Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le « cuer » au Moyen Âge

"Guillaume, as-tu du cuer" ?
ou "cuer" dans Le Vair Palefroi

Jean-Claude Bibolet

Texte intégral

1Il a toujours été difficile de rattacher Le Vair Palefroi à un genre littéraire. Pourtant l'auteur avait choisi, puisqu' il avait écrit aux vers 28 et 29 de son poème :

En ce lay du Vair Palefroi
orrez le sens Huon le Roi.

2Cela n'a pas empêché Joseph Bédier dans son livre Les fabliaux (p. 91) de déclarer à son propos qu'il s'agit d'un "charmant fabliau", ce genre étant pour lui "un conte à rire en vers", et Langfors, dans son édition, a utilisé le même terme.

3Quant à Jean Dufournet, il donne, simplement, comme sous-titre à la traduction qu'il a publiée du texte, "conte courtois du xiiiè siècle."

4P. Nikrog dans Les fabliaux. Etude d'histoire littéraire et de stylistique médiévale du Moyen Age (Paris 1895) a essayé de résoudre le problème : "Très souvent, il est presque impossible de tracer une limite claire entre tel type de fabliau et tel genre voisin. C'est le cas pour les contes courtois : Le Vair Palefroi est-il un fabliau ? Je l'ai exclu parce qu'il n'a rien de comique [...]"

5Peut-être peut-on laisser, provisoirement, le mot de la fin à G. Gougenheim qui, dans son Etude stylistique sur quelques termes désignant des personnes dans le Vair Palefroi (insérée dans Etudes de grammaire et de vocabulaire français), fait tort justement remarquer en note qu"'on peut se demander si les modernes sont qualifiés pour changer la dénomination du genre littéraire dans lequel un auteur du Moyen Age avait classé son oeuvre".

6En revanche, ce qui est sûr, c'est que rares sont les commentateurs semblant avoir pris très au sérieux cette oeuvre, puisqu'elle est qualifiée par les uns de bluette, par les autres d'aimable historiette, et qu'à propos des fabliaux, J. Bédier parle de sujet léger et de matière frivole.

7En tout cas le Vair Palefroi apparaît comme un conte sentimental, une belle histoire d'amour puisque le champ lexical de ce sentiment est très riche (Ainsi on relève le mot Amor 18 fois, et il y a 18 formes du verbe aimer).

8Les occurrences de "cuer" sont encore plus nombreuses, 27, chiffre considérable pour un texte de 1342 vers. Mais à propos de "cuer", il est impossible d'ignorer "corage", qui se présente 12 fois. Corage est, on le sait, un composé de cor avec le suffixe - age, qui - ou bien a une valeur proche de zéro (Il est employé alors comme un élargissement phonétique destiné à donner plus de corps au mot, par exemple vis/visage), – ou bien donne au mot dérivé une valeur d'ensemble : "le corage est dans ce cas l'ensemble des dispositions du coeur et dont le coeur est le centre".

9On ne peut donc dissocier cuer et corage, non seulement parce qu'ils ont des valeurs très proches au Moyen Age, mais aussi parce que, dans le texte, on les relève plusieurs fois dans la même phrase. L'un est-il simplement le substitut de l'autre ?

10Certes les répétitions de mots, ou de vers, les reprises, les accumulations de synonymes, les redondances, sont une des caractéristiques du Vair Palefroi, mais, comme l'a remarqué J. Dufournet, "la répétition de mots-clés attire l'attention sur les aspects essentiels de l'oeuvre". "Cuer et corage" font sans doute partie de ces mots clés.

11"Cuer" n'apparaît jamais dans Le Vair Palefroi comme organe central de la circulation. Toutefois, en une occasion, on trouve une valeur d'emploi proche. Guillaume attend le résultat de l'entrevue entre son oncle et le père de la jeune fille ; Un valet entre.

772 Quant il le vit, le cuer du ventre
li fremist de joie et tressaut.

12Il est très nettement indiqué ici qu'il s'agit du coeur organe physique, siège de la vie ; mais sous l'effet d'une émotion, en l'occurrence la joie, le coeur réagit nerveusement ; comme diraient aujourd'hui les médecins, le chevalier ressent des troubles non organiques, mais fonctionnels : tachycardie, extrasystoles, ou plus familièrement battements de coeur. A propos des vers de Chrétien de Troyes dans Perceval

86 et maintenant li cuers del vantre
87 por le dolz tans li resjoï

13G. Raynaud Lage, dans Le Manuel pratique d'ancien français écrit : "L'expression médiévale, d'une anatomie bizarre, est tout à fait courante, elle nous place au trefonds de l'être ; il n'en reste qu'un souvenir dans la locution, d'une autre tonalité, "avoir du coeur au ventre"".

14On la trouve aussi, par exemple, dans le Tristan de Béroul au vers 3168 : li cuer el ventre li froidist.

15Cette expression curieuse est tout simplement la conséquence de la science grecque, qui par le mot coeur couvraît une large partie du corps humain : ainsi on donnait également le nom de coeur à l'orifice cardiaque ou supérieur de l'estomac, le nom de douleur de coeur aux douleurs d'estomac.

16Ces considérations anatomiques ne doivent pas nous faire oublier d'autre part, que, comme on le lit dans Trésor de la langue française, le coeur, dans sa conception antique toujours, est à la fois le siège de la vie et des fonctions vitales, ainsi que celui des passions et des émotions, des pensées et de l'intelligence, de la mémoire et de la volonté. "Cuer", dans la langue médiévale, garde des traces de ces valeurs, comme on va pouvoir le constater.

17De tous les personnages du Vair Palefroi, seul le jeune chevalier Guillaume a un nom propre. Et encore, c'est seulement aux vers 103 et 104 qu'il est nommé

Li jones chevaliers ot non
Messire Guillaume a droit non.

18S'agit-il d'une coquetterie de l'auteur ou du désir d'imiter un conteur comme Chrétien de Troyes, à qui il arrivait de faire attendre plus ou moins longtemps le nom de ses héros (Songeons par exemple à Lancelot dans Le chevalier de la charrete, et à Perceval dans le Conte du Graal) ? En tout cas, des le début de son récit Huon le Roi consacre à la présentation de son personnage, trois vers dont le troisième (v. 37), superbement antithétique,

"riches de cuer, povres d'avoir"

19annonce déjà toute la suite de l'histoire, en opposant les qualités intérieures, aux richesses extérieures, terriennes notamment ; cela aura des conséquences capitales. Le premier hémistiche, dans son raccourci, reprend les qualités exposées un peu plus haut, "preus" (v. 35), "cortois et bien chevalereus" (v. 36) et sera développé encore quelques vers plus loin

43 Quar sens et honor et hautece
avoit, et cuer de grant proece.

20Ces qualités sont tellement importantes pour Huon le Roi qu'il y revient dans le corps du récit

736 a l'ostel celui qui vaillance
737 avoit en son cuer enterine.

21Mais tout n'était-il pas dit, dès le vers 41, quand il était écrit : "et la valeur dont fu espris" ?

22Cette valeur qui s'extériorise par l'ardeur à combattre, la bravoure, prend naissance évidemment dans le coeur.

23Elle est la première qualité que l'on attend d'un chevalier et l'on comprend que le poète insiste tant sur cette qualité de Guillaume.

24Mais "riches de cuer", pour nous, en 1991, a une autre résonance, même si dans une traduction l'expression peut être gardée telle quelle. Elle indique la noblesse, et la générosité morales de Guillaume. Dans cette acception, fausse-t-elle l'idée que l'on peut se faire du personnage ? Non, si l'on pense que, dans le monologue, cornélien avant la lettre, qui se place après qu'il a appris la décision du père, à l'issue d'un débat douloureux, le jeune homme décide de prêter malgré tout son vair palefroi pour le mariage de son amie. Belle illustration de la grandeur morale de Guillaume.

25L'idée exprimée par "riches de cuer" à propos de Guillaume est si capitale que l'auteur la reprend à la fin du poème, mais pour éviter de se répéter, il change la formule en utilisant l'antonyme de "riches", qu'il nie.

1336 et cil, qui n'estoit mie nice
1337 ne de cuer povres ne frarins

26Dans les deux cas d'ailleurs, le syntagme est construit de la même façon, puisque "cuer" est complément des adjectifs riches/povres.

27Mais Guillaume manifeste d'autres qualités, comme la gaîté :

70 s'en estoit auques achoisie
71 l'envoiseüre de son cuer.

28Elle se montrera plus loin dans le texte, quand Guillaume attend la réponse de l'entrevue qui se déroule entre les deux vieillards et dont il croit qu'elle sera positive :

757 chantant aloit par son ostel

29"Guillaume, as-tu du "cuer" ? Telle était la question posée dans le titre de la communication. La réponse est "oui" puisqu'il a "le cuer de grant proece" et que des expressions du même type indiquent qu'il a des qualités de coeur.

30A priori, le père de la jeune fille, tantôt désigné par le terme d'ancien, tantôt par celui de vavasseur, tantôt par celui de prince, semble avoir la même qualité que Guillaume, vu la façon dont l'auteur parle de lui en une occasion :

524 Li anciens gentiz et franz
525 estoit de cuer

31La construction de l'expression, avec encore "cuer" complément d'adjectif, renforce la similitude.

32Mais la jeune fille nous donne sur son père une indication qui éclaire le personnage :

386 "mes il a cuer de sens chargié"

33Et ce trait est repris plus loin dans le récit :

572 cil qui molt a le cuer sené
573 fu molt joianz

34Le coeur dont il est question ici est certes le siège des qualités morales, mais cette sagesse sur laquelle l'auteur revient deux fois s'exerce au détriment des deux jeunes amoureux : elle amène le père à préférer, comme prétendant, le vieillard riche au chevalier pauvre, et l'expression "de cuer" apparaissant quelques vers plus loin dans les propos qu'il tient à l'oncle, indique qu'il consent au mariage "du fond de lui-même", "intimement".

35Si l'ancien, père de la jeune fille, est assez curieusement ménagé par Huon le Roi tout au long du conte, il n'en est pas de même pour l'oncle, et ce n'est certainement pas un hasard s'il n'est jamais question de son coeur, dans quelque valeur que ce soit. En trahissant la confiance de son neveu, en demandant la main de la jeune fille sans aucun scrupule, "l'oncle est le personnage odieux de notre lai", écrit Gougen-heim ; on pourrait dire aujourd'hui qu'il est le méchant de l'histoire en utilisant à son propos la formule moderne, "il n'a pas de coeur".

36Puisque le coeur est considéré depuis l'antiquité comme le siège des passions, et puisque Le Vair Palefroi est une histoire d'amour, on ne peut pas être surpris que "cuer" apparaisse dans différentes expressions peignant ce sentiment.

37Dans certaines, l'auteur utilise des métaphores banales, comme celle de la blessure, puis celle de l'éclosion de la fleur :

742 mes amors qui au cuer le point
743 l'avoit hasté de revenir.

38Et un peu plus loin :

746 Amors en son cuer florissoit

39Dans la situation évoquée, la force de l'amour est telle qu'elle fait revenir Guillaume du tournoi.

40Mais le désir de voir l'être aimé s'était manifesté dès le début :

158 cele c'on fesoit enserrer
ne veoit mie de si pres
160 comme son cuer en ert engrés.

41Pour la jeune fille, la peinture de l'amour est faite elle aussi de manière habituelle :

150 Quar au deduit avoit failli
160 ou son cuer ert enracinez
et 648 Quar ses cuers est si enlaciez
649 en l'amor au bon chevalier.

42Plus intéressant est le passage où l'on relève, à quelques vers de distance, mais dans deux phrases différentes, cuer et corage dans une même acception : la jeune fille ne peut pas accepter de bon gré l'homme désigné par son père, parce qu'elle aime ailleurs et qu'elle a choisi selon son inclination ; d'où l'utilisation des verbes à sens concret "poser" et "mettre". [mariage]

694 de sa fille, qui son corage
695 avoit en autre lieu posé.
696 Au bon chevalier alosé
697 avoit son cuer mis et s'entente.

43Quant au vers 166 "chascuns dit bien que son cuer pert", il mérite, à notre avis, un sort particulier. Le contexte montre les difficultés que rencontrent les deux jeunes gens pour se rapprocher. "Perdre son cuer", c'est non seulement perdre son amour, mais peut-être aussi perdre sa vie, "cuer" reprenant alors son sens premier de "siège de la vie".

44Siège des passions, le cuer/corage est par conséquent le centre de l'affectivité et des émotions.

45Celle qui domine chez les jeunes gens du Vair Palefroi, par suite de leur amour contrarié, est le chagrin.

351 Dolente fu en son corage

46écrit l'auteur à propos de la jeune fille lorsqu'elle apprend de la bouche de Guillaume qu'il est éconduit et elle s'écrie, dans le monologue où elle exprime ses états d'âme :

630 "Dieus, commes cuers est agrevez".

47À la fin du conte, quand elle est emmené sur le palefroi vers son mariage forcé, elle a les mêmes dispositions :

927 Ses cuers n'estoit pas endormis,
928 ainz ert a duel fere ententis.

48Quant à Guillaume, sa douleur se manifeste, dans l'histoire, quant il se sent obligé de remettre son palefroi au messager. A quelques vers de distance on relève

880 "dont j'ai au cuer duel et pesance"
puis 884 "mis est mes cuers en grant friçon"

49et encore plus loin :

901 qu'issir ne li puet a nul fuer
902 la grant pesance de son cuer.

50Et l'on n'est pas surpris que même le portier de Guillaume lui parle de son "pesant corage" (vers 1184).

51Siège du chagrin, le cuer est aussi celui de la joie, mais dans Le Vair Palefroi ce sentiment se manifeste de cette manière deux fois seulement, et chez Guillaume. L'auteur d'ailleurs reprend exactement le même vers, en changeant la place et le temps du verbe.

52Ainsi Guillaume se réjouit du conseil que vient de lui donner son amie :

453 mes molt est liez en son corage

53Dans la toute dernière partie, quand tout s'arrange, Huon le Roi écrit 1315 estoit molt liez en son corage.

54Les récurrences sont fréquentes, on le sait, dans Le Vair Palefroi ; toutefois celle-ci, à près de 1000 vers de distance, surprend ; mais on peut la comprendre si l'on remarque que c'est, avant la fin du lai, la dernière manifestation de joie chez Guillaume, pour qui sont en train de se succéder les événements favorables.

55En une seule occasion, "corage" désigne dans le texte le siège de la pensée réfléchie, de l'intention.

235 Venu li est son corage.

56Guillaume décide d'aller trouver l'Ancien pour lui demander la main de sa fille.

57Trois cas se présentent où il est difficile de saisir la valeur exacte de "corage" ; ces trois occurrences se rencontrent curieusement dans des phrases de dialogues, longues, à la syntaxe alambiquée, voire obscure.

58Telle est la phrase que prononce Guillaume devant le père, pour sa demande

284 "Dieu doinst que pensser ne vous lest
destorber le vostre corage
que vous cest don, par mon outrage
que j'ai requis, ne me faciez".

59L'accumulation des infinitifs, des subjonctifs, des "que" trahit-elle l'embarras de Guillaume qui ne se sent pas à l'aise devant le père ?

60On retrouve des phrases du même type dans le dialogue qui s'établit entre les deux "anciens". Ainsi l'oncle déclare :

542 "Dieu prie que corage vous doingne
qu'entendue soit ma proiere
en tel point et en tel manière
545 que j'en puisse venir a chief".

61Ici encore le style est bien ampoulé, avec l'emploi de "corage" au sens général de disposition d'esprit. Est-ce parce qu'il s'agit d'une demande solennelle de mariage ?

62La réponse du père, est du même genre, en termes très généraux :

547 "Je vous pris tant en mon corage
que por souffrir trop grand malage
ne vous sera chose vee
qui de par vous me soit rouvee,
ainz vous en ert graez li dons".

63Une nouvelle fois la syntaxe est fort lourde. Les deux anciens, de la même génération donc, se livrent là à un échange de politesse avant d'en arriver à l'objet de la visite. Y-a-t-il chez l'auteur désir de les ridiculiser par l'emploi de telles formules ?

64Mais cuer et courage n'apparaissent pas qu'au cours du récit lui-même. Ainsi, dès le début de son introduction, Huon le Roi déclare que son poème est consacré aux femmes. Il exprime un regret à leur propos, ou plutôt au sujet de leur cuer, pris ici dans son acception figurée la plus large, "centre de vie intérieure". Il ne lui faut pas moins de quatre épithètes, toutes de sens fort, pour le qualifier.

10 Ha, Dieus ! s'eles les cuers eussent
11 entiers et sains, verais et fors
12 ne fust el mont si granz tresors

65Après avoir dit ce qu'elles devraient être, le poète exprime en une longue phrase ce qu'elles sont, en utilisant une comparaison où l'emploi de "cuer" puis de "corages" évite la répétition.

17 Lor cuer samblent cochet au vent,
quar avenir voit on souvent
qu'en poi d'eure sont leur corages
20 muez plus tost que li orages.

66J. Dufournet écrit à ce propos dans son introduction : "L'on sent que l'auteur est tenté par une sorte de démythification de la courtoisie, puisqu'il reprend dès les premiers vers le lieu commun des femmes changeantes".

67Comment ne pas penser en effet aux vers de Chrétien de Troyes dans Le chevalier au lion où le poète abordait ce thème à travers les propos d'Yvain ?

1439 D'or en droit ai ge dit que sages
que fame a plus de cent corages.
Celui corage qu'ele a ore,
1443 espoir, changera ele ancore.

68Chrétien n'est pas gêné par la répétition de "corage" deux vers de suite.

69Ce thème de la littérature antiféminine remonte au célèbre passage de l'Enéide de Virgile "varium et mutabile semper femina" (IV-569-570).

70Toujours dans ce prologue, Huon le Roi aborde son propre cas en s'en prenant à ceux qui sont envieux à son égard.

71L'emploi de cuer et de corage, à deux vers de distance, dans le même sens que précédemment, mais avec des adjectifs antithétiques, évite ici encore la répétition :

23 ja ne lerai por les cuivers
qui les corages ont divers
et qui sont envieus sor ceus
qui les cuers ont vaillanz et preus.

72Enfin et surtout, dans la bouche de la jeune fille qui s'adresse à Guillaume, on trouve l'explication de leurs propres malheurs dans l'opposition entre la vieillesse et la jeunesse :

391 "mes cuers qui gist en la viellece
ne pensse pas a la jonece
ne au voloir de jone eage ;
grant difference a et corage
de viel au jone, ce m'est vis".

73Cette phrase a un caractère de maxime qui est accentué par l'absence d'article devant le mot "cuers", repris quelques vers plus loin, ici encore dans la même phrase, par "corage" avec la même valeur de "centre de la vie intérieure", et plus précisément "des dispositions de l'âme variant avec l'âge" ; âge sur lequel la jeune fille insiste lourdement puisqu en cinq vers, cinq mots concernent la jeunesse et la vieillesse.

74Comme on a pu le constater, les emplois de "cuer et "courage" ne peuvent pas être dissociés, et en trois occasions le poète, de tout évidence, utilise les deux mots, dans de longues phrases, pour éviter la répétition. Toutefois en une circonstance, entraîné par l'expression "mettre son cuer", il ne peut empêcher la répétition ce cuer et courage, dans deux phrases à la suite, comme on l'a vu.

75D'autre part il semble affectionner la formule "en son courage (el courage) qui apparaît six fois, à côté de "en son cuer" deux fois.

76Mais la construction favorite de Huon le Roi est celle du verbe "avoir" suivi directement de "cuer", comme objet, celui-ci peut être employé ou non, sans article ; recitons rapidement :

avoit, et cuer de grant proece
mes il a cuer de sens chargié
dont si avez pesant corage
s'eles les cuers eussent entiers et sains,
verais et fors
qui les corages ont divers
cil molt a le cuer sené.

77Dans tous les cas, cuer/courage est déterminé soit par un adjectif (ou bien directement, ou bien par l'intermédiaire du verbe), soit par un complément (de grant proece). Toutefois, comme nous l'avons déjà dit, l'expression "avoir du cuer" n'apparaît jamais.

78Mais une autre tournure attire notre attention : c'est la séquence "mettre son cuer" qui apparaît trois fois. G. Lavis dans son livre L'expression de l'affectivité dans la poésie lyrique française du Moyen Age, étude sémantique et stylistique du réseau lexical joie/dolor (1972) rattache ce groupe au "paradigme des multiples fonctions qui constituent une série théoriquement illimitée de définitions particulières et partielles de "soumission" et "domination"" (p. 464). Et il ajoute : on tiendra compte du type d'énoncés exprimant la soumission volontaire de l'amant" (p. 465). Cela s'applique parfaitement au sentiment de la jeune fille vis à vis de Guillaume :

646 Au bon chevalier alosé
647 avoit cuer mis et s'entente.

79Le même syntagme est employé pour montrer que Guillaume soupçonne la jeune fille d'accepter l'amour du vieillard.

878 s'ele avra mis
879 son cuer en la viele acointance

80Le troisième exemple, à la tournure passive, n'indique aucune soumission volontaire :

884 Mis est mes cuers en grant friçon

81Sur l'ensemble du texte, "cuer" peut être le siège de la vie, de la valeur morale, de la prouesse, mais aussi le centre de la vie intérieure, de l'affectivité, de la pensée réfléchie. Ainsi l'éventail est très large.

82Or, pour présenter ces différents aspects, Huon le Roi a su éviter les stéréotypes et varier son expression. "Cuer" est bien au centre de l'oeuvre.

Auteur

Université de Reims

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540