Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence dans le monde médiéval

La violence dans le Tristan en Prose

Monique Santucci

Texte intégral

  • 1 Le Roman de Tristan en Prose, tomos I, II, III, IV, V, VI, Textes littéraires français, Genève, Dr (...)

1Choisir Le Roman de Tristan en Prose1 pour parler de la violence, thème de ce colloque, est facile à justifier : ce roman d'aventures ne se déroule-t-il pas en grande partie dans le royaume de Logres, terre d'élection des chevaliers errants, et ne s'achève-t-il pas par la mort violente du héros ? Dans le monde héroïque de la chevalerie errante, les chevaliers, arborant des armoiries déguisées et refusant de révéler leur identité, se provoquent sans cesse à la joute, même si c'est la plupart du temps "par déduit et par soulas" (I, § 115, 11).

  • 2 D. Poirion, Précis de littérature française du moyen âge, Paris, PUF, 1983, p. 106-108.
  • 3 "Ce ne fu pas tournoiemens ains fu ausi conme morteus bataille" (II, § 210, 23).

2Le royaume d'Arthur est peut-être comme on l'a dit et répété2 le royaume de la paix où la guerre est remplacée par l'aventure, mais c'est un monde d'où n'est pas absente la violence : cette dernière paraîtrait même être un fondement du prestige du roi Arthur : Ainsi, invité par son neveu Gauvain à constater qu'au retour d'un tournoi ses chevaliers reviennent avec des "enseignes en mi le front toutes apertes" (II, § 210, 18), le roi reconnaît bien volontiers qu'il n'a jamais vu un tournoi aussi cruel3 et, loin de le regretter, il "s'en rist très durement" (II, § 210, 19). C'est dire que le roi Arthur ne condamne nullement cette violence.

3Mais quelles sont les causes de cette violence, comment s'exprime-t-elle et quelles conclusions peut-on tirer du regard que les uns et les autres portent sur elle ?

  • 4 Claudas de la Déserte a garde un pont pendant deux ans (VII, § 6).
  • 5 Au château Harpinel soixante chevaliers attendent les chevaliers errants pour les couvrir de honte (...)

4La violence naît souvent de la permanence sur le sol arthurien d'étranges coutumes qui contraignent un chevalier errant à se battre pour passer un pont4 gardé par un chevalier irascible ou encore à affronter successivement plusieurs adversaires, ce qui multiplie les combats déloyaux où le héros arthurien, pour se défendre, doit faire preuve de furor5.

5Parfois il arrive que tout simplement, une coutume instaurée par les maîtres du lieu exige que seul le chevalier errant qui réussit à les abattre puisse loger chez eux. Telle est la condition : il faut jouter et être vainqueur pour être hébergé (II § 39, 75-80).

  • 6 Le Roman de Tristan en prose, t.II, éd. par M.L. Chénerie et Th. Delcourt, Introduction, p.55.
  • 7 Gaheriet, le frère de Gauvain, lorsqu'il découvre la relation de sa mère, la reine d'Orcanie avec (...)

6Ces coutumes sont en général nées d'une volonté de vengeance. Or, très souvent, c'est cette "passion de vengeance que tous considèrent comme un critère de gens bien nés"6 qui rend violents les chevaliers errants. Il n'est pas rare d'entendre un chevalier dire : "Vés ci un chevalier qui tant m'a meffait que nus ne me porroit plus meffaire. Et quant je voi que j'en sui em point de moi vengier, je me vengerai de lui tout orendroit" (VII, § 206 fin). Gauvain veut "mal de mort" à Herech (VII. § 49. 3) et à Lamorat du lignage du roi Pellynor de Listenois qui a tué son père (IV, § 132). Brunor est venu à la cour d'Arthur pour venger la mort de son père. Tristan un jour se retrouve en prison victime d'un père qui tient à venger la mort de son fils (VII § 95. 4). Pour se venger de Galaad qui a tué son frère Sandar devant le Castel Enide (VII § 55), Essanor lui tend une embuscade. Parce qu'il n'a pas oublié le "deshounour" (VII. § 44. 2) que lui a infligé le roi de la Cité Vermeille, Sagremor est prêt à s'emparer de force de sa fille un jour que, dans la forêt, il la croise accompagnée d'écuyers (VII. § 44). C'est évidemment la coutume du "conduit" qui permet à Sagremor de concevoir cette vengeance le plus loyalement du monde. Pour se venger d'une femme adultère, certains n'hésitent pas à recourir à la violence : Argan, par exemple, lorsqu'il apprend que sa femme a consenti à avoir une liaison avec le roi Uterpendragon, attaque son seigneur, l'emprisonne et tue sa femme (I. § 136)7

7D'autre part, dans le monde arthurien, bien des problèmes litigieux se règlent grâce au duel judiciaire. Pour défendre son frère accusé à tort d'avoir tué un chevalier du lignage du roi Ban, au Castel Estroit, le Chevalier à l'Ecu Vermeil -- auquel Tristan a prêté ses armes -- se bat contre Lancelot qui s'imaginera longtemps combattre contre Tristan. Chez le roi Galehondin, pour défendre une demoiselle, accusée à tort par sa soeur aînée d'avoir empoisonné leur père. Tristan participe à un duel judiciaire (VII. § 8 et § 24 surtout) et, dans un affrontement terrible, se bat contre Palamède.

  • 8 La jeune fille expliquera finalement la raison de son chagrin : sa maîtresse, la fée Morgane, est (...)

8Parfois on se montre violent simplement pour faire parler quelqu'un, pour l'obliger à révéler son nom. Bliobléris, rencontrant un jour une jeune fille en pleurs qui refuse de lui dire la raison de son chagrin, la menace de mort (II, § 23) sous prétexte qu'elle l'aurait déshonoré en reconduisant "si vilainnement".8.

  • 9 E. Baumgartner, Le Tristan en prose, Essai d'interprétation d'un roman médiéval, Genève, Droz et P (...)
  • 10 Palamède tue les deux serfs accusés d'avoir perpétré le meurtre du roi de la Cité Vermeille (V, § (...)

9Le plus souvent le chevalier cherche à démontrer sa force, sa valeur aux armes, fournir la preuve de sa puissance : c'est pourquoi la force se manifeste essentiellement par la violence. Ainsi Tristan doit dissiper la réputation de couardise attachée à tous les gens de ce royaume méprisé et méprisable, la Cornouailles. Il veut montrer qu'il est le plus fort combattant, le plus doué au maniement des armes, le plus résistant. Aperçoit-il un chevalier qui lui paraît valeureux, il veut se battre contre lui : "Si lui-même ne me provoquait pas, eh bien ! c'est moi qui le ferais" lui arrive-t-il de dire (VII. § 7). C'est assurément le tournoi de Louveserp — auquel l'auteur a consacré un très long développement, fait unique — qui marque le point culminant de l'aventure chevaleresque de Tristan, l'apothéose de sa carrière chevaleresque : sa victoire affirme "sa suprématie non seulement sur Palamède son rival de toujours mais aussi sur Lancelot et sur ces excellents chevaliers arthuriens issus du lignage du roi Ban"9.Et l'usage qu'il a fait de la violence lui a donné le droit d'être admis à la Table Ronde, parmi l'élite de la chevalerie arthurienne et surtout de devenir l'ami de Lancelot. Sa vaillance est à ce point reconnue qu'un spectateur assistant au combat de Tristan contre Galaad les juge aussi bons l'un que l'autre (VI. §§158-170) et déclare que la prouesse de Galaad est de la même essence que celle de Tristan. Quant à Palamède, le sarrasin aux origines modestes, il use de violence pour mener à bien ses aventures qui ne sont destinées qu'à valoriser sa prouesse, montrer qu'il est un digne émule de Tristan aussi bien sur le plan amoureux que sur le plan chevaleresque ; comme Tristan libéra la Cornouailles de la tutelle de l'Irlande, Palamède, en tuant les deux serfs, libère la Cité Vermeille10

10D'une manière générale le désir de gloire mondaine pousse les chevaliers errants à vouloir remporter des victoires et donc à recourir à la violence.

11D'autres facteurs peuvent encore engendrer la violence : l'orgueil, la haine, l'amour.

  • 11 Brehus ira jusqu'à arracher le heaume de la tête de Gauvain et à faire gicler le sang.

12L'orgueilleux Gauvain, furieux qu'on lui interdise de s'approcher de la reine Yseut désarçonne quatre des chevaliers qui la gardaient (VII. § 47). Il faut dire que, depuis que Gauvain a lancé la "male queste" du Saint Graal (VII, § 40), il n'est plus le soleil de la courtoisie : il a commis maintes "vilenies" (VII, § 54) et il ne vaut pas mieux que Brehus sans Pitié, l'incarnation de la félonie. Aussi ne faut-il pas s'étonner de voir ces deux êtres poussés par leur mauvaise nature s'adonner à des mouvements de violence et même s'entre-déchirer (VII § 185)11.

  • 12 "S'il pooit en aucune manière monsigneur Tristran ochirre, il l'ochirroit volontiers" (IV, § 3, 26 (...)
  • 13 Ce lai, composé par l'insolent Dinadan, est une réponse à la lettre du roi Marc dénonçant l'infidé (...)
  • 14 La reine Yseut mourra dans une ultime étreinte de son amant.

13La haine habite le roi Marc qui nourrit une fureur assassine12 contre son neveu, surtout depuis le jour où un pauvre harpeur a eu l'audace d'interpréter devant lui le lai du Voir Disant13 ; jusqu'à la fin du roman il cherchera à assouvir sa haine et il réussira à réaliser ses projets meurtriers.14.

14L'amour pousse parfois ceux qui aiment au désespoir, à la folie, à la mort, qu'il s'agisse du suicide ou du désir de tuer celui dont on est jaloux.

  • 15 Or crie, or brait, or se taist. Or vait ses mains détordant et se donne en mi le pis si grant caup (...)

15Que de héros plongés dans le désarroi, que d'âmes tourmentées parce que le chevalier sait lucidement que son amour est sans espoir ! Il suffit de penser à Espinogre, à Kahédin, à Celicès, à Palamède ou à Brunor, le Chevalier à la Cotte Tailladée. Kahédin, par exemple, vient s'immoler devant toute la cour et meurt en chantant son Lai Mortel (I, § 163). Le Chevalier aux Armes d'Argent se contente de se tordre les mains et de s'assener de grands coups sur la poitrine et sur les membres15.

  • 16 Victime des sévices des bergers, Tristan ne leur en tiendra pas rigueur et même viendra à leur sec (...)

16La folie guette ceux qui aiment. S'imaginant à tort, à la lecture de la lettre d'Yseut à Kahédin que la reine ne l'aime plus, Tristan s'enfuit dans la forêt de Morois et devient une bête sauvage, "forsenée" (I, § 168, 7), manifestant de l'agressivité, s'élançant sur ceux qu'il rencontre comme s'il voulait les tuer16. Lorsque Lancelot sombre dans la folie, après avoir été chassé de la cour par la reine Guenièvre qui l'a surpris avec la fille du roi Pelles, il va jusqu'à attaquer des femmes. Dans l'abîme de la démence se déchaînent donc la violence physique et parfois même la violence sexuelle.

  • 17 "Douce Yseut, des roynes dame / Biauté du siècle, estoile et jame, / Ne soufres que mete sous lame (...)

17La jalousie amoureuse peut rendre violents les hommes. Ainsi pousse-t-elle Tristan, même lorsqu'il a repris ses esprits, à vouloir tuer ses rivaux en amour. Il livre une bataille acharnée contre Hélie (VI. §§ 133 sq) lorsque ce dernier lui révèle qu'il est épris d'Yseut. Entend-il Palamède chanter un lai17 à la gloire d'Yseut qu'à peine l'interprétation achevée il bondit sur Palamède, la main à l'épée, et lui crie : "Il te couvient morir...ta trahison t'ochirra" (VI, § 25, 9-14). De même lorsque Tristan a bien compris que le Chevalier à l'Ecu Vermeil aime lui aussi la reine d'un amour pourtant sans espoir, il exige de lui, une fois qu'ils sont arrivés à la Joyeuse Garde, qu'il indique le "droit jugement " qu'il mérite (VII, § 232) et l'autre, qui a bien deviné les intentions meurtrières de Tristan, répond : "Vivre u morir doie je, ne lairoie s'amour ; pooir avés de moi ocire" (VII. § 233).

18Ainsi nombreuses et complexes sont les raisons qui peuvent expliquer ce déchaînement de la violence dans notre roman, depuis les coutumes du monde arthurien, le devoir et la passion de vengeance jusqu'à l'amour et la haine en passant par la volonté d'affirmer sa puissance.

19Cette violence s'exprime essentiellement dans les grands affrontements collectifs, les combats singuliers ou duels, si caractéristiques des romans de chevalerie mais aussi dans les joutes langagières et même dans les rêves.

  • 18 Quelques exemples parmi de nombreux autres : "aspre et cruel" (VII, § 44) ; "cruel et felenesse" ( (...)

20Le tournoi est assurément l'un des lieux où se déchaîne le plus volontiers la violence ; certains se terminent dans un bain de sang, tel le tournoi de Louveserp au tome V ; tuer paraît parfois la seule issue possible si l'on veut échapper à un guet-apens : ainsi le jour où Galaad dut affronter seul quarante chevaliers qui lui avaient tendu une embuscade pour le tuer, il dut éliminer ses adversaires avant d'assener un coup mortel à celui qui avait fomenté ce complot (VII § 61). Les adjectifs de "cruel", d'aspre", de "felenesse" qualifient régulièrement ces combats. Il est dit que les combattants se portent "envie" et "rancune", au sens d'animosité. d'hostilité18.

21L'auteur a peint avec beaucoup de réalisme certaines batailles : au Perron Merlin, par exemple, lorsque Tristan affronte Lancelot alors qu'il croit se battre contre Palamède, en peu de temps les épées étaient "beles et cleres et fourbies si que on s'i peùst mirer : or est cangie lour coulour, car eles sont orendroit taintes et vermeilles de lour sanc, si k'il n'i apert orendroit se sanc non" (III, § 250. 5-8). Au château des Pucelles, Tristan, le Chevalier à l'Ecu Noir,"bruiant conme li foudres" (II, § 177, 36) s'élance sur le roi Arthur, qui, fait rare, participe aux joutes ; il pense le frapper, mais le roi lui brise son bouclier. Aussitôt Tristan s'arc-boute sur ses arçons et "s'embronce sour le roi et se hurte en lui du pis et du cors et du visage et de lui tout si durement que li rois vuide les archons ambesdeus, si estourdis, si estonnés de grant manière k'il sambloit k'il fust mors" (II § 178. 3-7). Puis, sans prendre le temps de tirer son épée, il s'élance sur Palamède, l'agrippe avec ses mains, le tire à lui, l'obligeant à vider les arçons et "le porte entre ses bras, tout ensi armé com il estoit, plus d'une lance loing du ceval !" Et lorsqu'il ne peut plus le tenir, il le laisse tomber à terre au milieu des pieds des chevaux avant de s'en aller sans même le regarder.

22Une pointe d'humour parfois se glisse. Ainsi, après le combat qui opposa Lancelot au Chevalier à L'Ecu Vermeil, alors que Tristan annonce à ce dernier que les spectateurs avaient l'impression qu'il avait le dessus, celui-ci lui répond : "Petit m'en aperçui que je sentisse ses caus amenuisier : et cil qui ce disoient, s'il sentissent les caus que je sentoie et que je rechevoie, il ne deïssent mie que jou en eusse le meilleur ! Mais il disoient ce dont a poi lour estoit." (VII. § 210).

23La description de plusieurs joutes ne manquent pas de piquant. Se battre sur un pont n'est point sans danger et l'on voit des chevaliers désarçonnés "voler dans l'eau" et se sauver en s'agrippant à la monture de leur adversaire (VII. § 10) : accroché à la crinière d'un cheval robuste, il peut regagner la terre ferme. Tristan connaîtra d'ailleurs cette mésaventure (VII. § 13). Si Bliobleris eut la chance de rester ferme sur le pont, c'est son cheval qui vole dans l'eau (VII § 17). Quant aux échanges de coups entre Gauvain et Brehus qui projette ses deux pieds sur la poitrine de Gauvain, ils feraient plutôt penser à un match de catch ! (VII § 187).

24D'autres joutes, loin de faire sourire, frôlent le tragique : l'incognito peut en effet conduire au drame ; c'est ainsi que Kahédin, pour avoir tu son identité, se trouve en train de lutter contre son père ; il aurait pu le tuer ou être tué par lui (1, § 143, 4).

25Mais heureusement la violence des joutes se termine souvent dans la joie et les embrassements. Lancelot et Tristan, à l'issue du tournoi du Perron Merlin "s'entracolent et se vont entrejoiir aussi merveilleusement corn s'il fuissent frère carnel"(II § 258, 26, 27). Il fallait un combat de cette violence extraordinaire pour que Lancelot et Tristan deviennent comme deux frères. La haine mortelle contrebalance les belles amitiés.

  • 19 Autre exemple d'adversaires qui deviennent amis : après un combat qui avait opposé Tristan à Sagre (...)

26A ce propos, l'étude de la violence dans les rapports entre Tristan et Palamède révèle les relations complexes qui unissent les deux hommes. Ils se vouent une animosité profonde et ancienne, née depuis le jour où Tristan est venu en Irlande pour chercher Yseut (VII § 84). Cette haine est ravivée lorsque Palamède découvre que Tristan se fait passer pour lui quand il accomplit des exploits, lui volant ainsi jusqu'à sa gloire. Mais un jour que Tristan, prisonnier d'un seigneur dont il a autrefois tué le fils, doit être exécuté sous les yeux de Palamède, ce dernier se réjouit d'abord du sort réservé à son ennemi ; il rêve même à un avenir enfin heureux pour lui : débarrassé de son rival, grâce à cette exécution, il se ferait baptiser et pourrait conquérir le coeur de la reine Yseut ! (VII, § 93). Malheureusement pour lui son rêve s'effondre quand, saisi de pitié pour Tristan et comprenant tout ce que représenterait pour la chevalerie la disparition d'un tel être, il décide à son tour de recourir à la violence pour sauver Tristan. Ils renonceront alors à leur inimitié et le tome VII s'achève sur Tristan qui quitte la joyeuse Garde pour aller délivrer Palamède retenu prisonnier19.

  • 20 Un jour que Tristan et Palamède échangent des propos aigre-doux, la joute ne reste verbale que par (...)

27Les joutes chevaleresques ne doivent pas faire oublier les échanges verbaux souvent très animés : la joute langagière se subtitue parfois à la joute physique. Contraints par le roi Galehondin de mettre un terme à leur affrontement. Tristan et Palamède, tous deux grièvement blessés, continuent de s'agresser et de discuter à la table du roi (VII. § 84)20.

  • 21 C'est l'arrivée de deux chevaliers de la Table Ronde qui les sépara.

28Le combat de paroles porte généralement sur le classement des quatre plus belles dames et des quatre meilleurs chevaliers. La discussion tourne surtout autour de la beauté respective de la reine Yseut et de la reine Guenièvre, sur les mérites comparés de Tristan et de Lancelot. Et parfois ils seraient prêts à recourir à la force brutale des armes pour rendre un jugement. Le Chevalier à l'Ecu Vermeil rapporte à Tristan la joute verbale qui mit aux prises Celicès et Lancelot parce que Celicès n'admettait pas que Lancelot classât Guenièvre avant Yseut (VII. § 224)21.

  • 22 Autre exemple : Gauvain s'élève contre son oncle qui reçoit avec tous les honneurs Lamorat, le fil (...)

29Gauvain a l'art d'assener des propos agressifs22. Le jour où il a forcé l'entrée de la tente de la reine, non seulement il laisse entendre que sa réputation est surfaite, mais il ajoute que celui qui voudrait chercher trouverait un aussi bon chevalier que Tristan. La reine, sans perdre son sang-froid lui tient tête en attendant le retour d'Erec parti chercher des armes pour punir cet insolent (VII, § 50).

30L'ironie peut se glisser dans ces joutes langagières comme le jour où Tristan et Gauvain discutent, sans dévoiler leur identité, des mérites de Gauvain ; c'est l'occasion pour Tristan de dire avec un malin plaisir que Brehus sans Pitié et Gauvain "sont d'une loy" (VII, § 181), aussi félons l'un que l'autre (VII, § 187).

31La violence s'exprime aussi dans les rêves. Tristan dans un premier rêve voit un oiseau détruire la Joyeuse Garde, emporter la reine Yseut au delà des mers, puis arracher la couronne de la tête du roi Arthur avant de tuer Tristan (VII, § 132) ; dans un second rêve Tristan aperçoit un feu venir de Cornouailles et tout embraser ; la reine meurt dans cet incendie et le roi Marc arrache le coeur de Tristan (VII, § 175). Ces songes inquiétants font pressentir que de grands malheurs liés à une violence bien réelle risquent de survenir.

32Divers enseignements peuvent être tirés de tout ce déchaînement de violence dont viennent d'être dégagées les causes et les manifestations.

  • 23 E. Baumgartner, t.VI, p. 20.
  • 24 De même Lancelot a libéré les défilés de Sorelois en tuant le frère de Plénorius (I, § 72, 24).

33Assurément il y a une violence salvatrice : Tristan en tuant le Morhout a délivré la Cornouailles du servage d'Irlande ; en combattant contre les Saxons et en affrontant en combat singulier leur chef Héliam Le Noir, père d'Hélie, il obtient la reddition des Saxons et délivre une seconde fois la Cornouailles. Il est à noter qu'il a sauvé le roi Marc en l'arrachant en pleine mêlée aux mains des Saxons. Il rend encore service lorsque, "même fou, il retrouve les gestes salvateurs du chevalier pour mettre à mort le géant, le redoutable Taulas de la Montagne"23 qui dévastait la Cornouailles24 En tuant ses adversaires, le Chevalier à l'Ecu Vermeil a délivré de prison et arraché à la mort Dynas victime de la méchanceté du roi Marc (VII, § 177 et 222).

  • 25 Cf.I, §§ 23 et 24 et VII, § 120 au Château Félon. Beaucoup de ceux qui ont maintenu de telles cout (...)

34Bénéfiques aussi ces combats qui libèrent de servitudes infamantes. Les joutes permettent, c'est un fait indéniable, de mettre un terme à des coutumes aberrantes, comme celle qui veut que tout chevalier errant lié à la maison du roi Arthur soit emprisonné lorsqu'il descent dans tel ou tel château25, coutume "anieuse et mauvaise" (I. § 23. 17) comme le souligne Lancelot.

35Bienfaitrice encore la violence qui rend la liberté à d'innocentes victimes : c'est le cas d'Engenès lorsqu'il arrache à la mort Galaad (VII. § 105) victime de Brehus sans Pitié : c'est le cas de Guivret de Lamballe qui délivre Tristan (VII. § 146) et de Palamède aussi comme on l'a vu un peu plus haut.

36La violence peut enfin rétablir une certaine justice : en tuant ses adversaires, le Chevalier à l'Ecu Vermeil a délivré de prison et arraché à la mort Dynas victime de la méchanceté du roi Marc (VII § 177 et 222). Lorsque Day m se retrouve avec Galaad dans la prison de Brehus, la violence dont il est victime est le juste salaire de ses noirs desseins : l'année précédente il s'était embusqué pour s'emparer de Brehus (VII § 65) et, quelques instants auparavant, il avait invité chez, lui Galaad avec l'intention de le remettre entre les mains de son ennemi mortel (VII. § 66).

37On aura sans doute remarqué qu'une violence bénéfique va de pair avec une condamnation de certaines coutumes. Tandis que le sénéchal Keu défend la coutume du conduit, Kahédin la juge "laide et vilainne" (I, § 126. 48). Palamède, lui, se bat contre douze chevaliers pour remettre une demoiselle à son compagnon précédemment vaincu (VII. § 128). Tristan intervient lorsque Sagremor, portant vainqueur des écuyers qui escortaient la fille du roi de la Cité Vermeille, s'apprête à partir avec elle (VII. § 45). Il lutte donc contre une coutume bien établie dans le monde arthurien.

38Cependant même si de nombreuses joutes mortelles semblent avoir d'heureux effets, il n'en demeure pas moins que quelques personnages émettent des réserves sur son utilisation. A Herech qui vient d'abattre Gauvain, celui qui a osé insulter Yseut, la reine déclare : "faire tuer ce chevalier ne serait pas courtois" (VII. § 53).

  • 26 C. Ferlampin-Acher, "Dialogues dans le Tristan en Prose", dans Nouvelles Recherches sur le Tristan (...)
  • 27 Traduction de M.L. Chênerie, Paris, Champion, pp. 96-97.

39Kahédin, dans ce monde de violence, cherche plutôt à éviter les combats. Alors qu'il est souvent dit que "tout chevalier qui refuse de jouter contre un adversaire se couvre de honte" (VII § 7) il ne répond pas au défi de Palamède, furieux d'apprendre que Kahédin aime comme lui la reine Yseut. Il "esquive le combat physique, grâce à la lutte verbale, puis il n'hésite pas à mentir en affirmant qu'il n'a jamais aimé la reine Yseut"26 Défié par Palamède, il refuse de se soumettre aux aléas de la bataille : "Ce n'est mie trop grant santé que de bataille. Je ai bien tant celui fait esprouvé que je sai auques que venir em puet" (I, § 105. 17) ; oui. "ce n'est jamais très sain de se battre. J'en ai si bien fait l'expérience que je sais suffisamment ce qui en peut advenir"27. Il ne se battra pas pour une parole, car le verbe n'est que jeu et que les coups sont bien réels. Kahédin est d'ailleurs celui qui affirme bien haut qu'au pays de Logres, on se bat "pour noient" (I, § 122, 50) : tout le profit et toute la gloire consistent à se renverser, se tuer, se mutiler réciproquement ; dans ce pays les chevaliers au lieu de se saluer "s'entrabatent et ochient" (I, § 121, 36) : cela "ne me samble pas santé !" ajoute-t-il. Kahédin montre à quel point l'aventure a perdu de son sens, elle n'est peut-être plus qu'un principe vide.

  • 28 Brunor délivra notamment le père de la demoiselle à la harpe (VII, § 166).

40Comme Kahédin, Dinadan refuse tous ces combats inutiles et il est exaspéré par tous ces chevaliers qui, rencontrés au hasard des aventures, demandent de jouter : "Gardés vous de moi ! ajouter vous convient" (IV, § 96 ; § 118, 26-27). On remarquera que Brunor le Noir, frère de Dinadan, ne combat que pour répondre à une attaque, à un défi ou pour venir en aide à un chevalier en difficulté28. Galaad de son côté rappellera à Tristan que vouloir lutter contre un chevalier fatigué n'est pas "manière de preudome" (VII § I 16). Et Tristan lui-même est le premier à regretter d'avoir inutilement abattu Lucan le Bouteillier dans sa hâte de venger Dinadan (III, § 34, 5). Même le narrateur, devant le combat épique que se livrent Palamède et Tristan et qui risque d'être mortel, assimile ces jeux violents au jeu "des testes rooignier" (VII, § 84). Assurément ces voix laissent percer une discrète critique du monde chevaleresque.

41Mais que penser du duel judiciaire, considéré longtemps comme la panacée pour régler un cas litigieux ? Lorsque, pour défendre son frère prisonnier et accusé à tort d'avoir tué un chevalier du lignage du roi Ban, le Chevalier à l'Ecu Vermeil livre au Castel Estroit un combat judiciaire contre Lancelot (en fait ce dernier s'imagine avoir en face de lui Tristan) le combat est si acharné que Tristan, en suivant attentivement leur combat, tremble pour la vie de Lancelot. On ne sait ce qui se serait passé sans l'arrivée d'un chevalier qui parvient à temps pour rétablir la vérité (VII, § 194-206). Le duel a failli constituer une belle erreur judiciaire !

42Celui qui oppose Tristan à Palamède est d'une telle violence que les spectateurs supplient le roi Galehondin d'arrêter le combat : alors que le roi commence par refuser sous prétexte que ce serait agir à l'encontre des coutumes de ce pays, ils s'écrient qu'en une telle circonstance, on ne respecte pas la coutume du pays. (VII, § 79). C'est ce que fit d'ailleurs le roi. La voix des spectateurs ne serait-elle pas celle des lecteurs de l'époque ?

43On sait d'autre part qu'un chevalier errant ne doit pas s'écarter de son chemin, mais est-il vraiment sage de ne jamais dévier de sa route même pour éviter une embuscade ? Engenès. apprenant que trente hommes sont postés, prêts à tuer Galaad, refuse de continuer à l'accompagner : la compagnie de la Table Ronde a été instaurée, rappelle-t-il, "pour assurer notre vie et non notre mort" (VII, § 59). Je ne suis pas encore assez fou. ajoute-t-il, pour vouloir m'exposer à la mort d'une façon aussi directe. Engenès remet donc en cause un principe de la chevalerie errante.

44Remise en cause aussi de l'incognito si cher à la chevalerie errante. Les chevaliers errants, à la recherche d'aventures, circulent bien souvent incognito avec des armoiries qu'ils ne portent pas d'habitude : ils cachent parfois leur identité même à leur compagnon de route et on reste des mois sans savoir, par exemple, où est passé Tristan. Or, lorsqu'au bout d'un an, Dinadan retrouve enfin Tristan, il lui lance : "Li mauvais se vont repounant" (VI, § 152, 21-22). Et tandis qu'avec le sourire Tristan lui fait remarquer que cet accueil est pour le moins discourtois. Dinadan persiste et précise : "On doit bien paiier cascun home selonc ce qu'il a deservi : qui au fol vauroit dire sens, il se coureceroit tantost. Pour ce couvient dire au fol folie et au sage sens. Se tu sages cevaliers fuïsses, je t'eusse certainnement parlé de sens quant je vins cha en cest ostel" (VI, § 152, 30-34). On ne peut être plus clair : par la bouche de Dinadan, l'auteur stigmatise probablement l'attitude de ceux qui s'obstinent à dissimuler leur identité dans leur quête d'aventures, même si parfois un louable souci d'authenticité les pousse à adopter un tel comportement.

45Dans le Roman du Tristan en Prose, les réconciliations, comme on l'a indiqué, succèdent aux joutes violentes. Après avoir déposé les armes et appris le nom de leur adversaire, les chevaliers ne rivalisent plus qu'en échangeant courtoisement des compliments. On voit des ennemis du malin festoyer ensemble le soir même. Mais que valent ces manifestations ? Seraient- elles des réconciliations de façade ?

  • 29 Persuadé que Tristan et Palamède ne peuvent pas plus vivre ensemble que la clarté avec l'obscurité (...)

46Sans doute certains affrontements débouchent-ils sur une réelle amitié virile, mais l'auteur, par la bouche de Dinadan, ne regarde-t-il pas avec un sourire amusé ces manifestations ? "Je ne vi onques si foie gent ne si niche corn sont li chevalier errant du roiaume de Logres qui pour noient se vont toute jour mettant a mort et pour noient se racordent. Voirement font il corn li petit enfant ki legierement se courouchent ensamble et mout legierement se racordent" (IV, § 115, 17-23). Il ne croit guère, semble-t-il, à la réconcilation de Tristan et de Palamède. A ses yeux, c'est "la pais Renart !" (VII, § 131)29. Sous les propos railleurs de Dinadan se cache sans doute une critique des réconciliations de ces héros qui passent rapidement de l'état d'ennemi à celui d'ami, à moins que ce ne soit une condamnation de l'absurdité de ces affrontements. Il faut se rappeler à quel point le roi Galehondin condamne l'animosité qui règne entre Palamède et Tristan : "Ce n'est pas courtoisie quant entre vous deux si preudomes conme vous estes, a descorde et ire mortel !" (VII, § 84).

47La violence, on le sait, peut être liée à l'amour. Alors, que penser de ceux qui par amour risquent leur vie dans de violents affrontements, de ceux qui par désespoir sont prêts à se faire violence ?

  • 30 "Palamides, se Diex me saut, vostre folie et vostre rage vous valut ja en aucun tans, et si a ele (...)

48Remporter des victoires peut-il donner le bonheur ? Telle est la question que l'on doit se poser en voyant Palamède chercher sans cesse à se dépasser et à se surpasser pour éclipser Tristan. Puisqu'il ne pourra jamais être aimé d'Yseut, ne faut-il pas avec Dinadan juger que sa valeur est liée à sa grande "folie", à sa démesure (V, § 157, 38-41)30 ? Dinadan juge bien peu raisonnable pour un chevalier de "se mètre en aventure de mort", de risquer sa vie pour les beaux yeux d'une dame et prie Dieu de le garder d'amours qui "metent au lit mortel" (V, § 54, 22). Si Dinadan était le porte-parole de l'auteur, il faudrait voir là une marque de son pessimisme. Toutefois l'on doit bien admettre que même un amour sans espoir a transformé Palamède et l'a rendu capable d'exploits guerriers.

49Quant à ceux qui, par amour ou jalousie, se livrent à des gestes de violence, sombrent dans la folie ou désirent se tuer de désespoir, ils sont parfois les premiers à se juger.

  • 31 "Amours, desloial cose, estraite de male part,...vous fustes conceü et née pour le destruiement du (...)
  • 32 "Mesire Tristrans, qui l'entend, dist que trop a bien parlé li cevaliers et soutieument" (VII, § 3 (...)

50Le Chevalier aux Armes d’Argent, un soir où, désespéré, il accuse Amour de le tuer31 et le compare au serpent qui fit le malheur du premier homme, se reprend et reconnaît son erreur : "Comme Adam, je voulais être l'égal de Dieu lorsque je désirais ardemment la compagnie de la plus belle dame du monde" (VII § 32).Tristan qui l'a entendu approuve ces paroles32

  • 33 E. Baumgartner, La Harpe et l'épée. Tradition et renouvellement dans le "Tristan en Prose", Paris, (...)

51C'est la reine Yseut qui rappelle ajuste titre à Kahédin que "Folie n'est pas vasselage", c'est-à-dire que folie n'est pas vaillance (I, §158, v. l). Ce que Kahédin appelle amour, elle le nomme folie. "La folie amoureuse..." met ainsi "à nu le fond de violence des héros et de la nature humaine et la fragilité des acquis de la courtoisie33

52En réalité tous ces chevaliers qui combattent, mûs par un amour sans espoir pour la reine sont en quelque sorte des doubles malheureux de Tristan. Kahédin surtout, qui paye de sa vie son amour pour la reine, préfigure la fin de Tristan.

53Dans ce roman, contrairement à la version des romans en vers, les amants ne meurent pas d'amour. Les rêves avaient bien annoncé de façon prémonitoire leur disparition. Recourant à la violence, le roi Marc blessera à mort son neveu d'une lance empoisonnée, alors qu'il interprète un lai dans la chambre de la reine. Sa lance a fait taire à tout jamais la harpe.

  • 34 Cf. E. Löseth, op. cir., p. 388 : "Il la serre si fort qu'elle étouffe et au même moment il expire (...)
  • 35 La Mort Artu, éd. J. Frappier, Genève, Droz, 1964, § 192 : "li rois... se dresce a peinne comme ci (...)

54La mort violente de Tristan qui se produit avant La Mort Artu annonce la disparition prochaine du monde arthurien d'autant plus que Tristan, dans une dernière étreinte, étouffe la reine Yseut34 comme le roi Arthur broiera contre sa poitrine Lucan le Bouteillier35

55En conclusion, l'étude de la violence dans le Roman de Tristan en prose permet de discerner, au coeur des aventures les plus exaltantes, des doutes émis sur la fonction de l'aventure chevaleresque, sur l'unité de la chevalerie errante, sur la survie du monde arthurien, des doutes sur la pérennité de l'union de l'amour et de la prouesse.

Notes

1 Le Roman de Tristan en Prose, tomos I, II, III, IV, V, VI, Textes littéraires français, Genève, Droz. Le tome VII est à paraître.
E. Löseth, Le roman en prose de Tristan, le roman de Palamède et la Compilation de Rusticien de Pise, analyse critique d'après les manuscrits de Paris, Paris, E. Bouillon, 1891. Réimpr. Burt Franklin, New York, 1972.

2 D. Poirion, Précis de littérature française du moyen âge, Paris, PUF, 1983, p. 106-108.

3 "Ce ne fu pas tournoiemens ains fu ausi conme morteus bataille" (II, § 210, 23).

4 Claudas de la Déserte a garde un pont pendant deux ans (VII, § 6).

5 Au château Harpinel soixante chevaliers attendent les chevaliers errants pour les couvrir de honte (VII, § 127) ; le château Félon ne leur réserve pas un meilleur accueil (VII, § 120). Lamorat défait successivement une vingtaine de chevaliers (IV, §§ 97-112).

6 Le Roman de Tristan en prose, t.II, éd. par M.L. Chénerie et Th. Delcourt, Introduction, p.55.

7 Gaheriet, le frère de Gauvain, lorsqu'il découvre la relation de sa mère, la reine d'Orcanie avec Lamorat, ne craint pas de la décapiter, mais il laisse la vie sauve à son amant a cause de la "boine chevalerie k'il set en lui" (IV, § 144, 20).

8 La jeune fille expliquera finalement la raison de son chagrin : sa maîtresse, la fée Morgane, est en train de tendre une embuscade contre Lancelot ; or la demoiselle veut "mout grant bien" à ce dernier.

9 E. Baumgartner, Le Tristan en prose, Essai d'interprétation d'un roman médiéval, Genève, Droz et Paris, Minard, 1975, p. 176.

10 Palamède tue les deux serfs accusés d'avoir perpétré le meurtre du roi de la Cité Vermeille (V, § 117-127).

11 Brehus ira jusqu'à arracher le heaume de la tête de Gauvain et à faire gicler le sang.

12 "S'il pooit en aucune manière monsigneur Tristran ochirre, il l'ochirroit volontiers" (IV, § 3, 26).

13 Ce lai, composé par l'insolent Dinadan, est une réponse à la lettre du roi Marc dénonçant l'infidélité de la reine Guenièvre et il stigmatise sur un ton sarcastique la lâcheté du roi Marc.

14 La reine Yseut mourra dans une ultime étreinte de son amant.

15 Or crie, or brait, or se taist. Or vait ses mains détordant et se donne en mi le pis si grant caup de tout som pooir que merveille est qu'il ne se froisse tout le pis" (VII, § 30).

16 Victime des sévices des bergers, Tristan ne leur en tiendra pas rigueur et même viendra à leur secours lorsque Daguenet les attaquera. (I, § 170).

17 "Douce Yseut, des roynes dame / Biauté du siècle, estoile et jame, / Ne soufres que mete sous lame / Chelui qui plus t'aimme que s'ame".(VI, § 24, 53-56).

18 Quelques exemples parmi de nombreux autres : "aspre et cruel" (VII, § 44) ; "cruel et felenesse" (VII, § 75) ; "rancune" (V, § 197, 5 ; V, § 246, 13 ; VII, § 79).

19 Autre exemple d'adversaires qui deviennent amis : après un combat qui avait opposé Tristan à Sagremor, puis à ses amis dont Perceval, ce dernier, après avoir reconnu son adversaire, lui demande de lui pardonner et aussitôt tous deux se manifestent leur joie. La nuit suivante, dans le château de Sagremor," ils firent si grant feste et si grant rage que jamais si grant ne vesrés" (VII, § 45).

20 Un jour que Tristan et Palamède échangent des propos aigre-doux, la joute ne reste verbale que parce que Tristan doit se rendre à un duel judiciaire (VII, § 35).

21 C'est l'arrivée de deux chevaliers de la Table Ronde qui les sépara.

22 Autre exemple : Gauvain s'élève contre son oncle qui reçoit avec tous les honneurs Lamorat, le fils du roi Pellynor de Listenois, le meurtrier de son père (IV, § 132, 13).

23 E. Baumgartner, t.VI, p. 20.

24 De même Lancelot a libéré les défilés de Sorelois en tuant le frère de Plénorius (I, § 72, 24).

25 Cf.I, §§ 23 et 24 et VII, § 120 au Château Félon. Beaucoup de ceux qui ont maintenu de telles coutumes l'ont payé de leur vie (VII, § 160).

26 C. Ferlampin-Acher, "Dialogues dans le Tristan en Prose", dans Nouvelles Recherches sur le Tristan en Prose, Paris, Champion, 1990, p. 115.
Sur Kahédin, voir E. Baumgartner, "Le personnage de Kahédin dans le Tristan en prose, dans Mélanges J. Frappier, t. I,1970, p. 77-82.

27 Traduction de M.L. Chênerie, Paris, Champion, pp. 96-97.

28 Brunor délivra notamment le père de la demoiselle à la harpe (VII, § 166).

29 Persuadé que Tristan et Palamède ne peuvent pas plus vivre ensemble que la clarté avec l'obscurité (VI, § 152, 54), Dinadan les compare à Renart et à Ysengrin, lorsqu'il les découvre réunis sous le même toit : "Se concorde est entr'aus par aucun pecié. Renard et Ysengrins sont frère et bien voellans et cier ami ! (VI. § 152, 60-61). Seule la peur, à ses yeux, peut justifier qu'ils mettent un terme à leur rivalité (V, § 141, 46).

30 "Palamides, se Diex me saut, vostre folie et vostre rage vous valut ja en aucun tans, et si a ele ore fait a cestui point, car ceste emprise ne vous mut mie de sens, ains vous mut de grant folie !"

31 "Amours, desloial cose, estraite de male part,...vous fustes conceü et née pour le destruiement du monde !... celui serpent sy vous nourri et alaita et pour chou estes si menchoigniere" (VII, § 31).

32 "Mesire Tristrans, qui l'entend, dist que trop a bien parlé li cevaliers et soutieument" (VII, § 32).

33 E. Baumgartner, La Harpe et l'épée. Tradition et renouvellement dans le "Tristan en Prose", Paris, SEDES, 1990, p. 37.

34 Cf. E. Löseth, op. cir., p. 388 : "Il la serre si fort qu'elle étouffe et au même moment il expire lui-même."

35 La Mort Artu, éd. J. Frappier, Genève, Droz, 1964, § 192 : "li rois... se dresce a peinne comme cil qui estoit pesanz por ses armes ; il prent Lucan qui desarmez estoit et l'embrace et l'estraint, si qu'il li crieve le cuer el ventre si onques ne li lut parole dire, einz li parti l'ame del cors.

Auteur

Université de Paris III Sorbonne Nouvelle

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540