Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence dans le monde médiéval

Viol de la fée, violence du féerique

Remarques sur la vocation anthropologique de la littérature médiévale

Jean-Jacques Vincensini

Texte intégral

  • 1 Le mot est de D. Poirion (dans "Qu’est-ce que la littérature, France 1100-1600 ?" "What is Literat (...)

1Les lignes qui suivent se proposent de mener de front deux tâches : analyser ces épisodes surprenants où une fée subit le viol de celui avec qui elle nouera une alliance aussi féconde qu’affectueuse et, implicitement, écouter la « ventriloquerie »1 dans les narrations romanes de ce motif, source d’émotions mêlées et troublantes. Cette étude souhaite donc prêter une oreille attentive à la « voix inquiétante de la féerie mythique » (ibid.), d’autant plus alarmante quand elle porte les accents de ce topos que l’on pourrait appeler le "motif de la fée violée et violente".

  • 2 Etymologie et Généalogie. Paris : Seuil, 1989, p. 19.
  • 3 Ibid., pp. 17-18.

2L’orientation anthropologique annoncée dans notre titre requiert quelques éclaircissements. Il va s’agir d’aborder « le texte littéraire », selon l’expression de Howard Bloch comme « une clé pour l’anthropologie de ce temps »2. Comme lui nous affirmerons la nécessité d’une étude des fables médiévales dans le but de comprendre « les différentes façons dont une culture ritualise (...) l’ensemble des possibilités symboliques dont elle dispose à un moment donné. »3 Mais, contrairement au médiéviste américain, nous ne souhaitons pas édifier une interprétation dont le dessein est finalement de nature sociologique. Ne conçoit-il pas les textes comme des ouvertures vers « la compréhension unique des mécanismes d’une société qu’en même temps ils conditionnent » (ibid., p. 16) ? Ce rapide travail s efforcera plutôt d’aborder les conditions d’une description anthropologique de l’imaginaire narratif médiéval à partir des stéréotypes qui l’animent et dont l’usage permet, comme l’écrit Bloch, la ritualisation des « possibilités symboliques » qui travaillent son expression littéraire.

I. LES VIOLS ROMANESQUES. UN "FAIT" A COMPRENDRE.

I. A. Violence sexuelle, roman arthurien et morale courtoise.

  • 4 Voir la rubrique thompsonnienne T.471 Rape dans l’Index des Motifs narratifs dans les romans arthu (...)

3Dinabuc géant violeur dans l’Historia Regum Britanniae et le Brut ; Gréoréas violeur condamné à manger avec les chiens dans le Conte du Graal ; Créon, Maugis et Léandre violeurs virtuels dans Ipomedon ; Mordret violeur dans Claris et Laris ; Gauvain violeur dans la Première Continuation de Perceval, la liste est longue de violeurs nommés par les oeuvres romanesques du Moyen Age. La compléteraient sans peine les brutaux innommés, évoqués par les romans arthuriens tels Le Chevalier de la Charrette, Le Bel Inconnu, la Queste del Saint Graal, Floriant et Florete, la Continuation de Perceval de Manessier, les Merveilles de Rigomer4, etc. La narration médiévale fait ainsi défiler une foule d’hommes qui imposent la violence de leur sexe à la faiblesse de celui qu’ils tourmentent. D’hommes le plus souvent "normaux" qui ne ressemblent guère, à première vue, à des géants libidineux ni à des lépreux abjects.

  • 5 "La demosielle esforciée dans le roman arthurien", Amour, mariage et transgressions au Moyen Age, (...)
  • 6 D. Rieger, "Le motif du viol dans la littérature de la France médiévale ; entre norme courtoise et (...)
  • 7 Ravishing Maidens. Writing rapes in Medieval French Literature and Law. Philadelphie : Univ. of Pe (...)

4L’ampleur du phénomène est plus saisissante encore quand on remarque que l’art littéraire roman dès sa naissance, s’échafaude sur le viol. Signes de son origine, la violence sexuelle, sa menace, les débats qu’elle soulève, la fascination trouble qu’elle avive. En considérant l’Historia Regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth et le Brut de Wace, Antoinette Sally5 puis Dietmar Rieger ont établi qu’il n’était « pas étonnant que le roi Arthur lui-même, (...) ait montré ce que devait être la norme courtoise en se vengeant sanguinairement du géant (Dinabuc) du Mont Saint-Michel qui avait violé et tué Eléine, nièce de Hoël, duc des Bretons armoricains, et avait plusieurs fois violé la vieille nourrice de celle-ci. »6 Étudiant à son tour ces deux oeuvres initiales Kathrin Gravdal7 va plus loin. Elle affirme que c’est non seulement l’histoire mais également la substance du roman arthurien, sa définition générique, qui se fondent ainsi sur la violence sexuelle : « It is a genre that by its definition must create the threat of rape. » (p. 43).

5Pour comprendre la signification du roman médiéval, on ne peut donc éviter cette fascination du viol. Ce qui revient à se demander s’il existe une raison à son usage romanesque.

  • 8 Lire également le chapitre de D. Buschinger "Le viol dans la réalité" dans "Le viol dans la littér (...)

6La critique positiviste s’est efforcée de répondre en cherchant le réel, l’ancrage référentiel, qui servirait de signifié à ces épisodes. Aussi a-t-elle tente un recours explicatif à l’histoire et aux origines de ces textes. La quête des sources celtiques ou germaniques des viols et des mésaventures de l’amour de la fée illustre cette démarche. Mais, en ce qui concerne les crimes sexuels, c’est plutôt la loupe de la morale courtoise et ses rapports à la réalité féodale qui est utilisée. Cette phrase de D. Rieger éclaire cette conception : « L’acte d’empêcher la défloration constituant une épreuve, (...) la victoire sur celui qui veut l’obtenir de force et contrairement au droit, tout cela prend une dimension particulièrement récurrente dans la littérature courtoise qui traite dans ses fictions, les obsessions patriarcales intensifiées par le christianisme. » (art. cit., p. 247)8.

  • 9 Voir à ce propos le compte-rendu de l’ouvrage, par Arno Krispin, dans les Cahiers de Civilisation (...)

7Dans la perspective outrancièrement féministe - et sans doute politically correct - de Kathrin Gravdal9, les viols servent à capter l’attention des auditeurs dans un souci idéologique bien précis. Chrétien de Troyes, écrit-elle, « offers the audience the contemplation of a world in which rape is an accepted male right (...), women must be attacked so that men can become heroes. » (op. cit., p. 67).

I. B. Les viols des fées amantes, "illogisme" ou cohérence ?

  • 10 L’Origine des manières de table. Paris : Plon, 1968, p. 186. Nous soulignons.

8Pour rendre intelligible ce "fait littéraire" qu’est le viol de la fée, il convient en premier lieu de réduire la diversité de ses occurrences. C’est un impératif incontournable. Inutile d’insister ici sur cette considération de méthode. Citons simplement ce texte, un peu long mais lumineux, où Claude Lévi-Strauss discute la méthode de Stith Thompson (appliquée au motif The Star Husband Tale) : « A aucun moment la méthode historique ne se demande en quoi consiste un fait de folklore. Ou plus exactement, elle reconnaît comme fait un élément que l’appréciation subjective de l’observateur lui désigne pour tel en se fondant sur le contenu apparent du récit. Jamais ou presque, on ne tente une réduction (...) de sorte que le caractère de fait scientifique n’appartient pas à chaque motif ou à tels d’entre eux, mais au schème qui les engendre bien qu’il reste lui-même à l’état latent. On se contente d’inventorier des termes sans les mettre en relation. »10

  • 11 Lévi-Strauss, "Les leçons de la linguistique", Le Regard éloigné. Paris : Plon, 1983, pp. 191-201 (...)

9L’idée de chercher en premier lieu le « schème latent » réduisant et expliquant la diversité des occurrences qui le manifestent fonde toutes les pratiques d’inspiration structurale. Leur but, faut-il le rappeler, consiste en effet à saisir la raison des phénomènes en constituant « des faits apparemment arbitraires en systèmes. »11

10Dans cette perspective, une première réduction s’avère nécessaire, celle qui élaborera le corpus. Car de toute évidence, quelques relations fortement signifiantes se lisent dans certains récits mettant en scène un viol alors qu’elles ne se trouvent pas dans d’autres fables où. pourtant, apparaît un attentat identique. Aucune limite ontologique ne borne, par exemple, les agressions sexuelles. Elles frappent aussi bien les femmes de ce monde que celles qui y surgissent : les fées éprouvent la violence virile. Notre propos ne s’attachera qu’à décrire ces agressions visant des femmes venues des contrées féeriques.

  • 12 Le texte anonyme - Vita Kentegemi Imperfecta - est édité par Pinkerton dans Lives of the Scottish (...)
  • 13 Une riche "note" de Th. Hill, "Odin, Rinda and Thaney, the mother of St Kentigern" indique d’autre (...)

11Nous ne parlerons donc ni des scènes où des "humaines" subissent la loi de chevaliers brutaux ni de celles où une dame de ce monde est affectée par la violence d’un etre fae ou divin. Cette situation apparaît dans le lai de Tydorel et dans un motif (le viol d’une vierge par un dieu ou un homme déguisé en femme) qui mérite un instant d’attention. L’une de ses expressions évoque en effet l’agression commise par Yvain, "héros" dont la naissance va nous intéresser plus loin. La tradition hagiographique que reflète la Vita Kentegerni (écrite, pense-t-on pour Herbert évêque de Glasgow entre 1147 et 1164) en témoigne. Ewen, amant « elegantissimus »12 (p. 101) ne pouvant séduire la vierge Thaney, se déguise en femme, conduit sa "proie" « ad locum juvenis voluntati conpetetentem » et « quasi ludendo » (p. 103) se saisit de sa victime et la féconde aussitôt, bien qu’elle résiste de toutes ses forces (« totis nisibus reluctantem »). Du viol commis par le père Ewen, lui-même fruit d’un viol d’une fée, on va le voir, naîtra quelques mois après un fils, Kentingern13.

  • 14 Pour illustrer le motif « F.304.4 : Mortal violates fairy woman. » Op. cit., p. 65.
  • 15 Copenhague : Centraltrykkeriet, vol. III, p. 59.

12Mais revenons à nos fées malmenées. Comme le relève à juste titre Anita Guérreau-Jalabert, on les aperçoit dans les lais de Désiré et de Graelent14. Mais cet inventaire est incomplet. Remarquons alors que le Motif-Index of Folk-Literature de S. Thompson, source de l’ouvrage de A. Guérreau-Jalabert, ne pourrait enrichir le corpus de fictions non médiévales. Certes il repertorie bien le motif F. 304.4. S’il ne le fait que dans sa version revue et élargie de 195615 c’est que la référence exclusive sur laquelle il s’appuie, le Motif Index of Early Irish Literature de T. P. Cross ne fut édité qu’en 1952 (Bloomington : Indiana Univ. Press). Or cet index renvoie à son tour (p. 258) à une source unique la Revue Celtique (vol. XLIII, 1926) où M. L. Sjoestedt publie et traduit un récit épique irlandais extrait du Book of Lismore, le "Siège de Druim Damghaire". L’épisode en question raconte que, au cours d’une chasse au lièvre, Cormac mac Airt sombre dans un profond sommeil d’où le tire « Bairthinn Blaith (la Belle aux cherveux d’Or) (...) une merveille aux blanches mains, la plus belle femme qui fût au monde » (p. 23). Elle déclare s’être éprise de lui avant même de lui parler et l’invite aimablement à le suivre dans « la résidence féerique par delà Cleitech » (ibid.), où demeure son père nourricier. Là, elle l’épousera. Le chasseur accepte bien volontiers la proposition. On le voit cette idylle ne nous est d’aucun secours puisqu’aucune violence initiale n’y est requise.

  • 16 "The traditional background of Partonopeus de Blois", Publications of the Modem Language Associati (...)
  • 17 Les Fées au Moyen Age. Paris : Champion, 1984, p. 269.
  • 18 Voir les vers 8760-8800 dans l’édition Les Troubadours de R. Lavaud et R. Nelli. Paris-Bruges : De (...)
  • 19 Nous remercions Richard Trachsler pour ce renseignement et la transcription qui suit. Dans sa prés (...)
  • 20 The Elucidation. A Prologue to the Conte del Graal. Publications of the Institute of French Studie (...)

13Parmi les histoires arthuriennes où des mortels violent des fées (conformes donc au motif F.304.4) certaines se bornent, si l’on peut dire, à évoquer le crime vis-à-vis de l’être féerique, comme s’il s’agissait du viol d’une femme de ce monde. C’est le cas dans le roman arthurien occitan Jaufré. Le héros sauve la fée Gibel - avatar de Morgane comme l’ont rappelé après d’autres, Helaine Newstead16 et Laurence Harf17 -menacée d’être prise de force par le géant Fellon d’Albarua18. Dans un second récit arthurien, le viol étonne par la personnalité de celui qui le perpètre, le roi Athur lui-même. La scène se fit dans un passage inédit du manuscrit B.N. fr. 11219. Il raconte (au livre IV, 115b) l’errance du roi, sa découverte près d’une fontaine d’une « damoiselle de si grant beauté, [qu’] il cuida vraiement que ce fust fee pour ce qu’elle se seoit illeque toute seule » puis l’acte coupable : « Si la trouva le roy si sage et de si belles paroles qu’il en fut eschauffés si merveilleusement qu’il luy point volente de gesir a luy. [115c] Il la print et lui fist (a) force et jut sanz faille a luy, voulsist ou non, et la trouva pucelle. » Troisième texte, l’Elucidation20, prologue du Conte du Graal et de ses Continuations. Jadis, le royaume de Logres était un pays de cocagne. Des demoiselles, sortant d’un puits, servaient en abondance sur des coupes d’or et d’argent « tous ceus qui les cemins erroient » (v. 61). Cette félicité expira et « Tourna li païs a declin » (v. 91) lorsque le roi Amangon, ayant violé l’une des fées, lui déroba sa coupe d’or :

Des puceles une esforcha,
Sor son pois le despucela
Et la cope d’or li toli. v. 69-71

14Mais, au sein des récits médiévaux où des êtres féeriques sont violés par des humains, les fictions qui vont nous retenir sont d’un tour original et doivent être isolées. Deux raisons l’imposent : elles ne sont pas strictement "arthuriennes" et se particularisent par les relations qu’y noue la fée. Non seulement elle subit le viol d’un homme solitaire mais dès que le crime est commis, elle fait subir à son agresseur une violence prohibitrice qui le contraint à son tour. C’est cette syntaxe précise (variante du conte "mélusinien", bien entendu), non arbitraire et particulièrement riche de sens qui organise en propre le topos examiné dans ces pages.

15Vu sous cet angle, le corpus se composera, sous bénéfice d’inventaire ultérieur, des cinq textes suivants.

161. Le lai de Graelent : le chevalier découvre une fée au bain, lui promet de la respecter quand elle en sort, mais elle résiste à son désir :

  • 21 Lais féeriques des xiie et xiiie siècles, présentation, traduction et notes par Alexandre Micha. P (...)

Graelens le trove si fiere,
e bien entent que par proiiere
ne fera point de son plaisir,
n’il ne s’en veut ensi partir.
En l’espece de la forest
a fait de li ce que li plest.
Quant il en ot fet son talent,
merci li prie dolcement,
que vers lui ne soit trop iree.21 v. 277-285

17Pas de doute, « Graelent viole la pucelle... et le viol est récompensé et non puni ». Dietmar Rieger fait allusion ici (art. cit., p. 257) à la suite des événements qui voient la fée accorder tendrement sa flamme, non sans défendre cependant à son compagnon de découvrir leur amour à quiconque :

mais une cose vous deffent,
que ne dites parole aperte
dont nostre amors soit descoverte. v. 302-304

182. Le lai de Désiré : une tentative de viol sur une suivante précède un interdit prononcé par sa maîtresse comme condition à son amour. Voici la scène du viol. Désiré, chevauchant vers une chapelle, rencontre une avenante "pucelle",

Li chevalers n’ert pas vileins ;
a pié desent, si l’a saisie,
il en vodra fere s’amie :
sur la freche herbe l’ad cochee,
jo quid qu’il l’eüst asprisvee
quant ele li cria merci :
- Chevalers, tollez vus de ci ;
ne serrez gairez avancez
si de mun cors me honitez. éd. Micha ; v. 144-152

  • 22 Ed. J. Gildea. Villanova University Press, 1967.

193. Partonopeu de Blois22. Dans ce roman, le trop jeune héros force la fée Mélior :

"Or est anuis, fait ele, a certes !"
Cil li a les cuisses overtes,
Et quant les soies i a mises,
Les flors del pucelage a prises, v. 1301-1304

20Quelques vers plus loin (v. 1396-1404) la fausse malheureuse reconnaît s’être livrée à lui volontairement. Elle lui promet le mariage et une visite nocturne quotidienne à condition qu’il ne cherche jamais à la voir :

Cascune nuit tot a loisir
Me porés avoir et sentir,
Mais ne voroie estre veüe
Desci que l’ore soit venue
Que j’ai mis a ciax de m’onor
De prendre par lor los seignor,
Et n’a que deux ans et demi
Jusc’a cel terme que je di. v. 1445-1452

  • 23 De Nugis curialium dans Anecdota Oxoniensia, Medieval and Modem Series, XIV, éd. M. R. James. Oxfo (...)

214. L’aventure de Edricus Wilde23 racontée par Gautier Map. Le chevalier revient tardivement de la chasse. Il découvre de nobles dames à l’intérieur de buvettes que les Anglais appellent des "guildhes" (« Anglici (...) habebant (...) bibitorias, ghildus Anglice dictas » p. 75). Il enlève la plus belle et la courbe, muette, à son désir : « ea pro uoto tribus diebus et noctibus usus, uerbum ab ea extorquere non potuit, passa tamen est consensu placido uenerem uoluptatis eius » (p. 76).

22Le quatrième jour, elle parle enfin, mais pour prononcer cette triste prophétie : « Salue, dulcissime mi, et saluus eris, et prospero statu persone rerumque gaudebis, donec inproperaueris mihi aut sorores a quibus rapta sum, aut locum aut lucum unde, aut aliquod circiter illud. » (p. 76).

  • 24 "A washer at the ford", Aberystwyth Studies, vol. IV, pp. 105-109.
  • 25 Comme le rappelle H. Newstead à propos de ce récit gallois : « this fay is Modron, for according t (...)

235. Gwenan Jones a transcrit en 1922 les marginalia inscrites dans un manuscrit gallois de 1556 (Peniarth ms. 147). Ces additions, qui datent de la même époque, témoignent d’une tradition populaire concernant Urien et son fils Owein24 (Ewen, Yvain). Elles racontent l’épisode de la vie d’Urien Rheged qui conduit à la naissance d’Owein : « When he came to the bank of the ford he could see nothing but a woman washing. Thereupon the dogs ceased to bark. Urien Rheged seized the maiden and had his will, upon which she said : "May the blessing of God be upon the feet that brought thee there (...). It was fated for me to be washing here until a Christian man won me. And I am the daughter of the King of Annwin. If thou wilt return in a year’s time thou wut be allowed to take possession of the child." And so he came and received there a son and a daughter, namely Owein ab Urien and Morfydd verch Eirien. »25

24L’absence de prohibition est ici compensée par la disparition de douze mois, véritable condition de la paternité.

  • 26 Dans "Graelent and Lanval and the story of Wayland", Publications of the Modern Language Associati (...)

25Quittons le corpus et voyons comment l’enchaînement viol / amour conditionnné est généralement considéré. Certaines qualifications viennent régulièrement sous la plume des commentateurs : inconsistance, illogisme et incohérence, surtout. Comparant les scènes de viol de fées dans Partonopeu et le lai de Graelent, Helaine Newstead observe, par exemple : « Melior behaves with precisely the same inconsistent combination of coyness and amourousness » (p. 926). Elle note alors : « This inconsistency in the fay’s behavior has been the subject of much discussion. Cross proves that since earty Celtic tradition is rich in coys fays as well as forth-putting ones, it is unnecessary to postulate Germanic influence, as Schoffield26 argued. »

  • 27 Modem Philology, vol. XII, 1915, pp. 585-645.

26Ces lignes renvoient à la mise au point de l’article "Celtic elements in Lanval et Graelent" où T. P. Cross27 affirme également : « The unreasonableness in the behavior of Graelent’s mistress can therefore be most easily explained on the hypoihesis that the lay in question is based directly or indirectly on a Celtic account in which the forth-putting fée was confused with the captured swan-maiden. » (p. 618).

  • 28 Les Lais anonymes des xiie et xiiie siècles. Edition critique de quelques lais bretons. Genève : D (...)

27Prudence M. O’Hara Tobin confirme l’appréciation négative en ces termes : « La scène entre Graelent et la fée s’éloigne de celle des autres lais, puisque le comportement de Graelent. sa mesquinerie, son manque de courtoisie, suivi de son acte de viol, indigne d’un chevalier, n’ont pas d’équivalent ailleurs dans les lais. »28

I. C. Vers les structures symboliques du motif de la "fée violée-violente".

28Nous allons considérer à notre tour ce corpus et tenter de montrer que quelques relations privilégiées le distinguent. Elles ont la particularité de structurer symboliquement des termes issus de codes variés, c’est-à-dire de différents domaines de l’expérience sensible ou de l’imaginaire (comme le paradigme féerique). Ces affirmations justifient les quatre remarques suivantes :

  1. Aucun code ne saurait être privilégié pour servir de sources de significations aux textes étudiés. Cette idée, on le sait, constitue l’une des pommes de discorde qui oppose les thèses rationnelles et les conceptions métapsychologiques. Disons, plus précisément, qu’il n’y a aucune raison d’accorder une prééminence particulière au code sexuel. Mais ce refus n’empêchera pas de l’utiliser, parallèlement à d’autres répertoires.
  2. Ces récits ne peuvent être déchiffrés au moyen d’une grille unique et exclusive. Leur originalité tient aux jeux mettant en présence des figures (personnages, objets, animaux, etc.) sélectionnées dans des domaines de sens hétérogènes. Entre ces termes de provenances diverses s’instaurent des rapports d’analogie signifiants. C est ce processus de "com-préhension" que l’on appelle structuration symbolique. A ce jeu de rapprochements et de miroirs ne correspond pas d’objet réel en tant que tel. C’est pourquoi les signes ainsi structurés sont des symboles arbitraires, ils n’offrent jamais une signification "en soi".
  3. De telles considérations rappellent les principes d’intelligibilité de l’anthropologie structurale. Comme Claude Lévi-Strauss le soutient dans La Pensée sauvage « la mise en structure possède une efficacité intrinsèque. »29 Tel est le rôle intellectuel et non affectif de la pensée et des récits symboliques30. C’est uniquement dans cette perspective que nous concevrons la "pensée symbolique". Armand Strubel a récemment consacré à cette notion et à ses usages un article décapant31. Nous partageons ses réticences quant à l’abus de l’emploi descriptif de modes de pensées « extérieurs au texte » (p. 29), comme la « vision du monde spécifiquement médiévale, dont l’originalité réside dans la fascination pour le symbole et l’analogie » (p. 40). Nous l’avons dit à propos de l’ouvrage de Howard Bloch, la compréhension anthropologique de la littérature romane n’équivaut pas à la découverte de l’hypothétique "mentalité" ou de l’« esprit » des hommes de ce temps considéré comme l’« ultime référent » des interprétations des textes (p. 38). Nous ne partageons pas, en revanche, la réduction effectuée par Armand Strubel qui assimile lui-même, pour mieux en critiquer le recours, « la pensée symbolique » à un ensemble de « symboles, vus comme fragments et témoignages de cette unité abstraite d’une ’mentalité" » [médiévale] (p. 41). Contrairement aux conclusions de l’article, nous écrirons volontiers que « la pensée symbolique », à condition de concevoir cette notion dans un sens anthropologique et intellectuel et non dans une perspective mentaliste et culturelle, est bien une composante essentielle des textes et sans doute « leur mode d’explication privilégié » (ce que nie l’auteur, p. 40).
  4. On soutiendra l’idée que la structuration symbolique travaille de façon exemplaire certaines fables, comme celles que nous étudions ici. Exemplaire car ces fictions surmontent narrativement les écarts les plus marqués, les plus inadmissibles, ceux qui, au sein de codes divers, distinguent et rapprochent des « pôles que la nature a diamétralement opposés »32. Si notre motif illustre particulièrement ce point de vue, c’est qu’il "com-prend" deux divergences fondamentales : celle qui divise les hommes et des femmes, celle qui sépare les êtres de ce monde et ceux du monde féerique.

II. COMMENT CONJOINDRE DES ETRES QUE LA NATURE A SEXUELLEMENT ET ONTOLOGIQUEMENT SEPARES ?

II. A. Culture, individualité, viol de la fée. Les trois temps d’une syntaxe contraignante.

29L’ouverture de nos récits campent des personnages isolés comme Edric et Désiré, esseulés comme Urien et Graelent, éloignés des leurs comme Partonopeu. Cette "individuation" initiale distingue toujours le mortel des valeurs culturelles qu’il a quittées ou dont il est séparé. D’où un premier axe d’oppositions. Il apparaît au sein du code sociologique, entre l’individu et la culture sociale, organisant le premier "temps" de notre récit.

30Deux facettes particulières expriment ce contraste. La première est clairement illustrée par le lai de Graelent qui évoque une altération du statut économique. Graelent, chevalier de grande valeur, est plongé dans l’indigence (alors qu’il bénéficiait jusque là des largesses de son royal seigneur) :

car li rois le faisoit atendre,
ki li detenoit ses saudees ;
ne l’en avoit nules donees. v. 145-147

31Second répertoire : la matrimonialité. Les "individualités" ne sont pas mariées. Les deux états se complètent ou, dans un autre langage, le second est la métaphore, dans le code de la sexualité et de la conjugalité, de ce qu’est le premier dans celui de la sociologie (et de l’économie, pour Graelent).

32L’ardente rencontre avec la Belle marque le deuxième temps. Elle va inverser ces premiers états. Le corps puis la parole assureront la rupture avec la culture humaine et l’entrée en "culture féerique". C’est alors qu’est mise en scène la violence du corps. Les cinq textes s’accordent pour décrire, en premier lieu, la fascination du spectateur. La perception est donc le mode premier de la physique de leur relation. Vient alors, après celui des sens, le trouble des affects. On interprétera la vivacité de ces effets perceptifs et corporels en disant que le ravissement du personnage humain, son plaisir, sa surprise indiquent qu’il croise une véritable trouvaille et que son être subit un authentique choc. Dans l’irruption de la fée, le mortel découvre ce que la réalité la plus tangible et la plus magnifiquement physique annonce comme satisfaction des besoins "réels" du mâle.

  • 33 Pour une interprétation jungienne d’un corpus proche mais différent du nôtre, lire le chapitre "Gu (...)
  • 34 Le Séminaire, Livre XI. Paris : Seuil, 1973, p. 56.

33Pour comprendre ce que vit le représentant de l’humanité à cet instant, le code métapsychologique se révèle d’une grande richesse. Le heurt avec la Beauté a fait l’objet de commentaires minutieux et particulièrement adéquats à notre propos de la part de Jacques Lacan, aussi allons-nous suivre la voie qu’il a tracée33. L’événement spectaculaire, hasardeux, déroutant et choquant correspond exactement à ce moment que le psychanalyste appelle synonymiquement le "choc", le "knocking"34 ou encore la tuché (p. 54) qui se produit, écrit-il, « comme au hasard ». On identifiera par conséquent la tuché lacanienne au choc frontal - sensoriel, affectif et physique - de l’être mortel avec la Beauté "féerique". Quels besoins l’être humain satisfait-t-il à cet instant ? Ce commentaire de Lacan propose une réponse qui concerne directement ce travail : « Qu’est-ce que ça veut dire, la satisfaction de la pulsion ? Vous allez me dire - Ben c’est assez simple, la satisfaction de la pulsion, c’est arriver à son Ziel, à son but. Le fauve sort de son trou querens quem devoret. » (ibid., p. 151).

34Et le fauve, dans nos cinq histoires, c’est le violeur. C’est bien ce stade qu’illustre, brutalement et explicitement, le viol. L’attentat est exécute par les protagonistes qui voient dans la rencontre "tychique", une proie à chasser. Le viol montre ce mode cynégétique de la tuché qui n’est finalement que l’illusion de la prédation dévoratrice, apparemment comblante. Écrivons : Trouvaille = Proie.

35En réalité, il met en scène deux masques ou deux leurres : le chevalier qui parade avec ses attributs virils et le bel objet qui va se dérober à sa violence. Car la rencontre avec la tuché forme la première étape du stratagème de la fée pour capturer l’humain. L’être féerique ne déclare-t-il pas souvent qu’il a rencontré son violeur dans le but explicite de l’épouser et de le gratifier de biens satisfaisants : « It was fated for me to be washing here until a Christian man won me » dit Modron à Urien et la compagne de Graelent lui apprend « por vous ving jou a la fontaine » (v. 315) 7 Sous son travestissement de proie, c’est un prédateur qui s’annonce. La Belle rencontrée n’est donc qu’un leurre, une image comme l’homme du viol n’est qu’un masque paradant.

36De même que la semblance de proie se mue progressivement en véritable sujet de la capture imaginaire, de même le "fauve" -apparent- "querens quem devoret", doit bien vite assumer ce qu’il est : la proie de la Belle captivante. Les célibataires deviennent objets de leurs partenaires matrimoniaux, les chasseurs sont chassés, les promeneurs séduits. « Il s’empare de sa prédatrice » dit l’histoire d’Edric le Sauvage : « ipsam rapit a qua rapitur » (op. cit., p. 76). On ne saurait mieux dire.

37Ces observations soulignent, s’il en était besoin, les limites d’une interprétation morale de ces épisodes.

38Mais ne restreignons pas la réflexion au code sexuel. Elire sa proie en proclamant "je la veux parce qu’elle me plaît" c’est prétendre que des caractères naturels (physiques en l’occurrence) déterminent l’usage social des femmes. Cette affirmation d’un choix individuel est culturellement inadmissible, elle rend plus a-social encore l’être humain isolé.

39Les deux premiers temps du motif, la singularisation et le viol, placent le chevalier hors des règles qui assurent la stabilité du groupe, hors culture. Quand nous écrivons « culture » nous voulons parler, dans un sens logique - en rapport à l’état de nature - de l’étage de la règle. La culture et ses normes ont pour vocation d’introduire et de garantir l’ordre et, a contrario, de refuser le désordre. Le viol fige ce moment où Graelent, Désiré, Partonopeu, Edric et Urien sont radicalement situés hors de la culture de leur collectivité et de ses préceptes.

40La question est alors de savoir si, du coup, ils sont comme automatiquement rejetés dans le règne de la nature et de la désorganisation.

II. B. Violence du féerique. Noli me tangere.

41Regardons maintenant les péripéties successives qui empêchent l’abandon à l’objet spectaculaire. C’est à ce moment que le féerique se fait foyer de violence et, du coup, source d’une seconde culture.

42On ne remarque pas assez souvent que, malgré l’extrême diversité de ses expressions, jamais le tabou "féerique" n’interdit les rapports physiques. Au faîte d’un bonheur - presque - sans limites le mortel ne saurait être privé du bonheur sexuel. Les pôles que la nature désunit paraissent donc se joindre dans les meilleures conditions. On sait qu’il n’en est rien. Cette impossibilité ressort des lois de l’humanité parlante, elle est représentée par le tabou, l’inter-dit.

B. 1. La malencontre de la "Belle parleuse". Logos et Avènement du Désir.

43La fée, jusque là proie émouvante prend ou reprend (comme dans Graelent) la parole. La séduisante rencontre se mue en "Belle Parleuse". Mais son propos n’a qu’un but, interdire.

44La prohibition, tendrement insérée au creux de la promesse érotique, en "écorne" immédiatement la jouissance car la Belle inconnue n’accorde son amour qu’en le gageant d’une défense ou d’une impossibilité (texte gallois). Le message équivaut à formuler l’assertion « Je te dis qu’il ne faudra pas... ». Ne pas parler à sa "fiancée", ne pas médire d’elle ou encore ne pas la voir comme dans Partonopeu (tel Psyché, cependant, le chevalier éclairera ce corps secret). On lit la prohibition suivante dans le lai de Désiré :

Or vus gardez de meserrer,
si vus penez de ben amer ;
se vus mesfetes de neent
l’anel perdrez hastivement. v. 231-234

45Or la transgression sera commise, et l’interdit violé, quand Désiré parlera d’elle en confession. Aussi maudira-t-il cette parole comme le fera Edric après avoir prononcé les reproches qui lui font perdre sa belle épouse. Pas d’interdit dans les aventures galloises de Urien mais une disparition, une absence, particulièrement féconde par ailleurs, qui marque bien la distance nécessaire aux relations avec la fée et, en fait, son inaccessibilité. Pendant un an, il ne pourra plus ni lui parler, ni la voir, ni la toucher...

46Bref, la femme violée fait violence à la vie et aux gestes de l’humain en l’engageant dans la voie du renoncement, de l’oblation et de la fascination soumise. L’etre fae remplit une mission subversive pour l’assouvissement des besoins imaginaires en rendant inaccessible le bonheur auquel le chevalier pouvait rêver depuis le choc de la tuché, depuis le viol. Quel que soit le contenu du tabou, ce que l’attirante Trouvaille impose en disant "non" à son prétendant élève brutalement entre eux une barrière infranchissable. Cet instant indique la fin de l’illusion imaginaire née au spectacle et à la pseudo-capture sexuelle de la Belle séductrice et marque 1 entrée dans l’ordre symbolique.

  • 35 "La signification du phallus", Ecrits II. Paris : Points-Seuil, 1971, p. 110.
  • 36 Le Désir et ses interprétations, 1985, p. 19 (texte inédit).
  • 37 « Il faut qu’il y ait dans ce signe un Noli me tangere bien singulier pour que, semblable à la tor (...)

47Mais c’est cette même alliance sacrificielle nouée par l’acceptation de la prohibition qui satisfait le chevalier aiguillonné de désir. Celui-ci réclame en effet que le rôle de la fée aimée dépasse celui que son "usage" (sexuel) annonçait. C’est en ce sens que l’on peut dire que « les partenaires de la relation ne peuvent se suffire d’être sujets du besoin (...) mais qu’ils doivent tenir lieu de cause du désir. »35 Parce qu’elle est le porte-voix de la prohibition et de l’illusion, la Belle Parleuse est un symbole particulier, une Merveille, marquée « par ce rapport au signifiant spécial » qui, comme l’affirme Lacan fort à propos pour nous, « s’appelle l’interdit. »36 Merveille parce que la violée-parleuse est le symbole souhaité de ce qui manque pour celui qui pensait la capturer. L’accomplissement satisfaisant d’un Noli me tangere radical37.

48Soit :

49Imaginaire : Proie = Trouvaille = Satisfactions humaines (du besoin)

50<...>

51Symbolique : Merveille (satisfaction du désir).

B. 2. L’alliance de sexes et d’espèces différents : le rôle culturel de l’interdit.

52Reprenons maintenant la lecture "en codes culturels". Au-delà de la fonction séparatrice du langage rappelée, on doit souligner la mission socialisante et structurante de la prohibition. Car les obligations qu’elle fixe composent une règle. Or, nous le savons, à l’étage de la norme nous sommes assurés de rencontrer des faits culturels. Le fait remarquable n’est pas que l’entrée en "culture féerique" inverse les valeurs de la "culture sociale" mais que cette opposition entre les deux régimes culturels requiert un contraste préalable, entre les deux protagonistes cette fois.

  • 38 Les Noms indistincts. Paris : Seuil, 1983, p. 10.

53L’opposition des "cultures" réclame une double distinction entre les partenaires de l’"alliance". Le fossé entre les sexes est, si l’on peut dire, malheureusement banal. Mais dans nos fictions cet écart prend une allure particulière sous l’effet d’une détermination supplémentaire, celles des espèces ou des "genres". Normalement, la reproduction de l’être humain, le maintien de la vie, impose deux requêtes : non seulement l’union de sexes contraires, mais également son effectuation par deux représentants de la même espèce. Il faut, en somme, comme le rappelle Jean-Claude Milner en une phrase qui équilibre exactement ce que nous voulons dire : « que ces deux soient tout à fait disparates (connecteur de disjonction qui est la sexuation) et congénères (connecteur de conjonction qui est l’espèce). »38 Tel n’est pas le cas dans nos fables. Elles présentent cette particularité de raconter comment des partenaires sexuels ’génériquement" différents peuvent se "connecter", pour parler comme Milner. Elles affichent par conséquent un exemple d’exogamie extrême.

54On l’aura remarqué, cette différence d’espèce et de genre n’est pas difficile à constater. L’époux merveilleux fournit des preuves qui ne laissent planer aucune ambiguïté à propos de sa capacité a défier les lois du monde empirique. Dans aucun de ces cinq textes, la Merveille ne cache au chevalier sa nature ni ses pouvoirs magiques. Après lui avoir offert le don d’obtenir tout ce qu’il souhaitera à sa guise, Mélior par exemple, déclare sans équivoque à Partonopeu qu’elle apparaîtra a ses yeux sans que quiconque ne la voie ni ne l’entende. Cependant la vérité sur son être doit rester, comme l’on dit, "indécidable".

55Résumons ces observations. La rupture initiale avec la "culture la collectivité" est scellée par le spectacle puis le viol de celle qui va incarner la culture féerique. Les avantages de cette dernière implique que leur bénéficiaire soit violemment, contre sa volonté et ses sentiments, séparé de sa merveilleuse conjointe. C’est la mission de l’interdit : tracer une séparation inexorable au sein du couple permettant le rapprochement, imparfait mais riche de valeurs, des espèces et des sexes.

56Le tableau suivant synthétise les trois temps de l’épisode. Les termes en gras sont les symboles des traits composant chacune des trois colonnes :

III. LE SENS DU MOTIF DE LA "FEE VIOLEE-VIOLENTE".

57Pour rendre compte de la fécondité de ces relations, il faut exposer leur sens, c’est-à-dire savoir à quoi "sert" le motif qu’elles organisent, quel office remplissent les jeux structuraux qui l’animent en sous-main.

58Une question identique a été posée, en d’autres termes, par Daniel Poirion : « comment les formes littéraires (...) mettent [-elles] en rapport des formes du langage avec d’autres structures » ? (1993 op. cit., p. 24). Mais de quelles structures s’agit-il ? La question rebondit. Les différents registres sémantiques sollicités par le motif combinent des équivalences entre éléments distants : disponibilité / alliance ; singularité / socialisation ; humanité / féerie ; homme / femme. Chacun de ces écarts est figuré par la tension entre les deux protagonistes donnés comme incompatibles, ou, pour reprendre l’expression de Claude Lévi-Strauss, comme « des pôles que la nature a diamétralement opposés ». Formule qui convient particulièrement à notre propos : comment mieux illustrer cette polarité primitive qu’en mettant en récit un et plusieurs (temps 1), un homme et une femme, un être de l’autre monde et un représentant du nôtre (temps 2 et 3) ?

59En jetant ainsi un pont sur le gouffre des genres et des sexes, le topos de la "fée violée-violente" vise à abolir narrativement la distance incommensurable qui sépare sociologiquement, ontologiquement et sexuellement les univers et leurs occupants. Les deux violences qu’il met en récit sont deux cruelles obligations, mais ce sont les conditions permettant à un homme (mâle) de se rapprocher imaginairement de la Merveille (féminine). Tel est le sens anthropologique de ce motif, le thème que sa « ventriloquerie » greffe dans la narration médiévale.

Notes

1 Le mot est de D. Poirion (dans "Qu’est-ce que la littérature, France 1100-1600 ?" "What is Literature France 1100-1600 ?" Edit. F. Cornilliat, U. Langer and D. Kelly, The Edward C. Amstrong Monographs on Médiéval Literature, 7 ; French Forum, 1993, pp. 11-29 ; ici, p. 25).

2 Etymologie et Généalogie. Paris : Seuil, 1989, p. 19.

3 Ibid., pp. 17-18.

4 Voir la rubrique thompsonnienne T.471 Rape dans l’Index des Motifs narratifs dans les romans arthuriens français en vers (xiie-xiiie siècles) de Anita Guérreau-Jalabert. Genève : Droz, Publ. Rom. et Fr., 202, 1992, p. 201.

5 "La demosielle esforciée dans le roman arthurien", Amour, mariage et transgressions au Moyen Age, Actes du Colloque des 24, 25, 26 et 27 mars 1983. Publiés par les soins de D. Buschinger et A. Crépin. Göppingen : Kümmerle Verlag, 1984, pp. 215-223.

6 D. Rieger, "Le motif du viol dans la littérature de la France médiévale ; entre norme courtoise et réalité courtoise". Cahiers de Civilisation Médiévale, XXXI, 1988, pp. 241-267 (ici, p. 247).

7 Ravishing Maidens. Writing rapes in Medieval French Literature and Law. Philadelphie : Univ. of Pennsylvania Press, 1990.

8 Lire également le chapitre de D. Buschinger "Le viol dans la réalité" dans "Le viol dans la littérature allemande au Moyen Age", Amour, mariage et transgression, op. cit., pp. 369-372.

9 Voir à ce propos le compte-rendu de l’ouvrage, par Arno Krispin, dans les Cahiers de Civilisation Médiévale, XXXVI, 1993, pp. 95-96.

10 L’Origine des manières de table. Paris : Plon, 1968, p. 186. Nous soulignons.

11 Lévi-Strauss, "Les leçons de la linguistique", Le Regard éloigné. Paris : Plon, 1983, pp. 191-201 (ici, p. 192).

12 Le texte anonyme - Vita Kentegemi Imperfecta - est édité par Pinkerton dans Lives of the Scottish Saints. Paisley : A. Gardner, 1889. Philippe Walter présente ces pièces dans Canicule. Essai de mythologie sur Yvain de Chrétien de Troyes (Paris : SEDES, 1988), pp. 80-83.

13 Une riche "note" de Th. Hill, "Odin, Rinda and Thaney, the mother of St Kentigern" indique d’autres occurrences du motif (Medium Aevum, LV, 1986, pp. 230-237). L’auteur s’attarde sur un épisode intéressant des Gesta Danorum où le violeur n’est autre que le vieillard Odin. Nouvel Ewen-Yvain, il se présentait en femme, médecin de profession (« arte medicam testabatur »). Ses pratiques sont curieuses : « Medicus namque (...) prius ad exercendae libidinis quam pellendae febris negotiam procurrit, adversa puellae valetudine usus, cuius inimicam sibi incolumitatem expertus fuerat. » Ed. Olrik et Raeder. Copenhague : Inst. Carlsberg, III, IV, 5-8.

14 Pour illustrer le motif « F.304.4 : Mortal violates fairy woman. » Op. cit., p. 65.

15 Copenhague : Centraltrykkeriet, vol. III, p. 59.

16 "The traditional background of Partonopeus de Blois", Publications of the Modem Language Association, vol. LXI, 1946, pp. 916-946 (ici, p. 931).

17 Les Fées au Moyen Age. Paris : Champion, 1984, p. 269.

18 Voir les vers 8760-8800 dans l’édition Les Troubadours de R. Lavaud et R. Nelli. Paris-Bruges : Desclée de Brouwer, 1960.

19 Nous remercions Richard Trachsler pour ce renseignement et la transcription qui suit. Dans sa présentation de ce « manuscrit volumineux du xive siècle (...), somme des romans arthuriens en prose », C. E. Pickford évoque à demi mots l’épisode du viol et le fruit qui en naîtra : « Arthur le Petit, fils du roi Arthur et d’une demoiselle dont il était soudainement épris auprès d’une fontaine, fut armé chevalier par Tristan. Il sera tué par Blioberis. » L’Évolution du roman arthurien en prose vers la fin du Moyen Age d’après le manuscrit 112 du fonds français de la Bibliothèque Nationale. Paris : Nizet, 1960, p. 316.

20 The Elucidation. A Prologue to the Conte del Graal. Publications of the Institute of French Studies, éd. A. W. Thompson. New-York, 1931.

21 Lais féeriques des xiie et xiiie siècles, présentation, traduction et notes par Alexandre Micha. Paris : GF-Flammarion, 1992.

22 Ed. J. Gildea. Villanova University Press, 1967.

23 De Nugis curialium dans Anecdota Oxoniensia, Medieval and Modem Series, XIV, éd. M. R. James. Oxford, 1914. Episode traduit par Marylène Pérez (Edric le sauvage) dans Contes des Courtisans. Centre d’Études Médiévales de Lille, 1982, pp. 99-102.

24 "A washer at the ford", Aberystwyth Studies, vol. IV, pp. 105-109.

25 Comme le rappelle H. Newstead à propos de ce récit gallois : « this fay is Modron, for according to a Welsh triad Modron was the mother of Owein and Morfydd by Urien. » (art. cit., p. 942). C’est bien ce qu’affirme le roman gallois Owein : « L’empereur Arthur était assis un jour dans sa chambre, en compagnie d’Owein fils d’Urien. » (Les quatre branches du Mabinogi, trad. P.-Y. Lambert. Paris : Gallimard, L’Aube des peuples, 1993, p. 212). On a vu que, dans la légende écossaise, le fils ne vaut pas mieux que le père.

26 Dans "Graelent and Lanval and the story of Wayland", Publications of the Modern Language Association, XV, 1900, pp. 121-179.

27 Modem Philology, vol. XII, 1915, pp. 585-645.

28 Les Lais anonymes des xiie et xiiie siècles. Edition critique de quelques lais bretons. Genève : Droz, 1976, p. 30.

29 Paris : Plon, 1962, p. 24.

30 Lévi-Strauss précise clairement ce point dans La Potière Jalouse. Par exemple : « l’appréhension primitive d’une structure globale de signification est un acte de l’entendement. » (Paris : Plon, 1986, p. 25).

31 "Littérature et pensée symbolique au Moyen Age (peut-on échapper au « symbolisme médiéval » ?)", Écriture et modes de pensée au Moyen Age viiie-xve siècles. Études rassemblées par Dominique Boutet et Laurence Harf-Lancner. Paris : Presses de l’École Normale Supérieure, 1993, pp. 27-45.

32 Lévi-Strauss, "De la possibilité mythique à l’existence sociale". Le Regard éloigné. Paris : Plon, 1983, p. 221.

33 Pour une interprétation jungienne d’un corpus proche mais différent du nôtre, lire le chapitre "Guingamor, Graelent et Lanval : l’Anima, guide et médiatrice vers l’Autre Monde" du livre de Jean-Claude Aubailly La Fée et le Chevalier. Essai de mythanalyse de quelques lais féeriques des xiie et xiiie siècles. Paris : Champion / Essais, 1986, pp. 71-100. L’auteur note simplement à propos du forfait de Graelent : « il la [l’Anima] viole, réalisant ainsi le désir incestueux révélé par la séduction de la reine. Or ce faisant, Graelent ne dépasse pas le stade de l’identification. » p. 86.

34 Le Séminaire, Livre XI. Paris : Seuil, 1973, p. 56.

35 "La signification du phallus", Ecrits II. Paris : Points-Seuil, 1971, p. 110.

36 Le Désir et ses interprétations, 1985, p. 19 (texte inédit).

37 « Il faut qu’il y ait dans ce signe un Noli me tangere bien singulier pour que, semblable à la torpille de Socrate, sa possession engourdisse son homme au point de le faire tomber dans ce qui chez lui se trahit sans équivoque comme inaction. » Lacan, "Le séminaire sur la Lettre volée", Ecrits I. Paris : Points-Seuil, 1966, p. 42.

38 Les Noms indistincts. Paris : Seuil, 1983, p. 10.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3181/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

Auteur

I.U.F.M. de Versailles

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540