Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence dans le monde médiéval

La ronce et le grain. La violence dans le Sabartès au xivème siècle

Annie Cazenave

Texte intégral

  • 1 Le Registre d'Inquisition de Jacques Fournier, évêque de Pamiers (1318-1325), publié par J. Duvern (...)

1Les montagnards du Sabartès rescapés de l'Inquisition carcassonnaise, forcés de comparaître, vers 1320. devant le tribunal de Pamiers, manifestent au cours de leurs interrogatoires1 un comportement à l'opposé de l'image convenue des cathares victimes non violentes. Victimes, certes, mais non sans se défendre. Selon leurs propres dires, ils vivent dans un climat de violence, et comme ils préfèrent évoquer leurs souvenirs plutôt que des faits actuels plus dangereux, mais ne se privent pas de dénoncer à l'occasion, c'est une trentaine d'années de vie en Sabartès qu'englobent leurs aveux. Meurtres, crimes impunis, représailles sanglantes, morts violentes par noyade, asphyxie ou chute, déguisées en accident, y surgissent de biais, parfois au détour d'une phrase, car cette collection de faits divers relevés par nous ne fait pas l'objet de poursuites, et si les inquisiteurs vont dans la prison de Foix recueillir le témoignage d'un assassin avant qu'il soit pendu, c'est, sans se mêler en rien de la justice séculière, pour s'informer d'éventuels cas d'hérésie. Ce choix du tribunal, qui réserve sa compétence au religieux, garantit la véracité des récits : si, en matière de foi, les suspects mentent pour se protéger, ils ne risquent rien à parler de délits dont l'Inquisition ne s'occupe pas, à l'exemple du condamné Aycre Boret qui n'a plus à perdre que le salut de son âme, ou même parfois y ont intérêt pour étaler leur bonne volonté. Et cette violence diffuse donne naissance à une forme particulière de violence que les croyants utilisent à l'instigation de leurs bons hommes pour leur sauvegarde, violence qu'ils estiment une nécessaire riposte à la violence institutionnelle, qui explique et à leurs yeux légitime leurs meurtres : contrainte imposée par la peur des sentences, destinée à dissuader, puisque la condamnation au port des croix doubles entraîne la confiscation des biens, mais qui peut provoquer, par peur, au pire, car elle expose les condamnés légers au chantage et arrive à les rendre prêts à tout pour échapper à l'accusation de relaps qui mène inéluctablement au bûcher.

  • 2 Ibid., tome 3, pp. 343, 357.

2Les crimes dont il d'agit en effet touchent tous, de près ou de loin, de face ou par hasard, à l'hérésie. Et, résultat d'intrigues et de complots, ils sont prémédités. Ainsi, Aycre Boret, de Caussou, en compagnie de Raymond de Planissoles, a tué un berger de Château-Verdun, puis ils ont aggravé leur cas en enterrant leur victime dans une terre qui n'était pas consacrée. Aycre Boret assure s'en être confessé à Guilhem Cortête, de Fanjeaux, procureur du comte de Foix, dont les deux complices ont reçu des lettres de sécurité, ce qui laisse supposer une entreprise réussie de corruption, car Raymond de Planissoles s'en tire. Ce n'est pourtant pas à lui que s'en prend le simple paysan, seul condamné, mais à son cousin le seigneur de Caussou, Guilhem de Planissoles qui a eu l'idée funeste d'imposer au village de lui payer la taille. Aycre Boret l'accuse d'hérésie. Mais sa rancune rend l'attaque douteuse, et l'enquête cherche à savoir des gens de Caussou s'il dit vrai ou s'il cherche à se venger : dans sa colère, il s'est écrié qu'il irait « au sénéchal de Foix ou à l'évêque de Pamiers, ou aux diables », mais qu'il ferait mettre dans un mauvais lieu Guilhem de Planissoles et Raymond Aure pour leur avoir fait payer la taille, vocifère qu'ils se se sont mis du parti du diable, « et nous autres pauvres ils nous abaissent », et s'est vanté de faire envoyer en prison aux Allamans ceux de ses ennemis, Raymond Rauzi et Guilhem Vidal, comme il y a fait mettre Raymond Bec, à l'indignation de son interlocutrice. Muni de cet inquiétant dossier, l'inquisiteur, Galhard de Pomiés, va trouver en prison le condamné, lui lit les dépositions de façon claire et intelligible, et l'adjure de lui dire la vérité. Mais Aycre persiste, affirme qu'il a répété devant l'évêque les choses telles qu'elles se sont passées et ajoute qu'il sait fort bien qu'il est en danger de mort et n'y échappera pas. Entre les cinq témoins de Caussou, dont le premier à le dénoncer est ce Raymond Bec qu'il a fait mettre en prison, dont quatre l'accusent et le cinquième se dérobe, et le condamné qui se sait proche de la mort, mais sans doute est croyant cathare, qui croire ? L'inquisiteur semble avoir pris le parti de se méfier d'Aycre Boret : certes, l'intérêt des villageois les pousse à le charger, mais nul n'accepte avec joie un nouvel impôt. Même si Guilhem de Planissoles a su s'entendre avec eux comme son cousin avec le procureur, Aycre Boret demeure témoin unique, personne à Caussou ne voulant devenir l'indispensable second témoin à charge, Guilhem de Planissoles ne reçoit pas de citation à comparaître2.

  • 3 Ibid., tome 1, p. 152.
  • 4 voir à ce propos l'étude du chanoine Platelle sur « la main qui crie justice ». C.T.H.S. 1974.

3Colère et rancune sont les mobiles habituels des rixes et des meurtres, et les crimes impunis apparaissent à l'improviste, en épisodes fortuits, sauf celui de Valentin Barra qui forme le motif réel de la dénonciation de Jacoba den Carot et de son audition à Pamiers. Après avoir commencé par jouer l'ignorante et s'être entendu imposer un mois de réflexion, elle revient à l'audience raconter son histoire : un an auparavant, donc en 1318, Valentin Barra avait été tué dans le cimetière d'Ax et depuis il s'y produisait du bruit au point que le clergé s'osait plus sortir de nuit de la cure qui jouxte le cimetière. Elle en vient alors à raconter qu'un jour elle est allé faire moudre son blé au moulin et, pendant que tournait la roue de la meule, elle s'était mise à bavarder avec le meunier et à parler des bruits entendus dans le cimetière, et là-dessus a prononcé, bien sûr en patois axéen, une phrase dont on peut penser, selon un procédé souvent employé par les suspects lorsqu'ils essaient de faire croire qu'on les a mal compris, qu'elle n'est sûrement pas celle qu'elle répète ; elle est accusée de ne pas croire à la résurrection de la chair et prétend au contraire avoir affirmé : bien sûr que « nous tournerons en chair et en os et de plus nous serons dans l'autre siècle »3. Il est probable que le sujet de la conversation devait être le fantôme de Valentin Barra qui revenait crier vengeance et qu'elle a dû montrer son scepticisme, hypothèse renforcée par la suite : elle nie avoir juré sur la farine qu'elle ne croyait pas à la résurrection des corps. Elle a pu, en effet, jurer sur la farine, ce qui est une forme de serment curieuse ; elle a beaucoup plus probablement pris la farine comme exemple, en disant que les corps ne reprendraient pas davantage chair et os que cette farine ne redeviendrait du blé. En fait elle se tire d'affaire comme elle peut, au prix d'un mensonge qui ne devait pas peser lourd sur la conscience de cette axéenne de famille cathare, mais au passage nous révèle l'émotion et la peur causées dans la ville par un assassinat sans coupable4.

  • 5 Inventaire des Archives de la Tour ronde du Château de Foix, p. 241. (Arch. dép. de l'Ariège).
  • 6 Ibid., p. 295.
  • 7 Arch. dép. de l'Ariège, 3 J 16. Un mouton vaut six ou sept sous, un quartier de blé deux sous.
  • 8 F. BABY. Les Passeries entre l'Andorre et le Haut Sabartès dans le système pastoral ariégeois, in  (...)
  • 9 Registre... Tome 3, p. 155. Sur Montaillou dont vingt-huit villageois sont cités, cf. E. LE ROY LA (...)

4Dans un monde patriarcal tel que l'était la société pyrénéenne jusqu'au début du xxème siècle et plus tard encore en Andorre, les conflits opposent clan à clan, et la violence collective les résoud en opposant au désordre un désordre en retour qui élimine le fauteur de troubles et transforme le coupable en justicier. Car les mobiles touchent souvent à l'intérêt de la communauté, dans les cas extrêmes à sa survie, et fort peu à l'individu : on ne rencontre aucun crime passionnel. En revanche, les rixes entre bergers sont fréquentes et causées en général par une querelle à propos de l'estive et aux manquements aux usages de dépaissance. Il arrive toutefois que le litige finisse devant le juge : en 1300, à la requête des habitants de Mérens contre ceux d'Ax, il révoque une sentence rendue en faveur des axéens « concernant les pâturages de quelques montagnes que les habitants de Mérens avaient acquis », et maintient chacun dans ses usages5. Si les « montagnes » sont l'espace indispensable, l'herbe n'y pousse pas partout de la même espèce, plus drue et mieux exposée sur certains versants, la plus convoitée est parsemée de réglisse qui donne au lait et au fromage un goût apprécié. Plus significative que la première sentence, celle rendue en 1305 par le juge du comte de Foix explicite ces luttes de territoire, donnant de la vie pastorale une image fort peu pacifique : elle « décharge les habitants de Vicdessos, Arcenac, Auzat, Saurat et autres prévenus d'avoir envahi avec armes les prés des habitants de Laburat et y faisant dépaître leurs bestiaux à main armée »6 Couteaux, houlettes et bâtons, nécessaires au soin des troupeaux, à l'occasion servaient à l'attaque d'autres groupes de bergers et, pour freiner ces violences, les Coutumes de Vicdessos, rédigées en 1272, taxaient d'une amende de soixante sous pour une blessure avec effusion de sang, de vingt sous pour une blessure sans effusion7. En fait, les vallées concluent entre elles des accords et les montagnes se louent : ainsi un acte de 1680 décrit l'hommage annuel prêté par les Andorrans à la commune de Miglos qui leur baille une soulane « pour satisfaire à l'obligation et coutume de venir annuellement à semblable jour, de tout temps observé ». Le serment, réciproque, est prêté le matin durant la messe, la main posée sur le missel,, puis après avoir « dîné » ensemble, les deux groupes de consuls vont sur la place publique et jouent un cuivre de vin que, par élégance, les consuls de Miglos s'arrangent à chaque fois pour perdre, et dansent « avec leurs épées au cotté »8. Tout en évoquant les vieilles danses basques, ces jeux d'hommes signifient une paix qu'aucun n'hésiterait à rompre si l'autre partie flanchait. Les querelles en effet portent sur l'usage de l'estive, non sur les troupeaux dont chaque bête reçoit la marque de son propriétaire et lui revient à l'automne. Cependant ces rixes n'apparaissent dans les récits d'inculpés que de façon incidente : ainsi Jean Maury, blessé au visage, sans doute à coups de poing car il n'en garde pas cicatrice, se plaint de l'inertie du bayle qui n'a pas voulu lui faire rendre justice et décide, à cause de cet affront, de quitter définitivement Montaillou. Et le dernier parfait. Guilhem Bélibaste, alors simple croyant, avait tué un berger et quitté le pays avant le début de l'enquête9.

  • 10 Ibid., tome 3, p. 134.
  • 11 Ibid., t. 1, p. 281.
  • 12 Tome I, p. 318. De même, Raymond Vaissière, à Ax, menace de tuer Jean Barra s'il parle, comme c'es (...)

5Parmi les crimes impunis, les plus adroits sont les morts violentes déguisées en accident, comme celle d'un espion précipité du haut d'un pont10. Et la rumeur accuse Simon Barra d'avoir fait noyer son bayle qui savait ses secrets pour éviter qu'il le dénonce11. On chuchote, mais devant le danger on se tait et les assassinats servent à menacer de mort les bavards. Ce silence imposé protège le groupe. Sa transgression donne le sens de la mésaventure arrivée à Alazaïs Azéma qui, à Orgeix, réplique à Pierre Casais déblatérant contre les Authié qui avaient quitté Ax en lui devant le prix d'une vache. Elle s'écrie qu'ils sont de retour et que, s'ils lui devaient quelque chose, ils le lui rendraient. Aussitôt, prudent, Pierre Casais répond qu'ils aillent au diable et qu'elle, si elle en savait quelque chose ou en parlerait, il lui arriverait malheur. De peur, elle se tut et s'en alla. Mais quand elle fut à Montaillou, elle eut affaire à Raymond Belot qui lui interdit d'entrer chez lui parce qu'elle causait du scandale et faisait fuir les bons chrétiens : elle avait en effet, sans le vouloir, indiqué la présence des Authié à Montaillou et mis en danger la maison des Belot où ils s'abritaient. Parmi l'auditoire il s'était trouvé quelqu'un pour la précéder à Montaillou et avertir Raymond Belot de ses paroles irréfléchies. Furieux, il la prévint : si elle recommençait, quelque jour sa tête serait séparée de son corps12.

  • 13 Tome 3, p. 134.

6Répétée ailleurs et par d'autres, la menace est devenue formule, excessive mais non illusoire. On se contente de larder la victime de coups de couteau, mais c'est la famille entière qui risque des représailles et, pour avoir dénoncé, Guilhem Peyre, de Limoux, a vu son frère tué à sa place13. Comme dans toutes les périodes troublées, les exécutions sommaires vengent, elles débarrassent des gêneurs, parfois même anticipent : par peur des délateurs, on leur ferme la bouche avant qu'ils aient pu parler. Le moyen, expéditif, est employé au sens propre : Pierre Marty a été étranglé. Lorsque son fils Bernard revient chez lui, sa soeur lui annonce la mort de leur père et quand il lui demande sa cause, elle répond qu'il est mort subitement, elle croit qu'il a été étranglé par « ceux du château », elle l'a trouvé mort, la pomme d'Adam brisée et enfoncée, le cou livide ; elle croit qu'ils l'ont étranglé pour qu'il ne les dénonce pas. Bona Femina, la concubine du curé, confirme les soupçons de Ramonda, elle aussi croit que son père a été étranglé et, sans prononcer de nom, ajoute que son père était trop bavard et qu'il en est mort. Ce geste ne fait d'ailleurs pas changer Ramonda, elle est croyante cathare et le reste. Tous les enfants de la famille le sont, le frère aîné, Arnaud, de connivence avec les châtelains, utilisant le benjamin Bernard pour ses allées et venues clandestines, avant de quitter la maison pour devenir parfait et finir brûlé. Lorsque le père s'aperçoit que ses deux fils sortent de nuit, il interroge Bernard qui refuse de répondre, et le soir à table fait des reproches à son fils aîné. Arnaud rétorque : « Père, taisez-vous, un mauvais sort pourrait vous arriver ! » Le père s'écrie : « C'est à moi que tu parles sur ce ton ? ». Et Arnaud : « Si vous ne vous taisez pas, un de ces jours votre tête pourrait se trouver à vos pieds ! » Son père en colère saisit le pilon du sel et le lance contre Arnaud qui veut le prendre et le retourner contre lui, mais en est empêché par un des convives qui le retient. Arnaud lance que, de jour ou de nuit, un malheur arriverait ; à ces mots son père empoigne le banc sur lequel il est assis et le projette en criant qu'il n'était pas son fils et qu'il faisait si bien qu'il lui arriverait malheur.

  • 14 Tome 3, pp. 261-262, 277.

7Arnaud sortit de la maison et resta absent deux jours ; à son retour, il y avait de la haine entre père et fils14. Par la suite, un voisin expliqua à Bernard l'attitude de son père : il avait été lui-même croyant et, pris, condamné par l'Inquisition. Lorsqu'il s'aperçoit que sa famille suit le même chemin, il a donc d'autant plus de raison d'être inquiet que, lors de sa sentence, il a promis de dénoncer les faits d'hérésie qu'il apprendrait. Il fait partie de ces condamnés légers vivant dans la crainte d'une nouvelle inculpation et, sans dire à ses enfants son passé, les voit suivre le même chemin. Il essaie d'empêcher le malheur qu'il pressent, mais ne réussit qu'à exaspérer son fils. Peut-être après son départ et la fuite de sa fille se serait-il pourtant décidé à aller les dénoncer, comme l'exigeait l'Inquisition, pour se couvrir, quand il a été devancé. Cet homme était en effet dangereux mais, jugé trop bavard par son entourage, il s'était au contraire tu, contre son serment, pour protéger les siens. Par peur de devenir relaps, il s'est jeté dans la gueule du loup et sa triste fin atteste l'ampleur de la menace planant sur tous, déjà condamnés ou encore libres, mais férocement rétifs.

  • 15 Tome 3, pp. 64-65 pour le premier interrogatoire, du 23 décembre 1323 ; conversation avec Pierre C (...)

8Car la conspiration du silence, lorsqu'aucun suspect n'est encore connu, protège de façon efficace - jusqu'à sa découverte toutefois. En existe-t-il une qui ait échappé ? Le crime impuni d'Arnaud Lizier le laisse supposer. Ce malheureux était, paraît-il, le seul à Montaillou dont il faille se méfier. Un beau jour, il fut trouvé assassiné à la porte du château. L'enquête tourna court, personne ne savait rien et nous ne saurions même pas ce meurtre si sa veuve, trois ans plus tard, n'était entrée par son remariage dans une famille cathare et, inculpée elle aussi, n'avait eu à s'expliquer devant l'évêque. Et comme il cherche à préciser sa participation à l'hérésie, le voilà s'intéressant au meurtre de son premier mari commis douze ans auparavant, en 1298. Serait-elle complice ? Il la soupçonne : « Interrogée si elle avait favorisé, consenti ou été complice de l'assassinat d'Arnaud Lizier parce qu'il était catholique et détestait les hérétiques, répondit que non ». Bien entendu ! Mais alors il veut savoir pourquoi elle a pris pour époux Arnaud Belot dont les biens valent à peine quinze livres tournois alors que les siens pouvaient valoir cinquante livres. Elle n'a pas pris sans raison un homme aussi pauvre, alors qu'auparavant elle ne l'avait pas pour amant et qu'il n'avait pas de métier qui lui permette de bien gagner sa vie. L'aurait-elle épousé parce qu'elle le savait croyant d'hérétiques ? Elle le nie, plaide le mariage arrangé et assure que son second mari ne lui avait jamais parlé d'hérésie. Mais elle doit avouer qu'elle était déjà croyante du vivant de son premier mari. Heureusement pour elle, l'évêque ne s'occupe qu'accidentellement du meurtre, car elle est en mauvaise posture. Elle ne trouve aucun argument pour expliquer son choix d'Arnaud Belot et se contente d'affirmer qu'elle ignorait avant d'entrer dans la maison Belot que c'était une maison cathare. Mais cela n'a pas dû la gêner beaucoup parce qu'elle était déjà croyante. Elle ment et l'évêque le sait. Il commence par lui accorder un délai d'une semaine en liberté surveillée, puis, comme elle continue de mentir, l'envoie six mois en prison où elle tombe malade et, convalescente, se tire d'affaire en racontant avec force détails sa familiarité avec ses voisines mortes au Mur de Carcassonne et sa vie dans sa belle-famille. Mais elle se garde bien de revenir sur la mort de son premier mari. Elle parle pour mieux se taire, car ce qu'elle divulgue ne peut causer aucun tort désormais à ceux qu'elle dénonce, en revanche elle évite d'être déférée à la justice séculière qui se serait sans doute montrée plus curieuse que l'évêque. Elle a même le front de se donner le beau rôle en affirmant avoir découvert l'hérésie de sa belle-famille quelque temps après son mariage et l'avoir confié en secret au curé Clergue qui l'a menacée : il n'y a plus aucun hérétique dans le pays, tous ont été brûlés, et, furieux, il l'avertit : « Vous cherchez le malheur et vous le trouverez, si vous dénoncez Guillelma Benet qui est meilleure que vous, il vous arrivera un mauvais sort. Alors prenez bien garde de ne rien dire contre ces femmes, ni même de vous, que si vous le faisiez, c'est votre corps, votre maison et tous vos biens que vous perdriez »15. Elle peut le charger sans risque, à cette date il est mort en prison. Mais au moment où se situe son récit, en réalité des parfaits se cachaient à Montaillou et elle le sait d'autant mieux qu'ils vivaient, entre autres, dans sa propre maison.

  • 16 Tome 2, p. 427. Selon Guilhem Authié, Arnaud Lizier est le seul à Montaillou dont il faille se méf (...)
  • 17 Tome 2, pp. 55-56.

9La clé de l'histoire, c'est une autre inculpée, Sybille Peyre, qui la donne : elle a entendu Pierre Authié déclarer qu'Arnaud Lizier a été victime de son comportement : c'est parce qu'il n'aimait pas les hérétiques que ceux-ci firent en sorte de lui réserver un mauvais parti et qu'on le trouva assassiné devant la porte du château16. Seul à ne pas être croyant dans le village, il gênait. Pire, il les mettait tous en danger. La meilleure défense était celle qu'avait adoptée Pierre Clergue - et sur ce point Ramonda Belot ne mentait pas : affirmer qu'il ne restait plus aucun hérétique. Encore fallait-il ne pas se trouver à la merci d'un catholique trop zélé. La décision a donc été prise de l'éliminer. Qui s'en est chargé ? On continue à l'ignorer. Mais on sait que, sans scrupule aucun, les parfaits invoquent le précepte évangélique : « Tout arbre qui ne donne pas de bons fruits doit être coupé et arraché » (Matth. 7, 19) pour se protéger eux-mêmes et protéger leur communauté en désignant le suspect à abattre17. Même si elle n'avait pas été avertie à l'avance du sort réservé à son mari, la veuve en a à l'évidence ensuite appris le mobile et peut-être les acteurs. Car le mot arbre paraissant trop noble, arracher la ronce sert de litote pour signifier qu'on va se débarrasser d'un traître en puissance, dans une région montagneuse, un accident est vite arrivé ; qui pourrait dire si la chute d'une pierre ou un faux-pas dans un précipice n'ont pas été provoqués ?

  • 18 Tome 2, p. 57. C'est en entendant professer qu' « il faut tuer ses persécuteurs parce que le mauva (...)

10Tuer quelqu'un pour l'empêcher de nuire n'est pas un péché, mais une bonne action. Car mieux vaut prendre les devants et l'expédier evant qu'il ne vous fasse prendre. Lorsqu'un soupçon pèse sur un de ses membres, la communauté en délibère. A l'espion Arnaud Sicre qui s'informe auprès de lui, Pierre Maury explique de quelle façon ils s'y prennent : quand l'un des leurs en suspecte un autre ou quand un catholique le persécute, il va en parler au seigneur, c'est-à-dire à l'hérétique et celui-ci réunit tous les croyants dans lesquels il a confiance et leur dit : « Pour sûr, il y a un traître parmi nous - il nomme celui qui persécute l'Eglise de Dieu - voyons ce que vous saurez faire ! » Aussitôt, en sa présence ou en son absence, quelques croyants conviennent entre eux de qui tuera et comment celui qui a été désigné. Et ils le font, s'ils le peuvent. Ensuite ils vont l'apprendre à l'hérétique. Ils estiment qu'ils ne pèchent pas. Pierre Maury donne en exemple le meurtre du frère de Guilhem Peyre, en représailles de la collaboration de Guilhem Peyre avec l'inquisiteur de Carcassonne. Et comme Arnaud Sicre - qui ne perd pas de vue son rôle d'espion - veut en savoir davantage, Pierre coupe court : « Arnaud, tu es trop jeune »18. Pareille exécution sommaire doit se faire avec éclat, pour servir d'exemple et avertir quiconque serait tenté de dénoncer du sort qui l'attend.

  • 19 Tome 2, p. 485 ; Tome 3, p. 206.

11Mais Pierre Maury, s'il en sait plus qu'il n'en dit et se tait sur d'autres meurtres, s'illusionne en parlant au présent et, pour comble, à un espion masqué. Le petit groupe des rescapés en Catalogne, réduit à la défensive, est bien trop faible pour riposter ainsi. Mais du passé, il a gardé l'habitude, presque le réflexe, de chercher à tuer à la moindre menace. Seulement, c'est devenu plus difficile et il leur arrive d'avoir des scrupules. Ainsi, Jean Maury, pour avoir refusé pendant sa maladie de recevoir le consolament est devenu dangereux aux yeux de Guillelma qui n'a pas réussi à le convaincre. De crainte qu'il la dénonce, elle veut le tuer, mais Pierre Maury, le frère de Jean, s'y oppose et la prévient : s'il apprend qu'elle a fait mourir son frère, il la dévorera avec ses dents s'il ne peut se venger autrement. Cette mise ne garde ne doit pas être étrangère à son retour vers de meilleurs sentiments et elle demande pardon à Jean d'avoir voulu le tuer. Il lui pardonne, mais se méfie : quand il est à l'estive et qu'on lui apporte ses vivres de leur maison, avant de manger, il commence par en donner au chien pour être sûr qu'elles ne sont pas empoisonnées19.

  • 20 Tome 3, pp. 173,175,178.

12Pour se libérer d'un enfer domestique, la mère et le mari de Johanna qui est devenue catholique et ne cesse de les injurier ne savent comment se débarrasser d'elle et les autres croyants sont tout disposés à les aider depuis qu'elle s'en est pris à Bélibaste. Au temps des vendanges, Mersende et son gendre l'avaient hébergée et tous étaient partis vendanger avant le jour, en laissant encore au lit Bélibaste qui devait fouler le raisin le lendemain. Quand il sortit du lit, Johanna l'aperçut et s'écria : « Ah, vous êtes ici ! Je vais faire si bien que le feu va vous frotter les côtes ! » Il en a eu si peur qu'il s'enfuit sans ses chausses. Excédé, son mari la fait tomber dans l'escalier, elle s'en sort, il médite de la jeter dans quelque précipice car elle les met tous en danger « et l'on doit arracher la ronce mauvaise ». Finalement, ils décident d'aller acheter à l'apothicaire du poison, le réalger, en racontant qu'il faut l'administrer à l'âne. Mais l'apothicaire, méfiant, demande qu'on lui amène l'âne et propose de lui donner lui-même la potion. Ils ne renoncent pas pour autant et c'est leur capture qui sauve Johanna.20

  • 21 Tome 2, pp. 398-399.

13Seule une communauté nombreuse, solide, peu menacée et étroitement solidaire peut se venger par un crime impuni. Les croyants y apportent l'esprit de clan qui lie leur famille. Un proche, on le défend, quoiqu'il ait fait. Ramonda Pujols l'exprime comme une évidence lorsqu'elle raconte avoir vu jadis son oncle Prades Tavernier, parfait recherché par l'Inquisition, abrité par sa mère dans leur cellier qu'elle fermait à clef. Inquiet au moment d'y entrer pour la première fois, mécontent d'être vu par sa nièce et de se trouver à la merci de ses bavardages, Prades Tavernier en fait le reproche à sa soeur, mais elle le rassure : elle va si bien chapitrer sa fille qu'elle ne dira rien. En effet, elle le promet et se tait. Et Ramonda ajoute, pour expliquer son silence que la même cachette avait déjà servi, deux ans plus tôt, à abriter un meurtrier en fuite et que sa mère lui avait bien recommandé de se taire : il est de Lesparrou, en Mirepoix, « c'est le beau-frère d'Adalaïs, la femme de Pierre Gabarre, ta cousine germaine, il a tué un homme et si on l'apprend, ils viendront ici et le prendront ». Rien d'étonnant à son attitude quand Prades Tavernier vient se refugier à son tour. Cette fois, Bruna prévient sa fille : il faut se taire, parce que, si on apprend la présence de son oncle, « ils nous emmèneront prisonniers à Carcassonne, et lui, il sera brûlé à Carcassonne ». Pour arranger son affaire, elle prétend avoir ignoré que Prades Tavernier était de ces hommes qu'on appelle hérétiques, ou bons hommes, ou bons chrétiens. Mais on lui avait bien dit que, si on pouvait l'attraper, on le brûlerait. D'être elle-même en danger aurait pu lui clore hermétiquement la bouche, mais elle avait su se comporter ainsi, deux ans auparavant, par simple solidarité de famille. Or, au moment où elle avait su si bien garder le secret, elle avait dix ans et huit ans21.

  • 22 Selon sa confidence à Béatrix de La Gleise, tome 1, p. 239, Aycre Boret s'est vanté devant Raymond (...)

14Si l'Inquisition est la cause de ces vengeances, elle peut aussi servir à les assouvir. Le curé Clergue l'a compris le premier, il se vante d'avoir voulu se venger des paysans qui le détestaient de toutes les façons qu'il pourrait : grâce à l'Inquisition, il les tient bien aux pieds. Désinvolte, il ajoute qu'il s'en arrangera avec Dieu22. Le résultat de sa délation ne se fait pas attendre : Mengarde Maurs revient chez elle la langue coupée, son mari et son fils Pierre restent en prison à Carcassonne, leur autre fils Guilhem, relâché, jure de les venger. Il commence par le dire ouvertement au recteur quand il le rencontre, en lui reprochant de n'avoir agi ni bien ni avec justice en faisant incarcérer les siens. Pour toute réponse, le recteur triomphe : il les ferait tous pourrir, son père, son frère et lui, et tous ceux de sa maison, et ferait si bien qu'ils ne reviendraient pas à Montaillou et n'y causeraient plus de dommage ni de gêne. Guilhem s'écrie qu'il s'en ira, mais qu'avant il se vengerait de lui et lui conseille de prendre garde parce que, s'il peut, il le tuera. A quoi le père du recteur, Pons Clergue, réplique : « Et crois-tu que tu pourras lutter contre l'Eglise et le roi de France ? » Il ne voulait pas, rétorqua-t-il, lutter contre l'Eglise et le roi de France, il voulait se venger de ceux qui avaient fait du mal à lui et aux siens.

  • 23 Tome 2, pp. 171-173. Il avait trouvé deux hommes à gages catalans tout prêts à tuer le recteur lor (...)
  • 24 ... mais dépose devant le tribunal lorsque le curé est déjà mort en prison, ce qui tempère la port (...)

15Ils se séparèrent et, après cet échange d'amabilités, Guilhem Maurs commença à exécuter son plan. Avec son frère Raymond et Jean Benet, qui avait été cité par l'Inquisition et n'osait pas circuler ouvertement sans doute parce qu'il ne s'était pas rendu à la convocation, ils allèrent tous trois à Ax chez le beau-frère de Jean Benet et y firent le serment de tuer leur ennemi et de se prêter assistance et pacte de silence. Après quoi ils le guettèrent en vain pendant un mois ou cinq semaines et, un jour où son frère et lui étaient à Ax, chez Guilhem Mathei qui jouait double jeu, il leur conseilla de s'en aller parce que le recteur avait beaucoup de pouvoir auprès du comte de Foix et de l'Eglise et quelque jour il les ferait prendre23. Guilhem s'en alla à Puigcerda, mais sans renoncer à son projet. Il s'y prit autrement. Il fit la connaissance d'un notaire de Limoux qui lui promit de faire libérer son père et son frère. Pour le payer, il vendit trente et un moutons et le rejoignit à Carcassonne avec l'argent. Là, ils s'abouchèrent avec deux sergents de l'Inquisition qui voulaient connaître les noms de deux hommes de Prades qui les avaient insultés. Donnant donnant : il leur dit le nom des hommes de Prades et dénonce le curé de Montaillou pour fait d'hérésie. Le notaire, Bernard de Saint-Martin, écrit une fausse lettre de citation pour les deux bergers et une autre concernant le curé. Les deux sergents se chargeaient de récupérer les sceaux de lettres authentiques et de les apposer sur les faux. Hélas, le curé décela le faux et fit condamner les deux sergents comme faussaires et par la même occasion Guilhem Maurs qui a vendu ses moutons pour voir, une fois de plus, triompher son ennemi24.

16Guilhem dit sa haine. Il ajoute qu'elle l'a empêché de recevoir l'absolution et de communier, ce qui laisse planer un sérieux doute sur sa croyance au catharisme et donc sur celle de sa famille qui semble bien, en effet, avoir été victime des manigances du curé.

  • 25 Tome 2, pp. 330-341
  • 26 Tome 2, pp. 342-347. Bernard Gombert qui travaillait avec ses frères dans leur atelier de tisseran (...)

17Le passé pèse lourd. Ces récits y retournent sans cesse, comme à l'origine des malheurs dont ils continuent à souffrir, ces survivants complices de défunts, ces enfants de parents brûlés ou morts au Mur, ces condamnés qui se terrent, ces fugitifs exilés pour échapper à l'Inquisition, tous ruinés, dépouillés, et surtout effrayés. Car la peur règne. En vingt ans, les arrestations, les délations et les aveux qui sont allés se multipliant, ont brisé les clans et les familles. Aucune zone opaque, aucun clandestin n'ont résisté aux enquêtes de l'Inquisition. La violence a changé de camp, elle est devenue institutionnelle. Et la lamentable histoire d'un frère et d'une soeur qui s'accusent mutuellement pour éviter le risque d'une inculpation prouve à quel point la peur avait pu insidieusement pénétrer les mentalités et les avilir. Les axéens, disciples des Authié, pensent désormais avant tout à se préserver. Et les procès des Gombert débutent par une dispute familiale et la sotte colère d'une nièce : Mengarde, la fille de Bernarda, a insulté en public, dans la rue, ses trois cousins, les deux filles et le fils de son oncle, en les traitant d'enfants d'hérétiques et lui-même, son oncle, d'hérétique, ajoutant qu'il y a dix ans qu'il aurait dû être brûlé. Elle aurait mieux fait de se taire, car dans la famille l'hérésie était de tradition : sa grand-mère, Narbona, est morte au Mur de Carcassonne, un de ses oncles, Guilhem, a été brûlé, un autre, Raymond, est au Mur, et son oncle Bernard a en effet été condamné au port des croix doubles - ce qui l'expose au moindre écart à être jugé relaps. Il prend donc les devants et court à Pamiers dénoncer sa soeur. Il expose qu'il la tient pour suspecte et lui a déjà fait des reproches : si elle n'allait pas d'elle-même se dénoncer, il irait le dire à l'évêque. Mais elle lui avait répondu que s'il le faisait, elle l'accuserait de l'avoir entraînée dans l'hérésie dont c'est lui qui l'avait instruite. A quoi il avait répondu qu'il ne s'en souciait pas parce qu'il était déjà confessé. Incidemment, nous appenons le procédé utilisé pour mettre ses biens à l'abri, de crainte de les voir confisqués à la suite d'une condamnation : lorsque son mari Amiel Roux a été cité par l'Inquisition, il a fait une vente fictive à son gendre et a pu récupérer ensuite sans mal une maison et deux jardins25. Quinze jours après, elle comparait à son tour. Sa défense est simple : elle assure ne jamais avoir cru aux erreurs que son frère lui a enseignées et, interrogée sur son silence, car elle aurait dû aller révéler au curé ou à quelqu'un d'autres ces paroles pour faire prendre son frère, et pourquoi elle ne voulut pas aller le dénoncer jusqu'au moment où elle fut citée, elle répondit qu'elle l'avait averti, mais qu'il l'avait menacée : un de ces jours, on la trouverait morte, ou assassinée, comme l'homme trouvé assassiné près des fourches d'Ax parce qu'il avait été trop bavard. C'est pour cela qu'elle s'était tue jusqu'à présent26.

18A nos yeux aujourd'hui, qui, en forçant les membres d'une même famille à se dénoncer réciproquement, est coupable de violence ? L'histoire de ces Gombert dont, au temps des Authié, la mère et les trois frères tisserands s'étaient conduits honorablement, marque la fin d'une époque. Ce qui était possible en 1310, la solidarité familiale, en 1322, avait été écrasé par la peur, la couverture du silence qui les protégeait tous n'avait pas résisté au scandale d'une colère en public. Si le registre de Jacques Fournier, qui s'achève en 1325, met à jour une violence que, par sa rigueur, il provoque parfois, croire la violence des moeurs apaisée parce qu'elle n'a plus de support où surgir serait illusoire. Le caractère des habitants n'a pas changé. Et dans les périodes troublées, il jaillit à nouveau avec une force digne de celle du xivème siècle.

Notes

1 Le Registre d'Inquisition de Jacques Fournier, évêque de Pamiers (1318-1325), publié par J. Duvernoy. 2 vol. Toulouse, 1965.

2 Ibid., tome 3, pp. 343, 357.

3 Ibid., tome 1, p. 152.

4 voir à ce propos l'étude du chanoine Platelle sur « la main qui crie justice ». C.T.H.S. 1974.

5 Inventaire des Archives de la Tour ronde du Château de Foix, p. 241. (Arch. dép. de l'Ariège).

6 Ibid., p. 295.

7 Arch. dép. de l'Ariège, 3 J 16. Un mouton vaut six ou sept sous, un quartier de blé deux sous.

8 F. BABY. Les Passeries entre l'Andorre et le Haut Sabartès dans le système pastoral ariégeois, in : Lies et Passeries dans les Pyrénées. Tarbes, 1986, pp. 182-193, pièce justif. pp. 194-195.

9 Registre... Tome 3, p. 155. Sur Montaillou dont vingt-huit villageois sont cités, cf. E. LE ROY LADURIE. Montaillou, village occitan, de 1294 à 1324. Paris, 1975.

10 Ibid., tome 3, p. 134.

11 Ibid., t. 1, p. 281.

12 Tome I, p. 318. De même, Raymond Vaissière, à Ax, menace de tuer Jean Barra s'il parle, comme c'est arrivé près de la Croix de Bouan au frère de Raymond de Pont, de Mérens. Tome I, p. 271.

13 Tome 3, p. 134.

14 Tome 3, pp. 261-262, 277.

15 Tome 3, pp. 64-65 pour le premier interrogatoire, du 23 décembre 1323 ; conversation avec Pierre Clergue rapportée dans le troisième interrogatoire, du 7 juillet 1324, ibid., p. 71. Lequia latin traduit le que explétif, passé du patois dans la langue du Midi.- Voir aussi : Annie CAZENAVE. Mariage, sexe et choix féminin en Sabarthès au xivème siècle, in : Le Cocu au Moyen Age. Saint-Valéry-s. Somme, 1994 (à paraître).

16 Tome 2, p. 427. Selon Guilhem Authié, Arnaud Lizier est le seul à Montaillou dont il faille se méfier, tome 1, p. 296.

17 Tome 2, pp. 55-56.

18 Tome 2, p. 57. C'est en entendant professer qu' « il faut tuer ses persécuteurs parce que le mauvais arbre doit être scié et détruit » que Sybille Peyre jugea ceux qui parlaient ainsi comme de mauvaise gens et cessa de croire en eux, tome 2, p. 424. A noter que le même verset sert a justifier le tribunal d'inquisition, mais les bons hommes se gardent bien d'employer le verset de la Vulgate : « tout arbre mauvais doit être arraché et jeté au feu »•

19 Tome 2, p. 485 ; Tome 3, p. 206.

20 Tome 3, pp. 173,175,178.

21 Tome 2, pp. 398-399.

22 Selon sa confidence à Béatrix de La Gleise, tome 1, p. 239, Aycre Boret s'est vanté devant Raymond Becq, qui le dénonce, de faire mettre en prison Raymond Rauzy et Guilhem Vidal, comme il y a fait mettre ce même Raymond Becq ; il a été cité par l'évêque et profiterait de l'occasion pour se venger, tome 3, page 349.

23 Tome 2, pp. 171-173. Il avait trouvé deux hommes à gages catalans tout prêts à tuer le recteur lorsqu'il irait à la foire d'Ax, mais son frère le supplia de n'en rien faire, ibid. p. 190.

24 ... mais dépose devant le tribunal lorsque le curé est déjà mort en prison, ce qui tempère la portée de ses déclarations. Il prétend d'ailleurs que le propre père du curé conseillait de ne pas se fier aux paroles de son fils, mieux valait s'enfuir, ibid., pp. 186-187. Et dit que Pierre Maury le menaçait : "si tu nous fais prendre, je t'entortillerai dans notre affaire, car tu es plus recherché que nous, tu as été proclamé par le curé de Montaillou et nous non. Lutte contre lui et laisse-nous tranquilles, c'est lui qui t'as donné l'ail et le verjus ». Ibid., p. 178.

25 Tome 2, pp. 330-341

26 Tome 2, pp. 342-347. Bernard Gombert qui travaillait avec ses frères dans leur atelier de tisserands avait selon toute vraisemblance perdu ses biens. La vente fictive de sa soeur pouvait être entre eux l'objet de rancoeur et les paroles imprudentes de Mengarde devaient s'adresser à des cousins appauvris.

Auteur

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540