Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence dans le monde médiéval

Termes d'adresse, acte perlocutoire et insultes : la violence verbale dans quelques textes des xivème, xvème et xvième siècles

Dominique Lagorgette

Texte intégral

  • 1 Les Quinze Joyes de Mariage, éd. Jean Rychner, Genève, Droz, 1967.
    Les Cent Nouvelles Nouvelles, éd (...)
  • 2 Johan HUIZINGA L'Automne du Moyen-Age, Paris, Payot, 1975, p. 30.

1En une époque historique déchirée par des guerres aussi longues que meurtrières et disséminées dans toute l'Europe, la littérature peut-elle rester sourde au climat ambiant ? Ajoutez à la Guerre de Cent Ans qui n'en finit pas quelques épidémies et une misère généralisée : voici les xiv°, xv° et xvi° siècles rapidement décrits et tels qu'ils apparaissent dans les XV Joyes de Mariage, les Cent Nouvelles Nouvelles, la Farce de Maistre Pierre Pathelin, le Chaudronnier et le Meunier dont le Diable Emporte l'âme en Enfer1. Des récits brefs aux farces, la toile de fond historique des intrigues, même si elle n'est pas omniprésente, reste marquée et marquante. Pourtant, l'atmosphère de ces textes n'est pas seulement teintée de violence et de tristesse. Comme le fait remarquer Johan Huizinga2, cette période semble mêler des sentiments contraires constamment en présence : "La vie était si violente et si contrastée qu'elle répandait l'odeur mêlée du sang et des roses. Les hommes de cette époque, géants à tête d'enfants, oscillent entre la peur de l'enfer et les plaisirs naïfs, entre la cruauté et la tendresse. (..) Le rire de ces générations est éteint ; son goût de la vie et sa joie insouciante ne demeurent que dans la chanson populaire et la farce." Tout est bien qui finit bien en effet dans les farces, à première vue. On ne peut en dire autant des récits brefs où parfois la violence mène ses acteurs à la mort. Pourtant, tous les conflits ne sont pas résolus de manière aussi radicale. On verra ainsi que la persuasion peut prendre des chemins strictement rhétoriques, avant d'en arriver à cet extrème en matière d'agression langagière qu'est l'insulte. Le rapport de force entre des classes de plus en plus disparates, depuis que la bourgeoisie s'est imposée dans le courant du xv° siècle, est donc envisagé d'un point de vue pragmatique selon deux axes : la persuasion et l'agression. A partir d'une étude limitée aux termes d'adresse, je montrerai comment s'articulent les argumentations persuasives, selon les processus de solidarité entre locuteurs, puis j'étudierai ces termes d'adresse particuliers que sont les insultes et à quelles fonctions sociales elles renvoient. Ceci nous mènera en quelque sorte de l'idée de faire violence à la volonté d'autrui jusqu'à la violence verbale au sens strict, toutes les deux envisagées tant au niveau discursif qu'au niveau pragmatique.

  • 3 Par là, j'entends des groupes nominaux se distinguant de l'apostrophe en ce qu'ils ont des fonctio (...)
  • 4 John Langshaw AUSTIN, Quand dire, c'est faire (How to do things with Words, 1962), Paris, Le Seuil (...)
  • 5 AUSTIN, ibid., p. 114.

2Je nomme termes d'adresse les groupes nominaux qui servent dans le discours direct à interpeller les différents locuteurs3. Outre leur fonction évidente de pointage des différents acteurs du discours, ces syntagmes jouent un rôle prépondérant dans tout ce que la théorie des philosophes du langage a déterminé comme étant actes de langage, et en particulier l'acte perlocutoire. Austin4 considère qu'il existe trois types d'actes de langage : l'acte locutoire, qui sous-tend toute énonciation par le simple fait que dire est en soi un acte ; l'acte illocutoire qui accomplit une action par sa simple énonciation (ex."je déclare la séance ouverte") ; et enfin l'acte perlocutoire qu'Austin décrit ainsi : "Dire quelque chose provoquera souvent, le plus souvent - certains effets sur les sentiments, les pensées, les actes de l'auditoire, ou de celui qui parle, ou d'autres personnes encore. Et l'on peut parler dans le dessein, l'intention ou le propos de susciter ces effets" (ex. "Il me dissuada")5.

3Mon hypothèse ici est que les termes d'adresse marquent dans les dialogues la présence d'actes perlocutoires et favorisent le succès de ces actes. Ce qui revient à dire qu'ils seraient à la fois les signes annonciateurs des tentatives de persuasion et les éléments qui aideraient à la réussite des argumentations. Pour illustrer ceci, nous verrons d'abord les récits brefs et en l'occurence les XV Joyes de Mariage. Ces Joyes sont comme leur nom l'indique des nouvelles dédiées aux hommes voulant se marier, les sots. Ces textes sont l'oeuvre d'un clerc anonyme, et parurent vers 1380. On y met en garde tous les hommes (d'où l'absence de noms propres) contre la perfidie féminine, en quinze tableaux édifiants où toutes les situations-type du mariage sont dépeintes : commérages, adultère, grossesse, absence du mari, maladie..Fort poliment, car il n'y a jamais d'insultes, les personnages s'affrontent pour mieux se dominer. La Première Joye met en scène une situation emblèmatique d'argumentation persuasive lorsque la dame tente d'obtenir de son mari une robe neuve. Plutôt que d'en faire la demande directe, l'épouse rusée fait remarquer la vétusté de ses atours (l. 36 à 64) :

"Mon amy, lessez moy car je suis a grant malaise. - M'amie, dit-il, et de quoy ? - Certes fait-elle je le doy bien estre, mais je ne vous en diroy ja rien, car vous ne faites conte de chose que je vous dye. - M'amie, fait il, dites moy pour quoy vous me dites telles parolles ? - Par Dieu, fait-elle, Sire, il n'est ja mestier que je vous le dye, car c'est une chose, puis que je la vous avroye dite, vous n'en feriez compte et il vous sembleroit que je le feisse pour autre chose.(..)Puis qu'il vous plest, je le vous diroy. Mon amy, fait elle, vous savez que je fuz l'autre jour a telle feste ou vous m'envoiastez, que ne me plaisoit gueres. Mes quant je fu la, je croy qu'il n'y avoit femme, tant fust elle de petit estat, qui fust si mal abillée come je estoye.."

4Nous remarquons tout d'abord que la dame insiste sur le fait que son discours ne doit pas être analysé comme une demande : elle refuse donc d'expliquer les causes de sa bouderie. Se posant comme signe extérieur de richesse de son époux, elle n'exige rien et feint même de ne rien vouloir dire. C'est seulement parce qu'il insiste qu'elle parle. Si nous étudions les termes d'adresse, nous remarquons que "Mon amy" enclenche le processus qui fera questionner le mari. Ce "mon amy" précède un tour impératif et disparaît lors de la seconde réplique de la dame car cette phrase est vindicative. Au contraire, le mari s'adresse constamment à sa femme par "M'amie" car il veut savoir pourquoi elle refuse l'acte sexuel (comme le prologue nous l'indique : c'est au moment du coucher que ce dialogue a lieu, l.37 à 43) ; sevré des faveurs physiques de sa femme et tenu dans le secret quant aux raisons de ces refus, il est doublement demandeur. Ses "M'amie" équilibrent en quelque sorte le déploiement de lexique amoureux de la dame ("Mon amy" constant). Les termes d'adresse fonctionnent d'ailleurs souvent par couples. "Sire", titre de politesse, dans un tel contexte, marque une distance puisqu'il rappelle le statut social et ne se situe pas dans le champ lexical amoureux. Lorsqu'elle commence à expliquer les causes de sa tristesse, la dame nomme à nouveau son époux "Mon amy", ce qui peut être considéré comme l'amorce rhétorique du processus perlocutoire : elle veut le convaincre qu'elle doit avoir une robe neuve non par coquetterie, mais pour ne pas lui faire honte. Après la réponse de son époux, la dame est piégée car elle a mal réagi en se courrouçant (l.104-108) :

"Lors elle se tourne de l'autre part et dit : "Pour Dieu, lessés moy ester, car je n'en parleroy jamés. - Evoy dea, dit le proudhomme, vous vous courroucez sans cause."

5On notera ici l'absence de termes d'adresse. Le processus a échoué cette fois, la dame n'aura pas sa robe. Pourtant, le lendemain soir, le mari cède car l'acharnement de la dame dans la bouderie porte ses fruits, ainsi qu'il le lui fait remarquer (l.172) :

"Par ma foy, M'amie, si ferez et avrez ce que vous demandez.
- Que je demande ? fait elle. Certes, je ne demande rien."

6Ce n'est pas, bien sûr, la parole seule qui décide le mari à satisfaire sa femme, mais la stratégie verbale rehausse les privations sexuelles et permet seule de débloquer la situation. La dame veut que son époux prenne la décision - peut-être afin d'éviter des reproches ? De toutes façons, il n'y a pas eu conflit.

  • 6 Comme l'écrit François FLAHAUT dans La Parole Intermédiaire, Paris, Le Seuil, 1978 : "Chacun accèd (...)

7Les termes d'adresse jouent donc ici le rôle de marqueurs d'actes de langage. Ils annoncent et renforcent si besoin est l'appareil argumentatif et en particulier compensent, par un rappel du statut des locuteurs, les formules jussives ou simplement impératives. Pour reprendre les exemples d'Austin, imaginons l'époux rapportant la scène : "elle me fit comprendre et me persuada qu'elle avait besoin d'une robe". Il pourrait d'ailleurs ajouter : "Je tentai de l'en dissuader en l'appelant "M'amie" et en lui disant que nous n'avons pas d'argent, ce qui échoua." Chez les deux protagonistes, on notera en effet la surenchère de termes d'adresse à des phases-clé du dialogue. On n'a jamais en effet de termes d'adresse non marqués dans des situations aussi fines de rapports de force. Si l'on voulait formuler un axiome, on pourrait dire : "si x appelle y par un terme d'adresse non dépréciatif, x veut obtenir quelque chose de y". Les termes d'adresse rappellent à l'allocutaire quel statut nous lui reconnaissons dans notre relation avec lui et détournent l'attention sur cette redéfinition6. Ainsi, la dame dans cet exemple joue sur deux plans : son statut d'épouse en tant que fonction sociale ("Sire" rappelant le pouvoir que son mari a juridiquement sur elle) et son statut d'amante dans le cadre privé ("Mon amy" appartenant au lexique amoureux). Non seulement elle est sa femme, mais en plus elle l'aime (ce qui ne va pas de soi à une époque où le mariage se pense avant tout en termes financiers). Bien entendu, il n'est pas interdit de mentir sur ce statut nouveau. Au contraire, le terme d'adresse flatte bien souvent, dupant l'allocutaire quant à cette redéfinition, ainsi que nous allons le voir dans ce court extrait des Cent Nouvelles Nouvelles.

8Ce recueil de cent récits brefs dédiés à la cour de Bourgogne a été écrit lui-aussi par un auteur resté anonyme. Il fut publié aux alentours de 1467. Ces nouvelles font s'affronter non seulement le microcosme familial mais aussi toutes les classes sociales. Ainsi, la Trente-Neuvième Nouvelle met en présence la dame et sa servante. Pour obtenir de celle-ci qu'elle prévienne l'amant de son retard, la dame devient subitement enjôleuse (l. 46) :

"Si vous prie, M'amie, que vous retournez encores vers luy une fois pour m'excuser et luy faictes compaignie ung espace."

  • 7 Voir aussi, dans la Quinte Joye, les lignes 275 à 392 (p. 41 à 44) où la chambrière devient "Jouha (...)

9On peut considérer cette phrase comme un ordre car la dame parle à une personne de rang social inférieur qui doit lui obéir, mais il s'agit en fait d'une requète car rien n'oblige la servante à tromper son maître, le mari de l'infidèle. Elle dispose même soudain d'un pouvoir implicite car elle pourrait refuser et même trahir sa maitresse. Lors des dialogues avec la servante, d'ordinaire, on ne la qualifie pas. L'apparition de "M'amie" après la formule de demande renforce le verbe "prier" car elle place d'égale à égale servante et maitresse. Elle insiste aussi sur l'aspect intime de la transaction, comme si la maitresse faisait de sa subalterne une amie, alors qu'en fait il ne s'agit que d'une complice. On passe ici de la sphère sociale (servante - maitresse) à la sphère privée (amie - amie). La démarche persuasive fonctionne, il sera fait comme la dame demandait7.

10Pourtant, ces tentatives rhétoriques n'aboutissent pas toujours au succès. Ainsi, la Nouvelle 98 montre qu'une demande, même bien formulée, peut être rejetée. Dans cette nouvelle tragique où l'on voit successivement un meurtre, une tentative de viol collectif et un suicide, le discours ne rapporte que la réponse du chevalier tentant d'éviter un affrontement. Pour ce faire, il répond aux menaces des ribauds qui veulent violer sa dame puis menace à son tour d'agir contre eux s'ils ne cèdent pas. Le terme d'adresse fort respectueux qui ouvre son intervention n'est donc pas à interprèter comme ironique, mais comme l'ultime tentative de règler civilement le conflit (l. 143) :

"Beaulx seigneurs, dist le chevalier, si vous me cognoissiez bien, vous ne me tiendriez pour tel qui maine par les champs les femmes telles que vous nommez ceste.(..)Et ne soiez ja si abusez en vos corages que je me repute si lasche que je la laisse villanner ne souffrir luy faire injure tant ne quant, mais la defendray aussi avant et aussi longuement que la vigueur de mon corps pourra durer, et jusques a la mort."

  • 8 Erwin GOFFMAN, Rites d'Interaction (Interaction Rituals, 1959), Paris, Ed. de Minuit, 1974 (passim (...)
  • 9 Pour plus de détails et l'application de ces principes à la menace, voir Isabelle WEILL, "La Menac (...)

11Usant de politesse, il espère établir des relations dites depuis Erwin Goffman de solidarité8, c'est-à-dire qu'il attend de ses interlocuteurs qu'ils se plient à sa demande puisqu'elle est justifiée et formulée de manière non agressive, et selon ce que Grice a défini comme les principes de coopération. La menace surenchérit et prévient de la nature de sa réponse si la leur n'est pas satisfaisante9.

12Toutes les expressions péjoratives, on le notera, sont dans le discours indirect des agresseurs (l. 91- 97) :

"Gueres n'eurent esté en leur hostellerie que veez cy venir quatre gros charruyeurs ou bouviers plus villains encores, (..) demandans rigoreusement ou estoit la ribaudelle que ung ruffïen nagueres avoit amenée derrière luy sur ung cheval (..)".

  • 10 WEILL, ibid., p. 104.

13Le chevalier, fidèle à son statut social, n'insulte pas ; il menace puis tient sa promesse comme la société l'attend de lui. Il ne parle pas de se venger, ce qui serait répréhensible dans une société qui tente d'éviter le recours à la loi du talion. Comme le remarque fort justement Isabelle Weill à propos de la menace10 : "L'acte de langage devient un acte lorsque la menace cesse d'être énoncée." Il en va de même semble-t-il ici. Le conflit ne pouvant être évité par les moyens sociables recommandés, on en vient aux mains et on passe à l'acte promis.

14Il arrive fréquemment qu'entre ces deux stades vienne s'intercaler un autre procédé verbal, l'insulte, qui peut-être perçu, dans un premier temps, soit comme une volonté d'humilier l'autre, soit comme une première agression. Dans les deux cas, la démarche semble être aux antipodes des rituels de solidarité entre locuteurs, puisque l'un cherche à dominer l'autre tout en l'écrasant. Il ne s'agit plus d'un rite d'échange mais plutôt d'un premier pas vers le conflit. Les insultes en tant que premier signe manifeste de violence verbale ont-elles une vocation persuasive tout comme les termes d'adresse, catégorie à laquelle elles appartiennent ?

  • 11 Notons au passage, et cela a son importance, que si l'on ôte l'insulte de la phrase, l'énoncé fonc (...)
  • 12 cf E. GOFFMAN, op. cit., p. 8 : "Dans tous les cas, alors même que la face sociale d'une personne (...)

15Si l'on en croit l'étymologie, "insulter" (du latin insultare, sauter sur) conserve jusqu'au xviième siècle son double sens de "faire assaut" et "proférer des insultes". De même, "injurier" (du latin injuriari, faire du tort, outrager) signifia jusqu'au xivème siècle "endommager" puis "outrager". Ces deux verbes en français moderne n'ont conservé que le sens lié au langage mais il paraît clair que la double notion de violence physique et verbale a toujours été mise en parallèle dans la perception et la réception des insultes. Dans la syntaxe, l'insulte directe se signale par l'usage de groupes nominaux et non de verbes11. Il n'existe pas de verbe performatif (c'est-à-dire accomplissant l'acte d'injurier par sa seule énonciation). De plus, on n'utilise pas non plus de verbe introducteur. On ne dit jamais en effet "je t'insulte : garce !". En revanche, ce sont certains verbes qui rendent compte de cet acte : "on m'a insulté, on m'a injurié". Utiliser un groupe nominal autonome syntaxiquement revient en fait à porter un jugement de type prédicatif sur l'allocutaire (parfois sur soi-même ou le délocuté). "Garce !" équivaut à "je dis que tu es une garce" et a une valeur elliptique. On accomplit en insultant un acte locutoire (car on produit un énoncé), un acte illocutoire (on insulte par le seul fait de prononcer des mots) et un acte perlocutoire car on tente d'influer sur le comportement d'autrui soit en l'intimidant, soit en amorçant un règlement violent du conflit. Et bien sûr, en insultant, on met en évidence qu'il y a conflit. L'insulte refuse donc tout recours aux modes de solidarité du groupe, elle est sur le plan sémantique l'anti-formule de politesse. Elle explicite au contraire un potentiel de violence chez le locuteur et une volonté quasi asociale d'exclure du groupe12. En effet, on pointe ainsi un individu que l'on qualifie par des traits négatifs, ce qui lui ôte son statut d'élément social normal. De ce fait, on justifie sa propre démarche car l'autre devient un indésirable. L'acte perlocutoire a donc une double portée : persuader l'autre de son infériorité et convaincre les éventuels témoins de la légitimité de ce jugement.

16Les insultes tendent à assimiler autrui à des éléments que la société juge indignes de faire partie du groupe ou qui sont dépourvus de parole. J'ai établi d'après le corpus traité aujourd'hui quatre grandes catégories :

  • les noms qui portent au niveau sémantique un élément dégradant et auxquels on assimile le récepteur par une comparaison dont le "comme" serait absent (métaphores) : "ceste crapaudaille" (Pathelin), "noz truye" (Chaudronnier), "dame orda" (id.), "villain mastin" (Meunier), "merdaille" (Pathelin).. On notera que ces noms ne renvoient pas à d'autres êtres humains mais à des animaux ou des inanimés connotés négativement ;
  • les figures de style où, en l'occurence, un défaut ou une tare physique sont utilisés pour définir tout l'individu (métonymie) : "villain" (dans le sens de laid, Meunier), "ort et immunde" (id.), "orde vieille" (id.), "gros menton" (Chaudronnier), "vieille dantée" (id.)...
  • l'assimilation à des marginaux et à leurs vices, ou la calomnie quant aux traits moraux : "paillait" (Meunier), "filz de putain" (id.), "mignon" (Chaudronnier), "meschante" (Pathelin).
  • la comparaison sans "comme" à des personnages risibles, l'attribution de noms propres : "Jenin" (Chaudronnier), "Saint Coquibault" (id.), "Guillemin" (id.).

17Ce type d'expressions ou de noms sont souvent perçus comme un acte punitif qui n'ira pas au-delà de cette première forme de violence. L'insulte en elle-même est violence et suffit. Ainsi, dans la 38° Nouvelle un mari fait parvenir une lemproye à sa femme pour qu'elle la prépare, et celle-ci se hâte de l'envoyer à son amant. Lorsque le mari arrive avec ses amis pour diner, elle nie avoir jamais reçu ce poisson. Le mari passe donc pour un menteur (l.50-56) :

"- Par Dieu, dist la femme, il se farse de vous, ou il a songé d'une lemproye. Car seurement je ne vy de cest an lemproye." Et bon mary de soy courroucer, et dit : "Vous avez menti, paillarde, ou vous l'avez mengée, ou vous l'avez cachée quelque part ; je vous promectz qu'oncques si chere lemproye ne fut pour vous."

18Aucune punition ne suit. Le mot "paillarde" a déjà renforcé l'accusation "vous avez menti", la voici donc coupable de mensonge et de débauche devant des témoins. Le châtiment n'ira pas plus loin. Comme bien souvent au Moyen-Age, la parole a valeur d'acte. L'insulte joue le rôle d'une soupape de sécurité, en assimilant l'épouse à une femme de mauvaise moralité. Le mari par ce biais exprime son indignation et sa colère, retournant les rôles, puisqu'il était le premier incriminé. Les autres étant convaincus de son innocence, il n'a plus besoin de donner d'autres signes pour se justifier socialement. De lui on n'attend pas d'autre marque de pouvoir.

19Il arrive en revanche souvent que les insultes ne suffisent pas. Dans la 5°Nouvelle, Monseigneur Talebot veut mer un pilleur d'église, ce qui n'est guère catholique ni pour l'un, ni pour l'autre. Ramené à la raison par la pression de son entourage, Monseigneur insulte le larron (l.143 - 148) :

"Traistre ribauld, comment avez vous osé rober l'église oultre mon commendement et ma defense ? - Ha ! monseigneur, pour Dieu, mercy ! dist le pouvre larron ; je vous crye mercy ; jamais ne m'adviendra."

20Nous remarquons à cette occasion l'emploi de termes d'injure formant syntagme, ce qui double l'insulte (l'accusé est traitre à sa foi et débauché). De plus, les insultes de l'un sont contre balancées par les termes d'adresse de l'autre : l'insulte renforce le reproche tandis que le terme d'adresse tente de réduire l'agression en rappelant à l'agresseur qu'il a tout pouvoir. On peut donc étendre la remarque concernant les termes d'adresse fonctionnant en paires aux insultes. Talebot tout en insultant le voleur se met à le rosser (l.150 - 157) :

"Et monseigneur Talebot, de son poing, qui estoit gros et lourd, descharge sur la teste de ce bon pelerin, et luy disoit : "Ha ! larron, avez vous desrobé l'église !" Et l'autre de crier :'''Monseigneur, je vous crye mercy ; jamais ne le feray. - Le ferez vous ? - Nenny, monseigneur. - Or, jurez donc que jamais en eglise quelle qu'elle soit n'entrerez, jurez, villain !"

21On a ici un triple châtiment : social par l'insulte, moral par l'interdiction de pénétrer dans une église et physique par les coups. Cette triple mesure de rétorsion est conforme aux pouvoirs sociaux de celui qui punit. Toutefois, son recours à la violence physique paraît condamné par le narrateur dans le reste de la nouvelle : un homme de Dieu ne doit pas se laisser aller à des réactions aussi terrestres, et si peu dignes de son office. C'est donc plus dans le but de critiquer l'attitude de Talebot que celle du voleur que cette nouvelle semble avoir été écrite, si l'on se fie aux termes désignatifs. Quel que soit le but que s'est fixé l'auteur, il n'en reste pas moins que ce doublon de violence physique et verbale vise un effet comique. Les farces utilisent constamment ce ressort dramatique, la catharsis étant ce qu'elle est : un personnage ridiculisé fait toujours rire. On notera au passage que l'insulte paraît appartenir plutôt au registre de la langue parlée dans la mesure où elle est omniprésente dans le théâtre profane tandis que les récits brefs en usent avec parcimonie (aucune insulte dans les Quinze Joyes de Mariage, et seulement dans dix-sept des Cent Nouvelles Nouvelles en discours direct.)

22Dans le Chaudronnier (écrit anonyme de la seconde moitié du xvième siècle) nous allons voir se mettre plus précisément en place le lien entre violence verbale et violence physique. Les personnages s'injurient sur un mode très rythmé, où les insultes riment entre elles et fonctionnent par couples ; le mari et sa femme accumulent un dialogue qui va crescendo durant quarante six vers, donnant l'impression de vouloir chacun avoir le dernier mot (vers 17 à 22) :

"L'HOMME : Noz truye !
LA FEMME : Maubecq !
L'HOMME : En...
LA FEMME :,.Bren !
L'HOMME : A vos menton !
Mais avez ouy l'orderon
Comment elle est bien gracieuse ?
LA FEMME :
Mais avez ouy l'oyson
Comment d'une chanson
Nous fait la note mélodieuse ?"

23Dans cet extrait, les insultes s'étirent soudain pour gloser le simple groupe nominal et tenter de justifier les prédicats elliptiques. Reste à savoir qui les personnages prennent à témoin... A partir du vers 32, les belligérants se saisissent chacun d'un bâton pour s'intimider plus que par des mots. Et finalement, l'escalade verbale continuant malgré la menace des coups à venir, la femme frappe l'homme. Après cet acte, la farce bascule : le couple parie à qui parlera le premier. Ce mouvement qui va de l'extrême du langage au silence en passant par l'agression physique (et à ce moment-là, la victoire de l'un des deux sur l'autre) me paraît à lui seul résumer à la fois le mode de fonctionnement, le but et le résultat du procédé-même d'insulter. Que vise-t-on en effet lorsque l'on insulte, si ce n'est la capitulation de l'autre en tant que volonté et locuteur ? De plus, cette farce illustre aussi un "après" du conflit physique : la guerre en soi n'est pas un état souhaité, elle n'est qu'une transition ; lorsque l'on connaît le vainqueur, il faut bien revenir à une organisation qui permettra de stabiliser à nouveaux les rapports sociaux. Ici l'on parie et l'enjeu est un repas, acte éminemment social. On a donc l'impression que durant un court instant le passionnel l'emporte sur le rationnel, juste le temps de règler les conflits par les moyens les plus expéditifs qui soient, pour mieux pouvoir rentrer dans le rang ensuite, comme la fièvre soudaine dans un organisme qui sera vite guéri et en sortira peut-être plus fort. L'insulte prendrait alors la dimension d'une purge nécessaire au bon fonctionnement du groupe social.

24Reste maintenant un dernier point : celui de l'ambiguïté, où l'insulte n'est pas nettement pointée vers l'allocutaire. On peut se demander si elle ne relève pas du pur effet de style, créant le comique par ce décallage entre la scène, où un personnage est insulté sans le savoir, et le public omniscient. La Farce de Maistre Pierre Pathelin, oeuvre anonyme de la seconde moitié du xvème siècle, et le Meunier dont le Diable Emporte l'âme en Enfer, d'André de la Vigne et datant de 1496, nous fournissent deux monologues où leurs héros respectifs tiennent sur des modes sensiblement différents le même type de discours dépréciatif.

25Pathelin se veut délirant lorsqu'il nomme son créancier le drappier "Caresme prenant" (vers 862 à 864) :

"Dont viens tu, caresme prenant,
Vuacarme, liefe gode man ;
etlbelic bed igluhe golan(..)."

26Pendant toute une scène il alternera ainsi, en un jeu avec Guillemette, les insultes au drappier et le charabia jusqu'à ce que l'ennemi cède et s'en aille.

27Le meunier, lui, est réellement mourant et n'apprécie guère de voir sa femme avec son amant sous son toit. Il insulte donc celle-ci en aparté, ce qui ne déclenche aucune réaction parmi les amants qui ne l'entendent pas. C'est seulement lorsqu'il fait mine de se lever que la femme passe à l'acte (l.146- 149) :

MUNYER : "Orde vielle, putain, truande,
En faictes-vous ainsi ! Non mye,
Vecy pour moy trop grant esclandre !
Par le sainct Sang !...
Il fait semblant de se lever, et la femme vient à luy, et
fait semblant de le batre."

28Les insultes, dans cet extrait, ont une fonction plus dirigée vers la stricte économie du texte (faire rire le public) que vers un acte d'échange entre locuteurs. Le spectateur se sent partie intégrante de l'intrigue ; avec Pathelin et Guillemette, il rit du drappier et il est le seul à entendre le meunier qui l'associe à son monologue sans toutefois l'interpeller. Ces deux exemples nous mettent donc en présence de deux phénomènes nouveaux : l'insulte non adressée clairement à son destinataire et fonctionnant comme ressort dramatique, qui cherche à établir des relations de solidarité. Car si l'insulte cherche à isoler le récepteur, elle aime à avoir l'assentiment des autres membres du groupe, comme Monseigneur Talebot, le mari volé, le meunier, le mari rossé et Pathelin nous l'ont montré. En résumé, l'insulte repousse hors des limites du groupe un individu par des accusations qu'elle énonce comme des prédicats et tente d'obtenir du groupe la validation (en termes de valeur de vérité du jugement énoncé) de cette tentative. Cette validation est fréquemment le rire, notons-le au passage. Ainsi, l'insulte serait un acte de langage à double portée : d'une part par sa simple énonciation (acte illocutoire) et d'autre part par sa double volonté d'intimider et d'agresser l'allocutaire, et aussi par sa tentative de persuader le groupe de la validité de cette agression. L'insulte, comme le terme d'adresse appréciatif, aurait donc une place essentielle dans tous les processus de cohésion du groupe culturel et social.

29Ainsi, l'insulte est en quelque sorte un énoncé paradoxal : essayant de ravaler autrui au rang de non-locuteur (d'où le recours à des termes d'adresse dépréciatifs de type non humain / plus ou moins animé), le code utilisé pour ce faire reste néanmoins éminemment humain, dans le sens où le langage ne peut s'adresser qu'à un autre locuteur. On pourrait donc en fait retourner l'insulte contre son expéditeur et la considérer comme acte de reconnaissance du statut de personne sociale de l'allocutaire. Dernier bastion de la sphère sociale avant le recours à des moyens pour elle inadmissibles, l'insulte serait en fait un acte de langage à prendre en compte dans les rituels de solidarité, même si elle représente un extrème. On pourrait ainsi établir une sorte de gradation allant du plus au moins radical en termes de marqueurs d'actes perlocutoires, et partant du terme d'adresse appréciatif pour finir avec le terme d'adresse dépréciatif qu'est en dernière analyse l'insulte.

Notes

1 Les Quinze Joyes de Mariage, éd. Jean Rychner, Genève, Droz, 1967.
Les Cent Nouvelles Nouvelles, éd. Franklin P. Sweetser, Genève, Droz, 1966.
Farces du Moyen-Age, éd. André Tissier, Paris, Garnier-Flammarion, 1984 Farce de maistre Pierre Pathelin, éd. Jean Dufournet, Paris, Garnier-Flammarion, 1986.

2 Johan HUIZINGA L'Automne du Moyen-Age, Paris, Payot, 1975, p. 30.

3 Par là, j'entends des groupes nominaux se distinguant de l'apostrophe en ce qu'ils ont des fonctions pragmatiques précises dans l'interaction. L'apostrophe, au niveau syntaxique, ressemble aux termes d'adresse, mais peut n'avoir qu'une fonction rhétorique : "O temps, suspend ton vol" n'a jamais arrêté le temps, tandis que les termes d'adresse visent des résultats concrètement manifestés par les réactions de l'interlocuteur comme cet article le montrera.

4 John Langshaw AUSTIN, Quand dire, c'est faire (How to do things with Words, 1962), Paris, Le Seuil, coll. Points, 1990.

5 AUSTIN, ibid., p. 114.

6 Comme l'écrit François FLAHAUT dans La Parole Intermédiaire, Paris, Le Seuil, 1978 : "Chacun accède à son identité à partir et à l'intérieur d'un système de places qui le dépasse ; ce concept implique qu'il n'est plus de parole qui ne soit émise d'une place et convoque l'interlocuteur à une place corrélative ; soit que cette parole présuppose seulement que le rapport de places est en vigueur, soit que le locuteur en attende la reconnaissance de sa place propre, ou oblige son interlocuteur à s'inscrire dans le rapport" (p. 58) Le terme d'adresse devient dès lors emblèmatique de ces évaluations et sert de témoin.

7 Voir aussi, dans la Quinte Joye, les lignes 275 à 392 (p. 41 à 44) où la chambrière devient "Jouhanne, m'amie" aussi bien pour le galant que pour sa maitresse : " Jouhanne, m'amie, j'ay a parler a vous. - Sire, fait elle, quant il vous plaira. - M'amie, fait il, vous savez l'amour que j'ay a vostre maitresse (...) Par Dieu, Jouhanne m'amie, dit il, souvengne vous de moy et me recommandez a elle(...)" (l.280-288). La dame, elle-aussi, recourt à ce même type de syntagme nominal pour s'adresser à sa servante : " Vroiement, Jouhanne, je ne scey que faire. - Par m'ame, Madame, avisez vous en, car je luy ai promis parler demain a matin a lui. -Et comment le feron nous, Jouhanne ? " (l.321 à 325). On notera, là encore, la symétrie d'emploi des termes d'adresse- symétrie qui, d'ailleurs, disparaîtra graduellement dans la suite du dialogue : rapidement, Jouhanne, consciente de son pouvoir, cesse d'utiliser des termes d'adresse, tandis que ses interlocuteurs persistent. Les rôles sont donc en quelque sorte inversés, ou, selon une terminologie plus moderne, interchangés.

8 Erwin GOFFMAN, Rites d'Interaction (Interaction Rituals, 1959), Paris, Ed. de Minuit, 1974 (passim). Voir aussi Jürgen HABERMAS, Logique des Sciences sociales et autres essais, Paris, P.U.F., 1987 : "Du point de vue fonctionnel de l'intercompréhension, l'activité communicationnelle sert à transmettre et à renouveler le savoir culturel ; du point de vue de la coordination de l'action, elle remplit les fonctions de l'intégration sociale et de la création de solidarités ; du point de vue de la socialisation, enfin, l'activité communicationnelle a pour fonction de former des identités personnelles." (p 435)

9 Pour plus de détails et l'application de ces principes à la menace, voir Isabelle WEILL, "La Menace comme acte de langage : étude diachronique de quelques formules du français", in LINX n° 28, 1993.

10 WEILL, ibid., p. 104.

11 Notons au passage, et cela a son importance, que si l'on ôte l'insulte de la phrase, l'énoncé fonctionne toujours syntaxiquement, mais perd quasiment tout sens. En effet, beaucoup d'énoncés dépréciatifs ne sont connotés négativement qu'à cause du syntagme nominal exclamatif Voici donc une première distinction importante entre termes d'adresse positifs (ou neutres quant à l'évaluation qu'ils proposent de l'allocutaire) et termes d'adresse dépréciatifs.

12 cf E. GOFFMAN, op. cit., p. 8 : "Dans tous les cas, alors même que la face sociale d'une personne est souvent son bien le plus précieux et son refuge le plus plaisant, ce n'est qu'un prêt que lui consent la société : si elle ne s'en montre pas digne, elle lui sera retirée (..) ; tout autant que d'amour-propre, le membre d'un groupe quelconque est censé faire preuve de considération : on attend de lui qu'il fasse son possible pour ne pas heurter les sentiments des autres ni leur faire perdre la face"

Auteur

Université de Paris X-Nanterre

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540