Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exclus et systèmes d’exclusion dans la littérature et la civilisation médiévales

Traîtres et trahison, d'après quelques œuvres historiques de la fin du Moyen Âge

Hélène Wolff

Texte intégral

1Trois grandes œuvres historiques ont été retenues pour rendre compte des réalités humaines et littéraires de ce type d'exclu que l'on appelle un traître : La chronique chevaleresque est représentée par Froissart, la chronique officielle par Chastellain, et les mémoires, plus personnels et originaux, par Commynes.

2De ces œuvres se dégagent trois catégories différentes de traîtres, trois interprétations divergentes du même phénomène. Héritières de l'épopée tardive et des traditions romanesques, les Chroniques de Jehan Froissart dénoncent toute transgression de l'honneur princier, du code chevaleresque ; avec Georges Chastellain, nous passons de la chevalerie transgressée à l'humanité bafouée par le "vilain traître". Jusqu'ici, la trahison reste un fait isolé, un mal extirpé aussitôt que révélé. Mais voici l'univers tortueux de Philippe de Commynes : la trahison s'installe dans un monde où le profit s'assimile à l'honneur. L'homme gagne ou perd ; Dieu seul juge et sanctionne. Le traître est en liberté surveillée, déterminée et calculée par la toute puissante Providence.

***

  • 1 Froissart, Chroniques, Edition de la Société de l'Histoire de France. Paris - Renouard, puis Champ (...)

3De ces images, la plus formelle et conventionnelle est celle des : Chroniques de Froissart. La technique de caractérisation des personnages en est partiellement responsable : toute psychologie approfondie est inutile : seul importe le comportement qui, lui, s'adapte à une typologie uniforme et homogène. Le traître est l'homme qui enfreint le code de la chevalerie - infraction d'autant plus significative qu'il s'agit d'un grand seigneur, conseiller du roi. (Je ne tiens pas compte des cas rarissimes où un capitaine livre sa ville à l'ennemi. La trahison est alors assimilée à une aberration momentanée du loyalisme, à un "enchantement"1.)

  • 2 ibid. Livre I, §4 -7-I5-I6 et Livre I, § 43

4Le premier livre des Chroniques offre deux exemples de ce type de trahison, celle qui met l'individu en marge de la preudhommie et corrompt le bon exercice de pouvoir royal : Huon le Despenser, mauvais génie du roi Edouard II, et Roger Mortimer, ambitieux et déloyal conseiller de la reine Isabelle et du jeune Edouard III2.

  • 3 ibid. Livre II, chap. 4 - § 54

5A ces deux exemples parfaitement similaires, on peut adjoindre celui d'un traître de moindre envergure : non plus un grand baron, mais un écuyer coupable d'abus de confiance et d'assassinat3.

6Ce dernier cas illustre plus particulièrement la violation des règles de l'honneur guerrier.

7Froissart ne dresse pas le portrait moral ou physique de ses personnages : ceux-ci se définissent par leurs actes. Par ailleurs, l'auteur n'intervient pas dans la narration pour porter un jugement. La relation des faits est dépouillée, le vocabulaire d'une grande simplicité. Mais ce dénuement rhétorique fait toute la force du récit.

8Nous analyserons les textes consacrés à Huon le Despenser. Le récit de la trahison de Roger Mortimer est identique, mais beaucoup moins développé.

9Froissart évoque l'action du baron déloyal, cherchant à accaparer le pouvoir légitime :

10il "avoit mené le roy et atrait à ses opinions", il voulait "mestrier et sormonter tous les signeurs" "enhorter le roy à mal faire" par son "soubtil pourcach", "par sa malisce"; il faisait "moult de diversetés et de cruaultés", "outrages et mauvaistiés"

11Sous son influence, le roi agit "de diverse manière", "sans avis et sans regart de nulle raison".

12Cette "diversité" du comportement menace l'idéal de justice et de loyauté dans les rapports roi-barons- peuple. Elle est génératrice de mouvements de révolte, elle ébranle l'autorité et la respectabilité du roi.

13Le mauvais conseiller et sa victime consentante sont déclarés "hors-la-loi", exclus de "la belle image d'honneur princier" qui régit l'univers historique de Froissart.

14L'ordre menacé doit être rétabli : le roi est déchu, emprisonné et vraisemblablement assassiné, le traître va subir un châtiment infâmant, dont les différentes étapes correspondent aux fautes commises.

15A chacun des actes qui exclut le traître des codes régissant la vie sociale et morale, à chacun de ces actes répond un procédé spécifique de répression. C'est en quelque sorte un châtiment figuratif.

16Pour avoir trahi les lois de l'honneur chevaleresque, le traître est lié "sour le plus magre et chetif cheval", rite qui, dans la tradition épique, traduit l'humiliation imposée à un chevalier déloyal. Ses justiciers parfont la technique de dérision en lui faisant revêtir un tabar armorié et semé de clochettes,

"..et le faisoit ensi mener par dérision apriès le route et le conroi le royne…à trompes, là trompettes et flahutes, pour lui faire plus grant despit".

17Cette manifestation carnavalesque paraît correspondre à une volonté de déchéance sociale.

18Puis le coupable est jugé et condamné à mort - mais ce ne sera ni la mort de Judas, ni l'un quelconque de ces "martyres" envisagés par les barons du roi Arthur dans Cligès, à savoir : écorcher, pendre, brûler ou traîner.

19Ici, le traître est châtié avec méthode et précision :

"Premièrement il fu traynés sour un bahut, à trompes et à trompetes…de rue en rue…",

20sur une place où le peuple s'est assemblé. Là, "il fu loiiés haut sur une eschielle".

21On lui coupe les organes génitaux et les jette au feu, pour le "vilain et ort pechié" de sodomie.

22On lui ouvre le ventre et en retire le cœur pour le faire brûler "par tant qu'il estoit faulz de coer et traittes". Enfin, on lui coupe la tête, qui reste à Londres, et le corps en quatre morceaux qui sont distribués aux quatre meilleures villes du royaume.

23La dislocation du corps - corps dépecé, aux morceaux disséminés de par le royaume - signifie conséquemment le refus de sépulture. Le traître est successivement privé de sa dignité seigneuriale, de la vie, des derniers sacrements : il est voué à l'enfer, et la dispersion de ses membres rend impossible la résurrection de la chair au Jugement Dernier.

24A quelques chapitres de là, Roger Mortimer subit le même châtiment - la seule variante réside dans la substitution du péché de luxure à celui de sodomie.

25Il est probable que la perversion sexuelle ou la lubricité étaient ressenties comme fautes naturellement connexes à la trahison. Elle fournit, à tout le moins, un mobile à l'attrait des richesses, et, dans le cas de ces deux traîtres, un moyen d'action.

  • 4 Jean Molinet, Chronique, ed. Doutrepont et Jodogne. Bruxelles, Palais des Académies, 1935
    Tome II, (...)

26Je remarque, par ailleurs, que le scénario du supplice a dû, dans la tradition de certaines contrées, correspondre avec régularité au châtiment de la trahison. On trouve un cas semblable dans la Chronique de Jean Molinet4 : trois soldats étrangers livrent une ville à l'ennemi. Le capitaine, un piémontais, les fait exécuter selon un processus semblable, à cela près qu'ici les chiens dévorent ce nue, chez Froissart, le feu anéantit. Et l'auteur ajoute :

"Cette inhumanité fut faitte à la contemplation dudit Piémontois, disant que la mode de leur pays estoit nue de telz trahittes, telle exécution se debvoit faire".

27Ce qui est devenu pour Molinet une curiosité inhumaine paraît naturel à Froissart. Dans ses Chroniques presque exclusivement consacrées à célébrer la prouesse et la gloire des chevaliers, le traître est une sorte de monstre. Evoquant le lâche assassinat de Owen de Galles par un écuyer anglais, Froissart écrit :

"Peu fu gentils hom, et bien le demoustra, car onques gentil coer ne pensa ne fist traïson".

28En effet, cet homme a porté atteinte aux lois de la guerre entre chevaliers qui se respectent tout en se combattant. Son forfait accompli, il rejoint son camp et y raconte son "exploit". Mais le capitaine qu'il vient de délivrer d'un ennemi

"crolla la teste et le regarda fellement et dist : tu l'as mourdry et saches bien que, se je ne voie nostre plus grant pourfit en ce fait, je te feroie trenchier la teste et jetter le corps et teste ens es fosses." (cf. note 3)

29Mépris et menace d'exécution honteuse, voilà le prix de la trahison. L'écuyer s'est déclassé : son acte l'exclut de la communauté des frères d'armes.

30Les personnages de traîtres et le motif de la trahison dans les Chroniques de Froissart font naître les échos de l'héritage littéraire et des conventions qui façonnent l'univers historique. Les faits ont imposé au chroniqueur un type déterminé de traître, celui du "mauvais conseiller". L'accent est mis sur l'intelligence rusée, l'habileté toute intellectuelle qui permettent de s'emparer du pouvoir et de satisfaire ambition personnelle et avidité : témoins les termes employés pour décrire les actes, "atraire, enhorter, conseiller, mener".

31Enfin, pour les deux premiers cas cités, la trahison est liée au motif du mauvais gouvernement. Le roi et son mauvais génie se comportent en tyrans injustes et cruels. Cet argument est la justification fondamentale du châtiment.

32Mais plus encore que dans les faits, la tradition littéraire s'impose dans l'esprit du texte : elle se manifeste par les codes implicites, dont l'existence justifie la présentation allusive des faits - Implicites l'idéal chevaleresque, l'idéal de gouvernement, les lois d'honneur, de justice, de vertu : la trahison est la faute capitale, le délit sans pareil, parce qu'elle bafoue ces codes et qu'elle est naturellement associée aux pires vices. Froissart semble se mouvoir dans un univers défini, immobilisé dans ses certitudes et son irréductible permanence. Les actes se répètent et les hommes se ressemblent, sous l'éclairage sans nuance des catégories morales antithétiques et complémentaires : la prouesse, la sagesse et la loyauté façonnent les héros, la "diversité", la "mauvaistié" et la malice font agir les traîtres : les premiers excluent et détruisent impitoyablement les autres pour rétablir l'équilibre d'un monde simple, ordonné et exemplaire.

***

33C'est à une narration toute différente que nous convie maintenant Georges Chastellain. On y remarque notamment la curiosité de l'auteur pour l'homme et ses actes, minutieusement décrits, et la prolixité oratoire des développements moraux.

  • 5 . Georges Chastellain, Chronique, ed. Kervyn de Lettenhove. Slatkine Reprints, 1971
    Livre IV – chap (...)

34Sa Chronique offre un exemple remarquable d'exposé ponctuel et systématique sur un thème donné. A l'opposé d'une réflexion diffuse et progressive, telle que nous la trouvons chez Commynes, ici un ensemble cohérent de huit chapitres pour conter une histoire "si étrange, si horrible, et si énorme", et l'accompagner des commentaires du moraliste oui double l'historien5.

35Le personnage du traître est un homme de basse condition,

"que fortune derisoirement avoit monté, et lequel, après estre enyvré de ses dons, dont n'estoit digne, l'a mené à fin si confuse que son nom n'est digne d'entrer en bouche."

36Le dénommé Jehan Coustain et sa femme s'introduisent à la cour de Philippe de Bourgogne, y font fortune. Mais la méfiance et l'antipathie du comte de Charolais les gênent L'homme décide de l'assassiner avant qu'il ne succède à son père. Pour ce faire, il s'associe à un pauvre écuyer dont la femme était "famée de vauderie et de mauvais arts". Après avoir séduit la conscience de l'écuyer par "cauteleux paroffremens" et "longues subtiles menées", le traître s'apprête à empoisonner le propre fils de son bienfaiteur. Mais son complice le dénonce : il est arrêté, jugé et condamné à mort.

37Voici donc un intrigant de la pire espèce, prêt au meurtre pour assurer une position sociale usurpée et une fortune mal acquise.

38Chastellain en dresse un portrait physique et moral qui accumule les traits odieux : le traître est fondamentalement mauvais et naturellement laid.

"Estoit luxurieux outre bord, glout en vin et viandes, rude et gros de conscience, inducte et sans lettres, irreverend aux bons, de nulle vertu ne tenant compte…"

39Le fond de son cœur était "abondant d'iniquité outrageuset". Le portrait est précisé dans la péroraison :

"…estoit rude en ses mots, et rébarbatif en son parler, despit aux moindres, fier envers ses meilleurs, convoiteux outre mesure, rapineux à tous lez, glout et friant de bouche, excessif en vif ; aimoit vilains et maschans gens… luxurieux estoit, moult avoit face bouffie, yeux comme boeuf, boutans dehors, court col, parole drue et légère, corps rondelet et courtes jambes."

40Il est enfin "descognu et ingrat envers Dieu".

41L'auteur a campé un modèle achevé, associant un physique repoussant, des sens corrompus, et tous les vices moraux : avidité, convoitise, orgueil, méchanceté. Il est illétré, insolent, mécréant ; offense toutes les règles morales et religieuses (jusqu'à s'acoquiner avec une sorcière), ne respecte rien, ni son prince ni Dieu.

42Les commentaires traduisent la stupeur, l'incompréhension, la répulsion des témoins devant cette "vile indigne charoigne, puant en vilainie", dont l'existence empoisonne l'air. Comment une si monstrueuse anomalie a-t-elle pu voir le jour ? L'interprétation de Chastellain est sans équivoque : elle fait appel, avec une réelle insistance à deux idées : Jehan Coustain est un "vilain serf", et les caprices de la fortune ont trahi l'ordre naturel.

43L'association traître - vilain révèle un préjugé que partagent bien des historiens et moralistes de l'époque. Un vilain, un homme du peuple, n'est-il pas naturellement plus vicieux qu'un noble ?

44Et si ce vilain, aidé par les inconséquences de la fortune, s'exclut de l'ordre social en dérogeant à sa vile condition, ses mauvais instincts et ses turpitudes prennent une ampleur exceptionnelle.

45Quelques belles envolées oratoires traduisent cette extraordinaire perversion de l'ordre humain :

"O trayson abominable ! ô malédiction infernale, congrée en cœur de vilain…"
Machination "qui estoit pour faire cités fondre du péché et faire crier vengeance aux hommes, à Dieu et à beste brute, de l'inhumanité du faux traitreux homme…"

46Pour un tel être, qui a bafoué toutes les lois lui permettant de s'insérer dans la collectivité, la mort est la seule justice possible. Mais le châtiment est moins exclusif et absolu qu'il n'apparaît chez Froissart : banni de la terre des hommes, le condamné est susceptible d'être racheté par le repentir et la foi. Ses justiciers s'efforcent de sauver son âme et de le réconcilier avec Dieu.

47Cette idée de rachat par la religion, d'accueil des exclus par Dieu, est encore suggérée par la sentence qui convie les enfants du traître à renoncer au monde et à se retirer au couvent. La justice humaine passe, implacable : elle efface jusqu'au souvenir du forfait. Mais en aucun cas elle ne se substitue à la justice divine : elle éprouve même une certaine répugnance à doubler sa sentence d'une assurance de damnation.

48Les textes de Froissart et de Chastellain diffèrent sur deux points : à la simplicité quasi symbolique de l'un s'oppose la faconde explicative de l'autre. L'univers historique semble avoir perdu de son unité et de sa cohérence, et un idéalisme réformateur succède à l'idéalisme conservateur.

49Enfin, si dans les deux cas la trahison apparaît comme le critère d'exclusion le plus légitime, Chastellain se refuse à interpréter la vengeance des hommes comme l'instrument immédiat de 1'exécration divine.

50L'ultime étape de notre enquête fait appel au témoignage très personnel de Philippe de Commynes. Il peut paraître étrange d'associer - ne fût-ce que pour les comparer - des textes aussi disparates. Nous espérons pouvoir justifier ce choix en poursuivant notre réflexion sur les rapports qu'entretiennent la justice divine et la justice humaine dans la condamnation des traîtres.

51Notons d'emblée l'extraordinaire développement du thème dans les Mémoires, la trahison est omniprésente : elle est devenue une méthode de gouvernement, une tactique politique, le plus sûr moyen de réussir…ou de se perdre.

52Est-elle encore un critère d'exclusion ?

53Nous nous intéresserons plus particulièrement aux livres III, IV et V des Mémoires : la vie et la mort du comte de Saint-Pol, connétable de France, décapité pour haute trahison, sont au cœur d'une analyse de la trahison politique, que celle-ci s'appelle habileté, tromperie, malice, ou tout simplement, mais plus rarement, trahison. Le comte de Saint-Pol, usant de prétextes futiles et d'arguments fallacieux, cherche à entretenir la guerre entre Louis XI et Charles de Bourgogne : ce sont "habiletés" de grand seigneur désireux de consolider son pouvoir, son influence, sa fortune : ce sont agissements intéressés d'un "homme très saige" Diviser pour régner… une technique efficace, mais qui se révèle dangeureuse quand l'ambition et l'orgueil ne connaissent pas de bornes.

  • 6 Philippe de Commynes, Mémoires, ed.Classiques de l'histoire de France au Moyen Age, par J. Calmett (...)

Car "Quant orgueil chevauche devant (…) honte et dommaige suyt de bien près"6

54Saint-Pol veut s'égaler aux plus grands, dicter sa loi au duc de Bourgogne et à Louis XI. Tel un maniaque du double jeu ; il promet à l'un pour donner à l'autre, trahit l'autre pour se réconcilier avec le premier. Ainsi s'instaure un chassé-croisé ambigu et déloyal, qualifié de "malice", et qui consiste à utiliser de façon très personnelle et intéressée le conflit entre deux princes.

55Mais son chantage va susciter une "marchandise" inattendue : Louis XI et le Téméraire s'unissent pour le perdre. Malice contre malice, trahison contre trahison. S'ensuit alors l'enchaînement catastrophique des faux-pas, des erreurs de jugements dûs à une altération de l'intelligence :

  • 7 ibid. Livre III, chap. 12

"pour ung si saige seigneur qu'estoit ce connestable, il prenoit mal son fait, ou Dieu lui
"ostoit la congnoissance de ce qu'il avoit à faire"7.

56Et tandis que "s'entretenoit la marchandise encommencée contre luy", le souci, puis l'inquiétude, et enfin la peur s'emparent du traître.

57Il tente de se rapprocher de duc de Bourgogne. Ce dernier le livre à Louis XI qui le fait juger et exécuter : il eut la tête tranchée avec tous les honneurs dûs à son rang.

58Or, malgré ses échecs et sa condamnation - très brièvement mentionnée et présentée comme la vengeance personnelle d'un roi irrité - Saint Pol reste l'incarnation de la ruse intelligente, de la force d'esprit. Très peu de termes péjoratifs pour qualifier ses actes. Commynes ne critique que son orgueil, et rie peut se défendre d'admirer son jeu imprudent et dangereux. Rien, dans le récit des faits, dans le choix des mots, ne laisse apparaître l'idée d'une exclusion du monde politique et humain. Le mémorialiste ne se fait pourtant pas faute d'épiloguer sur le destin du connétable, mais les jugements qu'il porte dissocient la valeur de l'homme parmi d'autres hommes :

"Il estoit très saige et vaillant chevalier, et oui avoit beaucoup veü",

59de sa culpabilité au regard de la justice divine :

  • 8 ibid.. Livre IV, chap. 12

"Il falloit que Dieu l'eust habandonné", "il estoit eslongné de la grâce de Dieu"8

  • 9 ibid. Livre III, chap. 4 et 5

60Voulons-nous confirmation de cette indulgence des hommes sur les "pratiques" politiques, nous la trouvons dans un récit abrégé de la guerre des Deux Roses - récit qui permet à l'auteur d'illustrer les termes d'habileté, de malice9.

61Entre autres héros de l'infidélité, du parjure et du double jeu, nous rencontrons Wenlock. Les commentaires de Commynes sont ambigus à souhait, mêlant l'admiration à la réprobation. Admiration pour son intelligente duplicité qui lui vaut le qualificatif de "saige chevalier" pour sa technique de la dissimulation (jugée en connaisseur) :

"Je veulx declairer une tromperie ou habileté, ainsi que on la voudra nommer, car elle fut sainement conduite".

62Réprobation, parce que cet homme si habile a été lui-même trompé :

"C'est grand honte d'estre trompé, et de perdre par sa faute"

63…et qui plus est, puisque c'est le cas, d'être trompé par une femme.

64Un fin politique, s'il veut réussir personnellement dans cet univers mouvant, doit s'adapter à l'art de la "malice". Son échec ou sa réussite donnent la mesure de son intelligence, de sa "sagesse".

65La seule trahison qui soit impardonnable aux yeux du mémorialiste est celle du prince qui s'abaisse au parjure sans calcul politique, par lâcheté et avarice. C'est celle de Charles de Bourgogne livrant Saint Pol à la vindicte royale, après lui avoir octroyé un sauf-conduit. Les notions de honte et d'indignité viennent alors rappeler une thématique plus familière.

  • 10 ibid. Livre IV, chap. 12 et 13 - Livre V, chap. 6

66Et il existe, en effet, dans les Mémoires de Commynes, un traître dans la meilleure tradition : Campobasso. Si l'on songe au fossé qui sépare ce personnage de sa réalité historique, on est frappé par le travail de composition que révèle ce portrait10.

67Portrait moral poussé au noir : un homme "de très mauvaise foi et très perilleux", "très mauvais pour son maître", "faulx et mauvais", "mauvais et deloyal", un "mauvais conte" plein de "mauvaistié".

68La pauvreté du vocabulaire ne doit pas faire illusion : la répétition d'un seul mot, "mauvais", qui revient, tel un leitmotiv lancinant, au fil des pages, est l'effet d'un art très concerté.

69Les agissements du traître cumulent toutes les noirceurs des "grandes trahisons", et sont évoqués avec la même insistance :

  • il rompt les liens naturels de la gratitude et du devoir envers un maître à qui il doit tout.
  • il trahit le devoir du soldat en nouant des intelligences avec l'ennemi.
  • il trahit quand son maître est en difficulté pour être plus sûr de le perdre, et ce faisant, précipite toute une armée au massacre.
  • il n'a même pas l'excuse d'être un traître parmi d'autres traîtres : Le Téméraire est entouré de sujets fidèles.
  • Cruel, il est prêt à tuer le duc, et n'hésite pas à faire pendre un homme qui en savait trop.
  • Les seuls mobiles de ses actes sont le goût de nuire et la vénalité.

70Ce monstre sans cœur, ni foi ni loi, est le seul traître traditionnel des Mémoires, celui pour lequel Commynes retrouve tous les clichés et les conventions hérités d'une vision historique que par ailleurs il réfute.

  • 11 Jean Dufournet, La Destruction des Mythes dans les Mémoires de Philippe de Commynes, Genève, Droz, (...)

71On peut s'interroger sur les raisons d'être de cette curieuse création, comme sur la flagrante contradiction entre deux types de traîtres dans les Mémoires. La trahison de Campobasso n'est pas présentée comme un exercice politique ; elle n'est pas le fruit de la "malice". Elle est lâcheté, appât du gain, elle répond à des mobiles abjects. Il y a, de la part de l'auteur, une volonté manifeste de rendre le personnage aussi antipathique et détestable que possible. Toute cette noirceur correspond sans doute, comme le fait remarquer très justement M. Jean Dufournet, à un geste, conscient ou non, de justification personnelle11.

  • 12 Commynes, Mémoires, Livre IV, chap. 13

72Mais surtout, Campobasso joue un rôle, assume des fonctions qui dépassent sa propre individualité. Investi par Dieu d'une mission expiatoire, conformément aux "vrays préparatifs que Dieu faisoit, de l'ancien Testament, à ceulx desquelz il vouloit muer la fortune de bien en mal12", il est l'image de la faute à punir.

73La trahison de l'un est le châtiment de l'autre, Dieu se sert des hommes contre les hommes s le Téméraire a trahi sa foi et son honneur en livrant Saint Pol à Louis XI, Campobasso incarne, lors du désastre de Nancy, le châtiment de cette trahison.

  • 13 ibid. Livre V, chap. 6

"Et tout ainsi comme, en ce propre lieu de Nancy, il avoit commis ce crime, …fut en ceste propre place deeat et trahy par celuy dont plus se fioit"13

74… "Mais ce jugement appartient à Dieu".

  • 14 ibid. Livre V, chap. 18

75La loi de l'équilibre selon laquelle Dieu gouverne le monde se charge de rétablir l'ordre menacé : "Dieu n'a crée en ce monde ny homme ny beste à qui il n'ayt fait quelque chose son contraire pour le tenir en humilité et en crainte"14.

76Pour Commynes, la dissimulation, la malice, la tromperie, intelligemment menées, sont les éléments quasi obligés d'une politique efficace. La trahison proprement dite n'en est que la conséquence pratique. Dans l'univers dépeint par le mémorialiste, le traître n'est pas un exclu… à condition de savoir manier la trahison de main de maître. Reste cependant un recours suprême qui sauvegarde la moralité des agissements humains : la justice divine, qui, tôt ou tard, punit sa créature en l'excluant de la grâce, en altérant ses facultés et en précipitant sa chute - ou bien encore en lui suscitant un ennemi qui soit, comme le sinistre Campobasso, la réplique vengeresse de ses parjures.

77Il est possible, au terme de cette analyse, de réduire l'apparente contradiction entre deux conceptions opposées du traître et de la trahison dans les Mémoires. C'est un seul et même thème, illustré à des moments successifs d'une même réflexion.

78Campobasso est moins 1'incarnation d'un type de traître odieux, d'un marginal, d'un exclu, qu'un comparse fonctionnel de la justice divine. Le cadavre dérisoire de duc de Bourgogne dans la boue de Nancy est l'image d'un échec humain :

"Or sont finyes toutes ses pensées, et le tout tourné à son préjudice et honte ; car ceulx qui gaignent en ont toujours l'honneur". (Livre V, chap. 9)

79Mais cet échec est consécutif à un verdict d'exclusion prononcé par Dieu :

  • 15 ibid. Livre V, chap. 9 et 1

"Sy Dieu n'eust délaissé ledict duc, il n'est pas apparent que il se fust mis en péril pour si peu de chose"15

***

80Froissart, Chastellain, Commynes, trois jalons dans un siècle de récits historiques, trois conceptions progressivement divergentes des critères d'exclusion qui sanctionnent la trahison.

81Quand la vision historique est dominée par des codes sociaux et moraux, celui de l'honneur chevaleresque ou celui de la rectitude morale et religieuse, est considéré comme traître celui qui ne respecte pasla fonction que l'ordre social et moral lui assignent : le phénomène de rejet est alors systématique.

82Mais quand l'opportunisme politique et un réalisme un peu cynique jugent les hommes et leurs actes en fonction de leur réussite, l'échec seul devient critère d'exclusion parmi les hommes. La sagesse laïcisée renvoie le traître devant le tribunal de Dieu.

83Quelle leçon peut-on proposer de ces mutations ?

  • 16 Saint Augustin, De Civitate Dei, Bibliothèque Augustinienne - Désolée de Brouwer, 1960
    Livre XIX, c (...)

84Peut-être y doit-on lire les effets d'une dissociation, d'un éclatement de la Loi, une et indivisible pour Froissart, diverse et contradictoire pour Commynes. Dans un monde où "les lois de la religion ne s'ajustent pas au rythme de la Cité Terrestre", dans un monde "aux sentiments dispersés"16, le déterminisme providentiel de Commynes ne fait qu'accuser le divorce entre les pratiques humaines et la loi divine.

Notes

1 Froissart, Chroniques, Edition de la Société de l'Histoire de France. Paris - Renouard, puis Champion et Klincksieck - 1869 à 1966
Livre 1 § 106 : "Or ne sçai je que ce fu ne qui l'enchanta…".

2 ibid. Livre I, §4 -7-I5-I6 et Livre I, § 43

3 ibid. Livre II, chap. 4 - § 54

4 Jean Molinet, Chronique, ed. Doutrepont et Jodogne. Bruxelles, Palais des Académies, 1935
Tome II, p. 110

5 . Georges Chastellain, Chronique, ed. Kervyn de Lettenhove. Slatkine Reprints, 1971
Livre IV – chap. 76 à 84

6 Philippe de Commynes, Mémoires, ed.Classiques de l'histoire de France au Moyen Age, par J. Calmette. Paris, Belles Lettres, 1965.
Livre II, chap. 4

7 ibid. Livre III, chap. 12

8 ibid.. Livre IV, chap. 12

9 ibid. Livre III, chap. 4 et 5

10 ibid. Livre IV, chap. 12 et 13 - Livre V, chap. 6

11 Jean Dufournet, La Destruction des Mythes dans les Mémoires de Philippe de Commynes, Genève, Droz, 1966. cf. Chapitre I, Commynes et Campobasso, p. 54 et sq.

12 Commynes, Mémoires, Livre IV, chap. 13

13 ibid. Livre V, chap. 6

14 ibid. Livre V, chap. 18

15 ibid. Livre V, chap. 9 et 1

16 Saint Augustin, De Civitate Dei, Bibliothèque Augustinienne - Désolée de Brouwer, 1960
Livre XIX, chap. 17.

Auteur

Université de Poitiers

© Presses universitaires de Provence, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540