Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence dans le monde médiéval

La violence des éléments

Chantal Connochie-Bourgne

Texte intégral

1Si délibérément nous sommes sensibles à la fragilité de l'homme plutôt qu'à sa violence, nous considérons en lui la victime impuissante de forces supérieures : celle d'un autre être humain, plus puissant, mais aussi celle d'un animal qui le terrasse, voire d'un végétal qui anéantit sa santé, ou encore celle des éléments. Lorsque la terre s'ouvre sous ses pas, que l'eau inonde ses vergers, que la tempête souffle, qu'il tonne et que tombe la foudre, que le feu brûle ses récoltes ou que les étoiles filantes rayent la voûte du ciel, l'homme subit la force des éléments. La nature dans ses mouvements lui paraît hostile. Il a peur, il souffre. Il y a bien là violence.

  • 1 Je citerai au cours de mon étude :

2Laissant la description et l'exploitation narrative de ces diverses tempêtes et fléaux que font les poètes, j'ai prêté attention au discours de l'homme de science dans quelques textes de la littérature encyclopédique1. Il m'est apparu d'abord que le savant étudie l'origine de la violence. De même l'homme de loi rappelle celle exercée par l'homme, pour la juger et la sanctionner. De même le médecin, pour y trouver remède, en recherche les causes. Toute violence a une histoire. Dans les Livres de Clergie, le regard du savant sur les perturbations atmosphériques est serein. Il s'agit de donner une explication aux phénomènes naturels. Et la connaissance de leur histoire est indispensable à la bonne compréhension de leur cause. Ainsi celui qui décrit la nature transporte-t-il en imagination son lecteur à l'origine de la Création.

3Au commencement, il n'y avait pas de violence. Les descriptions de l'Eden conservent comme motif fondamental celui de l'éternel printemps, de la douceur du temps, de la tranquillité des quatre éléments qui forment le monde. La terre, l'eau, l'air et le feu vivent en harmonie. Une fois évoqué cet âge mythique et avant de conter l'histoire des créatures, il faut tracer le schéma fondamental du cosmos : les quatre éléments sont liés entre eux, d'une part selon une hiérarchie reposant sur le poids et le mouvement, d'autre part suivant une distribution des deux qualités des corps sublunaires, leur température et leur taux d'humidité. Ainsi est forgée la fameuse chaîne des éléments.

  • 2 Gossuin de Metz, Image du monde (1ère rédaction), voir réf. à la note 1. A propos du firmament et (...)
  • 3 Ibidem. L'auteur explique que les étoiles filantes appartiennent bien au monde des corps corruptib (...)

4La sphère de la terre est au centre de gravité du monde, elle est la plus pesante et elle est immobile. L'eau qui l'entoure est moins lourde et se meut. L'air qui l'enveloppe est encore plus léger et mobile. La sphère du feu est la plus élevée, avant celle du cinquième élément, l'éther où se meuvent les corps incorruptibles. Le feu est le plus subtil et le plus mobile. Dans cet ordre, une qualité commune à deux éléments successifs assure la continuité. La terre est froide comme l'eau qui est aussi humide comme l'air, lui-même chaud comme le feu qui s'apparente à la terre par la sècheresse. On remarquera que le premier ordre est linéaire (ascendant ou descendant) et le second, circulaire. La représentation de ces deux mouvements est exemplaire. La théorie des qualités fondamentales se figure sous la forme du cercle, forme parfaite à l'image de celle du cosmos. De plus, au delà de la sphère du feu se situent les sphères géocentriques des corps célestes qui se meuvent selon un mouvement uniforme et circulaire. Là est la perfection, là aucune violence n'est possible2. On peut comparer à ce mouvement celui de la progression, linéaire et verticale, de la sphère d'un élément à celle du suivant. Ce mouvement de chute (mais aussi d'ascension possible) est celui auquel sont soumis les corps corruptibles3, eux qui par leur condition temporelle ont une histoire. Il n'y a pas de devenir dans les sphères éthérées. Ainsi dès que l'on considère que les sphères des éléments sont à l'image du modèle divin, le bel ordre théorique et primitif du monde ne peut être que bon.

5Cependant, l'homme éprouve douloureusement le déchaînement des éléments. Il est urgent alors de distinguer la théorie des origines du monde de l'explication scientifique des phénomènes. C'est ainsi qu'on lit dans le dialogue de Placides et Timeo qu'à chaque élément correspond un élément élémenté. L'auteur du dialogue pose cette distinction fondamentale pour tenter d'expliquer l'écart perçu entre la théorie et la réalité vécue :

  • 4 Placides et Timeo, p. 24-26, par. 60 à 64 ; voir réf. à la note 1. On remarque la prudence de l'au (...)

Si vous di, a grassement dire, qu'il est deux mennieres de terre : l'unne qui est élément et l'autre qui est elementee, qui est appelée, a gros entendre, terre portans…4

  • 5 C'est une des tentatives d'explication de l'existence de taches sur la lune :... c'est avenu I Lor (...)

6Dans d'autres encyclopédies, cette distinction n'apparaît pas. Plus moralisante, l'Image du monde, reprise par le Trésor de Brunet Latin, rend compte de la différence entre la théorie et l'épreuve des phénomènes visibles par le recours à l'histoire des créatures. Tout commence au péché originel qui, dit le mythe, macula même la face de la lune5 et fit entrer dans le monde sublunaire la violence.

7Mais la violence est toujours présentée comme un accident ; elle est diverse et passagère. Ce qui intéresse l'homme, c'est de comprendre ce qu'il voit, ce qu'il éprouve et d'y chercher une explication. Le discours didactique se construit dans ce but : "raison enquerre", chercher les causes. Ces causes sont d'ordre physique. Le clerc médiéval sait tenir simultanément un discours scientifique, hérité du savoir antique, et un discours moralisateur inscrivant la vie humaine dans une histoire de chute et de salut.

8J'étudierai maintenant ce discours savant en essayant de dégager la représentation qu'il cherche à donner de la cause des perturbations atmosphériques.

9La terre qui nous tient est la seule paisible. Le philosophe célèbre sa fonction nourricière ; on lit, par exemple, dans l'Image du monde cette prière de gratitude ou éloge de la terre :

  • 6 Voir réf. en note 1 (première rédaction), vers 4113-4130.

Du feu nous avons briement dit
Et les.IIII. elemenz descrit
Si comme Diex les a establis,
Comment l'uns est ou l'autre assis.
Le plus legier el plus haut lieu
Et le plus pesant en mi lieu.
C'est la terre dont lifuiz naist,
Qui les genz et les bestes paist ;
Et pour cel bien qui de li ist
et li biens qui en liflorist
Et les autres biens qui i sont,
Eurent aucunes genz au mont
Qui distrent que la terre estait
Pour le fruit qui de li naissoit
Et pour le bien qu'en li habonde,
Une des estoilles du monde
Que Diex assist el firmament,
El mi lieu pour estre plus gent…6

10L'homme de science se charge d'expliquer l'origine des tremblements de terre qu'aucune gent apellent crolle. Les eaux internes à la terre font par leur agitation naître des vents dans les cavernes où ils s'accumulent et se trouvent pressés. Là où la terre est faible, l'air comprimé exerce sa force : la terre se fend, le vent s'engouffre et crève sa surface. Aux endroits plus solides, la terre résiste, mais tremble si fort que s'écroulent tours et murs de ville.

11On remarquera qu'au niveau de l'expérience, l'élément terre n'est plus une sphère compacte à surface lisse, mais qu'elle a un relief à sa surface et dans ses profondeurs (cavernes et canaux souterrains) :

  • 7 Voir réf. en note 1. Dans la seconde rédaction de l'Image du monde, l'auteur a ajouté ce chapitre (...)

Quant li mondes fu premiers faiz.
Si covroil l'eve tout a faiz
La terre qu'il n'en paroit point.
Quant l'eve vint a son droit point,
Si com Diex voult, si fu mult fors.
Rade et courant, que par effors
Cava la terre en tel nianere
La ou plus fu tendre et légère,
Et, la ou fu plus forte et dure,
Si remest haut par sa nature…7

12La terre devient ainsi réceptacle de l'élément liquide qui, par le mouvement que lui impriment ces reliefs, agite l'air qui a pénétré lui aussi sous terre. La cause des tremblements de terre est à chercher dans ces turbulences souterraines de l'air et de l'eau. La terre, quant à elle, demeure immobile et passive.

13Si l'eau des sources et des rivières est vitale, l'eau qui tombe du ciel avec force peut nuire à l'homme en détruisant ses cultures. Les questions touchant à la formation des hydrométéores sont longuement traitées dans les encyclopédies, parmi celles posées sur l'élément aérien. Tout monte du sol de la terre. En effet, le soleil, source de la chaleur et maître des saisons, fait monter les nuages et avaler la pluie :

  • 8 Image dumonde, 1ère rédaction, vers 3865-3881, voir réf. à la note 1.

Quant li solaus estent ses rais
Sour terre et yaue et saur marais,
Si la dessèche et si en trait
La moistour qui amont s'en vait.
Mais c'est une soutill moistour :
Poi pert et a a non vaspour
Et monte jusqu'à l'air enmi ;
Si s'assamble et revient enqui,
Et pou et pou tant en y vient
K'espesse et obscure devient
Tant qu'ele nous tout la veüe
Du soleill. et tex chose est nue.
Mais n'a pas si grant ohscuné
Que de jour nous toille clarté,
Et, quant trop espesse devient.
S'en naist yaue et en terre vient.
El la nue blanche demeure8.

  • 9 La distinction entre 'vapeur humide' et 'vapeur sèche' est bien observée dans les textes que j'ai (...)

14Cette vapeur humide9 lorsqu'elle s'épaissit, s'alourdit et regagne la terre ; un corps lourd ne saurait demeurer en l'air.

  • 10 Sur les zones de l'air, on peut se reporter à Sénèque, Naturales Questiones. II. X. 2 et IV, IX 1 (...)

15L'air est aussi le lieu où se forment gelées, neige et grêle. Elles sont provoquées dans une région plus haute de la sphère aérienne, et donc plus froide. En effet, la partie de l'air qui se trouve près de la terre est plus chaude que celle qui jouxte la sphère du feu10. Il apparaît que l'allégement des éléments se fait progressivement sous l'influence de leurs qualités. Plus l'air est élevé, plus il est subtil, plus il est mobile et plus il perd de chaleur. Lorsque la vapeur humide qui s'élève de la terre et de l'eau atteint le milieu de l'air, elle entre dans une région assez froide pour la geler. Les hautes montagnes atteignent ces hauteurs et conservent leur neige. Il arrive aussi qu'en été tombent des grêles dévastatrices. C'est que dans l'air est né un vent violent qui par son mouvement a refroidi la vapeur humide, montée de la terre, au point de la geler. Repoussée par la chaleur du soleil cette vapeur gelée s'est amassée jusqu'à former une gigantesque plaque de gel qui, devenue trop lourde, tombe en s'émiettant.

  • 11 Cette réponse, parmi d'autres, est donnée comme la plus vraisemblable en particulier par Guillaume (...)

16Les derniers des phénomènes atmosphériques dont il faut rendre compte sont le vent et l'orage. La même cause qui provoque les tremblements de terre engendre les vents et déclenche les orages. D'où naissent les vents ? est une question traditionnelle. La réponse est : le vent est de l'air agité (air esmeu)11 ; elle témoigne de la cohérence de la représentation en particulier chez Gossuin de Metz. De même que sous terre l'agitation de l'eau repousse l'air vers des cavernes d'où il faut qu'il s'échappe, de même l'océan qui entoure la terre est agité de courants créés par le relief du plateau terrestre. Ces courants vont en sens contraire et se heurtent parfois si violemment que les eaux s'élèvent et, créant une sorte de relief liquide, chassent l'air vers le haut. Cet air, sorti de force de son lieu propre, est mis en mouvement et transmet son agitation. Selon la région où se produit ce heurt, naissent des vents doux, chauds, froids, violents. Ces vents, en s'entrechoquant au-dessus des nuages, rendent un son terrible. Le ciel tonne comme la terre gronde quand elle tremble. La force de ces vents peut être si grande que la foudre jaillit ; les nuages sont déchirés par l'éclair comme la terre se fend et s'ouvre.

17Les phénomènes produits dans la sphère du feu sont bien lointains. Ils portent le nom générique de feus volants. Ils naissent d'une vapeur sèche qui se rassemble en un lieu élevé où elle s'embrase, puis s'élancent jusqu'à terre et s'évanouissent. Ces feux ne sont visibles que de nuit. Ils sont :

  • 12 La chute de ces météores ignés peut s'arrêter ou continuer jusqu'à terre : donc ce qu'il n'a pas s (...)

... aucuns feus
Que en l'air naist d'une vapour
Sèche, qui pou a de moistour
dedens li, qui montée i est
De la terre dont elc nest
Par le soleill, qu'a lui l'atrait.
Et quant ele en l'air trop haut vait,
si esprent et luist corn chandoile
Et samble ausi comme une estoile12.

18L'explication rationnelle des phénomènes atmosphériques permet de mettre en place la vision d'un mouvement ascendant des "vapeurs" et "fumées", attirées par la chaleur du soleil qui les fait sortir de la terre et des eaux. Parvenues dans l'air elles se précipitent sous des formes diverses dans lesquelles on retrouve les qualités élémentaires : chaleur, froideur, sécheresse, humidité. Tout corps retombe sur terre, centre de gravité.

  • 13 A chaque élément une place a été assignée (si l'on considère les origines de la création et la thé (...)
  • 14 Rappelons la définition du vent : air esmeü. L'emploi de ce participe passé passif est significati (...)

19Ces transformations subies par chacun des éléments sont autant de violences13. L'élément qui quitte son lieu propre pour pénétrer dans la sphère de l'autre agit avec force. Son intrusion déplace, dérange. Elle provoque un mouvement. Or, à partir du moment où ce mouvement est donné de l'extérieur, celui qui le reçoit en est victime. Par ce mouvement, il n'agit pas, il pâtit14. L'image d'un combat vient à l'esprit. Un élément résiste à l'autre jusqu'au moment où il cède. La terre attaquée par l'eau se creuse et se lève, l'eau ainsi entraînée hors de sa sphère bouscule l'air jusqu'au feu qui engendre alors des monstres ardents et éphémères. Dans ce monde sans vide, aucun mouvement n'est innocent. Telle est la manière dont le physicien explique l'origine de la violence. L'auteur du dialogue de Placides et Timeo rapporte une histoire exemplaire lorsqu'il veut expliquer que l'eau, comme la terre, l'air ou le feu, est chose corporelle. Un paysan, lorsqu'il partait travailler sur des terres où il ne pouvait trouver aucun point d'eau, emportait sa provision dans une grande cruche. Il arriva qu'un jour, alors que le paysan s'était endormi, un corbeau assoiffé découvrit le récipient où restait un peu d'eau. Mais il ne pouvait ni le renverser, car il était trop lourd, ni y entrer, car l'ouverture était étroite, et il pouvait lui arriver malheur si, une fois dedans, il était aperçu par le paysan. Plein de sens, il eut l'idée de prendre des pierres dans son bec et de les mettre dans le vase jusqu'à ce qu'elles fissent déborder l'eau. Il but alors tout son saoûl ; la morale très sérieuse de cette fable est qu'il fit ainsi l'expérience de la corporéité de l'eau.

  • 15 P. 34-35 de l'éd. citée à la note 1.

"Il sent que l'iaue eust corps, car par un autre plus fort corps pesant fit issir l'iaue de son lieu"15.

20Ce corbeau ingénieux a compris la loi naturelle des corps : le plus pesant est le plus fort, il chasse l'autre.

21Cette histoire de la violence des éléments trouve son origine dans cette hiérarchie, que je rappelai d'abord, fondée sur le poids et la mobilité. Le corps le plus pesant chasse le plus subtil qui est aussi plus sujet aux mouvements. Les quatre éléments apparaissent ainsi comme plus ou moins sensibles à la violence. On observe que le plus apte à être perturbé est aussi le plus perturbateur : si l'on reprend l'explication du savant, il apparaît que l'air dans ses différentes zones est le lieu où se forment les principales intempéries. Les vents sont les enfants terribles du monde sublunaire : les joues gonflées, les cheveux ébouriffés, à cheval sur leurs outres, ils bousculent l'ordre tranquille des éléments.

22Cette image, plus directement que le texte, évoque une autre histoire de la violence qui se superpose à la première, et qui, loin de l'exclure, lui fournit son assise théologique. La violence naît d'un mouvement ; elle naquit donc aussi avec le Temps, que manifeste l'histoire des créatures. Tel est le discours du moralisateur. Il n'y a pas d'histoire sans violence.

  • 16 On lit dans l'Image du minute (1ère rédaction, v. 1671-1674 : De celui ether leur cours prennent I (...)
  • 17 Guillaume de Conches suit la tradition augustienne (De Civitate Dei. Livre X) et distingue l'air s (...)
  • 18 Rappelons, pour ne citer qu'un exemple romanesque parmi tant d'autres, le roman de Brut. Un clerc (...)

23Au commencement, Dieu créa les anges, êtres incorruptibles aux corps éthérés16. L'histoire dit que certains, après avoir connu le mal, sombrèrent dans la sphère de l'air17. La littérature scientifique, comme le folklore et la littérature romanesque, nomme démons ces êtres aériens. Ils se livrent à toutes sortes de tromperies, mus par le Malin, ils abusent des sens et de l'imagination des hommes18, mais leur existence allège quelque peu le poids du péché humain. Un déplacement, voire un partage, des responsabilités s'opèrent. La chute des mauvais anges est antérieure à celle d'Adam et d'Eve et le lecteur des encyclopédies médiévales est amené à y voir l'origine de la violence.

  • 19 "Le vent est le bourreau de la végétation".... Voir réf. à la note 4 : Une vision du monde..., p. (...)

24Toute créature corruptible souffre. Les métaphores anthropomorphiques sont bien connues. Elles établissent un réseau de correspondances et d'analogies entre l'homme et le monde. Le soleil en est le cœur, la terre est parcourue de veines dans lesquelles coule 'eau, comme le sang. Les vents, les orages, les tremblements de terre sont les gestes du monde ; ils manifestent des violences intérieures, dont ils subissent les effets. Quand les éléments se déchaînent, le monde souffre. Timeo parle à son disciple de la souffrance des bourgeons19.

25L'homme ressent fortement l'effet de ces violences, en lui et hors de lui. La description des perturbations que subissent les éléments à l'intérieur du corps humain (en particulier l'air) relève de l'étude des passions de l'âme ; le même mode d'analyse appliqué a la violence des éléments peut être repris lorsqu'il faut rendre compte de l'origine physiologique des violences de l'homme. On lui reproche de n'avoir pas su les dominer, mais il est senti comme victime. Le discours du savant apporte encore plus de sérénité que celui du moralisateur. A remonter à la source des lois qui régissent le monde, à s'approcher en esprit du Créateur, on prend un regard d'en haut, un regard angélique.

26Cependant la loi naturelle est dure à subir. Dans l'Image du monde, chaque développement sur les éléments contient, en introduction ou en conclusion, un rappel de la façon dont l'homme vit intempéries et cataclysmes. Seule la pluie est remerciée pour ses bienfaits possibles :

  • 20 Image du monde, première rédaction, v. 3921-22.

Et Dex la mouteplie bien,
Quant il veult, par croistre le bien20.

27Gelées, neige, grêle et orages sont, eux, présentés comme passagers. L'optimisme dans ce texte est de rigueur :

  • 21 Ibidem, v. 3897-3906

[...] Ainsi naist la plue.
Et quant est toute aval cheüe.
Par quoi la moistour se restanche.
Lors test la nue clere et blanche,
Qui legiere est et monte en haut.
Tant k'en la fin toute défaut
Par le chaut du soleill amont.
Qui la mate et qui la confont.
Lors revoit on l'air cler et pur
Et le ciel blou si comme azur21.

28Mais la tempête d'été est redoutée ; elle se produit cui qu'il griet. On ne peut minimiser les dégâts qu'elle cause. Enfin, les tremblements de terre sont effrayants. L'auteur y insiste à deux reprises, soit que la terre s'ouvre :

  • 22 Ibidem, v. 3751-54.

Si s'aoevre la terre etfent.
Dont il est avenu souvent
Que viles et citez meïsme
Sont affondues en abisme22,

29soit qu'elle tremble :

  • 23 Ibidem, v. 3759-64.

Et se muet si durement fort
Que les granz tours et li mur fort,
Qui sont illuec endroit desus,
Chiccnt si soudainement jus
Que les genz assomme et confont.
Qui par pourveii ne s'en sont23.

30Il exploite cette peur à des fins moralisatrices et prononce un mémento mori :

  • 24 Ibidem, v. 3765-72.

Dont li pueples qui la demeure.
Qui ne sevent pas a quele heure
Cele tempeste doit venir,
Li sage, qui doutent morir,
S'appareillent contre la mort
De querre vers Dieu leur acort
De leur péchiez selouc leur
loi Et la créance de leur foi24.

  • 25 Dans ces apologies de la création que sont ces encyclopédies, seul le "miracle" échappe à la raiso (...)
  • 26 Violante s'oppose à atemprance. Voir la citation de l'lmage du mande donnée à la note 2.
  • 27 G. de Conches. Dragmaticon Philosophiae, p. 187 ; voir réf. de l'éd. à la note 1.

31On remarque qu'il ne s'agit que d'être prêt à mourir à chaque instant, c'est-à-dire qu'il faut veiller à ne pas être ou demeurer en état de péché. L'auteur ne rapporte pas les événements du monde à des avertissements divins25. Les catastrophes naturelles sont explicables à défaut d'être totalement prévisibles. De même, certains phénomènes atmosphériques peuvent être annonciateurs de changements. Guillaume de Conches explique dans le Dragmaticon philosophiae à son interlocuteur, le duc, que la variété des saisons crée d'une année sur l'autre une augmentation d'humidité ou de sécheresse telle qu'au bout de quelques années un cataclysme se produit : inondations ou embrasements. Ces cas extrêmes révèlent un déséquilibre des éléments. Le monde est malade, ou fou, victime de démesure ou d'intempérance26. Les feux volants, si lourds de signification pour le vulgaire, permettent de prédire, à qui sait les comprendre, les muances des tens. Le philosophe chartrain parle de ces signes des temps qu'a connus l'Histoire et que connaissent les marins27.

  • 28 L'examen de ces textes encyclopédiques et l'attention portée au travail de construction d'une véri (...)

32Le regard du sage abolit "l'apparente incohérence des choses". Il restitue au monde l'histoire de ses bouleversements. L'œuvre de la nature est bonne. La loi naturelle agit, mais lorsque la loi de l'un subit la loi de l'autre et que leur rencontre rompt l'harmonie originelle, il y a violence. Or la violence devient naturelle à partir du moment où les créatures sont soumises aux lois du devenir. Tout changement est violent dès qu'il est le signe de la domination de l'un sur l'autre. Concernant les quatre éléments, il apparaît que c'est le corps le plus lourd qui altère le corps le plus léger, mais c'est aussi lui, la terre, qui en retour subit l'effet des perturbations qu'il engendre : pluies, grêles, orages... Mais il les engendre comme malgré lui puisque le relief terreste est dû au travail d'érosion de l'eau. C'est parce que la terre est faible qu'elle s'est laissée ainsi façonner28. Et le mouvement de l'eau est signe à la fois de violence et de vitalité. La leçon peut s'étendre à l'air et au feu, nourriciers eux aussi, ou nuisibles, voire destructeurs, selon qu'entre eux parvient ou non à se trouver la mesure. L'immobile, lourde et obscure, froide et sèche terre n'accomplit son histoire qu'à travers déséquilibres et démesures.

Notes

1 Je citerai au cours de mon étude :

  • Placides et Timeo ou Li secrés as philosophes, édité par Claude Thomasset, Genève, Droz, 1980.
  • Brunet Latin, Li livres dou Trésor, édité par Francis Carmody, Berkeley-Los Angeles, 1948, réimpression Slatkine, Genève, 1975.
  • Gossuin de Metz, L'image du monde, ms. Florence, Bibliothèque Laurentienne, Ashb. 114, pour le texte de la première rédaction et Tours, Bib. mun. 947, pour celui de la seconde rédaction.
  • Guillaume de Conches, Dragmaticon Philosophiae ou Dialogus de Substantiis physicis, G. Gratarolus, 1567.

2 Gossuin de Metz, Image du monde (1ère rédaction), voir réf. à la note 1. A propos du firmament et des cieux, l'auteur écrit qu'ils sont de si grant atemprancei Qu'il ne puet avoir vïolance (v. 6327-8).

3 Ibidem. L'auteur explique que les étoiles filantes appartiennent bien au monde des corps corruptibles, puisqu'on les voit tomber. C'est donc à tort qu'on les nomme 'étoiles' ; les corps incorruptibles se meuvent circulairement : si ne croient pas bien a droit / Cil qui cuident qu'estoile soit. lEstoile ne puet pas cheoir/Quant toutes les convient mouvoir I En leur cercle ordeneernent (v. 4095-4099).

4 Placides et Timeo, p. 24-26, par. 60 à 64 ; voir réf. à la note 1. On remarque la prudence de l'auteur qui emploie les expressions a grassement dire et a gros entendre. Claude Thomasset écrit à ce sujet : "Autant dire que par cette réduction à deux termes aisés à définir se trouvent effacés tous les difficiles problèmes philosophiques que nous venons d'évoquer et que la pensée atteint un niveau apte à la vulgarisation". Voir Cl. Thomasset, Une vision du monde à la fin du xiiie siècle. Commentaire du dialogue de Placides et Timeo, Genève, Droz, 1982, p. 50.

5 C'est une des tentatives d'explication de l'existence de taches sur la lune :... c'est avenu I Lors quant Adans deceiïz fu I De la pomme que il rnenga, I Qui tant a toute rien greva I Que la lune en fu entechiee I Et sa clartez amenuisiee écrit Gossuin de- Metz, Image du monde, 1ère rédaction, v. 4217-4222.

6 Voir réf. en note 1 (première rédaction), vers 4113-4130.

7 Voir réf. en note 1. Dans la seconde rédaction de l'Image du monde, l'auteur a ajouté ce chapitre sur le relief terrestre : Pourquoi il a en terre mona et vous (fol. 51).

8 Image dumonde, 1ère rédaction, vers 3865-3881, voir réf. à la note 1.

9 La distinction entre 'vapeur humide' et 'vapeur sèche' est bien observée dans les textes que j'ai étudiés. Voir sur ce sujet la mise au point claire de Joëlle Ducos, dans La météorologie en français. Réception des 'Météorologiques' d'Aristote (xiiie et xive siècles), thèse de doctorat (directeur : Claude Thomasset), Paris, Sorbonne, 1993, p. 195-204.

10 Sur les zones de l'air, on peut se reporter à Sénèque, Naturales Questiones. II. X. 2 et IV, IX 1 et X. 1 ; repris par Guillaume de Conches, Philosophia mundi. III. II. p. 75 de l'édition Gregor Maurach, Pretoria, University of South Africa, 1980.

11 Cette réponse, parmi d'autres, est donnée comme la plus vraisemblable en particulier par Guillaume de Conches dans le Dragmaticon Philosophiae (V. 1, p. 160 et 198 de led. citée à la note 1) ; il suit en cela le Commentaire au songe de Scipion de Macrobe, IX, II.

12 La chute de ces météores ignés peut s'arrêter ou continuer jusqu'à terre : donc ce qu'il n'a pas si grant pois / Ne n'est pas de si fort nature (Image du monde, 1ère réd., v. 3998-99).

13 A chaque élément une place a été assignée (si l'on considère les origines de la création et la théorie). Mais l'expérience montre que ces éléments occupent des lieux très divers sur terre et à l'intérieur des créatures. 11 faut entendre "lieu" plutôt comme "nature". Ces termes s'appliquent parfois à la description de phénomènes semblables. Ainsi les fleuves retournent à la mer, car telle est leur nature (place de l'expérience), mais d'un point de vue théorique le retour de l'eau des fleuves à celle de l'océan montre qu'elle obéit à la loi de son lieu propre, défini non pas tant spatialement que qualitativement (froide - humide et pesante).

14 Rappelons la définition du vent : air esmeü. L'emploi de ce participe passé passif est significatif. L'air subit un mouvement qui lui est transmis et qu'il va à son tour transmettre.

15 P. 34-35 de l'éd. citée à la note 1.

16 On lit dans l'Image du minute (1ère rédaction, v. 1671-1674 : De celui ether leur cours prennent I Liange et leur eles empennent, I Quant il en terre sont tramis / A ceuls que Diex tient pour amis.

17 Guillaume de Conches suit la tradition augustienne (De Civitate Dei. Livre X) et distingue l'air supérieur ou éther d'une part, dans lequel se trouvent les bons démons ou anges, d'autre part, l'air inférieur où se meuvent les mauvais démons. Voir Philosophia mundi, I, V et VI, p. 23-26 de l'édition G. Maurach citée à la note 10 du présent travail.

18 Rappelons, pour ne citer qu'un exemple romanesque parmi tant d'autres, le roman de Brut. Un clerc prononce un discours autoritaire pour lever le mystère de la naissance de Merlin (v. 7439-56) : Trové avum. dist il. escrit I Qu'une manere d'esperit I Est entre la lune et la terre /.../ Incubi demones uni nun : I Par tut l'eir uni lur région I Een la terre mit lurrepaire I[...] Mainte meschine tint deceiïe.

19 "Le vent est le bourreau de la végétation".... Voir réf. à la note 4 : Une vision du monde..., p. 166-169.

20 Image du monde, première rédaction, v. 3921-22.

21 Ibidem, v. 3897-3906

22 Ibidem, v. 3751-54.

23 Ibidem, v. 3759-64.

24 Ibidem, v. 3765-72.

25 Dans ces apologies de la création que sont ces encyclopédies, seul le "miracle" échappe à la raison humaine.

26 Violante s'oppose à atemprance. Voir la citation de l'lmage du mande donnée à la note 2.

27 G. de Conches. Dragmaticon Philosophiae, p. 187 ; voir réf. de l'éd. à la note 1.

28 L'examen de ces textes encyclopédiques et l'attention portée au travail de construction d'une véritable image du cosmos, rendent sensible à l'histoire poétique des éléments.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540