Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence dans le monde médiéval

Jeux et enjeux de la violence dans un roman arthurien du Moyen Âge tardif : Ysaye le Triste

Catherine Blons-Pierre

Texte intégral

1L'intitulé jeux et enjeux répond à bon nombre de questions posées par la violence dans un texte. En effet, par le terme jeu, on peut entendre, bien sûr l'aspect ludique que l'auteur fait éventuellement de la violence, mais il peut aussi signifier l'interaction violente entre les personnages, qui instaure une sorte de chorégraphie de la violence dans le texte ; on peut enfin donner au substantif jeu le sens qu'on lui attribue lorsque l'on parle en mécanique d'une pièce qui a du jeu, c'est-à-dire d'une pièce défectueuse, qui ne fonctionne pas bien par rapport au reste, ce qui correspond métaphoriquement dans un texte à de la violence qui ne s'exerce pas où et comme on s'y attend. L'enjeu, lui, signifie étymologiquement ce qui est en jeu, ce pourquoi on exerce la violence. Il apparaît comme un élément important dans l'étude de la violence, car il est rare que l'on exerce la violence pour rien, et même, lorsque tel est le cas, l'enjeu existe encore, il s'agit de la violence pour la violence. Les enjeux peuvent être très divers et conditionnent le regard porté par l'auteur et ses lecteurs sur les actes violents des personnages : en effet, lorsqu'un personnage devient violent, soit pour se défendre lui-même, soit pour anéantir une mauvaise coutume ou encore pour défendre la veuve et l'orphelin, la violence est considérée comme positive ; en revanche, quand un personnage exerce la violence pour dérober un héritage à un autre, maintenir une mauvaise coutume ou défendre les causes d'une religion jugée impie, la violence prend une valeur négative.

  • 1 Voir André Giachetti, Ysaÿe le triste, roman arthurien du Moyen Age tardif, Publications de l'Univ (...)
  • 2 Barry F. Beardsmore, "Les éléments épiques dans le roman "Ysaÿe le Triste "", Actes du XIème Congr (...)

2Ce sont ces différents éclairages correspondant aux jeux et aux enjeux que j'ai choisi d'appliquer, pour tenter d'expliciter la violence dans Ysaÿe le Triste. Ce texte qui date de la fin du xivème ou du début du xvème siècle1, est à la fois un roman arthurien, qui s'apparente par certains traits à l'épopée - comme l'a montré Barry F. Beardsmore dans son article intitulé Les éléments épiques dans le roman d'Ysaÿe le Triste2 -, et un roman d'aventures. Comme tel, il accumule les formes de violence présentes dans les trois genres : une aventure suit une autre, on court de scènes violentes en scènes violentes. Le plus souvent, en effet, on ajuste le temps de tourner la page, l'espace d'une chevauchée, avant de retrouver un épisode, dans lequel la violence fait rage. L'abondance de telles scènes, la variété des genres réunis dans ce roman, ont donc justifié, à mes yeux, l'étude de la violence dans Ysaÿe le Triste.

3Avant de commencer l'analyse de la violence dans Ysaÿe le Triste, il convient de préciser quels sont les personnages importants du roman. Ils sont au nombre de trois : Ysaÿe le Triste, qui est le fils illégitime de Tristan et d'Yseut, Marc, enfant illégitime d'Ysaÿe et de Marte, et leur valet Tronc qui, à la suite d'une malédiction est né sous la forme d'un nain disgrâcieux et qui se métamorphosera, à la fin du roman, grâce aux nombreuses prouesses de Marc et d'Ysaÿe, en Aubéron, le roi de Féerie.

4Qu'il s'agisse du jeu ou des enjeux dans Ysaÿe le Triste, j'ai établi dans l'ensemble de mon étude une distinction suivant trois formes de violence, qui me semblent très différentes les unes des autres. Je distingue la violence réflexive, qui s'exerce d'un individu sur lui-même, la violence unilatérale qui consiste en l'exercice de la violence d'un individu sur un autre, mais sans que ce dernier soit lui-même violent, et la violence réciproque, dans laquelle les parties en présence commettent conjointement les unes contre les autres des actes violents.

5Si l'on examine l'ensemble des scènes violentes présentes dans Ysaÿe le Triste, on dénombre 133 exemples de violence réciproque (soit 58 %), 91 exemples de violence unilatérale (soit 40 %) et seulement 6 cas de violence réflexive (soit 2 %). Ces résultats n'ont à vrai dire rien de surprenant. On conçoit facilement, en effet, qu'un individu préfère exercer la violence sur autrui plutôt que sur lui-même. Néanmoins, ces rares cas de violence réflexive que j'ai relevés dans Ysaÿe le Triste méritent de retenir l'attention par leur rareté même, il est intéressant d'étudier, en effet, quels sont les individus qui utilisent ce type de violence, de voir comment ils l'exercent et quels sont leurs mobiles.

  • 3 Chrétien de Troyes, Cligés, éd. Alexandre Micha, Paris, Champion, C.F.M.A., 1978, v. 2054.
  • 4 Ysaÿe le Triste, op. cit., 1. 113-114, p. 467.

6Sur les 6 cas de violence réflexive présents dans Ysaÿe le Triste, 5 sont le fait des femmes, 1 seul relève des hommes. Ce dernier cas concerne des Sarrasins, qui préfèrent se suicider en se jetant du haut d'une tour plutôt que d'affronter Marc, fils d'Ysaÿe. Il s'agit d'un acte de lâcheté, connoté négativement ; néanmoins, dans cet exemple, le suicide est bien réel, ce qui n'est pas toujours le cas pour ce type de violence. En effet, sur les 5 cas de violence réflexive concernant les femmes, 3 sont virtuels. Il s'agit, à chaque fois, de Sarrasines qui envisagent de se donner la mort soit pour éviter les représailles de leurs congénères (car elles sont passées du côté des Francs), soit pour ne pas survivre au chagrin que pourrait leur causer ou que leur cause la mort ou l'abandon de leur bien-aimé. La forme du suicide envisagé est alors la noyade ou la défenestration. Les deux formes de violence réflexive féminine réelles sont le fait de femmes franques. La première concerne la nourrice chargée d'élever Ysaÿe conjointement avec l'ermite Sarbon, après la disparition de ses parents Tristan et Yseut. Cette dernière vient de s'apercevoir que l'ermite a profité de son sommeil pour s'enfuir, en lui enlevant Ysaÿe, elle laisse alors libre cours à son affliction : s'y s'assist sur le seul, nous dit l'auteur, et commence a mener trop grant doeul, et esrachoit ses cheveulx et detordoit ses mains. C'est là une scène de violence réflexive classique, que l'on retrouve dans la littérature épique et courtoise, comme par exemple, dans Cligés, lorsque les Grecs pensent qu'Alexandre est mort et que l'un de ses compagnons, Parmenidés, a ses chevols tirez et roz3. Cette scène de violence réflexive n'aboutit cependant pas à la mort. En revanche, l'autre scène de violence réflexive féminine réelle consiste en un suicide collectif concernant la femme du chevalier Hurgant et ses chambrières. Hurgant, est un chevalier franc, mais c'est un personnage négatif, car il a instauré dans son domaine une mauvaise coutume. Sa femme et ses deux chambrières, complices de ses mauvaises actions, préfèrent sauter par la fenêtre plutôt que d'attendre le châtiment infligé par Marc4.

7Ce suicide collectif féminin ressemble beaucoup au suicide collectif masculin des Sarrasins, que nous avons évoqué précédemment. Les moyens et les motifs sont identiques : défenestration suivie de la mort ; fuite devant la vengeance virtuelle de Marc. Lorsque la violence réflexive est réelle et qu'elle aboutit à la mort, les personnages sont considérés de façon négative par l'auteur et ses lecteurs, soit parce qu'il s'agit de Sarrasins, soit parce qu'il s'agit de Francs qui sont des traîtres. Ce type de violence, condamnée par la religion catholique lorsqu'il y a suicide, est désapprouvé de façon générale par l'auteur, qui nous montre soit des tentatives de suicide qui ne sont que virtuelles, soit des suicides qui aboutissent mais sont alors le fait de personnages négatifs. Il convient de noter que l'auteur d'Ysaÿe ne fait jamais mention du sang répandu, dans ce type de violence. Il n'en va pas de même lorsqu'on examine la violence de type unilatéral.

  • 5 Voir Ysaÿe, op. cit, p. 144, 582/19 : Et quant Driadés l'entent, sy commanda que le porte fust ouv (...)

8La violence unilatérale suppose un agent, vecteur de cette violence, et une victime qui la subit passivement. Les victimes dont le sang est répandu sont rares, il s'agit, en fait principalement de Marc et du nain Tronc5, qui, dans ce type de violence, occupent plus souvent la place du bourreau -surtout en ce qui concerne Tronc- que celle de la victime. On peut en effet dresser un tableau classant par ordre de fréquence les personnages présents dans Ysaÿe le Triste et officiant respectivement dans le rôle d'agents et de victimes, on constate alors que Tronc figure en tête dans la liste des agents (20 exemples) mais en queue dans celle des victimes (4 exemples), c'est donc un personnage important dans la dynamique de la violence unilatérale, alors que les deux autres héros Marc et Ysaÿe sont des éléments peu présents dans ce type de violence (on trouve Ysaÿe 7 fois en position d'agent et 1 fois en position de victime, Marc 5 fois en tant qu'agent et 2 fois en tant que victime).

  • 6 Ibid., p. 316, 490/11-13 : Et Tronc prent ung grant baston, sy fiert sy grans cols a le porte que (...)
  • 7 Ysaÿe, op. cit., p. 364, 526/52 : Et quant le portier oÿ che, sy ouvry tout, et Tronc entre dedens (...)
  • 8 Ibid.„ p. 479/45-48 : mes Troncq le reçupt entre sez bras et laissa l'oisiel voiler, et couru quer (...)
  • 9 Ibid., p ; 486,620/5-8 : Et Troncq prinst le fer de se hache et coppa lez piés che que hors en par (...)
  • 10 Ibid.,p. 341,512/25-31.
  • 11 ysaÿe, op. cit., p. 400 ; p. 403 ; p. 415 ; p. 471.
  • 12 Ibid., p. 386, 546/20-24.

9Cette prééminence de Tronc dans la violence unilatérale s'explique à la fois par ses caractéristiques physiques et morales et par la fonction dramatique qui est la sienne dans le roman. En effet, Tronc, nain contrefait, qui aide tour à tour Ysaÿe et Marc dans leurs aventures et leur quête chevaleresque, n'a pas la force physique, qui lui permettrait d'affronter en combat régulier un autre adversaire. En revanche, il peut, par ruse ou par la frayeur qu'il inspire à cause de sa laideur extrême, exercer la violence sur une personne qu'il place dans une situation telle qu'elle est incapable de riposter, ou encore exercer cette violence sur l'ordre de l'un de ses deux maîtres, c'est alors sa qualité de personnage adjuvant qui le désigne pour cette besogne. Les victimes de la violence de Tronc sont très variées, puisqu'elles vont de l'animé jusqu'à l'inanimé ; Tronc s'attaque, en effet, aussi bien aux portes qu'il fracasse à coups de bâtons6, qu'à des vilains occupant des postes divers, avec une prédilection incontestable cependant pour les portiers7. Personne ne trouve grâce auprès de lui, pas même les dames, et il n'hésite pas à s'attaquer à beaucoup plus grand que lui, à des géants par exemple. Les armes qu'il utilise sont également très diverses : il se sert de l'épée, du bâton ou encore de ses mains nues contre les vilains, dans le cas des dames8, il les frappent du poing et dans celui du géant Fargus9 par exmple, il utilise une hache pour lui couper les pieds. On trouve également une grande variété dans les mobiles invoqués par Tronc pour perpétrer cette violence unilatérale : il peut s'agir d'une violence personnelle, comme lorsqu'il tue Grohier son ancien geôlier, en le découpant morceau par morceau, car l'épée qu'il utilise à cet effet est trop pesante pour lui et il n'arrive pas à le tuer proprement d'un seul coup10, d'un châtiment plus ou moins justifié comme dans le cas des portiers qu'il exécute sur le simple prétexte qu'ils refusaient d'ouvrir la porte, ou encore d'une vengeance exercée au titre d'une autre personne (ainsi, lorsqu'il frappe violemment les deux dames évoquées précédemment, c'est pour venger Marte, l'ami d'Ysaÿe, des mauvais traitements que ces dernières lui ont infligés). Le plus souvent Tronc exerce la violence unilatérale non pas pour son compte personnel, mais pour le compte des autres, l'une de ses fonctions principales est d'achever les adversaires mis à mal par Marc ou de s'acharner sur leurs dépouilles, les exemples de ce type sont nombreux : il met fin aux jours du chevalier Trandail blessé à mort par Marc en le pendant ; dans un autre épisode, il pend quatre géants vaincus par Marc et réserve le même sort à leurs quatre écuyers ; plus loin dans le texte, il s'empare de quatre chevaliers tués par Marc, leur coupe la tête qu'il expose en la piquant en haut d'une porte11. Il s'agit dans beaucoup de cas d'une violence unilatérale post mortem.. On peut se demander quel est l'enjeu d'une telle violence. En effet, lorsque Marc, en arrivant au Chastel as Luittons voit a ung arbre grant plenté de testes et d'escus, il demande à Tronc ce que cela signifie, car il n'a jamais vu un tel spectacle auparavant, et Troncq lui dist que ch'estoient lez testes dez chevaliers qu'il avoient mis a mort, et Marcq dist que c'estoit grant cruaultex12. Il y a donc une condamnation très nette de cette pratique par Marc, on s'explique alors mal pourquoi il approuve, à la fin de ce même épisode, ainsi qu'à plusieurs reprises par la suite, la violence de Tronc, qui expose régulièrement les têtes des chevaliers vaincus par Marc. Il semble que le jugement porté par l'auteur et ses protagonistes sur la violence unilatérale dépend, d'une part, de ceux par qui elle est exercée et, d'autre part, de la finalité pour laquelle elle est employée. Ainsi, dans l'exemple précédent, c'est pour maintenir une mauvaise coutume que Paridés et ses compagnons tuent les chevaliers dont il expose ensuite les têtes, alors que lorsque Tronc pend à son tour les têtes des mauvais chevaliers que Marc a vaincus, c'est pour signaler que la mauvaise coutume a été abolie et vraisemblablement pour ôter l'envie à quiconque d'en instaurer une semblable. Lorsque Tronc se livre à ce type de violence, il joue le rôle du bourreau, exécuteur d'une justice au nom de tous, que ne peuvent assumer Ysaÿe ou Marc sans risquer de s'avilir. Cette violence unilatérale s'exerçant par personne interposée, qui a pour enjeu le châtiment d'un individu reconnu coupable envers la société, est, du reste, lorsqu'elle ne vient pas de Tronc, exercée par un personnage anonyme ; cet anonymat se signale alors dans le texte par l'emploi de l'article indéfini ou de tours passifs ou impersonnels, dont voici quelques exemples :

"Je vous diray, dist Tronc : cieulx qui a le cuisse brisye ara le destre puing coppé, du quel frappa le dame ou despit de Ysaÿe, et puis le teste. " Et ungz chevaliers de Zellande dessendy, qui tantost en fist l'exécution. (Ysaÿe le Triste, p. 341, 512/22-24)
Et chil de la tour se rendirent, sy commanda Tronc que tout eussent lez testes coppees, et ainsy fu fait. (Ibid., p. 429, 565/141-142)
(...) et Englier (un chevalier) fist son seneschal (traître) morir de sy grief mort que tout chil que l'oïrent compter en orent pité (Ibid., p. 349, 515/207-208)
Et fu commandé que lez chevaliers qui les portes wardoient fuissent pugny ainsi que mesfait avoient, et fu le vielle (sorcière Murgalle) arsse et lez. IIII. portes abatues (Ysaÿe le Triste, p. 474, 605/147-149)
(...) et furent d'acord (Ysaÿe, Marte et leurs compagnons) que lez quatre prisonniers fuissent mis a mort, sy eurent lez testes coppees, et lez deux dames furent mises en yauve corant, sy furent noyes (Ibid., p. 481,613/29-31)

10De façon générale, l'auteur ne s'étend pas morbidement sur ces scènes de violence, il n'en donne que l'essentiel et gomme la personnalité des véritables exécutants. On ne voit jamais le sang couler dans ces exécutions sommaires. L'auteur ne semble pas désapprouver la violence unilatérale, lorsqu'elle est exercée par des personnages que l'on sait justes, il la condamne cependant, par le biais d'autres personnages, même quand elle est le fait de personnages positifs, et ce, lorsqu'elle lui paraît injustifiée ou encore qu'elle constitue une violation de certains droits. En voici deux exemples.

11Le premier exemple de violence unilatérale condamnée par les personnages concerne une exaction d'Ysaÿe à rencontre d'un messager sarrasin, le roy de Sebille, qui fait preuve d'impertinence en délivrant son message :

Et quant Ysaÿe entendy que ly roys ainsy le ramponoit, sy fu moult ire's, sy se drecha et haucha son puing et prinst le roy par le barbe et le cuida ferir, mes Yrions, Orians et Hergos le tinrent de forche (...). Et moult blâma on Ysaÿe de che que lez messaiges volloit villener, et Ysaÿe respondy : "Bien say que as messaiges on ne doit ne mal faire ne mal dire, mais qu'il ne dient que che que leur est commis, mes se sur che que il sont messagiers prendenl hardemenl de dire villenye ou faire a ceulx as quels sont envoyés, on ne lez doit point espargnier. " (Ysaÿe le Triste, p. 378)

12La violence d'Ysaÿe est ici réprouvée par ses pairs, qui se réfèrent aux règles en vigueur dans la société féodale. Ysaÿe tente de se justifier, mais pour cela il fait appel à un code de l'honneur et de la vengeance qui lui est personnel. L'auteur ne se prononce finalement ni en faveur d'Ysaÿe, ni en faveur des autres chevaliers. Car si Ysaÿe consent à respecter le droit d'impunité dû au messager sarrasin, il se réserve celui de se venger personnellement sur le roi, au cours d'une bataille prochaine (Sy sui certains que onques ne fu en le vollenté de l'amiral que ainsy parlaissent, conclut Ysaÿe, et se n'estoit pour vostre pais, venganche en prendroye. Sy vous dy, roys de Sebille, que au jour que le bataille se fera, je vous desfye corps a corps contre vous, et la amenderés che que maintenant mesfait avés. " (Ysaÿe le Triste, p. 378).

13Le second exemple concerne Tronc, dans l'un de ses actes de violence, à l'égard d'un portier. Tronc donne un coup de bâton sur la tête du portier du roi Yrion, auquel il reproche de ne pas lui avoir ouvert la porte assez rapidement, en fait le coup est si violent que tout mort l'abaty a terre (Ibid., p. 364). Lorsque le roi Yrion apprend l'incident, il est moult chourouchiés (Ibid., p. 366, 527/5), et Ysaÿe, dès qu'il peut mettre la main sur Tronc, lui demande de se justifier : Et Ysaÿe parolle en haut et dist : " Troncq, ainchois que parolle agreable puisons de vous recepvoir, il vous convient que de ung fait duquel on vous occupe ou accuser ou excuser : c'est du portier de cest chastel qui est tués, et de vo cause che dist on. " (Ibid., p. 367, 527/26-30). Afin de se justifier, Tronc reprend l'histoire bien en amont et donne l'explication suivante : à l'origine, il y a de la part du portier une erreur de protocole, les portes du château d'un prince ne doivent pas être fermées à l'heure du souper ou du dîner, le portier a donc commis une faute, et c'est pourquoi il a voulu lui donner une leçon : quant le porte fu ouverte, je pensay, entreux que le chose estoit nouvelle, que j'en prenderoye vengement, sy le cuiday, par maniere de castoy, ferir ung petit cop en le teste, mais de che cop quey mors a terre - et Tronc d'ajouter : je croy que avoit esté malades - sy visés quel couppe j'y puis avoir, sy en jugiés a vostre vollenté (Ibid., p. 367, 527/42-46). Tout le monde s'accorde alors pour pardonner à Tronc, mais l'auteur conclut malicieusement : Sy dirent tout, et par especial Marcq, que Tronc avoit bien fait, mais grant merveilles avoit comment ung sy petit corps avoit peut sy grant cop donner (Ibid., p. 367, 527/50-51).

14Ces deux exemples montrent que l'auteur n'acquiesce pas aveuglément à tous les actes de violence commis par les personnages qu'il présente sous un aspect favorable à ses lecteurs. Chaque fois que la violence paraît démesurée ou contraire au droit reconnu par tous, le personnage qui la pratique se trouve mis en accusation devant les autres et doit se justifier. Il n'y a cependant pas de châtiment exercé sur ces personnages qui ont abusé de la violence unilatérale, mais juste une condamnation morale, c'est qu'ils parviennent à justifier leur comportement : homicide involontaire du portier dans le cas de Tronc ; perversion par le roi de Sebille de son rôle de messager, dans le cas d'Ysaÿe. La violence apparaît donc dans ces deux exemples comme disproportionnée mais pas purement gratuite. La violence pour la violence existe cependant dans Ysaÿe le Triste, et c'est paradoxalement un héros positif qui l'exerce : il s'agit de Marc, alors qu'il n'est encore qu'un enfant. Marc, abandonné par Ysaÿe et Marte, a été confié à son grand-oncle, le roi Yrion, et, en dehors d'un comportement particulièrement odieux, il manifeste une propension à la violence unilatérale inquiétante pour son entourage, comme le montre l'exemple suivant :

Ly rois (Yrions) avoit avoec lui ung sien neveu, fil de son frere qui estoit rois de Sebille : une heure beoit dedens ung puch en le court ; Mars le leva et boutta ens, sy fu noyés. Quant li roys Yrions le sceut, s'en fu courchiés et ot consel qu'il fust enfrumés en une tour, tant qu'il peust avoir sens pour lui gouverner. Le tour estoit au dessus de l'entree du chastel et la fu mis ; mais quant on passoit dessoulx, il jettoit bas che qu'il pooit tenir, et avenoit que souvent il moulloit lez aucuns et lez aultres romppoit lez testes. (Ysaÿe le Triste, p. 193, 298/10-17).

15Il n'y a pas ici de justification de la conduite de Marc enfant, il y a donc sanction à son égard. La violence de Marc entraîne un châtiment, car elle remet en cause l'ordre, cette violence est d'ailleurs très proche de l'anarchie, car non seulement Marc tue sans vergogne mais encore ne respecte pas l'autorité d'Yrion. Marc remet en cause, par sa violence, toutes les valeurs de la société, et c'est pourquoi cette dernière le châtie.

16Comme nous venons de le voir, les agents de la violence unilatérale n'ont pas besoin de posséder la force physique pour commettre des actes violents, c'est pourquoi l'on trouve comme agents des femmes et des enfants, la variété des agents ne s'arrête pas là puisque l'on rencontre également les éléments naturels ainsi que des animaux comme des chevaux et un chien ; cependant le personnage qui reste prépondérant dans ce type de violence est le nain Tronc, il exerce d'abord cette violence sur les chevaliers en groupe (18 cas) ou pris individuellement (12 cas), ensuite sur les vilains (11 cas), puis sur les femmes (8 cas). D'autre part, contrairement à la violence réflexive, la violence unilatérale est le plus souvent réelle (92 % des cas) ; les cas de violence virtuelle (8 %) correspondent à des menaces d'un individu sur un autre ou sur un groupe de personnes, menaces qui ne se réalisent pas par la suite. Ces cas de violence virtuelle sont cependant rares dans le cadre de la violence unilatérale, et ce sont les cas de violence réalisée qui l'emportent largement.

17Cette violence réalisée, nous l'avons vu, peut être exercée par un bourreau anonyme ; or, de même que l'exécutant peut rester imprécis, l'instrument utilisé pour exercer cette violence unilatérale est souvent indéterminé. Lorsque cependant il est mentionné, la variété est extrême (beaucoup de ces instruments n'apparaissent qu'une fois dans l'histoire), puisque l'on rencontre dans cet office des objets aussi divers qu'un os, des herbes, le tonnerre, une pomme d'acier, un maillet, une massue, le feu.

18Ces différentes caractéristiques de la violence unilatérale la distingue non seulement de la violence réflexive mais également de la violence réciproque. En effet, les agents principaux de la violence réciproque, qui ne supposent plus, comme précédemment, une relation de bourreaux à victimes mais une relation de vainqueur à vaincu, avec une situation limite extrêmement rare, lorsqu'il n'y a ni vaincu ni vainqueur, ne sont pas les mêmes que dans le cas de la violence unilatérale ; les instruments et les enjeux diffèrent également, ainsi que le rapport entre scènes virtuelles et scènes réelles.

  • 13 Voir Ysaÿe le Triste, pp. 212, 325, 433, 435, 472.
  • 14 Ibid., p. 205, 319/14-16.
  • 15 Ysaÿe le Triste, p. 266, 394/8-9.

19En effet, si Tronc domine l'exercice de la violence unilatérale, il se fait rare, à cause de son peu de force et de sa petite taille, dans les scènes de violence réciproque (on ne peut lui en attribuer que 2). Ce sont les chevaliers, que, tour à tour, il instruit et protège, qui se font les champions de ce type de violence. On trouve largement en tête Marc (42 exemples soit 32 % de l'ensemble de ces scènes de violence) et son père Ysaÿe (26 exemples, soit 20 %), viennent ensuite des chevaliers pris individuellement et des chevaliers en groupe. La violence réciproque étant avant tout une affaire de chevaliers, les armes employées le plus fréquemment sont l'épée (72 exemples sur 159, soit 45 %) et la lance (45 exemples sur 159, soit 28 %) ; on trouve cependant 11 combats à l'aide de la hache, l'emploi relativement fréquent de cette arme se justifie par le fait que, d'une part, c'est l'arme privilégiée des géants et que Marc se bat souvent avec eux, et que, d'autre part, dans un combat contre les Sarrasins, Marc et ses compagnons se l'imposent comme arme unique. Il existe également 9 cas de luttes violentes réciproques, dans lesquelles les armes sont indéterminées : il s'agit de mêlées générales, qui ne permettent de distinguer ni les combattants ni leurs armes. On rencontre enfin des moyens insolites qui servent à exercer la violence réciproque, ils correspondent à l'apparition d'adversaires non moins insolites : les dents et les sabots lorsque des chevaliers ont maille à partir avec des chevaux qu'ils ont blessés et qui se vengent sur eux, les crocs du lion et du serpent fabuleux que Marc doit affronter dans l'une de ses aventures, ou encore des bancs ou des selles, qui servent de projectiles défensifs à une troupe de chevaliers mise en déroute par Marc13. Néanmoins les armes dominantes restent celles employées traditionnellement par les chevaliers, lorsqu'ils s'affrontent soit de façon très violente lors de combats individuels ou de batailles générales, soit de façon plus ludique, au cours de tournois et de joutes. Les scènes de violence réciproque sont toutes, dans Ysaÿe le Triste, des scènes de violence réelle, mais il y a gradation. En effet, cette violence va de la simple chute et de l'égratignure que subit le chevalier vaincu lors d'une joute à la mort violente dans des combats mais aussi des tournois ou des joutes. Car s'il existe, en principe, des règles, qui régissent la violence dans le cadre des tournois et des joutes, il arrive que les chevaliers sortent de ces règles, volontairement ou involontairement. Parmi les chevaliers qui ne respectent pas la violence mesurée des tournois, on trouve le jeune Marc, qui, alors qu'il n'est pas encore chevalier se fait réprimander, pour avoir considéré la lice des tournois comme un champ de bataille : Vassaux, fait ly rois, se tu m'avoies mort, t'aroies tauly le vye au roy de Sarlion, sy n'i poroies gaires gaagnier, car nous ne sommes pas chy assamblé pour tuer, quant nous sommes au dessus l'un de l'autre14. Marc finit par apprendre et par respecter ces lois, cependant, il arrive encore qu'il tue ses congénères, lors d'une joute, mais alors il s'agit d'accidents que Marc regrette : Certes, fait Mars, ce poise moy, car cieulx a qui j'ay jousté est mort - Voire, sire, fait Hergos, car c'est ly sires de Bel Illes15. Marc regrette son action, parce que le chevalier en question est un Franc, lorsque pareil traitement est appliqué dans une joute à un Sarrasin, cela ne pose évidemment aucun problème moral. La violence est ici condamnée car elle n'est pas appliquée au bon individu. Cependant, ces dérapages de la violence réciproque sont rares. Cette violence est le plus souvent contrôlée et appliquée suivant le code chevaleresque. Elle est, de ce fait connotée positivement, du côté des vainqueurs, car elle a pour enjeux, par ordre d'importance, la légitime défense (49 % des cas), l'illustration de la valeur guerrière et du courage dans les joutes ou les tournois (22 %), l'abolition d'une mauvaise coutume élévée par un mauvais chevalier (11 %), et plus rarement le combat contre les Sarrasins pour défendre la religion chrétienne, ou encore la défense d'une femme ou d'un enfant. Ces différents enjeux correspondent au serment prêté par le chevalier lors de son adoubement, tel qu'on peut le trouver par exemple, exprimé par l'ermite Sarban, lors de l'adoubement d'Ysaÿe :

"Chevaliers, soies crueux a tes anemis, debonnaires a tes amis, humbles a non poans et aides toudis le droit a soustenir, et confong cely qui tort a vesves dames, povres pucelles et orphenins ; et povre gent aime tous jours a ton pooir. Et avoec che, aime et aide toudis Sainte Eglise, s'aras tel esquier avoec toy que bien t'aidera ton fais a porter, se mestier est : or soies certains, fait ly ermittes, que che serra Jhesus Christ, ly fieux Dieu. (Ysaÿe le Triste, p. 41, 23/33-34).

  • 16 Ibid., p. 73 et p. 190.
  • 17 M. Pastoureau, "Les couleurs ont aussi une histoire", in Histoire, 92, sept." 1986, p. 46-54.
  • 18 C. Raynaud, La Violence au Moyen Age, Paris, Le Léopard d'or, p. 54.
  • 19 Ysaÿe le Triste, pp. 324 ; 444.

20Réciproquement, la violence est considérée comme négative, lorsqu'elle est le fait de chevaliers francs qui enfreignent la loi ou le code de l'honneur ou lorsqu'elle émane des Sarrasins. Il y a alors affrontement entre deux sortes de violence, l'une légitime, l'autre illégitime ; la violence légitime triomphe de par la volonté de Dieu, comme l'affirme Ysaÿe, chaque fois qu'il est vainqueur. La victoire est parfois cependant dure à remporter et les chevaliers des deux bords reçoivent force coups et blessures. Le thème du sang est dans ce cas primordial pour reconnaître les personnages considérés comme positifs par l'auteur. Sur 20 scènes de violence réciproque dans lesquelles apparaît du sang, 12 concernent Marc et 6 Ysaÿe ; deux autres scènes concernent Tronc, qui se fait mordre par des chiens, et des chevaliers ribauds qui aident Ysaÿe à combattre contre le traître Helyas16. Les personnages dont le sang coule, lorsqu'ils sont blessés, suite à des affrontements violents, sont des personnages considérés comme positifs par l'auteur, les autres meurent le coeur percé, répandant cervelle et entrailles, mais on ne les voit jamais saigner. Comme le dit Christiane Raynaud, dans La Violence au Moyen Age, Le sang au Moyen Age est ambigu, comme la couleur rouge17 qui symbolise la force, le courage, la largesse et la charité, mais aussi l'orgueil, la cruauté et la colère18. Je pense que l'auteur d'Ysaÿe le Triste joue sur ce double symbole du sang, lorsqu'il l'attribue à ses personnages, dans les scènes violentes. D'une part, le fait qu'Ysaÿe et Marc saignent montrent leur force et leur courage (et d'un point de vue strictement physiologique, le sang est signe de blessure et non pas de mort quasi immédiate comme le coeur que l'on perce ou les entrailles que l'on arrache), d'autre part, le fait que le sang d'un héros considéré comme noble et juste soit répandu entache de vilenie et de cruauté celui qui l'a fait couler. Cette symbolique du sang qui apparaît nettement dans le cas de la violence réciproque, grâce aux héros Marc et Ysaÿe, se retrouve également dans le cas de la violence unilatérale : à de rares exceptions près, seuls saignent les personnages qui sont dignes de l'attention des lecteurs et indignes de mourir : la soeur du chevalier Yreux frappé injustement par son mari Bruhier saigne, ainsi que Marc frappé par derrière ou encore Tronc attaqué par surprise par le nain Bargons19.

21Les trois types de violence que nous avons dégagés : réflexive, unilatérale et réciproque existent bien dans Ysaÿe le Triste, mais sont répartis de façon inégale. La violence réciproque qui suppose un affrontement entre deux partis vient en tête, suivie de près par la violence unilatérale qui s'exerce d'un individu sur un autre sans qu'il y ait de réponse, enfin l'on trouve quelques rares cas de violence réflexive dirigée par un individu sur lui-même.

22Les personnages qui dominent dans l'exercice de ces divers types de violence sont différents : dans le cas de la violence réflexive, on trouve essentiellement des femmes et des Sarrasins ; la violence unilatérale étant le plus souvent la violence des faibles, l'on y rencontre en première position Tronc, ainsi que des femmes et des enfants ; seule la violence réciproque apparaît comme la violence des plus forts, qui permet de faire la différence entre les bons chevaliers et les mauvais, les principaux agents en sont Marc et Ysaÿe. On reconnaît, dans le cas de la violence réciproque, un bon chevalier soit lorsqu'il est vainqueur, soit lorsqu'il est momentanément vaincu de façon à ce que son sang soit répandu. En effet, le motif du sang intervient presqu'exclusivement pour souligner la vaillance de Marc ou d'Ysaÿe et condamner celui ou ceux qui ont répandu ce sang. Le sang répandu dans le cas de la violence unilatérale sert à souligner l'iniquité de cette violence et permet de reconnaître ainsi la valeur des victimes qui saignent.

23Les instruments et les enjeux étant en rapport avec ceux qui exercent les différents types de violence, ils sont également très différents. Fuir son destin et se défenestrer sont des caractéristiques de la violence réflexive. Punir, se venger, achever les ennemis, constituent les mobiles les plus fréquents de la violence unilatérale ; lorsque ce type de violence est perpétrée par un bourreau anonyme, les armes employées sont le plus souvent non précisées, lorsque ce sont des chevaliers connus ou Tronc qui exercent cette violence, les armes auxquelles ils recourent le plus fréquemment sont l'épée ou la corde, permettant respectivement la décollation et la pendaison. La violence réciproque étant avant tout l'affaire des chevaliers, les instruments employés sont d'abord l'épée et la lance. La lance sert surtout aux premiers affrontements, dès qu'elle est brisée, les chevaliers sortent leur épée, et parfois même, le combat se termine par un corps à corps. Les enjeux de la violence réciproque correspondent aux valeurs chevaleresques : se défendre loyalement, venir au secours des plus faibles et défendre la religion catholique.

  • 20 Claude Gauvart, "Criminalité et violence à la fin du Moyen Age ", in Perspectives Médiévales, 1993 (...)

24On peut toutefois se demander, si le traitement littéraire de la violence dans Ysaÿe le Triste diffère fondamentalement de celui que l'on trouve dans des oeuvres plus anciennes, relevant soit de l'épopée, soit de la littérature courtoise. Si l'on considère, dans cette optique, La Chanson de Roland ou les romans de Chrétien de Troyes, on s'aperçoit que l'on peut y trouver les trois types de violence dégagés dans Ysaÿe le Triste. Cependant la violence la plus répandue est de très loin la violence réciproque exercée de chevaliers à chevaliers, ce qui n'est pas le cas dans Ysaÿe, puisque la violence unilatérale suit de près la violence réciproque. L'importance de la violence unilatérale dans Ysaÿe le Triste peut, me semble-t-il, s'expliquer en partie par le développement accordé par l'auteur à la violence en tant que châtiment exercé indirectement par une tierce personne. On peut penser à ce propos à l'évolution de la notion de justice à la fin du Moyen Age, que Claude Gauvart, dans un article intitulé Criminalité et violence à la fin du Moyen Age, résume de la manière suivante : Entre le xiiième siècle où domine encore la vengeance familiale et le xvième siècle où semble triompher le droit pénal moderne, se situe une période originale pendant laquelle la vengeance subsiste, contrecarrée, mais aussi respectée20. Ysaÿe le Triste témoigne encore largement de l'existence de la violence correspondant à la justice de type individuel, tout en accordant une place importante à une violence témoignant d'une application de la justice plus collégiale, qui dépend de la décision non pas d'une personne mais de plusieurs, et qui n'est plus exercée directement par ceux qui décident du châtiment.

  • 21 C. Raynaud, op. cit., p. 54.

25L'autre originalité fondamentale d'Ysaÿe le Triste, par rapport aux oeuvres évoquées ci-dessus, me paraît résider dans le traitement littéraire du thème du sang lié à la violence. En effet, dans La Chanson de Roland ou dans les romans de Chrétien de Troÿes, le sang apparaît aussi bien dans le cas de personnages jugés preux et courageux, comme Roland ou Lancelot, que dans le cas de personnages négatifs comme Ganelon ou les chevaliers pillards rencontrés par Erec. D'autre part, le fait que le sang apparaisse dans ces textes signifie la blessure sans grande gravité, mais aussi très souvent la mort. Dans Ysaÿe le Triste, d'une part, l'évocation du sang est réservée presqu'exclusivement aux héros connotés positivement par l'auteur, d'autre part, le sang n'est jamais signe de mort. Il faudrait peut-être mettre en rapport ce traitement littéraire du thème du sang avec l'évolution du traitement iconographique de ce thème au xivème siècle. Christiane Raynaud constate que dans les iconographies, la représentation du sang encore rare au xiiième devient plus importante à partir des xivème et xvème siècles et elle évoque à ce propos la place occupée "dans la spiritualité par la contemplation des plaies du Christ "21. Il me semble que le sang dans Ysaÿe le Triste, lorsqu'il coule dans les scènes violentes concernant Marc ou Ysaÿe, a également une valeur messianique.

  • 22 voir Ysaÿe le Triste, op. cit., p. 365.

26A travers la mise en scène de la violence dans Ysaÿe le Triste, c'est donc toute une société qui se dessine avec ses valeurs morales et son fonctionnement juridique et social. La violence est rarement gratuite dans Ysaÿe le Triste : on tue avant tout pour punir ou se défendre. Lorsqu'il y a du jeu dans la violence, lorsqu'elle dérape, l'auteur, par le biais de ses personnages, la condamne comme démesure ou reconnaît qu'il y a faute ou erreur. Tout chevalier qui exerce la violence pour une mauvaise cause est puni de façon violente. La violence apparaît comme une chose sérieuse : elle n'est jamais drôle en elle-même, elle peut cependant devenir humoristique, de par la situation dans laquelle elle vient s'inscrire, ainsi lorsque Tronc se fait poursuivre et battre violemment par Marc, à la suite d'un quiproquo22. D'autre part, même lorsque l'auteur s'abandonne à des débordements descriptifs de la violence auxquelles il prend manifestement plaisir, son propos est avant tout de montrer l'utilité et la juste application de la violence. En conclusion, on pourrait dire qu'Ysaÿe le Triste, c'est un roman arthurien d'aventures du Moyen Age tardif fait pour le divertissement des lecteurs du xivème comme du xxème siècle, mais que c'est aussi, un témoin fidèle de l'évolution des mentalités de son époque, et en particulier de la conception de la violence qui avait cours dans l'imaginaire des hommes de la fin du Moyen Age.

Notes

1 Voir André Giachetti, Ysaÿe le triste, roman arthurien du Moyen Age tardif, Publications de l'Université de Rouen n°142, 1989, p. 26.
N.B. : toutes les références faites au texte proviennent de cet ouvrage.

2 Barry F. Beardsmore, "Les éléments épiques dans le roman "Ysaÿe le Triste "", Actes du XIème Congrès International de la Société Rencesvals, Barcelone 1988, in Memorias de la. Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, 21, 1990, pp. 43-52.

3 Chrétien de Troyes, Cligés, éd. Alexandre Micha, Paris, Champion, C.F.M.A., 1978, v. 2054.

4 Ysaÿe le Triste, op. cit., 1. 113-114, p. 467.

5 Voir Ysaÿe, op. cit, p. 144, 582/19 : Et quant Driadés l'entent, sy commanda que le porte fust ouverte et Marcq entra ens, qui moult sainioit. 582/28 : Et quant Bargons, ly pages entent Troncq, sy passa avant et ly donna grant cop de son puing parmi le visaige sy que le sancq ly fist saillir par le bouche et par le nes.

6 Ibid., p. 316, 490/11-13 : Et Tronc prent ung grant baston, sy fiert sy grans cols a le porte que il samble que il le doye abatre, el ly portier n 'y ose aller parler.

7 Ysaÿe, op. cit., p. 364, 526/52 : Et quant le portier oÿ che, sy ouvry tout, et Tronc entre dedens. Et quant le portier le voit, sy s'en fuit et laisse sez clefz, et Tronc fuit apprés, qui tost le ratainst, et ly donna tel cop de son baston en le teste que tout mort l'abaty a terre, en disant : "Jamais ne serra par ty villenés gentieulx noms " ; p. 401, 551/83-86 : Et Tronc monta ou ly portiers estoit, et quant chieulx le voit, sy laisse lez caines avaller et s'en cuide fuir, mes Tronc, vausist ou non, le prinst par les costés, sy le jetta par lez fenestres es fossés, et rompy le col et touz lez membres, et quant Marc le voit, sy en rist ; p. 426, 564/55-58 : Et Troncq dist "Maistres, je vous prie qu'il soit tuez, car portier traiteur ne fera jamais bien. " Et Marcq dist : "Fay te vollenté ". Et Troncq prinst le maillet ou lez clefs pendoient, sy en fery le portier en le teste et Tescervella et dist : "Tu es ferus de ton baston !"

8 Ibid.„ p. 479/45-48 : mes Troncq le reçupt entre sez bras et laissa l'oisiel voiler, et couru querre du pain desoulx l'arbre, et donna a cascune dez deux dames sy grant cop de puing que le sancq leur fist sallir dez bouches

9 Ibid., p ; 486,620/5-8 : Et Troncq prinst le fer de se hache et coppa lez piés che que hors en paroit, et puis cria que le porte fust hauchye, et ly gaians estoit sy froissiés que soustenir ne se pooit, sy se laissa cheir et morut

10 Ibid.,p. 341,512/25-31.

11 ysaÿe, op. cit., p. 400 ; p. 403 ; p. 415 ; p. 471.

12 Ibid., p. 386, 546/20-24.

13 Voir Ysaÿe le Triste, pp. 212, 325, 433, 435, 472.

14 Ibid., p. 205, 319/14-16.

15 Ysaÿe le Triste, p. 266, 394/8-9.

16 Ibid., p. 73 et p. 190.

17 M. Pastoureau, "Les couleurs ont aussi une histoire", in Histoire, 92, sept." 1986, p. 46-54.

18 C. Raynaud, La Violence au Moyen Age, Paris, Le Léopard d'or, p. 54.

19 Ysaÿe le Triste, pp. 324 ; 444.

20 Claude Gauvart, "Criminalité et violence à la fin du Moyen Age ", in Perspectives Médiévales, 1993, n°19, p.10.

21 C. Raynaud, op. cit., p. 54.

22 voir Ysaÿe le Triste, op. cit., p. 365.

Auteur

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540