Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le « cuer » au Moyen Âge

Le coeur dans Chrétien

Begoña Aguiriano

Texte intégral

  • 1 CHEVALIER-GHEERBRANT : Dictionnaire des symboles, art. « Coeur »

1Il est difficile de commencer cet exposé sans répéter les mots que Calogrenant prononce lors de la narration de sa souffrance et de son échec devant la cour arthurienne, surtout si l'on tient compte que 'calon' est le mot pour désigner le coeur dans les trois langues britanniques1. Il dit

  • 2 Les citations et références des oeuvres de Chrétien de Troyes renvoient aux éditions suivantes :
    Er (...)

" ... or escotez !
Cuers et oroilles m'aportez,
car parole est tote perdue
s'ele n'est de cuer entendue." (Lion v. 149-152)2

2Ces vers sont un avertissement pour l'assamblée de nobles de la cour arthurienne, et il est bien évident que c'est Chrétien lui même qui, par la bouche de Calogrenant parle à ses contemporains et les invite à écouter attentivement ce qu'il a à dire. L'attention qu'il demande ne peut pas être superficielle car ceci nuirait à la compréhension du sens de l'« estoire ». C'est dans le 'coeur' où se trouve le mystère, c'est lui qui doit nous guider, puisque dans le 'coeur' se réalise l'union mystique avec le plus pur de nous mêmes (Cligés, v.708-714).

3L'idée première pour ce travail avait été inventorier, classer et analyser toutes les apparitions du 'coeur' et du 'courage' dans les oeuvres de Chrétien de Troyes, et vérifier ensuite si ces références sont en rapport avec le mouvement du héros qui passe d'un état de dissociation malheureuse à un autre d'heureuse conjonction. Mais il bien évident que l'exposition d'un tel travail serait ennuyeuse. Donc nous parlerons non pas de toutes les occurrences mais de celles qui nous paraissent déterminantes pour la compréhension des oeuvres analysées, c'est-à-dire là ou le 'coeur' et le 'courage' sont gros de signification.

4Nous allons commencer par l'analyse du 'coeur' des personnages que nous appelons 'secondaires', même si parfois cette qualification est peu précise, car difficilement on pourrait définir, par exemple, le rôle de Lunette dans Le Chevalier au lion comme un rôle de second ordre.

5Dans les romans de Chrétien de Troyes ces personnages dits secondaires peuvent être définis tenant compte de leur attitude positive ou négative par rapport au héros et au parcours que celui-ci réalise. Il y a des personnages qui aident le héros à surmonter les difficultés qu'il trouve sur son chemin, les 'adjuvants', il y en a d'autres qui supposent en soi des difficultés pour la progression du héros, les 'opposants', et, enfin, on pourrait en distinguer une autre catégorie, ceux qui nécessitent de l'action du héros pour se libérer, les 'victimes', qui, de toute façon, sont souvent des adjuvants. Il faut ajouter que la dénomination personnage 'positif ou négatif ne comporte aucun jugement moral ; tous les personnages qui apparaissent dans le récit sont forcément 'bons' pour le héros, puisqu'ils sont absolument nécessaires pour sa transformation et pour son perfectionnement. Alors quand le 'coeur' apparaît par rapport à ces personnages il souligne leur position vis à vis du héros.

6De tous les 'adjuvants' qui interviennent dans ces textes il n'y a qu'un seul qui soit défini par la 'qualité de son coeur'. Il s'agit de Guivret

"qu'il estoit molt de cors petiz,
mes de grant cuer estait hardiz."(Erec, v.3664-65)

7Et quand il entend la nouvelle à propos d'un chevalier navré à mort et d'une belle dame qui avaient été trouvés dans la forêt par l'orgueilleux conte de Limors, c'est son 'coeur hardi' qui, d'un côté lui permet de savoir qu'il s'agit bien d'Erec et d'Enide et qui, de l'autre, le pousse à se mettre en chemin et prêter son aide :

"an cuer et an panser li vint
que il irait la dame querre,
et feroit le cors metre an terre
a grant enor, se ce est il."(Erec, v. 4918-21)

8Le coeur de ces personnages positifs est capable de connaître la vérité sans avoir des données extérieures, et cette 'connaissance du coeur', cette perception directe de la vérité, n'est autre que la 'connaissance Intuitive'. C'est par intuition que la Demoiselle qui n'avait jamais ri connaît la réalité de Perceval :

"Vaslez, se tu viz par aaige,
je pans et croi an mon coraige
qu'an trestot le monde n'avra,
n'il n'iert, n'an ne PI savra
nul meillor chevalier de toi.
Ensi pans et cuit et croi."(Graal, v.1037-42)

9Et c'est aussi la connaissance du coeur qui permet à la soeur de Mélégant de découvrir l'endroit où Lancelot a été enfermé.

"Et si tost com el l'ot veüe,
s'i a si mise sa veue
qu'aillors ne la torne ne met ;
et ses cuers tres bien li promet
que c'est ce qu'ele a tant chacié :"
(Charrete, v. 6431-35)

10Leur dévouement vient de leur 'boen corage' (Charrete, v. 3368) et s'accompagne souvent de prières au bon Dieu, à qui ils s'adressent 'de boen cuer'(Lion, v. 4509). Et le coeur fait que leur aide ne reste pas sur le plan matériel, mais que le héros trouve par leur intervention "quanque cuers et boche covoite" (Erec, v. 5536)

11Ceux qui sont 'pour' le héros, victimes ou adjuvants, partagent solidairement et cordialement ses sentiments, aussi bien la 'joie de sa victoire' :

"Or son esfreé li gloton,
n'il n'a home an tote la place
qui an son cuer joie n'en face ;"(Lion, v. 5630-32)

12que 'la douleur de son malheur' :

"Quant li rois l'ot, molt l'an est grief,
(...)
que trop li ont mis an son cuer
grant duel, ..." (Charrele, v. 4143-53)

13Douleur qui augmente s'ils sont impuissants pour intervenir contre ce malheur :

"Or a son cuer dolant et troble
li lyeons qui est an la chambre,"(Lion, 5588-89)

14Et ils se sentent "acores" de voir la tristesse du héros (Graal, v. 7817-21) et surtout de le voir s'acheminer vers sa perte (Graal, v. 8207). Ils vivent la 'compassion', et leur action se dirige souvent à changer cet état d'esprit, à consoler son coeur.

"Ja si grant ire el cuer n'avra
que tost ne l'an aie mise
et grant joie an leu d'ire mise." (Graal, v. 7838-40)

15Ils sont généreux au point de prendre part à sa tristesse, et ils vont même jusqu'à ne pas vouloir partager la leur. Les paroles de la famille de Gauvain sont révélatrices de cette générosité :

"chose qui vos face doloir
ne vos dirai je ja, mon vuel ;
lessiez nos feire nostre duel
si n'an metez ja rien a cuer." (Lion, v. 3836-39)

16Et ceci même quand

"trestoz li cuers el vantre bolt
a la pucele, de peor,
a la dame et au vavasor :" (Lion, v. 4040-42)

17Après tout ils ne souhaitent que le développement de la joie au coeur du chevalier qui entrepend leur défense.

"... Dex te mete,
chevaliers, joie el cuer parfite,
de la rien qui plus te delite." (Charrete, v. 2790-92)

18Ils vivent dans leur coeur la joie de savoir que le héros vient leur aider, comme c'est le cas de la cadette de la Noire Epine (Lion, v. 5813-17). Mais leur plus grande allégresse est éprouvée quand ils se rendent compte que leur aide est possible. C'est ainsi que la pucelle qui se trouve à côté de la reine Guenièvre, aux fenêtres de la tour, quand elle connaît finalement le nom du héros, dit :

"-Dex ! Com en ai lié et riant
le cuer, et sain ..." (Charrete, v.3662-63)

19Le bonheur du héros provoque non seulement la joie du coeur des adjuvants, mais aussi leur santé, car il existe une sorte de 'communion cordiale' qui fait qu'ils participent de la vie et de la mort de celui à qui ils soutiennent. C'est ainsi que quand Erec arrive à la cité de Brandigan

"Li plusor d'angoisse tressüent,
qui plus dotent que il ne fait
ou de sa mort ou de son lait.
Seul de voir sa contenance,
sa grant biauté et sa sanblance,
a si les cuers de toz a lui
qui tuit redotent son enui
chevalier, dames et puceles." (Erec, v.5486-93)

20Il faut souligner que le coeur des adjuvants est souvant 'morne et noire' pendant la dissociation du coeur du héros et qu'il est, par contre, plein de joie quand le héros est harmonisé et avec l'Autre et avec lui-même.

21On vient de voir que le coeur des adjuvants est considéré dans les textes généralement par leur attitude à l'égard du héros et non pas par ses traits descriptifs. Le coeur des 'opposants', par contre, apparaît souvent décrit et les qualificatifs qui jouent dans cette description nous renseignent à propos du personnage. Traditionnellement on classe les opposants en deux groupes et il est clair que la description du 'coeur' sera différente pour les opposants de chaque groupe.

22Parmi les chevaliers du premier groupe on trouve tout d'abord un des opposants de Cligés lors du tournoi d'Osenefort. Il s'agit de Lancelot, qui, 'opposant de circonstance', – d'ailleurs c'est dans un tournoi et non pas dans un vrai combat qu'il s'oppose à Cligés - est traité en toute considération. Il est un opposant de 'bonne part' qui ne veut pas du tout nuire à la personne du héros et duquel Chrétien nous dit

"Qui n'est mie del cuer failliz" (Charrete, v. 4712)

23D'autre part, quand Yvain doit faire face au Défenseur de la Fontaine, Chrétien nous dit :

"Mes andui sont de si fier cuer"(Lion, v. 85l)

24Dans Le Chevalier au Lion le Défenseur de la Fontaine est une sorte d'alter-ego du héros, d'ailleurs il marque la fonction sociale qu'Yvain devra remplir à partir de son mariage avec la dame de la Fontaine. Par conséquent il est compréhensible que leurs coeurs participent de la même fierté.

25Le deuxième groupe de chevaliers est représenté par Méléagant, l'opposant par antonomase dans les romans de Chrétien. Il est la plus claire représentation du Mal, et le poète n'a aucun embarras pour nous dire, en parlant de lui,

" il avoit un cuer de fust
tot sanz dolçor et sanz pitié. "(Charrete, v. 3164-67)

26Et plus loin c'est Bademagu, le père de Méléagant, qui insiste sur le manque de pitié du coeur de son (ils (Charrete, v. 6308-15).

27Mélégant est un chevalier plein d'orgueil et de méchanceté, à tel point qu'au moment du dernier combat

"... a tel ire
qu'il ne puet parler ne mot dire,
ne merci demander ne daingne,
car ses fos cuers li desansaingne,
qui trop l'enprisone et anlace." (Charrete, v. 7082-85)

28Il est donc dominé par un coeur qui ne veut ni sa liberté ni son bien, mais son malheur et sa mort. Etant un chevalier de 'male part' il ne peut qu'avoir un 'coeur infernal'.

29Néanmoins, dans les épisodes qui parlent des opposants, il y a des références au 'coeur' sous un autre aspect. Il s'agit ici de l'organe physiologique qui est 'siège de vie' et qui est 'traversé' par le glaive du héros au moment du combat (Erec, v. 2869-70) (Cligés, v. 3668-73). ou qui 'crève' sous la force de son attaque (Lion, v. 3148-57), ou qui 'manque' au moment de la mort (Erec, v. 3025/ 4418-22), ou qui 'défaille' de douleur (Graal, v. 1116-17). Dans tous les cas le résultat est la mort physique de l'opposant car le 'coeur', centre vital, est atteint par le fer et la vie ne saurait rester.

30On peut remarquer que, quand le combat est fini et que la conjonction du moi et de l'autre, ou du moi à l'intérieur de soi-même est possible, le coeur de l'opposant ou bien il crève ou bien il est réintégré.

31Nous allons essayer maintenant d'analyser le 'coeur' du héros et celui de la dame. Puisqu'il s'agit des personnages qui sont à la base des récits de Chrétien il est à supposer qu'ils seront toujours décrits de façon positive.

32Le héros est "de fier corage" (Cligé, v. 14) et de "haut cuer" (Cligés, v. 3943) et bien qu'il "n'a mie cuer de Sanson" (Cligés. v.3512) il est plein "de hardement et de bonté"(Erec, v. 5380). Son "fins cuers" (Lion, v. 5170) le pousse à l'action créative et, quoi qu'il en soit, il fait ce que le "cuers vialt" (Lion, v. 5170). Il sait qu'il doit ouvrir son coeur à la générosité matérielle "

Et largement done et despant,
Si com a sa richesce apant
Et si con ses cuers l'en consoille" (Cligés, v. 405-7)

33En fin de comptes, son coeur est son meilleur conseiller, car si 'le héros est le miroir de Beauté, le chef-d'oeuvre de Prouesse, si Largesse le couronne, Sagesse lui donne son coeur' (Erec, v. 4600-4). Et si le 'coeur' est symbole du centre, recevoir le 'coeur' de Sagesse veut dire être fait de son principe essentiel, de sa quintessence. La Sagesse qui habite son coeur lui fait éprouver constamment le besoin d'aller au delà de soi-même, de se dépasser.

34Le coeur du héros est un organe 'sensible' qui lui permet une observation de l'extérieur dominée par la 'compassion'. Et ceci à tel point qu'il ne peut pas ne pas partager la douleur des autres.

"Ce ne porroit estre a nul fuer
que je duel feire vos veïsse
ne rien a mon cuer n'an meïsse" (Lion, v.3840-42)

35Mais, étant sensible, le coeur du héros est aussi vulnérable et il peut être envahi par les sentiments et les émotions les plus mornes et noires. C'est ainsi que Lancelot "an son cuer en a molt grant honte" (Charrete, v. 866) quand il perçoit le déséquilibre existant entre le temps vécu dans la quête de la Reine et les victoires réalisées. Et plus tard il a "le cuer triste et noir" (Charrete, v. 1108) quand il pense avoir "cuer de lievre" (Charrete, v. 1100) et participer du 'cuer de Malvestiez' (Charrete, v. 1102), et donc ne pas mériter d'être le libérateur de la dame.

36Du moment que l'on parle du 'coeur sensible' il faut s'attarder sur le coeur de Perceval qui entre en scène tout au début du Conte du Graal. Le poète nous dit que le jeune gallois, voyant la nature renaître, éprouve soudain le désir d'aller dans la forêt et

"Ensi an la forest s'an antre,
et maintenant li cuers del vantre
por le dolz tans li resjoî
et por le chant que il oï
des oisiax qui joie fesoient :" (Graal, v. 85-87)

37Nous voyons que le coeur du jeune homme est sensible à l'éclosion de la nature, c'est-à-dire au monde végétal et animal, qui peut être considéré comme le moins évolué de tout ce qui est manifesté. Ensuite, quand il parle avec sa mère, le 'coeur' n'apparaît plus dans le texte, mais le poète souligne à plusieurs reprises son insensibilité face à la douleur éprouvée par la Veve Dame, comme si Perceval était incapable d'une émotion, d'une réaction à un niveau plus élévé que le purement naturel. Peu de temps après il rencontre la Demoiselle du Pavillon, il l'embrasse, il lui arrache son anneau - et l'on sait bien que l'échange des anneaux correspond à l'échange des coeurs - et, en réponse aux reproches de la demoiselle :

"Li vaslez a son cuer ne met
rien nule de ce que il ot,
mes de ce que jeuuné ot
moroit de fain a male fin."(Graal, v. 732-35)

38Cette rencontre prouve à nouveau que le coeur de Perceval est fermé à tout sentiment de compassion, et qu'il n'est accessible qu'aux besoins les plus élémentaires.

39Il continue son chemin et son coeur y est absent. On a l'Impression que Chrétien évite consciemment toute mention au coeur du jeune homme, et qu'il souligne, par cette absence, son insensibilité et son impatience.

40Le jeune gallois arrive plus tard au château de Gornemant, premier personnage à qui Il fera confiance, à qui il ouvrira son coeur. Gornemant lui dit :

"Il convient a toz les mestiers
et poinne et cuer et ialz avoir :
par ces III puet an tot savoir." (Graal, v. 1462-64)

41Perceval suit ses commandements au pie de la lettre et s'adonne de tout son coeur à l'apprentissage

"et quant nature li aprant
et li cuers del tot i antant,
ne li puet estre riens grevainne
la ou nature et cuers se painne." (Graal, v. 1477-80)

42Ces quelques vers montrent que son coeur commence à s'ouvrir à une réalité nouvelle. Et Gornemant d'insister :

"Amis, se le cuer i avez,
, ..., mout an savroiz,
ja mar cusançon en avroiz" (Graal, v. 1498-1500)

43Curieusement, après ce premier apprentissage avec le coeur, il est pour la première fois capable de se rappeler la souffrance de sa mère, et de participer donc à ce sentiment de compassion, qui est naturel chez les autres héros de Chrétien de Troyes.

44Le désir de retourner chez sa mère le conduit au château de Blanchefleur - et le calice de la fleur, comme la coupe, est réceptacle et symbole du coeur -. De cette demoiselle le poète nous dit :

"Por anbler san et cuer de gent
fist Dex de li passemervoille,
n'onques puis ne fist la paroille
ne devant feite ne l'avoit." (Graal, v. 1824-27)

45Avec sa beauté, sa présence, son attitude, ses gestes et son intelligence elle réussit à atteindre le coeur de Perceval, et elle le fait

"si dolcement et si soëf
que ele li metoit la clef
d'amor an la serre del cuer." (Graal, v. 2633-35)

46Son coeur est ouvert à l'amour et il peut goûter pour la première fois l'émotion de la tendresse. Mais il ne peut pas y rester car "son coraige ... a autres choses litint :" (Graal, v. 2914-15).

47Plus tard, dans l'épisode du château du Roi Pêcheur il est question du coeur de Perceval à deux reprises seulement, qui coïncident avec les deux fois que le Cortège du Graal passe devant lui et les deux fois qu'il n'ose pas poser les questions qui lui viennent à l'esprit

"que il toz jorz el cuer avoit
la parole au prodome saoe" (Graal, v. 3234-5)

48Les conseils de Gornemant qui, à un moment donné, avaient été suffisants pour ouvrir son coeur à une réalité supérieure, s'avèrent maintenant impuisants pour lui faire avancer.

49Mais si le 'coeur' n'apparaît plus que deux fois de façon littérale, il y est toujours présent de façon symbolique, car le Graal, que la demoiselle porte entre ses deux mains et qui contient la nourriture spirituelle, n'est autre chose qu'un vase et figure par là le coeur de l'homme. Le Graal contient le secret de la connaissance qui ne peut être atteint que par l'oeil du coeur. Mais Perceval est encore aveugle et ne voit pas le rapport qui existe entre le Graal, le coeur et la femme. Il faudrait peut-être signaler en passant, pour renforcer cette interprétation, que le Cortège du Graal apparaît avec ses éléments distribués espacialement en forme de croix - redondance donc sur le symbolisme du centre que le coeur suscite -, et que la place de la porteuse du Graal et de sa lumière éblouissante dans cette croix n'est autre que le point cordial, le centre. L'enseignement paraît évident, l'homme doit ouvrir son coeur à une réalité supérieure et ce coeur éveillé le conduira au coeur du monde.

50Cependant son coeur mettra encore un temps à s'éveiller, et ce ne sera qu'après les révélations que sa cousine l'offre, c'est-à-dire quand il sera conscient de sa responsabilité dans le monde. Le premier témoignage de ce changement c'est sa réaction devant la misérable situation de la demoiselle du Pavillon.

"des que ge vos oi veûe
si desprise et si povre et nue,
ja mes joie an mon cuer n'eusse
se la verité ne seüsse
quex avanture vos demainne
an tel dolor et an tel painne." (Graal, v. 3785-90)

51Il devient sensible à la souffrance des autres et désormais il sera capable de voir, avec l'oeil du coeur, sous la réalité matérielle des 'gouttes de sang sur la neige', la réalité symbolique, le visage de son amie. Chrétien ne nous parle pas directement de son coeur, mais par la bouche de Gauvain nous dit :

"Certes, ...
cil pansers n'estoit pas vilains,
ençois estoit cortois et dolz,
et cil estoit fos et estolz
qui vostre cuer an remuoit" (Graal, v. 4433-37)

52Mais cette ouverture du coeur de Perceval ne suppose pas la fin de l'histoire, son Via Crucis n'est pas fini. Il lui manque encore les cinq années où son coeur vit la désorientation

"et cil qui n'avoit nul porpans
de jor ne d'ores ne de tans,
tant avoit a son cuers enui." (Graal, v. 6053-55)

53pour arriver à la fin du récit au moment de sa repentance. Chrétien nous dit :

"et Percevax el santier antre,
qui sopire del cuer del vantre
por ce que mesfez se savoit vers
Deu et si s'an repantoit."(Graal, v. 6121-24)

54Son coeur est définitivement autre, il a compris et 'de bon coeur' (Graal, v. 6219) il accepte la pénitence que son oncle ermite lui impose. Il a su reconnaître sa tâche, et il voit apparaître l'individualité dans sa pureté.

55Mais revenons aux autres héros de C hrétien de Troyes. La sensibilité de coeur, atteinte par Perceval avec tant de souffrance, est naturelle chez eux, et l'on voit souvent comment leur coeur est immédiatement touché par la beauté de la dame. Ainsi quand Erec repart vers Caradigan avec Enide

"molt remire son chief le blont,
ses ialz rianz et son cler front,
le nes et la face et la boche,
don granz dolçors au cuer li toche." (Erec, v. 1471-74)

56Et du moment que le chevalier a rencontré une fois de sa vie la Beauté de la Dame son coeur est, à toujours, dominé par Amour qui est personnifié et divinisé.

"Amors le cuer celui prisoit
si que sor toz le justisoit et li donoit si grant orguel
que de rien blasmer ne le vuel
s'il lait ce qu'amors li desfant
et la ou ele vialt antant." (Charrete, v. 1237-42)

57La naissance de l'amour nous permet une nouvelle approche au 'coeur' dans les textes de Chrétien, car si bien il est vrai que, comme affirme André Le Chapelain, l'amour pur est celui qui joint les coeurs, il est aussi vrai que l'amour, tel qu'il se présente dans les textes, n'est pas toujours dominé par l'harmonie ; bien au contraire il est souvent l'espace d'une dissociation.

58Etant donné les limites de cette communication, on ne s'attardera que sur la dissociation et la réunion où le coeur est présent. Il convient de souligner que, puisqu'il s'agit de romans qui s'inscrivent dans un parcours de progression constante, la dissociation et la réunion ne sont pas définitives mais se succèdent tout le long du récit.

59Il est de tous connu que le roman de Cligés abonde en lieux communs en ce qui concerne la peinture de l'amour, surtout dans les longs monologues d'introspection psychologique. La rencontre des amants – Alexandre et Soredamors d'abord, et Cligés et Fénice ensuite - donne à Chrétien la possibilité de faire preuve de sa maîtrise sur les concepts et sur les mots. C'est, sans aucun doute, le roman le plus affecté de Chrétien, et la répétition du mot 'coeur' y est constante.

60La naissance de l'amour provoque une vraie révolution où règne la dissociation. Ce n'est pas simplement que les amants restent isolés, car ils n'osent pas avouer leurs sentiments, mais en plus ils souffrent une dissociation interne qui est exprimée de façon itérative par le biais du coeur. Après, l'amour réciproque fait possible la réunion, et c'est aussi le coeur qui est marque de cette situation.

61L'amour est personnifié et se présente comme un dieu qui blesse 'de son dart' (Cligés, v. 455) le coeur de la personne, et la fait souffrir énormément. Le coeur devient donc le continent de la douleur, de la rage (Cligés.v.870/2092), mais aussi de la joie ; continent secret qui ne laisse rien apparaître à l'extérieur, car le coeur est comme un coffre (Cligés, v. 4346-49). Par la blessure de l'amour la personne ne peut plus compter ni sur ses yeux ni sur son coeur (Cligés, v. 469-472), qui, personnifiés aussi, ont une volonté propre, opposée à la sienne. Devenus ses ennemis les yeux et le coeur la trahissent (Cligés, v. 497-502). Cette dissociation est reprise plus tard et Chrétien se délecte à l'exprimer de façon métaphorique. Ainsi le coeur devient chandelle, pendant que les yeux restent lanterne (Cligés, v. 708-723) ; les yeux sont le miroir que le dard de l'amour traverse et par lesquels le coeur est navré (Cligés, v. 674-709).

62Mais aussitôt l'amour devient un voleur qui s'est approché de la personne et "de son cuer l'a eslevé" (Cligés, v. 612). La dissociation se matérialise en séparation corps-coeur, et le corps, vide comme une carcasse inutile, ne peut plus se reposer (Cligés, v. 610-13). On retrouve cette même dissociation corps-coeur plus loin et employée, consciemment par Chrétien, pour exorciser le pouvoir de la légende de Tristan et Iseut. Fénice insiste sur le malheureux péché d'Iseut car

"ses cuers fu a un entiers,
Et ses cors fu a deus rentiers." (Cligés, v. 3113-14)

63Et elle se promet de ne pas admettre une telle situation,

"Qui a le cuers, cil a le cors." (Cligés, v. 3123)

64Mais malgré sa volonté de constante conjonction, elle vit, par la force de l'amour, une situation de dissociation qui se transcrit, à nouveau, par l'existence du corps sans le coeur, car le coeur est parti avec le corps de l'amant (Cligés, v.4302-4305). Chrétien illustre les rapports qui peuvent exister entre les coeurs des amants en employant à nouveau une métaphore.

65"Li suens est sire et li miens sers, Et li sers maleoit gré suen Doit feire au seignor tot son buen Et lessier toz autres afeires." (Cligés, v. 4454-57) Comme dans les rélations féodales la dépendance est totale. La situation que l'on vit sans coeur est d'énorme souffrance, car sans le coeur, qui est siège de vie, la mort est certaine, mais sans amour le coeur faillit.

66Si le coeur est présent dans la dissociation, il l'est aussi dans la conjonction, car l'amour suppose que "de deus cuers avez fet un"(Cligés, v. 2258) et que l'harmonie personnelle est totale.

67Dans les autres romans Chrétien de Troyes est beaucoup moins enclin à la préciosité mais il ne manque par pour autant de nous décrire les effets que l'amour crée dans les coeurs de ceux qui aiment. Dans ces textes la réciprocité de l'amour suppose aussi l'échange des coeurs des amants qui se fait progressivement et en commençant par les yeux, et qui est prélude à l'amour physique.

"Aprés le message des ialz
vient la dolçors, qui molt valt mialz,
des beisiers qui amor atraient ;
andui cele dolçor essaient,
que les cuers dedanz en aboivrent,
si qu'a grant poinne se dessoivrent :" (Erec, v. 2041-6)

68Le coeur, d'un côté, et la bouche et les yeux, de l'autre, sont considérés, réciproquement, en tant qu'éléments interne et externes d'un même tout, qui vit ici harmonieusement les émotions produites par le sentiment amoureux. Il n'y a pas de dissociation mais équilibre.

69Mais, quand l'amour n'est pas bien établi ou quand il vit une crise, la dissociation se réalise et l'individu vit un combat interne de difficile solution. Ce déséquilibre a été magistralement décrit par Chrétien dans Le Chevalier de la Charrete moyennant le coeur et la bouche :

"N'est pas el cuer, mes an la boche,
Reisons qui ce dire li ose ;
mes Amors est el cuer anclose
qui li comande et semont
que tost an la charrete mont." (Charrete, v. 370-374)

70De la même façon dans Erec et Enide la bouche et le coeur se maintiennent comme éléments de dissociation. Ici la recommandation faite par Erec à son épouse concerne le silence et la dissociation se matérialise entre le sentiment et la parole prononcée.

"Ce panse cuers qui ne dit boche" (Erec, v. 3376)

71Elle adressera les mots à l'opposant tandis que "vers son seigneur ot le cuer tandre" (Erec, v. 3458-59).

72Ailleurs Chrétien illustre les souffrances de l'amour mettant en scène le mythe des 'coeurs séparables' :

"Mes sire Yvains molt a enviz
est de s'amie departiz
ensi que li cuers ne se muet.
Li rois le cors mener an puet
mes del cuer n'an manra il point,
car si se tient et si se joint
au cuer celi qui se remaint
qu'il n'a pooir que il l'en maint ;
des que li cors sanz le cuer vit
tel mervoille nus hom ne vit" (Yvain, v. 2641 -2652)

73Cependant la dissociation n'est pas éternelle, et par la force de l'amour les coeurs des amants seront réunis.

74On ne peut pas finir cet exposé sans parler brièvement du coeur de Gauvain, dont le traitement est, tout au moins, surprenant. Gauvain est le seul héros de Chrétien à qui on veut 'lui arracher le coeur', et ceci à deux reprises : d'abord le bourgeois d'Escavalon (Graal, v. 5780-5789), et, ensuite, Greorreas (Graal, v. 6848-6851). Plus tard Chrétien nous dit que le neveu du roi éprouve la plus grande joie "an son coraige" (Graal, v. 7111) quand il réussit à récupérer son cheval, comme si le Gringalet était son seul objet de désir, le seul être vivant qui aurait une place dans son coeur, ce qui suppose une certaine perversion, au moins par rapport aux autres héros. Ensuite, et déjà au Palais de la Merveille, son 'coeur devine' (Gral, v. 7851) laquelle est la reine dont il a tellement entendu parler, et on a l'impression que Chrétien veut nous dire que Gauvain le sait par 'connaissance intuitive'. Mais, immédiatement, le poète paraît souligner qu'il y avait, dans le personnage de la vieille reine, des évidences pour la reconnaître en tant que telle (Graal, v. 7854-7858). On a l'impression que Chrétien, aussi par le biais du coeur, veut remarquer les limites du neveu d'Arthur et les différences par rapport aux vrais héros.

75On pourrait se poser le problème de la valeur qu'il convient de donner aux paroles de Chrétien de Troyes. C'est-à-dire, s'agit-il d'un 'lieu commun' quand il introduit des métaphores et des personnifications en parlant du 'coeur', ou bien d'un simple stratagème pour attirer l'attention du public dont il a besoin pour vivre ? Sans doute et l'un et l'autre, mais, évidemment, ceci ne nuit pas du tout à son message.

76Dans les oeuvres de Chrétien, les références au 'coeur' accompagnent le mouvement du héros tout le long du récit. On peut aussi remarquer que si les personnages favorables au héros vivent en 'communion cordiale' avec lui, ceux qui lui sont contraires mantiennent une sorte 'd'opposition cordiale' aussi, et que, par conséquent, le sort de leur coeur dépend du destin de celui du héros.

77En outre, et en ce qui concerne les dissociations coeur-corps/coeur-bouche/coeur-oeil etc., il faut souligner que chaque texte ne se définit pas par l'apparition d'une opposition précise. Ces oppositions s'y trouvent entremêlées dépendant non tant de l'oeuvre mais des situations qui s'y présentent.

78Nous voulons ajouter que le coeur dans Chrétien est le 'centre' par antonomase ; il périt lorsque règne la dissociation, car en tant que centre il est incompatible - et même impensable - avec l'emiettement et la séparation. Par ailleurs, le coeur coïncide parfois avec le 'mol', même si, comme on vient de le signaler, à d'autres moments il est le centre de l'homme. C'est dans ce cas que le coeur peut être séparé de l'extérieur par toute une série de portes – oreille, bouche, oeil – qui devraient obéir à la personne, mais qui désertent souvent cette obéissance et restent grand ouvertes quand l'amour apparaît. Parce que, finalement, le coeur est cible et de l'amour et du fer ; dans les deux cas le coeur se dirige vers la mort, mais la mort par amour amène une renaissance, et ainsi, le coeur qui est capable d'aimer trouve la solution au mystère et de la vie et de la mort.

Notes

1 CHEVALIER-GHEERBRANT : Dictionnaire des symboles, art. « Coeur »

2 Les citations et références des oeuvres de Chrétien de Troyes renvoient aux éditions suivantes :
Erec et Enide, ed. par Mario Roques, Paris 1977
Cligés, ed. par Alexandre Micha, Paris 1978.
Le Chevalier au Lion, ed. par M. Roques, Paris 1967
Le Chevalier de la Charrete, ed. par M. Roques, Paris 1975
Le Conte du Graal, ed. par Félix Lecoy, Paris 1975.

Auteur

Faculté de Vitoria

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540