Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence dans le monde médiéval

Le vocabulaire de la violence tel qu'il apparaît dans quelques textes non littéraires du xivème et du xvème siècle en Provençal

Marie Rose Bonnet

Texte intégral

1Les documents non littéraires en langue vernaculaire (ceux rédigés en latin n'étant pas pris en compte ici), permettent de reconstituer un univers quotidien, maintes fois qualifié de violent, la période choisie s'étendant du xivème siècle à la fin du xvème. Ils sont d'origine multiple : journal (de Boysset, en particulier ; les livres de raison n'offrent pas de témoignages sur la violence) ; comptes trésoraires ; délibérations communales ; statuts municipaux ; enfin des lettres, envoyées soit par des particuliers, soit par des syndics d'autres villes aux autorités arlésiennes.

2Pourquoi ce choix ? Ces textes, reflets de la vie quotidienne de la cité et de ses habitants, s'adressent à un lecteur, réel ou supposé, qui peut les lire. L'attitude face à la représentation linguistique d'une réalité sociale ou événementielle sera alors nuancée par cette volonté de compréhensibilité. Reflètent-ils donc vraiment un état endémique de violence ? Et de quelle violence s'agit-il ?

3Evoquer ce terme, c'est aussitôt se référer à la perturbation physique d'un équilibre individuel ou social. La contrainte imposée à autrui peut aussi être d'ordre psychologique. Cependant, nos documents, plus proches de la réalité "visible", s'intéressent à la première. L'intrusion, le non-respect des règles sociales, ou tout bouleversement rompant la tranquillité, préoccupent les gens. Le climat, lit-on, est à la violence. Les années 1320 à 1430 représentent une période sombre, entrecoupée de temps de relative quiétude. Des dangers extérieurs menacent Arles et les cités voisines. Quelles traces ont-ils laissées dans l'écrit administratif, qui fournit l'essentiel de notre corpus, ou dans les autres textes ? Quelles réactions la cité a-t-elle eues face aux événements du temps : crises politiques et/ou militaires, épidémies, mais aussi calamités naturelles ? Cela, les mots utilisés vont le dévoiler. Participant de l'outillage mental de l'homme du xvème siècle, témoins de son appréhension de la réalité, ils invitent à une quête de cette dernière. Que disent-ils donc ? Et que taisent-ils ? Car le vocabulaire prenant en compte les menaces que représentent toutes les formes de violence semble réagir par une banalisation, par une absence aussi. Un mot aide à saisir un sens, mais il peut aussi en suggérer, ou en occulter, d'autres.

Les documents et la violence : des mots pour la dire.

4Maladie, éléments, crimes, délits et guerre alimentent les différents aspects de la violence. Les deux premiers ne sont pas dûs à l'homme, les autres oui. Un autre facteur en est aussi porteur : la justice. Une crise profonde, secoue la contrée, et le pays. Sa traduction scripturaire, réelle ou déformée, résulte de l'objectivité ou de la subjectivité des documents, mais tous s'accordent sur ce point : l'époque est difficile.

  • 1 Boysset, Chronique, ms. II E 18, B.C. + ms. 5728, B.N.P. Les deux ms.
    rapportent les mêmes événemen (...)
  • 2 CC 158, 1439, P 41 r°, A.M.A.
  • 3 CC 528, 1.22, A.M.A.

5La maladie particulière, présente, n'est pas ressentie comme un fléau perturbateur de l'ordre social. Par contre, l'épidémie terrorise. Voici les mots qui la disent. Boysset, d'abord, écrit : "mot granda enfermetat ; motos en moriron ; granda mortalitat ;..."1. Ses deux manuscrits proposent la même mention de la grande peste de 1397 qui décima de nombreuses personnes. Il insiste sur le nombre de morts. Ensuite, en 1439, une procession générale est ordonnée à cause de la "pestillencia"2. Il n'y a pas d'autres détails. Les comptes rapportent, épisodiquement, ces épidémies. En 1498-1499, les intendants de la santé de Marseille préviennent les Arlésiens d'un risque d'épidémie de peste, dans l'un des premiers "billets de santé"3. L'apparition de ce "cordon sanitaire" permet de renforcer une illusion de sécurité dans laquelle essaient de s'enfermer les villes menacées. La communauté, en prenant ces mesures, veut prouver aux habitants son aptitude à les protéger. La lettre est très courte. La plupart des villes, malgré l'atmosphère obsidionale qui existe alors, s'efforcent de se liguer contre l'ennemi commun. Mais sauf Boysset, peut-être un peu plus explicite, les autres scripteurs se contentent de simples mentions devant susciter la peur. La description de l'épidémie n'apparaît pas. Les bouleversements qu'elle entraîne, notamment au point de vue démographique, les ravages qu'elle provoque, ne sont pas décrits. Or, la peste a plusieurs fois dévasté la Provence.

  • 4 BB 5, 1468-1486, A.M.A.

6Un autre aspect de la violence transparaît dans les nombreuses notations des bouleversements météorologiques. Lisons à nouveau Boysset. Il signale les événements les plus catastrophiques pour la ville ou son terroir : "tempesta, diluvi ; terra tremol". Trois crues du Rhône, au moins, sont citées. Mais tout se résume en une expression : "fes grans dans". Par contre, à propos d'une tempête, il fait intervenir un personnage inattendu. Pour le 26 mai 1396, il explique : "tombet tot lo cubert an las antenas el rodet e las palmas del molin torier... que lo tombet lo demoni en presencia de motas gens". Le démon introduit une notion particulière, en rejetant la faute de cette violence sur une entité identifiée ; cela participe alors un peu plus de cette angoisse de l'inconnu, dans laquelle se mêlent nature et religion. Les comptes trésoraires et les délibérations communales témoignent de cette inquiétude face aux intempéries. Nombreuses sont les mentions concernant les levées du Rhône mal entretenues, les crues ravageant les récoltes, les réparations à faire au bac. Les syndics, préoccupés par un manque d'argent, endémique lui-aussi, ne peuvent pas lever un impôt supplémentaire "contra lo poble que es fort paubre e neccessitos considérant las grans perdoas que an fachas causant lo Rose de lurs gausidas.."4. Dans le même BB, il est noté que si la levée de la Bausenque n'est pas réparée, cela provoquera "ung grant et insupportable dampnage de tot lo terrador de Camarguas..." Cette crainte de la violence météorologique est omniprésente, car ses conséquences sont vitales pour la cité. Mais l'attention portée à tous ces dérèglements (n'oublions pas la comète de Boysset) reflète aussi des préoccupations d'un autre ordre, car ils participent des troubles cosmiques, résultats, pour certains, d'une lutte entre les forces du bien et celles du mal. Les causes de l'épidémie ou des météores sont liées à des facteurs in-humains. L'homme n'est pas à leur origine. Il en est simplement la victime (même si c'est lui qui transmet la maladie). Les textes prouvent que les autorités ont tenté, par divers moyens, de les endiguer, de s'en protéger, à cause du traumatisme qu'ils engendraient, souvent résumé à l'expression ''grans dams, damnages''.

7Mais il est des facteurs de violence intrinsèquement humains : les méfaits, la guerre. Les crimes et autres exactions, ayant en général pour périmètre l'intérieur de la ville, se bipolarisent ainsi : simple mention, punition. Le crime s'intègre dans une étude plus complète de la sociabilité urbaine ou rurale ; perçu comme élément perturbateur, il met en péril l'équilibre d'un microcosme à la recherche de cohésion et de stabilité. La cohabitation entre des personnes différentes, aux intérêts divergents, est souvent difficile. Certains lieux sont privilégiés pour favoriser l'insécurité : la rue, la taverne, le chemin de ronde, les routes. Quelquefois, il n'y a pas de préméditation. Simplement, les habitudes, le mode de vie, engendrent des conflits, mais leur cause paraît "normale" à la population. Voici un exemple pris, exceptionnellement,

  • 5 Petit Thalamus de la Commune Clôture, P 107 r°, A.M.M.
  • 6 CC 173, 1450, P 5 v°, A.M.A.
  • 7 CC 178, 1450, P 31 v°, A.M.A.
  • 8 BB 5, 4.03.1486, f° 450, A.M.A.

8dans les archives de Montpellier, car l'anecdote est significative5. En 1321, les arbalétriers s'entraînent, faute de place appropriée, sur les chemins publics, "don n-era yssit motas ves pezils et escandols". Il est donc nécessaire de leur accorder un lieu spécial, moins dangereux pour les passants. Tirer des carreaux d'arbalète pour s'exercer ne constitue pas un délit en soi. Néanmoins, dans ce cas précis, cela prouve le peu de considération de certains pour la sécurité d'autrui ! L'agression n'est pas uniquement physique. On a souvent évoqué l'insalubrité, et l'insécurité, des villes. Les mots sont les mêmes, qui en disent les conséquences : "sufrir ; grans dans". Des incidents surviennent, aux origines plus criminelles. Le 13 mars 1413, Boysset évoque le viol d'une femme. Un trésorier, Bernard Pangon, indique avoir réglé la dépense de Frances de Prat lorsque ce dernier est allé à Narbonne "per la causa de me, Bernard Pangon, de la iniuria facha en ma persona per Henric lo Clerc, mazellier, loqual me blessat en lo visage estant me sindege", cela en 14486. Toujours dans les comptes, on précise qu'il faut surveiller les vignes de Crau "que non se puescan dampnagar per gens ne per bestias privadas o ferossas"7. Les autorités redoutent les vols “de las vizes... levadas, furtadas, raubadas", ou le feu. A cette occasion est employé le terme "malfator". La violence, privée et individuelle, n'est pas omise. Le 4 mars 14868, Louis Guigonet est déchu de sa fonction de capitaine de la Tour dels Grasses. Il a commis des "violences" contre des marchands genevois ou autres en leur ôtant "perforsa" leurs marchandises. Auteur de méfaits, il bat l'un de ses serviteurs ; il est parjure ; il tente de corrompre un juge. Sa punition sera donc exemplaire : son portrait sera peint sur la cheminée de la Maison Commune, avec le rappel de ses actes.

  • 9 BB 6, 7.05.1493, P131 r°, A.M.A.
  • 10 BB 6, 6.03.1494, P 142 r°, A.M.A.
  • 11 CC 522, 1493-1497, 1.16, A.M.A.
  • 12 AA 20, 1455, P 16, A.M.A.

9Plus graves sont les agissements des bandes armées. Les syndics réagissent devant les agressions commises par "alcuns malvays garsons". Le 7 mai 1493, Berthomieu de Fos veut faire entrer dans Arles des galériens condamnés "per lurs delictes", ce qui "portarie grant dommage"9. Le 6 mars 1494, les délibérations mentionnent la présence, en ville, d'" alcuns malvays garsons"10. Armés, au nombre de 300 environ, ils courent les rues en criant : "ville ganhee, volent abutinar lad. cieutat". Mais les habitants résistent, et les chassent. On sait qu'il y eut des blessés, car le salaire du barbier chargé des soins est mentionné. De même, en 1494 toujours, les syndics, qui se trouvent aux Baux, sont prévenus que des gens d'armes, arrivés le long du Rhône, "a cudat fayre ung grant inconvénient en Arle, car ung coup aven pres la villa e la volien abotinar... y a ung grant esses car lo y a de gens mors e d-une part e d-autre"11. Ailleurs, on rappelle que quelques brigands sont prisonniers à Montpellier, d'autres sont recherchés : "son statz accusatz de homissidis, de furs et de violencias" ; deux d'entre eux sont pendus12. Parmi ces quelques exemples, certains ne constituent pas des délits très graves. Mais, perçus comme rupture d'un équilibre fragile, et à préserver malgré tout, ils portent atteinte à la sécurité, au confort, à la liberté. La rue ne peut être le théâtre des "exploits" des délinquants ou des contrevenants. Tout ce qui rompt la norme est à réprimer, la conception de cette dernière demeurant fonction d'une époque et d'une prise de conscience collective.

  • 13 CC 136, 1424, P 152, A.M.A.

10Toutes ces agressions en rejoignent alors une autre, plus traumatisante, concernant la communauté, et non plus un groupe restreint, ou un individu. L'un des grands fléaux de l'époque, ressenti comme une violence majeure, est la guerre, perçue ici de deux manières différentes : écho d'une guerre exogène, ou menace directe. Voici quelques exemples. Boysset évoque les conflits dans le Comtat Venaissin, ou dans d'autres régions. Le verbe le plus fréquent est "morir". Il signale aussi quelques incursions, le siège d'Arles en 1368, celui des Baux. Aucune description narrative ne ressort de son discours, sauf dans le ms. de Paris, pour un épisode du Schisme, lors de la fuite du pape. Là aussi, des morts et des dommages. Les protagonistes sont indiqués, ainsi que quelques-uns de leurs actes, mais cela n'occupe que quelques lignes. Les autres documents proposent aussi des épisodes guerriers. Il s'agit souvent de l'écho d'une lutte extérieure ; dans le CC 126, la prise de Marseille par le roi d'Aragon se résume à "affogar ; abotinar ; prendre". Il en résulte "gran paor e gran regart" pour la région13. Le trésorier indique alors les dépenses engagées pour la protection d'Arles.

  • 14 ms. 2200, 1442, F.A., CC 161, 1442, A.M.A. ; CC 162, 1442, A.M.A. ; CC 163, 1442, dit "Lo Cartular (...)
  • 15 CC 530, 1.115. De même, dans le CC 522, 1.62, 1493, on signale que les Antonins risquent de passer (...)
  • 16 CC 177, 1451, P 5, A.M.A.
  • 17 BB 1, lettre insérée dans la couverture. A.M.A.

11Trois ennemis potentiels apparaissent dans les comptes : les navires catalans, dont la présence, inquiétante dans les eaux de Marseille, de Martigues ou de Grimaut, entraîne un redoublement de vigilance ; les routiers, venus de France, traversant le Languedoc ; (au départ engagés par les princes en guerre, ils se trouvent ensuite sans emploi ; abandonnés à eux-mêmes, ils vont alors se transformer en brigands, perpétuant les ravages antérieurs ; mais, désormais incontrôlés, ils n'ont plus de légitimité. Cette violence des mercenaires devient alors impie, et le seul nom de "rotier" engendre la terreur. Ils enfreignent la loi, mais aussi la paix, en maintenant un état de guerre caduc, en rendant peu sûrs routes et chemins, en ravageant les récoltes, en rançonnant les voyageurs) ; les corsaires. En 1442, les Catalans sont si menaçants que les Arlésiens doivent renforcer les défenses de la ville. Nous avons quatre copies des comptes, pratiquement identiques14. L'une d'elles s'intitule "lo Cartulary de la guerra". Constamment est rappelé "lo fach de la guerra". A aucun moment, nous ne voyons les ennemis dans Arles. Nous savons qu'ils ont commis des exactions : le ms. 220 précise qu'un remboursement a été effectué à Peyron Berenguier "per quatre garbayrons d-anona devastatz a Peyron Berenguier per las gens d-armas que an estat en Camarguas". Il faut réparer les "sinquantenas" "car y a plures mortz". Tout le reste concerne le paiement des réparation, des armes ou des soldats. Dans le CC 161, les Catalans sont présents 16 fois, les routiers 7, les conséquences une fois, "dévastant lo terrador"... En fait, nous n'avons que les avertissements et les mesures défensives. Nous assistons indirectement à un transfert des responsabilités, la ville se chargeant de sa propre protection. La guerre elle-même, et son corollaire la violence, ne sont pas décrits ; l'angoisse, elle, est présente. Le vocabulaire se limite à quelques mots. En 1496, les syndics des Saintes Maries réclament de l'aide à Arles : des corsaires ont été aperçus à Bouc, "que fan de grans mais et nos sem pausas en grant perilh et dangier..."15. Quelques années auparavant, en 145116, un corsaire catalan, En Bonnet, a dévasté la Camargue et menacé Arles : "Aguesses envasit e offendut... an corregut lo terrador... e aguessan pres gens, desfardat los mazes e plusors mais aguessan fach...". La guerre est omniprésente, latente. Témoins ces préoccupations constantes concernant les réparations, les armes (on donne des noms aux bombardes) ; témoins des tailles "extraordinaires". Mais ce sont des préventions. Au hasard d'un texte découvrons-nous une conséquence, bien sûr. Une supplique émane d'un Arlésien à qui l'on a pris des tuiles par crainte ("regart") des Catalans. Elles on servi à couvrir les "gardiolas de la villa" ; cela lui a occasionné "très grants dampnages e despensas"17. mais les effets sont consignés dans les lettres, pas (ou peu) dans les comptes et délibérations. Une constante se manifeste : la quasi-absence de la description des effets désastreux. Les actes ne sont pas narrativisés. Le caractère épisodique et brutal met la violence guerrière au même rang que celle des épidémies. Les sources ne disent pas laquelle des deux est la plus dévastatrice. Leurs mots sont analogues. La peur génère une mythologie du routier, du corsaire, de la peste. Ils sont d'autant plus inquiétants qu'ils viennent d'ailleurs. L'horreur est suggérée par une sorte de résumé approprié à tous les types de violence proposés ici, développant ainsi des stéréotypes dont l'origine perturbatrice est multiple, la conséquence unique.

  • 18 AA 16, A.M.A.
  • 19 Villon, Epitaphe, v. 21-24.

12Voici maintenant un dernier aspect de la violence, légalisé, inséré dans une logique de la punition organisée afin de la combattre : celui de la justice. Nous la rencontrons dans deux sources : la chronique de Boysset ; des extraits des statuts de la ville, quelques pages faisant partie d'un ms. rédigé surtout en latin18. Voyons d'abord Boysset. Le 24 décembre 1393, un homme est pendu à Trinquetaille. Il demeure là un an, puis il est enterré. Villon fera preuve de beaucoup plus d'imagination narrative dans son Epitaphe !19. La pendaison offre aux yeux des passants, pour un laps de temps assez long, un spectacle "édifiant" I Ici, elle a lieu dans un quartier extérieur, non à l'intérieur de l'enceinte principale, car le gibet ne doit pas devenir souillure. Il évoque aussi trois décapitations, dont l'une se double d'un autre châtiment. Le 8 novembre 1401, Franses de Quaris a perdu la tête, à Avignon. Ensuite, il a été découpé en quartiers, lesquels ont été exposés aux quatre portails de la ville. Enfin, le 10 janvier 1399, Jean de Bétisac fut "artz e cremat" sous prétexte qu'il était hérétique. Le Religieux de Saint Denis, dans sa chronique, ou Froissait, sont plus explicites et apportent d'autres renseignements pour cette exécution. Boysset, lui, ne s'étend pas sur le "spectacle" même s'il est le seul à proposer ces châtiments, que les autres documents ignorent. Aucune théâtralisation, aucune mise en scène, même s'il signale la présence des souverains. Le concept de violence rejoint alors celui de justice, au point que nous ne savons plus lequel est le plus dramatique. L'utilisation de la force physique comme réponse à une violence, physique ou autre, peut être suffisamment perturbatrice pour que quelqu'un, qui n'a pas assisté à l'événement, en parle malgré tout. Mais son impact réintègre aussi le fauteur de trouble dans la norme, en le supprimant, ainsi que son action. Il s'agit alors d'un acte exemplaire et libérateur, et probablement rare, perçu par ceux qui l'ont ordonné comme un retour à la paix momentanément menacée. L'ordre public et l'intérêt général sont prioritaires, et la justice tend à supprimer tout ce qui peut les entraver, en utilisant les mêmes moyens. L'autre source est celle de AA 16. Y sont énumérés les méfaits, ainsi que les amendes encourues. Les délits évoqués sont le jeu, le recel, la prostitution ; les étrangers ne doivent pas parcourir la ville, la nuit, armés (la nuit a toujours une connotation inquiétante) ; on ne doit pas ôter son chapeau à un passant. Les dénonciateurs sont récompensés. En fait, ces peines reflètent l'insécurité qui régnait dans les villes, et le souci des autorités de protéger la communauté. La justice médiévale est rigoureuse. Mais la partie en provençal des statuts est consacrée aux peines d'argent. Malgré tout, nous percevons l'importance accordée à la prévention, et, à nouveau, cette peur de l'étranger, à qui l'on prête, automatiquement, de mauvaises intentions. La sanction à venir maintient l'individu dans des limites restrictives) et impose des règles promulguées par la ville, mais aussi par l'état (les mêmes peines existent ailleurs). Le désordre est le même, et combattu de la même façon.

13La violence, protéiforme, se révèle sous deux jours différents : l'agression, inadmissible, la sanction, légale. On guérit le mal par le mal. Mais étonne, chez Boysset par exemple, l'absence de réactions, de jugement porté sur la peine infligée, ou sur le crime commis. Il ne prend pas parti, ne manifeste aucune émotion. Il témoigne, simplement, ne commente pas.

14Quels sont maintenant ces mots qui disent la violence ? Ils appartiennent à deux catégories : les verbes (ou expressions verbales), spécifiques à chaque type : "abutinar, adreyssar engiens, afoguar, anar contra, apresonar, ardre, armar, asetiar, asoudar, ausir, blessar, cometre violence, corer tot, cremar, dampnagar, defardar, desamparar, desconfir, destorbar, destruire, devastar, entamenar de pesta, envadir, escondre, far damagi, far gran aiust, far gran dan, ferir sus, furtar, gardar, gilar fort e ferm, insicir de pesta, levar,metre en IV quarties, metre mort, mètre per tera, metre tot a bas, morir, neguar, nevar fort, offendre, pendre, perdre la testa, portar grant dommage, prendre, prendre a vida salva, raubar, rebelarse, salhir sus, sufrir, tocquar de pesta, talhar la testa, tombar". Ils expriment alors un acte ; les noms, précédés ou non d'adjectifs (+ d'adverbes) : " (gran) aiust, anca, baston, bestoso, dan (gran d-, motos d-), dampnage (grant et insupportable), dangier, demerite, dezonor, (gran) diluvi, (mot granda) enfermetat, ensuit, escursion, esses, (mal) exemple, fach de la guerra, flagel, forsa, fortuna (del vent, f-gran d-aura), freior, fur, greuge, guast, guerra, homissidi, iniuria, justicia (breva, granda j-), (motos) mais, malfacha, malitiosament, mefat,mort, (granda) mortalitat, naframent, (gran) nebla, opression, (gran) paor,paraula iniominiosa et orribla, (grans) perdoas, peril, pesta, pestillencia, (moto) pilhage, prejudice, (granda) pugnicion, (grant) regart, resistencia, (gros) Rose, secors, tempesta, (fort mal) temps, terra (tremol mot gran), tricharie, (gran) ven, (mal) vida (e inhonesta), violencia". Ce relevé ne tient pas compte du nombre d'occurrences, mais les mots "dan", "dampnatge", se répètent, leur polysémie a-t-elle une force telle qu'elle suffise à traduire tous les effets ? Quelles que soient les causes de la violence, ces derniers sont, apparemment, identiques. En fait, transparaissent plus la peur et la prévention. Nous avons l'impression d'une volonté de lutter contre la violence en dissimulant sa constatation. L'insécurité, réelle, de l'époque, se réfugie alors dans un Imaginaire collectif qui se déploie en littérature plus que dans les documents administratifs, un peu comme si, en ne la disant pas, les autorités avaient l'impression de la conjurer, ou de l'occulter.

Le non-dit, ou le mensonge par omission.

15Les mots disent la cause, l'instrument ("malfactor, layron, malvays garson, gens d-armas, rotier, Cathalan), mais se taisent plus ou moins quant à la conséquence. Remarquons aussi la pauvreté des adjectifs qualificatifs. La représentation de la violence par les deux premiers éléments l'inscrit dans une symbolique elle-même violente, mais, pouvons-nous penser, libératrice en même temps. Un mot suffit à imposer sa puissance évocatrice, mais il est très rapidement rejeté dans un contexte déviant (paiement pour des fêtes, etc.). La littérature arrime l'Imaginaire dans un processus de représentation du Réel. L'écrit non littéraire n'a pas cette fonction, ni ce but. Les mots n'ont plus de connotation symbolique, ils ne se veulent pas tels, mais simples reflets objectifs du vécu quotidien. Cette relation avec le Réel perd alors toute affectivité transférentielle. La parole se déploie dans un espace restreint, celui de miroir de la réalité, sans transfiguration de cette dernière. Mais Boysset ? Pourquoi avons-nous l'impression d'une sorte de recul face à une violence dont il atteste l'existence, sans prendre position ? L'intéressent autant les phénomènes météorologiques, les monstruosités, les anecdotes, que la guerre interne. Jamais nous ne le voyons impliqué personnellement dans ces actes violents, ni touché par eux.

16Tout se passe comme si ces sources, sélectives, ne laissaient filtrer qu'une information ; certaines offrent même une image moins violente que celle suggérée par les fantasmes mis en scène par l'Imaginaire contemporain afin de renvoyer à un "ailleurs" temporel une violence qui se veut, ou se dit, désormais maîtrisée. Mise en scène de l'ordinaire plutôt que du bas-fond ou du désordre, d'une vie sociale banalisée" plutôt que traumatisante, elles montrent la tentative d'encadrement d'un pouvoir politique essayant d'extirper les germes de cette violence, ou de les endiguer. L'urbanisation ne s'accommode pas du chaos. L'espace doit se structurer dans un monde policé, non inquiétant. Les écrits en langue vernaculaire en témoignent. Malgré la hantise en filigrane de la violence, par leur relatif silence sur les conséquences, peut-être les syndics ont-ils essayé de les nier. Nous pouvons alors, à nouveau, nous demander quel est le véritable sens des mots "dan, damptage" (et sa forme "dommage"), dont la polysémie pratique propose une connivence sémantique avec le non-dit. L'ordre ne peut être associé qu'à la rationalité. Or la violence est irrationnelle. Le "Cartulary de la guerra" se place probablement dans cette thématique, en témoignant de la discipline imposée dans le but de combattre le désordre, et d'en triompher. La menace engage alors à lui apposer une organisation cohérente qui passe aussi par le discours du non-dit. Les récits journaliers manifestent un souci d'information, une curiosité pour les événements. Les autres instaurent un écart entre la réalité et son image. A moins que cet écart ne soit pas aussi important. Les poètes, les chroniqueurs tels que Froissait, expriment les souffrances, avec insistance. Le texte littéraire trouve des mots pour décrire, ou mettre en évidence, créant alors des topoï. Le texte non littéraire a d'autres fonctions, d'autres ambitions. La conscience poétique réintroduit les calamités, les atrocités, dans cet Imaginaire qui fournit ses thèmes aux tableaux développés des effets. La littérature, traversée par des visions d'Apocalypse, explique le temps présent en l'interprétant comme manifestation d'un projet qui le dépasse, se révélant aussi comme un exutoire dans lequel la violence, narrativisée, poétisée, peut se déployer.

17Mais le maniement conceptuel de la violence demeure en retrait dans nos documents. Cela veut-il dire que cet écrit ne sait pas user du concept abstrait idéologique, ou du concept concret trop descriptif ? Le libellé est neutre quant au crime ou aux conséquences de la guerre. Les passages évoquant cette dernière sont insérés au milieu d'autres traitant de problèmes d'un quotidien banal, sans discours sur la violence. Le vocabulaire du crime, de la violence, ou plutôt de leurs effets, doit être cherché ailleurs, ou dans les sens de "dam, damnatage". Il y a volonté protectrice s'opposant à toute perturbation. Or, dire la violence, c'est la reconnaître, et l'admettre. La taire, c'est aussi la nier.

18NOTES

19Les documents proviennent des Archives Municipales d'Arles (A.M.A.), du Fonds Ancien de la médiathèque d'Arles (F.AJ des Archives Municipales de Montpellier (A.M.M.), de la Bibliothèque Nationale de Paris (B.N.P.), et de la Bibliothèque de Gênes (B.C.).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE :

J. CHIFFOLEAU,

Les justices du pape. Délinquance et criminalité dans la région d'Avignon au xivème siècle. Publications de la Sorbonne, Paris, 1984.

CI. GAUVARD,

"De grâce especial", Crime, état et société en France à la fin du Moyen-Age. Publications de la Sorbonne, Paris, 1991.

N. GONTHIER,

Cris de haine et rites d'unité, la violence dans les villes, xiiième - xvième siècles, Brepols, 1992.

L. STOUFF,

Arles à la fin du Moyen-Age. Publications de l'Université de Provence, 1986.

Notes

1 Boysset, Chronique, ms. II E 18, B.C. + ms. 5728, B.N.P. Les deux ms.
rapportent les mêmes événements, celui de Paris étant plus développé.

2 CC 158, 1439, P 41 r°, A.M.A.

3 CC 528, 1.22, A.M.A.

4 BB 5, 1468-1486, A.M.A.

5 Petit Thalamus de la Commune Clôture, P 107 r°, A.M.M.

6 CC 173, 1450, P 5 v°, A.M.A.

7 CC 178, 1450, P 31 v°, A.M.A.

8 BB 5, 4.03.1486, f° 450, A.M.A.

9 BB 6, 7.05.1493, P131 r°, A.M.A.

10 BB 6, 6.03.1494, P 142 r°, A.M.A.

11 CC 522, 1493-1497, 1.16, A.M.A.

12 AA 20, 1455, P 16, A.M.A.

13 CC 136, 1424, P 152, A.M.A.

14 ms. 2200, 1442, F.A., CC 161, 1442, A.M.A. ; CC 162, 1442, A.M.A. ; CC 163, 1442, dit "Lo Cartulary de la guerra", A.M.A.

15 CC 530, 1.115. De même, dans le CC 522, 1.62, 1493, on signale que les Antonins risquent de passer par Arles, ce qui serait "ung grant dommage et deshonnor...". De plus, les travailleurs saisonniers ne veulent pas venir, "dubtant estre messes en tas galeas que fa far lo rey a Beaucayre et autres luecs del pres ent pays de Provensa...". D'autres lettres font ainsi mention de dangers divers.

16 CC 177, 1451, P 5, A.M.A.

17 BB 1, lettre insérée dans la couverture. A.M.A.

18 AA 16, A.M.A.

19 Villon, Epitaphe, v. 21-24.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540