Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le « cuer » au Moyen Âge

"Remembraunce vient hors de queor" : les transformations d'un motif dans la fable mediévale

Gabriella Parussa

Texte intégral

1Les locutions qui, par métaphore, désignent le coeur en tant que siège des sentiments, de l'affectivité, sont très fréquentes dans la lyrique médiévale ; dans les poèmes en langue d'oc et d'oil les occurences en sont tellement nombreuses que le coeur peut être considéré comme un universel poétique. Les auteurs des romans de chevalerie, mais surtout des chansons de geste, emploient plus souvent le mot "coeur" dans le sens de "vaillance", "courage".

2Mais si le mot entre dans plusieurs locutions de l'ancienne langue française, dont quelques-unes ont survécu jusqu'à nos jours, l'objet en tant que tel entre dans l'espace de la narration comme constituant fondamental du motif du coeur mangé". La célèbre nouvelle du Decameron de Boccace, les Lais d'ignaure et de Guiron, ainsi que le Roman du châtelain de Couci et de la dame de Fayel, présentent des variations du motif du repas cannibale liées à la jalousie et à la vengeance, et fondées sur une perspective courtoise de l'amour.

3Dans la fable esopique, le coeur fait aussi son apparition comme objet de la convoitise des protagonistes, comme met exquis et rare. Mais l'interdiction qui caractérise l'assomption du repas dans la nouvelle, où les actants sont des êtres humains, disparait tout à fait de la fable, où ce sont des animaux, et parfois seulement, des hommes qui se disputent la chair d'un animal. L'organe qui plus que les autres représente la vitalité, la force, les sentiments d'un être vivant, devient dans certains genres narratifs (nouvelle, fable) un objet concret qui, par sa symbolique et par ses nombreuses connotations, renvoie à des significations secondaires.

4C'est cette multiplication des sens qui nous intéresse ici ; nous tâcherons donc de montrer comment des fables différentes se structurent autour du motif unique du "coeur mangé", tout en définissant les lignes d'une tradition qui se manifeste dans les attestations successives d'une même fable.

5Nous croyons pouvoir fixer, à l'état actuel de nos recherches, trois groupes de fables ayant comme noyau fondamental le "coeur mangé" :

  1. Un renard vole et mange le coeur du cerf ou de l'âne qui était destiné au lion.
  2. Un cuisinier mange en cachette le coeur du sanglier qui revenait sans cesse saccager le jardin. Ce coeur était bien évidemment destine au maître de la maison.
  3. Un chien vole un coeur de boeuf dans la boutique d'un boucher. Surpris par ce dernier, il ne sera cependant pas attrapé.
  • 1 Cf. sur cette fable : O. Crusius, "Babrius 95", dans Philologus, 5 3 (1884), p. 227. G.C. Keidel, (...)

6De ces trois groupes, le premier nous parait le plus intéressant pour nos fins ; non seulement par la richesse d'attestations latines et françaises, mais aussi par la grande variété de solutions apportées par les différents auteurs. Nous nous contenterons de jeter un coup d'oeil rapide sur les deux autres groupes, quand la comparaison se révèle fructueuse. Nous allons donc suivre, au fil des attestations, les transformations dans le temps d'un thème ancien, dont l'origine paraît incertaine1. Ce qui nous permettra également d'observer l'évolution de la fable comme genre littéraire, évolution déterminée aussi par une volonté d'adaptation au goût et aux exigences du temps.

  • 2 C. Segre, Avviamento all'analisi del testo letterario. Torino, Einaudi, 1985, pp.348-356.

7Le premier problème qui se pose pour un travail de ce type est celui de la définition du motif ou du thème qui permet de réunir sous un même titre des récits parfois fort différents dans leurs réalisations particulières. La polyvalence sémantique des mots "thème" et "motif", et l'emploi ambigu qui est fait de ces termes en analyse littéraire, nous obligent tout d'abord d'en proposer une définition. Nous suivons ici C. Segre qui identifie à ces deux notions des unités de signification stéréotypées, le thème étant plus ample et concernant une grande partie du texte, ou le texte en entier, le motif étant une unité narrative minimale2.

  • 3 C. Bremond, "Comment concevoir un index des motifs", Le Bulletin du Groupe de Recherches sémio-lin (...)

8En nous servant de la grille proposée par C. Bremond3, nous sommes parvenus, pour le motif en question, à l'énoncé suivant :

9Le renard mange en cachette le coeur d'un animal qui était destiné à un autre animal et parvient à démontrer son innocence quand on l'accuse.

10C'est là en effet le noyau central de toutes les narrations que nous avons analysées. Toutefois, pour montrer les transformations que subit cette fable, il faudrait faire référence, non seulement au motif en tant qu'unité minimale, mais aussi au récit dans sa totalité. Nous tâcherons de passer de la formalisation synthétique, d'ailleurs fort utile pour l'analyse, à un degré moindre d'abstraction, avec l'introduction des déterminations concernant les actants, l'espace, le temps. Malgré des amplifications, des omissions, ou des variations d'autre genre, assez fréquentes dans les textes analysés, nous croyons pouvoir rendre compte du récit en ces termes :

11Envoyé par le Lion (l'Ours), le Renard entreprend de convaincre le Cerf (l'Ane) d'aller voir le Lion (l'Ours), en lui laissant entrevoir une amélioration de sa situation actuelle. Le Cerf (l'Ane) se laisse tromper (2 ou 3 fois) par le Renard, suit son conseil et se fait tuer par le Lion (l'Ours) qui le dévore. Le Renard s'approprie en cachette le coeur de la victime et parvient à démontrer son innocence.

  • 4 S. Thompson, Motif-Index of Folk Literature, new enlarged and revised edition, Copenhagen, Rosenki (...)
  • 5 C. Bremond, op. cit.

12La fonction qui sous-tend ce micro-récit serait sans doute "Deception" et, en effet, il apparaît ainsi classé dans les répertoires de Aarne et Thompson4. À vrai dire, deux récits qui pourraient être groupés ensemble sont répertoriés dans deux sections différentes, mais on a déjà plusieurs fois constaté les limites de cet ouvrage, par ailleurs bien utile, et l'absence de critères taxinomiques précis5. Il faut toutefois préciser que, dans quelques-uns de nos textes, la "tromperie" ("Deception" dans le répertoire de Thompson) est bien le rapport fonctionnel qui traduit en des termes abstraits deux actions distinctes du récit.

  • 6 Cf. L. Hermann, Babrius et ses poèmes, Bruxelles, Revue d'Etudes Latines, 1973 (Coll. Latomus, 135 (...)
  • 7 Ibn al-Muqaffa, Le Livre de Kalila et Dimna ou Fables de Bidpaï, trad. de l'arabe par A. Miquel, P (...)

13La tradition se présente d'emblée double : d'un côté la victime de la tromperie est un cerf, de l'autre c'est un âne. Aborder la question des sources correspond, dans le domaine de la fable, à s'engager dans une voie ardue, et à obtenir souvent des résultats inférieurs aux attentes sur le plan de l'analyse littéraire. L'essentiel, à notre avis, est de constater l'existence de deux groupes de récit, dont les premières attestations qui nous soient parvenues sont : la fable grecque en vers du lion, du cerf et du renard, attribuée, non sans contestations, à Babrius6 ; et la fable du lion, de l'âne et du renard (dans le texte en arabe il s'agit en effet d'un chacal) qui apparaît dans le Livre de Kalila et Dimna7. Peut-on supposer une origine unique pour les deux versions ? Le problème demeure aujourd'hui sans solution.

  • 8 L. Hervieux, Les Fabulistes latins. Depuis le siècle d'Auguste jusqu'à la fin du moyen-âge, Deuxiè (...)

14Nous tenons à souligner, à ce propos, qu'à la fin du siècle dernier L. Hervieux et G. Keidel, qui se sont occupés de cette fable, l'ont associée à la fable 30 d'Avianus8. Nous avons déjà fait allusion à ce récit où le cuisinier vole le coeur d'un sanglier destiné à la table du maître. Or, les deux critiques ont proposé une évolution du motif en trois étapes : 1) d'abord la tradition orientale, avec le Panchatantra, 2) ensuite la tradition "classique", à savoir : Babrius et 3) enfin la tradition médiévale avec Avianus. Il faut toutefois remarquer que la fable dite de type "classique" existe toujours au Moyen-Age et quelle est même mieux attestée que celle dérivant du recueil d'Avianus ; de plus, nous doutons du fait qu'on puisse rapprocher si étroitement les deux récits.

  • 9 G. Dicke et K. Grubmüller, Die Fabeln des Mittelalters und der frühen Neuzeit. Ein Katalog der deu (...)

15Il s'agit dans les deux cas, il est vrai, de coeur mangé, mais les circonstances sont tellement différentes (les actants ne sont pas les mêmes, les mobiles qui les poussent à l'action non plus) qu'il nous paraît difficile d'expliquer, sur le plan de l'analyse du récit, la fable d'Avianus comme si elle n'était qu'une variante médiévale du sujet traité par Babrius quatre siècles auparavant. En constituant donc notre corpus, nous n'avons pas pris en compte Avianus, confortés dans notre choix par D. Gerd et K. Grubmuller qui, dans leur catalogue9, accueillent le récit dans le court résumé initial, mais ensuite le rangent dans un sous-groupe. De plus, aucune traduction médiévale française de cette fable ne nous est parvenue.

  • 10 Editées par E. Du Meril, Poésies inédites du moyen âge. Précédées d'une histoire de la Fable ésopi (...)
  • 11 Cf. L. Hervieux, op. cit., vol. III, p. 506. Le lion est remplacé par l'ours, mais l'intrigue ne c (...)
  • 12 Ibid., vol. II, p. 606.
  • 13 Ibid., vol. III, p. 507.
  • 14 E. Du Meril, op. cit., p. 137. Le catalogue de Gerd et Grubmuller rappelle l'existence d'une autre (...)
  • 15 Johannes Bromyard, Summa Praedicantium omni eruditione refertissima, explicans praecipuos catholic (...)
  • 16 Marie de France, Die Fabeln, éd. K. Warnke, Genève, Slatkine Reprints, 1974, pp. 227-3 1.
  • 17 Jean Gerson, Oeuvres complètes, intr. texte et notes par Mgr. Glorieux, vol. VII, L'Oeuvre françai (...)

16Mise à part la fable de Babrius en grec, nous avons un bon nombre de récits en latin, qui relatent l'histoire du renard et du cerf "sans coeur", d'abord dans les chroniques de Fredegarius (780 ca.) et de Aimon de Fleury (979 ca.)10, ainsi que dans la Vita Mathildis de Dionisio di Canossa (fin xie siècle)11. Trois manuscrits latins conservent cette fable : le manuscrit 536 de la bibliothèque de Bruxelles, qu'Hervieux appelle le "dérivé complet du Romulus anglo-latin"12, le manuscrit 84 de la bibliothèque du Mans (écrit, du xiie siècle)13 et le manuscrit 743/749 de la bibliothèque de Reims (écr. début xive siècle)14. La fable fait encore son apparition dans un recueil destiné aux prédicateurs, publié en 1586 à Venise, sous le nom de Johannes Bromyard15. Au xiie siècle, Marie de France adapte ce récit en vers français et l'insère dans son recueil de fables16, Jean Gerson, vers 1413, raconte l'apologue du cerf "sans coeur" dans sa lettre au roi contre Jean Petit, tout en se rapportant aux chroniques de France17. Après, nous n'avons pu retrouver aucune autre attestation en français dans les recueils des xvie et xviie siècles, à l'exception d'une fable en prose française insérée dans le Thrésor des Recreations, publié à Rouen en 1611.

  • 18 L. Hervieux, op. cit., vol. V, p. 255.
  • 19 Ibid., vol. V, pp. 353-4.
  • 20 Ibid, vol. V, pp. 629-32.
  • 21 Cf. A. Oldrini, "L'ultimo favolista medievale. Frate Bono Stoppani da Como et le sue Fabulae Misti (...)
  • 22 Nicole Bozon, Les contes moralisés, éd. par L. Toulmin Smith et P. Meyer, Paris, Firmin Didot et C (...)

17La fable ayant comme personnage un âne à la place du cerf, apparaît dans le Directorium humanae vitae de Jean de Capoue (vers 1265)18, qui est la traduction latine du Panchatantra et chez Baldus, poète italien imitateur de Jean de Capoue, vivant dans la deuxième moitié du xiiie siècle19. Nous la retrouvons aussi chez Raymond de Bèziers (vers 1313), plagiaire de Jean de Capoue20 et dans le Liber de Fabulis mistice declaratis et proverbiatis, ouvrage resté presque entièrement manuscrit de Bono Stoppani, un frère augustinien qui vecut à Cômo entre 1315 et 137521. La seule attestation de cette version, en langue française, que nous ayons pu retrouver est celle de Nicole Bozon, un franciscain qui vécut entre la fin du xiiie et le début du xive siècle et qui composa des Contes moralises22, parmi lesquels figure notre fable.

18Un survol rapide du corpus nous a révélé une particularité importante concernant la diffusion de la fable au Moyen Age : ces courts récits qui mettent en scène des animaux pour leur faire représenter la société des humains circulent, comme dans l'Antiquité, en recueils, mais aussi dans les chroniques, dans les recueils d'"exempla" et dans les livres à l'usage des précheurs préparant leurs sermons. Les caractéristiques mêmes de la fable qui fonctionne sur un mode analogique assez simple et qui se prête à des explications et moralisations diverses, ont favorisé la pluralité des emplois. C'est pourquoi on voit bien se réaliser, dans ce domaine, toutes les virtualités d'un motif qui tire ses origines du folklore, et qui reçoit une forme, à chaque fois particulière, selon les intentions de l'auteur.

19Dans ce genre littéraire si souple et multiforme, le motif du "coeur" occupe une place bien définie en tant qu'objet de convoitise, mais en passant d'une langue à l'autre, d une période à l'autre, il acquiert des significations différentes que nous essaierons d'analyser ici.

  • 23 Hugonis de S. Victore, De Bestiis et aliis rebus, livre II, cap. XIV, (éd. J.-P. Migne, t. 177, 18 (...)
  • 24 Thomas Cantimpratensis, Liber de natura rerum, éd. H. Boese, Berlin-New York, W. de Gruyter, 1973, (...)
  • 25 Bartholomei Anglici, De genuinis rerum caelestium, terrestrium et infernarum proprietatibus, Franc (...)
  • 26 Vincent de Beauvais, Speculum naturale, liber XVIII, cap. XXXIV - XLIII. (éd. Douai, 1624).

20Pour ce qui est du réfèrent du mot coeur, une question se pose tout de suite : pourquoi les animaux désirent-ils ardemment goûter à ce morceau en particulier ? Autrement dit, le fait de se nourrir du coeur d'un animal correspond-il à une pratique réelle, ou bien est-ce un choix effectué exclusivement au plan de la fiction, en raison des connotations nombreuses de ce terme ? Le coeur des animaux, et du cerf en particulier, était en effet très apprecié dans l'Antiquité et au Moyen-Age pour ses propriétés médicinales. Les ouvrages scientifiques du Pseudo-Hugues de Saint Victor23, de Thomas de Cantimpré24, de Barthélémy l'Anglais25, de Vincent de Beauvais26, et de tant d'autres nous l'attestent, en donnant comme référence l'Histoire Naturelle de Pline, le Phisiologus et Platearius,

"Ossa inventa in corda ipsorum (les cerfs) apta sunt potui cordis pulsu laborantibus. [Pseudo-Hugues de Saint Victor)

Illud (l'os) est de sanguine cordis subrufum, habet virtutem depurandi fumum melancholicum. Datur contra cardiacas et syncopem et contra haemorroides. [Vincent de Beauvais]

Illud os, quod invenitur in corde cervorum supra modum utile, contra multas corporis passiones, et in omnibus nobilibus confectionibus admisceretur. ut ait Dioscorides, Plinius et etiam Constantinus [Barthélemy l'Anglais]

  • 27 C. Opsomer, Index de la pharmacopée du 1er au xe siècle Hildesheim, Zurich, New York, 2 vol., 1989 (...)
  • 28 Nicolas de Salerne, L'Antidotaire Nicolas, éd. P. Dorveaux, Paris, H. Welter, 1896. Cf. le Glossai (...)

21Les renvois de Barthélemy l'Anglais nous ont amenés à poursuivre l'enquête du côté des receptaires. L'Index de la pharmacopée du I au xe siècle27 répertorie dans les recettes analysées huit occurences du "Cervi cor", ou du "Cervi cordis os". Pour notre part, nous avons retrouvé des références aux propriétés thérapeutiques du coeur dans les traductions françaises du xiiie siècle de l'Antidotaire de Nicolas de Salerne et du Circa Instans de Platearius28, où l'os du coeur du cerf entre dans la composition de plusieurs médicaments. Les livres de chasse médiévaux parlent bien évidemment du cerf ; dans Le Livre de chasse de Gaston Phébus on fait référence aux propriétés thérapeutiques du coeur de cet animal en ces termes :

  • 29 Gaston Phébus, Livre de chasse, éd. G. Tilander, Karlshamn, 1971 (Cynegetica. XVIII), p. 64.

Ilz ont dedanz le cuer un os qui porte medicine, quar il conforte le cuer, et trop d'autres choses a il en soy qui seroyent longues pour escrire, qui portent medicine et sont proufitables en diverses manieres29.

22On ne sera donc pas étonnés de voir le lion demander le coeur de cet animal pour guérir sa maladie. Si cela est clair pour ce qui est du cerf, la présence d'un âne dans l'autre version paraît plus difficile à expliquer. Une seule référence est faite au coeur de l'âne dans les ouvrages cites ci-dessus, c'est Pline qui, dans son Histoire naturelle, déclare :

  • 30 Pline, Histoire naturelle, Livre XXVIII, texte ét. trad. et comm. par A. Ernout, Paris, Les Belles (...)

Certains prescrivent de manger le coeur d'un âne mâle et noir, en plein air, avec du pain, pendant la première ou la seconde phase de la lune(...)30.

  • 31 ) Ibid, ch. LXVI, p. 101.
  • 32 Liber medicinae Sexti Placiti Papyriensis ex animalibus pecoribus el bestis vel avibus, in Corpus (...)

23mais il ne faut pas oublier qu'à l'origine le Lion voulait se nourrir aussi des oreilles de cet animal. Pline affirme que le sang tiré de la veine de l'oreille d'un âne guérit de la fièvre "qu'on appelle amphémérique"31, propriété qui est mentionnée aussi dans le Liber medicinae Sexti Placidii Papyriensis32. L'âne et le cerf sont en outre censés être des animaux ayant un grand coeur, d'après Pline :

  • 33 Pline, Histoire naturelle, Livre XI, op. cit., p. 86.

Il (le coeur) est proportionnellement plus grand chez le rat, le lièvre, l'âne, le cerf, la panthère, la belette, l'hyène et tous les animaux timides que la peur rend malfaisants33.

  • 34 Cf. R. Delort, Les Animaux ont une histoire, Paris, Seuil, 1984, pp. 64-65. Cf. aussi : J. Dufourn (...)
  • 35 W. Deonna, Laus asini, dans "Revue belge de philologie et d'histoire" t. 34, 1956, pp. 1-46, 227-3 (...)

24Les propriétés thérapeutiques ne suffiraient pas à justifier le choix de ces deux animaux. Du comportement, des qualités et des défauts de l'âne et du cerf il existe plusieurs interprétations symboliques et allégoriques, souvent contradictoires. Les traits sous lesquels ils sont représentés changent selon les genres littéraires et les buts poursuivis par l'auteur ; il est donc parfois malaisé de définir les contours de ces figures. L'ambivalence des fonctions est une caractéristique de plusieurs animaux dans la littérature médiévale34. Le fait que le cerf soit tantôt une figure du Christ ou du chrétien, tantôt un animal lâche ("timet vox vulpium", rappelle Vincent de Beauvais), ou un sot vaniteux (une fable le montre en train d'admirer ses cornes dans l'eau), ne semble gêner personne. Il en est de même pour l'âne, souvent qualifié de luxurieux et d'ignorant, mais parfois aussi d'animal doux et soumis à l'homme, de bon travailleur. Sans compter le fait que parfois l'on attribue à l'âne des caractéristiques divines35.

25Les auteurs de nos fables devaient bien connaître les défauts respectifs de ces deux animaux car les moyens mis en oeuvre par le renard pour flatter la victime changent selon le type d'animal représenté. Au Cerf il laisse entrevoir la possibilité d'atteindre le pouvoir ; à l'Ane il promet la rencontre avec des ânesses. Encore une remarque à ce propos : ce n'est pas la seule fois où le Renard occasione le malheur du Cerf ou de l'Ane. Dans la br. XIX (éd. Roques) du Roman de Renart, le goupil demande qu'on prenne au Cerf le "mestre nerf", et dans la br. XIII il lui fait couper le "chaaignon". Un sort nullement meilleur est réservé à l'âne Timer dans la br. X.

  • 36 La démarche de Nicole Bozon, qui tire une application morale des qualités et des défauts des anima (...)

26Connaissances scientifiques, attributions légendaires et symboliques, ainsi que les caractéristiques léguées par la tradition littéraire déterminent donc le choix des auteurs, en ce qui concerne les actants et les mobiles36.

27Pour en revenir à notre fable, comme l'a fait observer L. Hervieux, les premières attestations latines qui nous soient parvenues se trouvent toutes à l'intérieur de chroniques. Elles acquièrent la valeur de récits exemplaires aptes à faire envisager, par un procédé analogique, les événements qui sont censés se dérouler dans le futur immédiat. Il y a donc toujours un locuteur hétérodiégètique, un conteur qui dit raconter cette brève histoire pour le plaisir de son auditoire, mais qui se propose d'envoyer un message "codé" à un autre personnage. Fredegarius, Aimon de Fleury, Domnizo de Canossa accueillent cette fable dans leurs chroniques, en modifiant au gré de leurs nécessités, non seulement les circonstances, mais parfois le récit lui-même. On voit se mettre en place un nouveau schéma : le Lion malade et le Renard ne sont plus seuls avec le Cerf, toute une foule d'animaux, formant la cour, entoure les protagonistes. La relation étroite qui doit s'établir entre la diégèse et la réalité historique impose ces variantes : les courtisans, conseillers du roi, lui proposent des moyens de guérison sans se soucier du pauvre Cerf, puis accusent le Renard devant le Lion, donnant lieu à un véritable procès. Il en est de même pour les trois autres manuscrits latins où la fable fait son apparition.

28La tradition qui remonte au Kalila et Dimna, et met en scène un âne à la place d'un cerf, est constituée par des traductions latines de l'oeuvre en sanscrit, traductions dont la première, à notre connaissance, apparaît aux environs de 1265. On voit ici se reproduire la même situation, à ceci près que le Lion malade demande les oreilles et le coeur de l'Ane ; le jeu linguistique du Renard se fonde sur le couple "cor ad intelligendum" et "aures ad audiendum'. (Dans les fables de Bono Stoppani et de Baldus aux oreilles et au coeur s'ajoutent les yeux).

29Quand nous en venons aux attestations françaises nous voyons s'affirmer la tendance â un renouvellement de la mise en scène que nous avions déjà observée dans les fables en latin : la société des animaux reflète l'organisation sociale médiévale. Marie de France parle de "baruns", de "parlement" et N. Bozon relate un véritable procès auquel aurait été soumis le Renard.

  • 37 J. Flinn, Le Roman de Renart dans la littérature française et dans les littératures étrangères au (...)

30Il y a aussi un autre élément nouveau dans ces fables en français le Renard devient médecin du roi Lion, chez J. Gerson, et analyse son urine chez N. Bozon. J. Flinn a affirmé, à propos de ce dernier auteur, qu'il s'agit là sans doute d'une preuve de l'influence du Roman de Renart, où le goupil vient soigner le Lion malade, et fait l'examen de l'urine (R. de R. br.X, Renard Medecin)37.

31Nous retrouvons dans ce récit un schéma actanciel assez fréquent dans la littérature animalière : c'est le couple trompeur-trompé, représenté par le Renard et le Cerf (ou l'Ane), qui se dédouble d'un autre couple -à la fin de la fable- le Renard et le Lion, car c'est le roi des animaux qui est la victime de la ruse finale. Le mobile premier de cette action est la faim ou, tout au moins, le manque ; en l'occurence l'objet pour lequel on entreprend ici la quête servira de médicament.

  • 38 Cf. E. Suomela-Härmä, Les Structures narratives du Roman de Renarl, Helsinki, 1981.

32Mais si la faim est souvent le mobile qui pousse à l'action les animaux du Roman de Renart38 il y a dans la fable quelque chose de plus : le vol du Renard est plutôt une insulte aux plus puissants des animaux, une affirmation de la suprématie du plus faible grâce à son intelligence. Cela se perçoit très clairement dans les fables (surtout celles dérivées de Babrius) où les auteurs mettent en scène un véritable procès. Nous avons affaire ici à un autre schéma classique : la quête de justice. Le Lion est l'arbitre, les "universae bestiae" les accusateurs et le Renard, comme d'habitude, l'accusé. L'arbitre, qui innocente avec sa sentence le Renard, se transforme en dernière instance en trompé et le goupil seul triomphe.

  • 39 O. Crusius, op. cit., p. 227.

33Mais ce schéma narratif où tous, agents et patients, semblent être, d'une certaine façon, coupables, n'est pas aussi fréquent dans l'apologue qu'il l'est dans le Roman de Renart. La littérature didactique oppose normalement le bien et le mal sans laisser au lecteur aucun doute sur le choix à faire. Crusius l'avait déjà fait remarquer dans une brève note sur Babrius 95 ; il considérait cette fable comme un récit raconté pour le plaisir de la narration, plutôt que pour la morale39. Quoique nous ne puissions pas souscrire entièrement à cette affirmation, il est vrai qu'ici on ne sait trop pour qui trancher ; et les hésitations des auteurs dans la formulation de la moralité finale sont un témoignage du caractère insolite de cette fable.

34Le Lion malade envoie le Renard chasser une proie et ne se fait aucun scrupule de la dévorer devant celui qui l'a aidé, sans avoir la moindre intention de la partager (seule exception : la fable du ms. de la Bibl. du Mans). A la fin il est trompé et n'a pas ce qu'il convoitait le plus : le coeur ; et c'est bien fait pour lui aurait-on envie de dire. Le Cerf (ou l'Ane) se laisse tromper deux fois par un décepteur bien connu, à cause de sa soif de pouvoir, de son amour propre (ou de son immodération sexuelle). Il ne sait pas tirer parti de la première leçon ; il meurt, on ne peut trop le plaindre. Le Renard, il est vrai, trompe un animal qui ne lui avait rien fait, et ensuite trompe son seigneur, mais, mis à part le fait que ce personnage jouit souvent de la sympathie des lecteurs et des auteurs (Cf. R. de R.), avait-il vraiment le choix dans cet univers où chacun pense à soi, et où chacun est prêt à sacrifier la vie d'un de ses semblables pour sauver la sienne ? Le Renard va deux fois convaincre la victime de venir voir son bourreau, la chasse a été fatigante, mais aucune récompense n'est prévue pour lui ; qu'il la prenne en cachette, est-ce vraiment une faute de sa part ? Voilà pourquoi les auteurs ont donc ajouté des détails, changé des situations afin d'obtenir une leçon morale claire et univoque.

  • 40 Cf. L. Hermann, op. cit., p. 60.

35Chez Babrius c'est le Cerf, exemple de déraison, qui reçoit la juste punition pour avoir eu un trop fort penchant pour le pouvoir ; le Renard, par contre, ne fait que prendre ce que lui était dû : "Tel fut le profit que lui valut sa peine"40 est le commentaire de l'auteur grec.

36Pour les chroniqueurs, la moralité se réduit à une simple analogie, à une leçon de prudence pour ceux qui se trouvent dans les mêmes conditions que l'animal invité à la cour.

37Dans le Kalila et Dimna et dans tous ses dérivés, on insiste sur la valeur exemplaire de l'anecdote : il faut réfléchir avant d'agir, ne pas oublier les leçons de l'expérience. Mais Baldo et, après lui, Bono Stoppani donnent une version légèrement différente du récit et de la morale. Le Renard promet au Lion malade et affamé de lui apporter une proie, mais elle sera sans coeur, sans oreilles et sans yeux. Le Lion accepte l'offre, mais au moment de manger l'Ane, il en demande précisément ces trois organes. Le Renard dit que, comme il l'avait prédit, l'animal n'en avait pas. La morale qu'en tire Bono Stoppani est très particulière et se rapproche d'une explication allégorique : le Lion représenterait le diable et le Renard son suppôt maléfique, identifié à la "pompa mundi", qui corrompt l'Ane pêcheur préoccupé uniquement des biens d'ici-bas. Explication qui transforme la fable en un récit exemplaire figurant les dangers qui dérivent de l'amour des richesses, des biens matériels et passagers.

38Dans les trois manuscrits latins du Moyen-Age on assiste à un glissement vers la déculpabilisation du Cerf, car il s'est trouvé confronté aux paroles mensongères du traître goupil. Il faut d'ailleurs remarquer que dans ces récits, ce n'est pas le Renard qui s'occupe de chercher le Cerf ; il n'a donc pas d'excuses, il est un simple voleur.

39Marie de France clôt la fable avec une comparaison entre le Lion et un homme "fols" qui choisit comme compagnon un "sage". Ce dernier, avec sa ruse, trompe l'autre quand il s'agit de partager quelque chose. L'attention se focalise donc sur le couple Lion-Renard et sur les rapports de force qui s'établissent entre eux.

40Nicole Bozon, par contre, préfère insister sur la stupidité de l'Ane qui, comme tout pêcheur, commet toujours les mêmes fautes, jusqu'à sa perdition.

41Jean Gerson se range plutôt dans la lignée des chroniqueurs et examine le comportement du Cerf, ses devoirs envers son seigneur le Lion.

42Nous abordons maintenant la question de la langue et des connotations liées au terme "coeur", connotations très importantes pour un récit fondé justement sur un jeu de mot, sur la polyvalence sémantique de "coeur".

  • 41 Pline, op. cit., Livre XI, ch. LXIX, p. 86.
  • 42 Thesaurus linguae latinae, editus auctoritate et consilio academiarum quinque germanicarum (...), (...)
  • 43 W. von Wartburg, Französisches Etymologisches Wörterbuch Basel, Helbing et Lichtenhahn, vol. 2, II (...)
  • 44 Tobler-Lommatzsch, Altfranzösisches Wörterbuch, vol. 2, II, Wiesbaden, F. Steiner, 1956, col. 1112 (...)

43Chez Babrius la ruse renardienne consiste à priver le mot "coeur" de son sens référentiel : coeur est ici synonyme de "esprit", il renvoie aux facultés intellectuelles. Il ne s'agit pas simplement d'un sens figuré du mot, Pline affirme que la pensée réside dans le coeur : "Ibi mens habitat"41. En latin en effet, le procédé est également possible, il est même plus riche, le Thésaurus linguae latinae définit ainsi les divers emplois du mot "cor" : "sedes affectuum", "sedes cogitationis et cognitionis", mais aussi "memoriae"42. Il existe plusieurs attestations de cette dernière signification, en latin classique et médiéval. Et en français ? Aussi riche que le latin en emplois figurés, la langue française permet au Renard de jouer son tour au Lion sur deux niveaux : en effet, le coeur peut être considéré comme le siège de l'intelligence et comme le réceptacle de la mémoire. Le dictionnaire étymologique de W. von Wartburg atteste le sens de mémoire à partir du xiiie siècle43. Les emplois particuliers du terme sont répertoriés par Tobler -Lommatzsch44, qui renvoie aux fables de Marie de France et de Nicole Bozon, tout en citant aussi un exemple tiré du Livre dou trésor de Brunetto Latini.

  • 45 La fable du recueil paru en 1611 n'insiste pas sur les connotations du mot coeur, mais plutôt sur (...)

44Il manque des attestations plus tardives de la fable de l'animal sans coeur45. Est-ce à cause d'une évolution linguistique qui voit diminuer le nombre des locutions figurés, ou bien à cause du fait qu'à partir du xve siècle on n'associe plus du tout "coeur" à "mémoire". Il existait il est vrai une locution comme "apprendre par coeur", mais elle était peut-être devenue une expression figée, et l'on ne croyait plus que la mémoire vînt du coeur. Déjà le dictionnaire de Huguet ne donne plus aucun exemple d'emploi de coeur dans le sens de mémoire et Furetière, dans son Dictionnaire universel, écrit :

  • 46 A. Furetière, Dictionnaire universel, La Haye/Rotterdam, A. et R. Leers, 1690.

Coeur, se dit figurément en choses spirituelles et morales, et signifie l'âme, et ses principales fonctions, parce que quelques Medecins, et entre autre Fernel, ont crû que les principales parties de notre esprit residoient au coeur, comme l'entendement, la volonté, la mémoire46.

  • 47 Le Dictionnaire de l'Académie Française [fac-similé de la Ière éd. Paris, J.-B. Coignard, 16941, L (...)

45Que la mémoire soit dans le coeur est donc une croyance du passé et, si le Dictionnaire de l'Académie Française47 affirme encore que coeur signifie aussi mémoire, c'est pour citer deux expressions figées telles que : "garder dans son coeur" et " apprendre par coeur", expressions qui ne nous disent rien sur le rapport que les parlants établissaient entre le mot "coeur" et son référent réel. De plus la locution "avoir coeur", qui apparaît dans la justification du Renard ("s'il avait eu coeur, il ne serait pas venu") avait aussi d'autres significations qui pouvaient engendrer une confusion et rendre obscur le sens de la fable.

  • 48 Ces deux vers apparaissent dans tous les mss. sauf A, D et M. Cf. Marie de France, Les Fables, éd. (...)

46Si maintenant nous regardons comment les auteurs ou les traducteurs ont interprété le jeu linguistique du Renard, nous nous apercevons qu'ils attribuent le plus souvent au coeur le sens de siège de l'intelligence, sauf deux auteurs français qui expliquent clairement le bienfondé de la ruse renardienne. "Remembraunce vient hors de queor" dit le Renard dans la fable de N. Bozon, et chez Marie de France il se justifie ainsi : "Senz quer fu e senz remembrance :/ pur ceo revint par ubliance"48.

47L'absence d'attestations plus tardives de cette fable nous oblige à regarder du côté des autres fables où il est question d'un coeur. En traduisant du latin d'Avianus la réplique du cuisinier essayant de justifier le manque de coeur chez le sanglier, Guillaume Haudent, un fabuliste français du xvie siècle, semble ne pas avoir compris que la sottise de l'animal (qui revient là où un danger le guette) est la pièce à conviction. Il transforme, et cela, nous croyons volontairement, la stupidité en méchanceté :

  • 49 G. Haudent, Trois cent soixante et six apologues d Esope traduicts en rithme française, d'après l' (...)

Mais le rusticque appaisa lors son duel
En luy disant monsieur n'ayez merveille
san senglier n'avez un coeur trouvé
car de ce cas point ne m'esmerveille
veu qu'icelluy ay moy mesme approuvé
Avoir esté d'un vouloir reprouvé49.

  • 50 Aesopi fabulatoris clarissimi très et triginta fabulae (...)ab Laurentio Valla e greco in latinum (...)

48De cette façon, le coeur devient le siège des sentiments, ce qui était peut-être plus facile à comprendre pour ses lecteurs. D'ailleurs, il transforme tout aussi bien les paroles du boucher de la fable de notre troisième groupe, lequel en latin disait au chien qui s'échappait après avoir volé un coeur d'un animal dans sa boutique : "non enim mihi cor sustulisti, sed cor dedisti"50. Ce qui équivaut à dire :"Dorénavant je garderai dans mon coeur le souvenir de ce que tu m'as fait". Haudent, incapable de restituer en français le jeu sur le mot "coeur", traduit par :

  • 51 G. Haudent, op. cit., n° 10.

Mais pour l'advenir en effect,
Me garderay de ton m'effect[sic],
Car pour un coeur que tu as prins
Songneux seray si que deffaict
Plus de toy ne seray surprins51.

49Un autre fabuliste français, Guillaume Tardif, cinquante ans auparavant avait traduit la même fable ; il avait réussi à garder une plus grande fidélité au texte latin, mais avait dû introduire toute une proposition explicative :

  • 52 G. Tardif, Les Apologues de Laurent Valla translatés du latin en françois et suivis de ditz moraux (...)

Vous me cuidés avoir osté le cueur, mais certes vous me lavés donné, car, en quelque lieu que vous soiés, vous ne partirés point de mon cueur, ains me soviendra toujours de vous, pour vous rendre le plaisir, quant je pourray52.

50Cette analyse comparée de différentes versions d'un même récit nous a donc permis de suivre l'évolution d'un motif sur le plan diachronique, et le processus d'adaptation d'une langue à l'autre.

51Nous avons montré comment les ! transformations de la moralité finale entraînent tout naturellement des changements dans le déroulement de l'action, dans la caractérisation des personnages. Le support thématique du motif varie selon le dessein des auteurs de focaliser l'attention sur des problèmes d'ordre politique, réligieux ou de morale générale, et selon le type de texte dans lequel la fable est insérée.

52De plus, comme la ruse du Renard fonctionne grâce à l'existence des diverses connotations du mot "coeur", le passage d'une langue à l'autre, et peut-être même d'une période à l'autre détermine, lui aussi, des changements de perspective, des ajustements.

Notes

1 Cf. sur cette fable : O. Crusius, "Babrius 95", dans Philologus, 5 3 (1884), p. 227. G.C. Keidel, "Die Eselherz Fabel", dans Zeitschrift für vergleichende Literaturgeschichte. 7 (1894), pp. 264-7. E.L. Rochholz, "Das Thiermarchen von gegessenen Herzen", dans Zeitschrift für Deutsche Philologie, 1 (1869), pp. 181-198. E.F. Ohly, "Sage und Legende in der Kaiserchronik", dans Untersuchungen Uber Quellen und Aufbau der Dichtung, 1968 2.

2 C. Segre, Avviamento all'analisi del testo letterario. Torino, Einaudi, 1985, pp.348-356.

3 C. Bremond, "Comment concevoir un index des motifs", Le Bulletin du Groupe de Recherches sémio-linguistiques (EHESS), Institut National de la Langue Française, décembre 1980, n° 16, pp. 15-29.

4 S. Thompson, Motif-Index of Folk Literature, new enlarged and revised edition, Copenhagen, Rosenkilde and Bagger, 6 vol., 1955-58, vol IV, 1957. A. Aarne, The types of the folktale, translated and enlarged by S. Thompson, Helsinki, Suomalainen Tiedeakatemia, 1961 ( FF Communications, 184).

5 C. Bremond, op. cit.

6 Cf. L. Hermann, Babrius et ses poèmes, Bruxelles, Revue d'Etudes Latines, 1973 (Coll. Latomus, 135), pp. 56-60.

7 Ibn al-Muqaffa, Le Livre de Kalila et Dimna ou Fables de Bidpaï, trad. de l'arabe par A. Miquel, Paris, Klincksieck, 1957, pp. 192-195.

8 L. Hervieux, Les Fabulistes latins. Depuis le siècle d'Auguste jusqu'à la fin du moyen-âge, Deuxième édition entièrement refondue, Paris, Firmin -Didot, 1893-1899, 5 vol., III vol., pp. 249-260. G.C. Keidel, "Die Eselherz", op. cit., pp. 264-67.

9 G. Dicke et K. Grubmüller, Die Fabeln des Mittelalters und der frühen Neuzeit. Ein Katalog der deutschen Versionen und ihrer lateinischen Entsprechungen, Munich, Fink, 1987 (Munstersche Mittelalter-Schriften, 60), n° 281.

10 Editées par E. Du Meril, Poésies inédites du moyen âge. Précédées d'une histoire de la Fable ésopique, Paris, Franck, 1854 (Genève, Slatkine Reprints, 1977), pp. 135-6.

11 Cf. L. Hervieux, op. cit., vol. III, p. 506. Le lion est remplacé par l'ours, mais l'intrigue ne change pas.

12 Ibid., vol. II, p. 606.

13 Ibid., vol. III, p. 507.

14 E. Du Meril, op. cit., p. 137. Le catalogue de Gerd et Grubmuller rappelle l'existence d'une autre version latine de cette fable dans le manuscrit Harley 7322, f. 16r°-v°, de la British Library. Nous avons obtenu une photocopie des deux feuillets mais, malheureusement, elle est illisible.

15 Johannes Bromyard, Summa Praedicantium omni eruditione refertissima, explicans praecipuos catholicae disciplinae sensus, et locos ; (...), Venetiis, 1586, cap. XIIII, n° 26. Cet auteur vécut dans la première moitié du xive siècle.

16 Marie de France, Die Fabeln, éd. K. Warnke, Genève, Slatkine Reprints, 1974, pp. 227-3 1.

17 Jean Gerson, Oeuvres complètes, intr. texte et notes par Mgr. Glorieux, vol. VII, L'Oeuvre française, sermons et discours (340-398), Paris, Tournai, Rome, New-York, Desclée et Cie, 1968, p. 1025.

18 L. Hervieux, op. cit., vol. V, p. 255.

19 Ibid., vol. V, pp. 353-4.

20 Ibid, vol. V, pp. 629-32.

21 Cf. A. Oldrini, "L'ultimo favolista medievale. Frate Bono Stoppani da Como et le sue Fabulae Mistice Declaratae, dans Studi Medievali, II (1906-7), Torino, Loescher, pp. 155-218. Le manuscrit des Fabulae est conservé à la bibliothèque de Cremona, sous la cote 23 ; la fable en question se trouve au folio 9 r°-v°. Cf. aussi ; C. Filosa, La favola e la letteratura esopiana in Italia dal Medioevo ai nostri giorni, Milano, Vallardi, 1952, pp. 46-7.

22 Nicole Bozon, Les contes moralisés, éd. par L. Toulmin Smith et P. Meyer, Paris, Firmin Didot et Cie, 1889, pp. 176-7.

23 Hugonis de S. Victore, De Bestiis et aliis rebus, livre II, cap. XIV, (éd. J.-P. Migne, t. 177, 1854, col. 64).

24 Thomas Cantimpratensis, Liber de natura rerum, éd. H. Boese, Berlin-New York, W. de Gruyter, 1973, pp. 121-3.

25 Bartholomei Anglici, De genuinis rerum caelestium, terrestrium et infernarum proprietatibus, Francfurt, N. Steinii, 1609, lib. XVIII, cap. XXIX, p. 1048.

26 Vincent de Beauvais, Speculum naturale, liber XVIII, cap. XXXIV - XLIII. (éd. Douai, 1624).

27 C. Opsomer, Index de la pharmacopée du 1er au xe siècle Hildesheim, Zurich, New York, 2 vol., 1989, t. I, p. 182

28 Nicolas de Salerne, L'Antidotaire Nicolas, éd. P. Dorveaux, Paris, H. Welter, 1896. Cf. le Glossaire pp. 52 et 81. Le livre des simples medecines. Traduction française du Liber de simplici medicina dictus 'Circa instans' de Platearius, tirée d'un manuscrit du xiiie siècle, Paris, 1913, pp. 146-7.

29 Gaston Phébus, Livre de chasse, éd. G. Tilander, Karlshamn, 1971 (Cynegetica. XVIII), p. 64.

30 Pline, Histoire naturelle, Livre XXVIII, texte ét. trad. et comm. par A. Ernout, Paris, Les Belles Lettres, 1962, p. 100.

31 ) Ibid, ch. LXVI, p. 101.

32 Liber medicinae Sexti Placiti Papyriensis ex animalibus pecoribus el bestis vel avibus, in Corpus Medicorum latinorum, vol. IV, éd. E. Howald et H.E. Sigerist, Leipzig/Berlin, B.G. Teubner, 1927, pp. 233-286.

33 Pline, Histoire naturelle, Livre XI, op. cit., p. 86.

34 Cf. R. Delort, Les Animaux ont une histoire, Paris, Seuil, 1984, pp. 64-65. Cf. aussi : J. Dufournet, Le Bestiaire de Villon, et M. Bath, The serpent -eating stag in the Renaissance dans "Actes du IVe colloque de la Société Internationale Renardienne" Evreux, Paris, P.U.F., 1984, pp. 192-3, et pp. 55 -63.

35 W. Deonna, Laus asini, dans "Revue belge de philologie et d'histoire" t. 34, 1956, pp. 1-46, 227-364, 623-58.

36 La démarche de Nicole Bozon, qui tire une application morale des qualités et des défauts des animaux, confirme l'existence d'un lien étroit entre les propriétés des animaux et les rôles joués par eux dans la fable.

37 J. Flinn, Le Roman de Renart dans la littérature française et dans les littératures étrangères au Moyen Age, Paris, P.U.F., 1963, pp. 502-506.

38 Cf. E. Suomela-Härmä, Les Structures narratives du Roman de Renarl, Helsinki, 1981.

39 O. Crusius, op. cit., p. 227.

40 Cf. L. Hermann, op. cit., p. 60.

41 Pline, op. cit., Livre XI, ch. LXIX, p. 86.

42 Thesaurus linguae latinae, editus auctoritate et consilio academiarum quinque germanicarum (...), vol. IV, Leipzig, Teubner, 1906-9, col, 929-41.

43 W. von Wartburg, Französisches Etymologisches Wörterbuch Basel, Helbing et Lichtenhahn, vol. 2, II, 1944-6, pp. 1170-78.

44 Tobler-Lommatzsch, Altfranzösisches Wörterbuch, vol. 2, II, Wiesbaden, F. Steiner, 1956, col. 1112-21.

45 La fable du recueil paru en 1611 n'insiste pas sur les connotations du mot coeur, mais plutôt sur le comportement du Cerf.

46 A. Furetière, Dictionnaire universel, La Haye/Rotterdam, A. et R. Leers, 1690.

47 Le Dictionnaire de l'Académie Française [fac-similé de la Ière éd. Paris, J.-B. Coignard, 16941, Lille, 1901, 2 vol., t. I, pp. 204-5.

48 Ces deux vers apparaissent dans tous les mss. sauf A, D et M. Cf. Marie de France, Les Fables, éd. C. Brucker, Louvain, Peeters, 1991, p.271, n. 10.

49 G. Haudent, Trois cent soixante et six apologues d Esope traduicts en rithme française, d'après l'édition de 1547 par Ch. Lormier, Rouen, Boissel, 1887, n° 200.

50 Aesopi fabulatoris clarissimi très et triginta fabulae (...)ab Laurentio Valla e greco in latinum sermonem conversae (...), Paris, S. Colinaei, 1521, p. 6.

51 G. Haudent, op. cit., n° 10.

52 G. Tardif, Les Apologues de Laurent Valla translatés du latin en françois et suivis de ditz moraux, Le Puy/Paris, Marchessou/Didier et Champion, 1876, n° 10.

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540