Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exclus et systèmes d’exclusion dans la littérature et la civilisation médiévales

Image et représentation du vilain dans les chansons de geste (et dans quelques autres textes médiévaux)

Micheline de Combarieu

Texte intégral

1La communauté épique des chevaliers a ses exclus. Elle peut se définir par ceux qu'elle ignore s'ils n'ont pas reçu le "sacrement" de chevalerie qui fait d'eux des égaux.

2Ces étrangers, ce sont d'abord ceux qui ne sont pas chrétiens : les hordes de l'ennemi héréditaire, le Sarrasin. Ce sont aussi tous ceux qui ne combattent pas : ceux qui prient, moines ou prêtres ; ceux qui commercent ou travaillent de leurs mains : bourgeois et vilains. C'est à ce dernier groupe que nous avons choisi de nous intéresser, afin de déterminer quelle en est la représentation dans la conscience et l'imagination des auteurs épiques et du public à travers celle de leurs héros.

  • 1 De la même façon, J. Bedier fait remarquer que si les fabliaux ne mettent en scène que des personn (...)

3Le fait qu'aucun vilain ne soit, dans l'exercice normal de sa fonction, le héros d'une chanson de geste n'est pas en soi significatif : le cadre même de l'épopée l'interdit1 ; mais ils pourraient apparaître comme personnages secondaires positifs ; or, on ne montre guère à leur égard que mépris ou indifférence.

  • 2 Couronnement de Louis. vv.2088-9 ; Anseis de Mes, vv.12949 sq.
  • 3 Jourdain de Blaivies, Elie de Saint Gilles.
  • 4 Cf. Le goût de la violence dans l'épopée médiévale in Senefiance I. Aix-en Provence. 1976 .pp. 51-

4On les trouve en très petit nombre dans toutes les chansons de geste, qu'elles soient du xii° ou du xiii° siècle. Ils y sont encore plus ignorés que méprisés. S'ils apparaissent, c'est le plus souvent pour jouer un rôle d'utilité, par exemple pour indiquer son chemin au héros ou pour le ravitailler2. Il est rare qu'ils aient droit à une parole personnelle, et deviennent, par la même, des personnages individualisés3. Ils n'ont même pas droit au rôle passif de victimes : les combattants épiques ravagent des champs dont on ne voit presque jamais se manifester -fût-ce pour se plaindre- ceux qui les cultivent4. Les paysans sèment et moissonnent, mais les princes qui les gouvernent ne les voient pas. C'est donc d'abord comme une pure absence que la représentation du vilain est perçue dans l'épopée, et c'est un premier niveau d'exclusion, hais leur présence même, lorsqu'elle se produit, a surtout pour fonction de montrer pourquoi c'est l'absence qui est la règle, pourquoi il ne peut quasiment pas y avoir de contact entre le héros épique et le vilain, et pourquoi, a fortiori, celui-ci ne peut prétendre pénétrer dans l'univers chevaleresque.

PORTRAIT DU VILAIN

  • 5 Cf. E. de Bruyne. Études d'esthétique médiévale. II. Bruges, 1946. Slatkine Reprints, Lausanne, 19 (...)

5Le portrait du vilain est la meilleure justification de son statut d'exclu. Conformément à l'esthétique médiévale5, nous aurons la description d'un type ; il ne s'agira donc pas d'une exclusion à titre individuel, mais due à l'appartenance de l'individu à une catégorie. Le "topos" se retrouve dans les différents genres littéraires d'inspiration chevaleresque : épopée (Garin le Lorrain ; portrait de Rigaudin : LXXXVIII.vv.8814-23) ; roman (Chrétien de Troyes : Yvain ; portrait du gardien des taureaux sauvages : vv.286-328) ; chantefable (Aucassin et Nicolette : portrait du bouvier : XXIV.11.I2-24). Il n'est pas même absent du fabliau (Constant du Hamel : vv.57-9).

6La technique des auteurs consiste à montrer que les différences entre chevalier -et vilain, évidemment toutes à l'avantage du premier, sont telles qu'il ne peut y avoir de réelle communication entre eux, ni, à plus forte raison, d'assimilation du second au premier.

7Le premier ensemble de traits touche au costume et aux soins corporels. Certes, on ne peut dire que les héros épiques soient coquets de leur personne, -encore que la remarque ne serait peut-être pas déplacée pour certains héros de romans courtois, dans lesquels, à tout le moins, l'auteur se soucie beaucoup de l'apparence extérieure de ses personnages. Mais un certain luxe au costume (manteaux de fourrure et tissus précieux pour les vêtements du temps de paix), une certaine attention qui n'est pas que fonctionnelle portée aux chevaux et aux armes en temps de guerre font partie du prestige social et personnel du héros : tous les objets cités constituent un butin apprécié, qu'on en fasse ensuite largesse ou qu'on s'en réserve l'usage. D'autre part, si se laver n'est pas exactement, dans l'épopée, ce qu'on pourrait appeler un geste d'hygiène quotidienne (au demeurant peu compatible avec les aléas de la vie épique), le bain représente pour les héros une sorte de rêve associé à l'image de la vie paisible et sûre dont ils éprouvent parfois la nostalgie : tels les barons, au début d'Aymeri de Narbonne, quand ils préfèrent rentrer chez eux, plutôt que de tenter l'aventure de Narbonne (par exemple, laisse X). De façon plus courante, c'est un geste d'hospitalité habituel que d'offrir un bain au chevalier que l'on héberge pour la nuit.

8En opposition à cela, nous trouverons naturellement un vilain sale. Le "vis charbon" de Rigaudin (v.8819) s'explique fort bien avec la pittoresque remarque de l'auteur :

Ne fu lavez VII. mois ot a(con)plis ;
Ne n'i ot aigue se au ciel ne chaï.
Garin le Lorrain.vv.8820-1

9peut-être les "dens gaunes" du bouvier d'Aucassin (1.18) sont-elles justiciables de la même explication ; de même, Constant du Hamel "est et ors et deslavez" (v.59). Plusieurs ont également un système pileux peu ou pas soigné ce qui nous emmène aux antipodes de l'univers épique (et, à plus forte raison, du roman courtois) :

Hericiez fu... Garin le Lorrain.v.8819
Chevox meschiez...
Barbe rosse, grenons tortiz...
Yvain.vv.295 et 303

  • 6 Il se moquera lui-même de la "traïne" du vêtement d'apparat porté par le futur chevalier le jour d (...)

10Le costume du vilain est, de son côté, assez longuement décrit. Le mauvais état de vêtements pas entretenus, leur saleté est la règle. Rigaudin, au lieu de porter le vêtement long des nobles6, a la cotte courte qui convient mieux à ceux qui travaillent de' leurs mains :

Cotelle ot corte, jusqu'as jarrés li vint.
Garin.v.8822

11Dans le contexte de ce portrait, c'est évidemment un détail à retenir à l'encontre du héros, ainsi que celui qui le suit :

Hoeses ot rotes dont li talons li ist.
Garin.v.8825

12L'intention est sans doute moins nettement péjorative dans Aucassin, mais les notations restent du même ordre :

et estoit cauciés d'uns housiax et d'uns sollers de buef fretes de tille dusque deseure le genol, et estoit afulés d'une cape a deus envers.
Aucassin.XXIV.19-21

13Enfin, chrétien de croyes renchérit : le chevalier Calogrenant, qui parle ici, qualifie lui-même le vêtement au berger d'"estrange" (v.307), et il s'en explique : c'est que celui-ci n'est pas fait de "lin" ni de "lange" (v.308) comme l'est normalement le costume humain :

Einz ot a son coi atachiez
deus cuirs ue novel escorchiez,
ou de deus tors ou de deus bués.
Yvain.vv. 309-11

14Avec cette dernière notation, nous allons plus loin qu'avec les précédentes : non seulement le vilain s'éloigne du modèle chevaleresque, mais il prend même ses distances par rapport au modele humain.

15Car c'est bien là que nos auteurs veulent en venir, et c'est ce que fait ressortir l'étude au portrait proprement physique du vilain.

  • 7 Ph. Ménard range le portrait du vilain dans les portraits archétypiques de la laideur. Le rire et (...)

16La première caractéristique en la matière du personnage, c'est la laideur7 :

Leiz et hideus a desmesure,
einsi très leide criature
qu'an ne porroit dire de boche...
Yvain.vv.289-91
...et lais et hidex.
Aucassin.1.14

17Mais que celle-ci soit formellement exprimée ou non, elle est toujours présente, les traits descriptifs restant les mêmes : il faut donc voir comment se spécifie cette laideur.

  • 8 Je ne tiens pas compte d'autres notations : "menbres fornis" (v.8814), "larjes espaule" (v.8815) c (...)

18Le premier trait qui frappe, c'est la taille au vilain, et celle des parties de son corps qui sont désignées. L'adjectif "grand", parfois renforcé par le superlatif "grandisme" est le leit-motiv du portrait au bouvier d'Aucassin : applique à diverses parties du visage, il revient pas moins de six fois en cinq lignes ; il qualifie également le personnage pris dans son ensemble ("grans estoit" 1.6) et la massue sur laquelle il est appuyé (1.21). Rigaudin, pour être moins abondamment doue, n'en a pas moins de "gros iax" (v.8814) et un "ros pi" (v.88I5)8. De même, le personnage de Chrétien de Troyes a "grosse la teste" (v.293), "les sorciz granz" (v.299), "longue eschine" (v.305) et lui aussi une "grant maçue" (v.291). Constant du Ramel, lui, se contente d'être "gros" (v. 57).

19La grandeur est parfois précisée par des notations de mesure qui marquent l'écart avec la norme humaine.

20Rigaudin a :

Entre ses iax plainne paume aconplis.
Garin.v.8817

21ainsi que le bouvier d'Aucassin :

et avoit plus de planne paume entre deus ex..
Aucassin.11.15-6

22Le vilain de chrétien a un front de "près de deus espanz de lé" (v.296).

23Voilà donc le portrait d'un géant, même si le mot n'est pas prononce. Or, un géant ce n'est pas un homme, c'est un être assez différent pour être autre.

  • 9 Sur l'absence de ces notations pour le personnage de Rigaudin, cf. n. précédente et ci-dessous.

24Peut-on, jusque là, parler de laideur ? Tout au plus du sentiment de malaise que l'on peut éprouver devant la "différence" d'un être encore humain, mais qui, en même temps, ne l'est déjà plus. Mais c'est que l'essentiel est là : il s'agit de dépeindre le vilain comme un être non-humain par son apparence physique. La taille est un premier élément. La laideur qui n'est rien d'autre qu'un écart par rapport à ce que la tradition au nombre d'or et les conventions de l'époque désignent comme l'idéal humain, en est un autre. Le vilain va donc être difforme, "malostrus" comme dit l'auteur de constant au Ramel (v.57). Il peut s'agir de défauts anatomiques (le vilain de Chrétien est bossu et n'a pas de cou : vv.304-5) ou de détails perçus comme inesthétiques (nez épaté, lèvres épaisses, dents jaunes dans Aucassin, "oroilles mossues", "vis plat", barbe rosse, grenons tortiz" chez chrétien : vv.297, 299, 303)9.

25Mais si le vilain n'est pas un homme, qu'est-il ? Une bête : L'auteur d'Aucassin l'insinue en douant son personnage d'une "hure" (1.14) à la place de la tête et en traçant de sa figure une description qui donne une impression générale de bestialité, même si aucun trait n'est explicite :

...un grandisme nes plat et une grans narines lees et unes grosses lèvres plus rouges d'une carbounee et uns grans dens gaunes et lais... 11.16-8

26Chrétien de Troyes va jusqu'au bout de cette logique. La taille de la tête de son berger évoque déjà l'animal :

Si vi qu'il ot grosse la teste
plus que roncins ne autre beste...
Yvain.vv.293-4

27mais il a aussi :

ialz de çuete,et nés de chat,
boche fandue come lous,
danz de sengler aguz et rous...
Yvain.vv.300-2

28Son mutisme (v.318) renforce l'assimilation au point que Calogrenant se demande à qui il a affaire et hésite de la bête au simple d'esprit :

  • 10 On peut rappeler qu'au xvii° siècle encore, La Bruyère pouvait écrire, parlant de paysans, et déno (...)

si m'esgarda, ne mot ne dist,
ne plus c'une beste feïst,
et je cuidai qu'il ne seüst
parler, ne reison point n'eust.
Yvain.vv.320-410

29Ces rapprochements avec le géant et l'animal appellent quelques commentaires.

30Le rapprochement avec le géant est d'autant plus patent que celui-ci est dépeint dans l'épopée non seulement comme un être de taille plus qu'humaine, mais également laid, difforme, voire même peu soigné de sa personne. On peut rappeler, à titre de comparaison, le portrait d'un portier :

Et virent I. jaiant lés le guichet ester..
De si fait pautonnier n'orrés jamais parler.
Il ot les sorcils grans et s'ot le poil levé,
Et si avoit les dens de la bouche getés,
Les oreilles mossues et les eus enfosses ;
Et ot la jambe plate et le talon crevé.
Gui de Bourgogne.vv.1774. 76-80

31et celui de corsolt :

Lait et anchais, hisdos come aversier ;
Les uelz ot roges com charbon en brasier,
La teste lee et herupé le chief ;
Entre dous uelz ot de lé demi pié,
Une grant teise de l'espalle al braier ;
Plus hisdos om ne puet de pain mangier.
Couronnement de Louis.vv.504-9

32Les deux types de personnages manquent donc à la fois à l'humanité sociale du chevalier et à l'humanité naturelle de l'être humain.

33Avec le géant Corsolt, l'aire des rapprochements s'agrandit puisque celui-ci est un musulman, autre type d'exclus épiques, non pas pour la même raison, mais religieuse au lieu d'être sociologique, -mais, pour justifier l'une et l'autre les auteurs ont recours aux mêmes stéréotypes lorsqu'ils se placent au niveau de la description. On ne comprendrait pas sans cela pourquoi le vilain qui forme avec le chevalier un couple antithétique que l'on pourrait traduire par l'opposition de la faiblesse et de la puissance est dépeint sous un jour qui donne une impression de force brute mais incontestable, tant par la sauvagerie de son apparence que par sa taille et, parfois, par la mention de la massue dont il est armé (Aucassin. Chrétien). La bestialité est encore un trait qui rapproche le vilain du musulman. Son caractère me paraît moins accentué dans le portrait du vilain où elle garde encore une valeur d'image. Cependant, la "hure" du bouvier d'Aucassin, et à plus forte rai son, les "ialz de çuete", le "nes de chat", les "danz de sengler" du berger de chrétien ont leur prolongement logique dans les Sarrasins à griffes et à crocs d'Aliscans.

34Chrétien de Troyes qui a fait le portrait le plus complet, parce que le plus conscient de ses implications, établit explicitement le parallèle entre vilain et Sarrasin :

Uns vileins, qui resanbloit Mor...
Yvain.v.286

35Enfin, à la lumière de l'expression "hisdos come aversier", appliquée par Le Couronnement de Louis à Corsolt, on peut relire tous les portraits de vilain précédemment étudies : on peut alors peut-être apprécier différemment par exemple les couleurs rouge et noire qui caractérisent le bouvier d'Aucassin ("hure plus noire q'une carbouclee. l.14-5 ; grosses levres plus rouges d'une carbounee.1.17-8), et même les notations de bestialité : le diable ne prend-il pas souvent figure de bête. En lisant le rapport en sens inverse, on en arrivera à cette conclusion que le vilain qui n'a plus figure humaine, a, au moins en puissance, figure diabolique.

36Le portrait archétypique va donc très loin : il aboutirait à rejeter le vilain de la communauté humaine. Mais nos auteurs ne vont pas si loin, ce qui leur permet -et au public qui les écoute- de passer pour généreux. A Calogrenant qui l'interroge en des termes qui montrent bien qu'il ne croit guère avoir affaire à un être humain :

.. "Va, car me di
se tu es boene chose ou no".
Yvain.vv.527-8

37le berger répond :

  • 11 J. Frappier (Chretien de croyes. Paris, 1968. p. 223) et Ph. Ménard (op. cit. p.169) ont vu dans c (...)

... "qu'il ert uns hom". v.32811

38Ils se contenteront d'écarter le vilain de la communauté chevaleresque, ou ce qui revient au même, de n'envisager à cette règle que des exceptions à portée individuelle.

DE L'IMAGE ARCHETYPIQUE AUX DIFFERENTS PORTRAITS DE PERSONNAGES

39Il y a Donc un certain décalage entre ce portrait archétypique et certaines des (rares) images de vilains en action que présentent en particulier les chansons de geste. Certes, un auteur pourra nous montrer, en un tableau qui tend à susciter un sourire ironique, des paysans crédules : une héroïne en fuite, pour s'être aventurée dans un courant rapide, passe pour une fée auprès d'eux :

"De fame crestienne ne savon tant ne quant ;
Mais à celle fontainne dessus ce desrubant,
Viennent moult souvent fées, lor cors esbanoiant.
Ersoir, en y ot une, et gente, et avenant,
Si se feri en l'yaue sanz nef et sanz chalant,
Isci s'en passa outre, trestous nos eux voiant,
A celle grant chapelle à celle aube tenant ;"
Aye d'Avignon.vv.1031-7

40Et les bergers d'Aucassin ne commettent-ils pas la même méprise avec Nicolette (XVIII, 28) ? De même, si le courage est une des qualités fondamentales du chevalier, on nous montrera des vilains craintifs. Dans Aliscans, un vilain qui voit son champ ravagé par les Sarrasins, n'ose pas réagir :

"Tant les doutai ne les osai véer" v.7380

41Dans Elie de Saint Gilles, un autre vilain est effrayé par le spectacle de païens morts :

En fuie vaut torner, car mout ot grantpaor. v.585

42Enfin, dans Anseïs de Mes, la seule vue de Bérengier (vivant !) provoque le même effet :

Un päīssant choisirent en son labor
En une vigne ou fazoit son ator.
Il le vont penre, si le mainent au lor.
Berengier voit, fier et de tel vigor,
Ne m'en mervel se il en ot paor.
Merci li crie que il en ot peor
Qu'il ne le face morir a deshonor.
vv.12941-8

43Ce dernier texte tend à montrer que la réaction normale d'un vilain en face d'un seigneur est la crainte avant même qu'on lui adresse la parole. Mais cette réaction en dit sans doute plus long sur un passé de mauvais traitements que sur la lâcheté même de l'homme, il n'est d'ailleurs pas sans exemple qu'un héros chevaleresque éprouve de la crainte devant un vilain :

Aucassins s'eut grant paor quant il le sorvit. XXIV, 24

  • 12 et lu montez desor un tronc
    s'ot bien dis et set piez de lonc.vv.319-20
    Calogrenant agit-il ainsi po (...)

44Quant à Calogrenant, il prend des précautions avant de s'"anhardi(r)" (v.325) à adresser la parole au gardien des taureaux (v.316 et peut-être v.319)12. La peur en elle-même, si elle est justifiée, n'est pas condamnable dans l'éthique de la chevalerie: et les trois vilains cités ci-dessus avaient bien des raisons d'avoir peur, voire de se considérer comme empêchés d'agir: que pouvait, a lui seul et sans armes, par exemple, le vilain d'Aliscans, face à un groupe nombreux et armé?

FIGURES POSITIVES DE VILAINS

  • 13 Mais il pourrait être aussi bien bourgeois que vilain. Il arrive à l'épopée de ne pas faire la dis (...)

45On trouve même plusieurs exemples épiques de vilains courageux. Dans le Couronnement de louis, un pélerin qui n'est certes ni un chevalier13, ni un homme d'église, se lamente et s'indigne à la fois au sort réservé au roi Louis par Acelin et Richard. Certes, il s'exprime devant Guillaume qui soutient le roi mais c'est en ignorant son identité et alors que le texte insiste sur le fait que les partisans du souverain sont très minoritaires:

"Par cele croiz ou li cors Deu lu mis,
Se je fusse om qui aidier li poïst,
Les traïtors eüsse si laidiz
N'eüssent cure de lor seignor traïr."
XXXV.vv.1474-7

46On peut mettre sur le même plan le portier de la ville de lours qui intervient ensuite dans le même sens et dans les mêmes conditions. Il va même plus loin puisque, prenant Guillaume et les siens pour un groupe venu aider ceux que lui-même appelle les "glotons losengiers" (v.1545), il refuse de leur ouvrir la porte (vv. 1544-51). Quand on sait que le sort habituellement reserve aux portiers épiques qui agissent ainsi est de se faire incontinent abattre, on peut apprécier le courage de ce vaillant. Tous deux montrent d'autre paru qu'on peut, selon l'auteur, être vilain et s'intéresser à des problèmes dépassant ceux de la routine quotidienne et personnelle, à ce que nous appellerions la politique. Ces deux-la font même le choix le plus difficile, celui de la fidelité au monarque légitime mais conteste pour sa faiblesse, ce qui les met à l'exceptionnelle hauteur de Guillaume et des siens. Ils sont donc en même temps apprécies positivement à l'aune de la loyauté qui est, elle aussi, une qualité fondamentale du chevalier.

47D'autre part, l'efficacité militaire, qui paraît être le "domaine reserve" au groupe chevaleresque, peut même, à titre exceptionnel il est vrai, leur être reconnue. Dans Garin le Lorrain, commandes par Hervis, ils s'enharuissent :

  • 14 Nous limitons ici volontairement nos exemples à ceux qui nomment précisément les vilains. On pourr (...)

Li vilain saillent qui lurent do païs ;
Traient des arz ; asez en ont maumis.
LV.vv.427I-214

48Et comme "en" designe des chevaliers, on voit donc que ces vilains se battent fort bien.

49Le vilain sait aussi pratiquer cette vertu chevaleresque par excellence, la largesse, avec d'autant plus de mérite qu'il est pauvre et qu'il partage le nécessaire. Cet auteur connaissait sans doute la legende de saint Martin :

(il s'agit a'un pêcheur qui accueille Jourdain de Blaivies alors que celui-ci est démuni de tout) :
"Mais je voz di, li miens dons iert petis.
Povres hom sui desor touz mes amis,
N'ai que donner, n'a moi retenir.
Et neporquant un mantel ai ici
Tout depecié, desrompt et desarti.
Prent ce coutel, si le tranche parmi.
Devant panrai ; bien le puez consentir
que par mi le partommez"
Jourdain de Blaivies.vv.1328-35

50Exceptionnellement encore, il porte un jugement, et sévère, sur sa condition avec une plainte qui a le courage de s'exprimer. Il faut rappeler le texte bien connu d'Aliscans où on voit un pauvre homme venir se plaindre à Rainouart :

"Sire, merchi ! je voiel à vos parler.
Des Sarrasin me vig à vos clamer
Ki en mes fèves vi ir matin entrer.
Onques por moi ne vaurrent remuer ;
Toutes leur vi essillier et gaster :
Tant les doutai ne les osai veer.
Les quidai vendre et dou pain acater
Por mes enfans et moi conréer ;
Ne leur avoie autre chose à donner ;
Or les convient trestous de fain enfler".
vv.7375-84

51Cette fois d'ailleurs, l'histoire se termine bien : Rainouart lait don au vilain des armes et des chevaux pris aux turcs (vv.7485-8) :

Dist li vilains : "Chi a bones soudees ;
Or sont molt bien les fèves achatées.
Beni soit l'eure k'eles lurent semées !"
vv.7489-91

52Ce vilain ne manque même pas d'humour.

53Un autre texte mérite d'être signalé. Comme il est moins connu, je le citerai in extenso. Dans Elie de Saint Gilles, Guillaume d'Orange et d'autres chevaliers ont été laits prisonniers par des musulmans ; attachés, mais laissés seuls pour un moment, ils cherchent qui pourrait les aider à s'enfuir :

A iceste parolle.i.uilains lor est sors
Et portoit se cuignie dont ot oure le ior.
Quant il uoit les paiens detranchies en l'erbaus,
En fuie uaut torner, car mout ot grant paour.
Et quant le uoit Guillaumes, si l'a mis a raison :
"Amis, parolle a moi, bachelier, iouenes hon !
Ia oras tel nouele, s'en toi a point d'amor,
Dont tu auras au ceur et pitiet et dolor.
Caitif sommes de Franche et d'amis soffraitous.
Sarrasin nous ont pris, droit a hui.XV.iors,
Onques puis ne fu soirs ne matins nes uns sous,
Ne luiraissent as cors grant paine et grant dolor,
As corgies noees nous batent cascun ior.
Or nous uien desloier, si feras que preudon,
Et prent tous ces destriers qui sont tout deuant nous ;
–Sire, dist li uilains, qu'en feroie ge dont ?
N'ei tant de tous auoirs dont les peusse.i.ior.
.VII.enfans ai a paistre, par le foi que doi uous,
Que ie n'ai que ie meche en la main al menor ;
Car tous iors ai oure a.i.maistre orgellous
Qui me taut me deserte et delaie tous iors
A Damelde m'en plaing, le uerai glorious,
Qu'il me fache justice par la soie doucour."
Et quant l'entent Guillaumes, au ceur l'en prist tenrour,
Le uilain apela, se li dist par amor :
"Or, pren tous ces bliaus, ces hermins pelichons,
Si les pren a deniers et si soies preudon,
Et proie damelde, le uerai glorious,
C'ait merchi dou uassal ques a mort nui cest ior.
Quant li uilains entent le consel del baron,
Il a trait son coutel, si les delie tous.
Elie de Saint Gilles.vv.582-812

54C'est à des seigneurs qu'il se plaint d'un seigneur (et non plus des sarrasins, ce qui était moins scandaleux) ; bien sûr, ceux-ci, pour ne lois, dépendent de lui, mais c'est la encore quelque chose qui mérite d'être signale : un vilain est ici l'instrument du salut de plusieurs chevaliers ; le renversement des valeurs habituelles est a noter et cela encore que le vilain, se montre sensible a son intérêt mais aussi a des arguments qui touchent à l'honneur (v.608).

FIGURES NEGATIVES DE VILAINS

55Est-ce-a dire que, finalement, contrairement à ce que nous avions laisse entendre au deput de cette étude, les rares vilains a apparaître dans l'épopée seraient depeints cous un jour positif, bien qu'à l'intérieur de certaines Limites ? Certes non.

56L'épopée reconnaît facilement aux vilains une propension à la trahison et a l'appât au gain : ils cumulent traîtrise et cupidité, deux vices majeurs selon l'épopée.

57Dans Jourdain de Blaivies, le traître Fromont décide de se venger d'un certain Girart : il paie deux sens pour le tuer. Ceux-ci acceptent ans difficulté et l'un d'eux suggère même a Fromont de se debarrasser aussi du fils de Girafe. Ces tristes personnages sont d'ailleurs parce que serfs, et non pour leur cruaute, hais et méprises par l'entourage noble de romont : dans le cours de l'histoire, Fromont est mutilé par Jourdain qui lui coupe le nez ; aussitôt, pour ne pas se trouver seul deshonorer, il veut imposer la même peine aux siens ; et eux de rétorquer :

..... "à vos serf en parlez
De cui vos faites vos conseilliers privez."
vv.1159-60

58Ces serfs essaieront d'ailleurs de se séparer de Fromont quand il sera mis en difficulté (vv.3850-78), mais n'esquiveront pas le châtiment final.

59Cet exemple peut nous servir de transition parce qu'il montre bien quelles sont les limites à ne pas outrepasser pour un vilain épique. Ceux de Jourdain sont sortis de leur condition de naissance, ils ont voulu se faire une place dans l'univers chevaleresque, et, qui plus est, une place de "conseillier" auprès de Fromont. C'est a partir du moment où il tente une démarche de cet orore que le vilain epicue est stigmatise et qu'il tombe dans les vices qu'il évitait parfois en demeurant un vilain.

60Historiquement, mais surtout en principe, la chevalerie, oui n'est pas héréditaire, est accessible a tous. En fait, le plus souvent, dans la réalité comme dans la littérature, le fils de chevalier devient chevalier a son tour et très peu nombreux sont ceux qui, de parents non-chevaliers, sont eux-mêmes adoubes. Et les siècles s'écoulant, ces exceptions devinrent de plus en plus rares. De même, à partir du moment où, au cours de la seconde moitié du xii° siècle, et surtout pendant le xiii° le pouvoir monarchique tenait à s'affirmer aux dépens au pouvoir féodal, quitte à s'appuyer sur la bourgeoisie naissante, les féodaux tentèrent de revendiquer le monopole du rôle de conseillers auprès du roi ; façon d'exercer, par monarque interpose, un pouvoir qui leur échappait autrement.

  • 15 A ce niveau, les auteurs donnent au mot un sens plus large. Cf.n.13

61Aussi, si l'on est prêt à reconnaître aux vilains certaines qualités15 pourvu qu'ils aient celle de savoir rester "à leur place", on n'a que méfiance et mépris pour celui d'entre eux qui tend a sortir de sa condition : devenu puissant, il fera tout pour conserver cette puissance et, ignorant la fidélité au vassal à son seigneur légitime, il n'hésitera guère à trahir par crainte ou intérêt, car il est lâche et avide. Bien entendu, jamais un mot pour s'interroger sur les origines de cette avidité et de cette lâcheté. Ce n'est pas la vie passée au vilain qui en est rendue responsable, ni ceux qui lui ont tait cette vie, mais un manque de qualité de l'homme lui-même... qui sans doute a justement fait de lui un vilain.

62Les sages conseils donnés aux futurs rois comprennent souvent celui de ne pas prendre de vilains pour conseillers et de ne pas les pourvoir de fiefs :

Ne faire mie de ton serf ton segnor.
Lai le vilain a faire son labor,
Car li vilains n'a que faire d'onor.
Aspremont.DXXIX.vv.11223-3
...
Que de vilain ne laces conseillier,
Fill a prevost ne de Fill a veier :
Il boisereient a petit por loier.
Couronnement de Louis.XIII.vv 206-9

63Ce dernier exemple est particulièrement remarquable, parce que ces conseils de Charlemagne (avec toute l'autorité que, déja, son nom lui confère) à Louis qui va être couronné sont conçus non seulement comme une politique mais aussi comme une morale du souverain :

Envers le povre te deis umeliier ;
Se il se claime, ne de deis enoler,
Ainceis le deis aldier et conseillier...
vv.182-4
Ne veve feme tolir quatre deniers.
v.84

64Il y a là un effort pour promouvoir, dans l'ideal, une conduite politique où la force ne prime pas le droit. Mais le préjuge est plus fort que le sentiment de l'equité : s'humilier devant le pauvre, peut-être, mais ne pas en faire un ministre (ni un chevalier) voila la cote mal taillée a laquelle s'arrêtent l'auteur et, avec lui, ses personnages : puisque ce vilain, pretendent-ils, ne sera qu'un traître en puissance.

65Quand on passe outre à ces recommandations, on sait à quoi s'attendre ; et Girart de Roussillon ne pourra pas être surpris :

A, Deus : co mel(e) estait a bon gener
Qui de fil de vilan fait chevaler,
An fait son seneschal e conseller,
Com fait li cons Girarz malet Richer,
Qui li dona onor grant e muillier ;
Pois trai Rossillun a Carle au fer ;
Girart de Roussillon LXIII.vv.940-3
Cf. aussi LXIV. vv.962-7

66Il ne pouvait en être autrement.

INTECRATION DU VILAIN DANS L'UNIVERS CHEVALERESQUE

67Les rares tentatives aboutissent-elles toujours à l'échec ? Il n'y a pratiquement pas de réussite dont la portée ne soit limitée par la considération de certains éléments.

  • 16 Cf. n. 8

68Par exemple, Rigaudin, dont nous avons étudie le portrait, est adoubé et demeurera un chevalier exemplaire ; il se situe d'ailleurs dans le camp des Lorrains, qui est celui du droit selon le poète...mais son extraction n'est pas purement celle d'un vilain16. Le portier du Couronnement de Louis dont nous avons également parlé est arme chevalier en récompense des qualites manifestées, et ses débuts sont assez prometteurs pour qu'on n'imagine pas en lui un futur traître...mais ce n'est qu'un comparse, qui disparaît de la scène littéraire aussitôt que promu ; il est au demeurant intéressant de noter que son physique le fait échapper à l'archétype du vilain : il est soumis a une sorte d'examen physique avant d'être adoubé et c'est seulement parce qu'on le constate "bel et gent et alignié" (v.1649) qu'on fait de lui un chevalier. Dans un texte nettement plus tardif (seconde moitié du xiii° siècle), Macaire, le vilain varocher, protecteur d'une reine injustement condamnée, est arme chevalier en remerciement de ses bons et loyaux services, une fois la réhabilitation de la souveraine obtenue. C'est lui-même qui en fait la demande, car il a pris goût à la bataille, et les armes chevaleresques lui paraissent d'une plus grande efficacité ; il est totalement conquis par son nouveau mode de vie, qui lui paraît infiniment préférable à l'ancien, et il fera de ses fils des chevaliers. Le père et les enfants se conduiront tous en hommes braves et loyaux. On pourrait croire à une ouverture d'esprit de l'univers épique. Mais n'est-ce-pas dans une chanson de la même époque, Doon de Mayence, qu'on voit un marchand être armé chevalier...pour sa fortune :

Marchéant ot esté pour avoir conquester ;
Mès pour son grant avoir l'ot on fet adouber.
vv.7601-2

69On peut alors penser qu'en fait l'accès à la chevalerie ne représente plus exactement le passage dans une classe et un monde différents, mais qu'il peut être considéré comme une sorte de récompense "honorifique".

70De toute façon, il existe assez peu d'exemples d'intégrations réussies du vilain au monde chevaleresque pour qu'ils n'aient qu'une portée d'exception individuelle.

71Cette image au vilain repose donc sur une conception fixiste de l'ordre social. Chacun doit faire son salut où il est né, parce que Dieu a voulu qu'il naisse où il est né ; et il n'est pas déplace de parler ici de salut, puisque le vilain-transfuge est, en règle générale, un traître en puissance. Or, le sort qui attend le traître impénitent, selon l'épopée, c'est la damnation, comme le rappelle, entre autres, le couronnement de Louis :

Al jugement ou tuit assemblerons...
Nuls om traïtre n'i avra guarison.
vv.1007 et 1012

72Le vilain connaîtrait alors le plus profond niveau de l'exclusion pour les mentalités médievales : celui de l'exclusion spirituelle de la communauté religieuse et chrétienne.

EDITIONS UTILISEES :

  • ALISCANS, chanson de geste publiée pp. F. Guessard et A.de Montaiglon. Paris, 1870
  • ANSEYS DE MES ed. by H. J. Green. New York.1940
  • ASPREMONT, ed. p. L. Brandin. Paris, 1921-2 (CFMA, 19 et 25)
  • AUCASSIN ET NICOLETTE éd. p. M. Roques. Paris, 1929 (CFMA, 41)
  • AYE D'AVIGNON ed. p. S. J. Borg. Genève, 1967 (TLF)
  • CONSTANT DU HAMEL éd. p. C. Rostaing. Gap, 1953.
  • COURONNEMENT DE LOUIS, éd. p. E. Langlois. Paris, (CFMA, 22) 1961 (2° éd.)
  • DOON DE MAYENCE, publ. p. A. Rey. Paris, 1858
  • ELIE DE SAINT GILLES, publ. p. E. Koelbing. Paris 1879
  • GARIN LE LORRAIN, éd. p. J. Vallerie. Michigan, 1947
  • GIRART DE ROUSSILLON, publ. p. W. M. Hackett. Paris, 1950, 1951, 1953
  • GUI DE BOURGOGNE, publ. p. F. Guessard et H. Michelant. Paris, 1859
  • JOURDAIN DE BLAYE, éd. p. F. P. Dembowski. Chicago, 1969
  • MACAIRE, publ. p. F. Guessard. Paris, 1866
  • LE CHEVALIER AU LION (YVAIN).Roman de CHRETIEN DE TROYES, éd. p. M. Roques. Paris, 1967(CFMA, 89)

DISCUSSION

73Monsieur PAYEN. Il faut distinguer le serf, le vilain proprement dit et les milieux urbains. C'est le monde servile qui est odieux dans Parise la Duchesse et Berthe aus grands piés, un monde servile attaché à la cour et à la ville. Cf. le meurtre de Charles le Bon, comte de Flandre, par le clan servile des Erembalt, à Bruges, dans les années 1120. D'où les oppositions entre monde serf et monde libre, monde urbain et monde rural. Dans le monde rural, il y a une solidarité paternaliste entre vilains et chevaliers.

74Mademoiselle de COMBARIEU. L'épopée, lorsqu'elle nous introduit en milieu urbain, emploie plutôt le terme de "burgois" ; tous les exemples utilisés sont des cas de "vilains"-paysans. Quant au terme "serf", dans les textes utilisés, il n'apparaît que dans le relativement tardif Jourdain de Blaivies.

75Monsieur LARMAT. Le devoir religieux et chevaleresque d'assistance aux pauvres se limite, le plus souvent, dans les chansons de geste, aux seuls "povres chevalier".

Notes

1 De la même façon, J. Bedier fait remarquer que si les fabliaux ne mettent en scène que des personnages d'un niveau social médiocre, ce n'est pas forcement parce qu'ils sont écrits exclusivement par et pour des bourgeois et des gens du peuple, mais parce que les types d'histoires qu'ils racontent arrivent normalement à des bourgeois et à des gens du peuple, -comme les comédies de Molière se déroulent chez monsieur Jourdain alors que les tragédies de racine prennent des princes pour héros (Les fabliaux. Paris, 1893.pp. 229-31)

2 Couronnement de Louis. vv.2088-9 ; Anseis de Mes, vv.12949 sq.

3 Jourdain de Blaivies, Elie de Saint Gilles.

4 Cf. Le goût de la violence dans l'épopée médiévale in Senefiance I. Aix-en Provence. 1976 .pp. 51-3

5 Cf. E. de Bruyne. Études d'esthétique médiévale. II. Bruges, 1946. Slatkine Reprints, Lausanne, 1975.pp.187-8

6 Il se moquera lui-même de la "traïne" du vêtement d'apparat porté par le futur chevalier le jour de son adoubement.

7 Ph. Ménard range le portrait du vilain dans les portraits archétypiques de la laideur. Le rire et le sourire dans le roman courtois en France au Moyen Age. Genève, 1969.p. 533.

8 Je ne tiens pas compte d'autres notations : "menbres fornis" (v.8814), "larjes espaule" (v.8815) car elles pourraient s'appliquer à un héros épique. Cela tient sans doute à la personnalité ambivalente de Rigaudin, fils du vilain Hervil qui, exceptionnellement, joue un rôle important dans le personnel épique de Garin le Lorrain. Mais c'est que son origine n'est pas très claire :
Vilain l'apellent car de bast estoit né...
Li du Herviz le pot mervelle amer,
Car de son linage estoit estrait et né.
v.423 et 426-7
Cette origine pourrait bien expliquer le rôle de conseiller joué auprès du duc par le père, et à la fois sa fidélité et le fait que cette situation ne paraisse choquante à aucun des héros.
Dans la scène dont nous avons extrait le portrait de Rigaudin, celui-ci s'apprête à être armé chevalier. Il contestera le rituel de l'adoubement, tout en se réjouissant d'être fait chevalier à cause de l'usage de nouvelles armes que cela lui permettra.

9 Sur l'absence de ces notations pour le personnage de Rigaudin, cf. n. précédente et ci-dessous.

10 On peut rappeler qu'au xvii° siècle encore, La Bruyère pouvait écrire, parlant de paysans, et dénonçant les préjugés de son temps :
L'on voit certains animaux farouches, des mâles et des femelles, répandus par la campagne...

11 J. Frappier (Chretien de croyes. Paris, 1968. p. 223) et Ph. Ménard (op. cit. p.169) ont vu dans cette replique la revendication, somme toute digne et lière, de son humanité par le personnage. Etant donné le contexte du passage (le personnage nous est présenté comme l'étrange pasteur d'un non moins étrange troupeau de taureaux sauvages, d'ours et de léopards), on pourrait se demander si Calogrenant ne pense pas en fait pouvoir se trouver en face d'un personnage issu d'un autre monde. En ce cas, la réponse du berger serait au contraire limitative : "Je ne suis qu'un homme".

12 et lu montez desor un tronc
s'ot bien dis et set piez de lonc.vv.319-20
Calogrenant agit-il ainsi pour se mettre à l'abri ou afin de se mettre à la hauteur de son gigantal vis à vis avant de lui adresser la parole ?

13 Mais il pourrait être aussi bien bourgeois que vilain. Il arrive à l'épopée de ne pas faire la distinction et de confondre dans la catégorie de "vilains" tous ceux qui ne sont ni "orantes", ni "milites". Ici, aucun mot précis n'est employé. On peut émettre l'hypothèse que le caractère "à part" conféré par le statut de pélerin arrache en quelque sorte celui-ci à son origine, d'où l'aspect positif reconnu au personnage.

14 Nous limitons ici volontairement nos exemples à ceux qui nomment précisément les vilains. On pourrait en ajouter plusieurs qui concerneraient les bourgeois.

15 A ce niveau, les auteurs donnent au mot un sens plus large. Cf.n.13

16 Cf. n. 8

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540