Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le « cuer » au Moyen Âge

Les maladies de coeur dans les recueils de recettes médicales et pharmaceutiques de la fin du Moyen Âge

Marie-Thérèse Lorcin

Texte intégral

1Les maladies cardio-vasculaires arrivent en tête des causes de décès dans l'Occident actuel, devançant le cancer qui inspire pourtant une terreur plus grande. C'est le privilège des populations bien nourries mais usées par le tabac, l'alcool, le stress, et surtout exposées, par l'allongement constant de la durée de la vie, à ces affections dont la fréquence croît avec l'âge. Les prouesses de la chirurgie cardiaque ne suffisent pas à renverser la tendance, puisque les maladies cardiovasculaires étaient responsables de 31,5 % des décès dans la France de 1950, et de 37,5 % en 1980.

2Dans ce domaine, la société médiévale fait figure de monde à l'envers. La durée moyenne de la vie est si brève que peu de systèmes circulatoires ont le temps de se scléroser et, puisqu'il faut bien mourir de quelque chose, famine, peste, typhoïde et autres tueurs traditionnels suffisent à la tâche.

3De plus, les maladies de coeur devaient être des plus difficiles à diagnostiquer. Le coeur est alors fort mal connu, bien que les médecins voient en lui le "principe de vie" et lui attribuent le titre d'organe principal que lui dispute le cerveau. Mais son fonctionnement reste mystérieux. Il faudra attendre Michel Servet (+1553) et André Vésale (+1564) pour admettre la circulation pulmonaire, pour voir que le coeur droit et le coeur gauche ne communiquent pas, et pour distinguer les veines des artères. Auparavant, ces conduits sont plus ou moins confondus et l'on croit qu'ils reçoivent directement des poumons l'air qui sert à refroidir le coeur.

  • 1 Guy de Chauliac : La Grande Chirurgie, op. cit., 1ère partie, chap. 5 (anatomie de la poitrine).

...."Et du senestre orifice en sort la veine pulsatile, de laquelle une portion va au poumon, qui est dite artère veinale, portant les vapeurs fumeuses au poulmon, et introduisant l'air pour raffraîchir le coeur".1

4Les affections cardiaques, plus rares que de nos jours, avaient donc de fortes chances soit de passer inaperçues, soit d'être confondues avec d'autres.

5Heureusement pour ceux qui s'intéressent à l'histoire de la santé, ces maladies sont assez nombreuses et variées pour que l'on puisse conserver l'espoir d'en rencontrer la trace.

  • 2 Encyclopaedia Universalis, art. "coeur" et "circulation".

6Un premier groupe est destiné à échapper totalement aux investigations2 ; ce sont les anomalies cardiaques, connues depuis peu de temps, et qui devaient entraîner une mort précoce.

7D'autres maux résultent de ce que le coeur ne parvient pas à s'adapter aux besoins nés de l'effort physique. La médecine antique connaissait déjà ce phénomène, qui peut se manifester par l'essoufflement, des bruits anormaux, l'étouffement, les palpitations, les syncopes...

8Il est aussi des cardiopathies d'origine infectieuse fréquentes chez les pauvres et les mal logés. On peut supposer que les populations médiévales en ont souffert.

  • 3 Le Régime du corps..., p. 31.

9Enfin, les "mouvements de l'âme", comme l'expliquait Aldebrandin de Sienne, peuvent détruire la santé du corps, puisque tous deux sont solidaires. Colère, liesse, peur, honte, tristesse, envie, angoisse, ne peuvent se produire sans mouvoir "les esperis qui viennent du cuer". Si le mouvement est brusque, il peut anéantir "le caleur naturel du cuer et des membres, si com le vent fait de le candele".3 Voilà pourquoi il faut se garder de "corechier".

10Les symptômes des maladies de coeur sont tels qu'en bien des cas, la confusion est possible avec des troubles voisins. Cette difficulté a dû contribuer jadis à détourner l'attention vers d'autres organes et orienter en conséquence le choix des remèdes.

11La quête aux maladies de coeur devrait se poursuivre à travers des sources variées. Faute de temps, j'ai simplement examiné des recueils de recettes médicales et pharmaceutiques rédigés au cours des xiiie, xive et xve siècles. C'est donc sous l'aspect de la thérapeutique, au niveau le plus concret et le plus humble, qu'apparaîtront ici ces affections. Les traités de médecine serviront simplement à interpréter les résultats constatés.

12Comme on pouvait le prévoir, le coeur figure rarement dans ces documents. Mais la rareté elle-même a ses nuances qualitatives et quantitatives. C'est pourquoi il convient de distinguer soigneusement les "recettes médicales" des autres types de sources.

Le coeur dans les diverses sources utilisées

Le coeur dans les diverses sources utilisées

13Plusieurs centaines de recettes médicales de la fin du Moyen Age ont été publiées. Quelques unes sont écrites en latin, davantage en français, en provençal, en "langue des Pyrénées". Quoi qu'il en soit, elles se ressemblent par la forme comme par le contenu. Elles sont laconiques et catégoriques. Elles nomment le mal sans le décrire, elles énumèrent les ingrédients à employer sans préciser les quantités ni les détails de la préparation.

  • 4 Romania, 1889, p. 575 (n° 42),

14"Pour outer le mal de cuer et le venin, prenez omude (fougère) et gruel d'avoine et triblez tout ensemble et cuisiez en burre tant qu'il soit bien cras, si en mangiez chascun jour au matin et au soir"4. "Dolor de cor. Pren d'ensens e destrempa lo am de claira d'u ou e pauza lo sobre las venas.

  • 5 Romania, 1959, n° 50 et 51,

15Item : os de cor de servi combust, donas l'en a beur am d'aigua cauda"5.

16Préparer ces remèdes n'exige pas d'autres ustensiles que ceux de la cuisine : couteau, marmite, pilon et mortier.

  • 6 cf. ma communication : les "meschantes herbes des jardins", colloque du CUER-MA de 1990 sur le thè (...)
  • 7 Bull. Soc. Fr. de la médecine, 1939 (op. cit).

17Dans la majorité des cas, les ingrédients sont faciles à trouver. Racines et herbes potagères sont nommées plus souvent que les épices ; plantain et poireau arrivent en tête6. Ces recettes étaient appliquées, enseignées, diffusées avant tout par les femmes. C'est ce que permettent de constater les carnets d'un médecin, esprit curieux de tout, qui exerça à Strasbourg à la fin du xive siècle, et qui remarque que les plus actives propagandistes de cette médecine des familles étaient les servantes, dont la sienne en bonne place.7

18Comme on peut le voir (cf. tableaux 1 et 2), le coeur arrive en dernière position parmi les organes et membres dont s'occupe cette médecine populaire. Le même corpus de 857 recettes fournit deux renseignements qui complètent le constat.

19Les végétaux mentionnés sont nombreux et leur usage en général approuvé par la science actuelle. Qu'en était-il des plantes dont on tire de nos jours des toniques ou des régulateurs cardiaques, mais dont l'usage est périlleux, telle la Belladone ?

  • 8 Recettes... en langue vulgaire des Pyrénées, op. cit. n° 286, 287.
  • 9 Ibidem, n° 210-212.

20Aucune plante de ce genre n'est mentionnée dans les médications prescrites "pour le coeur". Mais plusieurs figurent dans le corpus, et sans que nulle part on signale les risques encourus. Prenons deux exemples. La digitale, appelée gantaria, est très amère. Son suc est conseillé à qui a les dents déchaussées. Il est bon aussi, consommé avec du miel, contre les vers8. La jusquiame, (narcotique fort dangereux) guérit les anthrax et bubons si l'on pose dessus sa racine écrasée. Plus inquiétant : le suc mêlé à du miel et du safran donne joie et allégresse au corps9. Or si l'usage externe de ces plantes est sans doute iroffensif, il n'en est pas de même si l'on introduit leur suc dans l'estomac, fût-ce avec du miel...

  • 10 Ibidem, n° 652, et Bull. SATAF, 1906, n° 41,

21Enfin, dans les recettes où il est question du coeur, c'est souvent un autre organe qui est en cause. Comme de nos jours, avoir mal au coeur est avoir mal à l'estomac... Pusieurs recueils donnent le conseil suivant : cuire des centaurées dans du vin blanc, épaissir avec du miel, manger chaque matin 3 cuillerées de ce mélange. Le malade, qui trouvait tout amer, retrouvera "talent de mengier et de boivre"10.

  • 11 Recettes.... Pyrénées, n ° 195.

22Il n'est pas moins difficile d'isoler le coeur des voies respiratoires ; le siège de la douleur et les symptomes du mal sont proches. Un texte ordonne la racine de gentiane écrasée et mélangée à du vinaigre pour guérir les maux suivants : pleurésie, crachement de sang, toute douleur de poitrine, et point de côté. "Et tol dolor de costat et del cor".11

  • 12 Prendre lierre, millefeuille, quintefeuille, faverole, plantain, oseille ; en extraire le jus ; aj (...)

23Le seul cas qui semble réellement concerner le coeur est le remède destiné à ceux qui ont "les sangs tournés" à la suite d'une peur soudaine. Au reste, ce remède est long à préparer puisqu'il s'agit d'un pain qu'il faut faire cuire. Le commotionné a tout le temps de retrouver son assiette tout seul12.

24Les médications populaires, comme on le voit, ignorent le coeur. Les plantes dangereuses sont utilisées sans précaution. Les "maux de coeur" viennent de l'estomac et la "dolor de cuer" peut avoir des origines diverses.

25Ces confusions sont d'autant plus excusables que les professionnels eux-mêmes s'y trompent. C'est ce que l'on constate en parcourant l'Antidotaire Nicolas et le Livre des simples médecines.

26Les recettes pharmaceutiques sont très différentes des précédentes. Il faut pour les exécuter une balance, voire un alambic. Elles exigent une grande variété d'épices coûteuses. Les légumes du jardin, les "mauvaises herbes" des chemins et talus, en revanche, jouent un rôle insignifiant. Voici un exemple tiré de l'Antidotaire Nicolas.

27Electuarium Pliris arcoticon (1) Electuarium pliris vaut a mélancolie, à feibleté de ventrail et de couz (2), a pamaisun (3) ; il rent la memoire et acui[se]sen (4) ; il vaut [à] epilensie.

28Pren : quanelle, girofle, noiz muscade (5), lignum aloes, garingaut, espic, noiz mirisque (6), gingembre, spodium, junc costu (7), rose, violes, ana dragme II ; riquelice, storac, mastic, sansucus, basme, marjolaine, basilicon, cardamome, lonc poivre, mirtilles, citre (8), ana dragme.i. ; been blanc et vermeil, coral, seie arse (9), ana grains. XV ; musque, camfre, grains, v. ; sirop rosat sofeisant. Soit doné au matin et à soir o eve teide (10).

291. Pliris est completa medicina, arcoticon principium interpretatur. Cette composition était donc le princeps electuariorum.

302. Coeur. 3. Pamoison. 4. Ms acuisen. Sen, sens, intelligence. 5. La noiz muscade, dont la vraie place est après l'espic, se trouve ici par suite d'une distraction du copiste. 6. Noix muscade. 7. Ms. Jus de coste. 8. Corticis citri, écorce de citron. 9. Soie brûlée. 10. Avec eau tiède.

31Le Livre des simples médecines est un catalogue de plantes et autres substances médicales. Il indique à quelles autres médecines chaque ingrédient doit être associé et constitue de ce fait un recueil de recettes sous une forme abrégée ; "Contra pasmoisons et contra feblece dal cuer. Donez la poldre de garingal o (avec) le jus de la borrage". (n° 506).

32Le coeur est plus souvent nommé dans ces deux ouvrages que dans les recettes médicales étudiées supra. Cependant 8 des 22 articles répertoriés dans le "Livre n'emploient le mot que pour localiser un mal de façon approximative (cf. tableau 3).

  • 13 Régime du corps, IVe partie, (p. 194)

33Les traités d'anatomie, comme chacun sait, décrivent le corps en procédant de la tête aux pieds ; le thorax est, comme les autres parties du corps, décrit avec tout son contenu. Le coeur étant l'organe le plus important de ceux que renferme le "piz", il est volontiers choisi comme repère. Aldebrandin de Sienne décrit ainsi un torse velu et le tempérament de son propriétaire : ... "et qui a les costés plains de peus, c'est entor le cuer, si est preus et hardis".13

34Ces localisations imprécises contribuent à expliquer la polyvalence des remèdes. Chaque préparation décrite dans l'Antidotaire est valable en plusieurs cas : "Diadoron Abbatis vaut a chaunice, aus passions du foie, à tisique, à etique, à dolor de cors (coeur) qui vient de chalor, et après fievre chaude " (n° 20)

35Les savants ont donc eux aussi quelque peine à localiser les sensations, à interprêter les symptômes, à attribuer à chaque organe sa juste responsabilité.

36Pourtant il y a une différence très visible entre le corpus de recettes examinées en premier lieu et celles que contiennent les recueils destinés aux spécialistes. Non seulement le coeur occupe ici une place un peu plus grande, mais les maux sont identifiés d'une façon parfois beaucoup plus précise, et l'on rencontre enfin de vraies maladies de coeur sans confusion possible. De plus, les remèdes sont prescrits non seulement en fonction d'une connaissance empirique des plantes, mais conformément à la théorie des quatre éléments.

37Le mal est désigné dans la majorité des cas d'une manière allusive : faiblesse de coeur (7 fois), douleur (4 fois), pamoison (5 fois), scotomie i-e vertige. Mais on rencontre aussi "la maladie du cuer" et le terme technique de "cardiaque" :

  • 14 Antidotaire Nicolas, n° 52, p. 23. Voir aussi le tableau 4.

38"Pocio muscata vaut à cardiaque, à scotomie, à faiblece de ventrail, à vice de pormon"14.

  • 15 De la propriété des choses... livre VII, des maladies, chap. 21 : du tremblement du coeur.
  • 16 Antidotaire Nicolas, n° 12, p. 7

39La cardiacam passionem est décrite par Barthélémy l'Anglais15. C'est une maladie qui présente deux variétés. La première est la "cardiaque diaforétique", i.e. sudorifique, qui ouvre les "petits pertuis" du corps. Elle provient de chaleur et se manifeste par la sueur et les pamoisons fréquentes. La seconde est "la cardique tremblant", due au froid. Elle peut provenir aussi de l'insuffisance du foie, d'une excessive réplétion ou inversement d'un trop grand flux de ventre, enfin des émotions violentes, des mouvements de l'âme. Elle provoque de sueurs froides et le "tremblement du coeur" que l'on sent en posant la main dessus. Elle peut entraîner la mort subite. Plus grave et plus répandue que la première, on la soigne surtout à l'aide de "médecines confortatives : électuaires, bois d'aloès, toutes les substances recommandées aussi contre les pamoisons, dont la préparation pharmaceutique appelée Diamargariton, à base de perles. "Diamargariton : pren les dus margarites (a). Il vaut principalement contre le vice des membres esperitaus ou (b) eve froide agusee de la poudre d'os de couer de cerf ou de noiz muscade ; il vaut à tote dolor de couz (c) et de ventrail"16.

40(a) : les perles perforées et les non perforées.

41(b) : avec

42(c) : pour cuer (coeur)

43L'élément "froid" est donc le principal responsable des tachychardies, syncopes et arrêts du coeur. Le coeur est en effet, explique Aldebrandin de Sienne, comme une fontaine d'où la vertu et la chaleur sont envoyées à tout le corps. C'est un organe chaud, et qui doit rester chaud. L'air venu des poumons suffit à le raffraîchir : les défaillances du coeur proviennent le plus souvent d'une attaque "froide" qu'il faut combattre à l'aide de substances "chaudes".

  • 17 bourrache : adoucissant de toutes inflammations des voies respiratoires. Sudorifique.
    menthe : stim (...)

44Les remèdes indiqués dans l'Antidotaire et dans le Livre des simples médecines se conforment à ces principes (cf. tableaux 3 et 4). Le premier, dans les quatre recettes où il est question du coeur, nomme 66 fois des substances chaudes et 27 fois des substances froides. Ce sont principalement des épices (canelle, poivre,...). Ce sont aussi des plantes indigènes comme le plantain, la rue, la menthe, la bourrache, le romarin... Heureux choix puisque ces végétaux sont encore utilisés comme antispasmodiques, comme stimulants, comme cardiotoniques17. Les produits exotiques sont majoritaires (54 occurrences sur 109) qu'il s'agisse de végétaux comme le bois d'aloès, de produits d'origine animale comme la soie brûlée, le corail, ou d'origine minérale comme la terre sigillée importée d'Asie Mineure. Toutefois l'os de coeur de cerf, bien de chez nous, est une substance froide, tout comme la rose et le lapis-lazuli.

45Les quatre remèdes décrits dans l'Antidotaire doivent être donnés avec du sirop rosat ou mieux, du miel, objet de louanges unanimes. Guy de Chauliac le conseille tout particulièrement dans le chapitre qu'il consacre aux plaies de la poitrine.

  • 18 La grande chirurgie, 3e partie, chap. 5 : les plaies de la poitrine.

46"Et generalement avec tous tels medicaments, il faut mêler du miel. Car le miel est instrument de leur distribution, et est comme un véhicule ou chariot qui porte viste avec ce qu'il ne nuit pas aux ulceres".18

47Le coeur et les maladies de coeur tiennent donc une place très modeste dans les thérapies populaires et savantes. Cependant les médecins décrivent fort justement certains troubles du rythme cardiaque et les maux qui en résultent.

48Les savants sont conscients du rôle décisif que joue le coeur, organe principal, fontaine de vie qui envoie la chaleur dans le corps et qui entretient avec l'âme des rapports privilégiés. Mais ils savent aussi que cet organe "esperital" est malaisé à observer (le pouls, les tempes, l'état général sont les moyens d'approche) et difficile à soigner. Le petit nombre de maladies et de remèdes contenu dans les recueils de recettes est un aveu d'impuissance. C'est pourquoi les ouvrages théoriques (traités d'anatomie, régimes de santé) insistent sur la manière de le ménager. User de tout avec modération et à bon escient, éviter les émotions, les passions et les vices qui détruisent la paix de lâme et fatiguent le coeur : voilà la façon de conserver la santé. La médecine savante du Moyen Age se veut préventive, et c'est son principal mérite.

Tableau 1 Les affections signalées dans les recettes médicales et pharmaceutiques (occurences et pourcentages)

Tableau 1 Les affections signalées dans les recettes médicales et pharmaceutiques (occurences et pourcentages)
  • 1 Recettes médicales d'origine diverse. Total : 857 recettes
  • 2 Recettes médicales en langue des Pyrénées. Total : 384 recettes
  • 3 Antidotaire Nicolas : 85 recettes pharmaceutiques

Note (1)1
Note (2)2
Note (3)3

Tableau 2 Parties du corps mentionnées (occurences et pourcentages)

Tableau 2 Parties du corps mentionnées (occurences et pourcentages)
  • 4 Recettes Médicales

Note (1)4

Tableau 3 Affections localisées "environ le cuer", "entor le cuer" dans le Livre des simples médecines

Tableau 3 Affections localisées "environ le cuer", "entor le cuer" dans le Livre des simples médecines

Tableau 4 Affections attribuées au coeur dans le Livre des Simples Médecines

Tableau 4 Affections attribuées au coeur dans le Livre des Simples Médecines

Bibliographie

Sources utilisées

A.– Recettes médicales

(1). Joret (C) et Meyer (P) : Recettes médicales en français publiées d'après le manuscrit 23 d'Evreux, Romania, XVIII, 1889, p. 577 sq. (56 recettes).
(2). Meyer (P) : Recettes médicales en français, Bulletin de la S.A.T.A.F., XXXII, 1906, p. 37-52 ( 64 recettes).
(3). Brunei (Cl.) : Recettes médicales, alchimiques et astrologiques du xve s. en langue vulgaire des Pyrénées, Toulouse, 1956 (384 recettes de médecine humaine).
(4). Brunei (Cl). : Recettes médicales d'Avignon en ancien provençal, Romania, LXXX, 1959 , p. 145-190 (251 recettes).
(5). N. Coulet : Documents aixois (1ère moitié du xve s.), in le corps souffrant, maladies et remèdes, Razo n° 4, Nice 1984, p. 1 25- 1 26 .
– D. Le Blévec : Pharmacopée populaire en Comtat Venaissin : les recettes du notaire Jean Vidal (1395), ibidem, p. 1 27- 1 31 (35 recettes).
(6). Faits cliniques observés à Strasbourg et à Haslach en 1362 et suivis de formules de remèdes, pub. par le Dr. E. Wickersheimer, Bull. Soc., fr. d'hist. de la Médecine, 1939 (67 recettes).

B.– Recettes pharmaceutiques

– Dorveaux (Dr. P.) : L'Antidotaire Nicolas, deux traductions françaises (xive et xve s.), Paris, 1896 (85 recettes)

C.– Catalogue de plantes et autres substances médicales

Le Livre des Simples Médecines, traduction du Circa instans de Platearius, pub. par le Dr. P. Dorveaux, Paris, 1913 (1135 articles ).

D.– Traités de médecine et de chirurgie

1. Avicenne : Poème de la médecine, trad. par H. Jalier et A. Nourreddine, Paris, Les Belles Lettres, 1956.

2. Le Régime du corps de Maître Aldebrandin de Sienne pub. par L. Landouzy et R. Pepin, Paris, Champion, 1911

3. Bartholomeus Anglicus ; De proprietatibus rerum, traduction française par Jean Corbechon en 1372, impr. à Paris par P. Farget..., 1510, inf°

4. Guy de Chauliac : la Grande Chirurgie composée en 1363, éd. par E. Nicaise, Paris, 1890.

Notes

1 Guy de Chauliac : La Grande Chirurgie, op. cit., 1ère partie, chap. 5 (anatomie de la poitrine).

2 Encyclopaedia Universalis, art. "coeur" et "circulation".

3 Le Régime du corps..., p. 31.

4 Romania, 1889, p. 575 (n° 42),

5 Romania, 1959, n° 50 et 51,

6 cf. ma communication : les "meschantes herbes des jardins", colloque du CUER-MA de 1990 sur le thème parcs, jardins et vergers.

7 Bull. Soc. Fr. de la médecine, 1939 (op. cit).

8 Recettes... en langue vulgaire des Pyrénées, op. cit. n° 286, 287.

9 Ibidem, n° 210-212.

10 Ibidem, n° 652, et Bull. SATAF, 1906, n° 41,

11 Recettes.... Pyrénées, n ° 195.

12 Prendre lierre, millefeuille, quintefeuille, faverole, plantain, oseille ; en extraire le jus ; ajouter grains de baie moulus et jaune d'oeuf et farine de froment ; en faire un pain cuit. Bull. SATAF, 1906, n° 1.

13 Régime du corps, IVe partie, (p. 194)

14 Antidotaire Nicolas, n° 52, p. 23. Voir aussi le tableau 4.

15 De la propriété des choses... livre VII, des maladies, chap. 21 : du tremblement du coeur.

16 Antidotaire Nicolas, n° 12, p. 7

17 bourrache : adoucissant de toutes inflammations des voies respiratoires. Sudorifique.
menthe : stimulante, fortifiante, antispasmodique.
sarriette : stimulante, tonique, antispasmodique, antiseptique.
romarin : stimulant, tonique, cardiotonique
plantain : cicatrisant, adoucissant, tonique
rose : fortifiante, tonique, vulnéraire, antihémorragique

18 La grande chirurgie, 3e partie, chap. 5 : les plaies de la poitrine.

Notes de fin

1 Recettes médicales d'origine diverse. Total : 857 recettes

2 Recettes médicales en langue des Pyrénées. Total : 384 recettes

3 Antidotaire Nicolas : 85 recettes pharmaceutiques

4 Recettes Médicales

Table des illustrations

Titre Le coeur dans les diverses sources utilisées
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3110/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Tableau 1 Les affections signalées dans les recettes médicales et pharmaceutiques (occurences et pourcentages)
Légende Note (1)1Note (2)2Note (3)3
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3110/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre Tableau 2 Parties du corps mentionnées (occurences et pourcentages)
Légende Note (1)4
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3110/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Tableau 3 Affections localisées "environ le cuer", "entor le cuer" dans le Livre des simples médecines
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3110/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Tableau 4 Affections attribuées au coeur dans le Livre des Simples Médecines
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3110/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 382k

Auteur

Université de Lyon II

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540