Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence dans le monde médiéval

Face à la violence, Vivien le martyr : thème et variations

André Moisan

Texte intégral

  • 1 Chronica Albrici monachi Trium Fontium..., MGHSS XXIII, 1874, p. 716. L'index de Pertz donne Sanct (...)
  • 2 M. de Combarieu du Grès, dans L'idéal humain et l'expérience morale chez les héros des chansons de (...)
  • 3 M. de COMBARIEU, Op. cit., p.600.

1Dans sa chronique rédigée avant 1241, le moine Aubri de Trois-Fontaines se fait l'écho de la notoriété de nombreux héros épiques ; parmi eux, il distingue Vivien, en l'appelant Vivianus martir1 Cette épithète caractérise en effet un jeune combattant qui, face à une violence déchaînée et, pour ainsi dire, à l'état pur2, a choisi de donner le témoignage de sa mort pour la cause sainte qu'il défend. Légende unique pour l'homme d'un seul combat, celui d'"icel jor que la dolor fu grant/Et la bataille orrible en Aleschans" (Al., v. 1-2). Sur le terrain de l 'Archamp-Aliscans, le jeune Vivien combat soutenu par un beau désespoir, en même temps qu'animé par une foi religieuse sans faille : au malheur qui s'acharne à le broyer, il oppose un héroïsme surhumain et la force d'âme du saint. Telle est l'image de marque de sa plus ancienne légende : la plus belle mort de l'épopée et sans doute l'exemple "le plus éclatant" du martyre3. La tradition n'en a jamais varié fondamentalement, depuis les sources perdues dont la version de G1 donne un bon écho, jusqu'à la Chevalerie Vivien, le dernier poème du cycle. Cependant les goûts du public, le talent varié des poètes en quête de renouvellement ont apporté des mutations plus ou moins heureuses. Ce sont les tourbillons de cette violence qu'il m'a semblé intéressant d'examiner, dans le jeu parfois subtil des rapprochements et des contrastes.

I LA SUBLIMITE DU MARTYRE (G1)

  • 4 Qu'on en juge : v. 87(lundi soir), 98(aube), 210(soir), 233(matin), 634(soir et nuit), jour entier (...)
  • 5 v. 32 et 490 (700), 569(20), 600 (seul avec Girard), 613 (retour des siens), 744(20), 747(10), 756 (...)
  • 6 Seuls sont nommés sans plus de précision les deux barbarins (v.773, 913). Une cunpaignie se précip (...)

2La forme la plus archaïque de la légende de Vivien, conservée dans le texte remanié de la Chanson de Guillaume et dite "chanson de Vivien" (G1, v.1-928), situe l'action au début de la bataille de l'Archamp. L'atmosphère y est poignante, cruelle et même étrange : scènes désarticulées, géographie mouvante et fantaisiste, durée fixée dans ce lunsdi al vespre qui revient seize fois comme un glas pesant, lundi sans fin qui en réalité chevauche sur trois jours4. Le site lui-même quasi lunaire (v. 709-713, 838-850) n'est pas localisable, sous l'empire de la sécheresse et de la chaleur ; il campe un milieu des plus hostiles, bien éloigné du locus amoenus. La solitude se fait de plus en plus pesante, puisque Guillaume ne pourra répondre à temps aux appels confiants, puis désespérés, de son neveu qui a vu s'éloigner Tedbald et Esturmi, histrions avinés qui disparaissent dans une fuite ridicule. Le soutien de ses compagnons lui fait bientôt défaut5 ; resté seul (v.759) avec son courage, il résiste encore en tuant le Barbarin qui l'a blessé (p.66), mais ses armes n'arrivent plus à le protéger. L'action s'intensifie alors, pour aboutir à une véritable curée, la "mort du loup" cerné, ployant de plus en plus vers la terre, malgré sa résistance acharnée, au pire de ses blessures. Une meute anonyme, muette et aveugle, déferle en vagues successives6 ; les dart tranchant que lui lancent les deux barbarins vifs comme l'éclair finiront par avoir raison de sa résistance (v.770, 785, 871, 919). Seule une lecture continue peut rendre compte du réalisme de l'affrontement : sans état d'âme et sans pause, le narrateur accumule les charges de la violence et met sous nos yeux l'immolation d'une victime broyée par son premier et son ultime combat. Comble de l'anéantisement : le cadavre de Vivien est coupé en morceaux et caché, pour que les chrétiens ne le découvrent pas (v.925-8). La violence a triomphé insolemment.

3Mais l'emprise sur les âmes lui échappe souvent ; elle peut même les porter sur des sommets, celui de la dignité humaine qui grandit sous le choc des forces matérielles, celui du martyre qui ouvre le ciel à ceux qui périssent pour une cause sainte. La mort de Vivien dans G1 présente ces deux aspects, le second surtout mis en lumière par le poète. Le héros s'est en effet engagé devant Dieu par le voeu, pacte fait au plus intime de sa conscience et sans témoin, de ne pas fuir le combat :

  • 7 J. Frappier, dans Les chansons de geste du cycle de Guillaume d'Orange, I, 1955, pp.188-9, estime (...)

Jo me rendrai al dolerus peril,
N'en turnerai, car a Deu l'ai pramis
Que ja ne fuierai pur pour de morir (v. 291-3, cf v.587-8)7.

  • 8 Aux v. 901-5, Vivien prie Dieu de l'aider à être fidèle à son voeu, mais il n'exprime pas de doute (...)
  • 9 v. 116, 122, 198, 561-4, 634-649 (envoi de Girard), 751, 798, 895. Il n'a pas la vantardise de Rol (...)
  • 10 Ce paragraphe doit beaucoup à la fine analyse de J. Frappier, op. cit., pp.183-197. Sur l'oppositi (...)

4Ce voeu qui est l'élément moteur de la résistance de Vivien -et le seul de la production épique- n'est à aucun moment entaché d'une défaillance qui engendrerait doute ou crainte8. C'est donc avec une âme absolument pure, celle d'un juste, que le héros tient tête aux païens : il n'est pas responsable du désastre, il n'a pas commis de faute d'orgueil et de tactique, comme Roland, dont il lui faudrait subir les conséquences. C'est un être d'une seule pièce dont la fin ne peut être assimilée à celle des autres "héros mourants" de l'épopée, tant est visible, et reconnue par tous les commentateurs, la configuration au Christ broyé de la Passion. Son humilité est patente, puisqu'il compte essentiellement sur la venue de Guillaume9. Par deux fois, au pire de l'épreuve, une prière vraie lui monte du coeur : elle n'a pas encore la forme stéréotypée de celle du grant peril (v. 797-818, 897-912) et n'implique pas une demande de pardon pour des péchés. Une illumination de type mystique le fait, dans le vide de la solitude, accéder aux abords du ciel dans une confiance pure qui n'a pas besoin de présence angélique. On est au-delà des notions de fortitudo et de sapientia humaines. Le héros-martyr échappe à l'emprise de la violence10.

5Etre d'exception, Vivien l'est encore par une humanité profonde dont la menace de la mort et l'âpreté du combat ne viennent pas à bout. Ses compagnons ne sont pas ses vassaux ; il le leur rappelle avec force :

Vus n'estes mens, ne jo vostre sire ne devinc ; Sans tuz parjures me purrez guerpir (v.303-4).

6Il ne les attire que par l'exemple de sa valeur, comme les Apôtres le furent par Jésus (v. 306-9). Lui-même les assure que c'est dans cet esprit qu'il les guidera (v.310-3, 823-4). Il relève les courages (v.58, 484, 512, 544, 945), tente d'arracher Esturmi à une fuite honteuse (l.21), comprend que ses compagnons se souviennent de leur femme, de leur château, de leurs vignes et de leurs prés (v.581-3) ; mais, s'il les encourage au combat, il ne leur donne pas d'ordre et leur laisse la liberté de partir :

Alez vus ent, seignurs, e tut par mun gré (v.585, cf. v.597).

  • 11 v. 61, 127, 485, 563, 798, 825-834, 895, 906.
  • 12 l.50-57. Par quatre fois la formule Sez que dirras a... ? rythme les évocations.
  • 13 v. 797-837. La prière à Dieu tout aussi intense est plus courte (v.897-912) et moins jaillie du co (...)
  • 14 J. FRAPPIER, op. cit., p. 287.

7Un instant ils s'éloignent, pour revenir vite à celui qui les attire (v.619). Surtout, une confiance pleine de tendresse pour son oncle Guillaume court à travers tous les épisodes, depuis le début de la chanson, lorsqu'il dit à Tedbald que rien n'est perdu si l'on peut tenir dans l'attente de Guillaume (v.55-6), jusqu' à sa prière ultime à Dieu11. Il se confie totalement à celui à qui il ne saurait se comparer (v.85-9). Le dialogue entre Vivien et son cousin Girard qu'il dépêche à Barcelone (v.932) est des plus émouvants, lorsqu'affleurent le souvenir où le jeune Vivien fit ses premières armes près de son oncle, la pensée de son petit frère Guiot et celui de dame Guiburg sa drue12. Les deux cousins se séparent en pleurant (v.693). Lorsqu'il est seul et blessé à mort, Vivien le meschin lance un long cri de détresse à la Vierge Marie, comme un mourant à sa mère13. Bien mieux que Roland, le Vivien de G1 reste un homme sensible et vulnérable dans son idéal. J. Frappier a bien souligné la personnalité unifiée de l' "admirable Vivien de la Chanson de Guillaume en qui s'équilibrent exactement la prouesse, la sagesse et la passion du sacrifice"14. La violence aveugle s'est finalement brisée contre elle.

II UN ESSAI D'HUMANISATION (G2, A1)

  • 15 Aliscans, pp. Cl. REGNIER (CFMA, 110-1), Paris, 1990 ; Aliscans traduit en français moderne par B. (...)
  • 16 On note un tintammare assourdissant, spécialement dans les laisses 3,4 et 10.

8La chanson d'Aliscans condense en une seule journée la bataille orrible en Aleschans (v.2), au soir de laquelle meurt Vivien (v.1030, 1075)15. L'affrontement est aussi cruel et présenté de manière aussi réaliste que dans G1. Dès le début, le héros apparaît gravement blessé (v.10-4, 68-73) et son combat est sans espoir. Partout l'horreur du sang, les charges des hordes païennes sur une poignée de résistants qui se défendent pied à pied, le fracas des armes, le vacarme et les hurlements16. Cependant, Vivien, qui reste le meilleur (v.9), n'est plus solitaire ; les meilleurs jeunes chevaliers de la geste des Narbonnais le rencontrent dans la mêlée : on se parle, on s'encourage, tel Bertrand qui vient à son secours (l.1, 6 -8,12). Les trente premières laisses de la chanson ne sont plus centrées essentiellement sur sa personne. D'autres combats ont lieu entre adversaires qui ont des noms et des visages, comme le géant Haucebier (l.7,13,15), la hideuse mesnil Gorant (l.4) et les terribles Vachiers (l.5-6).

9Guillaume est sur le terrain, même si Vivien ne peut être aidé par lui (l.7-8, 23) dans sa résistance. Dans une espèce de volte-face qui déplace le centre d'intérêt (coupure habituelle dans l'épopée), le poète "abandonne" Vivien gisant, pour inviter son auditoire à suivre Guillaume assez longuement (l.15-23), jusqu'à ce qu'il rencontre enfin son neveu. Il est clair que celui-ci n'est plus l'exemple fascinant qui, dans G1, ralliait les courages. Guillaume est le vrai chef (l.2, 15-6).

  • 17 v. 90, 102, 260, 361, 437-8, 442. J. Wathelet-Willem, "Alisacans, témoin de l'évolution du génie, (...)
  • 18 Pour M. DE COMBARIEU, op. cit., II, pp.608-9 et I, p.276, "l'admiration de Vivien pour son oncle p (...)
  • 19 J. FRAPPIER, op. cit., p. 239
  • 20 J. Frappier, ibid, p. 246, constate qu'Aliscans ne possède pas la densité et le relief dramatique (...)

10De plus, les interventions de l'auteur pour attirer la pitié ou orienter l'attention de ses auditeurs sur une autre portion du champ de bataille détendent l'attention portée à Vivien17. Ses appels à son oncle sont moins fréquents et moins lancinants18. Le terrain de l'Archamp-Aliscans (les deux noms étant interchangeables) n'a plus l'austérité d'un désert torride ; on peut le situer non loin d'Orange, la cité de Guillaume et de Guibourc, et non plus dans la lointaine Catalogne19. La végétation n'en est plus absente (v. 154-6, étang, 395-6, arbre) elle est même accueillante (v.786-8, arbre feuillu et source). Tous ces éléments contribuent à un certain renouvellement du thème, en lui donnant un contexte qui en tempère la violence, en la faisant supporter par plusieurs20.

  • 21 J. Frappier, ibid, p. 247.

11Le romanesque s'introduit aussi dans le récit avec sa part d'exaltation des sentiments humains, selon un mode que n'avait pas connu G1. Sur le fond d'une fresque visuelle et sonore mouvementée, du genre de celles dont les miniaturistes nourriront leur imagination, apparaît un Vivien dont le drame "s'enrichit d'un tourment moral"21. Son voeu a revêtu une forme solennelle, voilà sept ans, le jour de son adoubement à Termes devant cent chevaliers (v. 888-892) et fut assorti d'une clause qui le rendait moins pur, parce que marqué de démesure. Guillaume le lui rappelle :

En covenant eus a Damedé
Que ne fuiroies de bataille champé,
Por Sarrazins, pleine lance d'esté (v. 901-3).

  • 22 v. 398, 419, 801-4. "Ce doute affreux le poursuit dans son agonie", dit J. Frappier, ibid., p. 248
  • 23 Sentiment totalement inconnu des deux prières de G1 et de la confession de G2(v.2043-4) où Vivien (...)

12Très tôt (l.4), le narrateur (qui n'en est pas surpris, v.90) le montre reculant à peine de la longueur d'une lance devant l'aspect effrayant et les cris des troupes de Gorant. Dans la peur d'avoir rompu son voeu, Vivien s'arrête de suite, avoue sa faute à Dieu. Ce sentiment d'insécurité entre doute et culpabilité ne le quittera plus : Moult me fet trespenser avouera-t-il (v.984)22 et il s'en confessera à son oncle (v.984-994)23.

  • 24 ...Tu plevis et juras Dampnedeu/Que ne fuireies de bataille champel,/Puis covenant en volsis mentir (...)
  • 25 M. DE COMBARIEU, op. cit., I, pp. 276-283. Guillaume a cru que Vivien était mort (v. 850, 930-3).

13La rencontre entre Guillaume et son neveu se réalise juste au moment privilégié de tendresse humaine qu'est l'adieu à un agonisant (l.24-29). Le corps de Vivien, ensanglanté de ses blessures, repose allongé, les mains croisées sur la poitrine, tel un beau gisant, et répand une odeur suave dans le décor déjà évoqué, oasis de paix à l' écart de la violence. Guillaume prend Vivien dans ses bras en pleurant et un long dialogue s'engage dans l'intimité des coeurs. Cette humanisation ignorée de G1 se retrouve moins parfaite dans G2 qui héritait d'une tradition différente de G1, la même qu'Aliscans, celle d'une Chanson de Rainouart perdue. Mais tandis que la rupture du voeu était absente de G224, Aliscans innove aussi en développant l'entretien, en lui donnant la structure du regret ou planctus25 toujours chargé d'une intense émotion. Dans G2 Guillaume tente d'emporter le cadavre de Vivien, pour le soustraire à la vindicte des païens ; il doit vite le cacher (v. 2054-71) et s'éloigner avec un dernier regard, sans pouvoir davantage consoler Guibourc (v. 2255, 2341-2). Aliscans essaie d'adoucir la séparation : après avoir caché le corps (l.29), qu'il voudrait enterrer à Orange (v.1019-20), Guillaume revient de nuit le veiller (l.30). S'il doit au matin l'abandonner, il reviendra plus tard l'enterrer décemment sous un arbre, dans un dernier geste de tendresse (l.171).

  • 26 Sa dernière pensée est pour Guibourc qui l'a élevé comme une mère (v. 998-9).
  • 27 M. DE COMBARIEU, op. cit, p. 605.

14La mort de Vivien, elle-même, est baignée de tendresse humaine26 et sécurisée par les secours de la religion, l'aveu des fautes et le viatique ardemment vécus. Il y a, dans ces instants, une tension équilibrée entre l'attachement humain et le désir religieux (G1 n'arrivait pas à cet équilibre), entre l'attrait de la béatitude céleste et l'amour des biens terrestres27. L'élément théologique sur lequel s'appuiaient les prières dans G1 a cédé le pas à des appels à la miséricorde divine (v.897-9) pour Vivien et tous les morts du champ de bataille. Lui-même très ému, Guillaume veut rassurer son neveu : il n'a pas renié son voeu,

Mien esciant bien l'avez averé,
Vos serement ne sont mie faussé (v.904-5, cf.v.994-5).

15Le moribond peut alors communier, se confesser à son oncle et mourir en paix.

  • 28 J. WATHELET-WILLEM, loc. cit., supra n.17, pp. 391-2. La démonstration de cette "modernisation" s' (...)
  • 29 M. DE COMBARIEU, op. cit., II p. 217 et n. p. 926.

16Sans atténuer la violence du combat, le poète d'Aliscans que l'on a qualifié de "poète de transition", a pris soin d'effacer diverses invraisemblances de G1, pour rapprocher son héros de "l'humanité quotidienne"28. Constatant un "affadissement de la pensée des poètes sur le plan religieux" des deux états de la Chanson de Guillaume à Aliscans, M. de Combarieu ajoute : "D'une mort qui est sacrifice et mystère... on passe à une mort qui est confession de foi et espérance en Dieu, pour aboutir à la "bonne mort" d'un chrétien consolé, en paix avec sa conscience"29. La résistance à la violence s'est faite moins inhumaine, davantage teintée de pitié ; le Dieu transcendant de G1 s'est montré tendresse du Christ Sauveur. Nouvelles harmoniques pour un Vivien à la figure emblématique.

III LE PAROXYSME DANS LE SACRIFICE (CV)

  • 30 La Chevalerie Vivien, chanson de geste publiée par A. -L. TERRACHER, I, Textes, Paris, 1909 (ms. D (...)
  • 31 J. Frappier, op. cit., pp.304-6, relève ces détails et ajoute qu'ils ne devaient pas forcément dép (...)

17Peu après Aliscans, la Chevalerie Vivien30 exploite à son tour le thème devenu célèbre du martyre de Vivien. L'auteur, en quête d'une originalité plus ou moins réussie, veut, d'une part, combler le laps de temps entre les Enfances Vivien de peu antérieures et Aliscans et, d'autre part, recomposer la journée fatale de l'Archamp. Le héros qui a atteint ses vingt-deux ans a été adoubé à Termes à l'âge de quinze ans (v.285-6). Avec 10.000 compagnons, il s'illustre d'abord en Espagne et provoque la colère de Desramé qu'il vient attendre à l'Archamp en bord de mer (env. 300v.). Sans porter intérêt au site qu'avaient décrit ses devanciers, le poète ressuscite, en les accentuant et en les durcissant, les traits de Vivien qui redevient, comme dans G1, le héros principal au détriment de Guillaume ; il ne le reconnaîtra pas, lorsqu'aveuglé par ses blessures, il lui assènera un coup d'épée, comme il l'avait fait à Gautier (v.1809...). La violence est toujours aussi âpre, mais c'est Vivien qui, dans sa provocation orgueilleuse, l'a suscitée. Il n'attend pas le secours de Guillaume, alors que dans G1 il avait eu la sagesse d'Olivier face aux lâchetés de Thiébaut et d'Esturmi. Dans sa recherche de l'excessif surhumain, l'auteur s'appesantit sur les détails horribles des blessures, avec un réalisme complaisant31. Devenu chef d'armée, Vivien a perdu l'ascendant qu'il avait sur sa petite troupe, au profit de l'allégeance qui lui est due par ses chevaliers :

Qui lui faura sera mal baillis, affirment-ils (v.428).

  • 32 Sur ces emprunts aux deux chansons, voir J. FRAPPIER, ibid., pp. 287-8, 292-8.

18L'auteur a aussi des réminiscences de la Chanson de Roland32, lorsqu'il montre Vivien sonnant du cor, après l'avoir longtemps refusé, et se rompant la maîtresse veine (v. 1526), frappant Gautier (v.1463) et Guillaume (v.1824) comme Olivier le fit pour Roland. Cette "marquetterie" dont fait état Frappier n'est pas du meilleur effet ; les mérites du poème sont ailleurs. Tel un volontaire de commando, le héros de la Chevalerie Vivien est devenu une force destructrice qui n'a pas d'état d'âme, mais avance à tout prix, dans l'ardeur d'une jeunesse enflammée et quelque peu inconsciente. Un seul dénouement est digne de ce "héros fulgurant" : sa disparition de la scène terrestre pour la gloire céleste.

  • 33 J. Frappier, ibid., p. 299, n.1, remarque que cette férocité fanatique était du Moyen Age ; elle e (...)
  • 34 M. DE COMBARIEU, op. cit., II, p. 605 : "Le Vivien du Covenant perd de l'humanité qu'il avait dans (...)

19Il n'a pas cessé, en effet, d'être mu fondamentalement et conforté par son voeu, cette fois aggravé par la clause de ne pas fuir plain piet de terre, par lou mien esciant (v.41). Son oncle, plein d'expérience, avait tenté, le jour de l'adoubement, de le dissuader de cet excès (v.22-36). En vain et c'était la perspective d'une mort à bref délai. Le poète qui ne supporte pas la moindre hésitation ou défaillance chez son héros invente alors le subterfuge du château ancien et rubeste (v.732), où Vivien blessé se réfugie, mais en avançant (v.807). Procédé artificiel pour éprouver la fidélité au voeu, moins pur et moins glorieux qu'une mort sur place. La démesure occupe en permanence l'esprit du jeune champion qui veut se prouver à lui-même son intrépidité, jusqu'aux limites de la cruauté, pour lui-même comme pour les autres33. Durci à l'extrême, il a perdu son humanité, celle qui le rendait cordial dans G1, celle qui animait le coeur-à-coeur dans Aliscans. L'équilibre est rompu entre l'attrait de la terre et le voeu de sacrifier sa vie34. Il menace de se tuer si son oncle ne le transporte pas au milieu des païens, alors qu'il est affreusement blessé (v. 1916-7) ; à la première blessure, il a pleuré sous son heaume -serait-il donc invulnérable ?- dans un dépit orgueilleux. Bref, son âme est devenue bizarre et violente, de la violence des impatients, même si le poète sait lui témoigner pitié et admiration (v.266-279).

20De ce fait, celui-ci se voit contraint de trouver une sorte de troisième voie entre les deux morts précédentes de Vivien. Puisque le doute n'a plus de place dans son esprit et qu'une présence humaine ne saurait ralentir son impétuosité, il s'élance vers le martyre. Point n'est besoin de viatique ni de confession pour recevoir cette sorte de "nouveau baptême" ; la mêlée sanglante ne peut plus lui ménager un havre de paix avec la présence aimante de Guillaume. Tout en encourageant ses compagnons, il veut la mort qu'il a toujours désirée (l.50-51) et demande comme une grâce à son oncle de le laisser mourir au combat :

Sol me laissiés o mi Jeu de la presse.
Et plus espeis de celle gent averse (v. 1884-5).

21Sûr de la récompense, il voit déjà le Paradis et entend le choeur des anges ; il n'appartient plus guère à la terre :

  • 35 Ne vées vos les angeles entor nos/Qui nos atendent a avoir en cest jor ?, dit-il à ses compagnons (...)

Dex ! por coi vif, que ne me vois morant !
Qu'i fust la joie que ge desisse tant ! (v. 1598-9)35.

  • 36 H. Legros, dans "De, Vivien à Aioi. De la sainteté du martyre, à la sainteté, commune", in Essor e (...)
  • 37 M. DE COMBARIEU, op. cit., II p. 605.

22Cette mort qui se veut glorieuse et heureuse, en baldor (v. 1675), amène naturellement la description de ses blessures à peine croyables, mais qui ne l'empêchent pas de se battre (v. 1796-1808, 1860-8). La synthèse entre le héros et le saint est une nouvelle fois réalisée36, mais au prix d'une extrême tension qui fait pour ainsi dire éclater ou se volatiliser le jeune héros dans la mêlée ; elle ne s'interrompt d'ailleurs pas avec sa disparition. Sans doute préférera-t-on le "grandissement intérieur du personnage" de la précédente tradition à cette "systématisation plutôt froide"37.

IV L'ARRIÈRE-PLAN HISTORIQUE

  • 38 J'ai longuement étudié cette question dans ma thèse, supra, n. 10, et dans mes " Réflexions sur la (...)
  • 39 Chronicon Reginonis Prumiensis abbatis, P.L., CL XXXXII, 80-1 (a. 860). L'ouvrage s'arrête à l'an (...)
  • 40 ibid. p. 76. Il donne ces deux sources pour la période postérieure à 818. A. Chédeville et H. Guil (...)

23Une légende aussi caractérisée et même unique en son genre, qui porte dans sa version la plus ancienne conservée un fonds primitif reconnu par tous, n'est pas sans intriguer. D'où vient cette spécificité ? Un prototype historique se présente d'emblée et qu'on peut difficilement taxer de pure vue de l'esprit : Vivien, comte de Tours, tombé à la tête de l'armée de Charles le Chauve, sans doute à l'issue d'une bataille désespérée de trois jours, le lundi 24 août 85138. Réginon, l'abbé de Prûm, en donne un récit des plus circonstanciés. Les Francs sont surpris et affolés par la manière de combattre des Bretons : ils simulent la fuite et, se retournant dans une charge fulgurante de leurs chevaux, ils accablent de flèches (spiculis, 3 fois) les Francs habitués à se battre à l'épée et qui ne peuvent que se serrer les uns contre les autres. Le roi s'enfuit honteusement dans la seconde nuit, laissant sur le champ une poignée d'irréductibles qui sont tués ou faits prisonniers39. Comment ne pas évoquer la trame de la "chanson de Vivien," dans G1 ?.. la trahison de Thiébaut et Esturmi, les darts qui pleuvent sur Vivien et les siens, les charges des deux Barbarins, la résistance du héros jusqu'à l'écrasement. Or on sait que l'abbaye de Prüm jouissait d'une quarantaine de possessions près de la Marche de Bretagne et que Réginon devenu abbé dut venir, par obligation de sa charge, les visiter. Ses informations sur la région ouest sont à ce point nombreuses et précises qu'il n'a pu que les prendre sur place ; il ne cache pas que ses sources étaient écrites (chroniques) et orales40. Il est difficile de ne pas invoquer, pour la bataille dont il est question, des sources plutôt orales qu'écrites (on n'en a pas trouvé de traces), recueillies de la mémoire populaire locale et régionale, moins de soixante ans après les tragiques événements. Le nom de Vivien ne pouvait s'effacer et l'on peut imaginer une sorte de complainte primitive, de caractère oral et populaire. Pourquoi le premier poète eût-il inventé le nom de Vivien sans avoir une raison précise ? La tradition recueillie à sa source tragique n'avait même pas besoin d'être remodelée, comme elle le fut pour Roland, simplement transposée en d'autres temps et lieux.

  • 41 BERNARD DE CLAIRVAUX, Eloge de la nouvelle chevalerie. Sources chrét., 367, Paris, 1990, pp. 73, 7 (...)
  • 42 Ainsi lit-on dans les "Statuts hiérarchiques", parmi les motifs de renvoi, la fuite "por paor des (...)
  • 43 J. CHARPENTIER, L'ordre des Templiers, Paris, 1944, pp. 50-4. Demurger, op. cit., p. 24, cite le c (...)

24Autre interrogation : pourquoi ce voeu unique dans l'épopée, attaché à la personnalité de Vivien, au point d'en faire un martyr ? On en trouve une surprenante résonnance dans le De laude novae militiae rédigé par saint Bernard entre 1129 et 1136. A la "chevalerie du siècle" il oppose le "chevalier du Temple", le nouveau type des "chevaliers du Christ", capables de mener une vie religieuse dans l'exercice du métier des armes, d'ordinaire peu compatible avec l'idéal évangélique. Ainsi écrit-il de ces moines-soldats : "J'hésiterais presque devant le nom qui leur convient le mieux : moines ou chevaliers... il ne leur manque ni la bonté du moine ni le courage du chevalier... Ils se montrent tour à tour plus doux que des agneaux et plus féroces que des lions... Couverts de poussière et noircis par le haubert et la chaleur...même en petit nombre, ils ne redoutent en rien ni la cruelle barbarie ni la multitude [de leurs adversaires]". Point d'acception des personnes : "C'est le meilleur qu'on respecte, non le titre." Au début de l'ouvrage, Bernard adresse au chevalier du Christ cette exhortation enflammée : "Réjouis-toi, courageux athlète, si tu demeures en vie et si tu remportes la victoire dans le Seigneur. Mais exulte encore davantage, de joie et de gloire, si tu trouves la mort et si tu rejoins ainsi le Seigneur"41. La règle latine du Temple, approuvée au concile de Troyes en 1129, inspirée ou dictée par saint Bernard, adopte comme modèle la règle cistercienne, avec les voeux de chasteté, pauvreté et obéissance, à quoi s'ajoute le voeu de ne pas reculer au combat et de ne pas demander grâce42. En filigrane de ces pages, on peut apercevoir les traits du Vivien primitif. L'histoire a d'ailleurs gardé le souvenir de Templiers qui se firent massacrer "par honneur"43. L'invention du voeu, dans le contexte des croisades, sublimait l'exemplarité du héros, en auréolant son combat humain d'une exceptionnelle motivation religieuse.

  • 44 Cité par A. DEMURGER, op. cit., p. 95.
  • 45 ibid., p. 97.
  • 46 ibid. pp. 120-5.
  • 47 J. FRAPPIER, op. cit., pp. 305-6.
  • 48 H. Legros, loc. cit., p. 936, a bien noté à propos de CV une "conscience plus précise des horreurs (...)
  • 49 Grousset, Histoire des Croisades et du royaume franc de Jérusalem, Paris, 1935, pp. 267-8, parle d (...)

25Nouvelle question : la légende de Vivien victime du seul combat meurtrier de l'Archamp ne serait-elle pas le reflet des échecs de la seconde (1147-9) et de la troisième Croisades (1189-92) ? A Pâques 1146, Bernard prêchait à Vézelay le départ pour la Terre Sainte. Les Templiers devaient y avoir un rôle prépondérant, autour du maître de France, Evrard des Barres, s'engageant, selon Eudes de Deuil, le chapelain du roi Louis VII, "à ne pas abandonner le camp et à obéir en toutes choses aux maîtres qui leur seraient donnés"44. Mais "les Orientaux demandent à la chrétienté des colons et des soldats ; celle-ci s'obstine à leur envoyer des pèlerins"45. D'où une suite d'échecs jusqu'au désastre de Hattin infligé aux Croisés par Saladin les 3 et 4 juillet 1157, dans des conditions qui sont semblables à ce que vécurent Vivien et ses fidèles sur le site de l'Archamp : même aridité, un soleil de plomb, les hommes et chevaux mourant de soif, le harcèlement des flèches. Ce désastre allait se poursuivre jusqu'à la prise de Jérusalem (sept. 1187)46. Le héros de la Chevalerie Vivien, poème qui a pu être écrit après 1187, est le frère de ces malheureux combattants, soutenus par le seul espoir du ciel et le choeur des anges... Saladin qui ne manqua pas de clémence, fut impitoyable pour 230 templiers et hospitaliers "immondes" qu'il livra aux bourreaux sur le champ. Il paraît donc naturel d'ajouter à l'évolution des goûts invoquée dans le cas par Frappier47, l'impact dans les esprits des désastres irréparables subis en Terre Sainte dans la seconde moitié du xiième siècle48. Ainsi se trouve moins artificielle la construction littéraire du Covenant Vivien. L'enthousiasme de la première croisade (1096-9) a subi une cruelle déconvenue ; plus de prise d'Antioche (1098) et de Jérusalem (1099) à célébrer dans des poèmes49. Il n'y a plus que résistance héroïque à la violence, sacrifice suprême dans la guerre sainte.

26Le Vivien carolingien, martyr de la cause franque, s'est trouvé par l'effet d'un transfert géographique, engagé dans la guerre sainte contre l'Islam. Sa figure mythique fut pour toujours liée à la journée fatale de l'Archamp-Aliscans. L'époque glorieuse de la première Croisade, celle dont Charlemagne et Roland transposaient les heures exaltantes, s'est évanouie. En contraste, Vivien est en symbiose avec une époque où les Francs cédaient le pas devant Saladin. Son image de marque est celle d'un résistant humble, n'ayant pour titre de gloire que l'épuisement de ses forces devant les charges violentes de l'ennemi. Dans la grande geste de Guillaume, il a néanmoins gardé une place privilégiée, quoiqu'isolée –la "chanson de Vivien" -et, s'il n'a pas eu la célébrité de Roland, son malheur et sa valeur d'âme le rendent plus attachant. Le poète du Covenant n'a pas réussi à le grandir, en lui prêtant quelques traits de son prédécesseur. La variation fut meilleure, lorsque son registre fut celui de l'humaine tendresse plutôt que celui de l'outrancière déraison. L'exemplarité du sacrifice suprême ne dépasse-t-elle pas en vraie grandeur la gloire des conquêtes ? Le témoignage de tous les résistants à toutes les oppressions n'est-il pas d'un prix sans mesure ?...

  • 50 Ch. PEGUY, Oeuvres poétiques complètes, Paris, Bibl. de la Pléiade, 1957, p. 1028.

Heureux ceux qui sont morts sur un dernier haut lieu. Parmi tout l'appareil des grandes funérailles50.

Notes

1 Chronica Albrici monachi Trium Fontium..., MGHSS XXIII, 1874, p. 716. L'index de Pertz donne Sanctus Vivianus, ibid, p. 1021.

2 M. de Combarieu du Grès, dans L'idéal humain et l'expérience morale chez les héros des chansons de geste des origines à 1250, Aix-en-Provence 1979, I, pp. 3-4 dit avec raison que "la violence est la donnée initiale de l'épopée. Elle éclate de façon visible dans les batailles... Dans le combat, elle n'apparaît d'ailleurs pas â l'état pur...elle y est, dans une certaine mesure, "apprivoisée" si l'on peut dire." Pour ma part, je pense que la violence qui se déploie dans G1 est exceptionnelle et que son origine remonte à une tradition fort ancienne et réaliste que j'examinerai plus loin.

3 M. de COMBARIEU, Op. cit., p.600.

4 Qu'on en juge : v. 87(lundi soir), 98(aube), 210(soir), 233(matin), 634(soir et nuit), jour entier (709-10, 838-9) de l'éd. de D. Mc MILLAN, La Chanson de Guillaume, 2t., Paris, 1949-50 (SATF). Une traduction en prose est l'oeuvre de F. SUARD, La Chanson de Guillaume. Texte établi, traduit et annoté, Paris, 1991("Les classiques médiévaux". Bordas), c.r. de Ph. E. BENNETT, dans Cahiers de Civ. Méd., Poitiers, XXXVI, 1993, pp. 328-330. Le texte de G1 (v.1-1980) rédigé vers 1150 est conservé dans le seul ms. de Londres(c.1250).

5 v. 32 et 490 (700), 569(20), 600 (seul avec Girard), 613 (retour des siens), 744(20), 747(10), 756(seul).

6 Seuls sont nommés sans plus de précision les deux barbarins (v.773, 913). Une cunpaignie se précipite sur lui cum altre beste salvage (v.767-8). Il a l’aspect d'un hardi sengler qui se cabre (v.860). J. Wathelet-Willem, dans " Réflexions sur la "chanson de Guillaume," in La chanson de geste et le mythe carolingien. Mélanges René LOUIS, II, 1982, pp.611-4, fait ressortir ce particularisme de G1. On se reportera à l'ouvrage essentiel de J. WATHELET-WILLEM, Recherches sur la Chanson de Guillaume. Etudes accompagnées d'une édition, Paris-Liège, 1975.

7 J. Frappier, dans Les chansons de geste du cycle de Guillaume d'Orange, I, 1955, pp.188-9, estime que la vraie formule du voeu, celle de la légende archaïque, n'incluait pas la restriction d'une fuite d'un plein pé (v.810,903), qui apparaît comme moins pure.

8 Aux v. 901-5, Vivien prie Dieu de l'aider à être fidèle à son voeu, mais il n'exprime pas de doute sur le secours divin et sa propre fidélité à sa promesse.

9 v. 116, 122, 198, 561-4, 634-649 (envoi de Girard), 751, 798, 895. Il n'a pas la vantardise de Roland (Rol., l.172) ; le rappel de ses victoires a un autre ton (G1, l.51-4).

10 Ce paragraphe doit beaucoup à la fine analyse de J. Frappier, op. cit., pp.183-197. Sur l'opposition entre la mort de Vivien et celle de Roland, voir A. MOISAN, La légende épique de Vivien et la légende hagiographique de saint Vidian à Martres-Tolosane, Tours, 1971, Lille, 1973, pp. 203-217.

11 v. 61, 127, 485, 563, 798, 825-834, 895, 906.

12 l.50-57. Par quatre fois la formule Sez que dirras a... ? rythme les évocations.

13 v. 797-837. La prière à Dieu tout aussi intense est plus courte (v.897-912) et moins jaillie du coeur.

14 J. FRAPPIER, op. cit., p. 287.

15 Aliscans, pp. Cl. REGNIER (CFMA, 110-1), Paris, 1990 ; Aliscans traduit en français moderne par B. GUIDOT et J. SUBRENAT, Paris, (Champion/Traductions), 1993. La rédaction du poème est située entre 1185 et 1216.

16 On note un tintammare assourdissant, spécialement dans les laisses 3,4 et 10.

17 v. 90, 102, 260, 361, 437-8, 442. J. Wathelet-Willem, "Alisacans, témoin de l'évolution du génie, épique, à la fin du xiiéme, siècle,", in Mélanges... offerts à Charles Foulon, I, 1980, note très justement que dans G1 "l'auteur apparaît bien comme le spectateur privilégié d'une action à laquelle il ne participe pas" et que "la présence du narrateur est beaucoup plus insistante [dans A1] que dans la Chanson de Guillaume. "

18 Pour M. DE COMBARIEU, op. cit., II, pp.608-9 et I, p.276, "l'admiration de Vivien pour son oncle prend [ici] des dimensions plus mesurées ; sans doute les deux héros en paraissent-ils plus humainement proches l'un de l'autre."

19 J. FRAPPIER, op. cit., p. 239

20 J. Frappier, ibid, p. 246, constate qu'Aliscans ne possède pas la densité et le relief dramatique de la Chanson de Guillaume. Le récit y est clair, détaillé, ample.

21 J. Frappier, ibid, p. 247.

22 v. 398, 419, 801-4. "Ce doute affreux le poursuit dans son agonie", dit J. Frappier, ibid., p. 248.

23 Sentiment totalement inconnu des deux prières de G1 et de la confession de G2(v.2043-4) où Vivien ne s'accuse que des fautes de sa vie en général.

24 ...Tu plevis et juras Dampnedeu/Que ne fuireies de bataille champel,/Puis covenant en volsis mentir Deu./Pur ço iés ore mort, ocis e afolé", dit Guillaume (v.2020-3).

25 M. DE COMBARIEU, op. cit., I, pp. 276-283. Guillaume a cru que Vivien était mort (v. 850, 930-3).

26 Sa dernière pensée est pour Guibourc qui l'a élevé comme une mère (v. 998-9).

27 M. DE COMBARIEU, op. cit, p. 605.

28 J. WATHELET-WILLEM, loc. cit., supra n.17, pp. 391-2. La démonstration de cette "modernisation" s'appuie sur l'ensemble de la chanson.

29 M. DE COMBARIEU, op. cit., II p. 217 et n. p. 926.

30 La Chevalerie Vivien, chanson de geste publiée par A. -L. TERRACHER, I, Textes, Paris, 1909 (ms. D, 1944 v.).

31 J. Frappier, op. cit., pp.304-6, relève ces détails et ajoute qu'ils ne devaient pas forcément déplaire au public de l'époque.

32 Sur ces emprunts aux deux chansons, voir J. FRAPPIER, ibid., pp. 287-8, 292-8.

33 J. Frappier, ibid., p. 299, n.1, remarque que cette férocité fanatique était du Moyen Age ; elle est aussi de notre époque. Les pèlerins de Saint-Jacques voient encore le sang de l'hécatombe (v. 1790).

34 M. DE COMBARIEU, op. cit., II, p. 605 : "Le Vivien du Covenant perd de l'humanité qu'il avait dans les textes plus anciens, privé qu'il est de ses racines charnelles par un poète dépourvu du sens de l'incarnation."

35 Ne vées vos les angeles entor nos/Qui nos atendent a avoir en cest jor ?, dit-il à ses compagnons (v. 1672-3).

36 H. Legros, dans "De, Vivien à Aioi. De la sainteté du martyre, à la sainteté, commune", in Essor et fortune de la chanson de geste dans l'Europe et l'Orient latin (IXème Congrès Rencesvals, Padoue-Venise, 1982) Modena, 1984, II p. 945, a relevé le paradoxe de la situation : "Vivien, dans la Chevalerie Vivien, est à la fois, un guerrier cruel dont la bravoure est exacerbée, et un saint que Dieu reconnaît avant même sa mort. C'est le seul texte dans lequel le héros entende ici-bas le choeur des anges."

37 M. DE COMBARIEU, op. cit., II p. 605.

38 J'ai longuement étudié cette question dans ma thèse, supra, n. 10, et dans mes " Réflexions sur la genèse, de la légende, de Vivien", in VIII Congreso de la Société Rencesvals, Pamplona, 1981, pp. 345-352.

39 Chronicon Reginonis Prumiensis abbatis, P.L., CL XXXXII, 80-1 (a. 860). L'ouvrage s'arrête à l'an 908.

40 ibid. p. 76. Il donne ces deux sources pour la période postérieure à 818. A. Chédeville et H. Guillotel, dans La Bretagne des saints et des rois, Vème-Xème siècle, Rennes, Ouest-France Université, 1984, invoquent souvent, pour cette période et pour Réginon, des chroniques angevines perdues, v. g. pp. 171, 194-5, 230, 280, 316, 320, 354, 356, 365-6. Voir aussi K. F. WERNER, "Zur Arbeitsweise des Regino von Prüm" in Die Welt als Geschichte, München, 1959, pp. 96-116.

41 BERNARD DE CLAIRVAUX, Eloge de la nouvelle chevalerie. Sources chrét., 367, Paris, 1990, pp. 73, 71, 69, 53. Il dit encore du chevalier : "Vient-il lui-même à se faire tuer : on sait bien qu'en cela il n'est pas allé à sa perte mais qu'il est parvenu au but" (p.61). C'est le témoignage du martyre. Voir aussi A. MOISAN, op. cit., I, 211-4. A. Demurger, Vie et mort de l'ordre du Temple, Paris, 1985, p. 34, appelle les Templiers "les enfants chéris de saint Bernard".

42 Ainsi lit-on dans les "Statuts hiérarchiques", parmi les motifs de renvoi, la fuite "por paor des sarrazins" in H. DE CURZON, La règle du Temple, Société de l'Histoire de France, n°74, Paris, 1886, n° 232, 419-420, 574.

43 J. CHARPENTIER, L'ordre des Templiers, Paris, 1944, pp. 50-4. Demurger, op. cit., p. 24, cite le cas du grand maître Girard de Ridefort qui mourut devant Acre, le 4 octobre 1190, refusant de s'enfuir, "celui-là qui dit cette bonne parole, qu'il avait apprise à bonne école [selon le chroniqueur Ambroise] : Ne plaise à Dieu qu'on me revoie jamais ailleurs, et qu'on puisse reprocher au Temple qu'on m'ait trouvé fuyant !"

44 Cité par A. DEMURGER, op. cit., p. 95.

45 ibid., p. 97.

46 ibid. pp. 120-5.

47 J. FRAPPIER, op. cit., pp. 305-6.

48 H. Legros, loc. cit., p. 936, a bien noté à propos de CV une "conscience plus précise des horreurs engendrées par la guerre", et elle ajoute, pp. 944-5 : "L'exagération épique semble ici rejoindre un certain réalisme complai-sant et atroce."

49 Grousset, Histoire des Croisades et du royaume franc de Jérusalem, Paris, 1935, pp. 267-8, parle du dégoût des Occidentaux qui allaient, pendant 40 ans, se désintéresser de la croisade.

50 Ch. PEGUY, Oeuvres poétiques complètes, Paris, Bibl. de la Pléiade, 1957, p. 1028.

Auteur

Vannes

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540