Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le « cuer » au Moyen Âge

Ancien Provençal 'cor(s)' et 'cor(p)s' : une quasi-homonymie riche de consequences

Antoine Tavera

Texte intégral

1J'aime à rappeler la boutade d'un de mes collègues de littérature comparée, "moderniste" – d'une culture remarquable, au reste, pour l'antiquité aussi bien, mais peu au fait de la littérature du Moyen Age ; à propos de je ne sais plus trop quoi je parlais, comme si souvent, de l'influence des troubadours ; alors lui : "Tavera, vous êtes impérialiste !"

2Eh oui, bien sûr ; je n'ai pas été une "vocation tardive", à l'âge de vingt-sept ans, pour rien : c'est que j'ai aussitôt vu alors que là – chez Guillaume IX, Cercamon, Jaufre Rudel et la suite - on trouvait l'origine première, à tout le moins la première résurgence d'idées, de sentiments, d'états d'âme – et de techniques pour les dire – qui devaient par la suite prendre une importance énorme dans notre civilisation. Toutes mes recherches depuis lors n'ont fait que confirmer cette impression première, et dans les domaines souvent les plus inattendus. Je connais ainsi le plaisir de l'archéologue découvrant, sous les forums ou sous les cathédrales, des substructures qu'on ne soupçonnait point.

  • 1 L'étude d'A. Roncaglia, "Carestia" (Cultura Neolatina, XVIII, 1958) m'a tout à fait persuadé que l (...)

3Et, pour venir aussitôt à mon propos aujourd'hui : j'ai pu, lors d'un cours de maîtrise qui dura tout un an, faire toucher du doigt à mes étudiants comme un type d'écriture réputé fort moderne, le "monologue intérieur", avait pour ancêtre toutes sortes de "dialogues intérieurs" médiévaux, dont le plus illustre est bien sans doute le Débat du coeur et du corps de Villon ; en descendant la chaine vers notre temps, j'avais trouvé quantité d'exemples dans la poésie et le roman "baroques", dans l'Astrée, dans, bien sûr, la Princesse de Clèves - après quoi le procédé passe à l'abbé Prévost, à Stendhal, etc. etc. ; en la remontant au contraire, je rencontrais Charles d'Orléans, Pétrarque, les romans de Chrétien, Thomas, l'Enéas – et Peire Rogier, tout premier à l'avoir adapté, paradoxalement, dans le cadre de la lyrique ; non point une fois, mais quatre – et sans monotonie ! Il est vrai que, dans l'antiquité, on le retrouve chez Ovide ; avant lui, chez Apollonius de Rhodes ; après, jusque dans les Pensées de Marc-Aurèle ! Toujours est-il que l'auteur de l'Enéas est l'un des tous premiers sans doute à l'employer, au Moyen Age, à l'intérieur d'une narration ; que Peire Rogier est le premier sans conteste à plier à ce caprice la forme lyrique ; les dates, dans les deux cas, ne sont pas très nettes ; étant donnés ses rapports avec le roi Alphonse II d'Aragon, avec le jeune Raimbaut d'Aurenga, on a lieu de penser que Peire avait déjà beaucoup écrit avant 1170 un aîné, sans doute, de Chrétien de Troyes, sur lequel il n'est pas exclu qu'il ait eu de l'influence1.

  • 2 Les trois autres chansons de Peire où l'on trouve également des "dialogues intérieurs" sont : Entr (...)

4Le Débat du coeur et du corps avait donc, trois siècles plus tôt, ses prodromes ; et ceci d'autant mieux que dans l'une des compositions dialoguées de Peire, Non sai don chant e chantar plaqra m fort, les interlocuteurs sont pratiquement les mêmes que dans l'oeuvre de Villon : un "corps" dissipé, insoucieux (amoureux chez Peire), et un "coeur" qui représente évidemment la "conscience", la "sagesse" – et le "remords"2.

5Mais cette opposition si radicale, si haute en couleurs, pour ainsi dire, se serait-elle réalisée dans l'esprit de divers poètes médiévaux, s'il n'y avait, à la racine, un jeu de mots, un quibbling, une hésitation dont on ne saisit bien la raison que dans les textes d'oc ? Vous le savez, on la retrouve partout, cette opposition du "corps" et du "coeur". Cette année, j'ai Adam de la Halle à mon programme ; dans son seul bref Congé, on en trouve deux exemples : d'abord quand il s'adresse à son "amie chère" :

De mon cuer seres trésorière
Et li cors ira d'autre part
Aprendre et querre engien et art...

6Puis, en une opposition plus subtile, lorsqu'il remercie ceux qui lui ont ouvert leur porte dans sa jeunesse :

  • 3 E. de Coussemaker, Oeuvres complètes du troubadour Adam de la Halle, Paris 1872, pp. 277-278.

Bien doi avoir en remembranche
Deus frères en cui j'ai fianche,
Signeur Baude, et signeur Robert
Le Normant, car ils m'ont d'enfanche
Nourri et fait mainte honnestanche,
Et si li cors ne le dessert
Li cuers a tel cose s'aert3.

7Des exemples similaires d'opposition concise et forte entre le "coeur" et le "corps", on en trouvera à foison chez les plus divers auteurs ; cependant il est deux passages du Cligès de Chrétien qu'il faut rappeler ici, en raison de leur date, bien sûr, mais surtout de leur force. L'un est un développement "filé", comme on dit - et "précieux" avant la lettre. Cligès, après maintes aventures en Allemagne, en Bretagne, est revenu auprès de celle qu'il aime, et qui l'aime. Et voici qu'elle lui pose "craintivement" une question :

Demanda li se il amoit
Dame ne pucele el pais.

8Et Cligès de lui répondre, sous forme d'énigme :

  • 4 Cligés, ed. A. Micha (Paris 1957), vers 5112-13, puis 5118-28.

Dame, fet il, j'amai de la,
Mes n'amai rien qui de la fust.
Ausi com escorce sanz fust
Fu mes cors sanz cuer en Bretaigne.
Puis que je parti d'Alemaigne,
Ne soi que mes cuers se devint,
Mes que ça après vos s'an vint.
Ca fu mes cuers, et la mes cors.
N'estoie pas de Grece fors,
Car mes cuers i estoit venuz,
Por cui je sui ça revenuz.4

  • 5 La première formulation du concetto, on la trouve en fait chez Jaufre Rudel, III, 33-36 (cité plus (...)

9Cette "figure" singulière du coeur qui reste auprès de la bien-aimée (ou qui "vole vers elle", comme le répèteront jusqu'à nos jours mille cartes postales), bien que le corps voyage loin d'elle, nous avons là sans doute, un siècle avant Adam, une de ses premières apparitions5. Certes, les troubadours n'ont pas inventé l'amour de loin ; certes, dans les Argonautiques, Médée prédit déjà à Jason que, de retour en Grèce, il ne pourra l'oublier ; mais point avec un moyen d'expression aussi contrasté, aussi fort. C'est là ce qui frappe en ce cas : la fortune d'un moyen d'expression.

10J'en viens maintenant à l'autre passage de Cligès, beaucoup plus ramassé, et si souvent cité : il s'agit du moment où Fenice, amoureuse de Cligès, s'ouvre à sa nourrice Thessala de sa "douce souffrance" ; celle-ci la rassure, s'offre déjà à faciliter les choses... Mais aussitôt Fenice, qui doit épouser Alis, se regimbe à l'idée de commettre l'adultère à la façon de Tristan et Yseut, et prononce ces quelques paroles décisives :

  • 6 Cligés, op. cit., vers 3119-24.

... de mon cors et de mon cuer
N'iert ja fet partie a nul fuer.
Ja mes cors n'iert voir garçoniers,
N'il n'i avra deus parçoniers :
Qui a le cuer, cil a le cors,
Toz les autres an met au defors.6

11Dans le passage précédent, le corps s'évanouissait, en quelque sorte, puisque la mémoire - nous verrons que c'est là un des sens du mot latin cor – était toute prise par le souvenir de l'aimée. Dans celui-ci, il y a une opposition radicale – que l'on retrouve aussi bien dans le Tristan de Thomas, alors que (c'est là le passage de la "salle aux images") le héros évoque les souffrances morales d'Yseut restée auprès du roi Marc :

  • 7 Thomas, Les Fragments du Roman de Tristan, ed. B.H. Wind (Genève/Paris 1960) ; "Fragment de Turin" (...)

Ele a le cors, le cuer nel volt
C'est un turment dont el se deut7.

12Il n'est pas impossible que le passage de Chrét en soit du reste tributaire de celui de Thomas. Sur cette opposition il convient maintenant de s'arrêter.

13L'antithèse du corps et du coeur est bien particulière, bien privilégiée pour ainsi dire : ce n'est pas comme Guerre et Paix, ou L'être et le Néant ; non ; c'est à la fois de la même chose qu'on parle : moi, Fenice, ou elle, Yseut ; mais, en cet être, les deux opposés, les deux extrêmes le visible, l'écorce (Cligès joue évidemment sur les mots lorsqu'il emploie cette comparaison) et l'invisible ; l'extérieur et l'intérieur ; l'"animal" et le "rationnel". Dans le cas de la réplique de Fenice, point de doute : l'amour-sentiment, d'un côté ; de l'autre, l'amour sexuel, l'amour physique entre homme et femme.

  • 8 Cf. plus loin VII, 5 ; XXXI, 3, 10 ; XLI, 10 ; XLIII, 8 (dezirer) ; XLIV, 35.

14Or – et maintenant nous voilà dans le vif du sujet – ce sens d'amour-sentiment donné à cor, ce sens désormais si familier, puisque, en dehors du sens anatomique (l'organe même de la vie), c'est le seul qui soit resté en français moderne, mises à part un certain nombre d'expressions qui renferment encore les divers sens habituels au Moyen Age ("avoir à coeur", "apprendre par coeur"...) ; ce sens de liebenden Empfindung, comme le 9éfinit Lévy dans son dictionnaire, il ne s'est pas fait en un jour. J'ai coutume de dire à mes étudiants, à ce propos, qu'il n'apparaît guère qu'à partir de Bernart de Ventadour. En travaillant à cette communication, j'ai un peu révisé cette affirmation tranchée ; on trouve, chez Cercamon, trois ou quatre occurrences où l'on peut donner ce sens à cor ; chez Jaufre Rudel, quatre ou cinq. Cependant il n'y a pas encore insistance ; pour le dire familièrement, ils n'enfoncent pas le clou ; le premier à le faire, de manière insistante, par des rapprochements très nombreux avec le mot amor, c'est bien Bernart8 ; même chez son contemporain Peire d'Auvergne il n'en va pas ainsi : il n'use encore du mot que dans des sens qu'on peut dire "traditionnels" – on verra qu'ils étaient les mêmes en latin. En tout cas, une chose est sûre : ce sens-là, vous ne le trouverez nullement chez le premier troubadour Guillaume IX, quoiqu'on ait dans son oeuvre quatre occurrences de cor (et une de cors, avec une variante scabreuse sur laquelle je reviendrai tout à l'heure).

  • 9 A. Roncaglia, dans une très dense communication, La svolta poetica di Bernardo di Ventadorn e Tomm (...)

15Ainsi, l'on ne saurait guère imaginer cette antithèse cor / cuer, qui devait avoir le succès que j'ai dit, sans le travail d'orfèvre - pour employer une métaphore chère aux troubadours - de Bernart sur le mot ; et il semble bien, sauf extraordinaire9, qu'il ait été le premier à l'employer

Cor e cors e saber e sen
e fors e poder i ai mes...

  • 10 De même, à la troisième strophe de sa chanson Ja d'ogan pel temps florit, le petit troubadour Adem (...)

16(XXXI, 5), ceci pour dire qu'il est tout entier au service d'Amour, comme il aimera si souvent à le répéter10. Elle n'a pris corps, c'est bien le cas de le dire, que peu à peu ; et il me semble bien évident que le "génie de la langue", comme on dit, y a beaucoup aidé : nous devons, je crois, à la quasi-homonymie des deux mots dans la langue d'oc l'évolution vers l'idée de coeur, symbole même de l'amour-sentiment – fait de mémoire , de volonté, de désir, puisque tels étaient les sens principaux du mot d'abord – par opposition au corps, qui, lui, aspire à la "physique de l'amour", pour parler comme Rémy de Gourmont.

  • 11 Cligés, op. cit., vers 533-49.

17Alors, à propos de "génie de la langue", je me tourne maintenant vers mon collègue Pastré, qui m'a fourni un exemple d'antithèse analogue – fondée sur un jeu de mots -dans la langue des Minnesänger : Lîp (Leib en allemand moderne, "le corps") s'y oppose, remarquait-il, à Lieb, "l'amour", d'où antithèses similaires à celles de cor et cors dans la langue des troubadours. L'homme du Moyen Age aime ces jeux : qu'on se rappelle un autre passage de Cligès, où Chrétien joue d'équivoques sur amer "aimer", amer "amer", et enfin la mer 11 ! Ainsi voit-on encore certains auteurs de fabliaux s'amuser de la quasi-homonymie de vis et vit ...

  • 12 Il est curieux de remarquer qu'en revanche, dans les oeuvres du xie siècle (Boèce, Chanson de sain (...)
  • 13 U.A. Canello, La vita e le opère del trovatore Arnaldo Daniello, Halle 1883.
  • 14 Cf. les vers VI, 14 ; IX, 21 ; XVIII, 13, 28, 30, 32.

18Pour bien expliquer cette équivoque en langue d'oc, il nous faut faire ici un peu de phonétique. C'est fort simple en ce cas. Je connais bien peu la phonétique de la langue d'oil, ne l'ayant guère étudiée ; mais enfin il suffit d'ouvrir n'importe quel manuel pour apprendre que le o bref latin, en syllabe libre, s'est diphtongue dans pratiquement tous les cas, tandis qu'il restait inchangé en syllabe entravée, d'où l'aspect très divers, sur la page comme dans l'oreille, de cuer et de cors. Mais il n'en va pas ainsi en langue d'oc : ce même o bref, en syllabe libre, ne s'est diphtongue que dans des cas assez rares ; même dans ces cas, il y a survivance, dans divers manuscrits, de la forme primitive on lira tantôt fuelha, tantôt folha. Ceci, donc, pour l'héritier de cor, cordis. Ce sera, intact, cor, qui normalement ne devrait pas être suivi d'un s au nominatif ; cependant le fameux " s analogique" joue souvent (comme pour amor, dolor ...) ; par conséquent, au cas sujet, on aura tantôt cor, tantôt cors. Il y a donc, bien souvent, confusion totale avec l'héritier du latin corpus, corporis, qui est cors, indéclinable (si. dans mon titre, j'ai écrit cor(p)s, c'est pour me faire comprendre ; pas plus qu'en oil on ne rencontre, aux xiie et xiiie siècles, la graphie du français moderne qui, si j'en crois Littré, remonte au xive siècle12. Par conséquent, au cas sujet, on a une ambiguïté totale dans bien des cas, et de même au cas régime du pluriel ; il n'y a qu'au cas régime du singulier que l'on distingue à coup sûr mon cor de mon cors ; de même, du reste, au nominatif pluriel - mais je n'ai pas rencontré un seul exemple de celui-ci dans les soixante-dix occurrences qu'on trouvera ci-après. En consultant celles-ci, vous pourrez voir – particulièrement dans le cas d'Arnaut Daniel, où j'ai pu vérifier l'ensemble des leçons d'après l'apparat extrêmement complet et lisible de l'édition de Canello13 – que certains manuscrits enlèvent, pour ainsi dire, ces "analogique" qu'on trouve dans d'autres, afin de souligner le sens "cordial", en opposition au sens "corporel"14. Qu'avait écrit le troubadour ? Mystère ; mais la majorité des transcriptions donnant, dans ces divers cas, cors, on peut penser qu'il prenait plaisir à être ambigu j'y reviendrai. Ce qui est singulier, c'est que l'on retrouve la même hésitation, d'un manuscrit à l'autre, dans des textes d'oïl ; un peu par hasard, toujours chez Adam de la Halle, j'ai pu remarquer que la vieille édition de Coussemaker, pour le vers 27 de la chanson D'amourous cuer voel canter :

Car puis que premier le vi
m'a tenu le cors joli
la grant baerie
que j'ai d'un regard en li...

19donne cette variante, tirée d'un autre chansonnier : "m'a tenu le cuer joli."

20Et maintenant il nous faut faire un peu de sémantique pour mieux comprendre ces jeux de mots. Je me suis servi essentiellement de trois dictionnaires : pour le latin, celui de Benoist et Goelzer ; pour la langue d'oïl, celui de Greimas ; pour la langue d'oc, celui de Lévy. On peut remarquer ceci : en ce qui concerne le coeur, les différents sens du latin classique se sont tous transportés dans la langue d'oïl et dans la langue d'oc, avec fort peu de changements. Goelzer énumère : (1), le coeur, l'organe ; (2), le coeur, sentiment (cor timidum, ferocia corda) – bref ce qui ressent en nous de la joie ou de la douleur, de l'espoir ou de la crainte, etc. ; ce sens est passé en langue d'oil comme en langue d'oc "siège de la vie intérieure", dira Greimas ; "Sitz von Freuden und Schmerz", dira Levy ; (3), l'intelligence, avec deux compartiments, pour ainsi dire : la mémoire, d'une part ; la raison, le bon sens, de l'autre ; tandis que Greimas, pour la langue d'oil, n'indique assez vaguement que "pensées" (dire son cuer), Lévy distingue bien entre "Gedàchtnis" et "Verstand" ; il indique en outre la volonté, l'envie, le désir : aver en cor, "Lust haben zu" ; enfin il constatera le sens qui m'intéresse ici -celui dont je disais qu'il ne s'est pas fait en un jour –"Liebenden Empfindung". En latin, Goelzer indique encore un autre sens, (4) : individu, qui disparaîtra complètement en oïl et en oc, pour passer à cors (sens qu'avait déjà corpus) : en langue d'oïl comme en langue d'oc, mon cors, c'est très souvent "ma personne", "moi". Enfin, petite bizarrerie, Goelzer traduit Meum cor !, qu'il trouve dans Plaute, par "ma chère âme" – on pourrait dire aussi bien "mon petit coeur" ; bizarrerie, dis-je, puisque l'on ne retrouve pas ce sens, impliquant l'affection, avant un certain temps dans les textes d'oc.

21Ce qui est passé dans les langues d'oc et d'oil, c'est, pour résumer : "coeur-organe", "siège de la sensibilité", "siège de la mémoire", "siège de la volonté" : bref, siège de tout ce qui reste toujours aussi mystérieux, pour nous, en 1991, après que des philosophes sans nombre aient essayé de comprendre les rapports de ces "choses immatérielles" entre elles ; du reste – puisque corpus signifie également cadavre, sens qu'on retrouve en langue d'oc (et c'est le seul que l'anglais donne à corpse) – les divers sens figurés de la langue latine viennent peut-être de cette élémentaire constatation que, dès que le coeur a cessé de battre, le corps se trouve privé de sensibilité, de mémoire, de volonté... tout ce que les gens du douzième siècle, qu'ils fussent de langue d'oc ou d'oïl, mettaient habituellement sous cette étiquette de cor.

22Et maintenant il me reste à vous présenter la sélection que j'ai faite d'occurrences de cor(s) et de cors dans les oeuvres de cinq troubadours seulement ; commençant, bien sûr, par Guillaume IX, pour aboutir à Arnaut Daniel, à la fin du siècle. Je crois en avoir compté soixante-dix ; je ne saurais m'attarder sur chacune ; mais j'ai tenu à donner un relevé complet pour le premier troubadour, Cercamon et Jaufre Rudel (laissant tout à fait de côté Marcabru dont l'oeuvre est trop longue, et, à ce jour, dépourvue d'index) ; pour Bernart de Ventadour, il n'y a là qu'une sélection, le mot cor revenant dans son oeuvre, comme l'indique l'index d'Appel – index admirable, qui trie et regroupe les connotations – plus de soixante-dix fois ! Enfin, en ce qui concerne Arnaut, j'ai donné la plupart des occurrences, mais non toutes. Pour Guillaume

23IX et Cercamon, représentés dans un petit nombre de manuscrits, j'ai indiqué précisément ceux-ci, et les variantes ; même chose pour trois pièces de Jaure (III, IV, VI) ; lorsque les manuscrits sont très ombreux, j'indique seulement le chiffre, mais ne laisse pas d'indiquer les variantes significatives (travail que je n'ai pas fait cependant pour Bernart). En regard de chaque citation, je donne mon interprétation ; lorsque vous lisez "s. a.", cela signifie : "sans ambiguïté possible" – soit que le mot cor soit au cas régime, soit qu'on le lise dépourvu d’s au cas sujet. Lorsqu'en revanche il y a ambiguïté, j'ai indiqué, précédés d'un tiret, les deux sens possibles ; et j'ai barré d'une croix la seconde acception lorsque le contexte l'interdisait ; le cas n'est pas bien fréquent : on verra qu'assez vite les troubadours se sont plu, autant qu'il semble, à laisser planer le doute sur ce qu'ils voulaient exactement dire lorsqu'ils écrivaient cors au cas sujet.

  • 15 Tel n'était pas l'avis de R. R. Bezzola. Dans son grand ouvrage sur Les origines et la formation d (...)
  • 16 Le jeu du "trobar" ; à paraître dens les Actes du IIIe congrès de l'A.I.E.O. (Montpellier, août 19 (...)

24Quatre occurrences de cor dans l'oeuvre de Guillaume IX ; toutes dépourvues d'ambiguïté ; seule la dernière a quelque rapport avec l'amour. Les autres représentent un échantillonnage des sens latins : c'est là la mémoire, indiscutablement, dans le premier cas ; "mon coeur s'est presque brisé d'une douleur 'corale'" dans le second voilà qui ferait penser aux souffrances de l'amour si nous ne trouvions ici au "coeur" d'un gab volontairement incohérent15. Dans le troisième passage, le coeur parle dans la veine de l'Ecclésiaste : traduisons la raison. Et puis, avant d'en venir à la dernière occurrence, un mot à propos du vers 14 de cette pièce IX. Ma scabreuse petite trouvaille – si je puis dire, car on peut lire la leçon du us. C dans l'apparat du pudique Jeanroy – amusait beaucoup Jean-Charles Payen, qui souhaitait que j'écrivisse quelque chose à ce propos ; mais c'était bien mince, et désormais la chose est faite grâce à M. Roncaglia, qui y a fait allusion lors d'une fort consistante communication (où il contestait nombre d'"idées reçues" concernant Guillaume IX) l'été dernier16. En effet cette chanson ne peut passer pour une très courtoise exaltation du joy d'amor que grâce à la réfection pratiquée par Jeanroy sur ce vers 14 : co's en voler ... ; et de traduire "jamais homme n'a pu se figurer quelle elle est..." (sous-entendu : la joie du v. 16, qu'on ne trouve du reste que dans le ms. C !). Cette leçon me semble innacceptable morphologiquement – je n'ai jamais rencontré un cos où que ce soit – et totalement improbable. Le problème est grand ici ; d'autant qu'avec deux manuscrits, on se trouve dans le plus embarrassant des cas. Pasero a adopté le cors (cas régime : sans ambiguïté) de E, le jois de C, mais ne parvient à traduire "Mai ci poté figurare corpo più bello..." qu'en inventant lui aussi ; non, cette leçon de E ne se comprend guère que si l'on songe aux "fabrications" de Coppelius, ou du Dr. Frankenstein ! Alors que celle de C donne un sens érotique extrêmement amusant, et qui ne surprend point chez ce fatuus et lubricus. Cependant, les trois dernières strophes de la chanson étant franchement courtoises, on reste perplexe : ce serait un exemple de "mélange des genres" assez inouï.

25La dernière occurrence justement, vers la fin de cette chanson IX, nous rapproche un peu plus du "coeur, siège de l'amour" : la dame "rafraîchit le coeur" et "rajeunit la chair" : sans que le mot cors soit ici prononcé, voici déjà l'antithèse promise à un grand avenir ; mais enfin ici rien d'appuyé le vin aussi "réjouit le coeur", disons-nous dans une acception toute médiévale !

  • 17 Recherches sur les connaissances littéraires des troubadours occitans et catalans des xiie et xlii(...)

26Je ne pourrai maintenant m'arrêter sur chaque occurrence, comme je viens de le faire pour Guillaume IX. Afin que l'oeil puisse repérer plus vite les passages intéressants, chaque fois que le mot cor me semblait, de par le contexte, indiquer bien le "siège de l'amour", je l'ai souligné. Sur neuf passages relevés dans l'oeuvre de Cercamon, je l'ai fait trois fois seulement. Cependant on ne saurait être dogmatique à cet égard, d'autant que les choses ne sont pas encore bien nettes. Les deux premiers exemples, II, 7 et 28, le montrent assez ; au vers 7, c'est, d'abord, la volonté ; au vers 28, la mémoire ; mais enfin, "celle que mon coeur désire", "mon coeur ne pense qu'à elle", voilà qui nous met en plein sur le terrain de l'amour-passion. Rappelons cependant que l'attribution à Cercamon (qu'on ne trouve que dans le ms. D) est bien peu sûre ; Jeanroy avait souligné diverses choses qui la rendent très douteuse. Je ne m'arrêterai quasi pas sur le cor tristan de V, 38, qui a fait couler beaucoup d'encre. On se référera aux Recherches sur les connaissances littéraires ... de F. Pirot17, qui, après divers autres, veut y voir la preuve que Cercamon connaissait déjà la légende de Tristan ; pour bien des raisons (contexte, usage par le troubadour d'autres adjectifs en -an), je suis des sceptiques.

27Avec Jaufre Rudel, la connotation nettement amoureuse prêtée au mot cor commence vraiment à prendre consistance ; cela ne surprendra personne. Je n'hésite pas à le souligner dans l'exemple II, 9 ("Amour de terre lointaine, pour vous tout le coeur me fait mal"). Certes, c'est encore ici le coeur, siège des sentiments agréables ou douloureux ; mais le vers précédent indique assez qu'il s'agit d'une douleur d'amour. À l'inverse, l'exemple VI, 9 ("Qu'on ne s'étonne pas si j'aime celle qui jamais ne me verra : car mon coeur ne connaît joie d'autre amour que celui que j'éprouve pour celle que je n'ai jamais vue") nous parle de joie d'amour ; et c'est bien parce que, pour le troubadour orthodoxe, les joies et les peines les plus vives sont celles de l'amour, que le ce ur, censé être depuis longtemps le siège du sentiment, eviendra, de plus en plus exclusivement, le siège du sentiment amoureux. On notera à ce propos que dans le dernier exemple pris chez Jaufre, VI, 22 – où il est question, comme souvent chez lui, d'amour en rêve - on a deux phrases parallèles : dans la première c'est l'esprit qui vole vers la bien-aimée ; dans la seconde, le coeur, siège de la mémoire amoureuse : ce dernier sera bientôt le mot toujours privilégié, et je n'hésite pas à souligner. Cependant il faut remonter à l'exemple III, 30 pour rencontrer l'occurrence la plus nette : il y est question de l'amour que la bien-aimée enferme dans le coeur de Jaufre ; on peut penser au siège du sentiment, au siège de la mémoire, au siège de la volonté... C'est tout cela à la fois, désormais, le coeur d'un amant.

  • 18 Dans le chapitre qu'il a consacré à "L'imagerie érotique de la Fin'Amors" (Amour courtois et "Fin' (...)

28Mais il faut attendre Bernart de Ventadorn pour voir la chose affirmée et réaffirmée obstinément, avec une force incroyable. J'irai tout de suite au passage le plus caractéristique à cet égard, XV, 2 et 3 : "Chanter ne peut guère valoir, si le chant ne vient du coeur ; et le chant ne peut venir du coeur s'il n'y a, dedans, une fine amour corale ", ajoute-t-il comme pour renchérir encore (on traduit d'ordinaire "sincère"). C'est tout le credo de l'amour romantique en quatre vers -et, à juste raison, une de ses formulations les plus souvent citées. Le tour de passe-passe est effectué : le coeur, qui avait été jusqu'ici le siège de toutes espèces de "choses internes" assez vagues et mal définies, débordant assez souvent l'une sur l'autre, est devenu le siège de l'amour, de manière quasi exclusive. Cependant cette mutation sémantique ne se serait peut-être pas si nettement opérée s'il n'y avait eu, dans la langue, cette précieuse ambiguïté entre le coeur et le corps – qui, lui, très extérieurement, très visiblement, est "tout-moi" ; c'est cette espèce de croisement entre le moi secret et le moi obvie (qu'on me pardonne cet anglicisme – ou cet italianisme : il me semble que le mot manque à notre vocabulaire !) qu'elle permettait en maints cas qui lui a prêté une si grande force. Voyez-le dans les premières citations empruntées à Bernart (III, 21 ; III, 53 ; IV, 45) ; dans ces trois cas, en regard, j'ai donné les deux interprétations, car on peut entendre l'une comme l'autre. Bien sûr, dans les deux premiers cas, on traduira de préférence "mon coeur". N'empêche ! C'est aussi "moi-mon-corps" – et il va sans dire que, en III, 21 notamment, cela peut comporter plus qu'une petite pointe de désir proprement sexuel ; l'oeuvre de Bernart comporte trop de passages vivement sensuels pour qu'il soit interdit d'y penser18. Dans le troisième cas, en tout cas, c'est le sens physique qui prime : puisqu'il est question, au vers 46, de ne pouvoir rester en place, il va sans dire que Bernart parle ici de son corps. N'empêche ! s'il est dans cette inquiétude, c'est bien à cause de celle qui lui vient du coeur ! Equivoque, polysémie très forte, qui fait hésiter entre les extrêmes en principe opposés : voilà à quelle école s'est formé le binôme, le "tandem" du coeur et du corps - dont nous trouvons peut-être la première expression, comme je l'ai déjà remarqué, au vers 5 d'une autre chanson fameuse, Non es meravelha s'eu chan (XXXI) :

Cor e cors e saber e sen
e fors' e poder i ai mes.

29Les quatre autres objets du verbe indiquent assez que c'est tout ce qu'il y a de meilleur dans la personne qui est requise par l'amour "corps et âme", dirions-nous aujourd'hui ; mais Bernart, et cent autres après lui, préféreront dire "corps et coeur". À moins qu'à la manière de Cligès ils ne constatent qu'à la suite d'un éloignement le "coeur" est là-bas, tandis que le "corps" reste ici... Bernart là encore montre la voie voyez l'exemple XLIV, 35 et 37.

  • 19 J'adopte ici une traduction assez floue pour un passage peu clair.

30Je ne puis m'attarder sur chacune des treize citations que j'ai données de son oeuvre (et encore me faut-il rappeler que ce n'est là qu'un petit florilège, tant sont nombreuses les occurrences de cor et de cors dans celle-ci), mais ne veux pas la quitter encore avant d'avoir traduit la huitième strophe de la chanson XL : "Madame, si vous m'écoutiez aussi doucement que je le veux dire en ce commencement de notre amour19, nous échangerions nos esprits, un haut discernement me serait accordé, et donc je saurai comme il en va de vous, et, vous de même, le sauriez (comme il en va de moi) – et nous serions deux coeurs unis ." Depuis, des expressions similaires ont dû être employé des millions de fois par de jeunes amoureux, fussent-ils parfaitement incultes. Aux beaux temps de la carte-postale-pour-amoureux (on n'en voit plus guère, mais ça reviendra), la thématique des coeurs unis, jumeaux, embrassés a inspiré inlassablement leurs créateurs. Le vers même de Bernart a cette touchante naïveté des "cris du coeur"... N'empêche, dirai-je encore une fois : cela ne s'est pas fait tout seul ! Par ailleurs : le mot, ici, est à l'accusatif pluriel ; dans ce cas l'homonymie "coeur/corps" est totale – et il n'est pas besoin du Dr. Freud pour suggérer que le sous-entendu charnel est fort !

31Transition idéale pour passer maintenant au dernier troubadour dont j'aie voulu examiner l'oeuvre (et depuis longtemps : cette recherche-ci est en fait à l'origine de la présente communication) sous cet aspect. En effet je me suis persuadé qu'Arnaut Daniel, esprit subtil et etors, a résolument, sciemment joué sur cette équivoque. Pour Bernart de Ventadorn, j'ai négligé les variantes ; vous les trouverez à nouveau en marge de mon florilège arnaldien (cependant je me contente d'indiquer le nombre des manuscrits en cause : comme celle de tous les grands troubadours de la fin du siècle, l'oeuvre d'Arnaut est représentée un peu partout) ; la tâche était aisée, Canello, dans son édition, ayant eu l'excellente idée de disposer son apparat de façon synoptique – une colonne par chansonnier - ce qui met remarquablement en relief les divergences.

  • 20 Voir les passages VII, 12 et 14 ; IX, 45 et 50 ; XVIII, 13 et 15 ; id., 27, 28 et 30.

32Commençons par quelques constatations assez remarquables. Tout d'abord, remarquons qu'Arnaut a une prédilection pour cor – avec ou sans s finale – et cors. Trente et une occurrences (et je puis en avoir omises) sur une oeuvre de moins de mille vers, ce n'est pas mal. Ensuite, et c'est là que le jeu se complique, il aime beaucoup les employer deux fois coup sur coup, à intervalle très rapproché - un ou deux vers20. Et si le jeu se complique, c'est qu'il aime tout particulièrement employer cors en situation équivoque, où l'on ne saurait jurer s'il parle de son coeur, ou de son corps j'en ai dénombré une bonne douzaine de cas. On comprendra que, bien souvent, les copistes soient restés absourdis, perplexes : particulièrement dans le cas de la sextine, où nous verrons tout à l'heure un vrai feu d'artifice de variantes.

33Ma première citation (VII, 12, 14) présente un excellent échantillon de ces diableries. Au vers 12, unanimité des mss. pour cor ("mémoire", "siège de l'amour"). Mais quel embarras quand on arrive au vers 14 ! Pourquoi, s'il voulait bien parler du "coeur", éprouver le besoin d'écrire, cette fois, cors ? Sept mss. donnent cette leçon ; E et L – que rien, d'ordinaire, ne rapproche – éprouvent pourtant le besoin d'écrire cor, pour éviter la "fâcheuse" ambiguïté ? Et puis nous avons de toutes autres interprétations : IKN2, si souvent d'accord, avec l'appui de R, si distant d'eux, vont donner un sens à peu près opposé : la lenga mas lo cor no uol. Quant à D, il fait bande à part avec une leçon un peu bizarre ici, mais non insensée : la lengas plaing mas lo cors uos dol. Il est des troubadours dont la traduction tient de la quadrature du cercle, et Arnaut est bien de ceux-ci... Mais, à propos de traduction : tous, de Canello à Eusebi, ont traduit la version reproduite ici des vers 14-15 (qui n'est en fait qu'un texte "battant neuf" - comme aurait dit Bédier – depuis Canello, puisque feing ne se lit que dans deux mss. (Le), où ADEGNQ lisent plaing, sens qui ne va pas précisément bien avec les deux premiers vers, tandis que C donne la lenga mi falh !) par quelque chose comme : "la langue dissimule, mais le coeur veut ce dont, souffrant, il se réjouit". Et qu'est-ce qui leur dit, à tous ces traducteurs, que la volonté en question ne vient pas plutôt du corps ?

  • 21 Il miglior fabbro ; à paraître dans les Actes du colloque "Figures de l'écrivain" (1988).
  • 22 Rouben Cholokian, Arnaut Daniel. Master of Words and Women. Je me suis déjà référé à ce congrès de (...)

34Je ne saurais bien sûr m'attarder comme je viens de le faire sur les ambiguïtés de quatre vers seulement à propos de chacun des passages ici reproduits. Il y a trois ans, je faisais à Amiens une communication spécifiquement consacrée à Arnaut21. Je tâchai de donner une idée des étonnants effets de "flou" de son style en citant un passage dont vous trouverez le début ici : IX, 18-27 ; c'est en note que je tâchai d'"anatomiser", comme on peut dire, les multiples, enchevêtrées difficultés d'interprétation qu'il présente - illustrées par les contradictions qu'on trouve en allant d'un traducteur à l'autre : ma note remplit plus d'une page... Si l'on fait abstraction des variantes, on traduira le vers22 de ce passage : "celle dont le (mon) coeur croit les yeux." Mais n'est-ce pas sur les yeux du corps qu'un autre regard produit d'abord son effet ? Ce sous-entendu possible, vous remarquerez que quatre mss. l'ont éliminé en écrivant cor ; or ils représentent trois traditions différentes du texte (C / UV / a). A l'inverse, regardez m'aintenant l'exemple XI, 44, qu'on peut traduire à peu près ainsi : "Penser à elle m'est un repos, et qu'un chancre m'enlève les deux yeux si je ne les réserve pas à la regarder ; et ne croyez pas que le coeur s'en éloigne..." Pas d'ambiguïté dans la plupart des mss. ; cependant A et N écrivent cors, et comme dans les vers suivants il est question de n'être, donc, éloigné d'elle par (pêle-mêle) la religion, les jeux ni la musique - toutes choses qui veulent que le corps se déplace, on peut se demander si ce ne sont pas A et N qui ont raison d'écrire ainsi. Dans l'exemple que j'ai donné sitôt après (XIII, 19) "Et si je vous mens, que jamais plus ne me regarde la belle qui me tient le coeur et l'esprit, que je dorme ou que je veille." Supposons que nous adoptions la variante GHIKN, on la traduirait encore sans doute "celle avec qui mon coeur est, que je dorme ou que je veille" – mais avec un sous-entendu corporel possible, qui éclate, pour ainsi dire, dans la surprenante version du chansonnier de Bernart Amoros (a, l'une des sources indépendantes les plus précieuses pour nous) "(la belle) qui me tient, corps et coeur, que je dorme ou que je veille." Hardi !

  • 23 À l'exception du ms. S, où l'on lit : "A grat de lieis qui de sa verg'es l'arma" – version encore (...)

35Ces ambiguïtés se multiplient, triomphent dans la sextine, l'oeuvre d'Arnaut la plus célèbre et alors (20 manuscrits) et aujourd'hui (elle est dans la plupart des anthologies) ; je m'y arrêterai en guise de conclusion. J'ai entendu en septembre 1989, à Salerne, une singulière communication à son propos23 ; si l'on voulait £ croire son très lacanien auteur, ce texte si abscons se faisait lumineux si on voulait bien le psychanalyser. L'oncle était à la rime en raison du tabou sur l'inceste ; la verga ... passe encore ; mais jusqu'au ferm voler représentait "the power invested in the phallus" (j'ai gardé quelques notes). Je suis bien loin d'être d'accord avec M. Cholokian ; il n'en est pas moins vrai qu'il y a, dans cette oeuvre, entre corps et coeur, corps et âme (un autre des six mots-rimes) un jeu évident, que vous voyez à la multiplicité des occurrences où l'on ne sait pas s'il parle de son coeur, ou de son corps ; et ceci en particulier vers la fin, aux vers 30, 32.

36Avant d'en venir là, arrêtons-nous un instant sur un curieux passage (vers 13-16). "Fussè-je un corps pour elle, et non une âme ! voulût-elle bien me cacher dans sa chambre !" Les mss. U et V (apparentés) ne sont pas d'accord, mais il semble impossible de traduire autrement cette très sensuelle déclaration ; cependant qu'ajoute aussitôt Arnaut ? "qu'aujourd'hui son esclave ne puisse entrer où elle se trouve, cela me navre le coeur plus que coup de verge" Un coeur flagellé ? singulière image ! Ces sortes de punitions s'adressent toujours au corps – et c'est bien en ce sens que les mss. CGM ont rectifié. C'est là un exemple du jeu entre "interne" et "externe", "spirituel" et "sensuel" qu'on trouve tout au long de l'hermétique chanson, et plus particulièrement à sa fin.

37J'en viens maintenant à la strophe V, mon avant-dernier exemple. Le vers 30 en particulier a embarrassé certains copistes (l'écrasante majorité des textes où on lit cors doit faire penser que c'est là la graphie authentique), qui ont préféré écrire cor. Je ne connais pas du tout le chansonnier S, mais j'ai longtemps travaillé sur C, et crois pouvoir dire que son auteur, sans être du tout pudibond (ce codex contient quantité d'oeuvres fort gaillardes), avait tendance à très-courtoisement retoucher les passages un tant soit peu scabreux ou bizarres ; pour Arnaut en particulier, il n'est sûrement pas le "meilleur manuscrit". Expression du topos familier de la séparation corps / coeur dans l'éloignement (comme on l'a entendu dire à Cligès), les vers 29-30 ne peuvent guère se traduire autrement qu'ainsi : "Où que je sois, dehors sur la place ou dans ma chambre, mon coeur ne se sépare point d'elle d'une largeur d'ongle". N'empêche ! deux vers auparavant, on a lu un cors qu'il nous faut bien (en dépit de CM !) traduire par corps ("Un amour aussi fin que celui qui m'entre dans le coeur, je ne crois pas qu'il s'en soit jamais rencontré en corps ni en âme"). Il en résulte un "effet de flou", c'est l'expression que j'aime employer à propos de maints passages difficiles d'Arnaut, où les variantes pullulent. Oui, il s'agit du coeur ; mais, avec une poésie pareille, on ne risque pas d'oublier que le coeur est enfermé au coeur d'un corps !

  • 24 Puois nostre temps comens'a brunezir, v. 19.

38L'avant-dernier vers de la sextine ne comporte pratiquement aucune variante 23 ; de sorte que – à l'exception de M. Eusebi, qui là invente une variante toute gratuite il me semble – on l'a, depuis Canello, transcrit ainsi : " A grat de lieis que de sa verg' a l'arma " (on peut transcrire aussi ... de sa verga l'arma, et c'est alors un sceptre qu'on évoquera) ; et le même Canello ne s'est fait aucun scrupule de traduire "col permesso di colei que delia sua verga ha l'anima" - et, dans une note, il hésite entre une interprétation métaphorique complicatissime et l'"allusion obscène". Pourtant, que je sache, le mot verga, en italien, n'a pas la connotation sexuelle qu'il a en français. L'avait-il en ancien provençal ? L'oracle, Emil Lévy, reste muet. Faut-il imaginer un "hapax sémantique" ? Cela ne surprendrait pas chez un auteur chez qui l'on trouve des douzaines de hapax tout court. Toujours est-il que les premiers vers de la dernière strophe (31-32) sont si singuliers, suggèrent tellement une pénétration physique bien plutôt qu'un pur sentiment (et l'on comprend qu'ici encore CS aient préféré écrire mon cor, pour éviter l'équivoque) qu'on est bien tenté, ici du moins, de parler, avec M. Cholokian, de "power invested by the phallus." Un autre mot de mon collègue m'avait plu, que j'ai copié : il parlait de "rhetorical gamesmanship". Là je suis tout à fait d'accord. Avec tous ses "trucs" verbaux - hapax, équivoques, insistances, on ne saurait énumérer ses ressources – c'est bien le cas de dire qu'il avance masqué, "entre ver e mentir", comme avait dit plus tôt Cercamon des troubadours de son temps24.

39Que la sextine soit une pure expression voilée des "pulsions physiques", je n'en suis pas d'accord du tout ; qu'en revanche elle constitue un jeu subtil sur le fait qu'en amour "corps" et "coeur" ont partie liée... C'est bien ainsi que l'entend Fénice dans les vers que j'ai cités au début de ma communication. Tout mon propos ici, c'était de tâcher à montrer qu'elle ne se serait peut-être pas exprimé par une antithèse aussi ramassée, aussi saisissante, si tout d'abord, en ancien provençal, les deux mots n'avaient été si souvent équivoques.

***

40P.S. Après avoir achevé ce travail, j'ai eu l'occasion de relire diverses pièces d'un des plus intéressants troubadours du xiiie s. commençant, Aimeric de Pegulhan, dans l'excellente édition de Shepard et Chambers (1950). En quatre endroits j'ai rencontré l'emploi équivoque de mos cors, "rectifié" par divers mss. Je les donne ici de suite, sans commentaires : III, 13 "A guissa de fin amador / voill amar celei coralmen / de cui mos cors no s'estrais." (E : mon cor) ; XXXVIII, 33 "Ladonc am mais, mas l'afans m'es tan grieus / qu'en prop non er mos cors vostre ni mieus." ; XLII, 23 "... car mos cors si mes denan / endreich lo fer de sa lanssa. (C : mon cor) ; XLIV, 10 "Mas, s'âges subtilmen cerçaz / mos aibs, no crei que m'o dixes / qu'a tot lo meinz lo cors i es." (U : lo cor). Cette dernière pièce présente ensuite des sous-entendus très licencieux...

41Cor(s) et cor(p)s (ed. Pasero)

42Guillaume IX

43I, 5 : (CE)

E tenhatz lo per vilan qui no l'enten
qu'ins en son cor VOluntiers non l'apren.
(mémoire) s.a.

441V, 15 : (CE)

Per pauc no m'es lo cor partitz
(organe et sentiment) s.a.
d'un dol corau
e no m'o pretz una fromitz !

45VII, 17 : (CEal)

... anc d'aquo c'amiei no-m jauzi
ni o farai ni anc non o fi
c' az essiens
fauc, maintas ves que 1 cor me ditz :
(raison) s.a.
tot es niens.

46IX, 14 :

Anc mais no pot hom faissonar
cors en voler ni en dezir
(E seul ; C con)

ni en pensar ni en consir ;
aitals jois non pot par trobar
(C seul ; E jorns)

e qui be'l volria lauzar
d'un an no'i poiri' avenir.

47IX, 34 :

Pus hom gensor no-n pot trobar
ni huelhs vezer ni boca dir
a mos obs la vueill retenir
per lo cor dedins refrescar
(sentiment) s.a.

e per la carn renovelar
que no puesca envellezir.

48Cercamon (ed. Tortoreto)

49II, 7 : (Df)

Mas non puosc saber enqera
si poirai ab joi remarier
o-m voldra per seu retener
(volonté, désir) s.a.
celia cui mon cor dezira
(Jeanroy, Tortoreto : mos cors)

50II, 28 :

... en autra non ai mon esper
nuoit ni jorn ni maitin ni ser
ni d'als mos cors no consira.
(– esprit
(D mon cor, f mon cors)

51II, 52 :

E pot ben ma domna saber
qe ja nulz hora de mon poder
de meillor cor no'ill servira.
(volonté ) s.a.

52III, 9 : (a1 seul)

De joi no-m cal (d'aissi) enan
c'anc un sol jorn no'n fui garnitz
et es mal cor prion so(s) ditz...
(mémoire, esprit) s.a.

53V, 38 : (a1 seul)

Non a valor d'aissi enan
cela c ab dos ni ab tres jai
et ai'n encor lo cor tristan qe
Dieus tan falsa no-n fetz sai.
(sentiment) s.a.

54VII, 2 : (a1 seul)

Lo plaing comenz iradamen
d'un vers don hai lo cor dolen...
(sent I ment) s.a.

55IX, 9 : (Cerc : DIK ; P. d'A. : E ; B. de V. : N ; P. Vidal : S) : L ; G. Faidit

... que per autra non s'esjau
mos cors ni a benanansa.
(– sent I ment – mon corps, moi)

56IX, 45

... e qui q'en parla ni-n jangloill
us no sap via ni esclau
(– esprit
ni on mos cors plus balansa.
(LN : mon cor)

57IX, 57, 63 : (manquent à ELNS)

Bella domna no'us si'esmais
car no vede(z) vostr'amador
qu'ieu sui chai ses cor trichador...
(volonté) s.a.
e si (ar) no-us vei ni no-us au
ades n'ai al cor membransa.
(mémoire) s.a.

58Jaufre Rudel (ed. Jeanroy)

591,7 : (12 mss.)

Pel novel deport que renha
mi ven al cor grans joys jazer.
(sentiment) s.a.

60I, 12 :

... que'l cors a gras, delgat e gen.
(corps) s.a.

61I, 32 :

... e suy en tant aventuros
qu'enqueras n'ay mon cor jauzen...
(sentiment) s.a., mais
(a : corps)

62II, 9 : (15 mss.)

Amors de terra lonhdana
per vos totz lo cors mi dol.
(-sentiment)

63III, 16 : (Ce)

… per so-m sen trop soen marrir
quar no n ai so qu al cor maten.
(désir) s.a.

64III, 30, 33 :

Ves l'amor qu'ins el cor menclau
(siège de l’amour) s.a.
ai bon talan e bon albir
e say qu'ilh n'a bon escien.

Lai es mos cors si totz c'alhors
(-pensée, désir)
non a ni sima ni raitz
et en dormen sotz cobertors
es lai ab liéis mos esperitz.

65III, 43 :

Ma voluntatz s'en vai lo cors
(e : e’ l cors) n.b. !
la nueit e dia esclarzitz
laintz per talant de son cors...
(Thomas, Jeanroy : socors) n.b. ! !

66III, 53 :

... que tan no fau sospirs e plors
qu'us sols baizars per escaritz
lo cor no'in tengues san e sau.
(sentiment, siège de l’amour) s.a.

67IV, 40 : (Ce)

... totz temps n'aurai mon cor dolen..

68IV, 44 :

Mais d'una re soi en error
e'n estai mos cors esbaitz...
(-esprit)

69V, 38 : (14 mss.)

Dieus que fetz tôt quant ve ni vai
e formet sest'amor de lonh
mi don poder, que cor ieu n'ai,
qu'ieu veya sest'amor de lonh...
(désir, n.b. )s.a.
(S : pos talent n’ai)

70VI, 9 : (CEMRae)

Nuils hom no-s meravill de mi
s'ieu am so que ja no-m veira
que'l cor joi d'autr'amor non ha
mas de cela qu'ieu anc no vi...
(siège de l’amour) s.a., mais : (Ra : cors)

71VI, 15 :

Colps de joi me fer, que m'ausi,
e ponha d'amor que-m sostra
la carn, don lo cors magrira...
(-corps)

72VI, 22 :

Anc tan suau no m'adurmi
mos esperitz tost no fos la
ni tan d'ira non ac de sa
mos cors ades no fos aqui.
(- mémoire-en-rêve)

73Bernart de Ventadorn (ed. Appel)

74III, 21 :

... als no reclama
mos cors mas leis solamen.
(- volonté, désir – mon corps)

75III, 53 :

E s'eu mor car mos cors ama
vos vas cui re no'm defen
(- siège de l'amour – mon corps, je)
tem que i fassatz falhimen.

76IV, 45 :

Las, mos cors no dorm ni pauza
(- mon corps – mon coeur)
ni pot en un loc estar
ni eu no pose plus durar si'lh dolors no'm asoauza.

77VII, 5 :

Ara no vei luzir solelh
tant me son escurzit li rai
e ges per aisso no'm esmai
c ' una clardatz me solelha
d'amor qu ' ins el cor me raya.
(siège de l'amour) s.a.

78IX, 22 :

Tort n'a mas eu lo'lh perdo
e mos cors li reperdona.
(- esprit, coeur)

79XV, 2, 3 :

Chantars no pot gaire valer
si dins del cor no mou lo chans
(sentiment, siège de l’amour) s.a.
ni chans no pot del cor mover
si no'i es fin' amors coraus.

80XXXI, 3, 5 :

Non es meravelha s'eu chan
melhs de nul autre chantador,
que plus me tra'l cors vas amor
e melhs sui faihz a so coman.
Cor e cors e saber e sen
e fors e poder i ai mes.
(- volonté, désir
("coeur et corps) s.a.

81XXXI, 10 :

Ben es mortz qui d'amor no sen
al cor cal que dousa sabor. (esprit, siège de l’amour) s.a.

82XXXIII, 25

Cil que cuidon qu'eu sia sai
no sabon ges com l'esperitz
es de leis privatz et aizitz
si tot lo cors s'en es lonhans.
(- corps

83XL, 64 :

Domna, s'eu fos de vos auzitz
si charamen com volh mostrar
al prim de nost' enamorar
feiram chambis dels esperitz,
azautz sens mi fora cobitz,
c ' adonc saubr' eu lo vostr' afar
e vos lo meu, tot par a par,
e foram de dos cors unitz.

84XLI, 10 :

Cela del mon qued eu plus volh
e mais l'am de cor e de fe...
(volonté, "coeur") s.a.

85XLIII, 8

Can vei la lauzeta mover...
meravilhas ai, car desse
lo cor de dezirer no-m fon.
(siège de l'amour) s.a.

86XLIV, 35, 37 :

Mo cor ai pre d'Amor,
(esprit, mémoire) s.a.#(corps) s.a.
que l'esperitz lai cor,
mas lo cors es sai, alhor,
lonh de leis en Fransa.

87Arnaut Daniel (ed. Eusebi)

88VII, 12, 14 : (13 mss.)

Eu dic pauc q'ins el cor m'esta
(mémoire) s.a.
q'estar me fe temen paors
la lenga's feing mas lo cors
(EIKLN2R cor)
(- volongé, désir ? – corps)
vol so don dolen si sojorna.

89VII, 51 :

... qu'enquera-m sen de la flama
d'Amor qui'm manda
que mon cor non espanda...
(désir) s.a.

90VII, 62 :

Re no il demanda
mos cors ni no ill fai guanda
(- volonté, coeur ? – moi, mon corps)
mas franchamen
li'm ren.

91IX, 21 : (12 mss.)

Tan fo clara
ma prima lutz
(- esprit, coeur ? – corps ?) n.b.
(CUVa : cor
d' eslir
lei don cre-l cors los huels

92IX, 45, 50 :

... ma"l cors terms fortz
(- volonté)
me fai cobrir
mainhs vers
qu'ap tot lo nei
m'agr'ops us bais al caut
cor refrezir
(siège de l’amour= s.a.
que no i val autra goma.

93IX, 104 :

Faitz es l'acortz
(HN : lo cors
qu'el cor remir
(mémoire, siège de l’amour) s.a.
totz
sers lieis cui dompnei
ses parsonier Arnaut.

94X, 13. (14 mss.)

... e si tot venta ill freg'aura
l'amor qu'ins el cor mi plueu
(siège de l’amour) s.a.
mi ten caut on plus iverna.

95XI, 8 : (11 mss.)

... chan que non er segons ni tertz,
ans prims d'afrancar cor agre.
(sentiment) s.a.

96XI, 26 :

Bona doctrina e suaus
(- âme, volonté ? – corps ?)
e cors clars suptils e francx
manda'm er al ferm condug
de leis don plus vuelhs que'm cuelha…

97XI, 36 :

... si m'a'l sen Désirs forsdug
non sap lo cors trep o's duelha.
(- siège de l’amour ? – corps ?)

98XI, 44 :

Pensar de lieis m'es repaus
e tragua’m ambs los huels crancx
s'a lieis vezer no'ls estug ;
(mémoire, siège de l’amour) s.a. mais
(AN : cors)
e l cor non creatz qu'en tuelha...

99XIII, 19 : (14 mss.)

... e s'ieu al meu enten vos mint
(mémoire, siège de l’amour) s.a. mais
(a : cors e l cort t. ; GHIKN : on m’estal cors)
ja mais la bella no'm regart
q'el cor e'l sen tene dormen e veillan.

100XIII, 25, 28 :

Maintas vetz m'es solatz enuocs
ses liei, c'ar de liei vuoili sivaus
(désir, siège de l’amour) s.a. mais
(Sg : cors)
ades dir lo carton o-l quint
qe-l cor non vir vas autra part ;
pert so n'ai d'als pensameli ni talan
qu'il m'es de totz los bos sabers sabors
e vei l'el cor ser'en Poli'o en Flandres
(mémoire) s.a.

101XIII, 32 :

Mout désir qu'eu si'enqer sos cuoes
on m'escaia aitals jornaus
qu'ie-n viuria be d'anz plus vint
tan me te'l cor baut e gaillart
(sentiment) s.a. maïs
(T : cors)

102XV, 11 , 13 : (12 mss.)

D'autras vezer sui secs e d'auzir sortz
q'en sola liéis vei e aug e esgar
e jes d'aisso no'il sui fais plazentiers
("désir, coeur ? – corps ?)
(corps) s.a.
(E : cor)
que mais la vol non ditz la bocha"l cors " corps ?) mais
qu'ieu non vau tant chams vauz ni plas ni puois
q'en un sol cors trob aissi bons aips totz

q'en lieis los vole Dieus triar e assire.

103XVI, 33, 35 : (15 mss.)

... ab joi ses vianda
me sap far mezina conia
(- coeur n.b.
(ECLN2V : cor)
baizan tenen, e"l cors, si tot si vola,
no's part de lieis qui'l capdel' e'l governa.
(-.coeur
(CRTV : cor) n.b.
Cors, on qu'ieu an, de lieis no t luins ni t sebres ! - .

104XVIII, 1 : (20 mss.)

Lo ferm voler q'el cor m'intra...
(esprit, volonté) s.a.

105XVIII, 13, 15 :

Del cors li fos, non de l'arma,
(corps # âme) mais
(UV : cor)
(CGM : cors)
e cossentis m'a celat dins sa cambra,
que plus mi nafra "l cor que colp de verga

qu'ar lo sieus sers lai ont ilh es non intra.

106XVIII, 23 :

... de me pot far l'amors qu'ins el cor m'intra
(siège de l’amour) s.a.
miels a son vol c'om fortz de frevol verga.

107XVIII, 27, 28, 30 :

Pus florisc la seca verga
ni de N Adam foron nebot ni oncle
(siège de l'amour) s.a.
tan fin'amors cum selha qu' el cor m'intra
non cug fos anc en cors no neis en arma : (corps # âme) mais
(CM : cor)
on qu'eu estei, fors en plan o dins cambra,
mos cors no's part de lieis tan cum ten l'ongla
(CS : mon cor)
(- coeur ? - corps ?) n.b.
(- corps ? – corps ?) n.b.
(CS : mon cor)

108XVIII, 32 : (– coeur ?

Aissi s'empren e s'enongla
mos cors en lieis cum l'escors'en la verga

Notes

1 L'étude d'A. Roncaglia, "Carestia" (Cultura Neolatina, XVIII, 1958) m'a tout à fait persuadé que la chanson de Chrétien, D'Amors qui m'a tolu a lui, répondait à celle de Raimbaut d'Aurenga No chan per auzel ni per flor. La vida de Peire Rogier nous dit qu'il séjourna longtemps auprès de Raimbaut - et nous conservons une chanson de Peire a lui adressée. M. Roncaglia, dans l'étude précitée, cite Mme Lejeune dénonçant "l'habitude invétérée de séparer arbitrairement France du Nord et France du Sud dans l'histoire de la littérature du xiie siècle." Il n'est que de voir la chanson de l'alouette (et diverses autres compositions en langue d'oc) citées dans le Guillaume de Dole et le Roman de la Violette ...

2 Les trois autres chansons de Peire où l'on trouve également des "dialogues intérieurs" sont : Entre'ir'e ioy m'an si devis, Ges non puesc en bon vers falhir, Tant ai mon cor en ioy assis.

3 E. de Coussemaker, Oeuvres complètes du troubadour Adam de la Halle, Paris 1872, pp. 277-278.

4 Cligés, ed. A. Micha (Paris 1957), vers 5112-13, puis 5118-28.

5 La première formulation du concetto, on la trouve en fait chez Jaufre Rudel, III, 33-36 (cité plus loin) ; on la retrouve chez Bernart de Ventadorn, XLIV, 35-38 (id.) ; chez Arnaut Daniel, XIII, 25-28 (id.)...

6 Cligés, op. cit., vers 3119-24.

7 Thomas, Les Fragments du Roman de Tristan, ed. B.H. Wind (Genève/Paris 1960) ; "Fragment de Turin", vers 99-100.

8 Cf. plus loin VII, 5 ; XXXI, 3, 10 ; XLI, 10 ; XLIII, 8 (dezirer) ; XLIV, 35.

9 A. Roncaglia, dans une très dense communication, La svolta poetica di Bernardo di Ventadorn e Tommaso autore del "Tristano" , donnée lors du Vie congrès de la Société Internationale de Littérature Courtoise qui s'est tenu à Salerne en 1989, arguant que les indices sur lesquels ont s'est fondé pour situer l'oeuvre de Thomas après 1170 ne tenaient guère, a cherché à montrer que, en ce qui concerne l'auteur (qui se déclare ignorant des angoisses de l'amour, "Por ce que esprové ne l'ai", "Fragment de Turin", v. 147) mieux valait chercher plus haut dans le temps ; il a proposé de l'identifier à un Thomas de Monmouth, moine de Norwich, auteur d'une vie de saint en 1144.

10 De même, à la troisième strophe de sa chanson Ja d'ogan pel temps florit, le petit troubadour Ademar lo Negre (début du xiiie siècle) dira " que 'l cor e l cors m'a sazit " pour exprimer sa dépendance amoureuse ; j'avais versé cet exemple au dossier ; il doit en être bien d'autres.

11 Cligés, op. cit., vers 533-49.

12 Il est curieux de remarquer qu'en revanche, dans les oeuvres du xie siècle (Boèce, Chanson de sainte Foy), corps est écrit comme en français moderne. Une dizaine d'occurrences de cor(s) dans la Chanson ; il va sans dire qu'elles n'ont rien d'erotique

13 U.A. Canello, La vita e le opère del trovatore Arnaldo Daniello, Halle 1883.

14 Cf. les vers VI, 14 ; IX, 21 ; XVIII, 13, 28, 30, 32.

15 Tel n'était pas l'avis de R. R. Bezzola. Dans son grand ouvrage sur Les origines et la formation de la littérature courtoise en occident (Paris, 1966), II, tome 2, pendant trois pages (296-299), il se livre à un commentaire d'un romantisme exalté à propos de ces vers ("... la strophe centrale, qui dépeint le nouvel état d'âme du poète, explique comment des plaisanteries grossières il est passé d'un bond à la vraie poésie...", etc.) Cette strophe centrale, on en trouvera trois vers ici (15-17) ; le dernier de ceux-ci ne semble pas précisément donner raison à Bezzola - et tout, ici, est à l'avenant. Cette singulière composition a donné lieu à d'autres exégèses encore (del Monte, 1955 ; Lawner, 1968 ; Rieger, 1975 ; références complètes dans R.A. Taylor, La littérature occitane au Moyen Age, Toronto, 1977.)

16 Le jeu du "trobar" ; à paraître dens les Actes du IIIe congrès de l'A.I.E.O. (Montpellier, août 1990).

17 Recherches sur les connaissances littéraires des troubadours occitans et catalans des xiie et xliie siècles, Barcelone 1972, pp. 451-58.

18 Dans le chapitre qu'il a consacré à "L'imagerie érotique de la Fin'Amors" (Amour courtois et "Fin'Amors" dans la littérature du xiie siècle, Paris, 1964, II, 5, pp. 120-127), M. Moshé Lazar n'a pas dénombré moins de treize passages où s'affirme ouvertement cette sensualité.

19 J'adopte ici une traduction assez floue pour un passage peu clair.

20 Voir les passages VII, 12 et 14 ; IX, 45 et 50 ; XVIII, 13 et 15 ; id., 27, 28 et 30.

21 Il miglior fabbro ; à paraître dans les Actes du colloque "Figures de l'écrivain" (1988).

22 Rouben Cholokian, Arnaut Daniel. Master of Words and Women. Je me suis déjà référé à ce congrès de l'I.C.L.S. plus haut (note 9).

23 À l'exception du ms. S, où l'on lit : "A grat de lieis qui de sa verg'es l'arma" – version encore plus hardie...

24 Puois nostre temps comens'a brunezir, v. 19.

Auteur

Université de Nice

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540