Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence dans le monde médiéval

La violence peut-elle fonder un état ? Dudon de Saint-Quentin et l’établissement du duché de Normandie

Jean-Guy Gouttebroze

Texte intégral

1Accorde-t-on à l'œuvre de Dudon de Saint-Quentin toute l'attention qu'elle mérite ?

2Écrit entre les années 994 et 1016 environ -- cette dernière date est sujette à caution --, le De moribus et actis primorum Normanniae ducum contient de précieux renseignements sur l'histoire, au x° siècle, du duché de Normandie et du royaume de France. Certes, le style hyperbolique et érudit de Dudon, son dévouement à la cause de ses protecteurs -- les ducs de Normandie Richard I et Richard II -- peuvent rendre son témoignage suspect ; cependant, compte tenu des précautions que, pour ces raisons, il est nécessaire de prendre, l'ouvrage est, pour l'étude de cette période, une source incomparable de documentation. Les historiographes médiévaux de la Normandie l'ont bien compris : qu'ils s'expriment en latin comme Guillaume de Jumièges ou Ordéric Vital ou en langue vernaculaire comme Wace ou Benoît de Sainte-Maure, lorsqu'ils évoquent les événements qui, au x° siècle, ont marqué la formation du duché de Normandie, ils restent fidèlement tributaires de l'apport du doyen de Saint-Quentin.

3Dudon porte son regard sur une période pour nous obscure mais riche en mutations : s'il s'intéresse en priorité à la constitution du duché de Normandie, il nous renseigne aussi sur l'évolution conjointe du royaume de France, sur la situation du royaume d'Angleterre, sur les dernières poussées de l'expansion Scandinave. L'évocation de l'état de l'Europe du nord-ouest qu'il nous présente est celle d'un monde instable, changeant, dans lequel la violence, entendons surtout la violence collective, est présente partout et dans lequel les clercs, parallèlement, élaborent une vision de paix qui relève plus de l'utopie religieuse que de la réalité.

4En tant que chrétien, en tant qu'homme d'Église, comme le fait à la même époque Gerbert à propos d'autres événements, Dudon devrait avoir une répulsion marquée pour la violence guerrière, dénoncer la cupidité matérialiste des laïcs qui se livraient à des exactions et participaient à de sanglantes luttes pour le pouvoir, résumer ces débordements en quelques mots traditionnels. Il n'en est rien : l'exercice de la violence dans l'œuvre de Dudon fournit l'occasion de développements pittoresques, détaillés et réalistes.

5Deux questions se posent alors : comment un clerc du x° siècle peut-il éprouver une certaine fascination pour la violence, tout en prônant, par ailleurs, les bienfaits de la paix ? Comment, subsidiairement. peut-il intégrer la violence païenne des Scandinaves, dont, au demeurant, il dénonce la sauvagerie, à la constitution d'un état chrétien civilisé ?

6Avant de répondre à ces deux questions, il convient de rappeler dans quelles circonstances Dudon écrit le De moribus el actis primorum Normanniae ducum. Sur ce point, il nous donne un certain nombre de renseignements sûrs. Dans la lettre préface qu'il adresse à Adalbéron de Laon, son ami et protecteur, il nous dit comment Richard I, duc de Normandie, plus de deux ans avant avant sa mort, "ante biennium ejus mortis", l'avait instamment invité à écrire l'histoire de sa famille et de son duché :

  • 1 "Afin que je rende compte des coutumes et des faits relatifs à la terre de Normandie et, de plus, (...)

7"Scilicet ut mores actusque telluris Normanniac, quin etiam et proavi sui Rollonis quae posuit in regno jura describerem1."

  • 2 Ibid., p. 295.

8Par ailleurs, dans le développement du récit, il nous indique pourquoi il avait fréquenté la cour du duc de Normandie : moine de l'abbaye de Saint-Quentin, il y avait été envoyé par Albert de Vermandois qui se sentait menacé par les incursions guerrières d'Hugues Capet. Sa mission était d'intercéder auprès de Richard I afin que ce dernier, intervenant auprès du roi de France, son parent, le dissuade de porter atteinte aux possessions d'Albert2.

9Dudon avait réussi dans son ambassade. Quant au projet d'histoire de la Normandie que la mort de Richard I, survenue en 996, risquait de compromettre, il ne fut pas abandonné : Richard II et Raoul d'Ivry, son oncle, lui demandèrent de poursuivre et lui fournirent une somme de renseignements qui formèrent vraisemblablement la majeure partie de sa documentation. C'est sous le contrôle de Raoul d'Ivry qu'il écrivit, il l'avoue :

  • 3 "Toi dont le témoignage m'a permis d'exposer, interdit, tremblant, abasourdi, anxieux, hésitant, t (...)

10"Cujus quae constant libro hoc conscripta relatu,
Digessi attonitus, tremulus, hebes, anxius, anceps3."

11Il est évident que l'œuvre ainsi écrite est une apologie et un panégyrique de la dynastie normande : c'est l'œuvre d'un écrivain cultivé mais obséquieux, au service de protecteurs particulièrement attentifs, c'est à dire qui connaissent l'enjeu que représente l'écriture de l'histoire.

12Pourquoi, dans ces conditions, consacrer un premier chapitre à évoquer de façon détaillée et précise la violence qui préside au fonctionnement de la société Scandinave païenne et qui se manifeste dans les exactions dont ces guerriers se sont rendus coupables lors de leurs expéditions dans l'Occident chrétien ?

13La première réponse que nous pouvons donner relève de la proximité historique : les contemporains de Dudon, Dudon lui-même, sont en présence d'un traumatisme récent, bien présent dans les esprits. Il commence à écrire le De moribus et actis en 994 et le baptême de Rollon, donc l'intégration des Normands à la chrétienté, date de 912. Les chroniques, les annales des monastères ont consigné les ravages, les destructions, les massacres qui ont eu lieu antérieurement à cette date : moine de Saint-Quentin, Dudon rappelle la ruine de ce sanctuaire et celle, concomitante, des établissements ecclésiastiques des régions nord-ouest de la France actuelle :

  • 4 "De saint Quentin, dont la gloire s'étend jusqu'au ciel, est incendié le sanctuaire qui était pour (...)

14"Quintini testis, meritis super aethera noti, incenditur delubrum monasticis rebus praebalteatum caeteraeque omnes ecclesiae in finibus Vermandensium locatae. Agonothetae Christi Dionysii monasterium, vulcano superante, est flavillatum. Emmo Noviomacensis episcopus cum suis diaconibus, IV calendis maii, heu proh dolor ! est peremptus, omnisque gens desolata ad naves ducta est captiva. Confessorum Christi Medardi et Eligi basilicae ab ipsis nefariis sunt perustae. Sanctae Genovefae, virginis sacrae, ecclesia Parisiis locata ab ipsis nefandis est combusta, caeteraeque ecclesiae, extra munitionem locatae, per totam Franciam diffusae, comburuntur paene universae4."

15Ces notations sont véridiques : au x° siècle, personne ne peut nier l'étendue des ravages des envahisseurs vikings. Dudon de Saint-Quentin n'hésite pas à mettre sous les yeux de leurs descendants en recherche de respectabilité les crimes de leurs ancêtres.

16Il est une autre raison qui pousse notre historiographe à décrire avec une certaine complaisance, voire délectation, les mœurs et la sauvagerie d'un milieu païen exotique. Dudon est un clerc cultivé et érudit ; sur son geste d'écriture pèse toute une tradition littéraire relative aux barbares. Non seulement les barbares qui assiègent et tourmentent la chrétienté, mais encore les peuples aux coutumes étrangères et étranges que découvrent César ou Lucain. Et comme les Scandinaves sont des Daci, donc des Dani et des Danai, affleure parfois l'influence de Virgile évoquant les péripéties du siège de Troie. C'est à partir d'un riche arrière-plan culturel qui regroupe César, Virgile, Lucain, Paul Orose, Grégoire de Tours, les chroniqueurs des monastères qui traitent des différentes invasions païennes, que Dudon imagine ou reconstruit l'univers Scandinave, pour lui exotique et barbare : il produit, à son tour, une évocation du mauvais sauvage. Ils sont brûlants de luxure, s'accouplent au plus grand nombre possible de femmes, indistinctement ; de là, ils génèrent des multitudes d'enfants qui, faute de place, sont contraints à l'émigration guerrière. Ils sont d'autant plus violents et farouches qu'ils sont rejetés de leur famille et de leur patrie. Frustration systématique qui conditionne en eux le développement d'un désir de compensation. Phénomène que Dudon rend par un passage en prose rimée :

  • 5 "Ils sont bannis en effet de la maison de leur père afin de se mesurer courageusement avec les roi (...)

17"Exsulant quippe a patribus ut arietent viriliter cum regibus. Dimittuntur a suis inopes, ut mercentur ex extraneis dapes. Privantur suorum fundis, ut locentur quiete alienis. Pelluntur extorres, ut fenerentur praeliantes...5."

18Ils adorent Thur. Et, comble d'abomination et d'inhumanité, alors qu'ils pourraient lui sacrifier des animaux ou des produits d'origine végétale, ils n'hésitent pas à lui sacrifier des êtres humains. C'est enduits de sang humain, pour se rendre favorables les vents, qu'ils prennent la mer.

19La tradition littéraire dont notre chroniqueur est tributaire est déjà d'un point de vue esthétique, fortement marquée : cette intention se retrouve dans son œuvre. S'il s'étend sur les ravages que commettent, par exemple, Hasting et ses hommes, ce n'est pas seulement dans un but informatif ; c'est aussi à la manière du peintre romantique qui vise à susciter la compassion :

  • 6 "Il ne tient pas compte des Francs, retranchés peureusement dans leurs lignes. Il les poursuit tou (...)

20"Floccipendit Francos, suis praesidiis metu receptos. Persequitur cunctos. ceu leo cervos. Trucidat inventos quos reperit sepositos. Efficitur strages, jugulantur cuspide tristes. Mulctatur clerus, crudeli morte punitus. Casulas nefarii induunt, quas altaribus sacris diripiunt. Vestiuntur alba officio missae dedicata. Quisquis in illos arma sumunt, interimitur crudeliter ab ipsis. Caetera gens, armis frigida ducitur captiva. Uxores, a pluribus stupratae, ducuntur flebiliter advenae. Omnis puellarum sexus ab ipsis turpiter devirginatur. Cum juvenibus senes longe lateque trahuntur extorres. Quidquid est animalium redigunt in pretium. Crescit rabies furiosa, multis malis augmentata6"

21Certes, nous pouvons voir le meurtre des clercs, le pillage des églises, la réduction de la population en esclavage, le viol des femmes, les sévices infligés aux jeunes gens comme aux vieillards ; mais, simultanément, nous devons remarquer le caractère esthétique, poétique, du passage dont la première partie est en prose rimée. Dudon est amené à évoquer la violence païenne dans une perspective littéraire : en tant qu'élément de son bagage culturel, elle est porteuse de développements topiques et d'effets que son écriture-artiste ne manque pas d'exploiter.

22Enfin, que serait l'évocation des mérites des ducs, de l'ordre religieux et guerrier qu'ils instaurent en Normandie, de leur rayonnement qui confine à la sainteté -- c'est du moins ce que Dudon veut faire croire --, si n'était évoqué, parallèlement, le désordre païen dont ils sont issus ? Il est facile de montrer, en l'occurrence, comment s'effectue un passage de la nature à la culture : à la violence aveugle, aux sacrifices humains, à la promiscuité sexuelle, à l'anarchie sociale succèdent l'établissement des jura, le culte d'un Dieu providentiel, l'institution du mariage, la constitution des familles et l'instauration de la sécurité publique. Plus précisément, c'est un ordre féodal qui s'instaure en Normandie.

23Cette séduction qu'exerce sur Dudon cette nouvelle organisation de la société va si loin qu'il en vient à jeter le discrédit sur un des traits qui, à cette époque, caractérisait le milieu Scandinave : la reconnaissance de la liberté des individus et le rejet de toute hiérarchie -- c'est une caractéristique que signale également Abbon.

24Lorsque Dudon évoque la situation du père de Rollon, il dit son indépendance sociale :

  • 7 "Lui qui jamais n'avait baissé la tête devant aucun roi et qui jamais, en signe de subordination, (...)

25"Qui nunquam colla suae cervicis cuipiam regi subegit nec cujuslibet manibus, gratia servitii, manus suas commendando commisit7."Les compagnons de Rollon sont fiers de répondre à Hasting qu'ils sont "aequalis potestatis". Par ailleurs, ils proclament :

  • 8 "Nous ne nous soumettrons jamais à personne, jamais nous n'admettrons d'être les serviteurs de qui (...)

26"Nunquam cuilibet subjugabimus, nec cujuspiam servituti unquam adhaerebimus, neque beneficia a quoquam excipiemus. Illud beneficium optime complacebit nobis quod armis et labore praeliorum vindicabimus nobis8."

27Or cette indépendance et cette égalité de condition exemplaires disparaissent dès l'instant où Rollon fait hommage au roi de France :

  • 9 "Aussitôt, poussé par les paroles des Français, il plaça ses mains dans les mains du roi, ce que j (...)

28"Statim Francorum coactus verbis, manus suas misit inter manus regis, quod nunquam pater ejus, et avus atque proavus cuiquam fecit9."

29Comment se fait-il que Dudon, dans ce passage, développe une évocation -- celle de la cérémonie d'hommage -- qui se révèle humainement et politiquement opposée, voire néfaste, à l'image que veut donner d'elle-même la dynastie normande ? Elle est en effet, d'un point de vue humain, péjudiciable, car elle montre que Rollon renonce à la fierté dont s'enorgueillit son peuple ; elle l'est aussi politiquement, puisque, dès Rollon, se trouve consigné un lien originel de subordination que la politique ducale s'efforcera d'oblitérer.

30En fait. Rollon ne dégénère pas et Dudon ne commet qu'une imprudence qu'il s'emploie à réparer en donnant ensuite au déroulement de la cérémonie d'hommage un aspect bouffon. Si notre auteur insiste sur le processus de l'hommage, ce n'est pas pour mettre en lumière la subordination ducale, c'est qu'il se trouve, en l'occurrence, poussé par une raison idéologique impérieuse : celle de montrer la supériorité, sur l'individualisme égoïste, des relations de solidarité qui s'établissent d'homme à homme dans la collectivité féodale.

31Reste que la dynastie normande était défavorablement entachée par ses origines. C'est par l'exercice de la force, et de la force païenne, que Rollon avait établi son pouvoir. Toute l'habileté de Dudon consiste, tout en stigmatisant la violence des envahisseurs vikings, à accorder un traitement de faveur aux agissements du fondateur de la dynastie ducale.

32Il recourt d'abord à une justification générale : c'est la Providence qui a voulu que les Scandinaves déferlent sur l'Occident pour punir les chrétiens de leur impiété, de leurs ordures -- spurcamina. Mais, simultanément, elle a voulu secourir l'Église et les fidèles persécutés en faisant surgir de la race Scandinave celui qui, tel un messie, allait porter remède à leurs malheurs : telle est la notation qui apparaît en exergue, au début du chapitre consacré à Rollon :

  • 10 "Comme la providence supérieure de la divine Trinité, dont l'action fait alterner tous les événeme (...)

33"Quum superna Deificae Trinitatis providentia. cujus nutu variata volventium temporum vicissitudine alternantur omnia, cerneret clementer Ecclesiam sacrosancto sanguine redemptam, sacrique baptismatis latice profusus emundatam, oleique et chrismatis liquore insigniter delibutam, suprascriptis breviter casibus immaniter afflictam, continuis Christianorum precibus suppliciter pulsata, non desistit illi salutifera praebere suffragia, ex ferocitate saevae gentilitatis Dacigenae10."

34Agent de la Providence, Rollon ne pouvait être un personnage totalement pervers. La cruauté et la violence qui émanent de lui ont un double aspect, négatif et positif, que Dudon se doit de préserver. Il est amené, en effet, à tenir compte de l'existence d'une violence aveugle et barbare, tout en montrant que son déchaînement entre dans le dessein divin et que, par sa nature même, elle est apte à mettre fin au désordre et à l'anarchie qui sévissent. Habilement, pour ménager le plus possible l'image du futur duc de Normandie, tout en maintenant l'évocation de ses ressources guerrières et virulentes, il met en scène, en parallèle avec lui, le personnage de Hasting, dont il exagère de propos délibéré l'immoralité et la barbarie.

35Si Hasting, par ruse, anéantit nombre de fondations ecclésiastiques de la France du nord-ouest, s'il n'hésite pas à faire tuer les membres du clergé, s'il reçoit le baptême à Luna des mains de l'évêque pour mieux l'abuser, envahir la cathédrale et faire un massacre des clercs et des laïcs qui y sont rassemblés, Rollon, en regard, vis à vis des établissements ecclésiastiques et des membres du clergé, se montre d'une magnanimité et d'une clémence inattendues : remontant la Seine avec ses navires, il s'abstient de piller l'abbaye de Jumièges dont il admire la grandeur ; il fera étape sur l'autre rive du fleuve, près de la chapelle de saint Waast où il va déposer, alors qu'il n'est pas encore chrétien, le corps de la vierge Hameltrude. Arrivant ensuite à Rouen, il prend sous sa protection l'Église et la population de cette ville. Plus tard, alors que ses guerriers ont poussé leurs incursions jusqu'au centre de la France, il va à leur rencontre sur la Loire, à Saint-Benoît ; là, s'il donne à ses guerriers toute latitude pour piller la contrée, il leur interdit de porter atteinte au monastère.

36En fait, ces accès de bienveillance et de mansuétude sont à considérer dans la continuité de l'histoire telle que la voit l'auteur et dans le développement, concomitant, du récit qu'il compose. La conception providentielle de l'histoire qui est celle de Dudon n'implique pas seulement qu'il accorde une grande place aux interventions divines et au miracle, elle implique aussi l'énoncé d'une prédestination, c'est en fonction de la conversion de Rollon et de son baptême que s'organisent, par anticipation, les faits qui ont marqué la période antérieure, païenne, de son existence. Ainsi s'explique également, dans le déroulement du texte, l'établissement du parallèle que nous avons relevé entre Hasting, le réprouvé, et Rollon, l'élu. Telle est aussi la raison qui amène l'historiographe à introduire des annonces narratives : l'amitié de Rollon pour le roi d'Angleterre Alstemus qui est déjà chrétien, l'intervention de Dieu qui sauve Rollon d'un naufrage et, surtout, le recours au motif du songe prémonitoire qui, dès le commencement des expéditions du chef Scandinave, sous une forme symbolique sans équivoque, vient indiquer la destinée chrétienne qui lui est réservée. Lors d'une escale en Angleterre, Rollon, en songe, se retrouve au sommet d'une montagne d'où jaillit une source parfumée et salutaire. Couvert de lèpre et de prurit, il s'y plonge pour en ressortir guéri. Des oiseaux de couleurs différentes ne cessent de faire l'aller et le retour entre le sommet et le pied du mont ; au passage, ils se baignent eux aussi dans l'eau de la source. Un prisonnier chrétien donnera une explication de ce songe qui est un réemploi de la vision de Jacob et de l'évocation, prophétique, de l'arbre de Jessé : la montagne est l'Église de France, la source qui jaillit de son sommet, le baptême, et les oiseaux de différentes couleurs sont les hommes, divers par leur origine, que Rollon aura à gouverner.

37Ainsi, de façon continue, la barbarie de Rollon se trouve-t-elle tempérée, apprivoisée, par la mise en valeur de ses qualités morales préchrétiennes.

38Il est bien évident que l'intention historiographique de Dudon répond à une gageure. Il lui faut surmonter une contradiction que nous pouvons, schématiquement, présenter sous la forme suivante : comment innocenter et intégrer une violence tout en montrant sa nocivité et sa cruauté ?

39Nous avons vu les expédients qui lui permettent d'atteindre ce but.

40Dudon de Saint-Quentin, comme tout clerc du x° siècle, est attaché à un idéal de paix, souvent esquissé dans son œuvre et qui, dans l'histoire de cette époque, trouve sa première réalisation avec l'institution de la Paix de Dieu. Cependant il ne peut faire abstraction d'une violence omniprésente et, malgré qu'il en ait, manifestement inhérente, de son temps, à la constitution des états.

41C'est un point de vue qu'il partage avec Adalbéron de Laon, son maître, qui, dans les premiers vers de son Poème au roi Robert, voit dans l'accession du jeune roi au trône un gage de paix :

  • 11 "On espère que vont s'ensuivre des temps de paix."Adalbéron de Laon, Poème au roi Robert, éd. Carr (...)

42"Praestolatur in hoc veniant ut tempora pacis11"

43et évalue, simultanément, la force dont dispose le pouvoir royal :

  • 12 "La force a rassemblé sous tes pieds de très nombreux royaumes." Ibid., v. 19.

44"Plurima sub pedibus tibi forcia regna jugavit12."

45Ainsi s'établit une conception pragmatique des choses : la visio pacis qui relève de la Jérusalem céleste et la défense des intérêts de l'Église ne peuvent que s'organiser que par une domestication, une sublimation de la violence :

46"Undique pax bona post certamina postque labores

  • 13 "Que partout règne une bonne paix après les combats et les souffrances, et le statut de l'Église g (...)

47Et status aecclesiae per se sua jura tenebit13.

48"Habile attitude que celle de l'Église qui ne regarde comme recommandables que les moyens de coercition qui reçoivent son aval et peuvent la protéger. Elle envisage que, sous son autorité, la violence, devenue force officialisée, s'imposera comme un moyen de gouvernement dont disposera un souverain éclairé. Reste à savoir si l'empereur, le roi ou le duc, quelque chrétien qu'il soit, acceptera ce schéma de subordination.

49En cette fin du x° siècle, Adalbéron de Laon et Dudon de Saint-Quentin adaptent à l'espace français et normand des principes de gouvernement qui sont ceux de l'espace impérial. Avec les risques de conflit qu'une telle distribution des compétences peut impliquer.

Notes

1 "Afin que je rende compte des coutumes et des faits relatifs à la terre de Normandie et, de plus, que je décrive les lois que son grand-père Rollon avait instituées dans le duché."
Dudon de Saint-Quentin, De moribus el actis primorum Normanniae ducum, éd. J. Lair, Caen, Mémoires de la Société des Antiquitaires de Normandie, 1865, p. 119. Proavi est une erreur, il faut lire avi.

2 Ibid., p. 295.

3 "Toi dont le témoignage m'a permis d'exposer, interdit, tremblant, abasourdi, anxieux, hésitant, toutes les choses qui ont été confiées à l'écriture de ce livre."Ibid., p. 126.

4 "De saint Quentin, dont la gloire s'étend jusqu'au ciel, est incendié le sanctuaire qui était pourvu de toutes les commodités monastiques, ainsi que toutes les autres églises qui étaient situées sur le territoire du comté de Vermandois. Le monastère de saint Denis, ce champion de la cause du Christ, dévoré par les flammes, est réduit en cendres. Emmo, évêque de Noyon, le quatrième jour des calendes de mai, hélas, est assassiné avec ses diacres, et toute la population, réduite à la misère, est embarquée, captive, sur les navires. Les basiliques des confesseurs Médard et Eloi sont brûlées par ces scélérats mêmes. Ces brigands incendient l'église, située à Paris, de la sainte vierge Geneviève. Les autres églises réparties dans le royaume de France et qui se trouvaient à l'extérieur de remparts sont, presque toutes, complètement incendiées."Ibid., pp. 131-2.

5 "Ils sont bannis en effet de la maison de leur père afin de se mesurer courageusement avec les rois. Sans ressources, ils se séparent des leurs afin d'obtenir leur subsistance des étrangers. On les prive des biens-fonds de leur famille, afin qu'ils s'installent à loisir sur des propriétés étrangères. Ils sont rejetés comme des bannis, afin qu'ils s'enrichissent en combattant."Ibid., p. 130.

6 "Il ne tient pas compte des Francs, retranchés peureusement dans leurs lignes. Il les poursuit tous, comme le lion les cerfs. Il égorge ceux qu'il trouve isolés. Le sol est couvert d'une jonchée de cadavres, les malheureux sont égorgés au fil de l'épée. Le clerc est assassiné, subissant une mort cruelle. Les scélérats revêtent des chasubles qu'ils arrachent aux autels sacrés. Ils se couvrent de l'aube qui est consacrée à l'office de la messe. Quiconque prend les armes contre eux, ils le tuent aussitôt cruellement. Tout le reste de la population qui est étranger à l'usage des armes est réduit en esclavage. Les femmes que la plupart avaient violées sont enlevées, lamentables exilées. Toute la classe des jeunes filles perd honteusement sa virginité. Les vieillards et les jeunes gens, arrachés à leur pays, sont entraînés de çà de là. De tous les animaux, ils font de l'argent. Leur furieuse rage ne cesse de croître, engendrant nombre de souffrances."Ibid., p. 131.

7 "Lui qui jamais n'avait baissé la tête devant aucun roi et qui jamais, en signe de subordination, n'avait, pour se soumettre, placé ses mains dans les mains de personne."Ibid., p. 141.

8 "Nous ne nous soumettrons jamais à personne, jamais nous n'admettrons d'être les serviteurs de quiconque et nous n'accepterons pas les bienfaits d'autrui. Le seul bienfait qui répondra pleinement à notre attente sera celui que nous obtiendrons par les armes et par la souffrance des combats."Ibid., p. 155.

9 "Aussitôt, poussé par les paroles des Français, il plaça ses mains dans les mains du roi, ce que jamais ni son père, ni son grand-père, ni son bisaïeul n'avaient fait à l'égard de quiconque."Ibid., p. 169.

10 "Comme la providence supérieure de la divine Trinité, dont l'action fait alterner tous les événements au rythme des vicissitudes variées de l'évolution des temps, voyait avec clémence que l'Église qui avait été rachetée par le sang saint et sacré, purifiée abondamment par l'eau du saint baptême et gratifiée éminemment de l'onction de l'huile du chrême, se trouvait horriblement affligée par les malheurs qui viennent d'être brièvement rappelés, émue de compassion par les prières ininterrompues des chrétiens, elle ne renonce pas à lui accorder un efficace secours, provenant de la férocité de la sauvage nation Scandinave."Ibid., p. 131.

11 "On espère que vont s'ensuivre des temps de paix."Adalbéron de Laon, Poème au roi Robert, éd. Carrozi, Paris, Les Belles-Lettres, 1979, v. 12.

12 "La force a rassemblé sous tes pieds de très nombreux royaumes." Ibid., v. 19.

13 "Que partout règne une bonne paix après les combats et les souffrances, et le statut de l'Église gardera par lui-même ses droits."Ibid. vv.409-10.

Auteur

Université de Nice-Sophia Antipolis

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540