Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence dans le monde médiéval

Crimes et châtiments dans la Chronique de Jean le Bel

Nicole Chareyron

Texte intégral

  • 1 Toutes les références sont données dans l'édition de la S.H.F. Jean le Bel, Chronique, I et II, pu (...)

1La Chronique1 de Jean le Bel, le maître de Froissart, offre quelques scènes d'actes de violence, réels ou fictifs, qui pourraient fournir matière à nos meilleurs cinéastes, amateurs de Moyen Age, et renouveler quelque peu leur inspiration sur l'imagerie du sanglant xive siècle. En effet, dans cette Vraye Hystoire du proeu et gentil roy Edowart, qui régna en Angleterre à partir de 1326, on trouve, représentés pêle-mêle, des supplices de mauvais conseillers (violence de justice), des scènes d'auto-flagellations publiques (ostentation de violence), des redditions de villes spectaculaires, d'étranges massacres de citadins perpétrés par les pillards des Compagnies (sempiternelle violence de guerre), des scènes d'anthropophagie organisées par les paysans révoltés de la Jacquerie de 1358, et pour finir, un sommet tragique de la petite histoire, le viol royal, par le Plantagenet-héros, de la Comtesse de Salisbury, décrit comme si on y était (voyeurisme ou reconstitution ?), violence privée — fantasme de violence, disent certains — qu'on colporta peut-être pour ternir l'image du preux roi, fils d'Isabelle et petit fils de Philippe le Bel. Dans le grand Carnaval de la guerre de Cent Ans, les masques sont souvent sinistres et grimaçants, mais s'ils font encore frissonner, avec la distance du temps et de l'écriture, ils font aussi parfois sourire.

1 - Violence de justice royale

2Jean le Bel décrit avec complaisance quelques supplices et actes de barbarie, non sans distinguer implicitement les uns des autres, le supplice trouvant sa justification dans le forfait accompli, la barbarie criminelle suscitant l'indignation. Hugues Spencer était, en 1326, le conseiller du roi Edouard II d'Angleterre. Lorsque Isabelle, la reine, sa reine, fut revenue de France et eut arraché le pouvoir à ce faible époux, à la faveur d'un coup d'état soigneusement préparé sur le Continent, elle ordonna le jugement de l'homme qu'elle détestait le plus au monde, après son mari, parce qu'il lui avait ravi, disait-elle, le cœur de son Edouard : Hugues Spencer, le maudit conseiller.

3Le supplice de Spencer est relaté avec un luxe de détails impressionnant. Ramené à Londres sur le plus petit et maisgre et chetif cheval, vêtu d'un tabart (manteau d'étoffe grossière), mené à la suite de l'équipage de la reine, il se voit infliger ce traitement :

Il fut trahyné sur ung bahut, à trompes et à trompette, par toute la ville de Harford, de rue en rue, et puis sy fut amené en une grand place enmy la ville, où tout le poeuple estoit assemblé et venu. Là, fut il lié sur une haulte eschielle tellement que chascun le pouoit veoir et avoit on fait en ladite place ung grand feu. Quand il fut ainsy lié, on lui couppa tout premierement le vit et les coulles pour tant qu'il estoit herites et sodomites, ainsy comme on disoit, et mesmement du roy mesmes, et pour tant avoit le roy dechassé la royne par son enhortement. Quant le vit et le coulles luy furent couppez, on les jetta au feu et furent arses ; aprez on luy fendi le ventre et luy osta on le cuer et le jetta on ou feu pour ardoir, pour tant qu'il estoit faulx de cueur et traitre et que par traitre conseil et enhort, le roy avoit honny et gasté son royaume[...] on luy couppa la teste, et fut envoyee à Londres, et puis fu taillié en quatre quartiers, et furent envoyez aux quatre meilleures citez d'Angleterre aprez Londres (I, 28).

4Voilà un supplice à image et proportion des crimes commis, une violence qui ne se discute point. Le même supplice, à quelques agréments, près, se répétera quatre ans plus tard, pour Mortimer, l'amant de la reine : il traversa Londres sur un bahu (coffre) et lié sur une eschiele. On l'émascula, on lui fendit le ventre et on lui ôta les entrailles pour les brûler, on lui coupa la tête, on le pendit par les hanches. Dans les deux cas, Jean le Bel décrit sans commentaire l'application d'actes de justice en rapport avec la mauvaise vie ; ces châtiments sont autant d'exemples à méditer, pour le bon peuple. Les supplices sont publics, et cette publicité doit passer en chroniques.

5Les punitions royales existent encore à l'état virtuel de fantasmes populaires. En 1356, Le roi Jean le Bon avait fait saisir ses opposants, et notamment un gentil chevalier qui répondait au doux nom de Frisquet de Frisquan, près de Rouen. Le peuple alors murmurait des suppositions :

Aucuns disoient qu'ilz feroient ledit messire Frisquet escorchier par chaintures, et trainer de rue en rue, et puis pendre à Montfaulcon, et au roy de Navarre coper la teste par nuit, ainsy qu'il avoit fait au conte de Ghynes. Les aultres disoient qu'il le metteroit en une estroitte chappe de plonc, par quoy il ne poeut longuement vivre, ains le convendroit morir de douloureuse mort (II, 225).

6Réels ou imaginaires, ces châtiments font partie de la violence-spectacle, comme les jeux du cirque, à Rome. Tous les chroniqueurs n'ont pas la complaisance dramatique d'un Jean le Bel. Mais, pour être lu, il faut intéresser, et pour intéresser, il faut parler à l'imagination, créer la sensation. Or le supplice des méchants est toujours une grande satisfaction pour les braves gens qui n'ont pas les moyens de s'offrir de telles vilenies. Et Jean le Bel le sait.

2 - Ostentation de violence

7Les actes de violence n'appellent pas tous les mêmes sentiments. Il en est qui font sourire le chroniqueur, d'autres par lesquels il fait un vibrant appel à notre pitié. L'homme médiéval a le goût du spectacle improvisé. La rue et la place publique sont des lieux privilégiés à cet égard, et la chronique en est un reflet. Jean le Bel nous fait assister à une mise en scène de flagellation publique faite pour frapper... les corps, certes, mais surtout les esprits. Les frères flagellants, qui croyaient s'immuniser contre la peste en se martyrisant à grands coups de lanières, déferlent, un jour de 1349, à Liège et, au milieu d'une foule de badauds stupéfaits, se livrent à leurs cérémonies. Le chroniqueur les observe d'un œil un peu goguenard. Son trait de plume est moins compatissant que satirique :

Aloient par les rues II à II chantans haultement chansons de Dieu et de Nostre Dame rimees et dictees et puis aloient en une place et se desvestoient jusques au petis draps, deux fois chascun jour, et se bastoient quanques ilz pouoient d'escorgies et d'aguilles ens fichees, si que le sanc de leurs espaules courait aval de tous costez et tousdis chantant leur chanchons, et puis se jettoient en terre par devotion et passoient l'ung parmy l'aultre par grand humilité. (I, 224)

  • 2 Kervyn de Lettenhove, Oeuvres de Froissart, XVIII, Pièces justificatives, « La prière des Flagella (...)

8Ces macérations amuseraient plutôt notre chanoine si l'Eglise n'était menacée par ces hérétiques qui tonitruent leurs litanies : « Battons nos charognes bien fort ! Rebatons notre char vilaine, Battons nos pis, battons nos faces, battons nos chars plaines d'envie »2.

9Mais c'est la pitié et la compassion que Jean le Bel veut susciter quand il peint l'affligeante scène de la chute de Calais (1347), après un siège d'une année qui a exaspéré Edouard III. C'est là un typique tableau du « malheur aux vaincus ». On y voit la violence du vainqueur, inflexible, un roi endurci jusqu'à réclamer la pendaison de six bourgeois. Et les malheureux d'avancer « en pure chemise, la hart au col », et les seigneurs de pleurer de pitié, et tous les autres de « braire et de crier », et la reine, « durement enceinte », de se jeter aux pieds de son seigneur ; mais le roi, sourd à toutes ces plaintes, est bien décidé à asseoir sa réputation et à exploiter cette grande mise en scène de reddition spectaculaire faite pour durer dans les esprits (II, 150). Et elle a traversé les siècles, la tragique et grandiose scène des Bourgeois de Calais, grâce au talent du chroniqueur !

3 - Violence de manants

10Mais les tristes sires d'Angleterre, hélas, n'ont pas l'apanage de la violence et ne sont pas seuls à régler leurs comptes. Il arrive que les manants de France, las de courber l'échine sur les pelles et les râteaux, se révoltent contre les seigneurs. Ce que les historiens appellent « Jacquerie », Jean le Bel l'appelle dyablerie, merveilleuse tribulacion. Et notre auteur de raconter « comment aucunes gens sans chief se leverent à l'intencion de tuer les gentiz hommes, dames et damoiselles et firent de maulx inhumainement ». Les révoltés ne sont, à ses yeux, que des transgresseurs de l'ordre qui ne respectent plus le jeu social voulu par Dieu. Pour les présenter, il n'a qu'un mot qu'il répète : des meschans gens, arragiez, ayant pour capitaine, un parfait vilain, nommé Jacques Bonhomme. On ignorera jusqu'au bout les motifs de leurs exactions, mais, tel un artiste qui peindrait une série thématique, Jean le Bel juxtapose quelques tableaux bien dignes de son musée imaginaire des horreurs.

11Peu importe, après tout, si le paysan de Bauvaisis, de Brie ou d'Amiénois a de bonnes raisons de s'en prendre aux seigneurs. Il faut d'abord impressionner lecteur et auditeur : on présente un mouvement rural (« gens des villes champestres ») qui tient de la horde sauvage (« sans armeures que de bastons ferrez et de coustiaulx »), des manants sans chef qui n'ont pour but que de brûler, voler, violer sans miséricorde. La révolte n'est qu'une suite d'actes gratuits et aberrants de folie collective. A travers de petites anecdotes, un bilan est dressé d'une sauvagerie « plus terrible que celle des Sarrasins ». Dans ces tableaux, tout est fait pour indigner, apitoyer, épouvanter. L'horreur dépasse l'imagination :

S'en alerent sans aultre conseil, sans armeures que de bastons ferrez et de coustiaulx en la maison d'un chevalier ; si briserrent l'ostel et le tuerrent, et sa femme et ses enfans, et puis ardirent l'ostel. Aprez, ilz alerrent à ung fort chastel et firent pis, car ilz prirent le chevalier et le loyerent à une estache moult fort, et violerent devant ses yeulx la dame et la fille, puis tuerent la dame enchainte et la fille, puis le chevalier et tous les enfans et ardirent le chastel. Ainsy firent ilz en pluseurs chasteaulx et bonnes maisons et tant multiplierent qu'ilz furent bien VIM [...] Chevaliers et dames et escuiers et damoiselles s'enfuioient partout où ilz pouoient, en portant souvent à leur col leurs petis enfans [...] Ainsy ces gens assemblez sans chef ardoient et roboient tout et murdrissoient gentilz hommes et nobles femmes, et leurs enfans, et violoient dames et puchielles sans misericorde quelconques (II, 256-257).

12Jean le Bel pousse la coquetterie jusqu'à jouer la fausse pruderie : « e n'oseroie escrire ne raconter les horribles faiz ne les inconveniens que faisoient aux dames ». Mais c'est pour ajouter aussitôt :

Entre les aultres deshonnestes faiz, ilz tuerent ung chevalier et le mirent en haste et le rostirent, voyant la dame et les enfans. Aprez ce que X ou XII eurent enforcié la dame, il luy en voulurent faire mengier par force, puis ilz le firent mourir de male mort (II, 257).

  • 3 Siméon Luce, La France pendant la guerre de Cent Ans, II, « Les origines de Jacques Bonhomme », Pa (...)

13Ces excès, ainsi narrés, sont-ils réalité ou fruit d'une imagination surexcitée par les événements ? Résultat d'une enquête ou amplification grotesque ? Siméon Luce écrit : « On a prétendu que les chroniqueurs du xive siècle avaient prêté aux paysans révoltés des crimes imaginaires ». Or on a retrouvé en Côte d'Or, dans un registre de comptabilité, la mention d'une aumône, servie en 1377, par le duc Philippe le Hardi à une femme de Péronne dont le fils avait été rôti à petit feu par les Jacques3. Cette preuve d'archives n'est pas très éloignée des atrocités décrites.

14La technique des tableaux successifs a pour effet de s'adresser directement à l'imagination et la sensibilité. Avec quelle complaisance, l'auteur étend sa phrase afin de ramasser les moindres faits éloquents ou susceptibles d'asseoir l'idée directrice. Il a bien compris que les mots meurtres, pillages, dont il use ailleurs pour évoquer les sempiternelles campagnes militaires, sont devenus des abstractions. Il atteint ici force et précision dans la peinture concrète de la barbarie.

15L'attaque de Meaux sonnera le glas de la révolte. C'est la défaite des arrogiez et la victoire des seigneurs, « laquelle fut moult belle pour eulx et pour toute crestienté car s'elle fust tournée au contraire ces gens n'eussent jamais été reboutez, ains fussent tousjours multipliez en orgueil et leur dyablerie » (II, 262). L'auteur imagine un instant (avec quel effroi !) une virtuelle évolution de la révolte. Mais l'ordre est rétabli ; la société est sauvée, par l'effet de la Grâce divine, le péril Jacques est écarté.

  • 4 Froissart, Chronique, édition Siméon Luce, V (1356-1360), Renouard, 1874, pp. 99-106.
  • 5 The Anonimalle Chronicle, éditée par V.H. Galbraith, Manchester University Press, New York, Longma (...)
  • 6 Récits d'un Bourgeois de Valenciennes, édités par Kervyn de Lettenhove, Louvain, Imprimerie Lefebe (...)
  • 7 Chhronique de Jean II et de Charles V, éditée par Roland Delachenal, Paris, Renouard, 1910, pp. 17 (...)
  • 8 Chronique latine de Guillaume de Nangis avec les continuations, II, éditée par Hercule Géraud, Par (...)

16Peu de voix se sont fait entendre en faveur de la cause du peuple rural. Mais leur violence fait recette. Froissart dramatise encore cette version, autour de l'épisode du sort des dames et de la bestialité du vilain4. La rumeur se répand Outre Manche, avec de fascinantes images : l'auteur de The anonimalle chronicle5 parle d'un « Jake Bonnehome », qui conduit « une multitude de vilayns et ribaudes » et lui prête les pires abominations : après s'être fait couronner roi, ce Lucifer arrachait les enfants du ventre de leur mère, pour s'enduire de leur sang. Vision citadine et plus réaliste que celle du Bourgeois de Valenciennes qui déclare les manants « fols, robustes, brutaux, inhabilles et edyos », ayant « un trés-mauvais, trés-perilleux et trés-mal fondé argut » : détruire tous les gentilshommes et abattre leurs forteresses6. La Chronique de Jean II et de Charles V en fait des « menues gens meuz de mauvais esperit »7. Même Jean de Venette8, ce moine Mendiant qui aime tant le peuple, n'approuve pas leurs excès.

17Les chroniqueurs ont en commun leur surdité aux causes de la colère paysanne ; obnubilés par les atrocités rapportées et l'outrecuidance du projet de destruction qui se dessine, ils se montrent peu préoccupés des origines de la crise et s'attachent à la surface visible et spectaculaire de l'événement ; mêlant le vrai et le fantasmatique, ils répondent à ce que leurs contemporains attendent de la vision historienne.

4 - Violence des brigands

18Mais le plus mauvais souvenir de la guerre de Cent Ans reste incontestablement les crimes de la soldatesque des compagnies. On ne saurait tous les citer, dans cette chronique de la violence dans tous ses états. Même Edouard III, venu en personne pour « arder et gaster » la Bretagne n'apprécie pas toujours le zèle de ses troupes et l'assassinat des civils, comme dans cette ville « prise par force, robee, exillie et arse si parfaittement qu'il n'y demoura maison grande ne petite [...] n'y demoura esglise que tout ne fuit ars et bruy, hommes, femmes, enfants tuez, de quoy le roy fut grandement couroussé » (II, 19). Mais à aucun moment, il n'est dit que le roi ait pris des sanctions contre les plus barbares de ses soldats. A Caen, « veoit chascun devant soy, la mere et la seur, ou la femme et la fille enforchier, les maisons brisier et l'avoir rober ».

19Après les soldats réguliers, il y eut les brigands, pilleurs, robeurs qui vivent sur leur ancien terrain de guerre. Leur faible effectif les oblige à avoir recours à des attaques surprises, à jouer de l'illusion :

Ilz espyoient une bonne ville ou ung bon chastel une journee ou deux puis s'assembloient XXX et XL brigans et aloient tant de costé et d'aultre qu'ilz entroient en celle ville sur le point du jour et boustoient le feu en une maison, et ceulx de la ville cuidoient qu'ilz fussent encores mil armeures de fer, si s'enfuioient qui mielx mielx, et cilz brigans brisoient et rompoient les maisons, et tout roboient et s'en aloient ainsy chargiez (11,174)

20On n'ose plus aller de Paris à Vendôme, à Montargis ou à Orléans de crainte de croiser un certain Ruffin, qui se dit chevalier, et s'enrichit de rapines, en toute impunité envoyant ses hommes par « troupeaux » de vingt, trente ou quarante (II, 249). Grande époque de terreur du civil ! Triste épopée du crime impuni : on prit un certain Hannequin François, qui s'était tristement illustré :

[il] avoit fait de si villains faiz, ars villes et destruit chasteaulx, raenchonné, robé, pris à force et violé bonnes dames et vaillans femmes, et puis raenchonné ou tué, et tant de si horribles cas que honte avroye à les recorder [...] Les seigneurs le firent delivrer [...] malgré les communes pour leur foi acquitter (II, 284)

21Quand ils se voyaient assiégés sans espoir de rançon, ces brigands se montraient particulièrement cruels :

Ilz faisoient les bonnes gens prisonniers, hommes et femmes, monter tous nuds sur les murs, et puis leur bailloient II ou III cops de leurs espees et les faisoient trebucher aval (II, 284)

22Violence à l'égard des hommes, vilenie de l'impiété et du blasphème. Si la justice des hommes ne frappe pas ces criminels, qui donc le fera ? Jean le Bel se prend à rêver d'un châtiment divin qui frapperait de mort ou de folie, ces hommes plus inhumains que des Sarrasins. Et quand le fait se produit, il ne manque pas d'en tirer les effets dramatiques, avec solennité. Un jour de 1359, la Compagnie de Pierre d'Albrech entra dans une ville pour la piller. Les gens étaient à la messe ; le prêtre s'apprêtait à donner la communion quand

S'en vint un ribauld qui lui arracha le calice hors des mains, à tous les corporaulx et le tres saint sacrement et tout bouta en son sain ; encores fery le prestre par l'oreille de son gantelet de fer pour ce qu'il ne luy laissoit prendre. Mais qu'en avint-i1 ? Quant toute la ville fut robee et que chascun se departi et emporta son pillage, ce ribauld monta sur son cheval et ala aux champs avec les aultres, et n'eut pas longuement alé [...] que il et son cheval ne arragassent et estranglassent l'ung l'aultre si hydeusement que tous les compaignons qui le virent s'enfuirent, l'ung cha l'aultre là, que oncques n'y eut sy hardy qui les osast aprochier jusques adoncq que le ribauld et le cheval furent frois mors. Les jugements de Dieu se font à temps, combien qu'il attende. (II, 283)

  • 9 Froissart, Chroniques, VI, édition Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, Devaux, 1868, p. 501.

23Les jugements de Dieu se font en leur temps ! C'est bien là ce que devaient se dire les gens des villages et des communes pour se donner du courage quand ils ne chantaient pas quelque cantique pour la dispersion des compagnies : « Cunctis bonis exiimur/Ab impiis persequimur/ Per quos jugo sujicimur/ Servitutis »9.

24Quand partout l'impunité règne terre, que reste-t-il à l'homme ?

5 - Royale violence

25Terminons avec la violence d'alcôve, le récit du viol de la comtesse de Salisbury, véritable reconstitution dramatique. Qu'il repose sur une réalité ou qu'il soit le fruit d'une représentation imaginaire, ce viol est bel et bien décrit, et il a fait couler tant d'encre qu'on serait coupable de le passer sous silence. Le chroniqueur dépasse largement sa fonction d'informateur-historien. Quelle foi ajouter à ce chapitre LXV où sont tout à la fois rapportés le forfait du roi, le martire de la dame, ses aveux à son mari et la funeste issue de l'affaire ? L'authenticité est sujette à caution.

26L'auteur de la Chronique Normande du xive siècle traite l'histoire comme un déplorable fait divers qui ne fait pas honneur à son héros mais ne mérite pas qu'on s'y attache longuement :

  • 10 Chronique normande du xive siècle, éditée par A. et E. Molinier, Paris, Renouard, 1882, p. 54.

Après ce, le roy Edouart d'Angleterre viola par force la femme du conte de Salbery, qui pour lui estoit alé à la guerre à son commandement10.

  • 11 Chronographia Regum Francorum, II (1328-1380), publiée par Henri Moranvillé, Paris, Renouard, 1892 (...)
  • 12 Istore et Croniques de Flandres, II, éditées par Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, Hayez, 1880, p. (...)

27Plusieurs chroniques ont rapporté brièvement l'affaire : la Chronographia Regum Francorum11. Istore et Cronique de Flandres12. Mais à ma connaissance, aucun chroniqueur n'a fait une reconstitution aussi visionnaire que Jean le Bel. Vérité ou pas, il reste que sa description est stupéfiante. Son récit du villain cas, où les traits de bas instinct et de sauvagerie sont rapportés avec une complaisance choquante, apparaît d'autant plus surprenant que Jean le Bel, qui montre un soin vétilleux dans la vérification des sources, se borne ici à justifier les faits par la simple formule : « ainsy que je l'ay ouy dire » (II, 30). Et qu'a-t-il donc entendu dire ? Le roi, pendant l'absence du comte parti guerroyer en Bretagne, se rendit au château de la comtesse qui le reçut avec tous les honneurs ; mais le roi espérait plus :

Onques ne poeut avoir de la dame response qui luy fut agreable, tant luy requist humblement ; dont il fut moult couroussé et à grand mesaise de coeur. La nuit, quant il fut couchié [...] il sceut que la noble dame estoit à dormir et ses gens aussy, fors que ses secrez chamberlens, il se releva et commanda à ses chambellens que nul ne le destourbast de chose qu'il voulsist faire, sur la hart. Sy fist tant qu'il entra dedens la chambre de la dame, puis ferma l'uys de la garde robe, affin que ses damoiselles ne la peussent aidier, puis la prit et luy estouppa la bouche si fort qu'elle ne poeut crier que II cris ou III et puis l'enforcha à telle doulour et à tel martire qu'onques femme ne fut ainsy villainement traittié ; et il la laissa comme gisant, toute pasmee, sanant par nez et par bouche et aultre part de quoy ce fu grand meschief et grande pitié. Puis s'en parti l'endemain et retourna à Londres, grandement couroussé de ce qu'il avoit commis (II, 31).

  • 13 Froissart, Chroniques édition Siméon Luce, III (1342-1346), Paris, Renouard, 1872, p. 293. « Vous (...)
  • 14 Froissart, Chroniques, IV, éditées par Kervyn de Lettenhove, pp. 458-462.
  • 15 Jean le Bel, Chronique, II, op cit., note 2, p. 30.
  • 16 Pierre Philippeau, « Froissart et Jean le Bel. Etudes littéraires sur la Chronique de Jean le Bel, (...)
  • 17 George T. Diller, Attitudes chevaleresques et réalités politiques chez Froissart, « Le destin du c (...)
  • 18 Antonia Gransden, « The alleged rape by Edward III of the countess of Salisbury », The English His (...)

28Depuis ce jour, portant le deuil de son honneur perdu, la « bonne dame n'eut oncques puis joye, ne ne porta joliveté nulle [ ] tant fut à mesaise de coeur » (II, 32). Le mari, de retour de captivité, s'étonne de la froideur de sa femme et, « tous esbahi et angoisseux de sçavoir le pourquoy », arrache sans peine un aveu, dans une scène fortement dramatisée. Le comte, ayant répudié sa femme ira maudire son roi, dans un langage cru, violence verbale bien éloignée des fleurs de rhétorique d'un parfait chevalier (voir II, 33-34). On imagine mal Froissart, l'hôte privilégié de la Cour d'Angleterre, l'ami du roi Edouard et de sa reine Philippa de Hainaut, s'accommoder de pareilles turpitudes et les immortaliser à la suite de Jean le Bel. N'en déplaise au chanoine de Liège, la continuation du chroniqueur de Valenciennes souffrira quelques retouches : à la version qu'on vient d'entendre, il substituera une partie d'échecs des plus courtoises. Il tient l'histoire pour une grossière calomnie13, et n'aura de cesse de la faire disparaître des esprits... En vain ! Sachez que ce royal forfait divise encore les modernes puisque Kervyn de Lettenhove s'ingénie à innocenter le roi, alléguant, preuve à l'appui, que celui-ci séjournait fort loin des lieux du crime à la date présumée14. Mais Jules Viard, sur la foi des chroniques continentales, ne paraît pas aussi pressé d'innocenter Edouard III15. Pierre Philippeau ne cache pas sa préférence pour la version du chanoine de Liège et salue son indépendance et son souci de vérité16. George T. Diller, peu enclin à tirer des conclusions en faveur de notre auteur, se demande pourquoi Jean le Bel a délibérément noirci son héros17. Enfin Antonia Gransden retrouve, derrière l'histoire, un vieil archétype : le viol de Lucrèce18. Si Edouard III n'a pas commis ce crime de lèse-comtesse, nous pensons, à l'instar de Jean le Bel, qu'il en était fort capable.

29Voilà quelques-uns des tableaux de ce grand imagier d'histoire et de violence que fut le chanoine de Liège, Jean le Bel, le maître de Froissart. Spectacle de violence des supplices de mauvais conseillers ; violence-spectacle de flagellation des pénitents de la grande Peste ; violence-mise en scène de l'humiliation du vaincu ; violence-réalité ou amplification, dans la juxtaposition de petits tableaux illustrant l'inadmissible cruauté du rustre de la Jacquerie ; violence-fatalité de guerre, dans l'inlassable énonciation des pillages, viols, crimes, incendies des brigands, de ces tristes années qui suivirent 1347. « Mais ce sont aventures de guerre », écrit-il. Enfin, violence en chambre, violence privée, dans la reconstitution dramatique du viol d'une comtesse par un roi d'Angleterre.

30Jean le Bel montre, par là, que le goût du scandale n'a pas attendu notre époque et que les chroniqueurs d'hier n'avaient rien à envier à ceux d'aujourd'hui. Et je me prends parfois à rêver : quel film des horreurs de la nuit du Moyen Age, un producteur ferait des scénarios de Jean le Bel !

Notes

1 Toutes les références sont données dans l'édition de la S.H.F. Jean le Bel, Chronique, I et II, publiée par Jules Viard et Eugène Déprez, Paris, Renouard, 1904, Genève Slatkine-Mégatoris reprints, 1977.

2 Kervyn de Lettenhove, Oeuvres de Froissart, XVIII, Pièces justificatives, « La prière des Flagellants », Bruxelles, Victor Devaux et Closson, 1877, pp. 312-317.

3 Siméon Luce, La France pendant la guerre de Cent Ans, II, « Les origines de Jacques Bonhomme », Paris, Hachette, 1893, pp. 19-32.

4 Froissart, Chronique, édition Siméon Luce, V (1356-1360), Renouard, 1874, pp. 99-106.

5 The Anonimalle Chronicle, éditée par V.H. Galbraith, Manchester University Press, New York, Longmans Green and Co Ltd, 1927, pp. 41-42.

6 Récits d'un Bourgeois de Valenciennes, édités par Kervyn de Lettenhove, Louvain, Imprimerie Lefeber, 1877, p. 295.

7 Chhronique de Jean II et de Charles V, éditée par Roland Delachenal, Paris, Renouard, 1910, pp. 177-180.

8 Chronique latine de Guillaume de Nangis avec les continuations, II, éditée par Hercule Géraud, Paris, Renouard, 1843, pp. 263 et ss. Sur les comparaisons de quelques versions, voir M-T. de Medeiros, Jacques et Chroniqueurs, Paris, Champion, 1979.

9 Froissart, Chroniques, VI, édition Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, Devaux, 1868, p. 501.

10 Chronique normande du xive siècle, éditée par A. et E. Molinier, Paris, Renouard, 1882, p. 54.

11 Chronographia Regum Francorum, II (1328-1380), publiée par Henri Moranvillé, Paris, Renouard, 1892, pp. 196-205. (Société de l'Histoire de France)

12 Istore et Croniques de Flandres, II, éditées par Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, Hayez, 1880, p. 9.

13 Froissart, Chroniques édition Siméon Luce, III (1342-1346), Paris, Renouard, 1872, p. 293. « Vous avés bien chy dessus oy parler coumment li roys englès fu enamourés de le comtesse de Sallebrin. Touttesfoix, lez cronikez monseigneur Jehan le Bel parollent de ceste amour plus avant et mains convignablement que je ne doie faire [...] Voirs est que messires Jehans li Biaux maintient par ses cronickes que li roys englès assés villainnement usa de ceste dame et en eult, ce dist, ses vollentéz si comme par forche : dont je vous di, se Dieux m'ait, que j'ai moult repairiet et conversé en Engleterre et l'ostel dou roy principaument, et des grans seigneurs de celui pays, mès oncques je n'en oy parler en nul villain cas ».

14 Froissart, Chroniques, IV, éditées par Kervyn de Lettenhove, pp. 458-462.

15 Jean le Bel, Chronique, II, op cit., note 2, p. 30.

16 Pierre Philippeau, « Froissart et Jean le Bel. Etudes littéraires sur la Chronique de Jean le Bel, chanoine de Saint-Lambert à Liège », Revue du Nord, Lille, XX, 1936, pp. 94-98.

17 George T. Diller, Attitudes chevaleresques et réalités politiques chez Froissart, « Le destin du comte et de la comtesse de Salisbury dans les Chroniques », Genève, Droz, pp. 77-163.

18 Antonia Gransden, « The alleged rape by Edward III of the countess of Salisbury », The English Historical Review, 1972, pp. 333-344.

Auteur

Université Paul Valéry (Montpellier III)

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540