Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence dans le monde médiéval

Les blessures et leur traitement dans les Romans en Vers (xiie-xiiie siècles)

Geneviève Sodigné-Costes

Texte intégral

1Dans des textes où il est largement question de combats, de tournois, de batailles, on ne sera guère surpris de rencontrer de multiples allusions au corps blessé : le héros chevaleresque, même dans son surdimensionnement romanesque, est un être meurtri ; bien plus, la blessure participe de sa dimension, à la fois humaine et héroïque, comme de sa polarité : le bon n'est pas blessé comme le méchant, le vainqueur comme le vaincu, le valeureux comme le traître ou le couard.

  • 1 La thèse de Biologie anthopologique de Raoul Perrot qui a étudié les blessures à partir d'ossement (...)

2On voit donc que la blessure, considérée en elle-même, occupe dans nos textes une place-pivot : en effet, elle participe pleinement de l'économie du récit, à la fois signe, symbole, embrayeur, et, de plus, elle rend nécessairement compte d'une part de réalité. Le corps du chevalier meurtri est un corps humain, décrit, derrière le voile de l'invention littéraire, en fonction des connaissances anatomiques et médicales de l'époque. Traiter de la blessure dans un texte romanesque du Moyen Age impose donc, dans une totalité d'investigation, un regard à la fois historique, médical et anthropologique1.

  • 2 Les textes utilisés sont tout d'abord les Romans de Chrétien de Troyes : Le conte du Graal (Percev (...)

3Mon propos, plus modestement, sera de tenter de mettre en évidence, dans les romans en vers, et principalement dans ceux de Chrétien de Troyes2, la part de réel derrière ces violences imposées aux corps « romanesques ». Donc, dans un cadre qui concerne évidemment les realia, je proposerai une lecture verticale de ces dernières, ne m'intéressant que très peu à leur rôle strictement littéraire : il sera surtout question d'examiner en quoi le traitement de ces blessures, qui souvent relève du merveilleux, possède un ancrage dans la réalité.

4La représentation des combats dans les romans est soit un reflet idéalisé de fa vie courtoise, soit plus simplement une description, quelque peu imagée certes, des événements de la vie d'une classe de la société médiévale, celle des milites. Quel que soit le point de vue, même lorsque le texte est profondément immerge dans le merveilleux, l'apparition de blessures, témoignage de la violence des engagements, ne saurait s'écarter de trop d'une réalité qui, de toute manière, reste attachée, dans l'esprit du lecteur ou de l'auditeur, à la personne physique du héros. Même si ce dernier est doté de capacités peu communes, il est souvent blessé ; et l'ampleur de ses meurtrissures, en rapport avec sa stature héroïque, dépasse souvent la simple normalité. Ne faut-il pas, en particulier, mettre en relief la résistance du héros chevaleresque et toutes ses vertus de guerrier ? De plus, la blessure intervient aussi, dans une dimension plus humaine, pour lui conserver une sorte de fragilité physique qui mettra en valeur sa force morale. Selon ces deux directions, on aboutit a un « constat d'humanité », la surdimension étant finalement un effet de loupe : à la racine, il est donc question de la vraie blessure. Lorsque d'ailleurs la blessure intervient à un autre niveau, participant uniquement du symbole, elle n'est pas décrite : pensons à celle du roi pêcheur du Roman de Perceval.

5L'ambiguïté de ce dernier exemple montre qu'avant de traiter des violences imposées au corps, il s'agit de s'entendre sur les termes : « blessure » en effet peut recouvrir un réseau signifiant assez large. Pour mon propos, je considérerai une acception assez générale du terme ; par le mot « blessure », on comptera ainsi toutes les atteintes au corps : des coups donnant lieu à des meurtrissures, des luxations d'articulation ou des fractures d'os, aussi bien que des plaies provoquant des hémorragies.

6Que la blessure soit humaine, au moins au départ, c'est, nous l'avons dit, une évidence : mais ce n'est pas pour autant que son traitement textuel réponde à une linéarité monotone. En premier lieu, il convient de distinguer deux modalités : d'une part les blessures du héros qui ne sont en général jamais mortelles, et donc curables - souvent avec la rapidité foudroyante qu'impose le temps du récit - ; et d'autre part les blessures infligées aux ennemis donnant lieu, la plupart du temps, à des dommages physiques irréversibles.

7Ces atteintes corporelles multiples sont dans nos romans liées à la vie du héros : elles apparaissent largement dans le cadre des combats, mais aussi dans les aléas de l'aventure chevaleresque, comme par exemple les plaies de Lancelot après le passage du Pont de l'Épée ou bien les coupures de ses mains lorsqu'il rejoint Guenièvre dans sa chambre dans le Chevalier de la charette.

8Considérons tout d'abord le cadre du combat, cadre violent par excellence. Un combat-type entre deux chevaliers se déroule suivant un schéma codifié ; d'abord un affrontement à la lance, puis, lorsque les combattants sont désarçonnés et jetés à terre, un combat à l'épée. Les armes moins nobles, javelot, épieux, massues, haches sont utilisées par des combattants n'appartenant pas au monde de la chevalerie, ou n'y appartenant pas encore, comme c'est le cas du jeune Perceval et de ses javelots au début du Conte du graal.

9Si ces différentes armes donnent des blessures différentes, leur description dans les textes est souvent succinte : ce qui importe surtout est la violence qui aboutira à la blessure, comme l'effet dévastateur de celle-ci. Le résultat des combats prend d'ailleurs quelquefois des dimensions épiques, comme par exemple dans Gui de warewic où les combattants « Decolpent poinz e braz et pez ; /Par la place gisent detrenchez. » (vv. 2197-98).

10En dépit de la relative concision des descriptions, il paraît significatif de prendre en compte les différentes phases du combat et les armes multiples qui interviennent : ici encore, nos auteurs, sensibles à une réalité sous-jacente, ont souvent considéré qu'à chaque arme correspondait une lésion particulière.

  • 3 « s'ancontre un chevalier venant
    et joste a lui, sel fiert si fort
    par mi l'uel que il l'abat mort.  (...)
  • 4 (op. cit. p. 176)

11La lance, si elle pénètre dans l'oeil, provoque une issue fatale3. Chez Chrétien de Troyes, c'est une façon rapide de se débarasser des adversaires bien que dans la réalité, cette blessure soit peu courante, comme l'a montré l'étude de P.A. Sigal4.

12La lance peut faire des dégats importants si elle arrive à briser l'écu, à rompre l'armure, et à pénétrer dans le corps. Perceval blesse ainsi Anguinsueron : « et fu par mi le cors navrez,/si que li braz et li costez/le santi dolereusement. » (vv. 2217-19.). Dans le Bel inconnu, Renaut décrit plus la façon dont le coup est porté que la blessure elle-même : « Li Biaus Descounetis ne faut ; /Desous le boucle le fiert haut,/L'ecu perça, l'auberc desront,/Le fer trençant li mist parfont ; » (vv. 441-44). Le combat entre Gui de Warewic et Esclandart le sarrazin est plus réaliste, et le résultat sanglant, car l'infidèle s'enfuit un tronçon de lance en travers du corps :

« Gui le refiert par grant air,
Escu ne halberc nel put garir ;
Ainz le fiert par grant esforz
De sa lance par mi le cors...
Esclandart s en va fuiant,
Envers l'ost formant brochant ;
Par mi le cors ad un trunçun,
Des mains se tient a l'arçun,
E par detrés e par devant,
Le sanc del cors li vait raiant. »
(vv. 3137-40 et 3158-64).

13Ces puissants coups de lance ont aussi pour but de faire choir les cavaliers : c'est alors que se produisent les traumatismes dus aux chutes de cheval. Keu est abattu à terre par Perceval, il tombe sur une roche, se déboite l'épaule et se fracture le bras droit. Le vocabulaire est précis, la clavicule est appelée par son nom technique (la chanole), la fracture du bras est localisée a l'humérus (entre le coude et l'esselle), et probablement esquilleuse (« corn une sesche esteie ») :

« Et Percevax pas ne s'an faint,
par desor la bocle l'ataint,
si l'abati sor une roche,
que la chanole li esloche,
et antre le code et l'essele,
ausi com une sesche estele,
l'os del braz destre li brisa.... »
(vv.4283-89)

  • 5 « Del bon ceval le fist caïr.
    Si durement jus le porta
    Que le braç destre li brissa. »
    Le Bel inconnu(...)
  • 6 « Cil feri lui par tel angousce
    Que l'abat, lui et son ceval.
    Kex caï el pendant d'un val,
    Qui moult (...)

14Le motif de la fracture du bras lors de la chute de cheval se trouve encore dans le Bel inconnu5, dans l'Aire perilleux6.

15Les blessures dues aux coups d'epée sont sanglantes, les pertes de sang affaiblissent les combattants et cela suffit quelquefois pour arrêter les combats ; ainsi un adversaire de Gauvain, dans Perceval, est déjà tellement fatigué qu'il préfère se rendre.

« Sire, ne sai que vos celasse,
fet cil qui mout fu esmaiez,
je sui si durement plaiez
que de pis faire n'ai mestier ;
del sanc ai perdu un setier,
si me met en vostre merci. »
(vv. 7188-93)

16Le sang qui coule, « le sanc raiant », est explicitement la métaphore de la blessure et de la mort, par exemple dans Erec et Enide la mort d'un adversaire est décrite ainsi :

«...toz tranche les os et les ners
que d'autre part en saut li fers.
Li sans vermauz toz chauz en raie
d'anbedeus parz par mi la plaie ;
l'ame s'an va, li cuers li faut. »
(vv. 3021-3025)

17Et le héros lui-même, dont les plaies se sont rouvertes a un grand moment de faiblesse, manque mourir :

«...car toz ses cors an sanc baignoit
et li cuers faillant li aloit.
A un tertre qu'il avaloit
cheï toz a un fes a val
jusque sor le col del cheval ;
si com il relever cuida,
la sele et les arçons vuida,
et chiet pasmez con s'il fust morz. »
(vv. 4562-69)

18Le sang coule aussi énormément quand les épées tranchent les membres ; les bras sont généralement coupés au ras de l'épaule comme dans Erec et Enide : « L'espaule del bu li dessoivre » (v. 3054), dans Le chevalier de la charrete : « et cil de la hache l'ancontre/ la ou l'espaule au col se joint, si que l'un de l'autre desjoint. » (vv. 1164-66). Les poings qui tiennent l'épée sont sectionnés ; c'est la façon dont, dans L'atre périlleux, les méchants sont souvent défaits : «...Si qu'il li a caupé le poig, /Et qu'il vola el camp bien loig/De l'espee que il tenoit. » (vv. 4789-91).

19Les jambes coupées sont plus rares dans les textes ; dans Cligés, le membre tranché donne lieu a une métaphore botanique : « Sel fiert si qu'il li a colpee/ La janbe desor le genoil/ Ausi corn un raim de fenoil. » (vv. 6398-6400).

20Le catalogue des blessures va de la tête aux membres inférieurs, avec prédominance pour la partie supérieure du corps comme l'a souligne P.A. Sigal, mais il arrive que les coups d'épée dans les flancs percent les intestins (Le chevalier au lion, v. 4525) ou les fassent répandre sur le sol (Erec et Enide v. 4444).

21Dans Gui de Warewic, l'auteur donne des localisations anatomiques particulières et originales dans la série de romans examinés : « Le quor li trenche et le pulmun/Mort l'abati enz le sablun » (vv. 1333-4), « Le pulmun départi del feie/Mort l'abati loinz en la veie » (vv. 4889-90).

22Il arrive parfois, en dépit de ce que nous avons noté le plus fréquemment, que la violence atteigne un point sans implantation dans le réel, comme c'est le cas dans L'atre périlleux : les yeux crevés d'un pauvre valet, le corps du chevalier coupé en morceaux ne sont pas dans la tradition des blessures faites aux personnages positifs, leur outrance sera réparée dans la conclusion du récit par une guerison faite par le chevalier fae elle aussi hors du réel ; c'est donc une séquence à part dans la suite de ces romans qui demanderait un commentaire sur les guérisons magiques que nous n'aborderons pas ici.

  • 7 « De ce gueres de s'esmaioit,
    s'es mains et es piez se plaioit ;
    ...A la grant dolor c'on li fist
    s'a (...)

23Venons-en à présent aux blessures « hors combat ». Dans le Chevalier de la charrete, les plaies de Lancelot qui ne sont pas faites en combattant se localisent sur les pieds, les genoux et les mains lorsqu'il passe le Pont de l'Epée « as mains nues et deschauz ». Chrétien insiste sur ces localisations inhabituelles pour un chevalier (vv. 3310-12, 3323-24, 3446-49)7 qui empêchent même Lancelot de combattre :

« La bataille tot or androit
eüst faite volantiers
si n'a il mains ne piez antiers,
einz les a fanduz et plaiez. » (vv. 3446-49)

24Enfin, lorsqu'il va retrouver Guenièvre dans sa chambre, les plaies de ses mains doivent être profondes et saigner abondamment pour les besoins de la poursuite du récit. Il se coupe donc profondément les phalanges jusqu'au tendon, encore une blessure atypique pour un chevalier mais décrite ici encore de façon réaliste.

« Mes si estoit tranchanz li fers
que del doi mame jusqu'à ners
la première once s'an creva,
et de l'autre doi se trancha
la premeraine jointe tote ;
et del sanc qui jus en degote ;
ne des plaies nule ne sant
cil qui a autre chose antant. »
(vv. 4639-46)

  • 8 « Le sanc jus de ses plaies tert
    a sa chemise tot entor ; »
    (vv. 3136-37)
    « Et vos estes formant plai (...)
  • 9 « Et li sanc tuit chaut et boillant
    par mainz leus fors des cors lor bolent,
    qui par desoz les haube (...)

25Le sang, toujours présent dans ces romans, symbole de vie, symbole de vigueur, révélateur de l'adultère, est la première chose que l'on voit et qui révèle la blessure ; le sang tache la chemise (Chevalier de la charrete vv. 3136-37 ; 3350-51)8, coule sous le haubert (Le chevalier au lion, vv. 6202-202, Gui de Warewic, vv. 1356-7)9. C'est aussi la perte de sang qui appelle, en urgence, les premiers soins. On voit Lancelot après le passage du Pont de l'Epée qui « étanche ses plaies, et le sanc en oste » (vv. 3312-13).

26Si le héros en quête est blessé, il s'agit de le guérir, souvent rapidement, miraculeusement même. De la connaissance anatomique, on passe à la pratique médicale et thérapeutique.

  • 10 L. Harf-Lancner, Les fées au Moyen Age, Paris, 1984 ; C. Foulon, La fée Morgue chez Chrétien de Tr (...)
  • 11 « j'ai deus serors gentes et gaies
    qui molt sevent de garir plaies. »
    (vv. 5071-72)
  • 12 « et de lui garir s'antremetent
    deus puceles qui molt savoient
    de mecines, et si estoient
    filles au s (...)
  • 13 « li envoie un mire moult sage
    et.iii. puceles de s'escole... »
    (vv.4316-17)

27Pour guérir de ses blessures, le héros doit être soigné par un tiers, pucelle ou Tée, ermite, « mire ». Le motif de la pucelle ou de la fée guérisseuse a été développé dans de nombreuses études, surtout lorsqu'il s'agit de la fée Morgue10. Ces jeunes filles apparaissent dans Erec et Enide, où les soeurs de Guivrez soignent le héros11, dans Le chevalier au lion où là encore deux demoiselles entreprennent de guérir Yvain et son lion12. On trouve dans Perceval trois jeunes filles accompagnant un médecin pour remettre la fracture de Keu13. Cependant, ces femmes ne sont pas, loin de là, les seules à soigner et à guérir les blessures, le médecin est de toute façon l'autorité et le dernier recours en cas de blessure grave. Le roi Arthur, les riches seigneurs chez qui se réfugient les chevaliers blessés, s'empressent d'appeler les meilleurs médecins du pays ou du lointain. Le texte ne manque pas de faire l'éloge du médecin ; dans Le chevalier de la charrete, le médecin appelé par le roi Bademagu pour soigner Lancelot est bon chrétien, loyal et « de plaies garir savoit/ plus que tuit cil de Montpellier. » (vv. 3484-85). Dans Le chevalier au lion on a également un exemple de ce motif du bon médecin, qui est ici qualifié non pas de « mire », mot habituel dans ces romans, mais de « fisicien » peut être pour marquer sa renommée :

« En anfermerie ou an mue
les an covient andeus mener,
car a lor plaies resener
on mestier de mire et d'antret.
Devant lui mener les an fet
li rois, qui molt chiers les avoit.
Un fisicien qui savoit
de mirgie plus que nus hom
fist mander rois Artus adom. »
(vv. 6488-6496)

28Gui de Warewic promet « cent besanz d'or » aux médecins, « les meillurs de la cité », pour guérir Terri. Il faut dire que la tâche est difficile puisque le chevalier est mourant. Cet ancrage dans le réel se retrouve aussi dans la figure du moine médecin dans Gui de Warewic (vv. 1502-1508). Dans ce contexte de médecin très habile et tout puissant, Gauvain est investi dans Perceval de toutes les caractéristiques du bon médecin : « Et mes sires Gauvains savoit/plus que nus hom de garir plaies... » (vv. 6666-67), il connaît les herbes, il sait examiner le malade et ses plaies, il sait appliquer les emplâtres.

  • 14 B. D. Haage, « Chirurgie nach Abu L-Qasim in Parzival Wolframs von Eschenbach. » Clio Medica, Amst (...)

29Le statut de guérisseur revêtu par Gauvain sera développé plus tard dans le Parzival de Wolfram von Eschenbach, où Gawan soigne une hémorragie intrathoracique provoquée par un coup de lance à l'aide d'une canule de fortune. Le roman allemand ne fait évidemment pas partie du corpus que j'ai retenu, mais cet épisode a été relevé par des historiens de la médecine et a inspiré des études sur les sources savantes des textes littéraires, (ici le chirurgien cordouan Albucasis), qui rejoignent mes préoccupations14.

  • 15 Voir P. Meister, op. cit, pp. 85-112 ; B. Haage, op. cit. bibliographie.

30Cet épisode, dans son déroulement réaliste, contient une signification symbolique étudiée en particulier par les critiques allemands15 : je dirai simplement qu'il renforce la représentation du héros qui possède les vertus du guerrier et les qualités liées au savoir, homme idéal et complet, à la fois clerc et chevalier.

31Le rôle du médecin consiste tout d'abord en l'examen du blessé pour connaître la gravité de son état : en effet, il arrive souvent que le chevalier évanoui par la perte de sang ou la douleur semble mort. L'examen du malade consiste a tâter le pouls, à palper le corps, à examiner la plaie pour déterminer le pronostic. Gauvain se comporte en parfait médecin dans son examen :

« Et mes sire Gauvains descent
si trueve qu'il avoit mout roide
le pos et n’avoit pas trop froide
ne la boche ne la messelle
et dist : « Cil chevaliers, pucele,
est vis, tote en soiez certainne,
qu'il a boen pos et boene alainne.
Et se il n'a plaie mortel... »
Perceval, (vv. 6678-86)

  • 16 « Tastez unt le pus e les veines,
    Trovees les unt totes seines,
    La plaie gardent, qu'il ad el cors,
    B (...)
  • 17 « Un moine, qui d'erbes saveit,
    Sa grant plaie ad regardée
    Dunt il esteit el cors naffree ;
    Par la pl (...)

32Dans Gui de Warewic, la description de la consultation est tout à fait conforme à ce schéma16 et, dans le même roman, le moine examine la plaie avant de porter le diagnostic et de commencer les soins17.

  • 18 « puis fet aporter un antret
    que Morgue sa suer avoit fet.
    Li antrez en de tel vertu,
    que Morganz ot (...)

33Le traitement proprement dit est toujours le même : les plaies sont lavées, on applique un onguent ou une herbe et l'on bande les plaies sur le remède. Cet onguent souverain porte le nom générique d'« entret ». Il a, à première vue, une vertu universelle mais, après une lecture attentive, il ne suffit pas à lui tout seul. En effet même avec l'entret fabriqué par Morgue, qui a une vertu magique exceptionnelle, on lave et bande les plaies18. Après un combat, Enide assure les premiers soins sur les plaies d'Erec toutes fraîches : « Son seignor desarme et desvest ;/ si li a ses plaies lavees/ressuiees et rebandees. » (vv. 5092-94). Les soeurs de Guivrez, dans ce même roman, poursuivront les soins avec méthode (vv. 5158-63).

  • 19 «...que par amor et par franchise
    chascuns, des panz de sa chemise,
    trancha bandes longues et lees,
    s (...)
  • 20 « Més une guinple délïe
    por bien lïer i convandroit. »
    - Je vos baillerai orandroit,
    fet cele cui il (...)

34Les soins des plaies, sur le champ de bataille, se résument en un bandage rapide pour vraisemblablement etancher les hémorragies : Erec et Guivret, après leur dur combat, déchirent leur chemise pour bander mutuellement leurs plaies19, on voit des demoiselles couper leur « guimple » pour en faire des pansements (Perceval, vv. 6948-6959)20.

  • 21 « ge li aport une herbe tel
    qui mout, ce cuit, li aidera
    et ses dolors li ostera
    de ses plaies une pa (...)

35Le médicament cicatrisant est donc un onguent dont la composition n'est pas mentionnée ou qui est désigné par un nom comme « l'oignemant as trois Maries » (Le chevalier de la charrete, v. 3358) qui renvoit aux femmes guérisseuses, mais surtout au baume que les Saintes Femmes ont utilisé pour embaumer le Christ et par conséquent du côté du miracle chrétien plus que vers la magie. Il peut être aussi une herbe dont le nom n'est pas indiqué et qui n'est décrite que par ses vertus, comme dans le Perceva21 La plante peut être simplement nommée : ainsi dans L'atre périlleux où la plante est appelée « toscane » et où elle est qualifiée de « grant valeur » (vv. 6328-29). Le pouvoir de ces médecines se révèle a contrario par l'action nocive du mauvais onguent, comme celui administré à Lancelot par les mauvais médecins de Melïaganz qui manque de tuer le héros et qui annule toute la vertu de la bonne médecine (Le chevalier de la charrete, vv. 4028-47).

  • 22 Voir, par exemple, dans Le chevalier à la charrete, le dialogue entre Bademagu et Lancelot qui veu (...)
  • 23 « Mes la chalors qu'il ot le jor,
    et les armes tant li greverent
    que ses plaies li escreverent
    et tot (...)

36Ces traitements journaliers demandent dans ces romans environ quinze jours pour produire leur effet ; bien entendu le héros ne demeurera pas aussi longtemps inactif et, dans la plupart des cas, partira pour de nouvelles aventures aussitôt soigné et reposé. Cette scène permettant de mettre en évidence le courage, le mépris de la douleur et la force de caractère du chevalier22 ; et pour ajouter une nouvelle touche de réalisme, le héros, par exemple Erec, qui a refusé les soins, voit ses plaies se rouvrir23 et ne passe pas loin de la mort (« car toz ses cors en sanc baignoit/et li cuers faillant lui alloit. » vv. 4562-3).

  • 24 « Amis, fet il, or an tastez
    un petit de ces pastez froiz
    Vin a eve meslé bevroiz ;
    j'en ai de boen s (...)

37Pour accompagner le traitement local des plaies il faut encore un régime. Nous avons encore dans Erec et Enide la description des nourritures à donner à Erec blessé. Il ne doit pas boire de vin pur mais il doit bien manger, il doit se reposer, puis au bout de quinze jours où ses gardes malades le faisaient manger et boire plusieurs fois par jour tout en évitant l'ail et le poivre, elle le firent baigner pour qu'il reprenne sa couleur24.

38Le traitement des plaies intègre, surtout dans les romans de Chrétien de Troyes un tel réalisme qui semble un reflet de la vie pratique qu'il est intéressant de comparer ces soins qui nous paraissent à la fois très simples et stéréotypés à la littérature médicale contemporaine. Raoul Perrot a étudié des textes médicaux antiques et médiévaux sur le traitement des blessures. Il a retenu parmi les auteurs ayant écrit des traités de chirurgie : chez les gréco-latins, Hippocrate et Celse, parmi les auteurs médiévaux, le byzantin Paul d'Egine au viie siècle, l'arabe Albucasis et Constantin l'Africain aux xe-xie siècles, aux xiie-xiiie siècles Roger de Parme et Guillaume de Salicet, Henri de Mondeville et Gui de Chauliac, chirurgiens de la fin du xiiie siècle et du xive siècle ; ces deux derniers, tout en étant chronologiquement postérieurs aux textes étudiés, sont néanmoins redevables du savoir de leurs prédécesseurs.

39Dans les traités de chirurgie, les blessures des différentes parties du corps sont soigneusement décrites, les chirurgiens insistent sur la façon de réduire les fractures et luxations des os et des articulations, mais ils décrivent aussi les plaies dues aux armes tranchantes. On ne trouve évidemment pas dans les textes littéraires autant de détails, chaque partie du corps et chaque type de lésions demandant un traitement particulier dans les ouvrages savants.

40Prenons l'exemple de la blessure de Keu dans Perceval. Il a une luxation de la clavicule et une fracture de l'humérus ; le traitement tient en cinq vers :

«...li anvoie un mire mout sage
Et.iii. puceles de s'escole
qui li raloient la chenole
et si li ont le braz lié
et resoudé l'os esmïé ; »
(vv. 4316-320)

  • 25 Pantegni, Practica IX, Cap. 107-108, Lyon 1515, fol. 125v ; (Traduction française in Raoul Perrot (...)
  • 26 Guillaume de Salicet, Chirurgie, Livre III, Chap. VIII, (in Raoul Perrot op. cit. p. 798-801)

41Chrétien, dans cette description succinte, mentionne cependant que le médecin a besoin d'assistants (ici des assistantes) pour traiter les atteintes des os, cela en conformité avec la littérature médicale. S'il ne décrit pas la façon de réduire la luxation, il note qu'il faut lier le bras, c'est à dire le bander. Le vers « et resoudé l'os esmïe » peut être compris, soit comme le résultat du traitement, soit comme une manipulation qui consiste a mettre les deux fragments de l'os bout a bout avant de bander le bras. Constantin l'Africain25, dans son chapitre consacré au traitement des fractures du bras dit qu'il faut « tirer la partie supérieure du bras vers le haut et la partie inférieure vers le bas afin que les deux parties fracturées soient au contact et puissent être réunies et redressée » ; ensuite il fait un ligature avec une bande imprégnée de médicament consolidatif. Guillaume de Salicet26 explique qu'il faut un assistant pour tenir le coude, le deuxième tenant fermement la poitrine, alors le chirurgien « égalise » la partie blessée le mieux qu'il peut avant de mettre des atelles et maintenir avec des bandes enduites de blanc d'oeuf. On a ainsi dans le texte de Chrétien un écho des manipulations médicales, même si les détails précis et importants, comme par exemple la pose d'atelles, ne sont pas mentionnés.

42Si nous examinonss maintenant les plaies dans ces romans par rapport à la littérature médicale nous remarquons d'abord que l'on ne parle pas des blessures dues aux flèches dont le traitement est très développé dans les écrits des médecins. Mais il ne faut pas s'en étonner si l'on considère le mode de combat en corps à corps de ces romans qui est le seul à mériter le titre de chevaleresque.

43Le traitement général, je l'ai déjà dit, consiste à étancher l'hémorragie et en l'application d'« entret », ce mot recouvrant tout ce que l'on met sur la peau (onguent, emplâtre) ; les « herbes » sont mentionnées à part, eu égard à leur vertu particulière, mais elles sont aussi appliquées sur la peau sous le bandage.

  • 27 Voir Raoul Perrot, op. cit. p. 416-417.
  • 28 Op. cit. pp. 187-209.
  • 29 Constantin l'Africain, Practica IV, Cap. 31, Ed. Lyon 1515, fol. 95v.

44Les médecin de l'Antiquité et du Moyen Age se préoccupent d'arrêter les hémorragies, pour cela ils emploient des compressions de vaisseaux, des hémostatiques, des cautérisations27. Quand le délabrement des chairs ou quand la plaie est très étendue, les chirurgiens n'hésitent pas à faire des sutures ; les diverses techniques de suture sont décrites avec minutie dans les textes savants de mêmes que les complications purulentes des plaies. Les textes littéraires étudiés ici évacuent les détails techniques peut-être parce que le corps du héros est malgré ses blessures encore idéalisé et ne doit pas être décrit dans ses réalités anatomiques crues. Il n'en n'est pas moins vrai que les traitements trouvés dans les romans correspondent à des soins réels. Les onguents cicatrisants sont légions dans les textes savants et sont la seule thérapeutique médicale une fois que la plaie a été traitée chirurgicalement par nettoyage des bords et suture. En effet, d'après R. Perrot, la matière médicale utilisée, végétale dans sa plus grande partie, est pratiquement toujours employée en topiques cutanés28, sous forme de vulnéraires ou de résolutifs. Prenons l'exemple de Constantin l'Africain : dans le livre IV de la Practica, au chapitre intitulé De vulneribus planis et concavis29, il donne des recettes d'onguents différents suivant les types de plaies, soit des plaies planes où le topique est simplement cicatrisant, soit des plaies creusées ou humides (concava aut humida et sordida) c'est-à-dire des plaies suppurées, pour lesquelles le topique sera desséchant et corrosif des chairs mortes.

  • 30 Raoul Perrot, (op. cit.) donne les indications diététiques de Celse, (p. 573), de Guillaume de Sal (...)

45Le traitement externe est complété par des traitements annexes qui consistent en saignées et en régimes divers. La privation de nourriture est souvent recommandée les premiers jours, ou bien au contraire si le blessé est très affaibli un alimentation carnée riche est recommandée ; le vin est la plupart du temps déconseillé sauf évidemment si le malade est exsangue, on connaît bien la correspondance entre le vin et le sang30.

46C'est encore dans les romans de Chrétien que le traitement des plaies est le plus détaillé et correspond le mieux à la réalité. Ainsi dans Erec et Enide, l'auteur décrit les soins que portent les soeurs de Guivrez à Erec :

« Premiers, la morte char osterent,
puis mistrent sus antrait et tante ;
a lui guarir ont grant antante ;
et celes, qui moult an savoient,
sovant ses plaies li lavoient
et remetoient l'antrait sus.
Chascun jor catre foiz ou plus
le fesoient mangier et boivre,
sel gardoient d'ail et de poivre ; »
(vv. 5158-66)

47Les gestes et le déroulement des opérations étant calqués sur ceux des médecins, ces vers incitent à poser la question de savoir si les textes savants ont inspiré l'auteur ou s'il a simplement copié la réalité quotidienne auquelle la classe noble était confrontée lors des tournois et des combats.

48La description des combats dans les romans en vers des xiie et xiiie siècles est présente et largement développée, elle n'est cependant que partielle et doit, pour donner un tableau précis, être complétée par les diverses sources historiques et anthropologiques relatives à cette époque. Elle se fonde sur une réalité qui donne un reflet des traumatismes, des blessures et des soins y afférant, mais elle reste dans un stéréotype qui idéalise le corps en éliminant tout ce qui est trop « médical », dans le sens matériel du terme. Les blessures du héros en situation de combat réel ne sont ni fétides ni purulentes, et sont destinées à guérir rapidement. Les combats chevaleresques sont codifiés et ne donnent pas une image des combats réels qui utilisent des armes plus nombreuses et diverses et qui, par conséquent, provoquent des blessures et des traumatismes plus variés dont rendent compte la littérature médicale et les récits historiques. Cependant, de façon ponctuelle, on trouve dans ces romans des remarques et des séquences qui montrent que les auteurs ont la connaissance de thérapeutique réelle, sans que l'on puisse se prononcer clairement sur l'imbrication entre la réalite quotidienne et la connaissance de sources savantes utilisées dans un texte littéraire.

Notes

1 La thèse de Biologie anthopologique de Raoul Perrot qui a étudié les blessures à partir d'ossements archéologiques et de textes médicaux de l'Antiquité et du Moyen Age, ainsi que la communication toute récente de P.A. Sigal sur les blessures du combattant aux xiie et xiiie siècles nous ont été d'une grande utilité dans ce travail. Raoul Perrot, Les blessures et leur traitement au Moyen-Age d'après les textes médicaux anciens et les vestiges osseux (Grande région lyonnaise), thèse de doctorat d'Etat en biologie, Lyon I, 1982, n° 24. Pierre-André Sigal, Les coups et blessures reçus par le combattant à cheval en occident aux xiie et xiiie siècles, XVIIIe Congrès de la Société des historiens Médiévistes de l'Enseignement Supérieur public, Saint Herblain, 1991. Voir aussi Ph. Contamine, La guerre au Moyen Age, 3e éd. revue et augmentée, Paris, PUF, 1993.

2 Les textes utilisés sont tout d'abord les Romans de Chrétien de Troyes : Le conte du Graal (Perceval), éd. F. Lecoy, Paris, 1975 ; Cligés, éd. A. Micha, Paris, 1965 ; Le chevalier de la charrette, éd. M. Roques, Paris, 1981 ; Erec et Enide, éd. M. Roques, Paris, 1981 ; Le chevalier au lion, éd. M. Roques, Paris 1982. Le bel inconnu de Renaut de Beaujeu, éd. G. P. Williams, Paris, 1968. Gui de Warewic, éd. A. Ewert, Paris, 1933. L'atre périlleux, éd. B. Woledge, Paris, 1936.

3 « s'ancontre un chevalier venant
et joste a lui, sel fiert si fort
par mi l'uel que il l'abat mort. »
Le chevalier de la charrette, (vv. 2384-86)
« Li fiert par mi l'uel el cervel,
Que d'autre part del haterel
Le sanc et le cervel espant. »
Perceval, (vv. 1113-15.)
« ceinz fiert le primerain en l'uel
si par mi outre le cervel
que d'autre part le haterel
li sans et la cervele en saut ;
et cil chiet morz, li cuers li faut. »
Erec et Enide, (vv. 4418-22)

4 (op. cit. p. 176)

5 « Del bon ceval le fist caïr.
Si durement jus le porta
Que le braç destre li brissa. »
Le Bel inconnu (vv. 1126-28)

6 « Cil feri lui par tel angousce
Que l'abat, lui et son ceval.
Kex caï el pendant d'un val,
Qui moult fu quaiscié et bleciés ;
Ses destre bras li fu brisiés
Par entre l'espaule et le coute. »
(vv. 282-287)

7 « De ce gueres de s'esmaioit,
s'es mains et es piez se plaioit ;
...A la grant dolor c'on li fist
s'an passe outre et a grant destresce ;
mains et genolz et piez se blece, »
(vv. 3105-6, 3110-12)
« ne ne fet sanblant de l'angoisse
qu'il avoit es piez et es mains »
(vv. 3323-24)

8 « Le sanc jus de ses plaies tert
a sa chemise tot entor ; »
(vv. 3136-37)
« Et vos estes formant plaiez :
Je voi les plaies et le sanc »
(vv. 3350-51)

9 « Et li sanc tuit chaut et boillant
par mainz leus fors des cors lor bolent,
qui par desoz les haubers colent. »
(vv. 6202-204)
« Navrez estes enz el flanc
Parmi les mailles vus rait le sanc. »
Gui de Warewic, (vv. 1356-7)

10 L. Harf-Lancner, Les fées au Moyen Age, Paris, 1984 ; C. Foulon, La fée Morgue chez Chrétien de Troyes, Mélanges de langue et de littérature du Moyen Age et de la Renaissance offerts à Jean Frappier, Genève, 1970, pp.283-290 ; P. Meister, The Healing Female in the German Courtly Romance, Gõppingen 1990.

11 « j'ai deus serors gentes et gaies
qui molt sevent de garir plaies. »
(vv. 5071-72)

12 « et de lui garir s'antremetent
deus puceles qui molt savoient
de mecines, et si estoient
filles au seignor de leanz. »
(vv. 4690-93)

13 « li envoie un mire moult sage
et.iii. puceles de s'escole... »
(vv.4316-17)

14 B. D. Haage, « Chirurgie nach Abu L-Qasim in Parzival Wolframs von Eschenbach. » Clio Medica, Amsterdam, 1984, pp. 193-205.

15 Voir P. Meister, op. cit, pp. 85-112 ; B. Haage, op. cit. bibliographie.

16 « Tastez unt le pus e les veines,
Trovees les unt totes seines,
La plaie gardent, qu'il ad el cors,
Ben unt veu qu'il n'est pas morz.
Les mires dirent qu'il le garrunt,
Od l'aie de Deu faire le purrunt. »
(vv. 4967-72)

17 « Un moine, qui d'erbes saveit,
Sa grant plaie ad regardée
Dunt il esteit el cors naffree ;
Par la plaie s'est aperceu
Qu'il n'est pas a mort feru,
E qu'il purra uncore saner,
Se hom li voille rien aider. »
(vv. 1502-1508)

18 « puis fet aporter un antret
que Morgue sa suer avoit fet.
Li antrez en de tel vertu,
que Morganz ot doné Artu,
que la plaie qui an est ointe,
ou soit sor nerf ou soit sor jointe,
ne faussist qu'an une semainne
ne fust tote senee et sainne,
ne que le jor une foiee
fust de l'antret appareilliee.
L'antret ont le roi aporté
qui molt a Erec conforté.
Quant ses plaies orent lavées
l'antret mis sus et rebandées... »
Erec et Enide, (vv. 4193-4206)

19 «...que par amor et par franchise
chascuns, des panz de sa chemise,
trancha bandes longues et lees,
s'ont lor plaies antre bandées. »
Erec et Enide, (vv. 3903-08)

20 « Més une guinple délïe
por bien lïer i convandroit. »
- Je vos baillerai orandroit,
fet cele cui il n'est pas grief,
celi meïmes de mon chief,
qu'autre n'ai ge ci aportee. »
La guinple a de son chief ostee,
qui molt fu delïee et blanche ;
et mes sire Gauvains la tranche,
qu'ainsi fere le covenoit...
Perceval, (vv. 6704-13)

21 « ge li aport une herbe tel
qui mout, ce cuit, li aidera
et ses dolors li ostera
de ses plaies une partie
tantost que il l'avra santie,
qu'l'an ne set sor plaie mètre
meillor herbe, ce dit la letre,
qui tesmoigne qu'ele a tel force,
qui la metroit desor l'escorce
d'un arbre qui fust ancisiez,
mes que del tot ne fust tranchiez,
que la racine reprendroit
et li arbres tex devandroit
qu'il porroit fuillir et florir. »
Perceval, (vv. 6686-99)

22 Voir, par exemple, dans Le chevalier à la charrete, le dialogue entre Bademagu et Lancelot qui veut combattre le lendemain :
« Amis, mialz vos valdroit atandre
ou.xv. jorz ou trois semaines
tant que voz plaies fussent sainnes ;
car boens vous serait li sejorz
tot au moins jusqu'à.xv. jorz....
(vv. 3398-402)
Et cil respont : «...
Mes por vos ore tant ferai
que jusqu'à demain atendrai ;
et ja mar an parlerait nus,
que je ne l'atandrait plus. »
(vv. 3413-416)

23 « Mes la chalors qu'il ot le jor,
et les armes tant li greverent
que ses plaies li escreverent
et totes ses bandes tranchierent ;
onques ses plaies n'estanchierent... »
(vv. 4552-56)

24 « Amis, fet il, or an tastez
un petit de ces pastez froiz
Vin a eve meslé bevroiz ;
j'en ai de boen set barrilz plains,
mes li purs ne vos est pas sains,
car bleciez estes et plaiez...
(vv. 5106-11)
«...andui de manger le semonent
vin et eve boivre li donent,
car li purs li estoit trop rades.
Erec manja come malades
et but petit, que il n'osa ;
mes a grant eise reposa
et dormi trestote la nuit
qu'an ne li fist noise ne bruit. »
(vv. 5123-5130)
«...Chascun jor catre foiz ou plus
le feisoient mangier et boivre
s'el gardoient d'ail et de poivre ; »
(vv. 5164-66)
...A lui garir mistrent grant painne
les puceles : ainçois quinzainne
ne santi il mal ne dolor.
Lors, por revenir sa color,
le commencierent a baignier : »
(vv. 5177-81)

25 Pantegni, Practica IX, Cap. 107-108, Lyon 1515, fol. 125v ; (Traduction française in Raoul Perrot op. cit. p.720)

26 Guillaume de Salicet, Chirurgie, Livre III, Chap. VIII, (in Raoul Perrot op. cit. p. 798-801)

27 Voir Raoul Perrot, op. cit. p. 416-417.

28 Op. cit. pp. 187-209.

29 Constantin l'Africain, Practica IV, Cap. 31, Ed. Lyon 1515, fol. 95v.

30 Raoul Perrot, (op. cit.) donne les indications diététiques de Celse, (p. 573), de Guillaume de Salicet, (p. 765).

Auteur

Centre d'Etudes Médiévales Université d'Orléans

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540