Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence dans le monde médiéval

Gaston Febus : de la violence contrôlée à la folie meurtrière

Chantal de Saulnier

Texte intégral

1Romancées et subjectives, les retranscriptions de la vie de Gaston Fébus à partir des archives familiales de la maison Galard de Brassac de Béarn, sous la direction de Myriam et de Gaston de Béarn, commencent par un intéressant portrait du Comte de Foix par Froissait :

  • 1 Myriam et Gaston de Béarn ; Gaston Fébus, le lion des Pyrénées ; Flammarion, Paris 1990 p. 7

"J'ai vu bien des chevaliers, des rois, des princes. Mais jamais je n'en vis qui fut de si magnifique stature et de si merveilleuse prestance. Son visage était très beau, coloré et rieur. Ses yeux étaient verts et amoureux. En toutes choses il était parfait. Il aimait ce qu'il devait aimer, haïssait ce qu'il devait haïr. Il était aimable et accessible à toutes gens et il leur parlait doucement et amoureusement.
Mais dans son courroux nul n'avait pardon"1

2Sous l'admiration réelle de Froissait perce toute la vérité d'un tempérament sanguin et violent, d'un caractère intransigeant, enflammé et à vif dans ses sentiments, jaloux de son autorité, persuadé de son bon droit en toutes circonstances et n'aimant l'existence que pour ce qu'elle a d'excessif.

3Forte personnalité pour les uns, tyran pour les autres, le Comte de Foix met ses observateurs d'accord sur le constat d'un paradoxe entre sa violence privée, politique ou sociale et son immense aptitude à la maîtrise de soi, à l'élégance voire même au raffinement.

4Passionné jusqu'à la déraison, il sut par ses activités endiguer les débordements de sa nature.

5Si le drame d'Orthez fut révélateur des excès de fureur de Fébus, il fut précédé de nombreux signes avant-coureurs.

6Ce fut grâce à la chasse que Fébus maîtrisa le plus légitimement sa violence naturelle. Elle lui permit de l'extérioriser tout en la confortant.

La violence contrôlée de la chasse

7Fébus nous l'indique clairement, sa carrière d'écrivain fut postérieure au drame d'Orthez, même si elle fut prévue de longue date :

  • 2 Philippe de Bourgogne
  • 3 Gaston Fébus ; Le livre de la Chasse ; par Gunnar Tilander ; cynegetica XVIII ; Karlshamn 1971 ; p (...)

"Li envoyé je2 mon livre par remembrance, que il li souveigne de moy, qui suy de son mestier et son serviteur...
Et aussi li envoyé je unes oroysons que je fis jadis quant nostre Seigneur fut courroucié a moy"3

8Il ne saurait être question de voir dans Le Livre de la Chasse la preuve de la folie meurtrière d'Orthez, mais de montrer que le goût immodéré de Fébus pour cette activité éminemment sociale fut la manifestation d'une violence maintenue mais permanente.

9A l'instar des grands chasseurs de l'Antiquité, tel Xénophon, ce qui captive Fébus c'est la chasse aux fauves. Il eut l'occasion d'en affronter certains au cours de ses voyages, et il semble n'avoir jamais reculé devant l'opportunité d'une expérience ou d'une sensation dangereuse. Plus ordinairement, dans ses forêts de Foix / Béarn, sa préférence va aux chasses les plus violentes : le cerf dont il apprécie l'agressivité défensive :

  • 4 Gaston Fébus ; Le Livre de la Chasse ; op cit. p. 58 ch. 1 (6-7)

"Et son moult périlleuses bestes, quar a grant poine un homme garira s'il est fort blecié d'un cerf, et pour ce dit on : Après le sangler le mire, et après le cerf la bière..."4

10le bouc sauvage dont la poursuite implique une force du chasseur identique à celle de l'animal :

  • 5 Le Livre de la Chasse ; op cit. p. 71 ch. 4 (27-30)

"Tant que j'ay veü qu'il rompoit a un homme le braz et a un autre la cuisse. Et, s'il tenoit un homme encontre un arbre ou encontre terre, il le tueroit ou romproit tout sanz ce qu'il ne li ferait ia playe, ne il n'a si fort homme ou monde, s'il ftert d'une grant barre de fer ou d'une coignïe sus l'eschine d'un bouc, qu'il la li face point ployer ne baissier"5

11Le témoignage visuel et personnel de Fébus ne laisse aucun doute sur sa participation à ce type de chasse redoutable. C'est la même expérience significative que l'on retrouve dans l'évocation de la chasse au sanglier, la plus violente de toutes :

  • 6 Le Livre de la Chasse ; op cit. p. 88 ch. 9 (6)

"C'est une orguilleuse et fiere beste et périlleuse, quar j'en ay veü aucunne foiz moult de maulz avenir et l'ay veü ferir homme des le genoill jusques au piz tout fendre et tuer tout mort en un coup sanz parler a homme, et moy meïsmes a il porté a terre moult de fois, moy et mon coursier, et mort le coursier."6

12On note un intérêt identique de Fébus pour l'ours, le loup et le renard. Ce qui justement le fascine dans ces chasses aux fauves, c'est la démesure, l'excès de violence. La chasse dans ces conditions, même si elle s'accompagne de tout l'apparat collectif et social, ressemble à un corps à corps, à un défi entre le chasseur donnant le coup suprême et l'animal traqué qui, toutes les ruses épuisées, n'a plus que le recours de faire face à l'homme et à ses armes. Pour plaire à Fébus, cette violence doit être équitablement répartie entre les deux adversaires et surtout ne pas être gratuite. Lorsque les dangers ne sont pas partagés, la chasse perd de son attrait et de sa noblesse pour n'être plus qu'une tuerie sanglante et inutile. Fébus, alors, la réprouve au même titre qu'il réprouvait les tournois :

  • 7 Le Livre de la Chasse ; op cit. p. 247 ch. 58 (9)

"Et, pour ce que sa chasce n'est pas de grant maistrise et aussi que de sa nature ay je cy devant parlé, me semble il qu'il souffise assez."7

13C'est également la raison qui l'incite à réfuter la chasse aux pièges :

  • 8 Le Livre de la Chasse ; op cit. p. 250 ch. 60 (3)

"null n'est parfetement bon veneur s'il ne scet prendre bestes a force et par engins, mes de ce parle je mal voulentiers"8

14Fébus ne doute pas que le bon chasseur aille au paradis, toutefois toutes les places n'y sont pas égales et il semblerait que les chasseurs de fauves y soient mieux installés que les poseurs de collets qui pratiquent "vilaine chasce"...

  • 9 Le ch. 45 : Si devise comment le bon veneur doit chassier et prendre le cerf a foursse" occupe 19 (...)
  • 10 Cette chasse renvoie aux chapitres 53 et 54

15L'écrivain prend le relais du chasseur enthousiaste et n'hésite pas à rompre l'équilibre, par ailleurs régulier, de ses chapitres pour mieux revivre les violentes sensations d'une chasse au cerf9, ou à en doubler le nombre lorsqu'il s'agit d'évoquer la traque d'un sanglier10. Il va sans dire que le champ lexical de la violence connaît à travers ces lignes une expansion similaire à celle des chapitres.

16En fait, cette violence s'inscrit dans l'organisation naturelle et propre à chaque animal. Instinctive, elle apprend à celui qui sait l'observer les grands principes de la vie et surtout la loi du triomphe du plus malin ou du plus fort. Tous l'enseignent, depuis la lapine capable de dévorer ses petits juqu'aux loups qui tuent un rival plus heureux auprès de la femelle convoitée :

  • 11 Le Livre de la Chasse ; op cit. p. 94 ch. 10 (10)

"S'ilz treuvent que le lou et la louve se tieignent ensemble, très touz les autres courent sus au lou et le tuent"11

17L'élimination normale d'un concurrent gênant justifie à elle seule l'acharnement de la traque, la lutte à mort entre la bête poursuivie et les chiens, la cruauté de certains pièges tel que celui des aiguilles destinées à faire périr le loup d'une hémorragie interne, sans omettre la folie des chiens que la violence de la course, la vue et l'odeur du sang excitent au point qu'il devient nécessaire de les battre pour leur éviter de s'entre-tuer au moment de la curée :

  • 12 Le Livre de la Chasse ; op cit. p. 182 ch. 41 (10)

"Les autres valiez doivent tenir chascun une verge pour deffendre que les chienz ne viegnent sus jusque tant que on vueille qu'ilz manjuent"12

18Auparavant Fébus avait signalé comme une vertu la nécessité de battre les dits "valiez" pour les dissuader de commettre quelques maladresses susceptibles de compromettre la capture de l'animal chassé ou de provoquer une blessure toujours préjudiciable aux limiers. Une discipline impitoyable pour une lutte sans merci. De son propre aveu, le Comte de Foix n'a vécu que pour les plaisirs de cette violence cynégétique qui correspondait assurément aux besoins de son tempérament, mais qu'il avait aussi reçue en héritage par l'exemple de son père et conformément aux mécanismes mentaux de son temps : nul ne songe à s'opposer à cette violence de la chasse considérée comme une pratique du meilleur goût et digne de la meilleure société. Elle est la preuve d'une opulence indispensable dans un monde où le prestige l'emporte sur la vie. La morale elle-même contribue à légitimer une telle violence. Loup, sanglier et renard sont des bêtes noires, puantes et mordantes et autant d'incarnations du diable qu'il faut détruire par tous les moyens.

19Si la chasse fut pour Fébus, comme pour tant d'autres, une façon d'exprimer sa violence tout en la contrôlant, ce ne fut pas toujours le cas dans son existence d'homme et de Prince...

Une difficile maîtrise personnelle

  • 13 Pierre Tucoo-Chala, Gaston Fébus, un grand Prince d'Occident au xivème siècle. Marrimpouey jeune. (...)

20Certes Fébus fut à bonne école et put bénéficier de l'enseignement de la violence sous toutes ses formes. Comment pouvait-il en être autrement pour cet homme que ses contemporains estimaient pourtant affable, courtois et modéré ? Durant cette période de la guerre de cent ans, comme le souligne Pierre Tucoo-Chala, "l'assassinat avait été élevé à la hauteur d'une institution"13 et Fébus qui préférait la diplomatie au langage des armes put passer pour un modéré. Cependant, il eut durant toute sa vie le spectacle de cette violence militaire sous les yeux et présent à l'esprit. Cette influence s'ajoutait à l'exemple du père qui n'hésita pas à garder sa propre mère en prison durant des années, au nom de la raison d'Etat ; et c'est Fébus qui intervint pour que Jeanne d'Artois recouvre sa liberté.

21Unique héritier du Foix/Béarn, il reçut l'éducation d'un prince devant qui tout devait céder...sa nature fit le reste. Dans le Livre des Oraisons, Fébus revient sans cesse sur ce trait de caractère qui fit sa force politique et son malheur privé : la colère incontrôlable, démesurée, allant jusqu'à la fureur aveugle, tyrannique et cruelle. Dès la première Oraison, elle fait partie des vices que Fébus s'attribue lui-même : l'avarice, la voracité et la luxure. Puis le thème se fait lancinant et la prière devient supplique :

  • 14 Gaston Fébus ; Le livre des Oraisons ; Collection Béarn Adour. Pierre Tucoo-Chala / Gunnar Tilande (...)

"Tempère la colère et la chaleur de la chair"14

  • 15 Idem ; Oraison 8 p. 51

"Défais les chaînes de la colère"15

  • 16 Idem ; Oraison 10 p. 55

"Je te supplie de me défendre contre toute violence du diable"16

  • 17 Idem ; Oraison 11 p. 57

"Seigneur, j'ai en moi beaucoup d'autres choses comme colère et impatience"17

  • 18 Idem ; Oraison 14 p. 67

"Retranche de mon être la violence envers ceux qui ne sont pas puissants"18

22Au moment de ces appels à l'aide, Fébus est encore sous le choc du meurtre de l'unique fils légitime et il ressent encore l'horreur du sang impulsivement et irrémédiablement versé. Le fils avait comploté et tenté d'éliminer le père, mais la fureur tombée, il ne reste que l'effroi du crime commis.

  • 19 Touches-y si tu oses.

23Tout et tous, en dépit de leur réelle admiration pour le personnage, attestent cette violence de Fébus : depuis la provocante et menaçante devise du Prince, Toquey si gause19, jusqu'aux témoignages de ses contemporains. Les archives de la famille de Béarn évoquent cette terrible colère lorsqu'on prétend lui imposer un mariage qui lui déplait, et Froissait insiste sur une irascibilité hors du commun, tout en s'abritant derrière les confidences d'Espan du Lion :

  • 20 Gaston Fébus, un grand Prince d'Occident au xivème siècle, op cit ; p. 55

"Nul ne part sans ses dons car qui les refuserait provoquerait son courroux"20

24C'est aussi à Froissart que l'on doit de savoir qu'il harcelait ses secrétaires, ne les désignant pas leur nom et les invectivant par l'apostrophe "mal-me-sert !"

25Le portrait de Fébus brossé par Froissart décèle la tendance à la violence tyrannique avec d'autant plus d'authenticité qu'il n'entre pas dans les intentions du chroniqueur de la dénoncer :

  • 21 Pierre Tucoo-Chala ; Gaston Fébus et la Vicomte de Béarn (1343-1391) ; Bordeaux, Bière imprimeur 1 (...)

"Le Comte de Foix estoit fort cruel et n'épargnoit homme vivant, quand il luy déplaisoit et nul tant hardy estoit qui de sa délivrance osast parler sous peine d'avoir pareille pénitence"21

26Cette violence semble avoir régi tous les actes de l'existence de Fébus, tantôt dosée et contrôlée, tantôt irrépressible. Ce comportement renvoie soit à celui du chasseur qui épie sa proie avant de la traquer, soit à la révolte sanglante de l'animal blessé qui, fou de douleur, charge dans un ultime sursaut de défense.

27La patience du chasseur qui tempère son ardeur pour mieux surprendre sa proie et s'en emparer fut celle de Fébus en politique ; il s'efforça sans cesse d'affirmer l'indépendance de son Béarn face à Philippe VI et Jean II le Bon, jouant pour cela sur la rivalité Franco-Anglaise et sur les intérêts de la papauté avignonnaise. Diplomate averti, il sut alors contenir et réprimer une violence qui n'aurait pas servi ses perspectives politiques et matérielles. En fait, la détermination de ses discours et de ses lettres à ses interlocuteurs la laisse parfaitement transparaître. A Philippe VI qui réclame son aide pour négocier avec la Castille en septembre 1347, il répond :

  • 22 Gaston Fébus, un grand Prince d'Occident au xivème siècle, op cit ; p. 22

"Comme Monseigneur le Comte se trouve en sa terre de Béarn, terre qu'il tient de Dieu et de nul homme d'où ne découle pour lui aucune obligation si ce n'est que de faire ce que bon lui semble, la requête présentée à propos des conventions, alliances et accords conclus entre les rois de France et de Castille n'a aucune valeur"22

28De même qu'il réplique à Charles VI lui demandant de prendre parti contre l'Anglais :

  • 23 Idem ; p. 196

"Je tiens mon pays de Béarn de Dieu et je n'ai que faire de me mettre en servitude ni de provoquer la rancune d'un roi ou de l'autre"23

29La volonté affichée de mesure cache mal la colère du fauve qui ne supporte pas la moindre des contrariétés. Le Comte de Foix a une réputation de violence qu'il exerce sur ses frères bâtards, sur ses cousins et qui se concrétise aussi par des actes publics comme la répudiation d'Agnès de Navarre au lendemain de la naissance de leur fils, et ce au mépris de toutes les convenances humaines, politiques, sociales et familiales.

30Le paroxysme de cette violence fut bien sûr le drame d'Orthez. Aucun document officiel ne vient conforter notre connaissance des faits, et force nous est de nous fier aux récits rapportés et plus ou moins crédibles. Tous sont unanimes sur un point : Fébus fit preuve d'une véritable folie meurtrière.

31Juvenal des Ursins est affirmatif :

  • 24 Gaston Fébus et la Vicomte de Béarn, op cit ; p. 318. Voir aussi choix de chroniques Ed. Buchon p. (...)

"Le Comte fit interroger son fils et examiner, lequel confessa la chose ainsi que dessus est escrite. Et pour ceste cause il luy fit coupper la teste"24

32Froissart, quant à lui, ne peut qu'atténuer les faits :

  • 25 Gaston Fébus et la Vicomte de Béarn, op cit ; p. 317. et les chroniques de Froissart op. cit.

"Son père l'occist voirement mais le roy de Navarre li donna le coup de la mort"25

33Fébus, mortellement blessé dans son orgueil de père et de prince par la trahison de son fils, a eu la réaction instinctive de l'animal condamné, il a chargé et a tué plus pour sauvegarder sa dignité que sa vie. C'est le point de rupture avec l'humanité et la raison, c'est le meurtre ou la victoire de l'irrationnel.

34Une fois la folie passée et la colère assouvie, restent les remords, le retour à la norme et la tentative d'apaisement par la prière et l'écriture.

  • 26 Le Livre de la Chasse ; op cit ; prologue p. 53 (17)

35Dans le prologue de son Livre de la Chasse, Fébus promettait le paradis au chasseur "quar il n'a cure forsque de demourer en un lieu et penser en orgueil ou en avarice ou en ire ou en paresce ou en goule ou en luxure ou en envie."26

36Il semblerait que, dans son cas personnel, l'ire ne fut jamais vaincue et que la certitude du Paradis repose sur des paramètres autres que l'habileté du chasseur.

Notes

1 Myriam et Gaston de Béarn ; Gaston Fébus, le lion des Pyrénées ; Flammarion, Paris 1990 p. 7

2 Philippe de Bourgogne

3 Gaston Fébus ; Le livre de la Chasse ; par Gunnar Tilander ; cynegetica XVIII ; Karlshamn 1971 ; p. 291 ch. 86 (11-12).

4 Gaston Fébus ; Le Livre de la Chasse ; op cit. p. 58 ch. 1 (6-7)

5 Le Livre de la Chasse ; op cit. p. 71 ch. 4 (27-30)

6 Le Livre de la Chasse ; op cit. p. 88 ch. 9 (6)

7 Le Livre de la Chasse ; op cit. p. 247 ch. 58 (9)

8 Le Livre de la Chasse ; op cit. p. 250 ch. 60 (3)

9 Le ch. 45 : Si devise comment le bon veneur doit chassier et prendre le cerf a foursse" occupe 19 pages de l'édition Tilander.

10 Cette chasse renvoie aux chapitres 53 et 54

11 Le Livre de la Chasse ; op cit. p. 94 ch. 10 (10)

12 Le Livre de la Chasse ; op cit. p. 182 ch. 41 (10)

13 Pierre Tucoo-Chala, Gaston Fébus, un grand Prince d'Occident au xivème siècle. Marrimpouey jeune. Pau 1976 ; p. 78

14 Gaston Fébus ; Le livre des Oraisons ; Collection Béarn Adour. Pierre Tucoo-Chala / Gunnar Tilander. Marrimpouey Jeune ; Pau 1974 Oraison 5 ; p. 45

15 Idem ; Oraison 8 p. 51

16 Idem ; Oraison 10 p. 55

17 Idem ; Oraison 11 p. 57

18 Idem ; Oraison 14 p. 67

19 Touches-y si tu oses.

20 Gaston Fébus, un grand Prince d'Occident au xivème siècle, op cit ; p. 55

21 Pierre Tucoo-Chala ; Gaston Fébus et la Vicomte de Béarn (1343-1391) ; Bordeaux, Bière imprimeur 1960 ; p. 265. Les chroniques de Froissart, Livre III ; L. Mirot, S. H. F. T.XII p. 75 à 100

22 Gaston Fébus, un grand Prince d'Occident au xivème siècle, op cit ; p. 22

23 Idem ; p. 196

24 Gaston Fébus et la Vicomte de Béarn, op cit ; p. 318. Voir aussi choix de chroniques Ed. Buchon p. 368.

25 Gaston Fébus et la Vicomte de Béarn, op cit ; p. 317. et les chroniques de Froissart op. cit.

26 Le Livre de la Chasse ; op cit ; prologue p. 53 (17)

Auteur

Université d'Avignon

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540