Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exclus et systèmes d’exclusion dans la littérature et la civilisation médiévales

Exclusion, auto-exclusion et réadmission du lépreux dans Le Pauvre Henri

Daniel Rocher

Texte intégral

  • 1 Trad. par A. MORET dans : Poèmes et fabliaux du Moyen Age allemand (Paris, Aubier, 1939), pp. 85-1 (...)

1Der Arme Heinrich de Hartmann von Aue - en français "Le Pauvre Henri"1 - a pour lui tous les avantages qui en font un texte idéal d'initiation à la littérature du Moyen Age allemand : il est à la fois très beau, très riche, très court, et très facile d'accès. C'est pourquoi on le retrouve souvent au programme des "proséminaires" de germanistique, tant en Allemagne qu'en France. Cependant, en vertu peut-être de cette richesse que l'on vient d'évoquer, et malgré les nombreuses études qui lui ont été consacrées, il n'a guère été "lu" sous l'aspect de la procédure d'exclusion qui est l'objet de ce colloque, et cela nous permet d'en parler sans crainte de trop répéter ce que l'on saurait déjà.

2Dès le Prologue, on observe l'importance attribuée par Hartmann à la communauté sociale dont il relève : il cherche dans les livres (latins et français sans doute) la matière d'histoires grâce auxquelles il pourra à la fois plaire aux "gens" et servir Dieu (vv. 10-15), mais "les gens" peuvent aussi lui servir d'intercesseurs auprès de Dieu, en priant pour le salut de son âme, et c'est encore à l'opinion du monde qu'il se réfère en rappelant le dicton selon lequel celui qui intercède pour un autre "se sauve" en même temps lui-même (vv. ? 2-28). Ainsi la religion n'est pas une sphère privée, la littérature n'est pas une occupation solitaire, et le conformisme social, qui affecte aussi la vie spirituelle, assure à la fois l'intégration au corps du Christ et la participation au Trésor de l'Eglise.

  • 2 Le v. 64 dit bien aussi que le héros était "le refuge des opprimés", mais ce trait est autant un t (...)

3Cette "mentalité" dont témoigne le prologue permet de mieux apprécier la situation initiale du héros de son histoire : Henri, seigneur d'Aue (sans doute un ancêtre plus ou moins légendaire, plus ou moins lointain de la famille que sert le ministériel Hartmann, cf. vv. 4/5 et 48/49), résidait lui aussi ze Swâben, par conséquent dans la même région alémanique où se trouvent sans doute Hartmann et son public, quand il écrit - et raconte ? - pour lui cette histoire. Henri appartient comme Hartmann à cette société qui, comme toutes les autres, se compose de plus de morts que de vivants. Ceux qui l'entourent constituent, sans aucun effet de distanciation, un monde aussi féodal, chevaleresque et courtois que le sont les contemporains ce l'auteur, et Henri a tout ce qu'il faut pour mériter la "pleine louange (v. 35) de ce monde-là, qui est évidemment une classe, une aristocratie, fermée vers le bas : il a naissance, biens, "vertus" chevaleresques, il donne aide et conseil, et même il sait fort bien "chanter l'amour" (v. 71)2. En somme, Henri se conforme pleinement aux exigences éthiques et esthétiques d'une société qui le lui rend bien, par le "prix" qu'elle lui confère (vv. 73,81) et 1'"honneur qu'elle lui concède (vv. 46, 57, 77). On ne saurait être mieux établi dans le monde, et de fait, Henri n'est-il pas le symbole de l'establishment féodal, pourvu ce tous ses signes extérieurs, dont la courtoisie (er was hövesch… v. 74) et ce titre, der herre Heinrich, par lequel le poète le désigne - jusqu'à sa chute.

  • 3 L'ambivalence de la lèpre en ce récit, à la fois et tour à tour châtiment et épreuve, est si évide (...)
  • 4 Sur la maladie impure, cf. notamment dans l'Ancien Testament le Lévitique, cap. 13 (notamment vers (...)
  • 5 Der herre Heinrich : vv. 48,75,112 - der arme Heinrich : vv. 133,146, 205,233,284,350,378,1012,122 (...)

4Cette chute, aucun déséquilibre immanent au système ne va la provoquer, aucune protestation ou contestation venue du corps social. Personne apparemment ne reproche au "seigneur Henri" d'oublier dans son bonheur le dispensateur, de tous biens, qui est Dieu : l'oubli de Dieu est un oubli partagé, mais cela, bien sûr, l'auteur ne le dit pas. Et il n'a pas a le dire ou même à le penser, non plus, car l'oubli n'est coupable que chez les heureux de ce monde, non chez ceux qui regardent leur bonheur. La précision est sans doute utile, car sinon pourquoi Henri sera-il seul frappé ? Pourquoi cette rupture de la solidarité qui l'unit au monde, à son monde ? En laissant la lèpre s'emparer de lui (v. 119), châtiment de l'orgueil autant qu'épreuve d'un Juste, d'un nouveau Job3, Dieu sépare deux fois 1'ex-prince du siècle de ses amis, admirateurs et sujets : il sépare sa destinée de la leur, et il le sépare physiquement et moralement de leur société. Car cette maladie "impure"4, infligée par la Transcendance, reçoit instantanément sa sanction humaine : l'orgueil fait place à l'abaissement (v. 83), la chute est une chute hors de toute "valeur" (vv. 89 et 117), ce qui signifie concrètement que "celui que Dieu méprise" (v. 115 :… der versmâhte vor gote) est aussitôt "méprisé du monde" (vv. 125/126 : der werlteunmaere) : l'auteur précise bien que c'est la vue du "rude châtiment divin" qui amène hommes et femmes à détourner du lépreux leur vue (vv. 120-124). Cela ne signifie pas que tous ces laïcs aient compris la leçon et se l'appliquent à eux-mêmes, mais seulement qu'ils abandonnent le réprouvé. Comme l'auteur l'abandonne symboliquement en leur nom (mais non pas au sien : le symbolisme est objectif) : désormais il ne sera plus question, jusqu'à la péripétie finale, que du armer Heinrich, du "pauvre Henri"5.

  • 6 Cf. Histoire des Conciles Oecuméniques, dirigée par G. DUMEIGE, t. 6 : Latran I, II, III et Latran (...)
  • 7 Cf. G. LAVERGNE : "La persécution et la spoliation des lépreux à Périgueux en 1321», in : Recueil (...)
  • 8 Cf. art. Aussatz, in : Trübners Deutsches Wörterbuch, t. I, Berlin 1939, p. 195. L'adjectif existe (...)

5L'exclusion qui frappe Henri n'est pas de nature juridique : on détourne les yeux, on ne le dépose pas, on ne le chasse pas - elle n'en est pas moins efficace, par son double caractère esthétique et moral (Henri dégoûte - Henri est méprisé), et sa double connotation, mondaine et religieuse. Il faut penser que c'est effectivement ainsi que se déroulait, au douzième siècle encore, l'exclusion des gens du monde qu'atteignait cette maladie, d'importation toute neuve en Occident. Et le canon 23 du Ille concile de Latran, en 1179, atteste cet état de choses autant qu'il cherche à l'humaniser, en autorisant les lépreux "qui ne peuvent habiter avec les gens sains, ni venir à l'église avec les autres" à avoir néanmoins leurs églises, leurs cimetières et leurs prêtres6 Plus tard, la société sera souvent plus rude avec eux. L'exclusion deviendra réclusion, sinon parfois extermination7. A l'époque de Hartmann, les lépreux sont encore les miselli, on les plaint en toute charité, mais ils n'en sont pas moins également et déjà die ûzsetzigen, "ceux qu'on met de hors", hors de la société, hors de la cité8. Dans le récit de Hartmann von Aue, un lecteur moderne peut retrouver une constante de la "mondanité", qu'elle soit féodale, courtisane ou bourgeoise : ses pratiques d'exclusion ne vont pas sans hypocrisie. L'hypocrisie féodale est de forme religieuse : on ne se détourne pas du lépreux parce qu'il est contagieux, mais parce que Dieu l'a frappé (mais cette hypocrisie n'est-elle pas déjà vétéro-testamentaire ?). On ne le chasse pas, on le fuit. Le résultat est le même : il s'en va, cherchant la guérison d'abord, le salut de son âme après, car pour lui aussi, comme pour ce monde qui le rejette, l'ordre de priorité va du physique au spirituel.

  • 9 Cf. Gert KAISER, "Das Memento Mori" in : Euphorion, t. 68, 1974, pp. 337-370 (p. 366).
  • 10 Cf. G. DUBY, L'économie rurale et la vie des campagnes dans l'Occident médiéval, Paris 1962, t. I, (...)

6Ainsi l'exclusion morale, savamment innocente, aboutit-elle comme de juste à l'exclusion physique. Aux bonnes manières des uns répondent les bonnes manières de l'autre. Croyant sa guérison impossible - même le plus grand médecin de Salerne, capitale de la médecine, ne connaît qu'un remède hors d'atteinte : le sacrifice volontaire d'une jeune fille ! -, Henri renonce à ses honneurs et à ses biens, qu'il donne à ses parents, aux pauvres et aux couvents, pour se retirer hors de la vie civilisée (vv. 246-258) : le Pauvre Henri devient Henri le Pauvre, il quitte la classe des potentes pour celle des pauperes. On se rappelle que der arme man, dans les textes anciens, par exemple le Memento mori de Hirsau (fin du xie siècle), et encore le armman de Walther von der Vogelweide, désignent ici le paysan dépendant9, là le petit chevalier sans fortune, incapable de s'équiper pour la croisade : économiquement, un fossé presque égal les sépare des "seigneurs" - dont faisait partie le "seigneur Henri", avant sa maladie. Henri le Pauvre marque encore davantage, dans la géographie-même, la nouvelle distance : il se retire sur un geriute, c'est-à-dire une terre nouvellement défrichée, une de ces terres qui se situaient hors de la zone d'exploitation traditionnelle du village et valaient souvent à ceux qui partaient les conquérir sur la lande ou la forêt une amélioration de leur statut juridique, économique et social, en particulier la liberté10. Et de fait, le paysan qui exploite ce geriute est un paysan libre. Mais peut-on dire pour autant que, tel Alceste, le Pauvre Henri aille chercher "un endroit écarté où d'être homme d'honneur on ait la liberté" ?

  • 11 Wernher von Elmendorf, éd. J. BUMKE (ATB 77), Tûbingen 1974, vv. 251-255, 287-289.
  • 12 Fridankes Bescheidenheit, éd. H.E. BEZZENBERGER, repr. Aalen 1962, 43, 22 sq., p. 106 ; Walther vo (...)

7En se retirant sur cette terre, Henri ne cherche rien, il abandonne tout. Il couronne et parfait son exclusion en lui donnant la valeur d'une pénitence. En principe, il y a là de quoi combler les voeux de ses anciens amis : il les laisse tranquilles, il les enrichit même de tout ce qu'il ne donne pas aux couvents, et par-dessus le marché il se reconnaît coupable ! Toutefois, cet abandon n'est pas seulement une confirmation matérielle de l'ordre du monde : il est aussi sa mise en cause religieuse. Si l'on préfère, au moment où Henri parachève en quelque sorte l'hypocrisie antérieure, qui consistait à dire "il est coupable parce qu'il est malade (je suis coupable parce que je suis malade)" (ou réciproquement) il dépasse cette soumission à la société par un acte de soumission à Dieu, qui est la pénitence, et qui met en cause tout l'ordre social, dans la mesure où celui-ci reste plongé dans l'oubli de Dieu. Bien sûr, ce n'est pas la société-fiction de la nouvelle qui peut s'apercevoir que l'exclus devient le saint, et qu'elle-même est menacée par son appel - mais le public de Hartmann avait certainement des oreilles pour entendre, des yeux pour voir. Or, quel était le tableau que le poète l'invitait maintenant à contempler ? Dans une ferme écartée, une famille paysanne, honnête et laborieuse, les parents, les enfants, accueillant par charité chrétienne et par gratitude ce seigneur, naguère si bon pour eux. Sans doute toute répugnance envers le lépreux n'est-elle pas inconnue de cette famille : en dehors de la fillette qui va devenir l'autre héroïne de l'histoire, les autres "l'évitaient autant que la politesse le permettait", nous dit à peu près le poète (vv. 315-317). Cependant, il est accueilli, accepté par la "maison", comme en témoignent les attentions de la jeune fille, si touchantes qu'il finit par la nommer sa "petite fiancée" - préfiguration du dénouement, bien sûr -, et cette causerie au coin du feu à la faveur de laquelle ses hôtes vont apprendre la cause spirituelle de son malheur et le remède impossible (vv. 354 sqq.). Peut-on dire qu'Henri a retrouvé un foyer ? Voire qu'il a découvert, au-delà d'une société close, au-delà des frontières de sa caste, la douceur de la fraternité humaine ? A vrai dire, et avec toutes les réserves qui s'imposent, il y a quelque chose de cela dans Le Pauvre Henri, et les jolies scènes intimistes que l'on a évoquées reflètent un peu de cette "utopie égalitaire" qui, au fond, est au coeur du christianisme, et affleure en de brefs moments dans certains textes médiévaux - j'ai parlé du Memento mori, je pourrais mentionner encore le florilège de Wernher von Elmendorf, à la fin du xiie siècle11 tel vers de Freidank, voire de Walther von der Vogelweide12, et pourquoi pas les fileuses de l'Yvain, pour nommer seulement les premiers exemples qui me viennent à l'esprit. "Utopie égalitaire", cela ne signifie pas seulement que tous seraient au même niveau, mais aussi et par voie de conséquence que, les frontières de classe ayant disparu avec les classes, aucun système d'exclusion ne pourrait plus fonctionner dans une telle société, où tous reconnaîtraient en tous les enfants de Dieu. Cette utopie, pour de longs siècles, ne représente qu'une possibilité-limite, à peine entrevue par éclairs, même si, dans notre récit, l'éclair "dure" un peu plus. D'ailleurs, dans cette famille de paysans, Henri reste le seigneur, lieber herre mîn (v. 369), il ne participe pas aux travaux de l'exploitation, il continue donc en fait à vivre du travail d'une autre classe, comme les membres ordinaires de sa classe d'origine. Certes, sa position un peu particulière ne s'explique pas seulement par les rapports socio-économiques ordinaires, la morale chrétienne et la morale humaine empirique jouent aussi leur rôle dans cet épisode : Henri est en quelque mesure le pauvre de Dieu, que l'on secourt par charité, et encore l'"hôte" que l'on conserve par reconnaissance pour ses bons procédés du temps où il était heureux et puissant. Mais ces sentiments et ces comportements ne peuvent être ramenés à ceux qui accompagnent une intégration pure et simple à une communauté. Même le lien le plus fort qui unit Henri à la famille paysanne, l'affection fidèle, la triuwe réciproque que lui et la fillette se portent, est un lien singulier, qui n'est pas vraiment un mode d'insertion, puisqu'il va au contraire arracher la jeune fille à l'univers ordinaire des hommes et des femmes, en particulier de ceux de sa condition. L'utopie égalitaire, comme je l'ai nommée, ne disparaît pas entièrement de l'horizon de la nouvelle, et quand la sainteté a joué son rôle, c'est même elle qui occupe le premier plan, avec le mariage du seigneur et de la paysanne. Mais cela ne change rien au fait que, dans la famille paysanne, le noble lépreux était à la fois admis et à part, qu'il restait à mi-chemin entre les classes, ex-riche et faux pauvre.

8On connaît les péripéties qui suivent le récit d'Henri aux paysans : la décision de la jeune fille de se sacrifier pour son seigneur, par amour pour lui et par soif du martyre, l'acceptation des parents après une longue résistance, celle d'Henri, le nouveau voyage à Salerne, le renoncement d'Henri devant le spectacle de la jeune fille, nue, étendue sur la table d'opération, tandis que le Grand Patron aiguise son couteau… On sait la suite : la jeune fille, malgré ses protestations véhémentes, doit accepter à son tour le "sacrifice" d'Henri - mais Dieu, sur le chemin du retour, récompense leur foi mutuelle et leur charité en guérissant Henri. Or, dès qu'il est guéri, Henri, par la bouche du narrateur, recouvre son ancien nom !

v. 1371 Alsus bezzerte sich
der guote herre Heinrich
"Le bon seigneur Henri recouvra la santé"

9Nous connaissons déjà la signification sociale de la dénomination : Henri retrouve sa place dans le monde des potentes - même s'il a droit désormais à cette distinction que lui confère l'épithète "bon", et qui indique qu'Henri est l'un des plus chrétiens parmi les potentes. Il ne faudrait pas pour autant vouloir établir une symétrie entre le "bon seigneur" Henri parmi ses pairs et le noble lépreux chez les paysans. Henri est réadmis dans sa société naturelle sans aucune restriction. Et il fait d'ailleurs tout ce qu'il faut pour cela : comme il avait achevé lui-même le processus d'exclusion en donnant ses biens et en quittant le monde, il introduit celui de sa réadmission en envoyant un messager à "ceux qu'il connaissait" (v. 1380), c'est-à-dire ses amis au sens médiéval du mot, pour leur faire part de la grâce que Dieu lui a accordée. Le motif religieux est ici indéniable : tous accourent, à pied et à cheval,-à la rencontre du miraculé, pour voir révélé en sa beauté et sa jeunesse retrouvées "le mystère divin" (v. 1395). Ils l'accueillent avec de grands dons (v. 1420) et de la meilleure volonté du monde (v. 1425) : autrement dit, c'est la réinsertion sociale la plus complète. En outre,

v. 1430 er wart rîcher vil dan ê
des guotes und der êren
"il devint beaucoup plus riche qu'avant en biens et en honneurs"

  • 13 Cf. H. LAUSBEPG, Handbuch der literarischen Rhetorik, t. I, Munich 1960, § 901, p. 445.

10On entend distinctement ici l'écho du livre de Job, chap. 47,10 : "… Et addidit Dominus omnia quaecumque fuerant Job duplicia". Selon le vocabulaire de la typologie, Henri est l'"antitype " de Job13. Si l'on veut essayer de se représenter cette nouvelle grâce en termes de réalisme social, on éprouve quelques difficultés : puisqu'Henri avait donné quelques années auparavant tous ses biens aux pauvres et aux couvents, comment a-t-il fait pour les récupérer, et les accroître ? Le lecteur moderne se pose une question qui très vraisemblablement n'importait guère ni à Hartmann von Aue ni à son public. Hartmann n'est pas Balzac, pour qui même les chimères doivent être économiquement possibles. Ce qui importe à Hartmann, c'est la leçon sur la justice immanente : le Juste est récompensé dès son existence terrestre. Et la récompense se traduit par une réadmission triomphale dans-la société aristocratique. Cependant, comme le lépreux, en se soumettant à la condamnation de la société, avait dépassé la dimension sociale par la sincérité de sa pénitence et, trouvant Dieu dans son affliction, s'était aussi rapproché d'un autre modèle de société, plus égalitaire, le miraculé émerge de la société retrouvée par sa piété - il sera désormais un dominus christianus (vv. 1432-1435) -, ce qui derechef donne plus de solidité à sa gloire mondaine (v. 1436). On retrouve ici le va-et-vient entre le social et le religieux, entre la construction humaine et la transcendance, que les moralistes chrétiens s'efforçaient d'inculquer aux laïcs. Mais le parallèle avec le "dépassement" du lépreux ne s'arrête pas là : cette petite fille de fermier à laquelle Henri doit d'avoir recouvré "vie et honneurs", comme il le dit lui-même (vv. 1504 sq.), il va l'épouser avec le consentement de ses "amis", parents et vassaux. S'il ne l'avait obtenu, il aurait préféré rester sans femme (v. 1503), donc sans héritier direct - il eût sacrifié son lignage. Par cette disposition d'esprit, Henri continue à dépasser la société par l'amour humain insouciant des clivages sociaux et intimement lié à l'amour de Dieu : le mariage est un sacrement - et les scribes d'une version ultérieure, celle des manuscrits de Heidelberg et de Kalocsa, enverront d'ailleurs Henri et la paysanne en deux couvents, juste après leur mariage, donnant définitivement le pas à la sainteté sur la société, comme c'est souvent le cas dans de nombreux textes remaniés ou augmentés au xive siècle. Mais, dans la version originale, Henri ne sort pas du monde laïc. En outre, Hartmann et son héros ont pris tous deux la précaution de souligner, à des endroits différents (vv. 269,1497), que le père de la jeune fille et la jeune fille sont des libres. La macule servile ne risque donc pas d'entâcher le moins du monde leur descendance. Donc, en forçant la comparaison, on pourrait dire qu'Henri prend femme dans une classe inférieure, mais pas dans la caste des intouchables ! On excusera peut-être ce salmigondis sociologique, si l'on admet qu'il nous fait mieux saisir la démarche de Hartmann, hésitant entre l'utopie égalitaire et le respect de l'ordre établi : son héros se conduit au mépris de toute stratégie matrimoniale, mais il n'enfreint pas le dernier tabou juridique.

11Quelles conclusions tirer de cette histoire, et des procédures d'exclusion, d'insertion ou de réadmission que nous y avons vu fonctionner ? Celle-ci d'abord que les "ordres" sur lesquels repose l'ordre social y apparaissent stables au point que l'intervention divine seule peut leur soustraire ou leur ajouter un individu : la lèpre, châtiment divin, provoque l'exclusion d'Henri, sa guérison miraculeuse justifie l'admission d'une petite paysanne dans sa famille. Ceci bien sûr, n'est qu'une vue poétique de la réalité, mélange de réel et d'imaginaire, non son reflet fidèle, qu'on retrouverait sans doute davantage dans le "pauvre vavasseur" de Chrétien de Troyes, au début de l'Erec, rejeté non par une intervention divine, mais par la guerre, hors de la société courtoise - Hartmann l'a même logé dans une masure hors les murs de la ville (à en juger par les vers 250 sqq. et 625 de son adaptation). Il n'empêche : la fortune mondaine du riche seigneur, l'exclusion par la maladie, son acceptation par le malade, enfin le processus de la réadmission, et même la consultation des parents et alliés, et des vassaux, avant de prendre femme, et la soumission d'avance promise à leur avis, tout cela nous rappelle le conformisme que nous avons constaté dès le prologue : ici comme là, l'opinion courante, le jugement du monde, mais au sens "mondain" du mot, influencent de manière décisive le comportement du héros. Ajoutons que ce monde n'est que celui des classes supérieures, bien sûr. Le séjour dans la famille paysanne, l'amour entre le seigneur et la fille du tenancier représentent une exception, la société de ces pauperes n'est qu'une forme d'ermitage, chez eux Henri est un "reclus". Et cependant, il est vrai aussi que dans cette histoire d'amour sacré qui inclut l'amour profane, l'appel du saint, l'appel de la sainte finissent par percer l'obscurité qui ordinaire enveloppe l'existence des pauvres laboratores. Même le sermon exalté de la jeune fille à ses parents, la vision du divin fiancé sous les traits d'un "libre laboureur" dont le cheptel et les moissons sont à l'abri de toute calamité (vv. 775 sqq.), révèlent et transfigurent à la fois le monde paysan. De sorte que la religion devient un moyen de connaissance, un trait d'union entre les classes, alors qu'elle servait d'abord d'alibi aux bien-portants fuyant le lépreux. Le Pauvre Henri, à l'issue de son temps d'exclusion - et durant ce temps-même -, provoque au contraire, à la faveur de l'exemplum chrétien, une inclusion du troisième ordre dans le regard, dans l'intérêt de la société courtoise. C'est ce que nous avons appelé une manifestation (encore très timide) de l'utopie égalitaire. Et de même que le poète Hartmann, racontant en "rimes chevaleresques" une histoire pieuse, transgressait les limites formelles habituelles entre genre profane et genre sacré, sa démarche spirituelle profonde - dont la démarche formelle n'est qu'un signe - effaçait les frontières entre deux mondes humains autant qu'entre la conception courtoise de la vie et l'appel de Dieu. L'exception reste l'exception, certes, mais il est des exceptions exemplaires qui mettent la règle en question. A aucun moment, dans cette nouvelle, la société qui a exclus Henri n'est blâmée de l'avoir fait, la guérison du lépreux lui donne même raison, puisqu'elle est la condition de sa réadmission - le Dieu de Hartmann, comme celui de Gottfried, est un Dieu courtois ! - et pourtant le résultat final et la tendance fondamentale du récit sont la négation de toute exclusion et le dépassement du système clos des valeurs issues de la pratique sociale.

DISCUSSION

12Monsieur GOMPERTZ. Le lien qui s'établit entre le héros et les non-nobles (dans le Pauvre Henri) ou la noblesse pauvre (dans Erea) reflète-t-il une position particulière qu'aurait eue Hartmann dans la société féodale, en tant que simple "Ritter" ?

Notes

1 Trad. par A. MORET dans : Poèmes et fabliaux du Moyen Age allemand (Paris, Aubier, 1939), pp. 85-119.

2 Le v. 64 dit bien aussi que le héros était "le refuge des opprimés", mais ce trait est autant un trait féodal que chrétien - c'est au maximum une légère touche chrétienne dans un portrait pour le reste entièrement mondain.

3 L'ambivalence de la lèpre en ce récit, à la fois et tour à tour châtiment et épreuve, est si évidente qu'on se demande comment tant d'exégètes ont pu fermer les yeux là-dessus, pour privilégier soit l'un soit l'autre des deux sens.

4 Sur la maladie impure, cf. notamment dans l'Ancien Testament le Lévitique, cap. 13 (notamment verset 45) et 14.

5 Der herre Heinrich : vv. 48,75,112 - der arme Heinrich : vv. 133,146, 205,233,284,350,378,1012,1223,1270,1338 - derechef der (guote) herre Heinrich : vv. 1372,1474.

6 Cf. Histoire des Conciles Oecuméniques, dirigée par G. DUMEIGE, t. 6 : Latran I, II, III et Latran IV, par R. FOREVILLE, Paris 1965, p. 221.

7 Cf. G. LAVERGNE : "La persécution et la spoliation des lépreux à Périgueux en 1321», in : Recueil de travaux offerts à M. Clovis BRUNEL, t. II, Paris 1955, pp. 107-113.

8 Cf. art. Aussatz, in : Trübners Deutsches Wörterbuch, t. I, Berlin 1939, p. 195. L'adjectif existe déjà en ancien haut-allemand. Le substantif n'apparaîtra que tardivement, à la fin du xiiie siècle, remplaçant miselsuht, "meselerie", le mot de Hartmann, et traduisant la réalité sociale dans toute sa rudesse.

9 Cf. Gert KAISER, "Das Memento Mori" in : Euphorion, t. 68, 1974, pp. 337-370 (p. 366).

10 Cf. G. DUBY, L'économie rurale et la vie des campagnes dans l'Occident médiéval, Paris 1962, t. I, pp. 233 sq.

11 Wernher von Elmendorf, éd. J. BUMKE (ATB 77), Tûbingen 1974, vv. 251-255, 287-289.

12 Fridankes Bescheidenheit, éd. H.E. BEZZENBERGER, repr. Aalen 1962, 43, 22 sq., p. 106 ; Walther von der Vogelweide, éd. F. MAURER, die religiösen und die politischen Lieder (ATB 43), Tübingen 1960, Wiener Hofton 2 = L 22, 3.

13 Cf. H. LAUSBEPG, Handbuch der literarischen Rhetorik, t. I, Munich 1960, § 901, p. 445.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540