Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exclus et systèmes d’exclusion dans la littérature et la civilisation médiévales

La Réprobation Sociale est-elle un critère d'exclusion ?

Les traitres dans Gerbert de Mez

Marguerite Rossi

Texte intégral

  • 1 Gerbert de Mez, éd. P. Taylor, Namur-Louvain-Lille, 1952 (Bibliothèque de la Faculté de Philosophi (...)
  • 2 F. Lecoy, Sur Gerbert de Mez, lieux et dates, Romania, 1950, pp. 417 sqq.

1On peut considérer que dans la chanson de geste, par opposition à l'aristocratie, tous les autres groupes sociaux sont représentés comme composés d'êtres inférieurs, fermés à la perception des vraies valeurs, inaptes à pratiquer les vertus essentielles : en fait, ils sont exclus de l'univers épique pour des raisons sociales, et une idéologie qui leur impute tous les vices vient a posteriori justifier à leur égard l'attitude de rejet de la caste aristocratique. Les mêmes textes permettent de vérifier, en une sorte de contre-épreuve, si la réprobation morale, quand elle s'applique à un individu qui appartient à la haute noblesse, entraîne un mouvement de rejet social ; il existe en effet au sein même de ce groupe, dans la chanson de geste, des personnages dont le comportement appelle une condamnation généralement sans nuances : ce sont les traîtres. Observe-t-on, dans leur cas, une déchéance personnelle, voit-on entrer en jeu des mécanismes plus radicaux d'élimination ? La réponse n'est évidemment pas la même dans toutes les chansons de geste. Nous nous proposons aujourd'hui, non pas d'examiner la totalité des textes, mais simplement d'étudier le sort des traîtres mis en scène dans Gerbert de Mez ; chanson de geste du premier quart du xiiie siècle1. Le texte a été édité par P. Taylor en 1952. Avec M. Félix Lecoy nous considérons que le texte proprement dit commence au vers 2471 de l'édition, ce qui précède étant la fin de Garin de Loheren2.

2Avant d'aller plus loin, précisons brièvement le sens que nous donnons au terme d'"exclusion" : puisqu'il s'agit ici de personnages appartenant au groupe social éminent de l'univers des chansons de geste, il y aura exclusion dès que l'on pourra observer un déclassement, le rejet vers des groupes inférieurs ou aux marges de la société d'un individu ou d'un lignage ; sera exclusion aussi l'expulsion hors de la communauté prise dans son ensemble - bannissement, exil ; on peut encore voir une forme d'exclusion dans le retrait d'un guerrier, d'un puissant vers la vie monacale ou érémitique. Si au contraire le processus de rejet aboutit à la mort de l'intéressé, si celui-ci ne survit pas pour éprouver une nouvelle condition, un abaissement social, nous parlerons de châtiment ou d'élimination °; il nous paraît que l'exclusion est proprement cet état de séparation d'avec le groupe auquel on appartenait : elle n'existe pas si cela n'est pas vécu, expérimenté.

  • 3 G.M. v. 4719-20.
  • 4 Les Bordelais sont, soit impliqués directement dans le crime, soit coupables de n'avoir pas voulu (...)
  • 5 G.M. v. 3067 et passim :
    Du roi Yon a retenu s'onor.
    Ce grief peut être considéré comme assez sujet (...)

3Gerbert de Mez montre donc en action, dans un affrontement qui ne se dénouera qu'à la fin du poème, le lignage des Lorrains, le bon parti, et les traîtres qui forment la famille de Bordeaux, Fromont et Fromondin son fils. Ce lignage se voit d'abord reprocher les forfaits de Fromont, tels qu'ils sont rapportés dans Garin le Loheren : fuite dans une bataille contre les Sarrasins3 - donc lâcheté, et forfaiture envers le roi Pépin - meurtre en trahison des deux Lorrains Bégon et Garin4 ; de plus, dans Gerbert de Mez même, Fromont est accusé d'avoir prêté l'hommage au roi Yon, allant par là à l'encontre de ses devoirs de vassal du roi de France5 - grief moral et politique en même temps. La suite du récit ajoute à ces noirceurs la liste habituelle des excès dont se rendent coupables, à la guerre et à la cour, les féodaux sans scrupules : guet-apens, poursuite à outrance de l'ennemi vaincu, incendie d'églises, violences à la cour, etc… Le tableau est fort noir et justifie la plus nette réprobation morale.

  • 6 G.M. v. 5095-5110. On peut incriminer ici la faiblesse de Pépin et son insuffisant souci de garant (...)

4La plus grande partie du poème se déroule cependant sans que les Bordelais voient leur position sociale ou politique s'altérer sensiblement : seigneurs héréditaires, personnages puissants, ils sont assez riches et assez fournis en ressources militaires pour maintenir aisément leur statut, d'autant qu'ils ne s'embarrassent pas de soucis moraux. Leur impunité est mise en relief dans une série d'épisodes traditionnels, les uns banals, les autres plus tendus ou plus pittoresques, où on voit les traîtres prodiguer les cadeaux au roi ; soit pour le détourner d'une expédition militaire contre eux, soit pour l'empêcher de sanctionner leurs méfaits et leurs exactions. Ils réussissent même - et c'est encore un motif traditionnel - à interrompre avant la défaite de leur champion un duel judiciaire qui devrait tourner à leur désavantage : le lignage félon s'est embusqué auprès du champ clos, et intervient en force au moment opportun6. Dans le territoire même où Bordelais et Lorrains s'affrontent, autour de Bordeaux et de Gironville, la supériorité numérique et matérielle est du côté des Bordelais de leur forteresse, les héros lorrains mènent contre eux une guerre de coups de main, mais ils ne peuvent renverser la situation. Pendant une grande partie du poème, il est évident que jugement moral et situation politique ne vont pas de pair ; la réprobation que peuvent mériter les Bordelais n'a aucune chance de se traduire dans les faits sous une forme quelconque.

  • 7 Après un premier procès qui tourne court par l'interruption du duel judiciaire, il y a deux scènes (...)
  • 8 Ce point est souligné par quantité d'historiens. Cf. par exemple Lot et Fawtier, Histoire des inst (...)
  • 9 G.M. v. 6515-740.

5Aucun mécanisme d'exclusion ne joue non plus dans le cas où une défaite des Bordelais rend possible et nécessaire une sanction, et où la question est débattue devant l'autorité compétente en matière féodale, c'est-à-dire devant le roi et sa cour7. Les solutions envisagées sont presque toujours des compromis tendant à instaurer une coexistence acceptable des deux partis en présence : ni le roi, ni même les Lorrains ne vont jusqu'au bout de leur droit. C'est là d'ailleurs le reflet fidèle de la pratique réelle : tout jugement, pour être valable, doit être accepté par les deux parties en litige ; on préfère donc les solutions mitigées qui, donnant quelque satisfaction à chaque adversaire, ont quelque chance, par là même, de passer dans les faits8. Aussi le premier mouvement des Bordelais, dans une situation critique, est-il d'offrir une solution de ce type : après la saisie de Bordeaux par le roi Pépin, par exemple, Fromont, par l'intermédiaire d'un de ses parents, offre une soumission totale, une amende honorable pour les torts que les Bordelais ont envers le roi ; il propose en même temps des compensations matérielles et morales destinées à dédommager les Lorrains de leurs pertes et de la mort de leurs parents, et un arrangement territorial susceptible de garantir la paix sans chasser du terroir bordelais l'un ou l'autre des adversaires9. Et malgré la possibilité de droit et de fait qu'a le roi, à ce moment précis, de reprendre le fief d'un vassal qui a rompu avec lui, l'arrangement entraînerait l'accord de toutes les parties, n'était la méfiance des Lorrains, qui soupçonnent les Bordelais d'être de mauvaise foi. Pépin déclare en effet :

  • 10 G.M. v. 6684-6.

Si m'aït Dex, asés est li nom pris
Quant il se met en la moie merci,10

6et Gerbert exprime son assentiment, avec la réserve mentionnée :

  • 11 G.M. v. 6724-6.

Voire, voir, sire, Gerbert li respondi
Se ce disoit et le vausist tenir,
Bien le doit on de tele ofrande oïr11

  • 12 Lot et Fawtier, op. cit., loc. cit.

7On le voit ici, le droit théorique et la pratique divergent : la seconde traduit le désir de ne pas aller aux extrémités contre un noble de ménager même le coupable de haute naissance ; il y a à cela des raisons de fait - l'impossibilité de faire régner la paix autrement - ; mais aussi, en face de l'adversaire de haute noblesse, chez les vainqueurs de même rang ce qui l'emporte, c'est le sentiment de l'appartenance à un même groupe, et des ménagements qu'impose cette solidarité de naissance et de statut12. Un autre épisode de même type, vers la fin du poème, illustre encore plus éloquemment ce recul devant l'exclusion du noble. Là, en effet, un jugement dépossède Fromondin, qui a hérité précédemment de son père, au profit de Gerbert ; les pairs, en cour royale,en ont décidé ainsi :

  • 13 G.M. v. 10744-49.

Tort a li rois, se l'onor li consent
Et mal fera, s'a Gerbert ne la rent.
Dont s'escrierent li petit et li grant :
Droit a jugié Tierris li Alemant !
Li rois l'oï, le cuer en ot dolant ;
N'en pot plus faire, mes a Gerbert le rent13

8La perte de statut paraît donc inéluctable : elle n'interviendra pourtant pas ; le récit s'infléchit brusquement par un coup de théâtre (une invasion sarrasine qui oblige à tout suspendre pour parer au plus pressé) ; la suite des événements permettra à Fromondin de se racheter moralement, et le jugement ne sera jamais mis à exécution. Ainsi l'intrigue qui aboutit à l'exclusion d'un noble, si logiquement conduite qu'elle soit, ne peut parvenir à son terme : la résistance est ici dans la représentation que narrateur et public se font du statut du personnage en cause, qui ne saurait être mis en question. La péripétie narrative ne traduit pas autre chose.

  • 14 A la suite de cet arrangement, la paix dure trois ans ;
    G.M. v. 7859-64
    A Geronville fu Hernaut en l (...)
  • 15 G.M. v. 11492-96 :
    Gerbers apelle l'orguillox Fromondin :
    "Amis", dist-il, "entendez envers mi
    Des or (...)

9La solution aux difficultés causées par les traîtres est dès lors cherchée, on ne s'en étonnera pas, plutôt dans le sens d'une meilleure intégration de ces perturbateurs : on espère, en insérant le lignage félon dans un réseau de relations plus solide, couper court à ses méfaits ; une première fois, après la fuite de Fromont chez les Sarrasins, la tentative est faite au niveau des lignages : les Lorrains s'allient par mariage avec les Bordelais, les territoires possédés en alleu par ces derniers font l'objet d'un arrangement entre les deux familles14. Plus tard, la solution imaginée est un renforcement des relations vassaliques : Gerbert devenu roi fait de Fromondin son vassal, pour le contraindre, en somme, par ses nouvelles obligations, à une loyauté qu'il n'a guère pratiquée jusque-là15.

10On observe donc dans Gerbert de Mez que les traîtres sont extraordinairement protégés contre tout châtiment, en particulier contre toute atteinte à leur statut social. Même quand, malgré leur puissance, ils donnent prise à la sanction, on n'exige d'eux que des réparations consenties, qui n'impliquent ni déclassement ni dépossession. L'exclusion en forme juridique à leur encontre semble inconcevable.

***

11En fait, il n'existe qu'un contexte où cette solide insertion sociale peut être mise en cause, celui des épisodes guerriers. C'est dans ce cadre que l'on voit d'abord Fromont, puis Fromondin exclus, sur deux modes différents. Fromont, après une longue période de supériorité militaire, voit à un moment donné du poème les choses changer brusquement : le roi de France, venu au secours des Lorrains, saisit Bordeaux, met en déroute et pourchasse les troupes de Fromont ; celui-ci, au cours de cette fuite, se retrouve isolé, désarçonné, à proximité immédiate de ses ennemis : sa capture ou sa mort sont imminentes. Le hasard lui fournit alors le moyen de s'enfuir : il saisit l'occasion de se dérober ainsi au désastre, et s'embarque sur un navire marchand qui passait sur la Gironde toute proche ; il peut ainsi se faire conduire en pays sarrasin. Là, il renie le christianisme, se signale par des exploits, et retrouve ainsi auprès de l'émir Galafre un rang honorable. La fin sera moins brillante : il tentera la reconquête de son fief en conduisant les Sarrasins en Bordelais : trahison caractérisée et inexpiable qui entraîne pour lui le châtiment suprême, la mort : l'émir Sarrasin qui rend Fromont responsable de la défaite essuyée en Bordelais et de la mort de son fils le tue de sa propre main (15).

  • 16 On peut noter ici, comme presque partout dans les chansons de geste, l'efficacité supérieure de la (...)
  • 17 R. Colliot, Girart Charbonnier, in Société Rencesvals, VI° Congrès .international, Aix-en-Provence (...)
  • 18 Il faut mettre à part les chansons de rebelles : Renaut ou Ogier sont poursuivis par le roi jusque (...)

12Il y a donc exclusion au moment où Fromont vaincu choisit l'exil : ses adversaires ont réussi par la voie des armes à rejeter enfin le traître hors des positions sociales qu'il occupait si fortement16. Résultat d'une guerre, l'exclusion se présente ici avec des caractères particuliers ; d'abord, contrairement à ce qui résulterait d'une sentence juridique (bannissement par exemple), il s'agit d'une décision d'un choix du vaincu : devant l'éventualité du châtiment et du déshonneur, il choisit d'abandonner la société à laquelle il appartient. S'exclure est ici un moindre mal, puisque le féodal échappe par là à la déchéance, et nous n'avons toujours pas de représentation du déclassement17. D'autre part cette exclusion, simple éloignement géographique, à pour contre-part une intégration à un rang comparable dans une autre société ; c'est là un motif traditionnel dans la chanson de geste, où l'exilé de haut rang retrouve en tous lieux son statut initial la nature aristocratique manifeste partout son excellence, les valeurs de la féodalité française sont conçues comme des normes universelles. A part quelques cas extrêmes18, la chanson de geste ne saurait représenter durablement la marginalisation de ses personnages, fussent-ils, comme c'est le cas ici, objet de réprobation. Enfin, obtenue par la force, volontaire et accompagnée d'une intégration ailleurs, l'exclusion du traître est pour toutes ces raisons temporaire et révocable : retrouvant des moyens d'action ailleurs, l'exilé peut espérer renverser un jour la fortune des armes, et reste maître de tenter d'y parvenir quand il le voudra. Il faut ajouter que, au moment même de son exil et en partie grâce à celui-ci, le lignage du traître a conservé ses positions : l'éviction du chef de lignage, qui pouvait passer pour le principal responsable des méfaits antérieurs de sa famille, permet même un règlement avantageux ; ici, Fromondin peut ainsi conclure une paix avec les Lorrains ses ennemis, obtenir le pardon du roi, car tous espèrent, jusqu'à preuve du contraire, qu'il sera meilleur que son père.

  • 19 Elle a toutefois lieu dans des circonstances assez particulières : c'est l'émir qui avait écouté s (...)

13Aussi bien donc par son mécanisme que par ses effets, l'exclusion est ici un phénomène ambigu : l'exclu volontaire subit certes un dommage, il reçoit par là une forme de châtiment ; mais par ce châtiment de son choix, il réserve l'avenir, se dérobe à des sanctions plus dures et plus humiliantes, et sauve son lignage. La société qu'il a quittée retrouve une certaine stabilité, mais cette stabilité sera bientôt remise en question et par le retour de l'exclu, et par le fait que le lignage toujours en place a pour devoir et pour intérêt de poursuivre les objectifs mêmes que poursuivait son chef disparu, dont il doit, de plus, venger la défaite et l'exclusion. C'est pourquoi, au-delà de cette étape de l'exil, la logique narrative et le dessein d'offrir une solution pleinement satisfaisante, moralement et politiquement, au problème des traîtres ne peuvent aboutir qu'à leur mort. Encore faut-il que cette mort apparaisse comme justifiée par des forfaits inexpiables : Fromont commet le crime qui le condamne quand il introduit les Sarrasins en terre chrétienne. Son destin peut alors trouver sa conclusion : la gravité de son acte justifie son élimination19.

  • 20 G.M. v. 9204-53, et 9366-471.
  • 21 G.M. v. 13836-53.

14L'autre cas d'exclusion que représente le poème concerne le fils de Fromont, Fromondin, qui, au lieu de s'exiler, choisit de renoncer au monde. Le motif est même redoublé : une première fois, vaincu par Gerbert, le Bordelais élude la mort en demandant à se faire moine. Mais il s'agit d'une ruse, et il s'empresse de quitter le monastère pour reprendre la lutte contre les Lorrains20. Nous ne nous attarderons pas à cette péripétie très brève ; nous nous attacherons seulement à la fin du poème, où le même motif est repris un peu différemment : on y voit Fromondin s'installer en pénitent dans un ermitage. C'est là la conclusion d'un dernier rebondissement de la lutte des deux familles, au cours duquel Fromondin a mis à mort ses deux filleuls et neveux, fils de sa soeur Ludie et du Lorrain Hernaut, qu'elle avait épousé lors d'une précédente réconciliation des lignages ennemis. Ce n'est nullement le repentir de cette action qui l'amène à renoncer au combat : comme son père, il fuit à la suite d'un épisode où, cerné par ses ennemis, il est en danger d'être pris ou tué21. Ce n'est que plus tard, tandis qu'il s'éloigne du théâtre de la guerre, qu'il est envahi par le remords et décide de se retirer du monde : il faut bien finir le poème.

  • 22 Elle ne paraîtra pas non plus sanction suffisante au narrateur, qui imagine une rencontre finale e (...)
  • 23 Lot et Fawier, op. cit., loc. cit.

15La retraite de Fromondin, définitive22, met ipso facto un terme aux luttes entre Lorrains et Bordelais, puisqu'il n'a pas de descendants, que sa sœur a épousé un Lorrain, assurant ainsi la transmission du fief bordelais au lignage ennemi23. Bien que la forme prise ici par l'exclusion soit différente de ce qu'elle était dans le cas précédent, on relève un certain nombre de traits identiques : nous avons affaire, ici aussi, à une exclusion volontaire, par laquelle celui qui la choisit évite l'expiation déshonorante et la déchéance ; c'est également un effet de la volonté personnelle de l'exclu qui met fin aux conflits qu'engendrait sa présence dans la société féodale. Encore une fois, celle-ci n'a pu que créer une situation de force, à partir de laquelle l'initiative est revenue à Fromondin. Enfin le statut qu'il s'est choisi, s'il n'est pas équivalent à son statut précédent, ne constitue pourtant en rien un déclassement ou une déchéance. Il adopte la seule solution où la dépossession, la perte de statut social soient honorables, puisqu'elles sont placées sous le signe de la consécration à Dieu. Fromondin se place hors du monde, ce qui a permis au récit de venir à son terme par l'extinction des luttes de clan : il n'est toutefois un exclu que pour autant qu'il l'a bien voulu.

***

16Aucun véritable processus d'exclusion, spontané ou institutionnalisé, ne fait donc écho dans les faits au sentiment de réprobation morale qu'inspirent les traîtres dans Gerbert de Mez. Au contraire, jusqu'à l'ultime péripétie, leur lignage subsiste, et les tentatives pour mettre fin aux troubles dont ils sont responsables prennent généralement la forme de compromis ou de conventions destinés à les intégrer mieux à la société féodale. C'est que les représentations qui reflètent dans le texte les structures de la société féodale et expriment le point de vue aristocratique sur cette société ont ici beaucoup plus de poids que les considérations morales : on ne conçoit pas que le noble puisse cesser d'être noble, fût-ce par son mode de vie, car c'est affaire de naissance, donc de nature ; de plus, le déshonneur, la déchéance d'un individu de souche aristocratique atteignent tout son lignage et toute sa caste. Aussi Gerbert de Mez montre-t-il toujours le traître s'exilant temporairement, et surtout de son propre gré. Solution ambiguë et incomplète qui perpétue l'instabilité sociale, qui conduit aussi à ne voir de règlement définitif que dans la mort du perturbateur. Mort qui est aussi préférable à l'exclusion, pour l'individu et pour son lignage, en ce qu'elle n'entraîne aucun déshonneur, aucune déchéance.

17Il serait facile de montrer que cette manière de concevoir les choses est l'écho fidèle de la réalité et des idées sociales du temps : l'impunité nobiliaire, la solidarité de caste et le sentiment de l'honneur chez les féodaux, la certitude chez tous de la supériorité naturelle du noble ont été mis en évidence à plus d'une reprise (23). Il nous semble plus intéressant d'esquisser rapidement, pour terminer, une comparaison entre notre texte et les nombreuses chansons qui représentent l'exclusion de féodaux coupables. Au nombre de celles-ci, il faut mentionner d'abord celles que l'on connaît sous le nom de chansons de rebelles, où un forfait dirigé contre le roi entraîne une exclusion durable, exclusion de fait, ou bannissement en forme juridique ; nous considérerons aussi le groupe de chansons où les traîtres, présents et agissants, sont l'objet de ce qu'on pourrait appeler une exclusion idéologique : bien que leur lignage et eux-mêmes individuellement restent puissants et agissants, tout au long de l'oeuvre, ils sont en bloc et dès le début l'objet de la suspicion, de la haine et du mépris de tous leurs pairs : c'est une véritable mise au ban morale. Il en est ainsi dans Gaydon, Aye. d'Avignon, par exemple.

  • 24 C'est d'ailleurs aussi le cas dans Garin le Loheren, par rapport auquel Gerbert de Mez marque sur (...)
  • 25 Les rebelles, par exemple, sont l'objet d'une réprobation mitigée, car le roi, en face d'eux, est (...)
  • 26 Lors des passages fortuits à la cour de l'un ou l'autre des adversaires, ou quand les Bordelais ou (...)

18Avec des différences considérables entre eux, tous ces textes ont un point commun : l'action du rebelle ou du traître s'y développe au centre même de la collectivité féodale, que mettent en scène les chansons de geste, collectivité formée par le roi et les hauts barons. Pour cette raison, elle a pour résultat des désordres profonds, affectant cet univers féodal et le royaume dans leur totalité24. Dans la mesure où l'exclusion du responsable, - qui est toujours jusqu'à un certain point au moins un coupable - peut apparaître comme la condition qui permettra que soit restaurée l'harmonie générale, nécessité politique et jugement moral se confortent pour aboutir à cette exclusion : l'importance de l'enjeu collectif fait contrepoids aux forces et aux représentations qui iraient contre cette issue25. Dans Gerbert de Mez, cette conjonction du moral et du politique n'existe pas et ne peut exister : l'action des Bordelais est marginale, elle n'est qu'une guerre privée qui se déroule aux confins du royaume et vise uniquement des voisins importuns ; le roi et les autres barons ne perçoivent que de temps en temps les échos de cette querelle26. Comme il n'y a pas, de ce fait, de problème politique urgent et essentiel à régler en les éliminant, le jugement moral défavorable dont ils sont l'objet ne se traduit pas en sanctions politiques.

  • 27 Ainsi Renaut est chassé de Monbendel et assiégé à Montauban, qui ne se trouve pas sur les terres d (...)

19Inutile de dire que le comportement des Bordelais n'a rien à voir, en particulier, avec les actes de défi et de violence à l'égard du roi d'un Renaut de Montauban, d'un Ogier, voire même avec le meurtre involontaire du fils de l'empereur commis par Huon de Bordeaux : tous ces héros s'attaquent au seul personnage capable et désireux de pousser les féodaux dans leurs derniers retranchements, le roi de France, qui déploie dans les chansons de rebelles un acharnement terrifiant contre ceux qui ont osé le braver, qui les transforme en errants et en déclassés : il empêche en effet qu'ils retrouvent leur statut ailleurs27, et leur exclusion scandaleuse stigmatise cette obstination royale à punir, qui est coupable aux yeux des poètes. Mais les Bordela is, même si leur loyauté vassalique est sujette à caution, et s'ils ont peu de respect pour le roi, n'ont jamais attiré la fureur royale. Pépin intervient contre eux pour aider ses vassaux lorrains en difficulté, mais il n'a aucune propension à accabler les Bordelais, qui ne l'ont nullement défié. Le fait que le roi soit en marge du conflit contribue, en ce sens aussi, à éliminer le thème de l'exclusion.

20Enfin, si on se réfère aux chansons comme Gaydon, on constate qu'il n'y a aucune commune mesure entre le jugement moral qu'appellent les Bordelais, bien qu'ils soient plus d'une fois qualifiés de traîtres, et la réprobation que la tradition fait peser sur la famille de Ganelon, mise au ban de la société féodale dans bon nombre de chansons. Fromont de Bordeaux et Fromondin ont une propension aux procédés guerriers peu chevaleresques, même parfois sacrilèges ; ils ont une pratique assez laxiste en matière de service vassalique et de fidélité ; ils préfèrent leurs intérêts au bien général et à la paix. Mais jusqu'au moment où ils commettent le forfait final qui entraînera leur mort, ils ne sont pas livrés à une fatalité du mal ; il leur arrive de mettre à leur crédit de bonnes actions, de se conduire en vrais chevaliers ; ils sont libres et peuvent s'amender. Quant aux buts qu'ils poursuivent, tout semblables à ceux de leurs adversaires, ils ne sont pas tels qu'on puisse leur en faire grief. La famille de Ganelon, au contraire, est marquée d'une fatalité dans le mal ; elle est composée de réprouvés, qui ne peuvent venger leur ancêtre que par le crime, qui poursuivent le mal pour le mal, acharnés qu'ils sont à fomenter des troubles, à nuire aux meilleurs et à accumuler les actes criminels. Cette volonté mauvaise essentielle est à la fois cause et signe de leur exclusion : leurs pairs les rejettent, les bannissent parce qu'ils perçoivent immédiatement leur perversité. Il ne saurait en être de même pour les Bordelais, personnages qui incarnent un type moral moyen, qu'aucune prédestination ne met à part.

21Voilà pourquoi dans Gerbert de Mez il n'y a ni exclus victimes de leur démesure et de l'ire royale, ni réprouvés rejetés idéologiquement par ceux qui vivent à leurs côtés et partagent leur statut : ils ne sont ni assez importants politiquement, ni assez noirs moralement pour justifier un de ces deux types d'exclusion. Le poème est, sans aucun doute, plus "réaliste" dans ses représentations sociales que les textes que nous venons de lui comparer rapidement. Ceci est une occasion de rappeler la variété des chansons de geste, dont chacune - dans la mesure au moins où il ne s'agit pas de textes de second ordre - a, parfois sous le voile de dénominations ou de récits traditionnels, ses représentations propres. Il resterait à analyser, par une étude d'ensemble du texte qui n'a pas encore été faite, les raisons qui motivent, dans Gerbert de Mez, ces représentations si particulières : la chanson serait-elle destinée à un public local, indifférent à la grande politique, intéressé par les guerres privées et les relations interféodales ? Ou s'agit-il d'un texte qui, visant à raconter autre chose qu'un conflit féodal, maintient toutefois ce thème au second plan et le traite alors sans hyperbole ni pathétique ? Il vaudrait assurément la peine de prolonger la réflexion amorcée ici, pour répondre à cette question.

DISCUSSION

22Monsieur GOMPERTZ. Les exclusions prononcées dans les oeuvres que vous avez citées contre le vilain ou le traître sont-elles présentées comme des affirmations ou des interrogations ? Dans un livre récent, Epische Spekulanten, Alfred Adler propose de voir dans l'épopée médiévale, plutôt que l'illustration d'une idéologie établie, un ensemble de questions que la société se pose à elle-même à partir de quelques cas extrêmes. Quand l'exclusion est prononcée, constitue-t-elle une cause entendue ?

Notes

1 Gerbert de Mez, éd. P. Taylor, Namur-Louvain-Lille, 1952 (Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de Namur, 11).

2 F. Lecoy, Sur Gerbert de Mez, lieux et dates, Romania, 1950, pp. 417 sqq.

3 G.M. v. 4719-20.

4 Les Bordelais sont, soit impliqués directement dans le crime, soit coupables de n'avoir pas voulu châtier leurs vassaux assassins ni consentir à une réparation.

5 G.M. v. 3067 et passim :
Du roi Yon a retenu s'onor.
Ce grief peut être considéré comme assez sujet à caution, les hommages multiples étant, à l'époque du texte, très généralement admis (R. Boutruche, Seigneurie et féodalité, II, Paris, 1970, p. 163).

6 G.M. v. 5095-5110. On peut incriminer ici la faiblesse de Pépin et son insuffisant souci de garantir un déroulement correct du combat : mais ce n'est que l'envers de la force des Bordelais, et de l'insubordination féodale.

7 Après un premier procès qui tourne court par l'interruption du duel judiciaire, il y a deux scènes où le roi et sa cour jugent la querelle des Lorrains et des Bordelais : elles se situent aux v. 7800-7845, et 10620-10811.

8 Ce point est souligné par quantité d'historiens. Cf. par exemple Lot et Fawtier, Histoire des institutions françaises au Moyen Age, II, Paris, 1958, pp. 298-9.

9 G.M. v. 6515-740.

10 G.M. v. 6684-6.

11 G.M. v. 6724-6.

12 Lot et Fawtier, op. cit., loc. cit.

13 G.M. v. 10744-49.

14 A la suite de cet arrangement, la paix dure trois ans ;
G.M. v. 7859-64
A Geronville fu Hernaut en la tor
Il et Ludie qu'il ot prise a oissor
Doz li Venere et Hernaïs li proz
Et Mauvoisins que je ne sai millor.
Li Bordelois et l'orguillous Fromons
Par III ans furent et per et compaignon…

15 G.M. v. 11492-96 :
Gerbers apelle l'orguillox Fromondin :
"Amis", dist-il, "entendez envers mi
Des ore voel que nos soions ami.
Voz servirez por devant moi del vin,
Et .II. chastiax en fié voz en otri.

16 On peut noter ici, comme presque partout dans les chansons de geste, l'efficacité supérieure de la guerre, seul moyen d'aboutir à des solutions nettes, sinon définitives rares et plus tardives sont les chansons de geste qui représentent des situations de conflit effectivement réglées par des actions juridiques.

17 R. Colliot, Girart Charbonnier, in Société Rencesvals, VI° Congrès .international, Aix-en-Provence, 1974, pp. 502-24, présente une série de cas de déclassement nobiliaire, mais en souligne précisément la rareté, qu'elle attribue à juste titre à l'incompatibilité ressentie entre la nature du noble et un statut inférieur.

18 Il faut mettre à part les chansons de rebelles : Renaut ou Ogier sont poursuivis par le roi jusque dans les sociétés où ils ont retrouvé une place, et deviennent ainsi de véritables exclus. Il convient aussi d'observer qu'ici le "reclassement" de Fromont ne va pas sans une appréciation péjorative : il renie son Dieu, et les musulmans eux-mêmes en sont assez scandalisés. Il n'en reste pas moins qu'il se retrouve intégré, et capable d'agir au mieux de ses intérêts.

19 Elle a toutefois lieu dans des circonstances assez particulières : c'est l'émir qui avait écouté ses conseils qui le tue. Ce ne sont donc pas ses pairs ni le roi de France qui interviennent : même cette sanction ultime ne parait pas pouvoir résulter d'une action de la société féodale, ni survenir au cours d'un combat entre chevaliers. On verra par exemple toujours Gerbert vainqueur de Fromont ou de Fromondin l'épargner du moment qu'il se reconnaît vaincu et demande grâce.

20 G.M. v. 9204-53, et 9366-471.

21 G.M. v. 13836-53.

22 Elle ne paraîtra pas non plus sanction suffisante au narrateur, qui imagine une rencontre finale entre l'ermite Fromondin et Gerbert, où ce dernier, objet d'une tentative d'assassinat, tue le Bordelais dans un geste de légitime défense.

23 Lot et Fawier, op. cit., loc. cit.

24 C'est d'ailleurs aussi le cas dans Garin le Loheren, par rapport auquel Gerbert de Mez marque sur ce point un changement complet de perspective.

25 Les rebelles, par exemple, sont l'objet d'une réprobation mitigée, car le roi, en face d'eux, est également coupable. Mais il est indispensable qu'ils soient mis à la raison, pour que le royaume n'aille pas à la ruine, et en ce sens leur exclusion est nécessaire.

26 Lors des passages fortuits à la cour de l'un ou l'autre des adversaires, ou quand les Bordelais ou les Lorrains viennent solliciter Pépin contre leurs ennemis.

27 Ainsi Renaut est chassé de Monbendel et assiégé à Montauban, qui ne se trouve pas sur les terres de Charlemagne. Ogier est pourchassé jusque chez le roi Desier qui lui avait donné une place à sa cour.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540