Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le « cuer » au Moyen Âge

Préférer la Vierge à l'autre Marie

Étude sur le miracle XXIII de Jean Le Marchant*

Gérard Gros

Texte intégral

  • * Jean le Marchant, Miracles de Notre-Dame de Chartres, publiés par Pierre Kunstmann. Chartres-Ottaw (...)

1Vaste programme, que d'évoquer le coeur de la Vierge. On pourrait le faire d'un point de vue objectif, dans la perspective hagiographique, en montrant comment les séries de Miracles, latines puis romanes, narratives puis dramatiques, ne cessent d'exalter, dans les situations d'épreuves et de détresse, le recours à la miséricorde inépuisable de Celle qui, dans la tradition cistercienne, s'appelle justement Notre-Dame. Ou bien, d'un point de vue subjectif, il faudrait considérer l'ample mouvement qui, dans le poème lyrique, à partir du xiiie siècle, convertit le dévouement à la dame en dévotion pour la Vierge, métamorphosant du même coup les valeurs du discours. Le Miracle XXIII de Jean le Marchant occupe une place intermédiaire : c'est un conte hagiographique, d'ailleurs translaté du latin ; mais c'est aussi l'histoire d'un amour où le clerc, destiné sans le savoir, accepte pour toujours un engagement où le miracle agit d'une façon comparable à celle de la merveille dans Lanval.

Un "fiancé de la Vierge"

2D'abord le résumé du Miracle, et, pour ainsi dire, l'argument du récit :

3Voici encore un conte plein de vérité : vous ne pourriez l'écouter sans profit. L'amour terrestre, la Vierge nous y exhorte et enseigne à le laisser pour mériter la parfaite constance du sien. Vous allez entendre comment Elle aime.

  • 1 "(...) un clerc qui en france ot esté Escoliers, yver et esté..." v. 43-44.
  • 2 cf. le titre : Dou valet anglais...
  • 3 v. 401 : "ses parens", et, dans la reprise du v. 403 : "ses amis". Il nous semble que les deux mot (...)

4Le livre rapporte qu'un clerc natif de Londres, s'en retournant en Angleterre après une année d'études à Paris, fit escale sur son chemin à Soissons pour entendre la messe. La cathédrale de Chartres venait de brûler, et le chapitre avait envoyé des prêcheurs en mainte région collecter des fonds pour sa reconstruction. L'écolier1 est saisi par le sermon qu'il entend et par l'émotion des fidèles. Mais, désargenté, comment donnerait-il, pour l'oeuvre chartraine, le fermail d'or qu'il rapporte et destine à sa petite amie nommée Marie ? Son coeur se partage entre Vertu, qui l'invite à l'offrande, et Fole amour, qui le détourne vers les appâts du plaisir : Vertu, secondée par Raison, finit par l'emporter. Quittant Soissons, oblation faite, le jeune homme2, à la fin du jour, demande l'hébergement à un père de famille qui, soigneux de l'éducation de ses filles, l'envoie coucher à l'écart dans une grange. Là, réveillé vers minuit par une extraordinaire clarté, la Vierge le visite, accompagnée de deux dames. Elle lui promet, en récompense de son amour chaste et de sa loyauté, de le réconforter et de l'aider à tout jamais. Sur sa poitrine, elle porte le fermail d'or : cette apparition n'est pas un songe. Le clerc, après avoir passé sans encombre la Manche puis visité à Londres ceux qu'il aime3, se retire seul sur une île déserte où, s'imposant la pénitence, il va vivre désormais tout spirituellement, assisté de la présence quasi-perpétuelle de la Vierge.

5Conscient du miracle advenu dans son royaume, Richard d'Angleterre, zélé serviteur, désormais, de l'oeuvre chartraine, le rapporta à sa soeur Aélis de Blois qui le fit connaître à son tour, si bien qu'il fut enfin consigné.

  • 4 Sur 32 récits, 4 ont moins de 100 vers (Miracles 12, 18, 22 et 31), soit 1/8 de la collection ; 17 (...)

6C'est un des récits les plus longs du recueil en français : 454 vers4. Cette ampleur peut signifier l'intérêt qu'éprouve Jean le Marchant pour le sujet, son éventuelle nouveauté, sa fécondité narrative et peut-être sa valeur édificatrice. Il s'agit d'une illustration du thème connu sous la dénomination : "Le Fiancé de la Vierge" – "Marienbräutigam", qui consiste dans l'abandon des amours terrestres pour l'attachement exclusif à la Vierge.

  • 5 Voir Gautier de Coinci, I, Miracle 21. De l'enfant qui mist l'a nel ou doit l'ymage (éd. V.-F. Koe (...)

7Ce thème comporte des variantes qu'on peut regrouper, en les simplifiant beaucoup, suivant deux séries : par exemple le jeune homme (un très jeune garçon parfois) épouse, volontairement ou par mégarde, la Vierge, en passant un anneau au doigt de sa statue5. Ou bien, comme dans Le Clerc de Rome ou Le Clerc de Pise, une promesse de mariage est brisée (si ce n'est même la consommation du mariage qui est évitée), in extremis, par une intervention pressante de la Vierge dont le fiancé, ou l'imprudent époux, est de longue da te un dévot.

8L'auteur chartrain refuse le sortilège plus ou moins consenti d'un geste symbolique, aussi bien que le retournement théâtral d'un engagement sentimental. C'est l'offrande charitable, la largesse pieuse, qui précède et prépare le mariage mystique du clerc. La petite Marie anglaise n'est pas supposée devenir sa fiancée, encore moins sa future épouse. Entre elle et la Vierge, l'homonymie, dont le texte ne tire aucun effet, désigne l'écart entre la vanité des séductions terrestres et la vérité de la dilection sainte, qui s'épanouit dans la pureté de l'état érémitique, et par conséquent dans la fuga mundi. A bien y regarder, d'ailleurs, le clerc était enclin dès le départ, à une telle évolution spirituelle.

La "destination" du personnage

9Avec finesse et discrétion, l'auteur suggère comment le jeune clerc est destiné. À venir encore, cette destination se devine dès l'achat du cadeau : pour celle qu'il aime, amie, petite amie, bonne amie, qu'importe, le jeune homme est capable de dépenser sans compter, avec l'imprudence de la générosité. Il est assez hardi pour sacrifier le souci de l'avenir au pur désir de donner. Or si le présent à une femme d'un bijou peut prétendre à pérenniser, non sans reconnaissance d'ailleurs, des plaisirs de chair (et, serait-on tenté de dire, à les sublimer), il peut figurer aussi l'hommage d'un infini respect pour la grâce et pour l'unicité d'un amour : l'or affiné convient alors à la fine amor.

  • 6 Par fermail, Jean le Marchant transpose le firmale aureum évoqué par l'original (éd., p. 172, 1. 5 (...)
  • 7 Gauvain, dans le Perceval de Chrétien de Troyes, "(...) son col d'un fermail affiche Qui pendoit a (...)
  • 8 "Son fermail vit en la poitrine A la dame bien atachié" (Miracle XXIII. v. 366-367).
  • 9 "Son fermail d'or vit qui pendoit Au coul a la dame ennoree..." (id., v. 360-361). Voir aussi v. 3 (...)

10Chez un orfèvre parisien, c'est un fermail que l'étudiant, à l'orée des vacances, a choisi d'acheter, et non quelque autre joyau6. Destiné à une jeune fille, une femme, c'est un symbole d'un érotisme évidemment plus suggestif qu'un anneau, par exemple. Le fermail est une agrafe ornée qui ferme un col, un décolleté7 : une broche, pour interpréter le terme suivant le lexique de la joaillerie moderne. C'est un accessoire d'ajustement vestimentaire, de fermeture, un affiquet au sens premier, parure en l'occurrence de la poitrine féminine8, dès lors qu'il se porte en pendentif, en sautoir9.

11Le mot ne fait-i l pas sentir qu'il peut s'agir, également, d'un emblème de fermeté, c'est-à-dire de constance promise, mutuellement, dans l'engagement amoureux ? Le fermail peut se concevoir aussi comme un cadeau de fiançailles. En ce sens, le ressort dramatique du conte porte 3Ur un changement, une rectification même, dans l'attribution du présent (le cadeau devenant offrande), parce que l'image féminine se convertit dans le coeur du jeune homme , ou, pour mieux dire, parce que le nom de Marie recouvre, par le truchement d'un sermon réussi, sa véritable densité.

  • 10 On verrait mieux l'itinéraire passant par Beauvais et Abbeville pour un embarquement à Boulogne ; (...)
  • 11 éd., p. 176, 1. 6, à hauteur des vers 231-234 de Jean le Marchant.
  • 12 Gautier de Coinci est entré au monastère de Saint-Médard de Soissons en 1193 ; il y est resté jusq (...)

12Mais voici, au fil du récit, le premier signe manifeste de destination. Si tous les chemins mènent à Londres, il n'est pas certain que le plus court, depuis Paris, surtout pour un étudiant anglais partant retrouver sa mie, passe par Soissons10. Le texte latin, moins franc que la version de Jean le Marchant ou plus laconique, ne précise cette localisation qu'ultérieurement11, au moment du départ, oblation faite. Il fallait qu'à la faveur de ce détour invraisemblable, le clerc anglais fût ému - signe du destin ou premier signal de sa vocation - par l'éloquence d'un prêcheur de Chartres, dans la patrie même et peut-être le sanctuaire inspiré du moine qui deviendrait, pour la postérité, Gautier de Coinci12.

  • 13 v. 268-269 : "Ce soir, poi a souper menga. Quant ot soupé le-gierement..."

13Le deuxième signe est la frugalité, soulignée par Jean le Marchant13, du repas que prend ce clerc le même soir, comme pressentant son aptitude à l'ascétisme prochain : frugalité qui, au demeurant, dénie par avance tout caractère de fantaisie d'ivresse et même de sensualité onirique à l'apparition féminine de la minuit.

  • 14 "Tel lit n'ot cil mie moult chier, Mes de l'errer estoit lassés Et tristes et dolent assés Qu'en t (...)

14Coucher à l'écart, dans la grange et sur la paille, en somme isolé, malgré qu'on en ait, et toutefois s'endormir sans délai, recru de fatigue14, cela donne encore un aperçu de l'inconfort et de la solitude propres à l'existence érémitique.

  • 15 "Le clerc que Dex volt tant amer Hativement passa la mer, Sanz peril et sans encombrier. En la voi (...)
  • 16 Cf., dans Le Roman de Tristan en prose, antérieur de trois décennies environ au recueil de Jean le (...)

15Passer la mer, enfin, sans encombre, retard ni presque sans risque15 atteste le prompt accomplissement d'une vocation que ne distrait pas le caprice ou le romanesque de l'aventure16.

16Ce progrès dans l'accomplissement d'une vocation, qui se manifeste et s'accélère à partir de l'étape de Soissons, comme pour marquer l'empressement du Ciel à reconnaître l'un des siens, montre que l'auteur n'a pas souhaité présenter le thème comme la solution d'un conflit affectif où le coeur oscillerait, jusqu'à se déchirer, entre deux images féminines également mais différemment attrayantes (et tel qu'autour du mariage, on le rencontre dans la littérature profane avec le personnage de Tristan chez Thomas) ; le Miracle ne rend pas compte non plus, à proprement parler, d'une réparation, voire d'une restauration de la destinée (à quoi procède par amour pour Lanval la dame venue de l'autre monde) ; il rapporte une "modification", à partir du débat moral entre amour de chair et charité et de la résolution qui s'y form : abandonner les plaisirs pour s'adonner à la piété de l'anachorète – délaisser pour la vérité du salut les faux-semblant s flatteurs et les trompeuses espérances de l'existence.

  • 17 le mot est employé, v. 213.

17C'est pourquoi le débat entre Fole amour et Vertu, Raison venant à la rescousse, doit être apprécié dans toute son importance. Sa fonction est, suivant le mode contemporain de l'introspection, d'analyse psychologique, mais stylisée et présentée en choses vues. L'auteur constate – montrer, donner à voir, favorise l'évidence de la démonstration – comment ces entités, qu'il personnifie, investissent le théâtre intime pour une lutte d'influence, comment elles se disputent le for intérieur. Il n'empêche que la figuration de cette querelle atteste la portée de la parole – puisque c'est le talent d'un prédicateur qui suscite la réflexion – et sa fécondité dans une affectivité retournée par l'émotion. Voilà comment la perplexité d'un coeur entrepris17 donne corps aux idées morales, en vue du compte rendu animé de la délibération intérieure. Celle-ci permet un ressaisissement, ou plutôt un dessillement.

18L'éducation sentimentale, en effet, devient une illusion perdue. Désormais, le coeur du jeune homme a des raisons que la raison connaît. Venu de son pays en écolier du sentiment, et, diraient les poètes, en disciple d'Amour, cet étudiant anglais découvre, par un concours de circonstances favorisant un appel, que la licence morale, ou, simplement, la passion de vivre, n'est pas la liberté intérieure. En acceptant le débat, en somme, il consent à la pleine efficace du sermon : une semonce. Au terme de son monologue muet, c'est-à-dire, finalement, après avoir écouté la parole divine, le clerc, lucide et fervent, se met à l'école de l'assentiment.

  • 18 v. 334-336 : "Si soies viguereus et fort Et conbatables chan-plons Contre foies temptacïons..."

19À voir les choses d'un peu haut, ce récit confirme que dès le commencement du xiiie siècle (datation qu'autorise le recueil latin translaté par Jean le Marchant), le thème de la sainteté annexe au modèle héroïque l'exemple clérical qui, peut-être, annonce déjà sa prépondérance. Dans ce texte même, la notion de prouesse s'entend métaphoriquement. Le jeune homme est bel et bien invité par la Vierge à devenir, au sens figuré, un chevalier courtois18, un champion ardent au combat contre les vices, au premier rang desquels, on le présume, le péché de chair : de sorte que la loyauté amoureuse du clerc envers la Vierge se construit sur l'ascèse de la chasteté. Ce qui compte, c'est l'effort permanent pour le perfectionnement intérieur, la lutte spirituelle sur les tentations et mauvais instincts. La sainteté passe par l'introversion et la méditation. A se reporter aux seuls types littéraires, comme il est loin, le temps du combattant monolithique, farouche et brave, dur et trempé par l'endurance, dont l'apparente inhumanité était un caractère de la sainteté, et qui se sacrifiait au besoin sur le champ de bataille pour l'instauration du royaume de Dieu.

  • 19 D'un clerc, v. 295-298 : "Enne sez tu certainnement Que vivre doivent chastement Et tuit li clerc (...)

20Il y a lieu d'estimer que l'argumentation pro et contra qui se développe dans le coeur du jeune homme pieux, puis, par conséquence, le choix qu'il fait de la voie contemplative, s'expliquent mieux encore par le profit de l'état estudiantin. Les études parisiennes de ce clerc n'auront pas servi de rien. Familier de la rhétorique, rompu à la logique, peut-être, et versé dans la théologie, ce jeune homme est capable de mesurer la valeur du langage, et, sans doute, sur fond de piété, l'exigence de la vérité. En tout cas, son engagement spirituel va s'accorder avec sa fermeté morale. Au fond, le personnage accomplit sa vocation de clerc. Le récit confirme à cet égard le propos que la Vierge tenait à un homme de même état, dans un Miracle de Gautier de Coinci19.

21Le reste, c'est-à-dire, une fois aboli le souvenir de la petite Marie, l'apparition de la Vierge et, en réponse au don du jeune homme, son assistance perpétuelle, n'est jamais que l'illustration de l'acquiescement du Ciel au sacrifice des biens de ce monde. Est-ce à dire que les éléments merveilleux ne viendraient rehausser le conte que par artifice et pour le rendre delitable ?

De la merveille au miracle

  • 20 pour une perspective bibliographique (éditions et travaux critiques) : voir Ph. Ménard, Les "Lais" (...)

22À porter attention à ce Miracle, on n'échappe pas au souvenir de lecture, et plus précisément au rapprochement avec des motifs qui se succèdent dans un lai tel que Lanval. Que le chef-d'oeuvre narratif de Marie de France ne nous aveugle pas, pourtant. A s'en tenir à la parenté présumée de ces motifs du conte profane et du Miracle, on pourrait évoquer aussi, parallèlement, le lai anonyme de Graelent20. Mais la présentation plus achevée, plus délicate et plus mystérieuse même des motifs communs aux deux lais par Marie de France rend exemplaire, semble-t-il, la comparaison de Lanval avec ce Miracle XXIII.

  • 21 "Et que tu ne cuides et doutes Que ce que tu vois et escoutes Soit vanité, fable ou mençonge, Ausi (...)
  • 22 éd. J. Rychner, Droz-Minard, 1958, v. 39-52.

23Par exemple, il fallait le coeur de la nuit et le réveil du jeune homme pour que le miracle se produisît : non que l'auteur, en réservant quelque ambiguïté, sauve pour ainsi dire les apparences pour insinuer la probabilité d'un songe – un songe qui ne trahirait que la vanité de l'imagination affective21 – mais le héros, pour que le merveilleux l'investisse, doit être entièrement disponible, de même que Lanval en effet s'était étendu dans l'herbe, hors des murailles de la cité, comme pour mettre le monde en oubli22, avant que les deux messagères ne vinssent au-devant de lui.

24Une lumière de plein jour, l'embrasement de l'abri : le surnaturel ne méprise pas la fruste humilité d'une grange, c'est-à-dire le site du dénuement, et s'avance à la rencontre d'un héros plein de mérite et de promesses, contraint par les circonstances à l'isolement. De même, c'est sur le pré que le chevalier Lanval, parti se détendre sans compagnie, est visité, alors qu'il vient de laisser libre sa monture et s'est dépouillé de son manteau.

  • 23 "Le clerc garda par la clarté : Trois dames de moult grant biauté Vit de devant soi arrestees. Ric (...)

25Trois dames se présentent, mais l'une plus remarquable de stature, de prestance et d'autorité, plus splendide aussi, que les deux autres escortent23. Nul besoin de s'efforcer d'identifier ces dernières comme des qualités incarnées de la Vierge, des allégories mariales, qu'elles peuvent bien figurer en effet puisqu'elles ne précèdent pas, mais accompagnent la dame la plus belle d'entre elles. Il suffit de les voir illustrer, comme au lai de Lanval. un motif esthétique et protocolaire à la fois : celui de la révélation prochaine et graduée de la merveille. Il s'agit, en quelque sorte, de l'apprivoisement humain et de la préparation romanesque, du prélude convenu, en somme, à l'intrusion de l'insolite.

  • 24 v. 406-410.
  • 25 éd. citée, v. 633-646.
  • 26 "De viande esperituau Vesqui plus que de terrïenne. Ausint com fist la Juscïenne, Son cors en peni (...)
  • 27 deponere veterem hominem. Eph., IV, 22 ; Col.. III, 9.

26Et, dernier élément de correspondance, l'île déserte où se réfugie le clerc24 peut bien répercuter la topographie fabuleuse de celle où, brisant définitivement avec la médiocrité méchante du monde arthurien, s'enfuit Lanval emmené, enlevé presque par la fée25. Et le clerc alors est bien mort au monde, c'est-à-dire à tout jamais préservé de ses tentations et de sa vanité, pour mettre son corps à pénitence et vivre spirituellement, à l'exemple de l'Egyptienne26, et sans défaillance accompagné du réconfort et de la loyauté de la Vierge. Ile déserte, non point perdue dans le flou suggestif et malléable d'une géographie de légende, mais ignorée des cosmographes comme une terre inexplorée. Site écarté, propice à la discipline ascétique, au "dépouillement du vieil homme", selon l'heureuse formule de saint Paul27. où le monde est transcendé, sa pesanteur vaincue par la transparence du ciel. Lieu secret qui, on peut l'imaginer, par la trace et l'exemple pourtant immatériels, impondérables que va laisser la sainteté, sera révéré bientôt comme un lieu sacré.

27On voit comment ce conte hagiographique peut fort bien s'être attribué des motifs auxquels nous avait accoutumés le lai merveilleux. Irait-on jusqu'à parler de christianisation, et, puisqu'il faut employer le terme, de détournement propagandiste d'éléments relevant de la mythologie nationale ? Plutôt et plus précisément, ne s'agirait-il pas d'une moralisation, somme toute assez précoce, du récit de type arthurien, par un écrivain pieux et au nom des valeurs de la littérature, au premier rang desquelles : l'édification ? Or cette hypothétique moralisation se veut fondée en vérité : vérité spirituelle, qui l'emporte sur l'illusion des amours mondaines et du monde, et véridicité aussi, puisque l'authenticité des faits est établie avec insistance et rigueur. Jean le Marchant aurait-il eu l'ambition de publier un conte véritable ?

Le dessein du rimeur-translateur

  • 28 Sans avoir à chercher plus loin, Miracle XXIII. v. 31 : "Li livres ici nous devise..."
  • 29 Par exemple, explicitement, au préambule du Miracle XII : "Ensivre voill les escritures : Ge ne co (...)

28Le rimeur-translateur du texte est l'artisan d'une mise à la forme laïque et le serviteur d'une publication (on n'oserait dire : d'une diffusion). Ainsi le registre des miracles chartrains, vénérable en raison de sa tenue – c'est-à-dire à la fois par la langue dont il use, l'idiome inaltérable, le latin, et par son contenu, à savoir une collection de faits consignés pour l'histoire, et, somme toute, l'éternité – ce registre toujours appelé respectueusement, en référence unique et indiscutée : "le livre"28, devient un recueil de contes enjolivés opportunément de style courtois et marqués encore, fût-ce pour ainsi dire en négatif, du chiffre arthurien29. Jean le Marchant a de la lecture, non moins que son modèle et prédécesseur, et ne craint pas d'y faire allusion, conscient sans doute qu'à l'évidence, le récit qu'il met au point concurrence et corrige mieux la séduction de la littérature amoureuse et profane que ne pouvait faire le texte latin. Sa version, romane et littéraire, non dépourvue de protestations de probité, c'est-à--dire de fidélité à l'original, transforme le livre d'or de la cathédrale en une légende dorée dont le charme narratif et la transmission espérée visent probablement, pour le cas précis du Miracle XXIII, à l'éveil des vocations, à la louange de l'érémitisme et de toute façon à l'édification des fidèles. Voilà comment la parole écrite, donnée pour irréfutable et conçue comme un prolongement particulier et nouveau des Evangiles, est désormais appelée à fructifier. Moyennant quoi romancier, comme on disait alors, c'est-à-dire romaniser est tant soit peu remanier, mais suivant un dessein dont la valeur s'affirme dès le préambule du texte.

  • 30 Comparer ces trente longs vers avec la phrase introductive de quatre lignes donnée par "le livre"  (...)

29Dans ce préambule qui brode autour de l'introduction laconique du Miracle en latin30, Jean le Marchant explique les raisons d'avoir écrit, ou plutôt adapté le conte, et celles de l'écouter. C'est la portée du texte qu'il définit, et la valeur du sujet, dans un style patient et apte à insister sur les notions majeures, c'est-à-dire suivant une technique où transparaît peut-être la formation de l'auteur à l'art de la prédication. En d'autres termes, c'est là que Jean le Marchant défend et illustre, de son point de vue, l'entreprise de la translation.

  • 31 v. 1-2 : "En enprés je vous conterai Autre conte bel et verai". Paronomase significative.
  • 32 "Cest conte a escouter vous plese..." (v. 4).

30C'est bien un conte que présente l'écrivain31, se plaçant d'emblée dans le rôle du récitant s'adressant à un auditoire32. Mais c'est un conte dont la beauté repose sur la vérité. Quelle vérité, ou plutôt : la vérité à quel degré ? Une vérité attestée par "le livre", autant dire : l'authenticité ; mais aussi une vérité qui change la vie : c'est alors de salut qu'il s'agit. Il en résulte que la beauté signifie moins l'esthétique littéraire qu'elle ne désigne un motif d'adoration, une raison de croire. Le plaisir du conte se fonde par conséquent sur le désir d'édification, et, mieux : le rêve de la sainteté.

  • 33 v. 7-9 : "La haute raïne de gloire En cui ennor, en cui mémoire J'ai cominencié cestë ouvreigne...
  • 34 v. 16.

31À ce degré, l'hagiographe de la Vierge, panégyriste et mémorialiste à la fois33, devient prédicateur en annonçant une histoire exemplaire, un essemple34, illustration de l'amour de la Vierge, et preuve, aussi, pour quiconque le voudra, de la possibilité d'accéder au bonheur absolu.

  • 35 v. 11-14.
  • 36 v. 29-30 (les derniers du préambule).

32"L'amour du monde" est en effet serti par les notions de "vices" et de "délices" qui riment richement, avant que "vanité", à quoi se résume la vie ordinaire, ne vienne s'opposer à "verité"35. Il faut s'échapper des plaisirs fugaces et des satisfactions funestes, en un mot esquiver l'erreur du monde pour suivre de bon coeur l'exhortation que nous adresse la Vierge à l'aimer. Ce conte propose de montrer la constance, la force et l'excellence du bonheur donné en retour ! "En cest conte porrois oïr Com l'en puet de s'amor joïr"36.

33Prôner le renoncement au monde et préparer le consentement au surnaturel : Jean le Marchant dénonce l'illusion séductrice des valeurs mondaines, au nombre desquelles, sans doute, on peut compter le contentement imaginaire que dispense une certaine littérature contemporaine, d'amour ou d'aventure, moins pernicieuse, certes, que vaine. Et, pour précipiter une rupture, la conversion, toutefois, n'est pas subie comme un déchirement : le clerc, dans l'accomplissement de sa vocation, est guidé, porté même par la Providence ; ermite, il n'est pas sevré d'affection, non qu'il découvre avec émerveillement, à la façon franciscaine, les beautés de la Création et pour ainsi dire les tendresses de Dieu : mais la Vierge l'accompagne et l'assiste, pour le réconforter d'un amour inestimable de pureté, une fine amor d'un sublime rayonnement.

34On voit alors que le réemploi des motifs arthuriens ou courtois procède d'une inversion très consciente de leur sens. L'imitation implicite des modèles profanes accuse en fait leurs limites. La compagnie aimante de la dame de l'au-delà, c'est-à-dire le motif où, dans le genre des lais, triomphe l'imaginaire, devient ici vérité d'évidence, que l'écrivain révèle à la faveur du conte. Même s'il ne peut qu'emprunter les chemins de la fiction narrative, Jean le Marchant prend ses distances avec l'illusion compensatrice pour dévoiler une certitude invisible à laquelle il ne tient qu'à nous d'être moins inattentifs. D'une certaine façon, le Miracle pastiche la structure de la merveille pour en faire un leurre qui impose la primauté du surnaturel chrétien. La consolation fabuleuse se change en récompense promise : le conte féerique s'infléchit jusqu'à s'apparenter à la parabole. Ce Miracle XXIII est l'aventure dont vous serez, si vous le voulez, le héros. C'est dire qu'en définitive, Jean le Marchant paraît bien avoir réfléchi à l'esthétique et à la valeur du genre qu'il pratique en traduisant en rime "le livre". Véridique, son récit n'est pas une histoire vaine, mais un conte véritable, un vrai conte : de son point de vue, sans doute, un modèle du genre.

35L'analyse de la fin du Miracle (à proprement parler sa coda, plutôt que sa conclusion) confirme cet acquis, en engageant davantage encore l'histoire littéraire contemporaine. La fonction de cet épilogue vérifie de nouveau que l'enromancier conduit à une modification du sens du modèle. L'auteur latin, compilateur de faits avérés, reconstituait l'historique de la publicité de l'exemple et justifiait l'homologation du récit dans la collection chartraine en recourant en somme à l'argument d'autorité : ce roi anglais, nommé, qui intervient directement, au-delà et au-dessus des désaccords politiques éventuels, pour l'honneur de la Dame de Chartres, et suscite la mise en écrit d'un miracle qu'il tient, dans son pays même, en grande révérence. À la suite, la version de Jean le Marchant, présentation narrative d'une page d'hagiographie, n'esquive pas, du fait qu'elle est romane et rimée, la référence, au moins implicite, à la littérature profane contemporaine, et plus précisément la comparaison avec le style de la fiction romanesque en faveur alors à la cour de ce roi.

36À la cour de ce roi, on continuait de priser, vraisemblablement, bien qu'on les eût publiés sous le règne précédent, mais à destination de ce même milieu, le Tristan de Thomas d'Angleterre et les Lais de Marie de France, au nombre desquels, par conséquent : Lanval.

37Dans ce Miracle comme dans Tristan, le dédoublement de l'objet du désir, souligné par la similitude des noms féminins, indique la distance, et même trahit l'incompatibilité, de la soumission à l'existence et de l'aspiration à l'idéal. Dans les deux cas, l'image commune de la femme est repoussée en profil perdu par l'accomplissement du héros. Comme dans Lanval. le jeune homme est choisi par la dame venue du surnaturel, qui va le protéger (y compris contre lui-même), le guider, le conduire à l'abri du monde, même si le départ vers l'île déserte est une retraite acceptée et non une "translocation". Mais, plus certainement qu'Iseut, plus austèrement aussi, la Vierge prépare au héros l'éternité du salut : celle de Tristan se fige dans l'énigme du mythe. Et, à la différence de Lanval à la fin du lai, ce clerc ne quitte pas le monde pour le rêve, mais sacrifie la passion du monde à la sérénité.

38C'est pourquoi, finalement, le récit de Jean le Marchant anéantit la notion d'aventure. L'aventure, dans le conte arthurien qui y puise son impulsion, comme plus tard dans le roman en prose qui en fait sa trame, c'est l'intervention ponctuelle du hasard pressenti comme une force obscure orientant une vie et forgeant un destin par les à-coups éventuels de l'insolite. Pas d'aventure, ici : une progression logique, si extraordinaire qu'elle soit, à partir du bouleversement de la conversion. Le personnage est alors chanceux, non aventureux cependant. Ce qui paraît fortuit n'est jamais que le signe inaperçu de sa prédestination. Du même coup, la logique d'interprétation des motifs repris du conte breton et soumis à la droite ligne d'une vocation évacue la séduction et ruine le sens même du merveilleux celtique.

39Ainsi la matière de Chartres revoit et rectifie la matière de Bretagne. La France mariale convertit la légende celtique, sinon tout à fait pour notre plaisir, du moins, à n'en pas douter, en vue de notre édification. Pour en revenir à l'épilogue du texte, il résulte, du nouveau sens de cette histoire, une appréciation correctrice des goûts littéraires de la cour d'Angleterre, aperçue rétrospectivement avec plus d'un demi-siècle de décalage. Le roi Richard estimait ce contrepoint chrétien de l'histoire de Lanval, et c'est à lui qu'on doit d'avoir agi pour l'accréditer et lui donner son statut de légende. Aimait-on les récits d'amour idéal et féerique où l'on se jette à coeur perdu dans la fête de l'imaginaire, on réservait des preuves de la suprématie féminine et de la dilection supérieure de la Vierge, qui restituaient l'importance d'une spiritualité aimable à côté du vain plaisir du conte. Et, même si l'écrit reste, cela ne s'était pas su, avant que Jean le Marchant eût décidé de transformer, pour accroître son audience, un registre d'archives capitulaires en un recueil de contes vrais.

40La légende chartraine de la Vierge, ce Miracle XXIII en forme un élément somme toute curieux. Il rappelle des histoires qui, tout aussi dignes d'être lues, relèvent de notre mythologie, nationale ou européenne, et où l'exemplarité du mythe et la memoria populi tiennent la place de l'édification par l'exemple et des protestations d'authenticité. Ce parallélisme littéraire va nous servir de leçon : le Miracle ne renie pas la structure et les motifs du récit merveilleux et profane. C'est après tout un conte : on ne voit pas en vertu de quelle prévention l'on se refuserait de confronter la dramatisation du spirituel avec la matérialisation de l'imaginaire, sous le signe du surnaturel. Ce qui ne signifie pas, pour solde de tout compte, que Jean le Marchant (d'après son modèle) christianise Lanval ou récupère, afin de l'altérer, la légende de Tristan : il est une voie pour le merveilleux consolateur, une autre pour la con version libératrice, tour à tour explorées par une littérature qui s'inquiète du sens de l'existence et de l'horizon du salut.

Notes

1 "(...) un clerc qui en france ot esté Escoliers, yver et esté..." v. 43-44.

2 cf. le titre : Dou valet anglais...

3 v. 401 : "ses parens", et, dans la reprise du v. 403 : "ses amis". Il nous semble que les deux mots sont synonymes pour désigner "sa famille".

4 Sur 32 récits, 4 ont moins de 100 vers (Miracles 12, 18, 22 et 31), soit 1/8 de la collection ; 17, soit un peu plus de la moitié du recueil, comptent entre 100 et 200 vers (Miracles 2, 5, 7, 8, 9, 10, 13, 14, 15, 16, 17, 19, 21, 27, 28, 29 et 32) ; 7 entre 200 et 300 vers (Miracles 1, 4, 6, 11, 20, 24 et 26), presque 1/4 de l'ensemble ; 4 ont entre 400 et 600 vers (Miracles 3, 23, 25 et 30), soit 1/8 de la collection.

5 Voir Gautier de Coinci, I, Miracle 21. De l'enfant qui mist l'a nel ou doit l'ymage (éd. V.-F. Koenig, II, pp. 197-204). A signaler encore : envisagé au stade du témoignage oculaire, le Miracle du clerc anglais rapporté par Jean le Marchant est strictement contemporain du "mariage mystique" de saint Edmond de Cantorbéry avec la Vierge. Le jeune adolescent, écolier et dévot de Marie, prononce un voeu de virginité, et, pour enseignes de ce voeu, glisse un anneau au doigt d'une statue de la Vierge ; cet anneau, la statue le garde la promesse d'Edmond est agréée (voir A.-T. Baker, La Vie de saint Edmond. Rom., 55, 1929, pp. 338-381, et notamment v. 186 et s.). Ici, la matière du miracle est assimilée par le genre hagiographique.

6 Par fermail, Jean le Marchant transpose le firmale aureum évoqué par l'original (éd., p. 172, 1. 5) : notre analyse en somme étymologique vaut pour le terme latin.

7 Gauvain, dans le Perceval de Chrétien de Troyes, "(...) son col d'un fermail affiche Qui pendoit a la cheveçaille" (éd. W. Roach, v. 7994-7995). C'est peut-être lui qui porte le premier fermail, dans un texte littéraire. Voir les v. 5775-5776 de la même oeuvre.

8 "Son fermail vit en la poitrine A la dame bien atachié" (Miracle XXIII. v. 366-367).

9 "Son fermail d'or vit qui pendoit Au coul a la dame ennoree..." (id., v. 360-361). Voir aussi v. 350 et v. 186.

10 On verrait mieux l'itinéraire passant par Beauvais et Abbeville pour un embarquement à Boulogne ; ou encore le trajet Clermont-Amiens-Saint-Omer pour prendre la mer à Calais. C'est le cas de dire que les voies du Seigneur sont impénétrables !

11 éd., p. 176, 1. 6, à hauteur des vers 231-234 de Jean le Marchant.

12 Gautier de Coinci est entré au monastère de Saint-Médard de Soissons en 1193 ; il y est resté jusqu'à 1214. De 1233 à 1236, date de sa mort, il a été grand-prieur à l'église Saint-Médard. Et c'est principalement dans un manuscrit latin de la bibliothèque de Saint-Médard qu'il a puisé la matière de ses Miracles. Voir le prologue de son Livre II (éd. citée, III, p. 265, v. 1-5).

13 v. 268-269 : "Ce soir, poi a souper menga. Quant ot soupé le-gierement..."

14 "Tel lit n'ot cil mie moult chier, Mes de l'errer estoit lassés Et tristes et dolent assés Qu'en tel leu l'estut herbergier ; Si s'en dormi moult de legier..." (v. 272-276).

15 "Le clerc que Dex volt tant amer Hativement passa la mer, Sanz peril et sans encombrier. En la voie n'ot destorbier, Einz passa droit en son païs." (v. 395-399).

16 Cf., dans Le Roman de Tristan en prose, antérieur de trois décennies environ au recueil de Jean le Marchant : "Quant il se furent mis en mer, adont lour vint uns gros tans ki lour tourna a grant a-nui, car quant il quidierent aler en la Petite Bretaigne, adont les fist ariver u roiaume de Logres uns vens ki trop lour fu contraires." (Tome I, éd. Ph. Ménard, Droz, 1987, p. 156, 1. 19-23).

17 le mot est employé, v. 213.

18 v. 334-336 : "Si soies viguereus et fort Et conbatables chan-plons Contre foies temptacïons..."

19 D'un clerc, v. 295-298 : "Enne sez tu certainnement Que vivre doivent chastement Et tuit li clerc et tuit li prestre, Et mi ami doivent tuit estre ?" (éd. citée. IV, pp. 340-377).

20 pour une perspective bibliographique (éditions et travaux critiques) : voir Ph. Ménard, Les "Lais" de Marie de France. P.U.F., 1979 (coll. "littératures modernes"), pp. 245-248.

21 "Et que tu ne cuides et doutes Que ce que tu vois et escoutes Soit vanité, fable ou mençonge, Ausint com vision de songe..." (la Vierge au clerc, v. 343-346 ; cf. v. 363-365). La rime mençonge : songe est éloquente.

22 éd. J. Rychner, Droz-Minard, 1958, v. 39-52.

23 "Le clerc garda par la clarté : Trois dames de moult grant biauté Vit de devant soi arrestees. Richement erent aornees D'apa-reil et de vesteüre, Mes l'une est greindre de stature Des autres et melz aornee Et de greigneur biauté douée. Le clerc vit plus près de soi celle ; Mes el ert la greindre et plus belle Et de plus bel acesmement." (v. 285-295).

24 v. 406-410.

25 éd. citée, v. 633-646.

26 "De viande esperituau Vesqui plus que de terrïenne. Ausint com fist la Juscïenne, Son cors en penitence mist..." (v. 414-417).

27 deponere veterem hominem. Eph., IV, 22 ; Col.. III, 9.

28 Sans avoir à chercher plus loin, Miracle XXIII. v. 31 : "Li livres ici nous devise..."

29 Par exemple, explicitement, au préambule du Miracle XII : "Ensivre voill les escritures : Ge ne cont pas les aventures De Gauvain ne de Perceval !" (v. 9-11).

30 Comparer ces trente longs vers avec la phrase introductive de quatre lignes donnée par "le livre" : "Il serait également inconvenant de mettre sous le boisseau cet éclatant, ce remarquable miracle, par l'exemple duquel la bonne et généreuse mère de miséricorde nous enseigne à nous abstenir de la séduction de l'amour des femmes, nous engage plutôt et nous invite à l'honorer elle-même d'un amour très chaste" (ces lignes sont empruntées à M. l'Abbé Guy Villette, de Chartres, récemment décédé, auteur d'une traduction intégrale de la collection chartraine des Miracles latins, qui pourrait être bientôt publiée et rendrait bien des services).

31 v. 1-2 : "En enprés je vous conterai Autre conte bel et verai". Paronomase significative.

32 "Cest conte a escouter vous plese..." (v. 4).

33 v. 7-9 : "La haute raïne de gloire En cui ennor, en cui mémoire J'ai cominencié cestë ouvreigne..."

34 v. 16.

35 v. 11-14.

36 v. 29-30 (les derniers du préambule).

Notes de fin

* Jean le Marchant, Miracles de Notre-Dame de Chartres, publiés par Pierre Kunstmann. Chartres-Ottawa, 1973 ; in-88, 294pp.

Auteur

Université de Saint-Etienne

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540