Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence dans le monde médiéval

Bertran de Born, troubadour de la violence ?

Gérard Gouiran

Texte intégral

1Dans la Divine Comédie, où Dante ne s’est guère soucié d’épargner la sensibilité de ses lecteurs, il est peu d’apparitions aussi cauchemardesques que celle de Bertran de Born avançant dans le huitième cercle de l’enfer, tenant sa propre tête par les cheveux. Ce spectre effrayant, placé étrangement parmi les fauteurs de schisme pour avoir introduit la division entre le père et le fils, d’où sa peine, représente en fait un aboutissement de l’évolution de l’image du troubadour limousin : entre Elias de Barjols qui empruntait le sen (esprit, bon sens, intelligence) d’En Bertran pour en accroître la perfection de son chevalier imaginaire et la vision dantesque, le seigneur d’Hautefort après avoir symbolisé la ruse intelligente devenait le symbole de la violence féodale, comme l’atteste l’étape intermédiaire de la confection des chansonniers dont les copistes prêtaient volontiers aux riches lorsqu’ils ne savaient trop à quel auteur attribuer une pièce.

  • 1 Aux pièces que j’ai signalées comme d’attribution contestable dans Le Seigneur-troubadour d’Hautef (...)

2Ainsi, parmi les sirventés qu’on a pu contester à Bertran pour des raisons codicologiques ou de datation et d’interprétationt1, une bonne partie contiennent des strophes entières consacrées à la description d’une action militaire, ce qui arrive, somme toute, plus rarement dans les pièces non contestées. On perçoit bien que, pour les copistes, Bertran de Born représentait le troubadour de la guerre et de ses violences au point que ces éléments étaient devenus pour eux une marque suffisamment distinctive pour lui attribuer les sirventés qui en comportaient. Bertran lui-même n’avait-il pas écrit, avec son ironie habituelle : Pueys diran que mals es Bertrans ! ("et ensuite on dira que Bertran est belliqueux !" ?

3Mon but n’est évidemment pas ici de tenter de différencier les chansons authentiques de Bertran des autres à partir d’éléments thématiques ; je me propose seulement d’examiner l’expression de la violence guerrière et de m’interroger sur une éventuelle esthétique de la violence dans un corpus de textes que les copistes ont trouvé assez homogène pour lui attribuer le nom de Bertran de Born. Il ne me paraît d’ailleurs pas certain que l’on puisse espérer parvenir à tellement mieux cerner les auteurs de l’ensemble de la lyrique médiévale.

  • 2 ... qel segles sera bos, Qes hom tolra l’aver als usuriers, E per camis non anara saumiers Jorn afi (...)

4Il m’est arrivé d’affirmer contre la doxa que Bertran de Born est probablement l’un des troubadours qui possède au plus haut degré le sens de la mezura, à la condition qu’on entende par là le devoir de se comporter conformément à sa place dans le monde : le seigneur d’Hautefort est un noble, c’est-à-dire qu’il fait partie de la caste des combattants dont l’existence ne trouve de justification que dans la guerre et le monopole de la violence. Il faut voir avec quelles délices est évoqué le temps heureux de la guerre où les loups féodaux mal apprivoisés s’arrogent le droit de laisser parler leurs instincts : "le monde sera beau : on dérobera leur bien aux usuriers et, sur les chemins, la bête de somme ne sera jamais en sécurité ni sans crainte le bourgeois ou le marchand qui viendra de France, mais celui-ci sera riche qui pillera de bon cœur"2. Quelle merveille lorsque les lois qui brident la force brute sont mises entre parenthèses et que la violence et le pillage peuvent se déchaîner contre ces usuriers et ces bourgeois qui osent, en temps de paix, posséder un pouvoir, économique et vulgaire certes, mais capable de tenir en respect les chevaliers de proie !

  • 3 Ancaras i aura ris ; E ben leu amarrant nos Et accueillirent los pros E diran dels barba ris Si vo (...)
  • 4 ... seran ric portier. Que tenant porta serra da ; E sabrant arbalestier Qu’es la pat en l’encontra (...)
  • 5 No m tengatz per acusador Sius voill c’uns rics l’autre azir, Car meill s’en poiran valvasor Et ca (...)

5De plus, la guerre a un mérite particulier pour ces "jeunes", ces seigneurs sans terre qui n’ont guère pour patrimoine que leur épée et leur valeur et dont les troubadours, Bertran en particulier, se font volontiers les porte-parole : en temps de troubles, ils deviennent indispensables aux grands : "On rira de nouveau ; et bientôt ils nous aimeront, feront bon accueil aux gens de mérite et donneront des barbarins s’ils veulent que je reste de leur côté ; de fait, ce n’est pas en criant "Paris !" sans dépense supplémentaire qu’ils vaincront des étrangers"3 et l’on voit se reformer, pour le temps des combats tout au moins, les vieilles solidarités, car, ensuite, passée la fête, adieu le saint : "les puissants feront métier de portier, car ils tiendront leur porte fermée ; et les arbalétriers sauront que la paix règne sur le pays, car on ne leur paiera pas de solde. Ainsi donc, ce sont les chiens et les lévriers qui feront les délices du comte"4. Bertran n’hésite pas à passer de la description des faits au principe : "Ne me considérez pas comme un fauteur de troubles parce que je veux que les puissants se haïssent les uns les autres : ainsi les vavasseurs et les châtelains en tireront plus de motifs de joie. C’est que, par la foi que je vous dois, un grand seigneur est plus affable, généreux et amical en temps de guerre qu’en temps de paix"5

  • 6 Quant es fis devas totas partz, A ml resta de gerra uns pans. Pustella en son huoill qui m’en part (...)
  • 7 E no i gart diluns ni dimartz Ni setmanas ni mes ni ans, Ni m lais per abril ni per martz Q’ieu no (...)

6Pendant une période où l’Église agit de toutes ses forces pour brider la violence nobiliaire, Bertran n’hésite pas à revendiquer son droit de classe à la violence, une violence légitime, bien évidemment : "Quand la paix règne de tous côtés, il me reste à moi un pan de guerre. Qu’une tumeur vienne à l’œil de qui voudrait me l’éviter, même si c’est moi qui ai commencé le premier ! La paix n’a rien qui me réjouisse : c’est avec la guerre que je m’accorde, car je ne suis ni ne crois aucune autre loi", puis, dans le même ordre d’idée : "Fasse qui le voudra un essart de ses arbres ; moi, je me suis toujours efforcé de me procurer carreaux et dards, heaumes et hauberts, chevaux et épées, car c’est là ma joie et je tiens pour mes plaisirs attaque et combat, libéralité et cour d’amour"6. Foin de ces seigneurs qui dérogent en défrichant leurs terres et en oubliant que seule la fonction guerrière justifie leur existence, au diable ces prêtres qui tentent d’imposer des limitations temporelles au droit de bataille : "Et peu m’importent les lundis, mardis, semaines, mois ou années, et je ne renonce pas, à cause d’avril ou de mars, à chercher comment nuire à ceux qui me font du tort"7.

  • 8 Tant es frasitz de nuailla Que, quant l’autra gens se conpart El s’estendill’e badailla (16. 40-42 (...)
  • 9 Reis que badaill ni s’estenda Qant aug de batailla parlar Sembla o fassa per vaneiar Ni en armas n (...)
  • 10 C’oi mais lo tenran per seignor Seill queill devon son feu servir. Puois vencut los a vas Aratz (1 (...)
  • 11 Reys qui per son dreg si combat A mielhs dreg en sa eretat. E quar conquerec Espanha Karles, n’a h (...)

7Pour Bertran, un grand qui manque d’intérêt pour la guerre et les batailles fournit la preuve assurée qu’il est indigne de sa noblesse, qu’il s’agisse de Talairan, comte de Périgord : "Il est farci d’indolence au point que, quand les autres se mettent en ordre de bataille, lui, il s’étire et bâille"8, ou, pis encore, d’un souverain comme Alphonse II d’Aragon : "Un roi qui bâille ou s’étire quand il entend parler de combat, il semble qu’il le fasse par indolence et qu’il ne s’intéresse pas aux armes"9. De fait, le monarque selon le cœur de Bertran n’est jamais que le premier des soldats et sa légitimité ne lui vient pas d’une relation au ciel, mais bien d’un droit de conquête : Philippe prouve sa légitimité par la victoire : "car désormais le reconnaîtront pour leur seigneur ceux qui lui doivent l’hommage. Puisqu’il les a vaincus près d’Arras... "10. Bertran va jusqu’à transformer ce principe en maxime à propos des guerres des Plantagenêts, en faisant des équivalents de droit et gloire : "Roi qui lutte pour défendre son droit en a meilleur droit sur son patrimoine. Et, parce que l’Espagne a été conquise par Charles, on a toujours parlé de lui. Car ce sont les peines et les largesses qui permettent à un roi de conquérir et de gagner la gloire"11.

  • 12 Anta i aura s’aissi pert son afan En Limozin on a traich tant cairel E tanta tor, tant mur e tant (...)

8Au demeurant, cette sorte de sacrifice par lequel le souverain se rend digne de ses possessions ne lui donne pas que des droits : cela l’engage encore davantage à maintenir sa conquête et Bertran ne rappelle les souffrances endurées par Richard que pour l’engager à ne pas lâcher les terres qu’il a chèrement payées : "Ce sera une honte pour lui s’il perd ainsi sa peine en Limousin où il a tiré tant de carreaux, détruit et démoli tant de tours, tant de murs, tant de parapets, rasé tant de châteaux, pris, donné et dépensé tant d’argent, frappé, reçu et pris tant de coups, supporté si souvent la faim, la soif et la fatigue comme il l’a fait d’Agen jusqu’à Nontron"12 ; voici donc le souverain enfermé dans un cercle enchanté (ou vicieux) où tout ne peut conduire qu’à un point : la guerre.

  • 13 V. Deus lo temps Rolan (13. 47) ; Verais coms, Alixandres voil Que’us fassa compagnia lai, Ogiers (...)
  • 14 Si c’apres nos en chant hom puois de gesta (28. 7).
  • 15 Uns n’i a gerreiadors, Que ant de mal far lezer E nois sabon captener Nuill temps ses engignadors, (...)

9On l’a vu tout à l’heure, la référence absolue, le parangon de toutes qualités est pour Bertran le Charlemagne des épopées : à la fin du xiie siècle, le seigneur d’Hautefort persiste à faire montre d’une idéologie tout droit venue des tans ancienor. Il peuple ainsi les paradis héroïques des planhz des héros des chansons de geste13. Il ne s’agit pas là seulement de se référer à une mémoire idéale : si l’on se bat, il faut le faire "de sorte qu’après nous la postérité chante sur notre geste"14 et Bertran exclura volontiers des combats dignes de ce nom le siège et les exploits poliorcétiques : "Certains sont guerriers : ils prennent plaisir à faire du mal et ils ne peuvent jamais se passer de gens pour servir leurs machines de siège, tant ils aiment lancer et tirer"15. La bataille selon son cœur, c’est la mêlée générale qui n’exclut pas les beaux coups d’épée du combat individuel de la chanson de geste.

  • 16 Del rei Felip sabrem ben s’il paireia O s’il segral bon usatge Carlon (10. 41-42).
  • 17 Del pauc rei de Terra Maior Me platz, c’aisiS vol enantir (15. 15-16).

10Aussi, lorsque le jeune Philippe de France monte sur le trône de son père Louis VII, qui n’hésitait pas à s’intituler rex pacificus et à faire jurer une paix perpétuelle aux grands de son royaume, ce qui n’était guère de nature à lui valoir l’estime de Bertran, notre donneur de leçons se demande quelle voie choisira le prince de quinze ans qui descend à la fois des Capétiens et des Carolingiens : "Du roi Philippe, nous saurons bien s’il tient de son père ou s’il suivra la noble pratique de Charles"16. Un instant, l’attitude de fermeté du nouveau roi contre la coalition des barons du Nord sembla combler les espoirs de Bertran et l’on remarquera que l’expression épique Terra Major, la "terre des ancêtres" s’impose alors à lui immédiatement : "Pour le petit roi du plus grand pays (terra major, pris à double sens), il me plaît qu’il veuille ainsi se mettre en avant"17. Mais peu de temps après, Bertran lui retire sa confiance et nous assistons à une véritable mise en demeure où l’abstraction épique est remplacée par un réalisme brutal : "Jamais nous ne lui avons vu faire de blessure au bras ou au côté ni de plaie douloureuse à la jambe ou à la tête ; et nous ne l’avons pas vu avec une grande et noble armée à Rouen ou à Séez. Et qu’il se souvienne qu’on lui a reproché de n’avoir jamais rompu de lance sur un bouclier.

  • 18 Ni anc no n via bratz ni flanc Tronchat, ni gamba ni testa Ferit de plaia dolenta ; Ni ab grand os (...)

11Ne pas faire la guerre à feu et à sang lorsqu’un roi ou un puissant seigneur est outragé ou vient à recevoir un démenti, cela ne porte pas un joli nom ! Qu’il attende pour se délasser et engraisser ! Et un jeune homme qui ne trouve pas sa nourriture dans la guerre devient rapidement mou et méchant"18.

  • 19 Si l reis Felips n’agues ars’una barga III Denan Guiortz, o crebat un estanc, O a Roam intres per (...)

12C’est que l’incompréhension est absolue entre le jeune roi dont on est tenté de qualifier de modernes les conceptions tactiques et le seigneur d’Hautefort pour qui seuls comptent les beaux coups d’épée ; c’est ainsi qu’on voit celui-ci ricaner littéralement de pitié méprisante devant des actions de Philippe qui nous paraissent pourtant très sensées : "Si le roi Philippe avait brûlé une barque devant Gisors, ou asséché un étang, ou s’il pénétrait de force dans le camp fortifié à Rouen, s’il l’assiégeait par la colline et par la vallée de sorte qu’on n’en pût sortir de lettre sans pigeon, alors je saurais qu’il aurait voulu paraître Charles qui fut le plus parfait de ses ancêtres, le conquérant des Pouilles et de la Saxe"19. Le blocus imaginaire de Gisors ne sert qu’à ridiculiser les ambitions de Philippe aux yeux de l’exigeant spécialiste du code aristocratique.

  • 20 Aras sai eu qu’adreitz vol esser reis Lo reis Felips, que dizen qu’es crozatz ; Et anc Caries en t (...)

13Il faudra tout l’unanimisme et la rhétorique propres à la chanson de croisade - j’allais dire son enflure - pour que Bertran admette que Philippe puisse être un roi légitime, mais il reste d’une prudence cauteleuse en plaçant dans la bouche du Capétien, au lieu de l’affirmer lui-même une prétention qui reste à justifier : "Maintenant, je sais que le roi Philippe veut être un roi légitime, car on dit qu’il s’est croisé. Jamais Charles n’a atteint le rang de mérite auquel il va s’élever, il s’y est bien engagé"20.

14Ainsi donc, il ressort de cette présentation que la guerre est la grande activité de la vie de l’aristocrate, j’irai même jusqu’à dire la justification de son existence. Pour autant, il ne faudrait pas croire que le seigneur d’Hautefort soit insensible aux modifications du comportement noble qu’impose la courtoisie : en fait, il a réussi une synthèse qui intègre l’ancien monde épique et le monde courtois ; l’amour des dames exige selon lui une perfection qui s’acquiert tout d’abord sur le champ de bataille.

  • 21 Talhar viras tans caps e tans talons, Tans pons, tans brasses, tans cors e tans mentons, Tant sanc (...)
  • 22 E e l camp de Montoliu es plantatz us jardis, Que tot jorn nais e brolha. e es plantatz de lis, Ma (...)
  • 23 Tost l’agra l Reys Joves matat, Si l coms no l n’agues essenhat... Aquest juec tenc per guazanhat (...)

15On s’attendrait donc que ce rôle fondamental de la guerre et sa mise en perspective épique conduisent Bertran à des descriptions directement démarquées de la chanson de geste avec ses topoi comme les flots de sang et la cervelle répandue qui courent du Ronsasvals21 à la Chanson de la Croisade22. Or ce "réalisme" épique est totalement absent des premiers sirventés du troubadour : bien au contraire, pour représenter la guerre qui oppose les Plantagenêt entre eux en 1183 Bertran recourt à la métaphore du jeu d’échec (n° 12) : il commence en disant : "Le Jeune Roi l’aurait rapidement fait mat, si le comte Richard n’avait pas été son maître" (vv. 7-8), pour développer ensuite sur toute la strophe VI : "Selon moi, cette partie est gagnée de notre côté et reconduite, car nous avons débarrassé l’échiquier des pions de la Vallée ; de fait, tous sont partis terrifiés sans qu’un seul ait pris congé"23. On m’accordera que voilà une façon bien nette et bien originale de célébrer une guerre "propre", débarrassée de toute image de violence.

  • 24 qu’anc cynglar no vim pus irat Quan l’an brocat ni l’an cassat Qu’elh er ; mai sos cors non 1’erra (...)

16Bertran recourt volontiers également à la métaphore cynégétique, bien propre à l’univers aristocratique : il compare ainsi Richard Cœur de Lion au sanglier blessé : "Nous n’avons jamais vu sanglier plus furieux, quand on l’a blessé ou chassé, qu’il ne le sera ; mais jamais sa course ne l’égaré"24 ; De la même façon, dans la pièce 28, beaucoup plus tardive : "Ici, Richard prend des lions en se servant de lièvres, au point qu’il n’en reste ni dans les plaines ni dans les halliers ; il les force au contraire à rester deux par deux, si bien qu’aucun d’eux n’ose bouger ; et il pense bien prendre désormais les grands aigles en se servant des émerillons et dédaigner des autours avec des busards.

  • 25 E si Richartz pren ab lebres leos, Que noy reman per plas ni per boyssos ; Enans los fay dos e dos (...)

17Là-bas, le roi Philippe chasse avec des faucons les passereaux et les petits oisillons"25. Étrange manière de représenter la guerre que celle qui en élimine tout réalisme et la réduit à une sorte de symbolisme.

  • 26 Sa pauca Lombardia Tant gens sap dompneiar Que no is camja ni s’embroigna Per menassas, anz ressoi (...)

18La synthèse entre l’amour et la guerre est si efficacement menée que l’amour fournit même une métaphore pour le siège de Limoges par Henri II : "Celui-ci sait si bien courtiser sa petite Lombardie que, loin de changer de sentiments ou de courber la tête à cause des menaces, il redouble de soins pour Limoges et la fait enfermer de plus près"26.

  • 27 Tot jorn resoli e retaill Los barons, els refont e ls caill, qui cuiava metr’a issart. E soi ben f (...)
  • 28 Que ls aguisa e ls esmol E ls toca coma coutel Lo seingner que ten Bordel, Mas trop son espes dena (...)

19De façon plus surprenante encore peut-être, Bertran emprunte très volontiers des métaphores au langage de l’artisanat : sans doute veut-il ainsi déconsidérer les barons, réduits à la matière sans valeur qu’on tente de travailler en leur faisant la guerre, sans parvenir à rien, que l’artisan soit Bertran lui-même : "Chaque jour je ressemelle et retaille les barons, je les refonds et je les trempe, moi qui me proposais de les défricher. Et je suis bien fou de m’en préoccuper, car ils sont de plus mauvaise qualité que ne l’est le fer pour saint Léonard, aussi faut-il être fou pour se donner de la peine pour eux"27, ou Richard, dans ses éternelles luttes contre les barons aquitains : "Le seigneur qui tient Bordeaux les aiguise, les affile et les affûte comme un couteau, mais ils sont trop épais devant et émoussés du côté du tranchant ; et, plus loyaux qu’un prieur, grâce au rémouleur, ils gagneront tous la vie éternelle"28.

  • 29 Cant vei pels vergiers desplegar Los cendatz grocs, indis e blaus, M’adousa la vos dels cavaus El (...)

20Le plus bel exemple de cette guerre aseptisée nous est fourni par un des sirventés (n° 24) contre le roi Alphonse II d’Aragon, "Quand je vois par les jardins déployer les oriflammes de soie jaunes, indigo et bleus, le hennissement des chevaux et les mélodies des jongleurs qui vont de tente en pavillon en jouant de la viole, les trompettes, les cors et les clairons au son aigu m’emplissent de douceur. C’est pourquoi je veux composer un sirventés tel que l’entende le roi Richard"29. Il faut dire que dans cette pièce, Bertran de Born s’est amusé à l’un de ses jeux préférés qui consiste à jouer sur le genre, entre chanson et sirventés. Le premier vers est un vers traditionnel de Natureingang, avec sa référence temporelle et locative ainsi que l’emploi d’un verbe desplegar, synonyme d’espanir, et qui pourrait fort bien convenir à la végétation, mais, au moment où le sujet du verbe infinitif apparaît, les cendatz, oriflammes de soie, se substituent aux fleurs qu’on attendait ; or, surprise, alors que 1’efflorescence naturelle apporte généralement peu de couleurs aux cançons, essentiellement le blanc, les bouquets d’étendards sont d’une riche variété, même si le poète a pris le soin de sélectionner des couleurs possibles pour des fleurs ; en construction parallèle, après la vue vient l’ouie et ici encore le verbe M’adoussa est premier, mais ses sujets se multiplient ensuite : d’abord un effet comique est créé par la substitution aux oiseaux traditionnels de la vos dels cavaus en assez nette opposition sémantique avec la douceur du verbe, puis une fois encore, à la nature succède la culture avec les jongleurs qui animent cette cour en armes que représente le camp, puis une véritable symphonie d’instruments militaires. Arrivé à ce point, Bertran tire sa conclusion : Adoncs, et elle porte sur le genre ; toutes ces glissements et ces substitutions nous ont conduits d’un genre à un autre, de la cançon au sirventés. Il n’en est pas moins vrai, pour la question qui nous occupe, qu’une fois encore, le troubadour a procédé à une sorte de sublimation de l’objet décrit, réduit à une combinaison de couleurs et de sons.

  • 30 E m fon om ma terra e la m’art Em fa de mos arbres issart E mesclal gran en la pailla (16. 24-26).
  • 31 Pois q’ant ma terra adermada Et arsa et abrasada (20. 11-12).

21Or, Bertran n’est pas homme a dissimuler les réalités de la guerre et ce que nous appellerions ses horreurs qui, je le crains, l’impressionnent beaucoup moins que nous, ou en tout cas pas de la même façon. Il sait parfaitement d’ailleurs en déplorer les horreurs quand sa terre les subit : "et l’on ruine mes terres, on les incendie, on fait de mes fûtaies des terrains défrichés, on mélange le grain dans la paille"30 ou "quand ils ont dévasté mes terres, qu’ils les ont brûlées et incendiées"31.

  • 32 Nos em .xxx. tal gerrier : Chascus ha capa traucada, Tuich seignor e parsonier, Per cor de gerra m (...)
  • 33 Tot jorn contendi e-m baraill, M’escrim e-m defen e-m tartaill (16. 22-23).
  • 34 A Peiraguors, pres del muraill, Tan qe-i puesc’om gitar ab maill, Venrai armatz sobre Baiart, E se (...)

22Le traitement de la bataille n’est pas le même selon qu’il s’agit d’une lutte individuelle ou d’un combat collectif. Seul le second semble pouvoir entrer de plain pied dans l’épique, même si le combattant, donné comme individu peut parfois faire figure héroïque ; Bertran, se faisant l’exemple même de ces seigneurs sans ressources -ce qu’il n’est pas en tant que seigneur d’Hautefort -, nous en brosse un portrait digne des cadets de Gascogne de Rostand : "Nous sommes trente guerriers de ce genre : chacun a une cape trouée -tous, seigneurs et coseigneurs-à cause de notre passion pour engager le combat, car cela ne nous a jamais rapporté la valeur d’un denier ; mais, chaque fois qu’il a fallu en venir aux coups, ils ont revendiqué leur part"32. Toutefois ces héroïques annonciateurs du capitaine Fracasse ne sont pas si loin du comique et lorsque notre héros veut nous montrer la guerre continuelle à laquelle il est contraint pour son plus grand plaisir, il nous brosse le portrait d’une sorte de pantin agité par les soubresauts d’une sorte de danse saint Guy : "Chaque jour je lutte et je me querelle, je m’escrime pare les coups, joue de l’épée"33, et ce sirventés s’achève par un portrait équestre du peintre où l’excès d’horreur dans la violence me paraît la marque même de l’ironie de l’auteur, matamore monté sur son cheval tout droit sorti de l’épopée, d’où vient sans doute non moins directement la peu ragoûtante image finale : "A Périgueux, à portée de mail d’armes de la muraille, je viendrai en armes sur Baiart, et si j’y trouve un Poitevin ventru, alors on verra comment coupe mon épée, car je lui ferai sur la tête une bouillie de cervelle mêlée avec la cotte de mailles"34.

  • 35 Q’ieu n’agra colps receubutz en ma targa E faich vermeil de mon gonfanon blanc (28. 9-10).

23A propos de ce passage quelque peu grandguignolesque, bien à sa place dans une strophe de miles gloriosus, évidemment au futur, on remarquera que deux autres passages d’un réalisme presque aussi sanguinolent sont eux aussi abstraits de toute réalité : on reprochait à Philippe (26. 22-23) de n’avoir pas reçu "de blessure au bras ou au côté ni de plaie douloureuse à la jambe ou à la tête" et lorsque Bertran dit, selon une formule toute épique : "Pour moi, j’aurais reçu des coups sur ma targe et rendu vermeil mon gonfanon blanc"35, non seulement il s’exprime à l’irréel du passé, mais encore il s’empresse d’ajouter "mais j’y renonce, je m’en abstiens" !

  • 36 Lo coms m’a mandat e mogut Per N’Araimon Luc d’Esparo Q’ieu fassa per lui tal chansso On sion tren (...)

24Il est frappant que la plupart du temps les représentations violentes soient situées soit dans le futur, soit dans un éventuel de même nature : ainsi, dans la chanson guerrière composée à la demande du comte de Toulouse, on voit alterner indicatif futur et subjonctifs : "Le comte m’a fait savoir et commandé par Raimon Luc d’Esparron que je fasse pour lui une chanson telle que soient rompus mille écus, heaumes, hauberts et hoquetons et troués et déchirés les pourpoints... et les Catalans et les Aragonais tomberont souvent et en grand nombre, car leurs arçons ne les soutiendront pas, si grands seront els coups dont nous les frapperons avec rudesse... et rien ne peut empêcher que des éclats de lance ne volent vers le ciel et que ne soient déchirés les vêtements de cendal, de siglaton et de samit, et détruits cordes, tentes, piquets et pavillons dressés"36.

25On pourra toujours objecter que le propre de la chanson de guerre de Bertran est d’annoncer la guerre ou de pousser au combat, ce qui implique assurément le futur : il n’en est pas moins extraordinaire que la plupart des grandes visions guerrières soient introduites par un veirem qui repousse toujours la violence dans l’inactuel :

  • "sous peu nous verrons les champs de bataille jonchés de morceaux de heaumes, d’écus, d’épées, d’arçons et d’hommes, le buste fendu jusqu’à la ceinture ; et nous verrons les destriers errer au hasard, et mainte lance fichée à travers flancs et poitrines..."37.
  • "Alors nous verrons dépenser or et argent, faire débander et détendre les catapultes, effondrer les murs, abattre et renverser les tours et enchaîner les ennemis capturés38.
  • On notera que, dans le célèbre Be m platz lo gais temps de pascor même, l’expression qui revient tout au long de la chanson plaz mi qand, "je suis heureux quand" a pour effet d’abstraire le verbe qui suit la conjonction de temps du présent pour en faire une simple généralité. On n’en sort véritablement que pour retrouver le futur : "Quand le combat commencera, nous verrons briser et mettre en pièces masses d’armes, épées, heaumes de couleur et boucliers, et maints guerriers frapper ensemble ; aussi s’en iront au hasard les chevaux des morts et des blessés"39
  • "Nous verrons maint cheval bai et maint cheval gris, maint écu, maint heaume et mainte épée, maint coup qu’on frappe sur le champ, mainte muraille, mainte tour détruites, mainte tête fendue, maint château pris d’assaut et conquis40.
  • 41 J. E. Ruiz Doménec, El sonido de la batalla en Bertran de Born, "Medievalia", II, 1981, 104, cité (...)

26Je me demande si cette façon de n’envisager jamais la violence que dans l’avenir n’explique pas qu’on ait fait, avec bien des raisons d’ailleurs, de Bertran le peintre du moment qui précède la bataille, de l’instant où tout est suspendu : "La alegrίa ritual, sacramentaria, concupiscente, por ese instante inicial, por esa situación de umbral ante el acto mismo de la batalla. La alegrίa del sacrificio como inicio absoluto de un momento ritual omniinclusivo, que fortalece la imagen de la clase dominante en su función más honda, nuclear : su función militar"41. En réalité, cette sorte de cordon sanitaire temporel, évidemment à mettre en rapport avec celui que représentaient les métaphores, par lequel Bertran isole le plus souvent les images guerrières pourrait bien avoir une autre signification.

  • 42 E qand aura son trap tendut, E nos lotjarem de viro Tant que tres nuoitz i jairem nut (9. 16-18).

27Dans la richesse un peu baroque de la citation de l’historien espagnol, je retiendrai particulièrement l’idée de la joie du sacrifice comme début d’un moment rituel. De fait, il y a un véritable plaisir de Bertran de Born à nous montrer les préparatifs de la bataille, particulièrement l’installation du camp : "Et quand il aura dressé sa tente, nous nous installerons tout autour, si nombreux que nous devrons y coucher trois nuits sur la terre nue"42 et les prémices de la bataille : a l’intrar de 1’estor (37. 33).

  • 43 Metafora feudale, per una storia dei trovatori, V Scenografie di Bertran de Born, Bologne 1993.
  • 44 E plez me, qand vei per los pratz Tendas e pavai lions fermatz ; Et ai gran alegratge, Qand vei pe (...)
  • 45 Per qe m plai ben dels reis auzir la bomba. Que n’aion cos paisson, cordas e pom, E n sion trap te (...)
  • 46 Et auberc e bran E bel bocaran, Elm e gonfeno E perponh e pan (13. 19-22).

28A propos de cette célèbre pièce 37, Be m platz lo gais temps de pascor, je ne reviendrai pas sur la superbe explication de texte de Mario Mancini43, véritable modèle du genre, qui montre de façon très convaincante la succession de plans et de travellings dont est formé ce sirventés ; mais je considérerai pour ma part sous un autre angle ces longues descriptions d’êtres et d’objets, le plus souvent immobiles : à côté de "Et j’ai plaisir à voir dressés par les prés tentes et pavillons et je ressens une grande allégresse quand je vois en lignes par les champs cavaliers armés sur leurs chevaux... Quand le combat commencera, nous verrons briser et mettre en pièces masses d’armes, épées, heaumes de couleur et boucliers"44, on peut relever ailleurs des énumérations fort semblables, dans un sirventés : "aussi, j’aime bien entendre le tumulte des rois, et que leur servent pieux, cordes et pommes, et que soient dressées les tentes pour permettre de coucher dehors"45, mais aussi dans un planh où le défunt emportera avec lui "Hauberts, épées, beaux bougrans, heaumes, gonfanons, pourpoints, vêtements"46.

  • 47 Lo coms m’a mandat e mogut Per N’Araimon Luc d’Esparo Q’ieu fassa per lui tal chansso On sion tren (...)
  • 48 Bella m’es preissa de blessos Cubertz de teins e blancs e blaus, D’entresseins e de gonfanos De di (...)
  • 49 Nos em .xxx. tal gerrier : Chascus ha capa traucada, Tuich seignor e parsonier, Per cor de gerra m (...)
  • 50 E Frances son roïllos De portar lor garnizos (44. 5-6).

29De fait, il faut que le monde du camp, cette cour en armes, soit élégant et beau avant d’être dévoré par le Moloch des combats, avant que le feu de l’action guerrière ne se transforme en holocauste où s’abolira toute la beauté détruite : "Et rien ne peut empêcher que des éclats de lance ne volent vers le ciel et que ne soient déchirés les vêtements de cendal, de siglaton, de samit, et détruites cordes, tentes, piquets et pavillons dressés"47, "J’aime à voir la mêlée des boucliers couverts de peinture blanche et bleue, des enseignes et des gonfanons de diverses couleurs, les tentes à cordes et à poutrelles, les riches pavillons se dresser, les lances se rompre, les écus se percer, les heaumes polis se fendre et les coups s’échanger"48. C’est alors que le preux apparaîtra, encore plus grand d’avoir su transformer en haillons glorieux vêtements de soie et armes précieuses : voici les combattants aquitains dont "chacun a une cape trouée"49, ou, à côté de soldats anglais "frais et tondus de près", ces "Français, couverts de rouille à force de porter l’armure"50.

30Il me semble que le rapprochement s’impose avec la pratique du potlatch dont parlait, voici déjà longtemps Irenée Marrou dans ses Troubadours, cette "destruction à caractère sacré, constituant un défi de faire un don équivalent, pour le donataire" dont parle le Robert. Il ne faudrait qu’ajouter que le dernier degré de la "destruction à caractère sacré" concerne bien évidemment la vie des êtres humains participants à cette primitive cérémonie.

  • 51 Metafora feudale, per una storia dei trovatori, I Cortigiani e cavalieri-predoni, Bologne 1993, 20

31Dans ces conditions, si je rejoins pleinement Mario Mancini quand il écrit : "è fin troppo facile assolutizzare questa tematica bellicosa di Bertran de Born e liquidarla nel « pittoresco »", je ne saurais comme lui parler de la "sua autistica furia selvaggia"51.

32De fait, si la guerre, on l’a bien vu, a un rôle de moteur dans la société aristocratique où elle garantit une place à ces exclus que seraient sans elle les jeunes, les descriptions de bataille de Bertran de Born ressortissent d’autant moins au pittoresque, en dépit de la sauvage beauté que dégagent certaines images que cette violence fait partie d’un rituel ; leur importance est encore soulignée par la relative rareté de leur emploi et par le recours fréquent à des métaphores ou à un déplacement dans un temps non actuel, comme si cet holocauste rituel était aussi redouté que souhaité, comme s’il s’agissait d’un pari définitif : bien loin d’une sauvage furie autistique, la violence de Bertran de Born est à comprendre, à mon sens, non comme la caractéristique d’un individu, mais bien comme la cérémonie collective dans laquelle la classe aristocratique des guerriers trouve la justification de son existence.

Notes

1 Aux pièces que j’ai signalées comme d’attribution contestable dans Le Seigneur-troubadour d’Hautefort (Aix-en-Provence 1987) : n° 44 Gent part nostre reis liouranda, n° 45 : Guerr’e pantais veg et affan, n° 46 : Mal o fai douma cant d’ainar s’atarja, n° 47 : Mout mi plai quan vey dolenta et n° 48 : Ben grans avoleza intra, on pourrait ajouter le n° 32 : Miei-sirventes vueilh far dels reis amdos et le planh n° 14 : Si tuit li doil eil plor e il marrimen, et, selon S. Asperti le n° 37 : Bem platz lo gais temps de pascor, qui "puó essere a giusto titulo posta in dubbio o anche decisamente negata" au seigneur d’Hautefort (Studi provenzali e francesi 86/87, "Sul canzoniere provenzale M : ordenamento interno e problemi di attribuzione", p. 169).

2 ... qel segles sera bos, Qes hom tolra l’aver als usuriers, E per camis non anara saumiers Jorn afiçatz ni borjes ses duptansa Ni mercadiers qi venga deves França ; Anz sera rics qi tolra volontiers (32. 19-24).

3 Ancaras i aura ris ; E ben leu amarrant nos Et accueillirent los pros E diran dels barba ris Si volons c’ab lor réaligna ; Que ja per criard "Paris !" Senes auras messies Non conquerra gens entraina (35. 9-16).

4 ... seran ric portier. Que tenant porta serra da ; E sabrant arbalestier Qu’es la pat en l’encontrada, Q’om non lor dara soudada. Doncs auran chan e lebrier Del comte s’amor privada (20. 22-28).

5 No m tengatz per acusador Sius voill c’uns rics l’autre azir, Car meill s’en poiran valvasor Et castellan de lor jausir. Que plus es francs, larcs e privatz, Fe qu’eu vos dei. Rics hom ab guerra que ab pat (15. 22-28).

6 Quant es fis devas totas partz, A ml resta de gerra uns pans. Pustella en son huoill qui m’en partz, Si tot m’o comenssiei enans ! Patz nom fai conort, Ab gerra m’acort, Q’ieu non teing ni crei Negun’autra lei... (18. 17-24) Qui que fassa de bos issartz, Eu me sui totz temps mes en grans Cum puosca aver cairels e dartz, Elms et aubercs, cavals e brans ; C’ab aissom conort Em teing a deport Assaut e tornei, Donar e dompnei (id. 33-40).

7 E no i gart diluns ni dimartz Ni setmanas ni mes ni ans, Ni m lais per abril ni per martz Q’ieu non tracte cum veigna dans A celz qe m fant tort (18. 25-29).

8 Tant es frasitz de nuailla Que, quant l’autra gens se conpart El s’estendill’e badailla (16. 40-42).

9 Reis que badaill ni s’estenda Qant aug de batailla parlar Sembla o fassa per vaneiar Ni en armas no entenda (22, 53-56).

10 C’oi mais lo tenran per seignor Seill queill devon son feu servir. Puois vencut los a vas Aratz (15. 17-19).

11 Reys qui per son dreg si combat A mielhs dreg en sa eretat. E quar conquerec Espanha Karles, n’a hom tos tempz parlat. Q’ab trebalh et ab larguetat Conquier reys pretz el guazanha (12. 67-72).

12 Anta i aura s’aissi pert son afan En Limozin on a traich tant cairel E tanta tor, tant mur e tant anvan Fraich e desfaich e fondut tant castel E tant aver tout e donat e mes E tant colp dat e receubut e pres E tanta fam, tanta set e tant son Cum el a traich d’Agen tro a Nontron (21. 25-32).

13 V. Deus lo temps Rolan (13. 47) ; Verais coms, Alixandres voil Que’us fassa compagnia lai, Ogiers e Raols de Canbrai, Rolantz ab la soa vertut Ab Olivier, son vezln, At, Estols, Naimes et Oristain, Guillems d’Aureng’el plus prezat (22. 17-23).

14 Si c’apres nos en chant hom puois de gesta (28. 7).

15 Uns n’i a gerreiadors, Que ant de mal far lezer E nois sabon captener Nuill temps ses engignadors, Tant amont lanssar e traire (8. 33-36).

16 Del rei Felip sabrem ben s’il paireia O s’il segral bon usatge Carlon (10. 41-42).

17 Del pauc rei de Terra Maior Me platz, c’aisiS vol enantir (15. 15-16).

18 Ni anc no n via bratz ni flanc Tronchat, ni gamba ni testa Ferit de plaia dolenta ; Ni ab grand ost ni ab genta, No l vim a Roam ni a Sais. E membres li c’om li retrais Q’anc en escut lansa non frais ! (26. 22-35).

19 Si l reis Felips n’agues ars’una barga III Denan Guiortz, o crebat un estanc, O a Roam intres per forssa el parc. Que l’asetges pel puoig e per la comba C’om no’n pogues traire breu ses colom, Adoncs sai eu q’el volgra far parer Carie, que fort del mieills de sos parens, Per cui fon Poilla e Sansoigna conquesta (28. 17-24).

20 Aras sai eu qu’adreitz vol esser reis Lo reis Felips, que dizen qu’es crozatz ; Et anc Caries en tal pretz no s’empeis Cum el fara, d’aiso s’es ben vanatz (33. 19-22).

21 Talhar viras tans caps e tans talons, Tans pons, tans brasses, tans cors e tans mentons, Tant sanc espandre e tans servels de barons. Las motas son sagnentas que lay son, Herba colrada que part del vermelhon, "Vous auriez vu trancher tant de têtes et tant de pieds, tant de poings, tant de bras, tant de corps et tant de mentons, répandre tant de sang, tant de cervelles de barons : les mottes sont sanglantes à cet endroit, l’herbe est plus rouge que du vermillon" (Le Roland occitan, Ronsasvals, éd. G. Gouiran - R. Lafont, 1991, Paris vv. 420-424).

22 E e l camp de Montoliu es plantatz us jardis, Que tot jorn nais e brolha. e es plantatz de lis, Mas lo blanc e l vermelh, qu’i grana e floris. Es carn e sanc e glazis e cervelas gequis "Dans le champ de Montoulieu est planté un jardin, qui germe et pousse tous les jours ; il est planté de lys, mais le blanc et le rouge, qui y bourgeonnent et y fleurissent, sont de la chair et du sanc, des épées et des cervelles, qui y gisent" (La Chanson de la Croisade albigeoise’ éd. E. Martin-Chabot, t. III, 194. 76-79).

23 Tost l’agra l Reys Joves matat, Si l coms no l n’agues essenhat... Aquest juec tenc per guazanhat Deves nos e per envidat. Que dels pezos de Valia Avem l’escachier desliurat, Que tug n’aneron esfredat Ses comjat q’us non prendia.

24 qu’anc cynglar no vim pus irat Quan l’an brocat ni l’an cassat Qu’elh er ; mai sos cors non 1’erra (12. 16-18).

25 E si Richartz pren ab lebres leos, Que noy reman per plas ni per boyssos ; Enans los fay dos e dos remarier Per sa forssa, c’us no s’auza mover ; E cuja ben penre d’aissi enan Las grans aiglas ab los esmerilhos Et ab buzacx metr’austors en soan.
E l reys Felips cassa lay ab falcos Los passeratz e ls petitz auzelhos (8-16).

26 Sa pauca Lombardia Tant gens sap dompneiar Que no is camja ni s’embroigna Per menassas, anz ressoigna Limotg’e l fai reserar (19. 44-48).

27 Tot jorn resoli e retaill Los barons, els refont e ls caill, qui cuiava metr’a issart. E soi ben fols qan m’en regart, qu’ill son de peior obrailla Que non es lo fers san Launart, Per qu’es fols qui s’en trebailla (16. 28-35).

28 Que ls aguisa e ls esmol E ls toca coma coutel Lo seingner que ten Bordel, Mas trop son espes denan E moz devas lo trenchan ; E plus leial d’un prior Merce de l’esmoledor Tuit venran a vita eterna (25. 9-16).

29 Cant vei pels vergiers desplegar Los cendatz grocs, indis e blaus, M’adousa la vos dels cavaus El sonet que fan li juglar Que viulen de trap en tenda, Trombas e corn e graile clar. Adoncs voill un sirventes far Tal quel coms Richartz l’entenda (1-8).

30 E m fon om ma terra e la m’art Em fa de mos arbres issart E mesclal gran en la pailla (16. 24-26).

31 Pois q’ant ma terra adermada Et arsa et abrasada (20. 11-12).

32 Nos em .xxx. tal gerrier : Chascus ha capa traucada, Tuich seignor e parsonier, Per cor de gerra mesclada, C’anc no-n cobrem dinairada ; Anz qand a als colps mestier, Ant lor coreilla prestada (20. 15-21).

33 Tot jorn contendi e-m baraill, M’escrim e-m defen e-m tartaill (16. 22-23).

34 A Peiraguors, pres del muraill, Tan qe-i puesc’om gitar ab maill, Venrai armatz sobre Baiart, E se-i trop Peitavin pifart, Veiran de mon bran com tailla, que sus pel cap li farai bart Del servel mesclat ab mailla (16. 43-49).

35 Q’ieu n’agra colps receubutz en ma targa E faich vermeil de mon gonfanon blanc (28. 9-10).

36 Lo coms m’a mandat e mogut Per N’Araimon Luc d’Esparo Q’ieu fassa per lui tal chansso On sion trencat mil escut, Elm e ausberc et alcoto, E perpoing falsat e romput. (9. 1-6)... E ll Catalan e ll d’Arago Tombaran soven e menut. Que nols sostenran lor arso. Tant grans colps los ferrem nos drut, E non pot esser remasut Contral cel non volon tronco E que cendat e cisclato E samit non sion romput. Cordas e tendas e paisso E trap e pavaillon tendut (27-36).

37 En brieu vei rem camps joncatz de qartiers D’elms e d’escutz e de e d’arços E de fendutz per bustz tro als braiers ; Es arage veirem destriers E per costatz e per piechz manta lansa (32. 10-14).

38 Adoncs veirem aur et argen despendre, Peirieiras far destrac destendre, Murs esfrondrar, tors baissar e dissendre E ls enemics enca e prendre (36. 5-8).

39 Massas e brans, elms de color, Escutz trancar e desgarnir Vei l’intrar de l’estor E maint vassal essems ferir. Don anaran aratge Ca dels mortz e dels nafratz (37. 31-36).

40 Maint caval bai e maint feran, Maint escut, maint elm e maint bran, E maint colp ferrir demanes, Maint mur, mainta tor desfacha Veirem, mainta testa fracha. Maint chas tel forsat e conques (45. 25-32).

41 J. E. Ruiz Doménec, El sonido de la batalla en Bertran de Born, "Medievalia", II, 1981, 104, cité in M. Mancini, Metafora feudale, Bologne 1993, 157.

42 E qand aura son trap tendut, E nos lotjarem de viro Tant que tres nuoitz i jairem nut (9. 16-18).

43 Metafora feudale, per una storia dei trovatori, V Scenografie di Bertran de Born, Bologne 1993.

44 E plez me, qand vei per los pratz Tendas e pavai lions fermatz ; Et ai gran alegratge, Qand vei per campaignas rengatz Cavalliers e cavals armatz (6-10), Massas e brans, elms de color, Escutz trancar e desgarnir Veirem a l’intrar de l’estor (31-33).

45 Per qe m plai ben dels reis auzir la bomba. Que n’aion cos paisson, cordas e pom, E n sion trap tendut per fors jazer (28. 4-6).

46 Et auberc e bran E bel bocaran, Elm e gonfeno E perponh e pan (13. 19-22).

47 Lo coms m’a mandat e mogut Per N’Araimon Luc d’Esparo Q’ieu fassa per lui tal chansso On sion trencat mil escut, Elm e ausberc et alcoto, E perpoing falsat e romput. (9. 1-6)... E ll Catalan e ll d’Arago Tombaran soven e menut. Que nols sostenran lor arso. Tant grans colps los ferrem nos drut, E non pot esser remasut Contral cel non volon tronco E que cendat e cisclato E samit non sion romput. Cordas e tendas e paisso E trap e pavaillon tendut (27-36).

48 Bella m’es preissa de blessos Cubertz de teins e blancs e blaus, D’entresseins e de gonfanos De diversas colors tretaus, Tendas e traps e rics pavaillons tendre, Lanssas frassar, escutz traucar e fendre Elmes brunitz e colps donar e prendre (36. 17-23).

49 Nos em .xxx. tal gerrier : Chascus ha capa traucada, Tuich seignor e parsonier, Per cor de gerra mesclada, C’anc no-n cobrem dinairada ; Anz qand a als colps mestier, Ant lor coreilla prestada (20. 15-21).

50 E Frances son roïllos De portar lor garnizos (44. 5-6).

51 Metafora feudale, per una storia dei trovatori, I Cortigiani e cavalieri-predoni, Bologne 1993, 20.

Auteur

Université Paul-Valéry (Montpellier III)

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540