Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence dans le monde médiéval

L’autre et la violence dans Aucassin et Nicolette

Michelle Houdeville-Augier

Texte intégral

  • 1 Michel ZINK, Introduction à la littérature française du Moyen Age, Le Livre de poche, Pais, Librai (...)
  • 2 Omer JODOGNE in Cahiers de l'Association Internationale des études françaises, t. 12, 1960, p. 57.

1L'image littéraire de la violence est fréquente dans les textes du Moyen Age, y compris dans ceux qui, a priori, ne semblent pas devoir lui accorder une place très importante. Il en est ainsi, par exemple, d'Aucassin et Nicolette, bien que Michel ZINK, dans son Introduction à la littérature française du Moyen Age, déclare que cette œuvre "raconte avec bonhomie sa petite histoire idyllique"1 et qu'Omer JODOGNE accuse son héros de n'être qu'"un pleurnichard sans dynamisme inventif"2.Pourtant, on peut relever dans cette histoire des désordres et des antagonismes. Pour découvrir les rapports que la violence suppose et entretient avec l'Autre, nous examinerons successivement plusieurs aspects : celle qui s'adresse à l'adversaire ou à l'ennemi, celle qui touche l'ami ou l'être aimé et enfin celle que l'individu dirige contre lui-même, en essayant d'en préciser le sens et la fonction.

  • 3 Aucassin et Nicolette, édition critique, chronologie, préface, bibliographie, traduction et notes (...)
  • 4 ibid..p. 44
  • 5 ibid.,p. 128.

2Il ne faut pas confondre l’agressivité ou le désir d'attaquer autrui et la violence qui est le passage à l'acte, le fait d'agir avec force contre quelqu'un ou quelque chose. Le monde, tel qu'il est évoqué dans Aucassin et Nicolette est cruel et le contexte de lutte presque permanent. Lorsque l'histoire commence, il y a déjà vingt ans3 que le comte Bougar de Valence mène, contre le père d'Aucassin, une guerre "si grande et si mervelleuse et si mortel qu'il ne fust unsseux jors ajornés qu'il ne fust as portes et as murs et as bares de le vile a cent cevaliers et a dis mile sergens a pie et a ceval, si li argoit sa terre et gastoit son païs et ocioit ses homes"4.C'est peut-être cette situation qui explique la réflexion curieuse d'Aucassin débarquant dans un pays inconnu : "on lor dit que c'estoit la tere le roi de Torelore ; puis demanda quex hon c'estoit, ne s'il avoit gerre"5. Comme si c'était la situation normale...

  • 6 ibid.,p. 44.

3La violence apparaît donc d'abord comme la réaction biologique de l'individu qui se défend et détruit la vie d'autrui pour préserver la sienne. Mais c'est aussi pour le chevalier l'occasion de manifester sa valeur et pour le jeune, le moyen d'obtenir son admission dans le monde des adultes, traduite par la cérémonie de l'adoubement. C'est précisément ce que refuse Aucass in6. Ses parents soulignent, pourtant, la valeur exemplaire de la violence, présentée comme un facteur de cohésion sociale : "Ses père et se mere li disoient :

  • 7 ibid.,p. 44.

4"Fix, car pren tes armes, si monte el ceval, si deffent te terre et aie tes homes : s'il te voient entr'ex, si defenderont il mix lor cors et lor avoirs et te tere et le miue"7.

5Une idée de fierté est ainsi liée à l'idée de victoire militaire et de domination.

  • 8 ibid..p. 50.
  • 9 ibid..p. 74.

6On peut aussi remarquer que le père d'Aucassin envisage cyniquement l'utilisation de la violence pour liquider les situations qui lui déplaisent, comme en témoigne son discours au vicomte qui a recueilli et élevé Nicolette : "Et saciés bien que, se je le puis avoir, que je l'arderai en un fu, et vous meismes porés avoir de vos tote peor"8. C'est donc lui le véritable responsable de la séquestration de Nicolette. Pour lui, l'élimination physique de la personne qui contrarie ses projets, par l'enfermement ou par la mort, apparaît comme une solution normale et il n'hésite pas à faire jeter au cachot son propre fils quand il s'oppose à sa volonté9.

  • 10 ibid.,p. 52.
  • 11 ibid.,p. 116.

7Pour protèger sa filleule, le vicommte l'enferme dans une chambre élevée dont il fait sceller la porte10. Séparé de celle qu'il aime, Aucassin éprouve une détresse d'autant plus vive que, depuis son enfance, ainsi que le vilain le lui rappelle11, il est accoutumé à voir satisfaits tous ses désirs. C'est le conflit avec le réel et les refus de son père et du vicomte constituent des menaces pour son identité. Lui qui refusait jusqu'alors de se comporter en adulte va devoir inventer une solution. Il croit d'abord la trouver en négociant avec son père mais la mauvaise foi de ce dernier l'oblige à renoncer définitivement à son enfance, à choisir, à se déterminer. Victime d'un manque, Aucassin décide de se venger. Il libère le comte Bougar, son prisonnier, à condition qu'il lui promette qu'il nuira à son père. La violence est alors une réaction pulsionnelle qui a pour but de compenser le frustration dont il souffre, mettant ainsi en péril son propre héritage. Il exprime ainsi sa souffrance et sa revendication. La violence est alors un moyen de faire valoir ses droits. Elle devient le DROIT même.

8La violence verbale d'Aucassin est donc légitimée par la violence intellectuelle de son père et cela d'autant plus que la communauté médièvale valorise le serment et la parole donnée. Le respect des promesses est une garantie pour les faibles contre les puissants et Aucassin bénéficie donc d'un consensus social. Sa révolte est nécessaire. La vie en commun n'est possible qu'à ce prix.

9La violence physique est donc le moyen le plus fréquemment utilisé pour résoudre les conflits d'intérérêt. La supériorité des forces assure à l'individu la réalisation de ses désirs. Le coup violent qu'Aucassin assène au comte Bougar met fin à une guerre de vingt ans et place le vaincu en situation de dépendance et d'obéissance La violence intellectuelle,-mauvaise foi du père ou exigence d'Aucassin réclamant à son prisonnier la promesse de nuire par tous les moyens à son père -, est donc un moyen de défense, un essai pour atteindre son but.

  • 12 ibid.,p. 108.

10Mais la violence n'a pas seulement un rôle défensif : elle a également une valeur purgative, permettant de se libérer de son angoisse et d'affirmer sa liberté. Cela se voit très nettement dans la déclaration du jeune berger auquel Aucassin a demandé de répéter sa chanson : "Nos ne somes mie a vos, ains somes au conte... Por quoi canteroie je por vos, s'il ne me seoit, quant il n'a si rice home en cest païs, sans le cors le conte Garin, s'il trovoit mé bués ne mes vaces ne mes brebis en ses prés n'en sen forment, qu'il fust mie tant herdis por les ex a crever qu'il les en ossast cacier ? Et por quoi canteroie je por vos, s'il ne me seoit ?"12.

  • 13 ibid.,pp. 57-58.
  • 14 ibid.,p. 58.

11La violence verbale joue aussi un rôle compensateur chez l'homme qui se trouve confronté à un obstacle qu'il ne peut renverser et cherche, par des paroles de défi, à répondre à la situation ainsi créée. Aucassin, venu réclamer des nouvelles de Nicolette au vicomte, s'entend morigéner par lui :"Que cuideriés vous avoir gaegnié, se vous l'aviés asognentee ne mise a vo lit ? Mout i ariés peu conquis, car tos les jors du siècle en seroit vo arme en infer, qu'en paradis n'enterriés vos ja"13. Déconcerté, il récuse la morale qu'on lui oppose :"En paradis qu'ai je a faire ?... en infer voil jou aler"14.

12Traduction d'une angoisse profonde, la brutalité du refus d'Aucassin est aussi le signe d'un refoulement, la pensée repoussée ne pouvant parvenir à la conscience que sous forme de négation. Ce discours prépare, en fait, l'évolution du jeune homme qui, arrivé à Torelore, va se faire tout à coup le chantre de cette morale traditionnelle qu'il avait d'abord refusée et n'hésitant pas à se livrer à des voies de fait sur le malheureux monarque, l'oblige à quitter sa chambre pour aller se battre. Pourtant, Aucassin, au début de l'histoire, restait précisément à l'écart de la guerre et refusait l'exercice des armes. Mais le roi de Torelore est ressenti par lui comme un reproche vivant, comme une mise en cause de lui-même La brutalité d'Aucassin est une façon d'exorciser, sous la forme d'un autre qui lui ressemble, la réprobation que son propre comportement suscitait et le dispense de toute culpabilité.

  • 15 ibid.,p. 142.
  • 16 ibid.,p. 158.

13Cette évolution aboutira d'ailleurs, après la mort du père d'Aucassin, à une adoption complète des valeurs de la collectivité qu'il semblait primitivement repousser. Ayant reçu l'hommage des habitants, il gouverne sagement Beaucoire15 et il n'aura pas à affronter le drame de la mésalliance pour demeurer fidèle à son amour puisque le secret de la naissance de Nicolette lui est révélé par la jeune fille elle-même, déguisée en jongleur :"Si est fille au roi de Cartage, qui le prist la u Aucassins fu pris, si le mena en la cité de Cartage tant qu'il seut bien que c'estoit se fille"16. Sa passion est donc légitimée par la noblesse de l'élue qu'il a pressentie avant tous les autres.

14Nicolette, pour sa part, nous offre, vis-à-vis de l'être aimé, une image de la violence beaucoup plus subtile. Elle exige, par exemple, qu'il la retrouve avant trois jours, sous peine de la perdre à jamais. Lorsqu'elle édifie la loge de feuillage ornée de lis, elle adopte une attitude magique : Aucassin doit discerner le désir de la femme aimée à travers cet objet, il doit y répondre, se laisser prendre et. entraîner par sa volonté. De môme, elle maintient, sans nécessité, semble-t-il, son déguisement de jongleur, alors qu'elle a obtenu la certitude qu'il l'aime toujours et qu'il est bien décidé à l'épouser C'est une façon de le forcer à s'avouer docile et soumis aux volontés de sa dame, c'est, en fait, contraindre le chevalier à se comporter en amant courtois. Nicolette choisit et décide, elle impose sa loi.

  • 17 ibid.,p. 114.

15D'ailleurs, l'amour entraîne, indirectement, pour Aucassin, des souffrances et des blessures. Parti en quête de Nicolette à travers la forêt, i 1 est si absorbé par sa pensée qu'il ne prend pas garde aux ronces qui le déchirent cruellement : "Ains li desronpent ses dras qu'a pain-nes peust on nouer desu el plus entier, et que li sans li isci des bras et des costés et des ganbes en quarante lius u en trente, qu'après le vallet peust on suir le trace du sanc qui caoit sor l'erbe Mais il pensa tant a Nicolete sa douce amie, qu'il ne sentoit ne mal ne dolor"17

  • 18 ibid.,p. 91.
  • 19 ibid.,p. 70.

16Ce sang versé par Aucassin répond d'ailleurs à celui que perd Nicolette pendant sa fuite : "Si bel pié et ses beles mains, qui n'avoient mie apris c'on les bleçast, furent quaissies et escorcies et li sans en sali bien en dose lius, et ne por quant ele ne santi ne mal ne dolor por le grant paor qu'ele avoit"18. On peut noter le caractère valorisant de ces pertes de sang que ne connaissent que les personnages positifs, les héros. Ainsi, lors du combat d'Aucassin contre les hommes du comte Bougar, de multiples coups sont assénés mais, en dépit du massacre, aucune mention de sang n'apparaît : "Et il mist le main a l'espee, si comence a ferir a destre et a senestre et coupe hiaumes et naseus et puins et bras et fait un caple entor lui, autresi con li senglers quant li cien l'asalent en le forest, et qu'il lor abat dis cevaliers et navre set et qu'il se jete tot estroseement de le prese et qu'il s'en revient les galopiax ariere, s'espee en sa main"19.

  • 20 ibid.,p. 116.
  • 21 ibid.,p. 118.
  • 22 Daniel SIBONY, Les trois monothéismes. Juifs, chrétiens musulmans entre leurs sources et leurs des (...)

17Mais la violence la plus redoutable n'est pas forcément celle qui se manifeste le plus clairement. Ainsi, lorsqu'Aucassin, en pleurs, rencontre le vilain, il ne veut pas lui dire la véritable cause de son chagrin et prétend être affecté par la perte d'un chien, ce qui déchaîne un discours scandalisé et des propos injurieux chez le bouvier :"Os ! fait cil, por le cuer que cil Sires eut en sen ventre ! que vos plorastes por un cien puant ? Mal dehait ait qui ja mais vos prisera, quant il n'a si rice home en ceste terre, se vos pere l'en mandoit dis u quinze u vint, qu'il ne les eust trop volentiers, et s'en esteroit trop liés"20. Or, bien loin de répondre sur le même ton ou même de paraître blessé par ces invectives, le chevalier oppose une grande douceur à ce discours agressif, continuant à l'appeler "frère" et lui donnant généreusement l'argent nécessaire pour racheter le bœuf qu'il a perdu mais ce faisant, il le entraint à changer de ton :"Sire, fait il, grans mercis, et Dix vos laist trover ce que vos querés !"21. Par sa bonté, il le met dans l'embarras et le dépouille de ses critiques, selon le processus décrit par Daniel SIBONY :"Vider l'autre de sa violence en lui tendant la joue gauche, n'est-ce pas encore plus agressif N'est-ce pas risquer de le posséder en possédant ce qui lui échappe, sa violence, précisément ?"22. Il s'agit donc bien la, chez Aucassin, d'une violence détournée, dissimulée mais réelle qui oblige l'autre à se soumettre à lui et à reconnaître sa supériorité.

  • 23 Werner SODERHJELM, La nouvelle française au xvi° siècle, Paris, Champion, 1910, P. 11.

18Confronté à l'image de la violence, le lecteur éproudes sentiments divers. Révolté par la duplicité du père d'Aucassin, il légitime l'attitude du jeune homme révolté. Il peut aussi, dans les scènes de combat, admirer la performance sportive du chevalier qui retourne brusquement une situation qui semblait très périlleuse, à son profit. Il s'attendrit au spectacle des blessures et des souffrances que l'amour impose. Spectateur impassible, il peut, également, se montrer sensible à l'aspect esthétique du tableau des malheurs des protagonistes. Mais une œuvre littéraire est aussi parole agissante et là se pose la question de la portée qu'il convient d'accorder à notre chantefable. Ainsi, doit-on penser que les images de violence sociale ont un caractère dénonciateur dans cet ouvrage ? Nicolette a connu la déportation, l'esclavage et n'a pendant plusieurs années, qu'une situation de marginale car, bien que recueillie par le vicomte, elle n'est pas reconnue comme digne d'épouser Aucassin. La mère du bouvier subit le contrecoup de la faute professionnelle de son fils. Quant au royaume de Torelore, n'est-il vraiment qu'un monde renversé, ridicule ? La bataille à coups de fromages frais, de pommes des bois blettes et de champignons n'a-t-elle d'autre de but que de fournir" à Aucassin une nouvelle occasion de montrer son humeur un peu hautaine et de se moquer de tout ce qui est efféminé et pervers"23 En fait, c'est Aucassin qui, dans cette scène, paraît saugrenu et déplacé, à vouloir se battre avec son épée et éliminer physiquement ses adversaires, et c'est pourquoi, dans cet heureux royaume, les habitants demandent, au roi de le chasser. La bastonnade burlesque du roi couché après la naissance de son enfant paraît une caricature de l'abolition des mauvaises coutumes par le héros des romans courtois. Mais faut-il parler de violence parodique ou de parodie de la violence ?

19La violence remplit, en fait, dans la chantefable, plusieurs fonctions : purgative, elle permet d'éliminer tensions, manques et frustrations. Elle s'explique aussi par la volonté de susiter l'intérêt et de dramatiser l'histoire en mettant, l'accent sur le mal et la souffrance des victimes. Elle est aussi un élément inévitable du modèle caricaturé, le roman courtois. Mais elle s'inscrit aussi dans le cadre d'une idéologie sécuritaire. Initiatique, elle est signe d'appartenance chevaleresque. Elle correspond à une valorisation de la force de la jeunesse et de la virilité. Pour le public, elle représente un moyen de compenser les divers traumatismes des différences sociales, économiques ou autres, et lui procure un substitut de puissance en lui permettant de vivre sans risque des aventures pathétiques ou prestigieuses à travers le héros auquel il s'identifie. L'époque n'est pas à la véritable contestation des valeurs admises ; la violence est cependant aussi l'objet, dans notre texte, de l'ironie de l'auteur qui apporte ainsi une interrogation sur la place peut-être trop favorable que la littérature médièvale accordait à la force physique et sur la bonne conscience de l'élite aristocratique, trop sûre de possèder sagesse et bon droit.

Notes

1 Michel ZINK, Introduction à la littérature française du Moyen Age, Le Livre de poche, Pais, Librairie générale française, 1993, p. 94.

2 Omer JODOGNE in Cahiers de l'Association Internationale des études françaises, t. 12, 1960, p. 57.

3 Aucassin et Nicolette, édition critique, chronologie, préface, bibliographie, traduction et notes par Jean DUFOURNET, Paris, Garnier-Flammarion, 1973, p. 71.

4 ibid..p. 44

5 ibid.,p. 128.

6 ibid.,p. 44.

7 ibid.,p. 44.

8 ibid..p. 50.

9 ibid..p. 74.

10 ibid.,p. 52.

11 ibid.,p. 116.

12 ibid.,p. 108.

13 ibid.,pp. 57-58.

14 ibid.,p. 58.

15 ibid.,p. 142.

16 ibid.,p. 158.

17 ibid.,p. 114.

18 ibid.,p. 91.

19 ibid.,p. 70.

20 ibid.,p. 116.

21 ibid.,p. 118.

22 Daniel SIBONY, Les trois monothéismes. Juifs, chrétiens musulmans entre leurs sources et leurs destins, Paris, Seuil, 1992, P. 252.

23 Werner SODERHJELM, La nouvelle française au xvi° siècle, Paris, Champion, 1910, P. 11.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540