qui ne manque ni de parrains ni de marraines, et que porte à l'église Hercelot, fidèle associé de Richeut dans l'exercice du métier3.

8Aucun auteur ne cherche à faire de la prostituée l'incarnation de la perversité sexuelle. Celle-ci est bien associée à l'idée de prostitution, mais elle est le fait d'un personnage masculin, Samson, le fils de Richeut. Celui-ci, devenu raccoleur, enfreint les tabous (tabou de l'inceste, tabou des positions défendues). Le vocabulaire souligne la différence : les activités de Richeut sont "puterie" et "lescherie" ; celles de Samson, "péché" et crime. Certes, les prostituées usent couramment de procédés anticonceptionnels. Alison, qui a tenu son rôle avec le plus grand sérieux, ne peut se retenir de pouffer lorsque le chapelain éperdu lui dit :

… Certes, se de moi avez oir,
Sachiez que bien sera norriz".
Et Alison a fait.. ris
Molt coiement entre ses denz" (3)

9Mais les "filles folles" n'ont pas le monopole des "funestes secrets". L'un d'eux fait l'objet d'une longue séquence dans Du chevalier qui fist parler, mais celle qui l'emploie est une femme mariée, fidèle, et qui plus est, comtesse… Enfin et surtout, les accouplements que décrivent les fabliaux obscènes sont racontés de la même manière, avec les mêmes mots, quels que soient les acteurs : un couple légitime, des jeunes ou de moins jeunes, des amoureux, une prostituée et son client,…

10Cette intégration à la communauté d'habitants au sein de laquelle exerce la prostituée s'explique très simplement : la prostitution assure la sécurité des foyers.

11Fabliaux et dits nous montrent le bordel fréquenté par des hommes qui ne sont ni des anormaux, ni des étrangers, ni des marginaux. Ce sont tout simplement des célibataires : jeunes, veufs, ecclésiastiques. Aucun ne perd l'estime de ses concitoyens ni la sienne propre à recourir aux prostituées. Grâce à celles-ci, femmes mariées et jeunes filles sont à l'abri des importuns. Si elles ne le sont pas toujours, c'est parce que les célibataires dédaignent parfois le lupanar, en quoi ils ont tort. Tel est le sens du fabliau Du prestre et d'Alison. Le chapelain qui voulait séduire Marion, la fille de dame Mahaut, est battu, volé, ridiculisé : c'est le sort habituel du prêtre qui s'attaque à une femme honnête. S'il allait au bordel, personne ne lui en voudrait, il n'aurait pas besoin de se cacher, et cela lui coûterait moins cher.

Qui dist que cil n'est pas sachanz
Qui de sa maison ist par nuit
Pour faire chose qui ennuit,
Ne por tolir ne por enbler.
… Et cil ot ses deniers perduz.
Il en fouti Aélison
Qu'il peust, por un esperon,
Le jor avoir en son bordel. (3)

12Malgré les services qu'elle rend à la société, la prostituée représente aussi une menace. Aussi son intégration à la communauté ne va-t-elle pas au-delà.

  • 4 De Marco et de Salemons, Nouveau Recueil de fabliaux et contes..., A. M. Meon, Paris, 1823 réimpr. (...)
  • 5 La Rose et l'Utopie, Ed. Sociales, 1976, p. 45.

13La prostituée est en effet un danger parce qu'elle porte à l'extrême les défauts le plus souvent reprochés aux femmes : la cupidité et la fausseté. Le poème intitulé De Marco et de Salemons4 consacre un couplet sur deux aux "putains", pour les accuser d'avidité (29 fois), de fausseté (12 fois), de malfaisance (6 fois), de gourmandise (3 fois) et de saleté (3 fois). "La cupidité de 1 a femme est indissociable de ses appétits sexuels", écrit J. Ch. Payen5. Ce n'est pas la lubricité de la putain qui effraye et irrite, c'est son amour de l'argent, c'est l'ingéniosité dont elle fait preuve, tant pour attirer de nouvelles recrues que pour soutirer à ses clients plus que le salaire légitime.

14Dans le portrait de la prostituée, l'un des traits les plus vigoureusement appuyé est celui qui fait d'elle la quintessence de la ruse féminine. Les conteurs en tirent maint épisode comique ; ils en font volontiers le thème principal de leur récit.

15La ruse la plus courante est de faire passer pour pucelle une habituée de la maison. Mabile use du procédé pour mieux allécher son soit disant oncle. Richeut, pour qui c'est l'ABC du métier, réussit à tromper son propre fils, pourtant expert en "lescherie", en grimant Hercelot, rompue au métier elle aussi. Ce chef-d'oeuvre couronne la carrière de Richeut, dont l'histoire s'arrête là. Le tour en question fait si bien partie du répertoire que les gens honnêtes, au besoin, l'empruntent. Telle Mahaut, qui explique à la "meschine de vie" venue de son lupanar :

"… Fai, si entre en cel baing corant ;
S'enprès te vendrai por pucele".

16Une autre ruse non moins classique est l'"entôlage" : si le mot n'existe pas encore, la chose est bien connue. Dès que Boivin, déguisé en paysan, s'est assis à la porte pour compter à haute voix des deniers imaginaires, Mabile, Ysane et leurs "houliers" savent comment ils doivent procéder.

Et li houlier de la meson
Dient : "Ça vien, Mabile, escoute,
Cil denier sont nostre sanz doute,
Se tu mes ceenz ce vilain. (2)

17Sitôt le client entré, le mécanisme bien rodé se met en mouvement :

A Ysane couingne de l'ueil,
Que la borse li soit copée.

18Mais cette fois la manoeuvre échoue, car Boivin, qui connait le tour lui aussi, prend les devants. Il coupe les cordons de sa bourse et cache celle-ci sous sa chemise. Ysane la cherchera en vain… Mabile, persuadée que le tour a réussi, jette le client à la porte et réclame l'argent à son employée.

Et Mabile l'a demandée
A Ysane : "Baille ça tost,
Que li vilains va au provost.

19Bien entendu, Ysane n'a rien. Mabile, outrée, la roue de coups. S'ensuit une bagarre générale à laquelle se mêlent des marchands attirés par les cris. Le seul qui ne se dérange pas est le prévôt, à qui Boivin est allé raconter l'affaire, et qui l'apprécie en connaisseur.

Boivin s'en vint droit au provost :
Se li a conté mot à mot
De chief en chief la vérité
Et li provos l'a escouté
Qui mout ama la lecherie ;
Sovent li fist conter sa vie
A ses parens, à ses amis
Qui mout s'en sont joué et ris.

20Autre manière de vider la bourse des habitués : Richeut fait endosser la paternité de son enfant à tous ses clients. Elle commence par les trois plus réguliers, symboles de l'élite : le prêtre, le chevalier, le bourgeois. Le premier proteste, le second s'esclafe, le dernier s'émeut. Tous payent. Richeut poursuit sa quête :

N'i a celui cui el ne dit
Que de lui est ele enpraingnie".

21La prostituée est d'une habileté trop redoutable pour ne pas inspirer la crainte. L'homme ne redoute pas d'être damné à cause d'elle : il n'en est jamais question. Mais il a peur d'être berné ; il a peur d'être ruiné. La femme légitime apporte des biens à son mari ; la femme illégitime ne peut que lui en prendre ; à plus forte raison, la femme vénale, la plus avide :

  • 6 De Marco et de Salemons, op. cit.

Qui putain croira
Ne li remainra
Ne cote ne chape6.

22C'est sans doute pour conjurer cette menace, ou pour se venger d'avoir peur, que les poètes creusent entre les prostituées et l'archipel des familles un fossé qu'aucune "folle femme" ne franchit. Ils font de la prostituée un être dépourvu de tout sentiment d'affection ou d'amour Que la prostituée puisse avoir une famille est une hypothèse bouffonne, un gag. Non seulement elle a rompu avec les siens, mais il n'est pas question qu'elle fonde un jour un foyer.

23Dans Boivin, c'est une composante essentielle de la farce. Boivin s'invente une femme et trois enfants dont il déplore la perte, ainsi qu'une nièce, Mabile, qu'il cherche de partout. La vraie Mabile feint d'entrer dans son jeu. Embrassades, échange de souvenirs, pleurs versés sur les disparus, rien n'est oublié, pour la plus grande joie des houliers :

"Voir, c'est mon oncle", dist Mabile,
"Dont vous avoie tant bien dit"
Vers aus se retorne I petit,
Et tret la langue et tuert la joe…"

24Quant à Richeut, c'est une mère dépourvue de sentiment maternel. C'est uniquement pour accroître ses revenus qu'elle décide d'avoir un enfant ; les clients seront bien obligés de se montrer un peu plus généreux, surtout le prêtre, qu'elle fait "chanter" sans vergogne en menaçant de le dénoncer à 1'évêque.

25Son fils né, Richeut n'est nullement émue à l'aspect du bébé, dont les cris l'exaspèrent :

Mais el ne puet sofrir les criz
Que fait Sansonez, ses fiz ;
Quiert li norrice
Por demener son jaëlice.

26Quand Samson devenu grand décide de choisir la "lescherie" comme moyen de vivre, sa mère n'hésite pas à lui transmettre tout son savoir.

Richeut ne fine
Sansonet aprant et dostrine
Coumant doit joer a meschine
Et servir dame soz cortine.
… Mout set Richeut de l'art d'amer
Qui Sansonet vialt dostriner
Et mout en cuide
Sansonez savoir par Ovide.

27Quand Samson revient après 12 ans d'absence, il ne reconnaît pas sa mère. Richeut le reconnaît bien, mais n'en laisse rien voir, car sa seule pensée est celle-ci : savoir lequel de nous deux est le plus fort en sa partie ? Sur quoi elle organise le piège dans lequel Samson est pris, et la mère triomphe. Ce sont les relations de deux rivaux en la profession de "lescherie" beaucoup plus que des relations de mère et fils. Richeut présente, comme on le voit, la caricature de la famille : un père inconnu remplacé par une foule de naïfs exploités ; un enfant voulu comme source de profit ; une mère qui corrompt son fils et fait de lui un expert en débauche.

28Les conteurs semblent refuser de tisser un lieu quelconque entre ces deux mondes que constituent la famille et la prostitution. La prostituée vieillie disparaît de la scène ou ressurgit sous les traits de la maquerelle. On n'en voit aucune "faire une bonne fin" en se mariant.

29En effet, la prostituée de la littérature ne peut être récupérée que par l'intervention miraculeuse de Notre Dame, qui envoie la fille repentie au ciel, ou sinon dans un couvent. Elle ne l'envoie pas fonder un foyer… Entre le lupanar et le paradis, il n'y a pas d'intermédiaire.

  • 7 Autres textes où il est question de prostitution féminine : De pleine bourse de sen, Rec. Général, (...)

30La prostituée des fabliaux est dans la cité, mais hors de la famille, dont elle se trouve à jamais exclue. Les poètes tentent ainsi, consciemment au non, de conjurer la crainte : crainte d'être dupé par celle qui, plus encore que la femme légitime, manie l'arme absolue des contes : la ruse7.

Notes

1 J. ROSSIAUD : Prostitution, jeunesse et société au xve siècle, Annales E.S.C., mars-avril 1976.

2 De Boivin de Provins, Recueil général et complet des fabliaux A. Montaiglon et G. Ray-naud, 1872-1890, réimpr. par Slatkine, Genève, 1973 ? t. V, p. 52 sq.
L'ouvrage d'Omont, qui reproduit en fac-similé le ms. fr. 837 de la Bibliothèque Nationale, paru en 1932, est très difficile à trouver. C'est pourquoi les références indiquées sont tirées du Recueil Général, malgré les défauts de cette édition.

3 Richeut, an old French poem of the XIIth century, p.p. I. C. Lecompte, Romanic Revew, 1913.

4 De Marco et de Salemons, Nouveau Recueil de fabliaux et contes..., A. M. Meon, Paris, 1823 réimpr. Slatkine, Genève, 1976.

5 La Rose et l'Utopie, Ed. Sociales, 1976, p. 45.

6 De Marco et de Salemons, op. cit.

7 Autres textes où il est question de prostitution féminine : De pleine bourse de sen, Rec. Général, III, p. 88 sq ; Des putains et des lescheors, III, p. 178 sq ; Dit des rues de Paris, Fabliaux et contes… p. p. Barbazan Paris 1808, II, p. 258 sq ; Des braies au Cordelier, Rec. Général..., III, p. 275 sq ; D'Estormi, ibid., I, p. 207 sq.

Auteur

Université de Lyon III

© Presses universitaires de Provence, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540