Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de parenté dans le monde médiéval

Realia - Moralia

Panégyrique domestique et projet de société humaniste dans "I Libri della Famiglia" de Leon Battista Alberti

Jean Lacroix

Texte intégral

Non sa amare chi non ama e'suoi
(Il nu sait pas aimer celui qui n'aime pas lessiens)
L.B. ALBERTI, L. III, p. 255

  • 1 Seulement précédé d'une comédie Philodoxeos, en 1425, et par deux courts traités, Deifira (même an (...)

1Œuvre des tout débuts de sa carrière littéraire ou peu s'en faut1, le traité de la famille n'est pas le seul traité qu'ait écrit Leon Battista Alberti.

  • 2 On peut citer la Vita di San Potito, de 1438, demeurée inachevée. Par ailleurs, Leon Battista Albe (...)

2Mais il est un des très rares écrits2 pour ne pas dire le seul à ne pas avoir été rédigé en latin au sein d'une production qui s'étend sur près d'un demi-siècle et qui, commencée de manière très précoce à moins de vingt ans, ne s'achève qu'en 1470 (avec le De Iciarchia), à deux ans à peine de sa mort.

3Il n'est par ailleurs ni la première tentative (Cf. le Deifira de 1425), ni la dernière (cf. Canis, de 1455) qui se réfère directement ou non à une histoire personnelle. Mais par son ampleur, par son esprit de système, par sa valeur éminemment didactique, l'œuvre des Livres de la famille se distingue très nettement des deux autres tout aussi bien que par l'aspect très achevé de l'univers clos de son microcosme florentin.

4Plus généralement, le traité albertien consacré, à l'intérieur du microcosme florentin, au microcosme familial participe tout à la fois du monde médiéval finissant et d'une autre civilisation moderne influencée par l'ouverture de la première Renaissance.

  • 3 Ce quatrième livre a pendant longtemps attribué à un autre humaniste (cf. A. Tenenti, op. cit., p. (...)

5En effet, la composition initiale de cette œuvre, "romaine", remonte au début de la troisième décennie : les trois premiers livres du quadriptyque ont été composés et écrits en 1433-34 ; le quatrième et dernier livre, dont on a longtemps mis en cause la paternité albertienne3, a fait l'objet d'une rédaction plus tardive, postérieure d'une dizaine d'années ou presque (1441). En revanche, la date de la fiction à laquelle sont censés se dérouler les événements qui constituent la base historique référentielle du débat familial se situe aux alentours de 1420.

  • 4 André Chastel, l'art italien, arts, styles et techniques, Paris, Larousse, 1956. Voir t. I, "Le Qu (...)

6Lorsqu'il naît en 1404, quelques années auparavant le concours de 1401 pour la porte du Baptistère Saint Jean, à Florence, marque le début d'une nouvelle ère4 ; lorsqu'il achève d'écrire son traité, avec le décalage du quatrième livre, c'est un autre concours - linguistique cette fois - le Certaine coronario qui marque la coïncidence avec la fin de la rédaction du traité de la famille.

  • 5 Ibid., p. 198, "Le système Alberti" : "Alberti n'était pas architecte, mais écrivain, théoricien ( (...)

7Ainsi l'esprit de compétition allié au goût de la spéculation théorique, généralisé certes mais particulièrement développé chez Alberti5, caractérise cette première œuvre de systématisation des rapports sociaux saisis à travers le prisme familial.

8A l'époque de la rédaction des trois premiers livres, Leon Battista Alberti est un homme encore jeune approchant de la maturité (la trentaine environ) ; il est devenu un homme mûr si l'on prend pour référence, cette fois, la date à laquelle il achève son traité (proche de la quarantaine). Mais il est un tout jeune homme en revanche si l'on n'envisage que la date proposée par la fiction albertienne, fiction où l'auteur, un Alberti parmi d'autres, s'implique lui-même comme personnage témoin (adolescent d'une quinzaine d'années à peine) au titre de la toute nouvelle génération symbolique d'un nouvel humanisme florentin.

  • 6 Marziano Guglielminetti, Memoria e scrittura (l'autobiografia da Dante a Cellini), Milano, Einaudi (...)

9De la double composante autobiographique jusqu'à un certain point6, qui fait de Battista Alberti - il n'ajoutera que beaucoup plus tard le second prénom devenu, à l'initiale, "Leon" - à la fois le maître d'œuvre de la réflexion sur le noyau familial étendu sur près d'une décennie et l'attentif et très jeune disciple du message délivré par ses pères (ou pairs), on retiendra encore l'ancrage historique qui n'a de cesse de faire référence au passé des anciens de sa caste, au xive siècle ; par là-même, le traité se rattache - en y puisant racines et repères - au moyen âge italien, source d'un vivant patrimoine culturel et familial.

  • 7 Gérard Delille, Famille et propriété dans le royaume de Naples (xve - xvie siècles), Rome, Ec. Frs (...)

10A ne nous en tenir qu'aux toutes premières paroles qui ouvrent le Prologue aussi bien qu'à celles par lesquelles s'achèvent le traité, on pourrait très provisoirement affirmer que les quatre Livres de la famille sont à la fois le fruit de la mémoire - et de la mémoire atavique - et le produit d'une attente projetée vers un futur qui appelle confirmation pour les générations â venir.7

  • 8 La claire conscience d'un "empire" se fait jour dans de nombreuses lettres de Laurent de Médicis ((...)

11En d'autres termes, il s'agit là d'une histoire redevable d'une longue tradition où s'avère essentiel le jeu de la filiation mais une histoire suspendue à un devenir qui est celui d'une famille pourtant déjà écartée du pouvoir en 1434 (lorsque s'écrivent les trois premiers livres), par une autre famille en plein essor, les Médicis. Conduits par celui que les contemporains célèbrent comme le père de la patrie (pater patriae), Cosme, grand-père de Laurent le Magnifique, à la tête d'un véritable "empire" (celui du florin)8, les Médicis, eux, vivent et font vivre Florence grâce à un réseau européen et même plus qu'européen de comptoirs qu'on appelle déjà des "filiales" : détournement sémantique parental à des fins politiques et économiques particulièrement significatif.

12Pour l'heure, qu'en est-il de ce traité de Leon Battista Alberti consacré à la famille qui n'est pas une biographie (ou une monographie), pas davantage une généalogie de la lignée des Alberti ?

***

  • 9 I libri della famiglia, livre II, pp. 111-116 ; pp. 125-136 ; pp. 142-153 ; pp. 155-183.
  • 10 Baldassar Castiglione, Le livre du Courtisan, présenté par Alain Pons, Edit. Gérard Lebovici, 1987 (...)

13Le traité se présente extérieurement sous la forme dialogique qui est celle de bon nombre pour ne pas dire de la totalité des traités humanistes même si, par certains côtés, le livre II peut s'apparenter en raison des longs développements de Lionardo, à une sorte de monologue9 ; comme d'autres traités de la Renaissance (Castiglione par exemple, avec son Livre du Courtisan)10, il offre une distribution quadripartite : ses quatre "livres" regroupés sous l'unique thématique de la famiglia qu'on pourrait fort bien écrire à la latine familia sont écrits, on l'a vu, en volgare (c'est-à-dire en italien) à la différence de tous les autres écrits, artistiques entre autres, et postérieurs au traité de la famille, jusques et y compris le traité sur l'architecture (De re aedeficatoria), paru posthume en 1485.

14Les quatre livres du traité de la famille composent un équilibre harmonieux et présentent une structure logico-chronologique qui va s'élargissant du livre I qui traite de l'éducation des enfants au livre IV consacré à l'amitié c'est-à-dire aux relations avec l'extérieur, en passant par le livre II relatif au mariage et par le livre III, livre central qui aborde le problème de l'économie.

15Reflet d'une mentalité marquée au sceau de la pondération et de la mesure qui masquent mal toutefois un jeu serré de tensions internes, le dialogue qui s'établit entre une poignée d'interlocuteurs - moins d'une dizaine et tous appartenant à la famille de l'auteur, les Alberti-est sous-tendu d'une foi pédagogique qui est, elle aussi, caractéristique de la littérature humaniste de la Renaissance à commencer par celle des générations assurant la transition entre le Moyen Age finissant et cette première Renaissance : celle des Coluccio Salutati, des Leonardo Bruni, des Pier Paolo Vergerio.

16Pour préciser davantage, le livre I offre, dès l'ouverture du traité, une double articulation caractéristique d'une certaine fidélité au passé auquel se rattache encore la vision albertienne et d'une nécessaire ouverture sur les temps présents ; le titre complet est, en effet, pour ce livre liminaire :

des devoirs des vieux envers les jeunes et des jeunes envers les vieux, et de l'éducation des enfants.

17La priorité donnée à la réciprocité des liens sous l'aspect des devoirs entre les anciens et les jeunes est significative d'un nouvel état d'esprit qui, avant même que ne soit abordé le problème de l'éducation des enfants, intéresse l'ancienne et la toute jeune générations ; les devoirs de la filiation constituent l'utile propédeutique au devenir familial.

18De plus, deux pauses réflexives découpent harmonieusement le traité tout entier : celle du prologue qui précède les deux premiers livres, celle du proemio qui, au coeur de l'ouvrage, préfigure les deux derniers "livres" (III et IV) et donne tout son sens, tout d'abord, au chapitre-clé consacré à l'économie. C'est à l'occasion de ces deux mises au point didactiques qu'est réintroduit le "Je" albertien (celui de Leon Battista), réel auteur de la construction du traité tout entier, ce "je" qui théorise et qui est responsable de la fiction d'un modèle de famille idéale.

19Le ton adopté est, de ce fait, étroitement tributaire du choix explicitement linguistique : la question de la langue, provoquée sous forme de concours à l'issue de la rédaction du traité de la famille, en 1441 (Certaine coronario), par Leon Battista Alberti lui-même ; cette question constitue un des élémencs fondamentaux du débat d'ensemble sur la conception et sur le bon fonctionnement de la cellule familiale, ainsi que sur la place occupée par chacun des membres à l'intérieur au cercle de famille entendu au sens large, clanique en quelque sorte : tous ceux qui vivent sous un même toit et partagent de facto les mêmes intérêts, les mêmes valeurs (ex. l'honestas), représentent les mêmes idéaux, et qui offrent l'image d'une communauté bien soudée, dans la pratique autonome, aux yeux de la société tout entière.

20Plus précisément, de quel choix s'agit-il ? D'un ton et d'un langage moyen, d'une médiété qui renvoie à une Antiquité particulièrement chère â l'humaniste Alberti, l'antiquité romaine avec sa virtus exemplaire, source à la fois d'énergie créatrice et de sage équilibre de forces antagonistes. Par conséquent, le traité revendique un langage et un style résolument anti-intellectuels que commande par-dessus tout une économie de moyens (objet du livre III), qui doit viser à l'essentiel ; ne pas (se) dépenser sans compter, c'est savoir prendre la mesure contenue dans la brevitas : peu mais bien, telle doit être la condition de l'efficacité pédagogique (c'est aux enfants que s'adresse en premier Leon Battista Alberti) ; le souci de bien gérer la, sa famille, de se bien comporter commence par le langage lui-même, manifestation immédiate la plus tangible du bon exercice de la propriété des mots... et des choses qui s'y rapportent.

  • 11 I libri... op. cit., prologo, p. 4 ; 1. 11 sqq.

21Ce traité donc, rédigé pour ainsi dire de l'intérieur d'une famille par l'un de ses membres - bientôt le plus éminent de la lignée albertienne que la postérité va retenir, avant Léonard de Vinci, comme l'archétype du génie polyvalent et de l'esprit encyclopédique de la Renaissance - ce traité est aussi celui où l'auteur (le garant) s'implique dans sa fiction : une fiction qui est l'histoire des siens, certes revue et corrigée, et qui est bien davantage encore ; s'y croisent et "dialoguent" les Anciens convoqués comme modèles prestigieux en remontant jusqu'au milieu du xive siècle et les descendants dont Leon Battista constitue l'ultime et vigilant maillon qui assure la transition avec l'avenir (Prologue)11.

  • 12 Ibidem., III, p. 238 ; III, p. 257.

22Par conséquent, et dès le départ, le cheminement de la pensée albertienne se déclare bien autant redevable d'une historicité patente, aisément perceptible à la lecture au vu du rappel de nombreux faits, personnages ou dates de la geste d'une famille en fait d'origine génoise que d'une volonté d'intemporalité visant au dépassement d'un modèle bien vivant, ré-actualisable, à l'instar des brillantes générations qui ont précédemment su montrer le chemin,12

23Par conséquent, un double point de vue accompagne jusqu'au bout le discours albertien sur la famille, objet de modélisation : celui de l'individu et celui de la communauté dont le premier est le produit et même -avec Leon Battista - le porte-parole le plus autorisé ; ce point de vue, ambivalent, associe le "je" des différents intervenants (le vieux père Lorenzo malade, Giannozzo et Adovardo, Ricciardo l'oncle qui s'est dans la réalité substitué au père disparu en 1421, jusqu'aux tout jeunes fils Carlo et Battista) et le "nous" patriarcal ("noi Alberti") derrière lequel chacun d'eux s'efface mais dont successivement et orgueilleusement chacun d'eux se réclame non sans laisser voir des nuances appréciables de sensibilité et même de mentalités.

  • 13 I libri, op. cit., introd. p. vii sqq.

24En effet, et très schématiquement, la critique a pu déceler trois types d'attitude13, trois approches différentes du problème et de la conception de la famille idéale : en premier lieu, celle de Giannozzo qui, par ces interventions, offre l'exemple de l'émergence d'une sagesse qui repose encore, et de préférence, sur des valeurs afférentes à un passé assez reculé (celui du xive), d'un passé alors glorieux d'avant le Tumulte des Ciompi (1378) à la suite desquels la famille va connaître l'amertume de l'exil. Seconde attitude : celle incarnée par Adovardo qui, né en 1376 et mort en 1422, ne connaîtra pas la réintégration des siens dans la cité florentine. Cet Adovardo, autre intervenant de poids dans les quatre livres, représente, quant à lui, un certain équilibre entre culture et expérience ; la part prépondérante qu'il prend au débat - et jusqu'à la fin du quatrième livre - signifie une claire volonté d'adaptation aux temps présents en dépit de l'éclairage douloureux offert par son existence d'exilé. Enfin, dernière attitude, celle de Lionardo dont le point de vue agrée particulièrement à Battista (i.e. Leon Battista Alberti) ; elle incarne le changement, elle est acte de foi déclarée dans les nouvelles valeurs : ce n'est point un hasard si c'est effectivement Lionardo ("double "transparent de Leon(e) ?) qui mène le jeu tout au long du livre II, celui qui se préoccupe par le biais de l'union matrimoniale de la postérité ... d'un patrimoine à bien gérer et à faire fructifier.

  • 14 Giovanni della Casa, Galatée, présenté et traduit de l'italien d'après la version de Jean de Tourn (...)

25En fait, la distinction est beaucoup moins nette qu'il n'y paraît au premier abord : l'opposition passé-présent s'y estompe quelque peu dans un climat que l'on pourrait définir tout de cordialité et de pragmaticité, d'où ressort le concept opératoire d'"intérêt". "Etre avec... " c'est-à-dire participer comme l'origine du mot le rappelle14, apparaît en permanence dans le débat des quatre livres.

26Faire partie d'une (même) famille, être dans cette famille c'est donc foncièrement prendre part à un certain nombre d'activités, adhérer à des manières communes de sentir, de penser, d'agir et finalement de se comporter ; c'est aussi et par la même occasion prendre sa part, celle qui revient à chacun des éléments composant cette famille indivisible pour que celle-ci fonctionne harmonieusement. Dans pareil contexte, le langage d'union (de l'union familiale) que parlent ses différents membres fait figure d'éthique stricte, de code de référence pri-mordiale.

27De là - et dès le début du traité - l'implication ou l'imbrication des deux aspects en apparence antinomiques que constituent, d'une part, le panégyrique albertien qui s'appuie sur l'évocation des figures prestigieuses du passé et sur l'invocation des représentants contemporains des Alberti, et, d'autre part, la projection au-delà de ces modèles successifs d'une Famille idéale qui pourrait être celle de demain.

Panégyrique de quelle manière ? ou bien plutôt apologie ?

  • 15 Les très nombreuses allusions à la geste des ancêtres du xive qui firent des Alberti l'une des plu (...)

28Ce panégyrique revêt l'apparence - toutes les apparences -d'un consensus que bien peu de réelle contradiction vient entamer tant, tout au long du débat, les différents portraits15 des illustres représentants des Alberti se ressemblent : mêmes mérites, mêmes croyances quant aux valeurs cardinales ; ils finissent par se fondre dans un même moule et constituer, à eux tous, une identique ligne idéologique en dépit des vicissitudes de l'histoire italienne où ils s'insèrent de 1350 environ jusqu'aux années vingt du xve siècle.

  • 16 Pour le seul exil par exemple : voir I, 17 ; II, 101, III, 229 "nous encore jeunes, en partie nés (...)

29"Albertienne" (alberta dans le texte) devenue épithète, qualifie indifféremment ce qu'il faut bien appeler une politique particu-lariste de la famille aristocratique de financiers et de marchands pourtant soumis (et le texte le rappelle incidemment), au même titre que d'autres familles des xiv-et xve siècles, aux aléas de ces cités-états : banqueroutes, exils, rivalités de prestige, intrigues matrimoniales, complots, etc...16.

  • 17 Voir à ce sujet, la très belle introduction de Ruggiero Romano et d'Alberti Teneti dans I libri ..

30La possible et immédiate lecture d'une homogène version chorale - à quelques nuances près - elle-même reflet de l'idéologie d'une véritable caste, n'est point exempte de l'histoire réelle porteuse, pour l'ensemble de ces Alberti comme pour Leon Battista lui-même, de tares qui se nomment l'exil (au lendemain du Tumulte des Ciompi et jusqu'en 1428), la condition de bâtard du jeune Leon Battista à laquelle il convient d'ajouter l'état de célibataire lié à sa fonction ecclésiastique17, et privé de descendance.

31Une telle marginalisation psychique et sociale, de telles marques individuelles et collectives d'exclusion conditionnenent bien évidemment la nature de la démarche d'ensemble de la théorie de la famille. Elles prennent tout leur sens par rapport au double démenti que l'histoire de la fiction (des années vingt) tout comme l'histoire contemporaine de la rédaction des trois premiers livres jusqu'au quatrième, détaché, infligent à Leon Battista et à tous les siens ; même si - en ce qui concerne l'artiste génial polyvalent qu'il va devenir à partir des années cinquante, - l'avenir va constituer une brillante revanche sur son sort comme sur celui de sa famille dont il va glorifier le patronyme à la différence de beaucoup d'autres rendus célèbres, à leur époque, par le seul prénom (Léonard, Michel-Ange, Raphael) ou, parfois, le surnom (Botticelli).

  • 18 Il s'agit de l'attente de la venue de Messer Antonio Alberti (IV, p. 425, 1. 11 sqq...).

32Tout le traité de la famille en effet - a contrario - constitue un véritable acte de foi dans le pouvoir des vertus héréditaires d'une caste donnée, un hymne à l'"union" et à la "concorde", deux concepts rappelés encore juste avant que ne s'achève le débat dans l'espoir d'une attente pleine de promesse18, sur une notion de provisoire. Tout le traité en appelle en permanence à une forme de sagesse pratique, à un savoir-faire beaucoup plus qu'à un savoir tout court, cérébral et formalisant, qui, à l'époque et pour longtemps, célèbre(ra) les mérites de l'expérience. Du reste, la liaison sémantique de l'honneur (honos) avec les charges (onus) afférentes à une telle pratique renvoie comme une obsession à la célébration de l'entr'aide, synonyme d'interdépendance (pares cum paribus congregantur), elle-même inséparable d'un sens coopératif à usage interne, équivalent d'un système de protection contre les agressions venues du dehors ; autrement dit synonyae d'indépendance vis-à-vis des forces de pouvoir émanant de l'extérieur.

33C'est la raison pour laquelle » si l'éthique de la famille envisagée en bloc n'est guère dissociable d'une vision esthétique rattachée au bonheur aliment de la gloire, l'un et l'autre dérivent d'une pratique qui est celle des devoirs exercés en vue de l'utilité, qualité intrinsèque pro domo indispensable pour s'affirmer aux yeux de l'extérieur.

  • 19 Vintila Mihailesou, "la littérature du sens" et "la littérature du modèle" illustration d'une crit (...)
  • 20 "Le modèle familial européen", normes, déviance, contrôle du pouvoir, Actes des séminaires organis (...)

34La différence est primordiale avec ce qui constituera l'essence d'autres traités, courtisans, au siècle suivant : la grâce (chez Castiglione par ex.), qualité nécessaire de la reconnaissance par autrui c'est-à-dire de l'intégration à un nouveau système de valeurs. Renversement de perspectives particulièrement signifiant. Avec le traité al-bertien de la famille, s'impose d'emblée une "littérature du modèle" qui cultive la variatio pour mieux réaffirmer l'identique19. La déviance qui fait figure d'incident de parcours n'intervient que pour mieux asseoir la norme20. L'accidentel n'y est point la marque ou le risque du relatif ; il n'est là que comme vérification de la nécessaire homogénéité.

  • 21 I libri ... op. cit.. Prologo, p. 3 (1. 4, 1.8).
  • 22 I libri ... op. cit., livre V, p. 424 1.9 ; id. p. 414, 1.29.

35Le début du Prologue nous place au comble de l'hyperbole ; il accumule d'entrée, jusqu'à saturation, les superlatifs qui - de manière symptomatique et de façon ternaire selon les canons de la période humaniste-célèbrent l'avènement du qualitatif : felicissime... gloriosissime et, plus loin, vivtuosissimi.21. Dans le contexte liminaire d'une fortune assez souvent positive, elle-même étroitement en rapport avec un comportement humain qui met en jeu un ensemble harmonieux de forces (psychiques, morales, physiques), trois autres superlatifs en appellent logiquement à l'excellence d'une stratégie (la fin n'est rien sans les moyens) : modestissime, soit l'extrême mesure et la juste pondération,... prudentissime ou le sens aigu de la perspicacité et le don de clairvoyance ; et ces deux superlatifs culminentsur un fortissime qui traduit le sens de la cohésion inébranlable.22

  • 23 Brevitas : III, 199 ; III, 253 ; IV, 424, etc...
  • 24 I libri ... op. cit., I, IV, p. 410, 1.7 et 10.

36Si l'on se reporte cette fois aux dernières répliques du dernier livre, l'on constatera qu'elles réitèrent, avec la confirmation de l'extrême brièveté dont se flatte Adovardo23, la grande valeur du panégyrique perceptible dans les préceptes (ou "sentences") et dans les "exemples" (meravigliose sentenze e ottimi essempli) ; et elles culminent sur les deux notions-clés qui couronnent les quatre livres : l'"humanité" (caractère de tout ce qui touche à l'humaine nature) et l'"utilité".24

37Par conséquent, le panégyrique avec son préfixe collectif et sa fonction de "rassembleur" joue à plein, du premier au dernier livre d'un débat pathétique (la grave maladie du pater-familias) constamment sous la menace de la carence du père fondateur ; mais ce panégyrique est lui-même indissociable d'une apologie de la famille considérée sous les auspices d'un ensemble de liens que la mort ne pourrait malgré tout dénouer, c'est-à-dire étymologiquement d'une défense (commune) autant que d'une illustration de l'union familiale : des plus lointains ancêtres à la plus proche descendance, des vieillards sous la menace de la déchéance et près du terme fatal jusqu'à la toute dernière génération. En somme, la familiaritas chez Alberti et dans la bouche de tous les siens revêt en permanence la forme d'un programme, d'un statut stratégique souvent réitérés que rappelle, par exemple, la fin d'une réplique d'Adovardo célébrant "l'usage domestique et familier fait de devoir(s) et de faveurs" et que peuvent résumer différentes expressions paradig-matiques qui fonctionnent comme un système bien agencé d'équivalents et de correspondances : "bonnes pratiques" ou encore "louange et bonne grâce", ou bien "vertu et connaissance des meilleures choses" et bien d'autres encore.

38Précisément, la famille comme un bloc indissociable, comme une entité à la limite incontournable, comme micro-société, c'est celle qui intéresse par-dessus tout Leon Battista Alberti, modèle exemplaire de vie associative. Par définition et dans son essence, elle veille, cette famille-là, à la solidité de ses liens de parenté qui n'ont de sens que dans la circularité. La double existence sémique du mot "parenté", dans la langue italienne, à la fois spatiale (il parentado) et juridique, qualitative (la parentela) joue à plein dans le traité albertien.

  • 25 David le Breton, "Dualisme et Renaissance", sources d'une représentation du corps, in Diogène, (...)

39Pour Leon Battista Alberti, architecte avant tout et s'ins-pirant des leçons du passé (Vitruve), elle est, cette famille, "sa" famille, une belle construction de l'esprit caractérisée par la mesure et l'art des proportions qui devraient, autant la première que le second, défier les injures du temps, et proposer durablement "un type de socialité ou l'individu prime sur le groupe"25 : d'où, à chaque bout de la chaîne discursive du traité, la présence homothëtique, à l'ouverture, du vieux père Lorenzo convoquant à son chevet les représentants mâles de ses proches et, à la fin, de son fils le plus en vue (Carlo, le frère de Battista, est très nettement en retrait), témoin principal du message et peut-être futur patriarche lui-même, à coup sûr "double" bien vivant qui assurera la pérennité de la souche des Alberti.

  • 26 Se reporter au début du Prologue notamment. Voir aussi Georges Augustini, "Parenté et maisonnée à (...)
  • 27 Il s'agit du titre du recueil de nouvelles de Gherardi da Prato intitulé : Il Paradiso degli Alber (...)

40Le cadre constitué par le huis-clos, même enchanteur, de la "villa" des Alberti est aussi pour beaucoup dans l'exaltation d'un statut d'exception qui vise à promouvoir une Famille à l'abri des vicissitudes et du chaos de l'histoire, dans la conservation pathétique (ou la récupération) d'un ordre familial au sens où les Romains, souvent cités26, parlaient d'un "ordre équestre". Cette "villa" des plus célèbres (il Paradiso) dans la culture du temps et plus tardivement27 est à la fois la demeure bien réelle et l'idéale réduction sous la forme microcosmique d'un lieu privilégié hors de la cité. A l'écart du monde historiquement bien actif du négoce et des affaires publiques, la "villa"-à-la-campagne préserve le berceau des Alberti d'un milieu urbain qui ne leur fut plus accessible et qu'ils ne réintégreront, officiellement en 1428, que pour s'en voir à nouveau dépossédés par une autre famille. De sorte que la "villa" qui abrite le récit d'une famille idéale sortie d'un débat réservé aux seuls Alberti devient, par compensation, une image de la ville "albertienne", elle-même projection de la cité-état dont ils ont été privés.

41Famille préservée, relativement monolithique, dans un/son cadre privilégié, avec son discours-miroir renvoyant des images rassurantes, des images-sœurs qui caractérisent en fait plus une "famille d'esprits" (et d'esprits raffinés, lettrés à leur manière mais très pragmatiques) qu'une famille réelle au sens hiérarchique et chronologique de liens du sang : telle est donc la représentation, la figuration des Alberti métamorphosés en Famille exemplaire proposée de façon ambivalente au début de la seconde mais aussi de la troisième, et même de la quatrième décennie du Quattrocento.

  • 28 Christian Bec, les marchands écrivains à Florence (1375-1434). Paris, 1967. Voir aussi M. Guglielm (...)

42Autrement dit, la familiaritas qui célèbre cependant des vertus citadines (urbanitas) secrète tout au long des quatre livres du traité une civitas en circuit fermé, de citoyens ou de sociétaires qui se regardent vivre, se jugent et se conseillent les uns les autres, s'épaulent également, dont le discours utilitaire du "bien vivre" constitue une fin en soi, mais dont la langue nécessairement communicative n'est plus désormais le latin, celle des "doctes" mais le volgare devenu monnaie courante des circuits financiers et marchands.28

43Au vu de ces informations, l'on s'aperçoit que ce sont moins les liens de parenté au sens propre, interrelationnel du terme que la parenté dans son ensemble, en soi, qui est le véritable enjeu du traité d'Alberti, la famille y étant assimilée à une cellule bien fermée ; et l'on ne peut pas ne pas remarquer aussi que, sous l'égide redoublée de Battista (déguisement de l'auteur amputé de son premier prénom, tardivement ajouté) et de Lionardo (masque de "Leon" ?), son alter ego, il s'agit plutôt de structures catégorielles qui précisent différentes relations, interférentes et interdépendantes : celles des ancêtres et de leurs descendants "actuels", celles des vieux qui vont disparaître ou viennent de disparaître au moment de la fiction (1420) et des jeunes rejetons (les fils et neveux Carlo et Battista), celle des hommes(ou des mâles pourrait-on dire) et des femmes, épouses et mères.

  • 29 Il s'agit de Deifira (1425) mais aussi de Canis (1455).

44Un témoignage de ce parti-pris de dépersonnalisation peut être recueilli dans la citation suivante extraite, il est vrai, d'un de ces textes de type autobiographique chers à Leon Battista29, qui souligne la vision méta - ou trans-historique de la famille :

  • 30 I libri... op. cit. introd. p. vii et viii.

entre eux le nom Albert (et non pas des Alberti) était tout semblable à une république bien à eux.30

  • 31 Messer Antonio (cf. Proemio, p. 185), oncle du dédicataire et possesseur de la fameuse villa dite (...)
  • 32 Benedetto, le grand-père, : à côté des Alberti qui apparaissent déjà en nombredès le livre tel Cip (...)

45C'est donc bel et bien la notion-clé d'héritage patrilinéaire qui domine et qui conditionne tout dans ce traité dicté, quant à l'idéologie, par les figures du père (Lorenzo), de l'oncle(Riccardo ou Messer Antonio)31 voire du grand-père (Benedetto)32 ; sans parler de tous ceux, et ils sont nombreux, que l'on pourrait appeler les "grands anciens" et qui constituent, quant à eux, les références certes occasionnelles et fugitives mais qui n'en figurent pas moins de manière ponctuelle d'indispensables jalons, les nécessaires repères fondateurs de la mémoire atavique réactivée par leur jeune porte-parole.

46L'œuvre architecturale du traité albertien sur la famille, telle qu'on vient d'en poursuivre la description, pose un certain nombre de problèmes ; deux, tout particulièrement.valent la peine qu'on s'y attarde : d'une part, celui du pouvoir patronymique au masculin qui n'occulte pas totalement la présence - indirecte - et le rôle malgré tout actif de la femme à l'intérieur de la cellule familiale ; et, d'autre part, le pouvoir hiérarchique d'essence aristocratique et la nature de ses rapports avec le reste de la cité.

***

47Le traité sur la famille est - on l'a dit - l'exclusif apanage de la famille des Alberti ; l'autorité et la garantie du pouvoir réellement exercé relève de la responsabilité masculine. Le patronyme (Alberti) de l'illustre lignée - on l'a noté également - est parfois curieusement mis au féminin (la famiglia alberta), assumant la fonction d'une banale épithête. Ce patronyme donc s'est fait dénominateur commun d'une très homogène réalité psychique et sociologique : il est devenu par conséquent une véritable "étiquette", une sorte de dénomination ès-qualité très reconnaissable à l'image d'un emblème, d'une armoirie, d'un écusson.

  • 33 I libri ... op. cit., I, p. 15, 1.14-20 ; IV, p. 424, 1.11-16.

48La vieille génération - on l'a dit également - s'adresse à ses descendants, à la toute dernière génération incarnée par Carlo et son frère, Battista, ce dernier surtout, vrai destinataire du message patriarcal au premier rang duquel figure l'honneur ou plutôt l'honorabilité. La grande réceptivité des tout jeunes auditeurs que sont les deux frères, présences des plus attentives (Carlo surtout, alors que Battista participe davantage au débat) accroît la majesté du panégyrique qui fait d'eux des témoins privilégiés : du début du livre I où Carlo et Battista font l'objet de "recommandations" spéciales de la part du vieux chef malade étant donné "la charge non négligeable" que leur inexpérience et leur très jeune âge représentent, jusqu'à la fin du dernier livre (IV) où ce sont les mêmes jeunes gens à qui s'adressent les "sentences" et "exemples" à mémoriser pour que la leçon profite à ceux qui leur succèderont.33

49Où et comment figure la femme dans le cadre hégémonique d'une représentativité aussi clairement masculine ?

50En tant que mère et épouse, la femme, certes, figure d'une certaine manière, dans les trois premiers livres principalement ; elle est aussi partie prenante de la célébration albertienne. Présence au demeurant muette puisqu'elle est écartée du dialogue et de l'échange de vues, son rôle en apparence passif, pudique, reflète assez bien la mentalité qui préside aux destinées de la gestion et de la conception humanistes du pouvoir en général - et point seulement domestique - et traduit on ne peut mieux l'idéologie soucieuse de hiérarchie telle que le livre III s'attache à la démontrer et à l'illustrer. Celui-ci en effet passe en revue les devoirs de la parfaite maîtresse de maison chargée non seulement de l'éducation des enfants jusqu'à un certain âge, mais aussi de la garde, de la conservation, bref du bon "gouvernement" de la bourse et des biens de la maisonnée. Elle exerce en un sens, -la critique l'a souvent noté - des pouvoirs apparemment égaux et identiques à ceux de l'homme ; mais il s'agit en fait de pouvoirs cantonnés à l'intérieur ; pourtant et malgré la séparation très nette des responsabilités familiales, est perceptible une communauté de visées ; l'œuvre menée par l'épouse et mère d'un côté, par le mari et père de l'autre, relève du commerce domestique qui repose sur toute une série d'opérations jumelées :

Ma femme, fais pour l'intérieur ce que je fais moi pour le reste à l'extérieur,

  • 34 Ibidem, III, p. 270, 1.21-23.

51telle est la réflexion éclairante faite à ce sujet, et rapportée dans le livre III consacré justement à l'économie, clé de voûte du traité tout entier.34

52Le souci constant de l'honneur, de ne pas déroger, ou encore de ne pas voir péricliter le patrimoine (n'oublions pas que c'est un chef de famille très malade qui s'adresse à tous les siens dans un message clairement testamentaire) ne gomme pas, là aussi, la conscience aiguë des réalités de la vie courante : il n'y a pas que des femmes modèles ; mais l'essentiel reste le bon choix. D'où l'œuvre de raison que représente le problème du mariage (livre II) qui conditionne la survie de la lignée et la prospérité, à tous les sens du mot, de la famille dans son ensemble.

53L'autre problème majeur concerne les rapports avec le reste de la société : du pouvoir écrit et conservé au masculin au pouvoir de caste conçu et fonctionnant dans le cadre hiérarchique et selon un code aristocratique de "grande famille", il n'y a qu'un pas aisément franchi par Leon Battista Alberti : une ligne de continuité du Livre I (et même depuis le Prologue) jusqu'à la fin du livre IV.

  • 35 Des traces sémantiques de la bonne gestion du foyer domestique à l'image d'un état peuvent être re (...)

54Les quatre livres de la famille définissent une politique de l'ordre familial, d'une institution qui a pour horizon - mais non pour centre - la cité. Située en marge de cette dernière, elle conserve la cité en point de mire sans pour autant s'intégrer dans le paysage sociologique campagnard. Des moeurs policées caractérisent d'abord, associées au souci de la bonne renommée, l'éthique supérieure de la famille. Gestion implique prévision et sage tactique manoeuvriëre. Gouverner la maison - tous ceux et toutes celles qui la constituent - c'est prévoir tout ce qui ferait obstacle à son bon et durable fonctionnement. La relation à l'autre est indissociable, à l'extérieur, des bonnes relations avec les autres sans que pour autant l'extérieur vienne empiéter sur le périmètre-tabou du clan.35

  • 36 Célèbre est l'éloge aristocratique de la villa sise dans son cadre rustique, ilôt privilégié des r (...)

55Or, deux catégories sociales sont totalement exclues de la vision ou de la construction albertienne de la Famille : le peuple d'abord puisque l'optique retenue est unilatéralement et indivisible-ment aristocratique. Une exception de taille : celle représentée par l'éloge de Buto, au début du livre IV, figure pathétique de serviteur complètement intégré dans le cercle de famille, exemple parfait de mimesis idéologique ("fidélité" et "constance" en sont les traits les plus pertinents). L'autre catégorie sociale exclue du débat est précisément la catégorie-soeur constituée par toutes les autres familles aristocratiques (florentines). Tout se passe comme si le procédé de raisonnement "sautait" directement de l'exemption exclusivement albertien... au reste c'est-à-dire à l'Italie tout entière qui apparaît ainsi comme une parfaite projection albertienne, fruit d'une amplification simplificatrice de ce microcosme.36

56Chez Alberti, il n'est donc de liens de parenté qu'intra muros ; il n'est de parenté efficace et utile que dans le cadre strict de la famille à laquelle appartient le signataire et maître d'œuvre du traité tout entier : signe linguistique, certes, mais à l'éminente fonction sociologique restreinte à un échantillon de portée universelle.

57De sorte que le destinataire du message albertien profondément marqué par un nouvel esprit humaniste ne peut être, lui aussi, que l'alter ego de cet auteur qui est Leon Battista, Battista et Lionardo tout à la fois ; en somme un partisan fervent de la cause unilatérale des Alberti, un "albertien" converti.

58Aussi la vision familiale humaniste d'Alberti repose-t-elle avant tout sur un discours idéologiquement "en abyme" : il n'est point seulement hyperbolique in medias res (cf. début du Prologue), mais il est à sa source foncièrement tautologique : autoréférentiel.

59Pour parachever par une oaptatio benevolentiae particulièrement affûtée, le rigoureux montage discursif de l'exaltation de la Famille en tant qu'organisation autarcique et en tant que système en théorie infini de production-reproduction, le point de vue du lecteur (ou du public à l'écoute du débat) est toujours présent à l'esprit des intervenants successifs, davantage encore à l'orchestrateur principal, auteur du Prologue et du Proemio.

  • 37 Voir la nuit - transition (entre le livre II et le livre III), III, p. 191, 1. 1-14 passée à trans (...)

60Le témoignage aussi bien écrit qu'oral (la voix autorisée se porte garant de l'écriture qui enregistre)37 du porte-parole et écrivain Leon Battista que son talent distingue déjà et désigne comme artisan d'une revanche sur tous les avatars albertiens, ne varie pas d'un iota du début à la fin du traité : écriture et parole conjugées, chargées de la perpétuation de l'ultime message dicté ou inspiré par les paroles du père gravement malade, s'apparentent à une œuvre d'amour, un amour que maintes formulations à l'instar de celle placée en exergue delà présente étude proclament, un amour bien réel mais aussi bien tactique puisqu'il est l'indispensable ferment actif d'union et de cohésion entre tous les membres concernés.

  • 38 I libri ... op. cit., Prologo, p. 14, 1-11 ; proemio, p. 189, 1.23 ; enfin livre IV, p. 425, 1.1-3

61L'intemporalité du projet albertien, par là-même, rejoint l'invariant du panégyrique, règle d'or du règne domestique qui se voudrait sans nuage. La fin du Prologue rappelle cette règle primordiale : "lisez-moi et aimez-moi". Sous les auspices du tutoiement plus intimiste, la fin du proemio (livre III) réitère le même principe sacro-saint, lié cette fois à une activité pragmatique : "lis-moi, et dans tout ce que tu fais aime-moi". Point d'orgue d'un engagement jamais démenti du début à la fin, les dernières lignes du dernier livre scellent sous une forme paradigmatique neutre la nécessité de "bien se faire aimer", preuve supérieure d'"humanité" et d'"utilité".38

  • 39 Penser au titre très suggestif et collant aux réalités (plurielles) politiques de cette époque de (...)

62Sous l'architecture savamment ordonnée (hiérarchie oblige), bien distribuée (fréquents rappels ou annonces de plan), clarifiée (protestations non moins fréquentes de simplicité et de brièveté), la spéculation sur le thème de la famille n'efface pas la nostalgie d'un rêve d'humaniste confronté à un devenir des sociétés de son temps39 qui vivent du parcellaire et du disparate des micro-unités : ceux de l'évolution complexe du passage des Communes aux Seigneuries, puis des Seigneuries aux Principautés.

63Au regard de ces derniers, le livre IV seul fournit des indications précises d'un changement de mentalité très sensible par rapport à la "philosophie" des trois premiers livres, antérieurs de près d'une décennie.

***

64Quelle impression d'ensemble peut-on retirer de l'examen des quatre volets de ce débat albertien sur la famille ? Comment situer la position albertienne entre passé et avenir ?

65La conscience spéculaire de la reproduction d'un ego albertien, à l'image du modèle endogamique fourni par ses illustres prédécesseurs, produit sans discontinuité apparente un discours narcissique clairement hédoniste : pas l'ombre d'une authentique dispute, pas traces du moindre accès d'humeur dans cet échange courtois, cordial ... et familier ; mais elle traduit également le pathétique déjà suggéré par le proche trépas du vieux paterfamilias et renforcé périodiquement, dans chacun des livres, par le risque toujours possible d'une rechute : la mauvaise épouse... la mésalliance ou le mariage raté... la dégradation soudaine de la richesse en pauvreté longuement discutée... la conversion inopinée de la vertu en vice.

  • 40 La première formule est une réplique de Giannozzo, principal interlocuteur du livre III à propos d (...)
  • 41 I libri... op. cit., livre III, p. 228, 1.31-32 (encore une réplique de Giannozzo).
  • 42 Voir l'ouvrage fondamental de V. Lugli, I trattatisti della famiglia del Quattrocento, déjà cité ( (...)
  • 43 Sur la notion de l'autre, consulter les deux ouvrages tout récents consacrés à ce thème de la reco (...)

66Le vibrant panégyrique contient en germe la fragilité et peut-être même l'inanité du projet, à savoir le rôle illusoire d'une perpétuelle renaissance du noyau familial, creuset toujours actif d'initiatives et de réalisations renouvelées (chi sa non perdere tempo sa fare quasi ogni cosa ; ou. che niuno mai stia ozioso)40 étant donné que "les choses se perdent, s'égarent, se cassent" (Giannozzo).41. Nombreux sont les traités, outre celui d'Alberti, qui abordent le problème-clé de la famille42 à cette époque très instable de l'histoire des cités-états italien(ne)s. Celui d'Alberti s'inscrit dans l'histoire de la culture de ce pays au moment precis où une autre "grande famille" (de banquiers) s'empare du pouvoir et pour des décennies, à Florence, évinçant toutes les 'autres " réduites à comploter sans succès : Strozzi, Pitti, Pazzi.43.

67Plaidoyer pro domo que le traité albertien ? Oui, d'une certaine manière, à la gloire d'une famille exilée mais qui, réintégrée dans le giron florentin, ne rentre pas pour autant en grâce auprès du pouvoir citadin passé entre les mains d'une autre famille régnante, infiniment plus puissante que les Alberti.

68Système de pensée hermétiquement clos ? Non point puisque l'échange symbolisé, dans cette expression, par la présence d'Hermès, dieu du commerce... et des voleurs, messager des Dieux de surcroît, ne le souffrirait pas : l'argent, en effet, est à la fois l'invariant et l'obsédante mais précaire référence de la démarche des Alberti, du premier au dernier livre.

69Alors, vœu pieu d'un artiste et humaniste lucide en quête malgré tout, individuellement, de revanche ? Peut-être si l'on en croit la confession qui ressort de la lettre-dédicace du livre III, adressée encore à un Alberti, homme des plus cultivés s'il en est et exact contemporain de Leon Battista, ce Francesco d'Altobianco (1401-1479) a qui il écrit :

  • 44 I libri..., op. cit., proemio p. 187, 1. 27-30.

Je cherche d'abord a être utile à beaucoup de personnes plutôt qu'à plaire à un petit nombre d'entre elles, car tu sais le très petit nombre de gens qui, de nos jours, ont des lettres.44.

  • 45 L'artiste Leon Battista ne commence guère sa carrière avant 1450.

70L'aveu ultime, la réponse sans doute la plus claire de Leon Battista écrivain et humaniste de la première moitié du Quattrocento45 est peut-être là dans cet auto-panégyrique précurseur, chez lui, de tant de projets artistiques bientôt effectivement réalisés et tout aussi achevés que son traité sur la famille, lui faisant rejoindre, lui l'exilé, lui le bâtard, lui l'homme sans descendance, la grande famille intemporelle des créateurs et des pionniers de la Renaissance.

***

71N.B. Toutes les citations du texte d'Alberti renvoient à l'édition suivante : Leon Battista Alberti, I libri della famiglia a cura di Ruggiero Romano e Alberto Tenenti, introd. VII-XLII, note alla lingua, nota bio-bibliografica, Milano, Einaudi (Nuova Universale Einaudi, n° 102), 1969.

72La traduction des citations est la nôtre.

73Autre ouvrage de référence essentiel auquel nous avons puisé : L'histoire de la famille sous la dir. d'André Burguière, Christiane Klapish-Zuber, Martine Segalen et Françoise Zonabend.

74t.1 : Mondes lointains, mondes anciens

75t.2 : Le choc de la modernité

76Paris, A. Colin, 1986, 2 vol. 639 p. - 569 p.

Notes

1 Seulement précédé d'une comédie Philodoxeos, en 1425, et par deux courts traités, Deifira (même année) sur la matière amoureuse et par le De commodis et incommodis litterarum (1430) qui évoque le problème de la condition et de la fonction d'écrivain dans la société du temps.
Voir à ce sujet l'excellent petit ouvrage consacré à Leon Battista Alberti par Alberto Tenenti, C.E.I., Roma-Milano, 1966 (Chronologie oeuvres p. 5-8).

2 On peut citer la Vita di San Potito, de 1438, demeurée inachevée. Par ailleurs, Leon Battista Alberti a lui-même traduit en italien le traité qu'il avait d'abord écrit en latin De Pictura. (1435)

3 Ce quatrième livre a pendant longtemps attribué à un autre humaniste (cf. A. Tenenti, op. cit., p. 22 sqq).

4 André Chastel, l'art italien, arts, styles et techniques, Paris, Larousse, 1956. Voir t. I, "Le Quattrocento", p. 187, "l'art à Florence" (1420-1470).

5 Ibid., p. 198, "Le système Alberti" : "Alberti n'était pas architecte, mais écrivain, théoricien (nous soulignons), apte au demeurant à toutes les techniques"... A cette intellectualisation qui fut une étape nécessaire, se lie un effort de rationalisation complète".

6 Marziano Guglielminetti, Memoria e scrittura (l'autobiografia da Dante a Cellini), Milano, Einaudi, P.B.E., n° 299, 1977, 386 p.

7 Gérard Delille, Famille et propriété dans le royaume de Naples (xve - xvie siècles), Rome, Ec. Frse de Rome, Paris, Ed. de l'E.H.E.S.S., 1985.
Une excellente bibliographie relative au problème de la descendance peut être avec grand profit consultée in Civilisations, vol. XXXVII, 1987, n° 2 (pp. 275-319, près de quatre cents articles, ouvrages, écrits divers publiés ces toutes dernières années (coll. Ethnologie d'Europe et d'ailleurs, n° 2). Ce numéro d'un très grand intérêt est consacré au thème : "le monde d'où viennent les enfants", textes réunis et présentés par Marianne Mesnil.

8 La claire conscience d'un "empire" se fait jour dans de nombreuses lettres de Laurent de Médicis (cf. Lettere, Giunti-Barbera, Firenze, 1977-1981.

9 I libri della famiglia, livre II, pp. 111-116 ; pp. 125-136 ; pp. 142-153 ; pp. 155-183.

10 Baldassar Castiglione, Le livre du Courtisan, présenté par Alain Pons, Edit. Gérard Lebovici, 1987. Excellente "présentation" (pp. i-xlvi).

11 I libri... op. cit., prologo, p. 4 ; 1. 11 sqq.

12 Ibidem., III, p. 238 ; III, p. 257.

13 I libri, op. cit., introd. p. vii sqq.

14 Giovanni della Casa, Galatée, présenté et traduit de l'italien d'après la version de Jean de Tournes (1958) par Alain Pons, Paris, Quai Voltaire, 1988. "Présentation" et biographie de Della Casa (p. 7-49).

15 Les très nombreuses allusions à la geste des ancêtres du xive qui firent des Alberti l'une des plus riches et l'une des plus puissantes familles de Florence s'accompagnent de véritables "portraits" tel celui de Niccolaio (III, 241) déjà présent à II, 130.

16 Pour le seul exil par exemple : voir I, 17 ; II, 101, III, 229 "nous encore jeunes, en partie nés en exil, en partie ayant grandi sur un sol étranger").

17 Voir à ce sujet, la très belle introduction de Ruggiero Romano et d'Alberti Teneti dans I libri ...

18 Il s'agit de l'attente de la venue de Messer Antonio Alberti (IV, p. 425, 1. 11 sqq...).

19 Vintila Mihailesou, "la littérature du sens" et "la littérature du modèle" illustration d'une critique anthropologique, Bucarest, Cahiers Roumains d'Etudes Littéraires, n° 3, 1987, pp. 63-71.

20 "Le modèle familial européen", normes, déviance, contrôle du pouvoir, Actes des séminaires organisés par l'Ec. Frse de Rome et de l'Université de Rome, 1984, Rome, Ec. Fr. de Rome, 1986, X 334 p.

21 I libri ... op. cit.. Prologo, p. 3 (1. 4, 1.8).

22 I libri ... op. cit., livre V, p. 424 1.9 ; id. p. 414, 1.29.

23 Brevitas : III, 199 ; III, 253 ; IV, 424, etc...

24 I libri ... op. cit., I, IV, p. 410, 1.7 et 10.

25 David le Breton, "Dualisme et Renaissance", sources d'une représentation du corps, in Diogène, n° 142, 1988 ; pp. 42-63.

26 Se reporter au début du Prologue notamment. Voir aussi Georges Augustini, "Parenté et maisonnée à Rome. Un point de vue sur l'origine du testament" in l'Ethnographie, t. LXXXI, n° 95, pp. 85-86, 1985. Egalement, Maurizio Bettini, Antropologia e cultura romana : parentela, tempo, immagini dell'anima, Roma, La Nuova Italia Scientifica, 1986, 271 p.

27 Il s'agit du titre du recueil de nouvelles de Gherardi da Prato intitulé : Il Paradiso degli Alberti (première moitié du xve siècle).

28 Christian Bec, les marchands écrivains à Florence (1375-1434). Paris, 1967. Voir aussi M. Guglielminetti, op. cit., V., p. 226 sqq ; également la note 4 à la page 227. Encore l'ouvrage de V. Lugli, I Trattatisti della famiglia del Quattrocento, Bologna, Modena, 1909.

29 Il s'agit de Deifira (1425) mais aussi de Canis (1455).

30 I libri... op. cit. introd. p. vii et viii.

31 Messer Antonio (cf. Proemio, p. 185), oncle du dédicataire et possesseur de la fameuse villa dite du "Paradiso" (1363-1415). L'auteur l'a connu tout enfant.

32 Benedetto, le grand-père, : à côté des Alberti qui apparaissent déjà en nombredès le livre tel Cipriano (né en 1335), I, 80 ; II, 172 ou Gherardo l'oncle paternel (mort en 1403, que Leon Battista n'a pu connaître), I, 68 ou encore Nerozzo, père de Lionardo (I, 32) ; à côté de tous ceux qui appartiennent en grande majorité à la première moitié du xivè siècle tel Caroccio (mort en 1347), ou Iacobo (mort en 1374) ou Caroccio Alberto (mort en 1371) tous nommés à III 238, ou d'autres encore liés à l'histoire monumentale de Florence (III, 257), ce Benedetto est l'homme accompli s'il en fût (III, 251).

33 I libri ... op. cit., I, p. 15, 1.14-20 ; IV, p. 424, 1.11-16.

34 Ibidem, III, p. 270, 1.21-23.

35 Des traces sémantiques de la bonne gestion du foyer domestique à l'image d'un état peuvent être repérées à III, 242 (réplique de Lionardo, 1.14-16 : il s'agit de "gouverner la villa") ou, un peu plus loin, p. 244, dans l'expression "gouverner la culture des champs".
Le vocabulaire actuel dit encore "rigovernare le stoviglie" pour "laver la vaisselle" bien que cette expression ait beaucoup vieilli.

36 Célèbre est l'éloge aristocratique de la villa sise dans son cadre rustique, ilôt privilégié des riches, à l'écart de la cité affairiste et bruyante (III, p. 244-245) : ""combien sera le comble du bonheur le fait de demeurer (séjourner) dans cette villa : bonheur (félicité) inouï(e)... un véritable paradis ! "
L'assimilation est totale entre la connaissance de la terre et le sens de la civilisation (ibid. p. 246).

37 Voir la nuit - transition (entre le livre II et le livre III), III, p. 191, 1. 1-14 passée à transcrire en notes l'échange verbal des heures précédentes. Idem, III, p. 188, 1. 27-29 : "il me semble ainsi être plus utile à m'exercer ainsi en écrivant qu'en me taisant, fuyant le jugement de mes détracteurs".

38 I libri ... op. cit., Prologo, p. 14, 1-11 ; proemio, p. 189, 1.23 ; enfin livre IV, p. 425, 1.1-3.

39 Penser au titre très suggestif et collant aux réalités (plurielles) politiques de cette époque de l'ouvrage déjà très ancien de J. Luchaire : Les sociétés italiennes du xiiie au xve siècles, Paris, A. Colin, 1954.

40 La première formule est une réplique de Giannozzo, principal interlocuteur du livre III à propos de l'utilité du livre et de la vraie culture : "celui qui sait ne pas perdre de temps sait presque tout faire" (III, 261, 1.23-25) ; la formule se poursuit d'ailleurs et précise : "celui qui sait (bien) employer le (son) temps, celui-là sera le maître de tout ce qu'il voudra".
Quant à la seconde citation, elle est encore une réplique de Giannozzo s'adressant à la femme au foyer qui doit coûte que coûte fuir l'oisiveté : "que personne ne reste oisif... à la maison".

41 I libri... op. cit., livre III, p. 228, 1.31-32 (encore une réplique de Giannozzo).

42 Voir l'ouvrage fondamental de V. Lugli, I trattatisti della famiglia del Quattrocento, déjà cité (cf. note 27).

43 Sur la notion de l'autre, consulter les deux ouvrages tout récents consacrés à ce thème de la reconnaissance de la culture d'autrui ou du droit à la différence : Julia Kristeva, Etrangers à nous-mêmes, Paris, Fayard, 1988 ; Tzvetan Todorov, Nous et les autres, Paris, Seuil, 1988.

44 I libri..., op. cit., proemio p. 187, 1. 27-30.

45 L'artiste Leon Battista ne commence guère sa carrière avant 1450.

Auteur

Université Paul Valery Montpellier

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540