Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de parenté dans le monde médiéval

Domaine religieux

Jésus et Joseph dans les Mystères du xve siècle : une curieuse relation "pere-fils"

Jean Subrenat

Texte intégral

1Afin de justifier le sujet choisi - Jésus et Joseph dans les Mystères du xve siècle : une curieuse relation "père-fils" - qu'il me soit permis de citer un prédicateur aixois qui, il y a quelques années, avait introduit son homélie pour la fête de la Sainte-Famille en faisant remarquer qu'il était à tout le moins paradoxal de proposer en exemple aux ménages chrétiens cette famille atypique où "le père n'est pas le père, la mère est vierge et le fils est Dieu". Comment les auteurs de Mystères du xve siècle ont-ils affronté le paradoxe ? La première réponse qui vient à l'esprit consisterait à citer tout simplement le texte d'Eustache Mercadé, où, à la question d'un "prêtre" lors de la circoncision du fils :

Beau preudons, estes vous son pere ? (M. v. 2683)

2Joseph répond avec une solide casuistique :

Certes, j'ay espousé sa mere. (M. v. 2684)

3Cependant, la fonction de Joseph, très limitée dans le temps, aussi bien dans les textes évangéliques que dans la littérature des Mystères, n'est pas simplement anecdoctique et les auteurs des Mystères tiennent à en développer le sens.

4Si l'on reprend rapidement les sources, l'on remarque d'abord que, dans la Généalogie qui ouvre son évangile, Matthieu rattache Jésus à la lignée de David par Joseph :

"...Eléazar engendra Katthan, Matthan engendra Jacob, Jacob engendra Joseph, l'époux de la vierge Marie, de laquelle naquit Jésus que l'on appelle Christ. " (Mt, I, 15-16)

5Et il conviendrait d'ajouter que, dans le verset suivant qui décompte quatorze générations de l'exil de Babylone au Christ, Joseph est compté pour une "génération" et Marie pour une autre. La généalogie de Luc est, elle, beaucoup plus allusive :

"Et Jésus, lors de ses débuts, avait environ trente ans, et il était, croyait-on. fils de Joseph, fils d'Héli, fils de Matthat, ..."

6En tout état de cause, d'après les textes fondateurs, le rôle de Joseph sera de protéger, l'enfant né de Marie, -d'être son tuteur, dirions-nous dans notre langue juridique contemporaine, - ce que la Tradition définit en pariant de "père nourricier" ; mais il sera aussi d'ancrer en quelque sorte le fils dans le monde, dans la société de son temps, pour qu'il ait ainsi, "comme tout le monde", une famille "normale", "il était, croyait-on, fils de Joseph". Comment la littérature du xve siècle respecte-t-elle cette double orientation ?

  • 1 Pour cette communication ont été utilisées les éditions suivantes :

7Les auteurs de Mystères connaissaient évidemment bien leur théologie et leur Histoire Sainte, mais ils étaient également tributaires d'autres informations, en particulier de l'influence des apocryphes, en l'occurrence ici des Evangiles de l'Enfance, et d'une tradition dont, parfois, les liens avec les croyances canoniques étaient assez lâches. Or, si l'on regarde la Passion d'Arras attribuée à Eustache Mercadé, le Mystère de la Passion d'Arnoul Gréban joué au Mans, textes de reférences aujourd'hui,1 - on doit remarquer que leurs auteurs suivent de près le déroulement des premières années de la vie du Christ, telles que les évangiles canoniques, ceux de Matthieu et de Luc, les présentent, n'empruntant aux traditions apocryphes que très peu d'anecdotes dont aucune ne remet en cause l'ordonnance générale des faits. Ainsi, Eustache Mercadé, mais non Arnoul Gréban, introduit-il, par exemple, l'épisode de Salomé, la sage-femme incrédule, au moment de la Nativité ; cela apporte un complément dont on peut apprécier diversement l'intérêt, mais ne modifie en rien le sens que l'auteur donne en toute orthodoxie à l'événement de Noël.

8En revanche, ces auteurs actualiseront, "incarneront", dans l'espace dramatique, les données religieuses. Pour la relation entre Joseph et Jésus, il conviendra de rechercher les intentions qui président à cette mise en scène et mise en situation. Il fallait en effet, car tel est bien l'enseignement évangélique, que la Sainte-Famille parût une famille comme les autres. Comment, dans ce cadre, est présentée la relation entre un père et son fils, un fils et son père ?

***

9Traditionnellement donc, Joseph est le "père nourricier", celui qui veille aux exigences de la vie quotidienne, au confort journalier, et cela apparaît avant même la naissance du fils. Tout se passe comme si la conduite de Joseph était prédestinée en vue de l'événement ; les représentations devaient quelque peu y perdre en réalisme, mais l'orthodoxie était respectée. Ainsi, dès sa première apparition sur la scène, dans la Passion de Gréban, Joseph rappelle-t-il à Marie :

Or, sçavez vous, notable dame,
que la loy baille par usaige,
quant deux gens viennent à mesnaige,
avant qu'ilz conviennent ensemble,
doivent vacquer, comme il me semble,
en oraison ung certain temps ;
si seroye assez consentens
que nous tenissons ceste rigle. (G. vv. 3389-3396)

10Ce à quoi Marie répond :

Ma voulente se tient et rigle
a la vostre, mon chier espoux ;
vous pouez ordonner de vous
et je dois estre obeïssante. (G. vv. 3397-3400)

11Il s'agit, rappelons-le, de la première conversation sur la scène, dans ce Mystère, entre Joseph et Marie ; elle donne parfaitement le ton : accord conjugal total, respect des convenances religieuses et sociales (conformément, par exemple, à l'enseignement de saint Paul : Femmes, soyez soumises à vos maris, comme il se doit dans le Seigneur. Maris, aimez vos femmes et ne leur montrez point d'humeur..., Col. 4, 18-19). Bref, inutile d'insister, le Christ va naître dans une bonne famille, -dans une famille "bonne chrétienne", le texte même autorise l'anachronisme.

12Les premiers soucis de Joseph apparaissent avant la naissance de Jésus dans deux circonstances : la découverte de la grossesse de Marie et le départ pour Bethléem.

13C'est au retour de la visite à sa cousine Elisabeth que la grossesse de Marie commence à se voir et que Joseph la remarque. Dans cette scène, Arnoul Gréban met en dialogue l'inquiétude de Joseph, puis, après le réconfort de l'ange, son soulagement et sa joie puisque sa femme est

"... eslëue mere
du doulx Crist en la loy promis. " (G. vv. 4219-4220)

14Prophétie assez extraordinaire, ce jour-là !

15Mais, pour cette scène, je voudrais signaler une particularité du texte de Mercadé qui ajoute un élément de grande tendresse dans le caractère de Joseph. Lorsqu'il se rend compte de la situation - et là c'est sa première apparition dans la Passion d'Arras - il est certes malheureux, mais sa réaction immédiate manifeste son inquiétude pour l'avenir de Marie et se continue en une fort belle prière :

Hé ! vray Dieu qui n'as nul pareil,
Esteng ta grace jusqu'a my,
Je suis en paine et en soussi
Pour ce que je laisse derrière
Celle a qui j'estoye mary
Que j'amaye d'amour entiere !
Helas ! pucelette plaisant,
Te fault il a honte morir !
Helas ! vray Dieu roy tout puissent,
Veuilliez le au besoing secourir
Et se ne laissiez encourir,
Vostre fille doulce et piteuse
En jugement dont fais fenir
Son corps par mort laide et honteuse.
En ta garde je le comande, ... (H. vv. 1408-1422)

16Les deux mystères, par conséquent, insistent dès le départ sur la qualité morale de Joseph.

17Ainsi donc ne sera-t-il pas étonnant de voir tous ses soins pour protéger celle qui porte, il le sait, le fils de Dieu. Il tentera de lui rendre la route vers Bethléem aussi douce que possible :

Chiere espeuse, puis qu'ainsi est,
mener nostre asne canvendra
pour vous porter quand la vendra
s'irons tout doulcement le pas. (G. vv. 4377-4380)

18Eustache Mercadé fait même dire à Joseph :

Bien sçay que l'encombrier vous vient
Bien mal a point quant a présent,
Car vous estes molt grandement
Enchainte... (M. vv. 1851-1854)

19Il aura les mêmes attentions aussi bien lors de la recherche du logis à Bethléem :

Elïachin, j'ay pitié d'elle ;
je vous prometz parfondement.
De moy ne me chault pas granment :
une nuyt est tantost passee. (G. vv. 4475-4478)

20que pour la fuite en Égypte :

Chiere dame, a vostre appetit
obeys en faiz et en dis
et vous plains plus que je ne dys.
Suivez moy, je m'en vois devant. (G. vv. 7432-7435)

21ou même lors du pèlerinage à Jérusalem pendant lequel Joseph laisse Jésus auprès de Marie dont tel est le souhait :

Elÿachin, je tiens et croiz
qu'il soit pour l'eure avec Marie
et qu'elle se tendroit marrie
se je luy requeroye en rien. (G. vv. 8314-8317)

22Mari exemplaire, Joseph est surtout chef de famille, père nourricier, particulièrement attentif, dès que l'enfant est né :

Icy se met Nostre Dame sur sa couce ; Joseph va songner de menues choses pour l'enfant

23précise une didascalie de la Passion du Mans, et nous voyons Joseph à la recherche de langes et de lait qu'il fait bouillir :

Voicy des drappeaulx six ou sept,
tieulz que je les ay peu trouver ;
mettés ens l'enfant sans grever ;
il se passera bien ainsi.
J'ay apporté du lait aussi
que je vois boullir sans targer,
pour luy faire ung peu a menger
affin que fain ne le soupprende. (G. vv. 5129-5136)

24Si, lors de l'adoration des bergers et des mages, Arnoul Gréban donne un rôle fort effacé à Joseph qui se contente de souhaiter aux visiteurs une bonne route pour leur retour (G. vv. 5618-5619 et 6701-6705), Eustache Mercadé en revanche développe son rôle en insistant sur l'accueil qu'il leur réserve et sa joie à présenter la mère et l'enfant :

Oy, venez, je vous menray
Et l'enfançon vous monstreray,
Qui par hault et divin mistere,
Est anuyt nez de vierge mere,
Et la mere pareillement
vous monstreray : venez vous ent. (M. vv. 2240-2245)

25dit-il aux bergers, tandis qu'il fait aux mages un long exposé sur la vertu d'humilité de Dieu et sur l'accomplissement des prophéties, avant de conclure :

Et pour ce, seigneur, s'il vous plaist
Sans ce que vous tiengne de plait
Céans avec moy entrerez
Et le bel enfançon verrez. (M. vv. 3812-3 815)

26Et il demande à Marie :

Dams, faictes chiere Joyeuse,
Car vous estes la plus heureuse
Que oncques au monde fu née,
Quant pour l'honneur de vo portée
Trois roix d'orient sont venus
Pour aourer vo fils Jhesus,
Les ve cy, vous le poez vir,
Ils viennent vostre enfant servir.
Tenez vo fil entre vos bras,
Qu'ilz le puissent voir hault et bas. (M. vv. 3850-3859)

27Joseph conçoit donc sa charge comme essentiellement matérielle, même pour la nourriture de l'enfant, afin de laisser jouer à Marie son rôle précisément de "mère de Dieu", rôle spirituel tourné vers la louange et la présentation du Fils à l'humanité, symbolisée par les bergers et les mages. Il n'en éprouve pas moins une fierté pleine de vénération.

  • 2 MARIE.
    Mon doulx fils, ...
    Et pour nostre chemin parfaire,
    Tousjours ne pues venir a piet,
    Car tu sera (...)

28C'est dans la même attitude, discrète mais efficace, que l'on retrouve Joseph lors de la fuite en Égypte. Toutefois Eustache Mercadé précise que l'exil a duré sept ans (M. v. 5597), si bien qu'au retour Jésus est déjà grand, et il met en scène une conversation où l'on voit Marie suggérer que Jésus s'asseoie sur l'âne, ce qu'approuve Joseph souhaitant néanmoins l'approbation de l'enfant qui se dit parfaitement soumis à sa mère. C'est la première conversation entre Joseph et Jésus2 ; elle montre l'accord total qui règne au sein d'une famille parfaitement unie.

29Cela nous conduit à la scène privilégiée que constitue la préparation du pèlerinage à Jérusalem lorsque Jésus a douze ans. Joseph est toujours le tendre "père nourricier", à la lettre même : En effet, tout triste de laisser Jésus cheminer avec Marie, en lui disant au revoir, il ajoute :

Bien envis vous lais, n'en doubtez.
Sais avant que vous departiez,
je vous donray de mes chosettes,
de mes pommes, de mes noisectes ;
tenez, vela pour vous déduire. (G. vv. 8075-8079)

30C'est un geste d'affection prémédité puisque dans la scène précédente, il avait déjà montré ces menues friandises à un voisin (G. vv. 8040-8045). Bien sûr, il s'inquiètera lorsque l'enfant sera perdu et prendra l'initiative des recherches. Interrogeant tout le monde dans la ville, il décrit ainsi le petit avec toute l'admiration d'un père :

Il a douze ans ou environ
non obstant qu'il est grandelet
ung beau filz assés vermeillet,
les yeulx vers, la char blanche et tendre,
les cheveux blons et, à tout prendre,
il a la bouchete vermeille ;
et est l'enffant bel a merveille,
briefment il le fault ainsi dire. (G. vv. 9365-9372)

31Lors des retrouvailles, il manifeste discrètement sa joie :

Mon filz, vous n'y demourrez mie ;
Avecques nous vous en vendrez.
Ferez pas ? (G. vv. 9875-9877)
... Et pour ce, tenez
du bon pain et vous en venez
avec nous, tout resjoÿssant. (G. vv. -9884)

32Ce seront ses ultimes paroles dans la Passion du Mans.

33Quant à Eustache Mercadé, qui développe moins la scène, il présente du moins ce touchant tableau de Jésus montant à Jérusalem en donnant la main à ses deux parents :

MARIE :
Tenez mon fils a la main dextre.
Je le tenray a senestre.
cy emmainent l'enfant Jhesus par les deux mains et s'en vont en Jherusalem. (M. vv. 5876-5877 et disdascalie),

34suggérant de la sorte à nouveau l'union sans ombre de la Sainte-Familie.

  • 3 Le chapitre 40 du Ci nous dit montre Jésus étirant miraculeusement une pièce de bois trop courte p (...)

35C'est tout ; apparemment, c'est peu. Mais précisément tout est très conforme à l'esprit des textes canoniques. Il faut en particulier noter qu'aucun de nos dramaturges ne cède à la tentation de représenter Jésus travaillant dans l'atelier de Joseph artisan. C'eût été pourtant une "scène à faire" ; mais les évangiles disent seulement que Jésus grandissait en âge et en sagesse. Il faut respecter le mystère de la "vie cachée"3.

***

36En revanche, là où nos textes innovent, c'est dans le rôle que joue Joseph pour l'insertion de Jésus dans la société humaine. Et cela en deux domaines : Jésus au milieu des autres hommes, les étapes religieuses de la vie humaine de Jésus.

37Comme tout petit juif de son temps, Jésus doit franchir des étapes : la circoncision, la présentation au Temple, le pèlerinage à Jérusalem. Pour cela, Eustache Mercadé et Arnoul Gréban ont des points de vue assez différents.

38Eustache Mercadé nous montre un Joseph étonné devant les initiatives suggérées par Marie : Puisque Jésus est par définition exempt du péché originel, il n'y a pas lieu de le circoncire, la circoncision étant destinée -explique-t-il - à effacer le péché originel. Son discours est fort argumenté (M. vv. 2483-2505). Joseph est peut-être un excellent théologien, en avance toutefois sur son temps puisqu'il raisonne en pensant au baptême chrétien tel qu'il se pratiquait au xve siècle. Il obtempère d'ailleurs aux arguments de Marie qui rappelle que leur fils est venu accomplir la loi de Moïse et non la supprimer. Alors Joseph ira au Temple et fera accomplir le rite par un prêtre.

39Son raisonnement sera analogue lorsque Marie désire aller elle-même au Temple pour la Purification ; elle n'en a pas besoin puisqu'elle immaculée. Il cède toutefois à ses raisons, mais ne joue qu'un rôle de comparse : tenir les deux tourterelles, donner une obole de cinq sicles d'argent (M. vv. 4291 sqq., 4511 sqq.)

40Arnoul Gréban voit les choses très différemment et avec un sens historique et théologique plus fin. Joseph est le père, il en assume les responsabilités : c'est lui qui rappelle à Marie

qu'il convandra que vostre filz
selon la loy, sait circonsis :
il est la huitiesme journee. (G. vv. 5701-5703)

41C'est lui qui pratique le rite en demandant pardon à Jésus de le faire souffrir, mais aussi en exaltant l'humilité de l'enfant-Dieu qui veut se soumettre à la Loi (G. vv. 5877-5888)

42Il en va de même pour la Purification. Joseph rappelle à son épouse ce devoir de piété (G. vv. 6860-6867), y associant la présentation de Jésus (G. vv. 6876-6879) et incitant sa famille à la prière :

Chascun pense de Dieu servir
en parfaicte devocion ;
puis ferons nostre oblacion
de cueur et bonne voulenté. (G. vv. 6934-6937)

43Bref, pour Arnoul Gréban, Joseph est un bon juif, heureux dans sa foi, soucieux d'inculquer à son fils une saine pratique religieuse ; il apparaît dans les mêmes dispositions lors du pèlerinage à Jérusalem dans la douzième année de Jésus. (G. vv. 8142-8145, 8300-8303).

44Père attentif à ce que son fils suive toutes les étapes de la vie religieuse, du moins dans le Mystère d'Arnoul Gréban, il prend aussi bien garde à ce que Jésus soit intégré dans la société contemporaine.

45Déjà pour aller à Béthléem, il avait choisi de cheminer avec des voisins (G. vv. 4397 sqq.). Pour la circoncision, il faut aussi que la famille participe :

Mais, affin que mieulx le façons,
je vois querre une quantité
de gens de nostre parenté ;
la chose en sera plus honneste. (G. vv. 5712-5715)

46Il s'en réjouit.

47Dans la Passion d'Arras aussi, Joseph, - une fois qu'il a admis, sur l'affectueuse pression de Marie, la nécessité de la circoncision, - procède de la même façon ; il invite Agar et Sephora, ses cousines, pour la cérémonie (M. vv. 2540 sqq.) de sorte que celles-ci joueront un peu le rôle de marraines (nous venons de dire qu'Eustache Mercadé présente cette circoncision dans l'optique d''un baptême chrétien) ; le prêtre leur demande si elles souhaitent que l'enfant soit circoncis et elles répondent d'une manière très officielle :

LE PRESTRE.
Et vous, femmes, il vous fault dire
Se c'est vo gré qu'ainsi soit fait.
AGAR
C'est no volonté tout affait.
Nous sommes de sa parenté.
SEPHORA
C'est nostre gré et volenté
Qu'il viengne a circoncision. (M. vv. 2690-2695)

48Et, pour la Présentation au Temple, Joseph dit à Marie :

Dame de souverain renom,
Puis qu'il vous plest, il me plest bien,
Je n'y veul contredire en rien,
Je vois voir se je trouveray
de nos parens, se les menray
Avec vous. (M. vv. 4331-4336)

49Enfin, lorsque l'enfant est resté auprès des docteurs de la Loi dans le Temple, les deux auteurs développent une scène très animée de discussion avec les voisins et les amis inquiets. Bref, Jésus est un enfant que tout le monde connaît, il semble bien à sa place dans son environnement. Environnement du premier siècle ? Environnement du xve siècle ? C'est, comme d'habitude une fausse question : le recul historique ne veut pas dire grand chose quand on met en scène des événements que la liturgie fait revivre tous les ans.

***

50Il n'en reste pas moins que la Sainte-Famille n'est pas une famille ordinaire et il est impossible de négliger un ultime aspect de la relation entre Joseph et Jésus : Joseph sait que le fils qu'il doit protéger et intégrer dans la société est aussi son Dieu. Il l'admire et il le vénère.

51Dans le texte de Mercadé, l'attitude est un peu élémentaire, nous y avons déjà fait allusion : Joseph parle en chrétien du xve siècle,

  • faisant à temps et à contre temps l'éloge de la virginité de sa femme, comme signe évident de la divinité du fils,
  • récitant, si l'on ose dire, son catéchisme comme lorsqu'il remonte jusqu'à Jessé pour convaincre le prêtre de la nécessité de circoncire l'enfant,
  • admirant naïvement les miracles apocryphes qui jalonnent la route de l'Egypte,
  • ou se laissant aller à un lyrisme peut-être étonnant :

O dame tres recommandée,
De la haultaine Trinité
Qui portes la sainte portée
L'on trepasse de dignité,
Par qui genre humain racheté
Sera de la prison obscure, ... (H. vv. 1494-1499)

52Ce n'est qu'un exemple !

53Arnoul Gréban attribue aussi, il est vrai, à Joseph une connaissance exacte de la situation de son épouse :

Pourquoy ne me le dis, helas ?
Que ne m'adnonças ce mistêre
que tu feuz eslëue mere
du doulx Crist en la loy promis ? (G. vv. 4217-4220)

54Cette connaissance est-elle après tout si étonnante puisque l'archange Gabriel vient de lui révéler le secret de la grossesse miraculeuse de Marie ?

55Mais ensuite, sa conduite, sans doute toujours anachronique, est en revanche beaucoup plus subtile : A la Nativité, il supplie :

Or je requiers Dieu qu'il abriefve
ce mistere tant gracïeux
affin que le fruit precïeux
puissons humblement recevoir. (G. vv. 4876-4879)

56Remarquons qu'il emploie la première personne du pluriel.

57Lorsqu'il voit l'enfant pour la première fois, sa prière est émouvante :

O glorieuse trinité,
Qu'esse que je voy de ceste heure ?
J'apperçais ung enfant qui pleure,
tout nu sur le feurre gisant,
et la mere a genoux devant,
l'adorant par grant reverence
comme la divine présence
devant qui tout genoul s'encline.
Et moy, povre pecheur indigne,
voyant mistere tant haultain
et mon crëateur souverain
couvert de nostre humanité,
gisant en tel fragilité,
qu'ay je a faire pour le mieulx querre
sinon de moy ruer par terre
et adorer le nouveau né
qui estre et vie m'a donné ? (G. vv. 5024-5040

58Suivent trois couplets lyriques d'un mysticisme du meilleur aloi (G. vv. 5055-5070, 5082-5097, 5109-5124).

59Ce n'est pas de la sensiblerie. C'est un mélange étonnant d'amour humain pour un enfant et d'amour de Dieu : Ayant entendu le cantique du vieillard Siméon, il avait dit avec admiration à son épouse :

Marie, escoutez ce saint homme,
quelz proverbes il nous prononce :
merveilles de Jhesus adnonce
qui ne sont pas a oublïer. (G. vv. 7023-7025)

***

60En définitive, la relation entre Jésus et son père adoptif, dans les deux Mystères qui nous ont occupés, est plus riche qu'il ne paraît. Joseph garde bien la place en retrait, discrète, voire humble que les Évangiles lui accordent. Un peu comme Marthe à côté de Marie, il s'occupe des choses matérielle ; un peu comme Jean-Baptiste, il disparaîtra quand il aura accompli sa mission, "serviteur inutile" et pourtant indispensable à l'économie du salut. Les textes néo-testamentaires nous laissent tout ignorer de la fin de sa vie ; les textes du xve siècle également.

61Que l'on se rappelle son ultime parole dans la Passion du Mans :

Et pour ce, tenez
du bon pain, et vous en venez
avec nous, tout resjoÿssant.

62Elle contient tout le portrait du personnage ; l'on y reconnaît l'art et la finesse de l'exégèse d'Arnoul Gréban : Joseph nourricier, protecteur, recherchant la joie du fils dans le cadre d'une famille réunie. Le dramaturge a la pudeur de n'en pas rajouter.

63Fidélité donc totale aux textes fondateurs, mais aussi épanouissement en quelque sorte de ce qu'ils sous-entendaient. Les deux auteurs dramatiques proposent, avec des bonheurs différents, une "méditation en scène" (comme on parle de "mise en scène") de Joseph et de Jésus.

64Partant en effet des données bibliques, ils développent ce que dut être effectivement l'action de Joseph dans la vie courante : veiller à un adaptation sereine de l'enfant dans son milieu ; remplir pour l'enfant les fonctions civiles et religieuses requises par la Loi. Il y a certes, nous l'avons dit, quelque naïveté dans la présentation trop "modernisante" qu'en donne Eustache Mercadé : Arnoul Gréban est plus adroit et plus fin, mieux inspiré (il avait peut-être aussi en Nicolas de Lire un guide plus avisé).

65Cela est évidemment conforme à ce qu'on attend de Joseph. Mais, de plus, c'est montrer au public la simplicité silencieuse d'une entente parfaite entre père et fils, c'est donner cette relation en modèle ; l'enseignement ne perd pas ses droits. Il est, en définitive, moins paradoxal qu'il ne le paraissait de mettre en scène cette entente entre "un père qui n'est pas le père, un fils qui est Dieu". Car c'est aussi présenter l'Incarnation du Fils comme une réalité immédiate, évidente en quelque sorte.

66Il reste que "le fils est Dieu" et que cette dimension ne peut pas être ignorée du "père qui n'est pas le père". Sans doute explique-t-elle que l'on ait un peu l'impression d'une affection à sens unique : Joseph aime Jésus, le vénère, l'adore ; Jésus est silencieux, non pas distant mais un peu éloigné ; son incarnation ne doit pas occulter sa divinité. Or, précisément, cette divinité donne un plus grand relief à l'affection de Joseph dont les sentiments ne sont pas de simples sentiments humains, mais deviennent, même dans les manifestations les plus simples, forme de l'adoration divine. Cela a deux conséquences :

  • L'amour humain du père pour son fils adoptif est exemplaire car il dépasse les normes humaines habituelles ; c'est une première leçon pour le public.
  • La vénération de Dieu, l'adoration, ne sont pas des conduites extraordinaires, réservées à quelques mystiques ou quelques saints ; ce sont une manière d'être entièrement compatible avec la vie quotidienne ; l'action et l'oraison sont complémentaires : Joseph peut être attentif au confort quotidien d'un enfant tout en ayant devant cet enfant un véritable ferveur mystique.

67La présentation de la Sainte-Famille et tout particulièrement des liens qui unissent Joseph et Jésus, dans la pensée du xve siècle, n'est pas seulement l'objet d'une mise en scène superficielle ou anecdotique ; comme tous les éléments des Mystères, elle veut instruire, elle veut avoir une portée morale et une portée apologétique. L'on savait qu'il y avait quatre sens à l'Écriture ; il y a aussi plusieurs sens à la mise en scène d'un mystère.

68Mais, "conformément aux Écritures", il fallait que le lien entre Jésus et son père nourricier disparût pour que s'épanouît l'union, combien plus intime, entre le Père et le Fils dans la Trinité.

Notes

1 Pour cette communication ont été utilisées les éditions suivantes :

  • Le Mystère de la Passion, texte du manuscrit 697 de la bibliothèque d'Arras, publié par Jules-Marie RICHARD, ARRAS, 1891 [Abrégé ici M dans les références].
  • Le Mystère de la Passion d'Arnoul GREBAN, édition critique par Omer JODOGNE, BRUXELLES, 1965 [Abrégé ici G dans les références]..

Il faut, d'autre part signaler le "Mystère de la Passion" de Troyes, édition critique par Jean-Claude BIBOLET, GENEVE, 1987 (2 vol.). Toutefois, dans les passages concernant Joseph et Jésus, cette dernière oeuvre reprend, pour l'essentiel, le texte d'Arnoul Gréban.
Quant au Mystère de la Passion d'Angers, il ne commence qu'avec la vie publique de Jésus, il ne contient donc aucune référence à saint Joseph (éd. Omer JODOGNE, GEMBLOUX, 1959).

2 MARIE.
Mon doulx fils, ...
Et pour nostre chemin parfaire,
Tousjours ne pues venir a piet,
Car tu serais trop traveilliet,
Se lo qu'ung peu nous repousons
Et sur cel asne te posons
Qui te portera doulcement.
JOSEPH.
Vous parlez bien et haultement,
Ainsi sera mais qu'il le veulle.
JHESUS.
Ja ne soit que je le desveulle !
Je doy acomplir le voloir
De ma mere sans devoloir.
Cil n'est pas bon fils qui desdit
Sa mere de ce qu'elle dit.
Tous deux ensemble reposez
Et puis sur l'asne me posez,
Affin que plus tost nous soyons
Au lieu ou venir desirons.
MARIE.
Joseph, abregons nous de mettre
Mon fil, mon seigneur et mon maistre
Sur l'asne, se nous en irons
Tout du plus tost que nous porrons.
JOSEPH.
Certes, j'ai grant fain de venir
Ou nous tendons a pervenir. (M. vv. 5667, 5678-5700)

3 Le chapitre 40 du Ci nous dit montre Jésus étirant miraculeusement une pièce de bois trop courte pour fabriquer une charrue (Ci nous dit, recueil d'exemples moraux, publiés par Gérard BLANGEZ, SATF, Paris, Picard 1979, t. I, p. 59).

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540