Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

La violence dans le monde médiéval

La violence dans le Romuleon ou Faits des Romains de Roberto Della Porta

Christiane Raynaud

Testo integrale

"Encore un Fait des Romains"
(L.F. Flutre, Neophilologus 19 et 21, 1934-6)

  • 1 B. GUENÉE, La culture historique des nobles. Le succès des Faits des Romains (xiiie-xve s.) in P. (...)
  • 2 G. RAYNAUD DE LAGE, L'Histoire ancienne jusqu'à César et les Faits des Romains, Le Moyen Age, 1949 (...)
  • 3 L'Humanisme médiéval dans les littératures romanes du xiie au xive s., Paris, C. Klincksieck, 1964 (...)
  • 4 Roberto della Porta a rempli et même dépassé le programme ambitieux de l'auteur des Faits des Roma (...)
  • 5 Neveu du célèbre cardinal Gil Alvarez Carillo de Albornoz (1310-1367), il fut sénateur de Rome et (...)
  • 6 Mes recherches ne m'ont pas permis de trouver à ce jour d'autres œuvres de Roberto della Porta, ni (...)
  • 7 Le texte reprend de manière succinte la narration de Tite-Live.
  • 8 L'auteur les cite dans son prologue. Saint Augustin, Valère Maxime, Salluste, Suétone, Spartien, L (...)
  • 9 Son objet est en effet de "descripre les glorieux et haultains fais des tres nobles roys consuls e (...)
  • 10 Bruxelles, B.R. 9816, Notice n° 173, p. 177, in La Miniature flamande. Le mécénat de Philippe le B (...)
  • 11 G. DOUTREPONT, La littérature française à la cour des ducs de Bourgogne, Philippe le Hardi, Jean s (...)
  • 12 Un exemplaire perdu Barrois (J.) Bibliothèque protypographique ou Librairies des fils du roi Jean (...)
  • 13 Le ms 9055 est conservé à Bruxelles Miniature en grisaille, catalogue par Pierre Cockshaw, Bruxell (...)
  • 14 P. PHILIPPOT, Les grisailles et les degrés de réalité de l'image dans la peinture flamande des xiv(...)
  • 15 Son œuvre majeure est le Bruxelles, B.R. ms. 9066, Croniques et conquestes de Charlemaine.
    C. DEHAI (...)
  • 16 Le manuscrit compte une image de dédicace (fol. 25), de construction de ville (fol. 32), deux repr (...)
  • 17 La mort de César est illustrée très tôt et pas seulement dans les Faits des Romains. Ainsi fol. 10 (...)
  • 18 De 1456 à 1461, comte de Charolais, Charles a pour compagnon Louis XI lors de son séjour à Genappe (...)

1Entre le dernier succès des Faits des Romains1 de l'Histoire ancienne jusqu'à César2 et le triomphe de l'humanisme3, le Romuleon constitue un maillon modeste mais nécessaire, qui prépare le public à accueillir des œuvres plus fortes (J. Monfrin). Il confirme aussi la vigueur des échanges culturels à cette époque. Ce précis d'histoire romaine est commandé à Roberto della Porta4 par le chevalier espagnol Gomez d'Albornoz5, gouverneur de Bologne en 1361-1362. Le jeune bolonais6 compose en latin, d'après Tite-Live7 et un douzaine d'auteurs8, un récit qu'il commence aux origines de Rome et conduit jusqu'à Constantin le Grand. Il ne retient que les faits dignes de "belle mémoire"9. Une copie sur papier est réalisée, toujours en Italie, en 143010. Elle figure peu après dans les collections du duc de Bourgogne11, Philippe le Bon, et sert de base à la traduction en français entre 1463 et 1465, par Jean Miélot, dont il existe six exemplaires12. Un des plus richement illustrés est le ms. 905513, exécuté sur ordre d'Antoine de Bourgogne et achevé en 1468. Les 322 feuillets de parchemin sont transcrits par David Aubert. Les grisailles14 sont de deux mains. Les plus belles sont dues à Jean Le Tavernier d'Audenarde15, un des artistes les plus originaux de la cour de Bourgogne, aux compositions riches et variées. Sur 82 miniatures16, 67 sont consacrées à la violence. Le programme iconographique, à côté des thèmes souvent repris17, présente des scènes nouvelles qui répondent aux préoccupations de l'heure. L'omniprésence de la guerre (I) et la hantise de la trahison (II) tiennent aux difficultés du début du règne de Charles le Téméraire18, mais elles n'expliquent pas seules le caractère profondément bourguignon du manuscrit (III).

I. L'omniprésence de la guerre

  • 19 La formule n'a rien de nouveau et persiste fort tard.
    J. BEER, Breton chivalry an inspiration and a (...)
  • 20 Cette démarche est en quelque sorte l'équivalent du souci de vérité manifesté de longue date dans (...)

2La guerre représentée est toujours médiévale, mais les anachronismes19 n'excluent pas la volonté de rendre compte fidèlement du texte ou de l'éclairer20. Ainsi

  • 21 En fait ces guerres de conquête sont précédées de guerres défensives contre les voisins immédiats. (...)

3a) Pour les guerres de conquête21, les images sont plus riches que le texte.

  • 22 Fol. 36 verso Romulus combat les Fidènes et les Véiens, dans la marge la devise d'Antoine, le gran (...)
  • 23 Véies se détache sur un ciel bleuté, les toits sphériques suggèrent un ailleurs où éloignement dan (...)
  • 24 L'or est en plus grande quantité pour les Romains.
  • 25 Ainsi dans le ms. fr. 30 du premier quart du xve s. de l'Histoire romaine de Tite-Live. L'emploi d (...)
  • 26 L'absence de bacinet, barbute, armet, chapel de fer ou salade pour Romulus et la qualité de l'armu (...)
  • 27 Dans le texte les combattants se battent à l'épée. A terre le Fidénate ou le Véien vaincu ou son c (...)
  • 28 L'absence de mort et de blessé du côté romain rend compte de leur supériorité militaire.

4Fig. 122 : A l'horizon, Véies23 enjeu de la bataille. Douze romains (à droite) affrontent à pied quatre Fidénates et Véiens, dont deux sont déjà en train de fuir. Le costume des combattants est rehaussé d'or24. Les pointes des genouillères, les rouelles des casques, les ceintures roulées, les ourlets dentelés et l'exagération de la taille de certaines plates sont des formules empruntées au théâtre de longue date et que l'on retrouve jusque sur les pièces des échiquiers25. Ici leur emploi systématique apporte au harnais blanc à l'italienne une touche d'exotisme. La légèreté de l'armement défensif de Romulus26 rappelle le mode de vie du fondateur, paysan et berger. Laissant son cimeterre au fourreau, il utilise d'ailleurs une hache, arme populaire par excellence. L'arc turquois et le cimeterre traduisent l'éloignement dans le temps27. Un gonfanon porte l'aigle sable sur fond or attribuée aux Romains dans tout le manuscrit28.

  • 29 Fol. 83 verso, Comment la cite de romme fut premierement apres la desolation faitte par les frança (...)
  • 30 Le texte ayant évoqué le pillage et l'incendie de Rome par les Gaulois ou Français, l'enlumineur r (...)
  • 31 A gauche, une armée en bon ordre sort de la ville (douze cavaliers). Marcus Furius Camille est le (...)
  • 32 Pendant un siècle Romains et Herniques (alliés de Rome dès 486 selon la tradition, en fait 306) lu (...)

5Fig. 229 : L'image ne se contente pas de montrer le dictateur Camille qui, Rome reconstruite30, vient se porter31 contre les Volsques et les Herciniens révoltés32.

  • Elle annonce l'intégration des vaincus par les vainqueurs car les uns ne se distinguent des autres que par leur situation et le nombre des vivants et des morts,
  • Elle suggère une mutation décisive de l'armée et de l'Etat romain par la figuration de deux types de cavaliers. Le premier, coiffé d'un casque de fantaisie, armé d'un cimeterre, évoque un stade archaïque ; le second en armure du xve s., épée pointée vers le cœur d'une des villes à conquérir, illustre les développements ultérieurs.
  • Enfin la bannière des vaincus, azur à trois fleurons d'or, laisse supposer, pour compenser le sac de Rome une victoire sur les Gaulois, qui ne correspond ni au texte, ni à la réalité.
  • 33 Deux épisodes, fol. 123 verso, Hannibal attachant des fagots enflammés aux cornes des boeufs, et f (...)

6b) Pour les guerres puniques, l'enlumineur accentue le parti pris de l'auteur en faveur des Romains33, sans pour autant ajouter une idée de croisade.

  • 34 L'enlumineur n'ignore sans doute pas que Charles le Téméraire "vouloit ensuyre et contrefaire" Han (...)
  • 35 Fol. 144 Hannibal fuyant devant Fabius Maximus Rullianus consul évoque de manière partisane les te (...)
  • 36 Au premier plan son cheval s'écroule. A côté d'Hannibal sans arme, un de ses hommes se retourne da (...)
  • 37 L'enlumineur illustre, folio 151 verso, la joute en champ clos entre Badius, un capouan, et le rom (...)

7Ainsi fig. 3, l'image montre Fabius Maximus à la poursuite d'Hannibal34 en Campanie et le duel d'Asellus et d'un capouan, Taureanus. La représentation simultanée des deux épisodes rend la fuite du Barcide en petit équipage encore plus honteuse35. Un, cavalier de son arrière-garde est tué36. La ruade et la queue dressée de sa monture forment seuls un obstacle dérisoire à l'avance de l'armée romaine bien ordonnée, nombreuse, lance au poing et épée au clair. Le duel au second plan fait partie de ces nombreux combats singuliers37 que l'auteur rapporte pour faire oublier les succès de la cavalerie campano-punique. Mais ici l'affrontement se fait à pied et la fuite du capouan n'est pas évoquée. La composition joue sur la position des quatre principaux protagonistes, elle oppose le courage de Taureanus, de trois quarts face, à la fuite d'Hannibal, de dos, et le rend ainsi digne de s'opposer au consul, déplacement éclairant.

  • 38 G. BLOCH et J. CARCOPINO, Des Gracques à Sylla, Coll. Glotz, 1926.
    F. HINARD, Sylla, Paris, Fayard, (...)

8c) Avec les guerres civiles38, mieux documentées, le problème est désormais de rendre l'essentiel d'un texte trop long pour donner lieu à une simple traduction.

  • 39 Folio 250 verso Bataille de Pharsale (29 juin 48).
  • 40 Le mot d'ordre des Pompéiens est Hercules invictus. A droite, Lentulus, au centre Scipion avec les (...)
  • 41 César oppose Marc Antoine à Lentulus, Cn. Domitius Calvinus à Scipion, P. Sulla à L.D. Ahenobarbus (...)
  • 42 J. BEER, A medieval Cœsar, Genève, Droz, 1976, 272 p. Pharsale figure également dans un manuscrit (...)

9Aussi, fig. 439,, l'image qui illustre la bataille de Pharsale40 ne donne à voir que la cité de Larissa, base de César, et la position forte des Pompéiens41 sur le terrain : supériorité numérique et hétérogénéité, avec des personnages enturbannés et un bouclier anthropomorphe pour les légions syriennes. Elle souligne à l'inverse l'homogénéité des troupes de César42. L'enlumineur substitue à l'antique une stratégie médiévale moins complexe, plus accessible au lecteur ; les trois grandes phases de la bataille sont bien décrites :

  1. Crastinus, un pompéien, engage le combat
  2. La charge de la cavalerie romaine se brise sur la cavalerie et les archers de Pompée
  3. La charge des Pompéiens, après l'affrontement des deux chefs, se termine par un échec.
  • 43 Renate BLUMENFELD-KOSINSKI, Not of woman born : representation of Cœsarian Birth in Medieval and R (...)

10Mais l'écrasante prépondérance de la cavalerie est en contradiction avec le texte, le ruisseau qui protège l'aile droite de Pompée n'est pas figuré. Scipion l'Africain et Marc-Antoine ne sont pas identifiables à coup sûr. Le premier rôle revient d'ailleurs aux deux consuls. Le seul contact effectif entre les deux armées est leur duel. Le simple chapel de fer de Pompée le situe à un degré inférieur de la hiérarchie militaire et politique par rapport à César que protège un bacinet43. Sa petite taille, sa situation dans l'image, l'absence d'armes et l'attitude de son cheval annoncent une défaite qui, dans le texte, ne va pas de soi.

11Utilisant des procédés et des formules maîtrisés de longue date, l'enlumineur témoigne de la persistance de l'idéal chevaleresque, mais il sait aussi rendre compte d'un nouvel état d'esprit, dominé par la hantise de la trahison.

II. La hantise de la trahison

  • 44 J. CHIFFOLEAU, Y. THOMAS, Histoire du crime de majesté jusqu'aux temps modernes (à paraître).
  • 45 J. BELLAMY, The Tudor law of treason, London, Rotuledge and Kegan Paul, 1979.
    E. POWELL, Kingship l (...)

12L'illustration contemporaine de la réflexion sur le crime de majesté44, menée en Angleterre et en France45, présente une typologie des différentes sortes de trahisons et, sans négliger les conséquences fatales d'une obsession pathologique, propose un éventail de sanctions mesurées. a) La traduction symbolique d'une double crainte.

13A la crainte de la défection des Alliés, s'ajoute la peur obsidionale du complot.

  1. Fig. 546 : L'enlumineur représente la trahison du roi de Bithynie (Prusias, qui accepte de livrer Hannibal) par un mouvement d'éloignement du personnage. A gauche, sur un chemin tortueux, le traître, sans couronne et de trois quarts dos, part seul, au pas de son cheval. A droite, à l'intérieur d'une maison forte, Hannibal tient la coupe de poison qu'il s'apprête à boire. Il est entouré des siens qui baissent tristement la tête. Rien dans l'image ne permet de deviner la malédiction proférée par le vieillard, si ce n'est la solitude de Prusias.
  2. L'idée de complot à l'inverse est traduite par un mouvement d'encerclement dont la mort de Pompée et César donne deux variantes.
  • 47 Fol. 257, "Comment achillas et photmius furent deputez pour aler devers pompee qui estoit ou rivag (...)
  • 48 Achillas et Photmius le frappent avec une lance, le texte parle d'épée.
  • 49 Rien dans le texte n'évoque cet arbalétrier. Il faut peut-être y voir une allusion au corps frança (...)
  • 50 En 67 Pompée soumet les pirates ciliciens.
  • 51 Le texte évoque une petite "naisselle" et l'oppose à la "nef" de Pompée.
  • 52 Philippos est un des affranchis de Pompée. Assis à l'avant pour relire le texte grec de son allocu (...)
  • 53 Un bateau de pêche.
  • 54 Ptolémée XIV, l'eunuque Pothéinos, Théodote de Chios, maître de rhétorique, Achillas stratège, son (...)

14Fig. 647 : Les assassins de Pompée, avec un chapel à bec péjoratif, le frappent48 ou vont le faire à partir de trois navires ennemis49. L'abordage rappelle que le consul s'est d'abord illustré dans la lutte contre les pirates50 mais ne correspond pas au texte où les meurtriers sont sur la même embarcation que lui51. Par contre l'image montre son compagnon, Philippos52, déjà mort, et le caractère civil53 de la nef par des ballots de marchandises. Comme les commanditaires du meurtre ne sont pas figurés54, l'image suggère que Pompée, responsable de la guerre civile, tombe victime des divisions qu'il a suscitées et qui se retournent contre lui.

  • 55 Fol. 276 "Comment la mort de Jule Cesar luy fut denunchie par moult de signes. Et par maint mervei (...)
  • 56 Marcus Junius Brutus décide du complot avec A.C. Cassius. Parmi les conjurés, dont dix noms sont c (...)

15Fig. 755 : Les conjurés font cercle autour du corps de César56. Un dissimule une dague dans son dos, un autre brandit son cimeterre, un troisième, accroupi, enlève au dictateur sa couronne fermée avant de le frapper. Quatre des sept conjurés se tournent vers l'organisateur, Brutus, à droite.

  • 57 "Parycides : occiseurs de leur pareil ou de leurs parents".
  • 58 Le texte précise qu'il reçoit 23 coups ; seule la seconde plaie est mortelle.

16En plaçant le crime au pied de la statue de Pompée, ce que ne signale pas le texte, l'enlumineur le justifie. L'assassinat de César venge la mort de Pompée. Le détail, attesté par ailleurs, prouve que l'artiste utilise d'autres modèles, sinon d'autres sources. Plusieurs indices confirment son indulgence relative à l'égard des "parricides"57, leurs armes sont en or, le corps est criblé de coups58, les plaies saignent mais les assassins ne frappent pas. Enfin Brutus ne tient pas d'arme.

17b) Cette double crainte suscite des réactions que l'enlumineur et l'auteur condamnent.

  • 59 Folio 221 verso, "Comment le roy Phelippe de Macedonne se consenty par hayne a la mort de demetriu (...)
  • 60 L'anecdote est au cœur d'une actualité encore récente, la révolte de Louis XI en 1440 encore dauph (...)
  • 61 La miniature est suivie d'une rubrique : "Comment le roy Phelippe de Macedonne se consenty..." cf. (...)
  • 62 La tête de Persée, le calomniateur, est au-dessus de la garde de l'épée. Une ligne verticale, conc (...)
  • 63 C. RAYNAUD, Le sacrifice d'Abraham (à paraître in Mythe, culture et modes de vie xiiie au xve s., (...)
  • 64 Philippe regarde vers la gauche, il se tourne vers son passé.

181. La fig. 859 : dénonce les extrémités où conduit une obsession pathologique de la trahison60. Dans la première partie de la miniature61, Philippe V de Macédoine, sur le mauvais conseil de son fils aîné, (à gauche, avec un chapel à bec62), donne l'ordre d'exécuter son cadet injustement soupçonné. Démétrius, nouvel Isaac63, se soumet à la volonté de son père. La pointe de l'épée du bourreau est dirigée symboliquement vers la tête de l'agonisant à droite. Là Philippe gît dans son lit, abandonné de tous. Le regard164 qu'il porte sur le supplice donne la raison de son chagrin mortel.

  • 65 Folio 41 verso, "Comment tullius hostilius, roy des romains et metius, roy des albanois desconfire (...)
  • 66 "Ce fut cy le premier et le dernier tourment non pas digne dexemple".
  • 67 Le texte précise qu'il n'avait pas plus de "courage que de foy".
  • 68 Pour cacher cette défection aux yeux de l'ennemi, Tullius Hostilius demande à ses hommes de lever (...)
  • 69 Quand Tullius l'emporte, Metius revient le féliciter. Le lendemain, Tullius convoque les deux armé (...)

192. La fig. 965 critique le supplice de Metius "non pas digne d'exemple"66. Le dictateur des Albains67, loin de venir en aide contre les Fidénates et les Véiens, au troisième roi de Rome, Tullius Hostilius, avait attendu l'issue de la bataille68. Hostilius l'avait alors fait écarteler69.

20La bataille figure au premier plan. Metius, près de la montagne où il va se réfugier, porte un coup bas à un adversaire mais déjà son cheval se retourne pour quitter les lieux. L'enlumineur traduit de manière originale la violence de l'affrontement : le cheval du chef des Fidénates mord le bois de la lance du vainqueur.

21Le supplice est située au second plan. A l'horizon, la ville enjeu du conflit. De manière symbolique, le corps du supplicié s'étire démesurément entre deux chariots dans le prolongement des deux armées. Parce qu'il réprouve cette cruauté, l'enlumineur ne montre pas le roi de Rome ordonnant le supplice.

  • 70 Folio 319 verso, la rubrique ne mentionne pas l'anecdote mais décrits sous un jour peu favorable l (...)
  • 71 Le texte dissocie le choix de Dioclétien ("Quant on enqueroit pour ung bon prince a la chose publi (...)

223. La fig. 1070 associe de façon polémique trahison, arbitraire et tyrannie. Pour illustrer l'arrivée au pouvoir de Dioclétien, le miniaturiste le représente, prêt à exécuter de sa main, à la requête des grands, Aper, beau-père de Numérien. La victime, chargée du crime de majesté, est peu flattée. La lame de son épée sépare l'empereur du dossier de son trône (le texte parle de "chaiere tribunale"71). La mort d'Aper est nécessaire :

  • elle évite les révélations embarrassantes sur le rôle trouble de Dioclétien,
  • elle écarte un rival dangereux72,
  • elle pourrait conférer au nouvel empereur un surcroît de légitimité par le châtiment du meurtrier de son prédécesseur73.

23Mais l'absence de jugement, dont s'effraient les témoins et l'exécution d'Aper par Dioclétien en personne, rappellent que son pouvoir absolu, fondé sur un meurtre, est tyrannique. Le tout annonce les persécutions généralisées contre les chrétiens.

  • 74 Assassinats, suicides et exécutions judiciaires se font de manière privilégiée par le poison.
    Folio (...)

24Cette hantise de la trahison et du poison74, comme les modalités de la guerre, donnent à l'illustration du Romuleon une tonalité plus bourguignonne que véritablement humaniste.

III. Un humanisme pragmatique limité par une politique toute bourguignonne et la morale chrétienne

  • 75 J. BEER, A medieval Cato virtus ou virtue ?, Speculum, 1972, XLVII, p. 52.
    J. BEER, A medieval Cæsa (...)

25De fait, le manuscrit a une fonction utilitaire pour reprendre l'expression de J. Beer75. A travers l'histoire de Rome, l'auteur et plus encore l'enlumineur rappellent les grandes lignes du programme politique qui, par-delà Antoine de Bourgogne, rassemble la noblesse bourguignonne autour de son nouveau duc.

  • 76 1465-1466, Louis XI reprend les villes de la Somme, la Picardie étant une province réputée inalién (...)

26a) Le grand dessein76, l'urgence est la lutte contre la France.

  • 77 Le procédé n'est pas nouveau, deux ans plus tôt, sous le règne de Philippe le Bon, il est utilisé (...)

27Le miniaturiste n'hésite pas, à plusieurs reprises, à doter les ennemis de Rome d'armoiries azur et or77.

  • 78 Folio 73 verso, "Comment il y eut une longue et griesve guerre entre les veyetains et les rommains (...)
  • 79 Les Romains augmentent le nombre des "tribuns chevalliers car on en crea huit a tout puissance con (...)

28Fig. 1178 : Le long conflit contre Véies lui permet d'aller plus loin. Le texte évoque les modifications politiques79 qu'impose, dans les deux camps, la durée des hostilités.

  • 80 Le texte insiste sur le siège : "les romains garnirent leur siege tout alentour de la cite et comm (...)
  • 81 Le chef des Romains, au premier plan, se bat avec une lance fort longue. Au second plan et vers la (...)
  • 82 Le personnage n'est pas couronné. Le couronnement d'un roi en "arrière" plan et tout à gauche semb (...)
  • 83 Pour autant que l'on puisse en juger les clercs sont à gauche, les laïcs à droite, leur costume es (...)
  • 84 L'onction avec le chrême de la sainte ampoule confère au roi de France une aura particulière.

29Sur l'image, au premier plan, douze Romains livrent aux Véiens une bataille meurtrière80. Le passage de la lance à l'épée81 traduit la violence de la mêlée. Les Romains ont poussé une pointe fort avant et les Véiens sont sur la défensive. Ils se distinguent des Romains par l'absence d'armure de plates complète, la présence d'un archer et le fait qu'ils comptent déjà deux morts dans leurs rangs. Au premier plan leur chef82 est percé d'un coup de lance. Leur bannière, azur semée et frangée d'or, flotte plus bas que l'aigle romaine. L'allusion à la France est confirmée par le couronnement d'un personnage en habit royal dans la salle du palais, qui se trouve au second plan. Deux clercs et trois laïcs83, les "pairs de France", placent sur sa tête une couronne ouverte à fleuron d'or. De manière polémique, le couronnement est préféré à l'onction84. Il n'empêche pas la défaite.

  • 85 Comme Charles le Téméraire avec la Ligue du Bien Public dont le chef nominal est Charles de France (...)

30b) Dans cette lutte contre la France, les Bourguignons jouent l'aristocratie contre le roi85.

  • 86 Folio 224 verso, "Comment la très riche et puissante cite de chorinthe fut arse et destruite lanne (...)
  • 87 Le consul est Q. Fabius Maximus Servilianus. L'image confond les deux événements, la prise de Cori (...)
  • 88 Ou du moins la révolte d'une partie de la ville. Le tout évoque la lutte du nouveau patriciat cont (...)
  • 89 L'arme remplace la doloire d'ordinaire utilisée pour les décollations et les mutilations judiciair (...)

31La fig. 1286 rappelle cet aspect très conservateur du programme. L'image dit tout autre chose que le texte où une longue description de la prise de Corinthe est suivie par le récit des quatorze ans de lutte contre Viriathe dans la province d'Espagne et du forfait de Servilianus87 (il fait couper les mains de cinq cents chevaliers lusitains qu'il avait invités). Dans l'image la prise de la ville, qui n'est pas défendue, vient sanctionner les bourgeois qui s'en prennent aux nobles88. Le camp romain aux portes de la ville est vide, car tous les hommes sont mobilisés pour donner l'assaut. Trois soldats, grâce à des échelles, ont pu gagner le haut des remparts. Les flammes qui surgissent des toits évoquent, de manière symbolique, la destruction complète de la ville par le feu. La scène qui se déroule sur une place justifie, excuse l'incendie par les assaillants. Trois hommes en turban, chapel à bec ou chapeau pointu, assistent au supplice d'un chevalier à manteline. A genoux, son bras droit, poignet dégagé, est posé sur un tréteau ; il tente de soustraire sa main au fer d'une énorme hache89, mais le bourreau la retient.

  • 90 Folio 52, "Comment apres les roys deboutez du royaulme de Romme Lucius Junius Brutus filz de la su (...)
  • 91 La taille du roi, sa chevelure, sa barbe, sa toge en font un titan, un géant des origines pour rep (...)
  • 92 La présence de l'archer et du combattant renvoie peut-être au caractère sauvage et indifférencié d (...)

32La fig. 1390 dénonce la passion politique qui donne le pas à l'Etat sur la famille, à travers l'exemple de Brutus qui sacrifie ses enfants accusés de complicité avec les Tarquins. La première moitié de l'image réunit deux scènes dans la même salle du palais. A gauche, Brutus, avec sceptre et couronne, pousse vers l'extérieur un des rois de Rome, qui n'a plus ses attributs. Le passage à la République est donc transformé en changement dynastique. La pointe du cimeterre du bourreau qui touche la manche de Brutus concrétise sa responsabilité dans une exécution dont l'image ne donne pas la raison. Un de ses fils, dénudé, attaché à une colonne comme le Christ de la Flagellation, a reçu le fouet ; l'autre pieds nus mais en robe, à genoux, les mains jointes, tourné vers son père, va être décapité. La seconde moitié de l'image décrit au premier plan une bataille entre Brutus et Tarquin91. La présence d'un archer et d'un combattant à la hache92 discrédite, par son caractère populaire péjoratif, les Tarquiniens, dont toute une partie fuit déjà.

33L'évolution positive qu'incarne Brutus et, après lui, les dirigeants de Rome est incomplète car ils restent païens.

  • 93 Paris, B.N., ms. fr. 30, Tite-Live, Histoire romaine, folio 30 verso, Lucrèce se suicide devant so (...)

34c) La morale chrétienne prend volontiers le pas sur les exigences de l'humanisme. Ainsi l'enlumineur ne représente pas les suicides qui ne donnent pas de prise à une condamnation, comme celui de Lucrèce93.

  • 94 Folio 293 verso,"... Finablement il bouta ung couteau en sa gorge et moru. Ce fut le premier qui t (...)
  • 95 Folio 292 verso quatre vignettes évoquent la tentative de noyer sa mère, le suicide de Sénèque, l' (...)

35Fig. 1494 : Le geste désespéré de Néron, péché suprême, est l'aboutissement logique d'une vie toute dévouée au Mal95. Néron se plante une dague dans la gorge, main gauche sous la joue il manifeste sa douleur. Un flot de sang tache sa robe. Sa position déséquilibrée le condamne, mais il garde sa couronne impériale. Son secrétaire (Epaphrodite-Létea) s'effraie de ce qu'il voit. Sa petite taille, son vêtement rappellent sa modeste extraction. Le fourreau vide à sa ceinture prouve que l'arme dont se sert Néron lui appartient.

  • 96 Folio 269 verso, "Comment Caton environ la premiere veille de la nuyt tira son espee hors du fourr (...)

36Fig. 1596 : La grandeur du geste de Caton ne lui épargne pas la réprobation. Il est debout, de face, dans un costume qui marque sa dignité, une épée plantée dans le ventre. Des deux mains, il écarte les lèvres de la plaie. Son regard baissé, tourné vers lui-même, le paysage de falaises abruptes et sauvages, l'arbre sec, les cailloux soulignent ou symbolisent le caractère stérile de son terrible geste. Sa solitude enfin interdit de le comparer au pélican christique.

  • 97 Folio 89 verso, "Comment une grande et hideuse ouverture fut faitte ou mylieu du marchie de romme (...)
  • 98 Le texte n'évoque pas cette solitude ; ici elle renforce le caractère inquiétant de la scène.
  • 99 Les "devineurs" avaient répondu aux Romains "que s'ilz vouloient que la chose publique fust saulve (...)
  • 100 Le texte en donne une assez bonne description "Adoncques ung jouvencel nomme marcus curtius vailla (...)

37Fig. 1697 : Le sacrifice de Marcus Curtius échappe quant à lui aux critiques chrétiennes. Rome apparaît entre deux collines. Sur une place s'ouvre une faille béante et noire. Un cheval richement harnaché et qui hennit de peur plonge dans le goufre, les deux pieds avant dans le vide. Son cavalier en armure de plates complète se penche en arrière et jette sur la ville un dernier regard. Il ne pousse pas son cheval. Il accepte passivement son sort dans une solitude98 étrange et sacrée. Le dernier regard donne au geste toute sa signification : il se sacrifie pour Rome99. L'enlumineur n'évoque pas la fin de la légende et le gouffre qui se referme aussitôt. A plus forte raison l'auteur qui, avec saint Augustin, considère monstrueuses les exigences des dieux païens et en particulier la devotio capitis100.

38Au total, les enlumineurs, qui illustrent le manuscrit en 1468, font triompher par leur volonté d'actualisation systématique un humanisme pragmatique, soucieux de tirer les enseignements politiques, militaires et diplomatiques des Anciens. Ils sont parfois mieux informés que Roberto della Porta. Pourtant les préoccupations des philologues sont pour eux fort lointaines, alors que ce n'est déjà plus tout à fait le cas pour l'auteur d'où les distorsions entre texte et image sur la violence, sujet sensible.. En tout cas, telle quelle, l'oeuvre ne pouvait satisfaire un latiniste aussi exigeant que Charles le Téméraire. Par contre sa noblesse sut faire un succès à la traduction de Jean Miélot. L'audience du Romuleon dépassa même le cadre des états bourguignons. Dès 1466 Sébastien Marmerot en donna une nouvelle version qui séduisit Louis de Laval.

Fig. 1 Romulus combattant les Fidènes et les Véiens.

Fig. 2 MF Camille, dictateur, faisant campagne contre les Volsques et les Herciniens.

Fig. 3 Fabius Maximus à la poursuite d'Hannibal et duel d'Asellus et du capouan Taureanus.

Fig. 5 Défection de Prusias, roi de Bithynie, Hannibal s'empoisonne.

Fig. 6 Mort de Pompée.

Fig. 7 Meurtre de Jules César.

Fig. 8 Philippe V de Macédoine fait mettre à mort son fils Démétrius. Puis, alité, il meurt de chagrin.

Fig. 9 Tullus Hostilius, roi de Rome, et Métius, roi d'Albe, défont ceux de Fidène et de Véies. Supplice de Métius.

Fig. 10 Dioclétien tue Aper, beau-fils et meurtrier de l'empereur Numérien.

Fig. 11 Combat entre Romains et Véiens. Couronnement d'un roi à Véies.

Fig. 12 "Prise de Corinthe. Q. Fabius Maximus Servilianus fait trancher les mains droites à cinq cents chefs lusitaniens".

Fig. 13 Brutus fait mettre à mort deux de ses enfants. Consul, il défait les Tarquins.

Fig. 14 Suicide de Néron.

Fig. 15 Suicide de Caton d'Utique.

Fig. 16 Marcus Curtius se précipitant dans un gouffre qui s'était ouvert au milieu du forum de Rome.

Note

1 B. GUENÉE, La culture historique des nobles. Le succès des Faits des Romains (xiiie-xve s.) in P. Contamine (sous la direction de), La Noblesse au Moyen Age, PUF 1976, n° 335, p. 261-288.
B. GUENÉE, Histoire et culture historique dans l'Occident médiéval, Aubier, Collection Historique, 1980, p. 250, signale pour les Faits des Romains 60 manuscrits et, p. 255, un très grand succès.
Sur les Faits des Romains, Edition Flutre (L.F.) et Sneyders de Vogel (K.) Li Fet des Romains compilé ensemble de Saluste et de Suetone et de Lucain, texte du xiiie s., 2 volumes, Paris - Groningue, 1938.
L.F. FLUTRE, Li fait des Romains dans les littératures française et italienne du xiiie au xvie s., Paris, Hachette, 1933, III, 452 p.
L.F. FLUTRE, Les manuscrits des "Faits des Romains", Paris, Hachette, 1932, 200 p.
L.F. FLUTRE, Encore un manuscrit des Faits des Romains, Neophilologus, 1934, 19, p. 95 et Neophilologus, 1936, 21, p. 19-21.
K. SNEYDERS DE VOGEL, La date de la composition des Faits des Romains précisée, Neophilologus, 1932, 17, p. 213-214, 271, etc.

2 G. RAYNAUD DE LAGE, L'Histoire ancienne jusqu'à César et les Faits des Romains, Le Moyen Age, 1949, 55, p. 5-16.
P. MEYER, Les premières compilations françaises d'Histoire ancienne, Romania, 1885, 14, p. 1-81.

3 L'Humanisme médiéval dans les littératures romanes du xiie au xive s., Paris, C. Klincksieck, 1964, p. 195-203, 205, 217-263.
Traduction et traducteurs au Moyen Age, Actes du Colloque Interntional du CNRS organisé à Paris par l'IRHT les 26-28 mai 1986, textes réunis par G. Contamine, Coll. documents, études et répertoires, Paris CNRS, 1989.

4 Roberto della Porta a rempli et même dépassé le programme ambitieux de l'auteur des Faits des Romains qui voulait donner une biographie des douze Césars jusqu'à la fin du règne de Domitien et s'arrête après la mort de César. Mais il reste en deçà du programme universel du clerc anonyme, auteur de l'Histoire ancienne jusqu'à César, qu'il conduit jusqu'à l'année 57 AJ-C. Après l'évangélisation des premiers siècles et les invasions barbares, il souhaitait présenter une Histoire de la France et de la Flandre.

5 Neveu du célèbre cardinal Gil Alvarez Carillo de Albornoz (1310-1367), il fut sénateur de Rome et décède à Agnani en 1377. Comme son oncle, qui a fondé à Bologne un collège universitaire pour les jeunes espagnols [et] qui porte son nom, il s'intéresse aux choses de l'esprit. Sa passion pour l'histoire romaine est telle que, peu après le jeune Roberto della Porta. Benvenuto da Imola, également en début de carrière, lui donne une autre version du Romuleon, toujours en latin. Un auteur anonyme en donne aussitôt une traduction en italien de grande qualité à la demande d'Antonio di Filippo di Michele delli Arrighi. De l'œuvre de Benvenuto da Imola existent les manuscrits suivants :

  • du texte original en latin, trois exemplaires à la Bibliothèque Laurenziana (Florence)
  • de la traduction italienne, à Florence la Bibliothèque Laurenziana possède le ms. 61 XXIII, le ms. 61 IX, la Bibliothèque Maglia becchiana, le P.I.N. 82 (1409), le P.I.N. 83 (xve s. mais plus tardif), Giuseppe Guatteri Il Romuleo, dis. Mess. Benvenuto da Imola volgarizzato nel buon secolo e messo per la prima volta in luce dal G. Guatteri. Collezione di opere inedite o rare dei primi tre secoli della lingua publicata per cura dell. R. commissione pe' testi di lingua Nelle Provincie dell 'Emilia Bologna, Presso Gaetano Romagnoli, 1867. L'œuvre connaît une telle vogue qu'elle est par exemple réutilisée très vite dans des manuscrits de La Fiorita d'Armannino Guidice (composée en 1325 par un juge bolonais).
  • Florence Ms. Maglia becchiana II III 136 (seconde moitié du xive s.) qui remplace toute l'histoire de Rome par un remaniement du Romuleon de Benvenuto da Imola.
  • Venise Marcianus Ital. IX 11 écrit en 1456 se rattache à cette tradition.

L.F. FLUTRE, Li fait des Romains dans les littératures..., op. cit., p. 374.

6 Mes recherches ne m'ont pas permis de trouver à ce jour d'autres œuvres de Roberto della Porta, ni d'éléments sur sa biographie ou sa carrière. Dans le prologue de son œuvre, il fait simplement état de sa jeunesse "la foiblesse de mon ieune eage" (fol. 25, ms. 9055, traduction de Jean Miélot), pour excuser son ignorance, son style "sans nulle pompe des couleurs de rethorique" et, plus loin, "compose de nulle armonie de doulceur de rethorique". Il demande par avance pardon "se daventure mon dit ouvrage vague par trop longue voye"... "car cest une chose impossible de déclarer briefvement moult de choses et grandes. Et pour ce aussi que obscurete est bien grande amie a briefvete".

7 Le texte reprend de manière succinte la narration de Tite-Live.

8 L'auteur les cite dans son prologue. Saint Augustin, Valère Maxime, Salluste, Suétone, Spartien, Lampride, Julius Capitolinus, Lucius Florus, Justin. Lucain, Orose, Végèce, Eutrope et plusieurs autres dont les Faits des Romains !

9 Son objet est en effet de "descripre les glorieux et haultains fais des tres nobles roys consuls et empereres rommains et non pas tous ains seulement ceulx que ie croy estre de plus belle memoire" en "cler latin en lumble stile" et "en ung petit volume". (fol. 25, ms. Bruxelles, B.R. 9055).

10 Bruxelles, B.R. 9816, Notice n° 173, p. 177, in La Miniature flamande. Le mécénat de Philippe le Bon, Bruxelles, 1959.

11 G. DOUTREPONT, La littérature française à la cour des ducs de Bourgogne, Philippe le Hardi, Jean sans Peur, Philippe le Bon, Charles le Téméraire, Paris, Champion, 1909, p. 141-143.

12 Un exemplaire perdu Barrois (J.) Bibliothèque protypographique ou Librairies des fils du roi Jean Charles V, Jean de Berri, Philippe le Bon et les siens, Paris, Treuttel et Würtz 1830, n° 877. Il est acheté en 1467 par l'entremise de Maître Allard Le Fèvre au libraire brugeois Colard Mansion pour Philippe le Bon. Il se présente sous la forme d'un volume en parchemin recouvert de velours bleu.
- Il ne semble pas pouvoir en tout cas se confondre avec Florence, Bibliotheca Laurenziana, Med Palat 156 en 2 volumes, traduction achevée en 1465 à Bruges par Jean Miélot, chanoine de Lille pour Philippe le Bon.
cf. G. BIAGI, Reproductions des manuscrits enluminés de la Bibliothèque Medicea Laurenziana, London Firenze s.d.
- Bruxelles, B.R. 10173-74, 433 feuillets, 10 miniatures parchemin, copie pour Jean de Wavrin
A. BAYOT, Bibliothèque royale de Belgique, Cabinet des manuscrits, Catalogue des manuscrits français de la Bibliothèque royale de Belgique (s.d.). Notice 11109 p. 120. La miniature flamande. Le mécénat de Philippe le Bon 1445-1475, Bruxelles 1959, Notice n° 78, p. 83.
- Bruxelles, B.R. 9055, copie pour Antoine de Bourgogne, 1468, objet de la présente étude.
- Mais aussi Besançon, ms. 850, xve s.
Londres, B.M. Roy 19 E-V, xve s.
Turin R 1619 (L-I-4), xve s.
B. WOOLEDGE, Bibliographie des Romans et nouvelles en prose française antérieurs à 1500, Genève (Droz) Lille (Giard) 1954, 2e édition 1975 (Société des Publications romanes et françaises XLII), p. 113 ne signale pas le Laurenziana Med Palat 156.

13 Le ms 9055 est conservé à Bruxelles Miniature en grisaille, catalogue par Pierre Cockshaw, Bruxelles, Bibliothèque royale Albert Ier, 1986, Notice 17, p. 34
F. LYNA, Les principaux manuscrits à peintures de la Bibliothèque royale de Belgique, tome III, 2e partie, édité par C. Pantens, Bruxelles, Bibliothèque royale Albert Ier, Notice 311, p. 456-458.
J. BARROIS, Bibliothèque protypographique... op. cit. n° 2215.

14 P. PHILIPPOT, Les grisailles et les degrés de réalité de l'image dans la peinture flamande des xive et xve s. Bulletin des Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, 15, 1966, p. 231 et suivantes.
S. SULZBERGER, Notes sur les grisailles dans Gazette des Beaux-Arts, 1962, p. 119-120.

15 Son œuvre majeure est le Bruxelles, B.R. ms. 9066, Croniques et conquestes de Charlemaine.
C. DEHAINES, Documents inédits concernant Jean le Tavernier et Louis Liédet, miniaturistes des ducs de Bourgogne, Bulletin des commissions royales d'Arts et d'archéologie, 31, 1882, p. 1-21.
P. DURRIEU, La miniature flamande au temps de la cour de Bourgogne 1415-1530, Bruxelles-Paris, 1921, p. 47.
F. LYNA, Les principaux manuscrits à peintures, op. cit., Notices 262, 280, 295, 307, 310, 315, 316, 317, 318, 319, 320, 321, 322, 327.
G. DOGAER, Flemish miniature painting in the 15th and 16th centuries, Amsterdam, 1987, p. 71-75, en particulier p. 72, mais ne cite pas le manuscrit.
G. DOGAER et M. DEBAE, La librairie de Philippe le Bon, Bruxelles, B.R., 1967, Notices 19, 60, 61, 62, 127, 162.
L.M.J. DELAISSE, La miniature flamande. Le mécénat de Philippe le Bon, Bruxelles, 1959, p. 92-98.
E. Mueller, Jean le Tavernier of Audenarde, Thèse pour le doctorat en philosophie, et lettres, Université d'Iowa, 1958 (non consultée).

16 Le manuscrit compte une image de dédicace (fol. 25), de construction de ville (fol. 32), deux représentations de triomphes (fol. 70 v°, 81 v°), neuf "portraits" individuels ou collectifs (audience à la cour), (fol. 207, 234, 261, 273, 288 v°, 304 v°, 309 v°, 313, 320). Au fol. 137 l'image montre Magon racontant les exploits de son frère Hannibal.
Sur ces miniatures, cf. C. RAYNAUD, Humanism and good government in Roberto della Porta's Romuleon, Fifteenth Century Studies, et dans sa version française dans Mythe, culture et modes de vie (xiiie-xve s.), Paris, Le Léopard d'Or, (à paraître fin 1994).
Trente miniatures sont consacrées à la guerre (14 batailles rangées, 2 ruses, 5 sièges, 3 duels, 6 fuites). Deux montrent des chefs mourant au combat, sept des préparations au combat, trois des négociations, quatre des trahisons, une un prisonnier, une un incendie, deux des révoltes, quatre concernent des affaires religieuses mais en rapport avec la violence. Les vingt-et-une dernières comportent sept suicides, sept assassinats, sept exécutions. Le nombre de scènes évoqué est supérieur à celui des miniatures, car la composition associe souvent deux, voire trois anecdotes.

17 La mort de César est illustrée très tôt et pas seulement dans les Faits des Romains. Ainsi fol. 108, Paris, B.N., ms. fr. 726, xiiie s.. Le même manuscrit présente, fol. 82 verso, la fuite de Pompée, fol. 54 César et ses hommes franchissant le Rubicon. Figure 4 (fol. 108) t. III p. 252, 173, 345, 361, 433, 568, 627, 631, 944. ; fig. 3 (fol. 82 verso) t III p. 176, 424, 492 ; fig. 2 (fol. 564) t III p. 173, 424, 492, in C. RAYNAUD, Les représentations de la violence dans les premiers livres d'Histoire enluminés rédigés en français (xiiie-xve s.), 1320 p., Thèse de Doctorat nouveau régime, soutenue le 25 mars 1989.
Le programme iconographique de l'Histoire romaine de Tite-Live, traduction Pierre Bersuire, offre un plus grand nombre de points communs, ainsi sur le thème de la violence dans le Paris, Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms. 777, (xive s.), fol. 7, 119 verso, 194, 424 ; Paris, B.N., ms. fr. 30, (1420), fol. 18, 20, 35 verso, 55 verso, 135 verso, 203, 328 verso. Figures 14, 17, 74, 76, 78, 81, p. 310, 311, 348, 349, 350, 352, 353 in C. RAYNAUD, La violence au Moyen Age (xiiie-xve s.), Paris, Le Léopard d'Or, 1990.

18 De 1456 à 1461, comte de Charolais, Charles a pour compagnon Louis XI lors de son séjour à Genappe, mais il se brouille avec lui en 1463 lorsque son père Philippe le Bon restitue au nouveau roi (1461) les villes de la Somme. Le comte organise alors la Ligue du Bien Public, récupère sans indemnité les villes de la Somme au traité de Conflans et de Saint-Maur (octobre 1465). Mais en 1465-1466, Louis XI les reconquiert. Le règne de Charles le Hardi, duc de Bourgogne, (15 juin 1467), commence par une série de succès. Il reconstitue la ligue du Bien Public avec ses alliés anglais, danois et savoyards. Intimidé, le roi de France, appuyé par les Etats Généraux de Tours (avril 1468) préfère traiter avec François II de Bretagne, puis avec lui en septembre à Péronne, dans des conditions humiliantes. Enfin, il ne peut empêcher l'annexion de la principauté de Liège, pays d'Empire. Le mariage, en troisièmes noces, du duc avec Marguerite d'York en 1468 donne à Charles l'appui de son beau-père, Edouard IV d'York.

19 La formule n'a rien de nouveau et persiste fort tard.
J. BEER, Breton chivalry an inspiration and a curse. A study of the influence of the chivalrous and courtly ethic upon Li fet des Romains, B.B.S.I.A., XXVII, 1975, p. 227-228.
J. FRAPPIER, Remarques sur la peinture de la vie et des héros antiques dans la littérature française des xiie-xiiie s. in L'Humanisme médiéval, op. cit., p. 13-54.
O. JODOGNE, Le caractère des œuvres antiques dans la littérature française du xiie au xiiie s. in L'Humanisme médiéval, op. cit., p. 55-85.
J. MONFRIN, La connaissance de l'Antiquité et le problème de l'Humanisme en langue vulgaire dans la France du xvè s., the Late Middle Ages and the dawn of humanism outside Italy, Mediaevalia Lovanensia, Séries I, Studia I, Louvain-La Haye, 1972, p. 131-170.
A. PETIT, L'anachronisme dans les romans antiques du xiie s., D.T.C., 1980, édité par le Centre d'Etudes Médiévales de Lille, 1985, 374 p.
C. RAYNAUD, Images et Pouvoirs, Paris, Le Léopard d'Or, 1993, 2e partie. Antiquité et Moyen Age en particulier p. 71-101 et 141-156. Images de l'Antiquité dans la littérature française. Le texte et son illustation. Presses de l'Ecole normale supérieure, textes rassemblés par Emmanuelle Baumgartner et Laurence Harf-Lancner, 1993.

20 Cette démarche est en quelque sorte l'équivalent du souci de vérité manifesté de longue date dans les textes.
J. BEER, Narrative conventions of truth in the Middle Ages, Genève, Droz, 1981, p. 47-62.
J. BEER, Stylistic heterogeneity in the Middle Ages, an examination of the evidence of Li Fet des Romains dans Jean MISRAHI, Memorial Volume, Studies in Medieval Literature, edited by Hans R. Runke, Henri Niedzielski, William L. Hendrickson, French Literature Publications Company Columbia, South Carolina, 1977, p. 100-114.

21 En fait ces guerres de conquête sont précédées de guerres défensives contre les voisins immédiats. Elles se terminent pour Rome par la conquête de la suprématie dans le Latium (ve-ive s.) Rome part ensuite à la conquête de la Péninsule (350-270).
A. MOISAN, Répertoire des noms propres de personnes et de lieux cités dans les chansons de geste françaises et les œuvres étrangères, Genève, 1986.

22 Fol. 36 verso Romulus combat les Fidènes et les Véiens, dans la marge la devise d'Antoine, le grand bâtard de Bourgogne "nul ne s'y frotte" et des chardons. A la fin du volume se voit l'ex-libris du fils naturel de Philippe le Bon et de Jeannette de Presles c'est-à-dire une cordelière entourant les lettres n.i.e. qui sont la première, la septième (y = i) et la dernière lettre de la devise "nul ne s'y frote" laquelle est inscrite plus bas, suivie de la signature (non autographe) ob. de bourgne (le b de ob est barré). Les armoiries de ce prince, c'est-à-dire de Philippe le Bon, traversée de la barre de bâtardise et entourées du collier de l'ordre de la Toison d'or, sont peintes dans les bordures marginales, de même que son emblème, la barbacane, avec la cordelière et les initiales NIE et la devise inscrite sur une banderole.
Le conflit avec ses villes voisines était inévitable car Rome, en aval sur le Tibre, pouvait intercepter le trafic des deux villes commerçantes étrusques. Elles tombent vers la fin du ve siècle.
E. PAIS, Des origines à l'achèvement de la conquête, 1926, Coll. Glotz.
L'enluminure illustre la seconde partie du chapitre 14 "Comment les fidenates et les veietains se prindrent a degaster les champs des rommains. Mais Romulus les rebouta par armes en les rechassant jusques aux murs de leurs citez sans entrer dedens".

23 Véies se détache sur un ciel bleuté, les toits sphériques suggèrent un ailleurs où éloignement dans le temps et l'espace se confondent.

24 L'or est en plus grande quantité pour les Romains.

25 Ainsi dans le ms. fr. 30 du premier quart du xve s. de l'Histoire romaine de Tite-Live. L'emploi de telles formules est plus systématique aux xive-xve s.

26 L'absence de bacinet, barbute, armet, chapel de fer ou salade pour Romulus et la qualité de l'armure italienne de son compagnon au premier rang situent la scène dans un temps reculé et soulignent la vivacité et la rapidité du chef.

27 Dans le texte les combattants se battent à l'épée. A terre le Fidénate ou le Véien vaincu ou son compagnon en train de fuir ont laissé tomber une hache dont le tranchant étroit est très développé. Le jeu courbe contre courbe est plus oriental. Sur les armes orientales, cf. C. RAYNAUD, Cimeterres et Arcs turquois dans les enluminures orientales du xiiie au xve s., Cahiers du Léopard d'Or, à paraître.

28 L'absence de mort et de blessé du côté romain rend compte de leur supériorité militaire.

29 Fol. 83 verso, Comment la cite de romme fut premierement apres la desolation faitte par les français restauree gouvernee et gardee par camillus prince et dictateur et mena son ost contre les ennemis de romme lesquelz il enctasa et persequuta et degasta leurs champs.

30 Le texte ayant évoqué le pillage et l'incendie de Rome par les Gaulois ou Français, l'enlumineur représente une ville neuve toute en pierres, avec des douves, des faîtières au décor très riche, et dotée de cannonières à fente de mire, dernier perfectionnement caractéristique.

31 A gauche, une armée en bon ordre sort de la ville (douze cavaliers). Marcus Furius Camille est le plus grand, un phylactère noir inscrit en lettres or porte son nom. Ses compagnons sont de trois quarts dos, son visage est le seul visible avec celui des hommes de l'arrière garde. Les cavaliers sont en armure complète avec chapel de fer ou salade, leurs chevaux sont légèrement harnachés mais les selles à troussequins sont très volumineuses. L'armée contourne une montagne aux pentes abruptes.

32 Pendant un siècle Romains et Herniques (alliés de Rome dès 486 selon la tradition, en fait 306) luttent contre les Eques et les Volsques. Peu après Rome prend à l'égard de ses alliés une attitude de puissance prépondérante. Le texte insiste sur l'incendie du "logis" et le ravage des arbres utilisés par Camille pour obtenir la reddition des ennemis. L'enlumineur leur substitue une bataille meurtrière à droite.

33 Deux épisodes, fol. 123 verso, Hannibal attachant des fagots enflammés aux cornes des boeufs, et fol. 125 verso, Hannibal tendant une embuscade du fond d'une caverne semblent faire exception, mais ils déprécicent le général carthaginois par leur nature même (ruse).

34 L'enlumineur n'ignore sans doute pas que Charles le Téméraire "vouloit ensuyre et contrefaire" Hannibal (Philippe WIELANT, Antiquités de Flandre, p. 56, cité par G. DOUTREPONT, La littérature française à la cour des ducs de Bourgogne, Philippe le Hardi, Jean sans Peur, Philippe le Bon, Charles le Téméraire, Paris, Champion, 1909). Des dispositions analogues sont attestées par Jean de Calabre, Jean de Créquy, Antoine de Bourgogne et Jean de Wavrin.

35 Fol. 144 Hannibal fuyant devant Fabius Maximus Rullianus consul évoque de manière partisane les tentatives d'Hannibal en Campanie (216-215). Ce n'est que lorsqu'il va hiberner dans les Pouilles qu'il est suivi par Ti. Gracchus alors que Fabius passe à l'offensive contre Capoue et le camp de 60 000 hommes devant elle. Tite-Live XXIII-11 écrit à leur propos "equitatu plus poterant itaque equestribus prœliis laccessebant hostem".

36 Au premier plan son cheval s'écroule. A côté d'Hannibal sans arme, un de ses hommes se retourne dans un geste caractéristique de fuite.

37 L'enlumineur illustre, folio 151 verso, la joute en champ clos entre Badius, un capouan, et le romain Titus Quintus Crispinus qui le blesse.

38 G. BLOCH et J. CARCOPINO, Des Gracques à Sylla, Coll. Glotz, 1926.
F. HINARD, Sylla, Paris, Fayard, 1985.
C. NICOLET, Us Gracques, Paris, Gallimard, Juliard (Archives), 1990.
J. CARCOPINO, César, Coll. Glotz, 1936.
Y. LE BOHEC, César, Paris, P.U.F., 1994, Que Sais-Je, n° 104.
C. MEIER, César, Paris, Seuil, 1989.

39 Folio 250 verso Bataille de Pharsale (29 juin 48).

40 Le mot d'ordre des Pompéiens est Hercules invictus. A droite, Lentulus, au centre Scipion avec les légions syriennes peut-être évoqué par le bouclier anthropomorphe, à gauche Lucius Domitius Ahenobarbus. Pompée est derrière, alors que l'usage le montre au premier plan et sa cavalerie est sous les ordres de Labienus.

41 César oppose Marc Antoine à Lentulus, Cn. Domitius Calvinus à Scipion, P. Sulla à L.D. Ahenobarbus. Son mot d'ordre Venus victrix. (ou genetrix).

42 J. BEER, A medieval Cœsar, Genève, Droz, 1976, 272 p. Pharsale figure également dans un manuscrit exécuté pour Jean de Croy, portant la souscription de Charles de Croy, exécuté vers 1465. Ms. 9277, fol. 114, Suétone L'Histoire des douze Césariens d'après le Trésor des Histoires de Baudouin d'Avesnes et dans le ms. B.R. 9069, fol. 252 verso Chronique dite de Baudouin d'Avesnes plus tardive 1470-1482, réalisée pour Philippe de Croy avec la souscription de Charles de Croy.

43 Renate BLUMENFELD-KOSINSKI, Not of woman born : representation of Cœsarian Birth in Medieval and Renaissance culture, 1990, Ithaca London, 204 p.
César est dès sa naissance un personnage hors du commun.

44 J. CHIFFOLEAU, Y. THOMAS, Histoire du crime de majesté jusqu'aux temps modernes (à paraître).

45 J. BELLAMY, The Tudor law of treason, London, Rotuledge and Kegan Paul, 1979.
E. POWELL, Kingship law and societv criminal justice in the reign of Henry V, Oxford, Clarendon Press, 1989.

46 Fol. 220 verso, "Comment Anibal maudissant le chief et le royaulme de prusias roy de bithinye et invoquant les dieux en tesmoignage de foy violee par luy but le venin dont il moru de congre et pour cause".
Hannibal exilé de Carthage depuis dix ans, ne cesse de travailler à nuire à Rome. T. Quinctius Flaminius, légat romain, finit par obtenir du roi de Bithynie, Prusias, qu'il livre le Barcide. Le texte parle de "foy violee", de "trahison".

47 Fol. 257, "Comment achillas et photmius furent deputez pour aler devers pompee qui estoit ou rivage de la mer en ses nefz et sa femme cornelia et sextus son filz. Si fut trahiteusement murdry son corps fut jette en la mer et son chief fut porte devers le roy ptholomee".
La mort de Pompée intervient le 16 août 48. Le texte illustré est fort long. L'image est à la fois plus symbolique et plus spectaculaire.

48 Achillas et Photmius le frappent avec une lance, le texte parle d'épée.

49 Rien dans le texte n'évoque cet arbalétrier. Il faut peut-être y voir une allusion au corps français d'arbalétriers, l'image évoquant les "trahisons" de Louis XI, qui porte à l'occasion un chapel à bec ou encore une réminiscence du meurtre de Montereau.

50 En 67 Pompée soumet les pirates ciliciens.

51 Le texte évoque une petite "naisselle" et l'oppose à la "nef" de Pompée.

52 Philippos est un des affranchis de Pompée. Assis à l'avant pour relire le texte grec de son allocution à son pupille Pompée, il assiste au meurtre sans rien pouvoir faire, mais a la vie sauve. Le texte ne donne pas ici son nom.

53 Un bateau de pêche.

54 Ptolémée XIV, l'eunuque Pothéinos, Théodote de Chios, maître de rhétorique, Achillas stratège, sont les commanditaires. Les exécutants, Achillas, quelques domestiques, deux gradés du corps d'occupation Galvinien Septimus et Salvius.

55 Fol. 276 "Comment la mort de Jule Cesar luy fut denunchie par moult de signes. Et par maint merveilleux prodiges. Finablement quant il vit quil estoit [pris] de toutes pars les espees traittes il couvry son chief de sa [toge]a celle fin quil morust plus honneste-ment".
César est assassiné le 15 mars 44.

56 Marcus Junius Brutus décide du complot avec A.C. Cassius. Parmi les conjurés, dont dix noms sont connus, figurent des anciens pompéiens graciés (quatre), des Césariens (quatre), des lieutenants de César à Marseille (deux). Le texte ne mentionne que Brutus, Tullius Cymber et Cassius. Les deux premiers sont à droite sur l'image, les quatre conjurés debout à gauche sont sans doute les Pompéiens, ils sont à droite de la statue de Pompée. Le personnage accroupi plus déprécié est un césarien.

57 "Parycides : occiseurs de leur pareil ou de leurs parents".

58 Le texte précise qu'il reçoit 23 coups ; seule la seconde plaie est mortelle.

59 Folio 221 verso, "Comment le roy Phelippe de Macedonne se consenty par hayne a la mort de demetrius son mainsne filz par la fraude et subgection de perseus son ainsne filz de quoy il fut si dolant que en brief temps il fina sa vie et le dit perseus succeda au royaulme".

60 L'anecdote est au cœur d'une actualité encore récente, la révolte de Louis XI en 1440 encore dauphin, contre son père Charles VII (Praguerie), voire celle de Charles de France contre Louis XI (Ligue du Bien Public).

61 La miniature est suivie d'une rubrique : "Comment le roy Phelippe de Macedonne se consenty..." cf. note 59
Le texte souligne la popularité de Déméutrius, (auteur de la paix avec les Romains), et sa naissance légitime, ce qui n'est pas le cas de Persée. Loin de mettre l'accent sur la discorde entre les deux frères et l'accusation de Persée, il accorde le premier rôle à la haine des Romains. Le mensonge de Persée ne fait que confirmer les craintes de Philippe qui se croit trahi par ses alliés et son fils cadet. Le texte ne précise pas la manière dont Démétrius est exécuté (il a été empoisonné en 181).

62 La tête de Persée, le calomniateur, est au-dessus de la garde de l'épée. Une ligne verticale, concrétisée par le pli de sa robe, fait le lien avec le corps de son frère pour souligner sa responsabilité dans l'exécution.

63 C. RAYNAUD, Le sacrifice d'Abraham (à paraître in Mythe, culture et modes de vie xiiie au xve s., Paris, Le Léopard d'Or et Journal of Medieval History).

64 Philippe regarde vers la gauche, il se tourne vers son passé.

65 Folio 41 verso, "Comment tullius hostilius, roy des romains et metius, roy des albanois desconfirent les fidenates et les veietains. Et puis celluy tullius fist loyer a deux chariots le corps du dit metius comme traitre et tantost les chevaulx le deschirerent en pieces".

66 "Ce fut cy le premier et le dernier tourment non pas digne dexemple".

67 Le texte précise qu'il n'avait pas plus de "courage que de foy".

68 Pour cacher cette défection aux yeux de l'ennemi, Tullius Hostilius demande à ses hommes de lever haches et lances.

69 Quand Tullius l'emporte, Metius revient le féliciter. Le lendemain, Tullius convoque les deux armées, dénonce la "faulse trahison" de Metius, le fait arrêter et puisqu'il a violé son alliance et hésité entre les deux parties, il ordonne de le faire écarteler.

70 Folio 319 verso, la rubrique ne mentionne pas l'anecdote mais décrits sous un jour peu favorable le héros : "Comment lempereur dioclétien fut du consentement de tous appelle auguste. Il fut homme singulier cauteleux de hault conseil et prudent".
Diocles, officier dalmate, était commandant de la garde privée.

71 Le texte dissocie le choix de Dioclétien ("Quant on enqueroit pour ung bon prince a la chose publique tous dun consentement appellerent dioclecien") du châtiment du meurtrier de Numérien ("Quant il monta en la chuiere tribunale et on luy demanda comment Flumerien [Numerien] avoit este occis il tira son espee nue en demonstrant aper lequel il frapa en disant vecy laucleur de la mort flumerien).

72 Dioclétien marche ensuite contre le frère de Numérien qui, vaincu, est assassiné par les siens (285).

73 Comme Alexandre faisant exécuter les meurtriers de Darius.

74 Assassinats, suicides et exécutions judiciaires se font de manière privilégiée par le poison.
Folio 94 : affaire des poisons, une servante se présente devant Q. Fabius, consul, pour dénoncer les empoisonneuses. Mort par le poison de Cornélia et de Sergia.
Folio 213 verso, Hannibal s'empoisonne.
Folio 288 verso, Sénèque se suicide.
La cour de Bourgogne partage cette hantise du poison avec la cour de France.

75 J. BEER, A medieval Cato virtus ou virtue ?, Speculum, 1972, XLVII, p. 52.
J. BEER, A medieval Cæsar, Etudes de Philologie et d'Histoire, 1976, 30, Genève Droz, p. 169 à propos de César elle parle de modèle illustrant "que l'en doit faire et que l'en doit lessier".

76 1465-1466, Louis XI reprend les villes de la Somme, la Picardie étant une province réputée inaliénable, malgré les traités de Conflans et de Saint-Maur. En avril 1468, il obtient l'appui des Etats Généraux réunis à Tours, pour s'opposer à la Ligue du Bien Public reconstituée par Charles et soutient les Liégeois révoltés.

77 Le procédé n'est pas nouveau, deux ans plus tôt, sous le règne de Philippe le Bon, il est utilisé dans le ms. fr. 9342, folio 127, (p. 101., J. LACARRIERE, C. RAYNAU D, Alexandre le Grand, Paris, Editions du Félin, 1993).

78 Folio 73 verso, "Comment il y eut une longue et griesve guerre entre les veyetains et les rommains... et les veyetains a celle cause creerent pour euh ung roy chascun an".

79 Les Romains augmentent le nombre des "tribuns chevalliers car on en crea huit a tout puissance consulaire, laquelle chose navoit jamais par avant este faitte. Les veyetains creerent pour eulz ung roy chascun an".

80 Le texte insiste sur le siège : "les romains garnirent leur siege tout alentour de la cite et comme les empereurs rommains eussent plus grant espoir en assiegant que en combatant..."

81 Le chef des Romains, au premier plan, se bat avec une lance fort longue. Au second plan et vers la gauche les cavaliers s'affrontent à l'épée à une ou deux mains en frappant de taille ou d'estoc. Cela correspond à deux moments du combat et aux règles adoptées dans les tournois.

82 Le personnage n'est pas couronné. Le couronnement d'un roi en "arrière" plan et tout à gauche semble dès lors une réponse à cette défaite.

83 Pour autant que l'on puisse en juger les clercs sont à gauche, les laïcs à droite, leur costume est de fantaisie. Le roi tient un sceptre.
P. CONTAMINE, Les pairs de France au sacre des rois (xve s.). Nature et portée d'un programme iconographique, Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1988, p. 321-348, et De Jeanne d'Arc aux guerres d'Italie. Figures, images et problèmes du xve siècle. Varia, Paradigme, Orléans, Caen, mars 1994, p. 111-138.

84 L'onction avec le chrême de la sainte ampoule confère au roi de France une aura particulière.

85 Comme Charles le Téméraire avec la Ligue du Bien Public dont le chef nominal est Charles de France, duc de Berry.

86 Folio 224 verso, "Comment la très riche et puissante cite de chorinthe fut arse et destruite lannee meismes que advint la ruyne de cartage. En apres fabius consul desconfy les lusitains et fist trencher les mains a Vc hommes de cheval quil avoit invite en sociaute". Les deux événements scandalisaient.

87 Le consul est Q. Fabius Maximus Servilianus. L'image confond les deux événements, la prise de Corinthe et le forfait, la Grèce et l'Espagne dans une scène très politique.

88 Ou du moins la révolte d'une partie de la ville. Le tout évoque la lutte du nouveau patriciat contre l'ancien, des "moyens" contre les "grands" pour le gouvernement des villes, comme en Flandre.

89 L'arme remplace la doloire d'ordinaire utilisée pour les décollations et les mutilations judiciaires.

90 Folio 52, "Comment apres les roys deboutez du royaulme de Romme Lucius Junius Brutus filz de la suer du roy Tarquin lorgueilleux Et Lucius Tarquinius Collatinus furent les deux premiers consulz rommains qui administrerent la chose publique".
L'image représente Brutus "délivrant la cité des rois", faisant mettre à mort deux de ses enfants et affrontant victorieusement les Tarquins. De fait le république naissante est menacée par les attaques des Tarquins soutenus par les Etrusques. Les fils même de Brutus fomentent une conspiration pour le rétablissement de la royauté. Brutus, suivant les droits du père de famille romain, condamne ses fils à la mort pour le salut de l'Etat et préside comme consul à leur exécution (ici la décollation se fait avec un cimeterre, non avec la hache des licteurs). L'image semble confondre Tarquin l'Ancien (assassiné en 571) et Tarquin le Superbe, septième et dernier roi de Rome, petit-fils du précédent.

91 La taille du roi, sa chevelure, sa barbe, sa toge en font un titan, un géant des origines pour reprendre l'expression de F. DUBOST (Aspects fantastiques de la littérature narrative médiévale, Tome I, chap. 19, p. 605 et suivantes).

92 La présence de l'archer et du combattant renvoie peut-être au caractère sauvage et indifférencié de la société primitive.

93 Paris, B.N., ms. fr. 30, Tite-Live, Histoire romaine, folio 30 verso, Lucrèce se suicide devant son mari ou son père.

94 Folio 293 verso,"... Finablement il bouta ung couteau en sa gorge et moru. Ce fut le premier qui tourmenta a romme les crétiens".

95 Folio 292 verso quatre vignettes évoquent la tentative de noyer sa mère, le suicide de Sénèque, l'incendie de Rome, Néron, tout en le regardant, consulte des astrologues (après le passage d'une comète), "comment neron parricide commenca ses occisions a claudius empereur en mengeant les champeignons venimeux. Il occist aussi par venin britannicus son frere et fist occire sa mere puis ala veoir le corps mort blasmant ou louant ses membres".

96 Folio 269 verso, "Comment Caton environ la premiere veille de la nuyt tira son espee hors du fourrel et puis en frappa une foiz et derechief sa poittrine desnue et luy non aiant cure des remedes des medecins rompy ses playes atout sa main et ainsi moru".

97 Folio 89 verso, "Comment une grande et hideuse ouverture fut faitte ou mylieu du marchie de romme lors marcus curtius vaillant homme de guerre se voua pour la salut du pueple soy precipiter dedens laditte caverne tout arme et a cheval".
M.G. GROSSEL, Démons et merveilles... et raison : la peinture de la religion antique dans Li Fet des Romains, Colloque des 24-25 septembre 1993, Fées, dieux et déesses au Moyen Age, Centre d'Etudes médiévales et dialectales de Lille III (à paraître).

98 Le texte n'évoque pas cette solitude ; ici elle renforce le caractère inquiétant de la scène.

99 Les "devineurs" avaient répondu aux Romains "que s'ilz vouloient que la chose publique fust saulve, il falloit sacrefier a ce lieu ce que le pueple rommain avoit plus de puissance".

100 Le texte en donne une assez bonne description "Adoncques ung jouvencel nomme marcus curtius vaillant homme de guerre dist doubtez vous que ce soit le plus grant bien des rommains que la vertu des armes et incontinent fait silence luy regardant les temples des dieux quy sont sur le marchie et le capitole et esdrechant ses mains maintenant contre le ciel maintenant contre laditte grant ouverture se voua pour la salut du pueple Et puis luy seant sur son cheval tout arme se precipita dedens la caverne".

Indice delle illustrazioni

Legenda Fig. 1 Romulus combattant les Fidènes et les Véiens.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3173/img-1.jpg
File image/jpeg, 1,6M
Legenda Fig. 2 MF Camille, dictateur, faisant campagne contre les Volsques et les Herciniens.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3173/img-2.jpg
File image/jpeg, 2,1M
Legenda Fig. 3 Fabius Maximus à la poursuite d'Hannibal et duel d'Asellus et du capouan Taureanus.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3173/img-3.jpg
File image/jpeg, 199k
Legenda Fig. 4 Pharsale.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3173/img-4.jpg
File image/jpeg, 196k
Legenda Fig. 5 Défection de Prusias, roi de Bithynie, Hannibal s'empoisonne.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3173/img-5.jpg
File image/jpeg, 572k
Legenda Fig. 6 Mort de Pompée.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3173/img-6.jpg
File image/jpeg, 213k
Legenda Fig. 7 Meurtre de Jules César.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3173/img-7.jpg
File image/jpeg, 205k
Legenda Fig. 8 Philippe V de Macédoine fait mettre à mort son fils Démétrius. Puis, alité, il meurt de chagrin.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3173/img-8.jpg
File image/jpeg, 189k
Legenda Fig. 9 Tullus Hostilius, roi de Rome, et Métius, roi d'Albe, défont ceux de Fidène et de Véies. Supplice de Métius.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3173/img-9.jpg
File image/jpeg, 193k
Legenda Fig. 10 Dioclétien tue Aper, beau-fils et meurtrier de l'empereur Numérien.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3173/img-10.jpg
File image/jpeg, 206k
Legenda Fig. 11 Combat entre Romains et Véiens. Couronnement d'un roi à Véies.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3173/img-11.jpg
File image/jpeg, 219k
Legenda Fig. 12 "Prise de Corinthe. Q. Fabius Maximus Servilianus fait trancher les mains droites à cinq cents chefs lusitaniens".
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3173/img-12.jpg
File image/jpeg, 196k
Legenda Fig. 13 Brutus fait mettre à mort deux de ses enfants. Consul, il défait les Tarquins.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3173/img-13.jpg
File image/jpeg, 484k
Legenda Fig. 14 Suicide de Néron.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3173/img-14.jpg
File image/jpeg, 199k
Legenda Fig. 15 Suicide de Caton d'Utique.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3173/img-15.jpg
File image/jpeg, 187k
Legenda Fig. 16 Marcus Curtius se précipitant dans un gouffre qui s'était ouvert au milieu du forum de Rome.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3173/img-16.jpg
File image/jpeg, 226k

Autore

Université Paul Valéry (Montpellier III)

© Presses universitaires de Provence, 1994

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Acquista

Versione a stampa

Caricamento in corso

Unavailable