Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le « cuer » au Moyen Âge

Les États du cuer dans le Cleomadès d'Adenet le Roi

Régine Colliot

Texte intégral

  • 1 Albert Henry, Les oeuvres d'Adenet le Roi, Cléomadès, vol. I, texte, vol. 2, Introduction, notes, (...)

1Le Cléomadès, dernière oeuvre du poète brabançon Adenet le Roi, écrite, selon son propre témoignage, aux alentours de 12851, se déroule tout entier dans un climat de courtoisie amoureuse et fantastique, associée à un milieu social constamment royal : rien d'étonnant donc à ce que le "cuer" y tienne le premier rôle, aussi bien dans l'action que dans les mobiles secrets ou avoués de tous les personnages sans exception : d'autant plus que le Cléomadès ne fait référence à aucune religion, ni chrétienne, ni musulmane, ni antique, l'appel à des "dieux" indéterminés y est fort rare et imprécis. Cléomadès est oeuvre laïque, athée au sens étymologique du terme. Quelle sera donc l'importance du Coeur dans cette société sans Dieu ? Il sert de base sociale au récit, du fait qu'il est un support moral pour les héros, qu'il apporte la morale.

  • 2 René d'Anjou, Le Coeur d'Amour epris, Edition Marie Thérèse Gousset, Daniel Poirion, Franz Unterki (...)
  • 3 Guillaume de Lorris et Jean de Meung, Le Roman de la Rose, publié par Félix Lecoy, Tomes I et II, (...)

2Le prince Cléomadès s'exprime et agit presque exclusivement par son coeur, ce dernier n'étant pas personnage distinct et autonome, tel qu'il apparait dans "Le Coeur d'Amour épris" de René d'Anjou2 où la séparation entre coeur et son possesseur est totale, et Coeur, devenu personnage, est alors le vrai héros ; rien de commun non plus avec la démarche de l'Amant de Guillaume de Lorris3 qui abandonne son coeur à Amour pour qu'il soit mis sous clef ; chez Adenet, le coeur, banalement, demeure dans la poitrine du héros, et il est le centre de sa vie psychique, mentale et matérielle.

  • 4 Adenet le Roi, Cleomadès, v. 16087-16110 et pour la fortune de Pinçonnet, v. 16538-16570.
  • 5 Le Roman de la Rose, op. cit. Introduction, p. XI, "Guillaume écrit, dit-il, pour plaire à sa dame (...)

3Le Je du narrateur, si présent dans le second Roman de la Rose, apparait rarement dans l'action très dynamique du Cléomadès ; peu d'espace y est ménagé aux réflexions de l'auteur ; cependant Adenet profère en son propre nom certaines vérités morales ou sociales4, la façon détaillée de "progresser en cour" par exemple ; ainsi s'instaure dans la narration, comme dans le Roman de la Rose, une trilogie, entre le Coeur du héros, Cléomadès lui-même, et occasionnellement Adenet, mais différemment toutefois de "La Rose" où le dialogue-déba se déroule entre le Je du Narrateur, le Je du Rêveur, et Amant lui-meme5. De plus malgré la renommée du premier Roman de la Rose, et bien que la rédaction du Cléomadès (1280-85) soit proche de la rédaction de Jean de Meung, Adenet, comme il sera facile de le constater, n'écrit pas un roman allégorique, mais un roman "romanesque" offrant seulement des connivences passagères avec l'Allégorie, ne serait-ce que pour signifier qu'il n'en ignore pas l'existence et la fortune.

4Dans cette société aristocratique dont le Cléomadès est la peinture et le reflet, Adenet le Roi pose le Coeur, et lui seul, comme mode de communication entre personnages royaux (en dehors du ménestrel Pinçonnet, on ne trouve que rois, reines, princes ou princesses impliqués dans l'action). On sait que le Cléomadès fut composé pour plaire à la reine Marie de France, à son frère le duc Jean de Brabant, à sa belle-soeur, Blanche Anne de Castille. Le coeur est dans l'oeuvre le moyen de partager, à ce niveau aristocratique, émotions et jugements. Il est le truchement de cette société raffinée, et lui seul est capable, et digne, d'établir le lien psychique entre eux. Le coeur devient ici intuition sociale (on peut en chercher la source dans la célèbre miniature du manuscrit A de l'Arsenal reproduite dans l'édition Albert Henry).

  • 6 A. Hatzfeld et A. Darmesteter, Dictionnaire Général de la Langue française, Paris, 1900, p. 458, a (...)

5Une lecture attentive du texte démontre que le mot "cuer" ne détermine pas seulement en effet les émotions amoureuses, mais qu'il possède de multiples sens et de multiples emplois : le cantonner dans la phraséologie amoureuse serait limiter singulièrement son rôle. En ce xiiie siècle finissant, le mot possède la plupart des sens qu'il conservera encore au xviie siècle, dans le langage cornélien ou racinien : viscère, siège des émotions et des passions, du sentiment intérieur, de l'amour en particulier, mais aussi de l'amour mystique, du désir, de la souffrance ou de la joie, enfin de la conscience et du courage ...6. Toutes acceptions du mot que nous retrouverons employées par Adenet, d'autant que ses personnages vivent davantage par le coeur que par tout autre mobile, ou plutôt le coeur assimile tous les autres mobiles et devient le ressort essentiel et omniprésent de l'action.

6Dans le Cléomadès, le coeur gouverne toute sensibilité, quelque soit le domaine où elle se déploie ; ainsi dans le monde de l'amour familial, l'amour fraternel très vif qui unit le prince Cléomadès à ses trois soeurs, Elyador, Féniadisse, et la très belle Marine, est à l'origine de toutes les aventures du héros ; Cléomadès s'interpose pour faire échec au marige projeté entre Marine, absolu de beauté, et le monstre Crompart, absolu de laideur et de méchanceté, mariage discourtois s'il en fût jamais ; son coeur s'y oppose :

  • 7 Toutes les citations du texte de Cléomadès sont tirées de l'édition Albert Henry, op. cit.

Je vous prie, se vous tant m'amés
Que ma suer pas ne li donnés ... v. 3341-42
Sachiez que mout me touche au cuer,
K'ainc ne fu si bele riens née,
Ci a trop dure destinée. v. 2063-64
... mout li desabeli Et plus près dou cuer li toucha
Que par semblant ne demonstra. v. 2366-687

7Cléomadès réaffirme encore plus tard son opposition à ce mariage ("Trop me pariroit près dou cuer" dit-il, v. 4092). Le coeur, principe de la solidarité familiale, mettra le héros en situation périlleuse.

8Les trois soeurs de Cléomadès lui portent un amour identique au sien et sont désespérées quand il s'éloigne pour ses longs et incertains voyages

Et ses sereurs aussi le sorent
Qui mout tres grant duel au cuer orent
De ce que telement s'en va. v. 4463-65.

9Par amour fraternel, et contagion du coeur, les trois soeurs aiment celle qu'il a choisie, Clarmondine, et elles se désolent de ne pas la trouver au jardin de Séville : Marine

S'en ert mout de cuer adolee
Lors chanta selonc sa pensee :
"Ne serai tres lie de cuer
S'avrai celi trouvee
Qui sera ma dame et ma suer", v. 5873-77

10Le rôle du coeur, ciment des affections familiales, se révèle tout aussi prépondérant dans les sentiments entre parents et enfants ; le roi Marcadigas, après la disparition de Cléomadès, est éperdu de remords, car il se sent fautif

... se nus ot anui
Corelment il l'avoit si fort
Qu'il se haoit plus vif que mort. v. 2524-26

11Ces sentiments d'amour paternel/maternel et filiaux sont si intenses qu'ils peuvent aboutir à la mort des parents, le coeur alors souffre au paroxysme et se brise, se casse de désespoir, le père (ou la mère) passe de l'évanouissement à une prompte mort.

Le roi... lors s'en retourna
Dedens sa chambre a cuer destroit
Pour son fill que il tant amoit. v. 2586-90

12La reine Clarmonde, voyant sa fille enlevée sur le cheval de fust par Cléomadès, ne pourra supporter ce déchirement

Forment fu ses cuers esperdus
Si par fu de duel acoree
K'a la terre chéï pasmee. v. 5235-37

13La reine, quand elle apprendra que Clarmondine est définitivement perdue, mourra de douleur, le coeur, principe et moteur de la vie s'arrête : il s'agit bien en ce cas de l'organe lui-même

Car li cuers qui ert en son cors
Ne pot le meschief soustenir
Ains le convint a ce venir
Que de duel morir se laissa. v. 6212-15

14Les mots duel, ire, tristour sont fréquemment associés au mot cuer, qu'ils chargent de leur poids, le roi Cannant gémit après l'enlèvement de Clarmondine :

Las, or ne sai que puisse faire,
Tant ai au cuer ire et tristour ! v. 5386-87

15Quant au roi Marcadigas il mourra lorsqu'il croit Cléomadès disparu pour toujours

Sans son fill, dont le cuer irié
Ot si k'a paines pot mot dire,
Tant par ot grant duel et grant ire. v. 9342-44

16Le coeur, siège de la souffrance morale (duel, ire) perd toute vitalité, se laisse périr. Dans ce roman, un père, une mère, meurent de mort "passionnelle". Un troisième personnage en sera frappé, le traître Crompart (seule figure antipathique du récit) amoureux pervers et anticourtois. Celui-là ne couve en son coeur que jalousie, soif de vengeance, cruauté, et désir charnel discourtois. Le "cuer" de Crompart n'a en fait d'autre but que le plaisir ; il déclare à Clarmondine qu'il a enlevée de force grâce à des mensonges

Mes cuers est vos, li vos iert miens,

17Parodie de l'échange des coeurs, qui préjuge du consentement futur et obligatoire en quelque sorte de Clarmondine, qui doit aimer Crompart, puisque lui-même l'aime ... (Par contre, il y aura véritable échange des coeurs entre Clarmondine et Cléomadès). La déclaration de Crompart se poursuit sur le mode de la violence hypocrite

Tout serai a vostre vouloir
De cuer et de cors et d'avoir
Mais que vous faites mon plaisir. v. 6409-11

18Le mot plaisir efface le mot cuer, et révèle les vraies préoccupations de Compart.

19Dans le phénomène de la mort, le coeur domine et commande le corps qui ne peut que lui obéir. Cette dépendance du corps est illustrée par la mort de Compart

Celui
Qui avoit au cuer grant anui
Car bien veoit qu'il ert honnis,
Mieus vousist estre mors que vis,
Car bien vit que perdue avoit
Clarmondine, mais ne l'avroit,
Cela li touche au cuer et cuist
Et sa maladie li mist. v. 6924-30

  • 8 Le Roman de Tristan en prose, édition Philippe Ménard, textes littéraires français, tome I, Genève (...)
  • 9 Les Romans de Chrétien de Troyes, II, Cligès, édité par A. Micha, Paris, Champion, 1957. v. 6604-6 (...)

20Le chagrin brûle le coeur. Cette mortelle maladie d'amour du jaloux haineux est bien différente en nature du dépérissement amoureux ortel lui aussi mais plus lent dans son issue, subi par exemple par Kéheron dans le Tristan en prose8. Si le mal d'amour, dans les deux cas, cause la mort du personnage, pour le véritable amoureux, celui qui ne meurt pas d'un violent désir contrarié, mais qui aime "de coeur", le trépas est lent, tourne à la langueur apaisée, quasi élégante, alors que Crompart, comme l'empereur Alis dans le Cligès9, meurt de "frénésie", déclenchée par Tourment et Anui devenus les maîtres du coeur : la "frénésie" est la maladie de coeur dans le Cléomadès (Mal qui terrasse Crompart en une nuit)

Entre Tourment et maladie
Ont sus sa santé grant envie
K'entre aus deus l'assaillirent si
Que en frenesie chéï,
Car Anuis le fist trebuchier,
Si k'ains puis ne pot redrecier :
Le cuer maté, le corps vaincu
Ot si qu'il ne sot ou il fut. v. 6957-64

21La similitude entre l'état du coeur et celui du corps est soulignée ; la personne humaine est définie comme composée essentiellement d'un coeur et d'un corps, le premier étant principe spirituel et affectif, le second obéissant serviteur ; que devient l'âme à travers le discours de ce conteur de l'extrême fin du xiiie siècle, en principe chrétien, et il l'a prouvé quand il écrit par exemple Berte as grans pies ? L'âme est ici remplacée par le coeur, de même que la religion chrétienne absente du Cléomadès est remplacée par une philosophie de la Courtoisie. Pas de Trinité de la personne, âme, coeur et corps.

22Le coeur joue le rôle de ciment social : autour des personnages royaux, les courtisans par un phénomène de sympathie, sentent leur coeur palpiter de joie ou de détresse, selon les heurs ou malheurs qui atteignent leurs maîtres : ainsi, témoins de l'enlèvement de Clarmondine, les courtisans de son père, le roi Carmant, se sentent désemparés.

De ce avons si grant anui
Au cuer et si tres grant contraire
Que ne savons que puissons faire. v. 5260-62

23Autour de Marcadigas, au désespoir de la perte de son fils, officiers et serviteurs partagent sa peine au point de songer eux-mêmes à se suicider

Lors se repasme derechief
Et sa gent li tienent le chief
Qui si grant duel de cuer avoient
K'a pou que il ne s'ocioient. v. 9365-68

24A la fin du récit la cour tout entière s'associe à la joie des héros célébrée par de multiples et fastueux mariages. Remarquons que cette alliance du coeur avec le maître demeure aristocratique et non populaire, la liesse du peuple n'apparait pas.

25Tous ces exemples confirment le rôle du coeur comme lien entre personnalités raffinées : le coeur devient ce moyen de communication psychique dont les romans de Chrétien de Troyes ont fourni tant d'exemples.

***

  • 10 C.F. Daniel Poiron, Commentaire du Coeur d'Amour épris, op. cit., p. 62 : "Amours et Vénus, qui se (...)

26Mais c'est évidemment dans le domaine de l'amour que le Coeur joue le plus grand rôle. Amour joint Cléomadès à Clarmondine dès le premier regard celui que Cléomadès jette sur Clarmondine endormie. Amour dont on ne sait si son action sur les futurs amants est favorable ou maléfique : comme dans la mythologie antique, comme dans les légendes celtiques, comme plus tard dans le Coeur d'Amour épris du roi René d'Anjou, il est Dieu chasseur, supérieur au monde des humains qu'il ravage, logé dans on ne sait quel empyrée, indifférent à ce qu'il accomplit10. C'est la beauté sans pareille qui s'empare du coeur de Cléomadès, la beauté est reconnue et saluée par le coeur qui devient principe du sens esthétique

Bien tesmoigne ses cuers adoncques
Que onques mais n'avoit veu
Si bele riens que cele fu. v. 3166-68

27Dès que Clarmondine, réveillée par un baiser, ouvre les yeux, c'est pour reconnaître à son tour la beauté de celui qui la contemple

Li sens de lui et la biauté
Ont le cuer de li si donté
Que dou dart se senti atainte
Qui navré en a maint et mainte.
C'est li dars que Amours set traire. v ; 3255-59

28C'en est fait, Cléomadès et Clarmondine sont charmés l'un par l'autre pour la vie, grâce à un seul coup de la flèche d'Amour, qui se dédouble dans les deux coeurs, car il y a double blessure pour une seule flèche

Amours a point ce dard lança
K'a un coup deux cuers assena ;
Cléomadès droit a ce point
Senti son cuer de ce dart point,
Dou dart d'Amours, si com moi semble,
Furent andoi navré ensamble. v. 3261-66

  • 11 Guillaume de Lorris, Roman de la Rose, op. cit., v. 912-984, puis v. 1714 et sqq.

29Le rôle équivoque d'Amour est depuis longtemps déjà dénoncé par Guillaume de Lorris : dans la Rose, Amour possède dix flèches11 cinq bénéfiques, cinq malfaisantes, qui pénètrent toutes successivement dans le coeur de l'Amant ; de deux arcs partent deux séries de flèches, dont certaines ont une importance spéciale : Vilainie s'oppose à Franchise, Beauté est toute puissante dans la séduction exercée par la Rose ; chez Adenet, si la flèche d'Amour est double elle reste identique en nature, son rôle est de faire naître la passion. Passion fortifiée définitivement par l'entretien au jardin clos du château, au cours duquel Regard et Doux Propos ont une action déterminante ; le coeur de l'Amant s'épanouit sous l'effet de la joie d'Amour et l'aspect physique du coeur se manifeste

De joie tous li cuers li rist v. 3301

30L'influence du Regard partagé sur les coeurs est décrite par Adenet

D'amoreus ieus se resgarderent
Cleomades et Clarmondine.
Amours en leurs cuers enracine,
Car plus l'uns l'autre veoit,
Plus l'uns l'autre amoit et prisoit. v. 3394-98

  • 12 Daniel Poiron, Le Roman de la Rose. Connaissance des Lettres, Paris, 1973, p. 47. "Dans le regard (...)

31Le Regard ici n'est pas dangereux et n'abrite aucune menace narcissique12 c'est un regard de contemplation et de connaissance mutuelles.

32Enfin la bonté du coeur, sa valeur morale, est facteur de séduction : la vision de l'homme (et de la femme) dans le Cléomadès est d'ailleurs résolument optimiste : la bonté est charisme. Il en est ainsi du coeur de Clarmondine

Et s'estoit li cuers de li tes
Qu'il n'i manoit fors que bontés
Et s'estoit fine debonaire.
Tel pucele devoit bien plaire, v. 3153-56

33Dans le coeur amoureux, l'effet du dard d'amour persiste et la mémoire du coeur ressuscite les impressions premières ressenties, en auxiliaire de l'amour : abordant à nouveau Chastel Noble, Cléomadès se souvient des heureux moments vécus jadis

... il a le chastel vëu
Ou dou dart d'Amours navrez fu
Si k'encore au cuer l'en esteche
De ce dart li fers o la fleche. v. 4497-4500

34Mais dans le mécanisme de la passion va se produire un phénomène de la plus grande importance, à savoir l'Echange des Coeurs entre les Amants, échange singulier, car d'une part, le coeur de l'Amoureux va se loger dans la poitrine de l'Amante, et vice versa, et d'autre part chacun des protagonistes garde présent en lui son propre coeur, bien utile pour ressentir toute une gamme d'impressions, heureuses ou malheureuses ... Il y a dissociation, dédoublement, ubiquité des coeurs : après la fuite obligée de Cléomadès du château de sa Bien Aimée sur le cheval magique, la séparation des amants n'a pas lieu, car l'échange des coeurs a eu lieu :

Cléomadès qui s'en aloit
Le cuer Clarmondine enportoit
Le Cuer Cleomades aussi
Ravoit Clarmondine avoec li.
Ainsi de cuer changié avoient
Mais le change pas ne savoient :
Changes de cuers si amoreus
Ne fu ainc fais com de ces deus
As deus cuers mout forment plaisoit
Li changes qui d'aus fais estoit. v. 4013-22

  • 13 Daniel Poiron, Le Coeur d'Amour épris de René d'Anjou, op. cit., Amours, p. 142, Charles d'Orléans (...)

35L'union des amants s'est concrétisée par cet échange. Pour une brève période les coeurs des amants acquièrent une personnalité propre, ressentent en êtres indépendants des affections, des pulsions : est là ce qui s'accomplira totalement dans le "Coeur d'Amour épris" du roi René, à savoir le coeur vivant d'une vie autonome loin de son possesseur naturel ; chez Adenet c'est par la volonté d'Amour que l'échange a eu lieu et les deux coeurs devenus soudain personnages s'en réjouissent, préfigurant certaines subtilités courtoises de Charles d'Orléans13

Ne se tinrent pour engingnié
Li cuer, mais si bien a paié
Que au change faire, sans faille,
Ne mirent onques repentaille,
Car le change si fait avoient
Que repentir ne s'en povoient,
S'il n'en avoient volonté
K'amours leur avoit commandé. v. 4023-30

  • 14 Girart d'Amiens, Meliacin ou le Cheval de Fust. Edition critique par Antoinette Saly, Sénéfiance n (...)

36Ce discours de la courtoisie raffinée est propre à Adenet dans l'intrigue du cheval de fust, car dans le Méliacin, le premier départ de Méliacin14 loin de Célinde n'est accompagné d'aucun échange des coeurs. Mais de cet échange les Amants eux-mêmes n'ont pas conscience et loin de l'être aimé, ils souffrent tous les tourments de l'absence (bien à tort, s'ils savaient...)

Cleomades grant joie eüst
S'en sa compaignie seüst
Le cuer la bele Clarmondine
Qui onques jour ne nuit ne fine
De penser a lui loiaument. v. 4509-513

37Et Clarmondine ignorant qu'elle a perdu son coeur, est rebelle à toute consolation, comme à tout conseil de la raison, et Adenet développe avec une belle logique les conséquences de cette disparition du coeur :

Ce ne li ert nus confors
Car ses cuers n'ert pas en son cors,
Et puis que li cuers n'i entent
Au confort, ce ne vaut noient.
Et conment i entendent
Li cuers, quant il ne sera la
Ou on le cuide conseillier ?
Ce ne porroit fructefiier.
Avoec Cleomades fil pris
Li cuers Clarmondine et saisis, v. 3559-68

38Ainsi ce vide, ce départ du coeur engendre désolation sans remède ; mais malgré la fiction littéraire, le coeur dédoublé est toujours bien présent dans la poitrine des intéressés pour qu'ils puissent ressentir en pleine conscience sensations et affections diverses. Clarmondine, après le départ obligé de Cléomades éprouve "en son cuer" des malaises qui vont de la colère

Quant la pucele a ce veü
Mout en ot le cuer irascu v. 3489-90

39à la plus vive émotion

Quant Clarmondine l'entendi
Pres que ses cuers ne li parti. v. 3531-32

40et à l'évanouissement

Mout li va pres dou cuer touchant v. 3538
... Ses cuers fu si esmaris
K'a la terre cheï pasmee
Mout dolente et mout courroucie
De cuer et mout forment irie. v. 3543-46

41Le coeur, on l'a dit, peut connaître des intuitions : Clarmondine, malgré des apparences accusatrices porte un jugement favorable sur l'inconnu qui s'est présenté à elle sous l'identité mensongère de son fiancé officiel, ruse employée sans aucun scrupule courtois par Cléomadès pour prolonger la conversation avec sa nouvelle Bien Aimée

Souvent li (à Clarmondine) fait le cuer doloir
Ce que ne set quel pan ala
Le jour qu'il se parti de la,
Car ses cuers adès li disoit,
Que de bon lieu venus estoit. v. 4516-20

42Le coeur juge, et juge bien, de la qualité aristocratique de l'inconnu.

43Le coeur de l'Amant est dépositaire du secret d'amour : Cléomadès, après l'enlèvement de Clarmondine par le traître Crompart ne possède plus qu'une trace matérielle de l'Aimée disparue, son gant qu'elle a abandonné dans son trouble ; il le recueille à l'insu de sa famille et de ses amis. Où placer, où cacher cette précieuse relique d'Amour ? Tout contre le coeur de l'Amant, c'est l'unique place digne de la relique :

Le gant encontre son cuer tint
Emprès sa char bouté l'avoit v. 6040-41
Pour ce l'ot mis contre son cuer. v. 6049

44Le coeur est redevenu organe physique sans perdre sa connotation affective, il abrite le secret de Cléomadès, et tout amour courtois, on le sait, doit comporter un secret dissimulé à tous. La nuit Cléomadès sort le gant de sa cachette

Contre son cuer l'avoit lié
D'un drap linge blanc delié
Ades nuit et jouri estoit.
Mais nus fors il ne le savoit. v. 8315-18

45Le gant et le coeur sont isolés du corps dans un climat de pureté sacrée comme dans un tabernacle.

46L'amour qui unit Cléomadès et Clarmondine est le Parfait Amour des amants courtois, et Clarmondine réfléchissant sur leur passion en donne une définition conforme à ce modèle de perfection

Si fine amour qui si pou dure
Naist de destinée trop dure...
Hé, las, com ci a dure fin
Quant je l'aim tant de tres cuer fin ! v. 6255-60

47Mais quelle est la place de Désir dans cet amour ? On sait que dans le Livre du Coeur d'Amour épris, Coeur et Désir, protagonistes du récit (Coeur quitte la poitrine d'Amant, c'est-à-dire le Roi René, dès les premières scènes) accomplissent en compagnons la quête de l'aimée, Douce Mercy. Désir, jeune et bel adolescent, vêtu de blanc argent, se profile toujours (bien qu'il disparaisse à la fin du récit) aux côtés du Chevalier Coeur, paré d'une tunique rouge ou de sa brillante armure. Ils ne se séparent pas. Or dans le Cléomadès, la part faite à Désir est réduite et épisodique, Désir semble même l'ennemi de Fin Amors.

48Cet antagonisme est établi dans la logue scène, sous forme de psycho-machie, pendant laquelle Cléomadès tient Clarmondine enfin délivrée, entre ses bras. Pour une unique fois dans le récit, les abstractions personnifiées s'animent et se livrent bataille dans le coeur du héros ; l'amant comme l'amante ont fort envie d'obéir à Désir commandé lui-même par Amour

Et Clarmondine aussi estoit
Pointe au cuer d'un tout si fait point
Car tout en aussi loial point
Amoit ele lui com il li.
Amours le conmandoit ainsi
Et il li conmant en faisoient
De cuer si que plus ne povoient. v. 14250-56

49La compagne des Amants est maintenant Joie de coeur, qui éloigne d'eux définitivement Anuis, Tristesse et Tormens, tandis qu'ils sont les hôtes de Déduis, Solas, Ris, et bien sûr d'Amour. Cléomadès parce qu'il aime "de Coeur entier" v. 14351, prend grand soin de Clarmondine et la couche sur son giron, et Clarmondine constate qu'elle n'a jamais eu "Oreillier ... qui au cuer li fust si plaisans". v. 14377. Dans ces bonnes dispositions, Hardement s'empare de Cléomadès

Hardement le prioit
De li baisier, mais il n'osoit. v. 14425-26
Bien s'i fust Desirs acordés,
Mais Raisons li disoit : "Soufrés !" v. 14427-28

50Et Raison fournit comme argument contraire au baiser justement Loiaus Amours. Donc Amours est séparé ici de Désir, annonçant la conclusion du Coeur d'Amour épris : plus on aime, et de Fin Amors, plus on doit tenir Désir en bride

Vous estes souvent trop hastieux v. 14465

51conclut Raison, morigénant Hardement. Cléomadès a pu donner jadis un premier baiser à Clarmondine précisément parce qu'il ne l'aimait pas encore vraiment. Mais maintenant il est "saisis" d'Amour :

En son cuer doit penser tous dis
Conment Amours tres loiaument
Soit servie amoreusement. v. 14480-82

52On invite donc l'amant à un raisonnement du coeur.

53Désir pourtant ne s'avoue pas vaincu

Désirs bien jura
Qu'el cuer Cleomades manroit. v. 14510-11

54Raison, Avis et Atemprance intiment à Désir l'ordre de prendre patience, il ne faut pas qu'Honneur puisse souffrir de l'entreprise. L'épisode s'achève par une salutation de Cléomadès à Clarmondine réveillée

Je suis çà, biaus tres fins cuers doux. v. 14534

55L'amante mérite maintenant d'être appelée elle-même le coeur, par une salutation passionnelle qui subsiste dans la langue moderne.

  • 15 Les Romans de Chrétien de Troyes. Tome III, Le Chevalier de la Charrete, publié par Mario Roques, (...)
  • 16 Guillaume de Lorris, op. cit., v. 2982-3056 :
    Buer folie qui se chastie ;
    et quant joines hom fet fo (...)
  • 17 Armand Strubel, Le Roman de la Rose, Etudes Littéraires, P.U.F., Paris, 1984, p. 57 : "Les discour (...)
  • 18 ) Armand Strubel, op. cit., p. 57 : "La description des deux personnages comporte des ressemblance (...)

56La lutte entre Raison et Amour existait déjà, on le sait, dans le Lancelot de Chrétien de Troyes15. Lancelot, par Amour, accepte le déshonneur de la Charette : chez lui c'est Amour qui triomphe de Raison et en l'occurrence Amour était Sagesse et non Folie, Amour avait raison contre Raison. Chez Guillaume de Lorris Raison opposait son discours à celui d'Amour et son action à celle de Vénus16. Dans le Cléomadès, le combat est différent, Raison s'oppose à Désir (Hardement), distinct de Fin Amors. La souffrance de Désir est ici bien minimisée et elle s'effacera dans le mariage, but des deux amants. Le long discours de Raison chez Guillaume était un véritable "chastoiement"17 il est réduit à quelques vers dans le Cléomadès. Avec un personnage aussi parfait que notre héros, il était presque inutile. Raison reproche à l'amant dans Guillaume de Lorris "un coeur volage" : ce n'est certes pas le cas de Cléomadès ! Dans "la Rose" Amour et Raison possèdent une certaine ressemblance et paraissent descendre tout droit du Paradis18 l'un et l'autre : chez Adenet Raison, Amour, Hardement n'ont pas de visage, ils sont pures abstractions. Or les abstractions n'apparaissent qu'épisodiquement sous la plume d'Adenet : il se borne à les nommer, à les faire parler brièvement, elles ne sont jamais décrites physiquement, ni "représentées", elles ne s'incarnent pas dans un corps et dans un paysage, l'imagination d'Adenet semble s'y refuser. Hardement, Désir, Raison, Avis sont seulement des voix, alternées, affrontées, émanations du Coeur de l'Amant. Elles ne construisent pas autour d'elles un monde de rêve parallèle au monde réel, très vite elles rentrent dans l'ombre derrière les deux héros eux-mêmes qui réoccupent le devant de la scène. On ne voit ni Mélancolie confinée dans sa cabane, ni la naine Jalousie, ni le chevalier Souci, ni le redoutable seigneur Courroux, ni la nonchalante Paresse du Coeur d'Amour épris Pas de jardin de Déduit, comme dans les Romans de la Rose. Les voix intérieures de Cléomadès mènent leur débat, bref et un peu sec, dans son coeur.

***

57Dans le langage métaphorique qu'Adenet tisse autour du Coeur, surgit l'image de la Prison d'Amour, qui se referme autour du roi Méniadus, candidat à la main de Marine, soeur du héros ; après avoir été rebuté par Clarmondine. Méniadus, résigné, devient raisonnablement amoureux de Marine

... Il fait bon son coeur oster
De ce qu'on ne puet amender. v. 17549-50

58comme le conseille Adenet. Le mariage de Méniadus, double affaibli de celui de Cléomadès, se conclura cependant sous le signe d'Amour

Car son cuer si entierement
a dou tout Marine otriié
K'en sa prison le tient liié
Amours si amiablement
que il n'a vouloir ne talent
de cele prison eschaper. v. 17564-69

59Cléomadès accorde Marine à Méniadus : celui-ci ouvre alors toute grande la "porte" de son coeur

De son cuer la joieuse porte
S'ouvri contre celui raport,
car Amours ot en lui pris port,
par quoi couvint la porte ouvrir,
pour celui raport recueillir. v. 17612-616

  • 19 Guillaume de Lorris, op. cit., v. 2006-08
    Lors la me toucha au costé
    et ferma mon cuer si souef
    qu'a (...)

60L'image du coeur maison et abri de l'Amour embellit une idylle raisonnablement conventionnelle, l'ornement de l'Allégorie apparait quand la passion vraie s'efface. L'amour tout spontané et intense de Cléomadès et Clarmondine n'avait pas besoin de ces subtilités langagières. On se souvient que dans le Roman de Guillaume de Lorris l'amant enfermait son coeur dans une boîte, dont il remettait la clef à Amour, en gage de fidélité ...19 Guillaume écrit son oeuvre environ cinquante ans avant qu'Adenet ne rédige le Cléomadès ; mais Adenet a choisi de composer un roman qui n'admet qu'un seul élément fantastique hérité du conte européen (le cheval de fust), une mécanique qui ne porte pas au rêve : son récit se déroule dans un monde qu'il décrit comme vrai, rationnel, classique pour tout dire ; aussi ne fait-il dans la peinture du Coeur que des sacrifices mineurs à l'Allégorie, pour prouver qu'il en connait la vogue. Il n'en perçoit pas la possible profondeur : alors que le Je de Guillaume de Lorris accomplit la quête de son Moi, Cléomadès ne poursuit qu'une quête, celle de Clarmondine, il parcourt le monde méditerranéen à travers des contrées bien réelles (qu'Adenet lui-même avait traversées) il y rencontre des hommes et des femmes de chair et bien vivants, non pas des emblèmes moraux. L'effort de stylisation est absent du Cléomadès.

***

61Pourtant le "cuer" dans le Cléomadès est capable d'agir dans le domaine intellectuel et s'engage dans des processus qu'on rattache d'ordinaire à Avis ou Sens. Le coeur est intuition, il souffle telle ou telle inspiration aux héros, il est ruse, ingéniosité et parfois sottise. Clarmondine, placée devant l'obligation d'épouser le roi Méniadus trouve, grâce à son coeur, l'échappatoire : feindre la folie

Prist en son cuer a aviser
Que se vers aus se descouvroit
Ja mais eschaper ne porroit. v. 7070-72
Pour ce en son cuer s'assentoit
Qu'ele le hors dou sens feroit
Car or n'i voit ele autre tour
Que celui a sauver s'onnour. v. 7667-70

62Cléomades écoute aussi le conseil de son coeur

Lors s'est en son cuer avises
Que il de sa gent s'emblera. v. 9186-87

63mais il sait aussi que son coeur est parfois mal avisé et stupide

Le jour que ou jardin laissai
Clarmondine, seule seant ;
Mout oi cuer nice et nonsachant. v. 9144-47

64Le coeur est encore le siège du courage, de la fermeté intellectuelle et physique. Cléomadès envolé sur son cheval de bois (et pas encore amoureux) ne sait comment manoeuvrer l'animal, Crompart ayant omis à dessein de l'éclairer. Il se voit condamné à une errance perpétuelle dans le ciel, mais il lui reste son courage

Lors vit il bien que déceü
l'avoit Crompart et engingnié
mais n'ot pas le cuer esmaié :
ains l'ot si ferm en seürté
com cil ou ains n'ot lascheté
car au besoing voit on avis
des seürs cuers et des hardis.
Bien voit qu'il n'avra autrement
confort, s'en son cuer ne le prent ;
et la en pot il assez prendre,
car n'en estoit pas a apprendre
li cuers, ains en ot tant apris
que li cors en avoit grant pris. v. 2654-66

65Coeur signifie vaillance, force d'âme, à nouveau l'emprise du coeur-courage sur le corps est évidente et bénéfique. A partir de cet emploi le mot coeur va symboliser une nature noble et généreuse, il devient le réceptacle de toutes les vertus comme l'exprime le vers proverbe

Car gentieus cuers ne puet mentir. v. 7822

66L'excellence de l'individu réside dans son coeur ; ainsi done Ynabele, mère de Cléomadès, pratique la bonté, la charité

Done Ynabel qui ainc n'ot
son cuer saoulé d'onnour faire v. 186-7

67la générosité

Car Largesse la couronnee
Fu en son cuer enracinee. v. 197-8

68Toute pitié vient du coeur : la reine Clarmonde se retire de la cour lorsque son époux ordonne le supplice de Cléomadès

Car n'eüst pas de veoir cuer
Que on feist mal a nul fuer
Celui qui si grant grace avoit. v. 3899-901

69Le sentiment d'humanité caractérise donc le coeur d'élite.

70Une seule fois, le coeur donne accès au divin, tout à la fin de l'oeuvre, quand Adenet, délaissant l'intrigue, fait l'éloge de son premier protecteur, le bon duc Henri de Brabant

Et bien parut a sa fin
K'envers Dieu avoit le cuer fin. v. 18606

71Mais il ne s'agit plus du coeur de Cléomadès, ni d'aucun des personnages du roman.

72En conclusion, dans l'oeuvre d'Adenet, le coeur est le siège vital, physique, affectif, intellectuel de l'être, toutes les manifestations et réactions de l'homme passent par lui, sont logées en lui. L'âme au sens chrétien du terme n'est pas nommée dans ce roman laïque. Le coeur annexe toutes les forces humaines et les gouverne.

  • 20 D. Poirion, Le Coeur d'Amour epris, op. cit., p. 15 : "La personnification achevée on appellera le (...)
  • 21 D. Poirion, op. cit., p. 18.

73Daniel Poirion remarque que, dans Le Coeur d'Amour epris, de "mon coeur" on va passer à "le Coeur"20. Le Moi de l'Amant devient le Chevalier Coeur, la distanciation entre le personnage et son coeur est totale. "Le coeur, écrit Daniel Poirion, n'est pas le portrait de René d'Anjou à l'âge où il écrit son texte, mais l'image d'un adolescent idéal, où chacun peut aimer à se reconnaître"21. Cléomadès aussi est personnage idéal, mais à cause de sa perfection, il demeure un modèle, il a une individualité propre, il n'est pas "chacun". Et le divorce (et la métamorphose) entre le héros Cléomadès et son coeur n'a pas lieu. tout au plus le coeur du héros peut-il se dédoubler en deux coeurs jumeaux, l'un allant se loger dans la poitrine de l'Aimée, assez passif, presque invisible, l'autre restant bien présent dans celle de Cléomadès dont il demeure l'essence, le révélateur des qualités, inséparable de son être authentique.

74Le coeur est support pour l'individu, mais il est aussi support de la société tout entière, une société spécifique, hautement aristocratique, sans transcendance religieuse. Une société "cordiale", où le coeur commande la morale. Le Cléomadès est un exemple d'une civilisation du coeur, optimiste (un peu à la manière de Rousseau) chimérique et euphorisante.

Notes

1 Albert Henry, Les oeuvres d'Adenet le Roi, Cléomadès, vol. I, texte, vol. 2, Introduction, notes, tables (Bruxelles : Editions de l'Université de Bruxelles, 1971).

2 René d'Anjou, Le Coeur d'Amour epris, Edition Marie Thérèse Gousset, Daniel Poirion, Franz Unterkircher, Paris, 1981.

3 Guillaume de Lorris et Jean de Meung, Le Roman de la Rose, publié par Félix Lecoy, Tomes I et II, Paris, Champion, 1965-66, v. 1991-2008.

4 Adenet le Roi, Cleomadès, v. 16087-16110 et pour la fortune de Pinçonnet, v. 16538-16570.

5 Le Roman de la Rose, op. cit. Introduction, p. XI, "Guillaume écrit, dit-il, pour plaire à sa dame ... Pour ce faire, il raconte un rêve ..." Et à partir de l'épisode de la Fontaine de Narcisse, et de l'intervention d'Amour (v. 912-984) le héros est Amant.

6 A. Hatzfeld et A. Darmesteter, Dictionnaire Général de la Langue française, Paris, 1900, p. 458, article "Coeur".

7 Toutes les citations du texte de Cléomadès sont tirées de l'édition Albert Henry, op. cit.

8 Le Roman de Tristan en prose, édition Philippe Ménard, textes littéraires français, tome I, Genève, 1987, par. 163-164, pp. 238-243 et Le Roman de Tristan en prose, traduit en français moderne par Marie-Luce Chênerie et Philippe Ménard, tome I, Paris, Champion, 1990, pp. 145-151.

9 Les Romans de Chrétien de Troyes, II, Cligès, édité par A. Micha, Paris, Champion, 1957. v. 6604-6609
Morz est (mes vos ne le savez)
Vostre oncles del duel que il ot,
Por ce que trover ne vos pot.
Tel duel ot que le san chanja :
Oncques ne but ne ne manja,
Si morut com huem forssenez.

10 C.F. Daniel Poiron, Commentaire du Coeur d'Amour épris, op. cit., p. 62 : "Amours et Vénus, qui se trouvent au sommet de la hiérarchie des personnafications, n'appartiennent pas au monde des amis. Figures venues d'une mythologie étrangère, elles font problème : sont-elles bonnes, sont-elles méchantes ? Amours ... règne sur le monde amoureux selon des règles inquiétantes".

11 Guillaume de Lorris, Roman de la Rose, op. cit., v. 912-984, puis v. 1714 et sqq.

12 Daniel Poiron, Le Roman de la Rose. Connaissance des Lettres, Paris, 1973, p. 47. "Dans le regard de l'Autre, on peut voir ses propres yeux reflétés, où nous reconnaissons le danger du désir narcissique, ne "cherchant dans l'amour que le reflet de soi".

13 Daniel Poiron, Le Coeur d'Amour épris de René d'Anjou, op. cit., Amours, p. 142, Charles d'Orléans, Rondeau :
Là, dans mon livre de Pensée
J'ai trouvé écrivant mon Cœur
La vraie histoire de Douleur
De larmes tout enluminée.
En effaçant l'image aimée
De la plaisante Douceur
Là, dans mon livre de Pensée
Hélas ! mon Coeur l'a-t-il trouvée ?
Les grosses gouttes de sueur
Lui perlent, de peine au labeur
Nuit et jour par lui usée
Là, dans mon livre de Pensée. Manuscrit B.N. fr. 25458, p. 366

14 Girart d'Amiens, Meliacin ou le Cheval de Fust. Edition critique par Antoinette Saly, Sénéfiance n° 27, Publications du CUER MA, Aix-en-Provence, 1990, v. 2110-2140.

15 Les Romans de Chrétien de Troyes. Tome III, Le Chevalier de la Charrete, publié par Mario Roques, Paris Champion 1967, v. 360-377 :
Mes Reisons, qui d'Amors se part,
li dit que del monter se gart,
si le chastie et si l'anseigne ... v. 365-67

16 Guillaume de Lorris, op. cit., v. 2982-3056 :
Buer folie qui se chastie ;
et quant joines hom fet folie,
l'en ne s'en doit pas merveillier.
Or te veil dire et conseillier
que l'amor metes en oubli. v. 2999-3003

17 Armand Strubel, Le Roman de la Rose, Etudes Littéraires, P.U.F., Paris, 1984, p. 57 : "Les discours que ces personnifications adressent à l'Amant sont une amplification du modèle romanesque, du Liebesmonolog, où l'on voit Raison et Amour se disputer le coeur du candidat à l'amour".

18 ) Armand Strubel, op. cit., p. 57 : "La description des deux personnages comporte des ressemblances (avec la distance rhétorique qu'il faut mettre entre le monde païen et le monde chrétien)".

19 Guillaume de Lorris, op. cit., v. 2006-08
Lors la me toucha au costé
et ferma mon cuer si souef
qu'a grant poine senti la clef.

20 D. Poirion, Le Coeur d'Amour epris, op. cit., p. 15 : "La personnification achevée on appellera le personnage "Le Cuer" avec l'article qui le particularise au milieu des autres personnifications".

21 D. Poirion, op. cit., p. 18.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540