Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de parenté dans le monde médiéval

Realia - Moralia

Ab ovo : jumeaux, siamois, hermaphrodite et leur mère

Denis Hüe

Texte intégral

"I know what you’re thinking about," said Tweedledum ; "but it isn’t so, nohow."
"Contrariwise," continued Tweedledee, "if it was so, it might be ; and if it were so, it would be ; but as it isn’t, it ain’t. That’s logic."
Lewis Carroll, Through the looking-glass, chap IV.

1Réfléchir sur "les jumeaux au Moyen Age" peut paraître surprenant, étonnant. Cela peut sembler supposer qu’ils étaient alors différents de ceux que nous connaissons aujourd’hui, et que les travaux de psychanalystes comme R. Zazzo ou de romanciers comme R. Musil ou M. Tournier ne seraient pas opérationnels pour approcher cette gémellité médiévale. Suppositions qui, pour paradoxales qu’elles soient, me semblent s’approcher de la réalité.

  • 1 Cf H.Tournler, Les Météores, N.R.F 1975
  • 2 Cf L’homme sans qualités, spécialement les chapitres La soeur oubliée et Les jumeaux siamois

2Mais il faut prendre garde que, dans les exemples cités plus haut de gémellité chez des écrivains contemporains, la situation n’est déjà pas limpide : si Tournier1 nous propose deux frères, Jean et Paul, exactement ressemblants, et correspondant à l’image que nous nous faisons habituellement des jumeaux, chez Musil en revanche, c’est le frère et la soeur qui nous sont présentés2, d’une étrange ressemblance, et qui vont vivre des aventures incestueuses et narcissiques. Mais n’oublions pas qu’il ne s’agit pas ici de Jumeaux, puisqu’ils ont quelques années de différence : un des intérêts du travail de Musil est de nous faire oublier cet écart, de truquer son récit au point que ses affirmations sur la gémellité nous y paraissent tout à fait plausibles, alors qu’elles ne le sont pas.

  • 3 Cf Encyclopaedia Universalis, Article Jumeaux J, Schowing, R. Zazzo.

3La médecine moderne s’accorde aujourd’hui à distinguer les vrais jumeaux, homozygotes, nés d’un même spermatozoïde et d’un même ovule, des jumeaux hétérozygotes, nés quant à eux de deux ovules et de deux spermatozoïdes. Seuls les premiers peuvent présenter les traits de ressemblance parfaite que l’on associe habituellement aux Jumeaux. Des couples gémellaires, c’est-à-dire parfois composés d’un garçon et d’une fille sont, d’office, hétérozygotes et n’ont pas davantage lieu de se ressembler que des frères et soeurs3.

4Au Moyen Age, en revanche, l’on trouve, d’une part, des gens qui sans aucun rapport de parenté, offrent une ressemblance étonnante, par exemple Ami et Amile, d’autre part des jumeaux qui, eux, ne se ressemblent pas, ou dont la ressemblance ne semble pas particulièrement marquante.

5Il s’agissait pour mol de comprendre comment se pense, selon quelles catégories, ce double problème de la gémellité et de la ressemblance. Non pas "Qu’est-ce que des jumeaux au Moyen Age ?", mais plutôt "Comment pense-t-on les jumeaux alors ?"

6Paradoxalement, la question est beaucoup moins traitée qu’on ne pourrait le supposer. Les textes littéraires offrent beaucoup plus de ressemblances que de jumeaux, les encyclopédistes n’en parlent que rarement, les traités de médecine préfèrent s’étendre sur les blessures ou les épidémies plutôt que sur l’embryologie : ma récolte, assez maigre, est surtout hétéroclite, dans ses opinions et ses provenances comme dans sa datation. Il ne me sera donc pas possible de proposer une évolution du concept au cours du Moyen Age. Mais la rareté des renseignements m’invite à penser qu’il n’y a pas eu à proprement parler évolution ; tout au plus, certaines idées semblent être tombées en une relative désuétude, sans que celles qui les remplacent soient particulièrement neuves. C’est au travers, essentiellement, de trois représentations des jumeaux que je vais essayer de cerner la question. D’une part, les jumeaux présents dans les textes littéraires ; d’autre part, ce que peuvent nous apporter les écrits scientifiques et médicaux sur ce sujet ; enfin, j’essaierai de voir oe que peuvent nous proposer les représentations mythiques et hagiographiques des jumeaux. Rien n’est simple en la matière, on le devine. Toutefois, J’espère montrer et peut-être "mettre à plat" dans cet exposé la complexité d’un sujet qui intéresse autant la vie sociale que la vie individuelle, la science que l’imaginaire.

***

  • 4 Cf Bien dire et bien apprendre, Actes du Colloque organisé par le Centre d’Etudes Médiévales de Li (...)
  • 5 Cf Ed. J.L. Leclanche, C.F.M.A., 1983
  • 6 Ed. A. Hilka, Dresde, Halle 1912-1916, 2 volumes. Cf la thèse de 3e cycle de H. Legros L’amitié da (...)
  • 7 Ed. M. Pérez, Centre d’études médiévales et dialectales, Université de Lille III, sans date, pp 13 (...)

7Distinguons tout d’abord, et une fois pour toutes, la ressemblance de la gémellité : tous nos sosies, Ami et Amile4 comme Floire et Blancheflor5, ne sont en aucun cas liés par une quelconque parenté. En revanche, l’amour ou l’amitié amènent souvent nos héros à se ressembler, à se faire prendre l’un pour l’autre, comme c’est le cas dans Athis et Prophilias6, Ami et Amile ou même Sadius et Gallon dans le De nugis curlalum de Gautier Map7. Il y a là un lien de causalité difficile à déterminer. La ressemblance se forme par-fois au long de l’amitié, relayée par des déguisements, des armes échangées, ou bien elle apparaît comme un signe de prédestination de deux individus pour cette amitié. Il semble que, pour ce qui concerne les ressemblances merveilleuses, cette dernière hypothèse soit à retenir.

  • 8 Tite-Live, Ab Urbe condita libril, 4-6
  • 9 Le Livre de Mutacion de Fortune par Ch. de Pisan, ed S. Solente, S.A.T.F. 1964, Tome III, v 18404 (...)
  • 10 Ci nous dit, éd G. Blangez, S.A.T.F. 1979, p 230, ch 269

8En revanche, la gémellité n’entraîne, en aucun cas, la ressemblance, de visage ou de caractère. Si nous prenons les exemples les plus anciens, qu’il s’agisse de Romulus et Remus, ou bien d’EsaU et Jacob, il ne nous est spécifié pour les premiers aucun trait de ressemblance, ni chez Tite-Live8 ni dans des textes ultérieurs, comme par exemple le Livre de Mutacion de Fortune9 ou Ci nous dit, ce dernier nous les présentant simplement comme des frères en oubliant jusqu’à leur gémellité10 : quant aux seconds, la Bible Insiste sur leur dissemblance :

  • 11 Gn, 25, 25-26

Le premier sortit : il était roux et tout entier comme un manteau de poils ; on l’appela Esau. Ensuite sortit son frère et sa main tenait le talon d’Esaü ; on l’appela Jacob.11

9et le Mistere du Vieil Testament l’accentue encore :

  • 12 Mistere du Vieil Testament éd. J. de Rothschild S.A.T.F. 1879, t II. p 120, v 11642-11646

Isaac : Avez vous eu des enfans beaulx ?
Rebecque : Ouy, deux petis jouvenciaulx ;
L’ung qui est vellu, tout rousset,
Et l’aultre qui est tant doulcet
Que plus ne peult estre conceu.12

10Dans un cas comme dans l’autre, on peut attribuer ces dissemblances aux sources elles-mêmes, dans la mesure où elles veulent ici se placer sur le plan de l’histoire, d’une certaine forme de réalité hors de notre domaine. Il convient donc ici de nous placer sur un registre plus narratif, plus fictif, pour considérer ce que deviennent alors nos bessons.

11Le plus connu des textes littéraires qui présente des jumeaux est bien entendu le Lai du Fresne. Il demande, on le devine, à être étudié d’assez près. D’une part, il se présente explicitement comme un lai, d’autre part, il fait référence à une autorité relativement floue. Ici, l’expression :

  • 13 Lai du Fresne, Ed. Rychner, C.F.H.A. 1971, p 44, v 2

"Sulunc le cunte que jeo sai."13

12met bien l’accent sur l’aspect fictif de la source. Il est certain, bien sûr, que Marie utilise dans ce lai comme dans d’autres des motifs folkloriques ; mais la conjointure est sienne.

13Les premiers vers insistent, par leur construction régulièrement binaire, sur l’appariement de nos chevaliers :

  • 14 Ibid, vv 3-6

En Bretaine jadis maneient
Dui chevalier ; veisln esteient ;
Riche humae furent e manant,
E chevalier pruz et vaillant...14

  • 15 Ibid, v 14, 18

14Tout fonctionne ici en double, accentuant la charpente habituelle de la rhétorique, et nous annonce ce que le texte nous fera comprendre plus loin : ces seigneurs sont des amis, lorsque l’un sera père de jumeaux, il en avertira son "Bon velsln" et lui demandera d’être le parrain de l’un : "De sun nun le face nomer"15.

15On voit ici une façon traditionnelle d’intégrer et souder amitié, famille et famille spirituelle. Pour ces jumeaux, il y aura effectivement père et compère. L’épouse de ce dernier, que n’effleure pas la jalousie, réagira en posant un axiome de sagesse populaire :

  • 16 Ibid, vv 38-42

"Unques ne fu ne ja n’en iert
Ne n’avendrat cele aventure
Qu’a une seule porteüre
Une femme deus enfanz eit
Si dui humme ne li unt felt."16

16Axiome dont on sait qu’il fera son malheur : tancée dans un premier temps par son mari pour cette accusation d’adultère, elle se retrouvera elle-même grosse de deux filles :

  • 17 Ibid, vv 65-70

La dame kl si mesparla
En l’an meïsmes encelnta ;
De deux enfanz est encelntiee :
Ore est sa veisine vengiee !
Desqu’a sun terme les porta ;
Deux filles ot, mult li pesa !17

17Elle ne laissera pas de s’interroger sur le problème médical que pose cette situation inattendue :

  • 18 Ibid, vv 80-84

Kar jeo meïsme ne jugai,
de tutes femes mesparlai.
Dunc ne di jeo que unc ne fu
Ne nus ne l’avïum veü
Que femme deus enfanz eüst
Si deus humes ne coneüst ?18

  • 19 J. Chevalier, A. Gheebrant, Dictionnaire des syaboles Robert Laffont, 1982. Coudrier, p 293, Frêne (...)
  • 20 Fraxinus est arbor alta et procera, quae ad hastas optima est (...) Talis est Crux Christi, quia v (...)
  • 21 quadam vi naturali, ambae scissurae paulatim ad se invicem redibunt, et in unam virgam ilorum coib (...)
  • 22 op. cit. Lib. XII, cap. CV, p 521, col a

18On connaît la suite, qui renvoie, elle, à des motifs folkloriques déjà bien étudiés. Une de ces Jumelles sera abandonnée, munie des objets qui permettront de l’identifier, un anneau et une pièce de soie. Les deux soeurs reçoivent des noms parallèles : si l’on sait pourquoi Frêne s’appelle ainsi, car c’est dans le creux d’un arbre qu’elle a été recueillie, sa soeur est appelée "La Coudre", on ne sait à la suite de quoi. D’après le Dictionnaire des Symboles, toujours utile quoique dangereux dans ces situations, si le frêne est chez les Scandinaves l’arbre de l’immortalité et du savoir, le coudrier arbre de la fertilité devient au cours du Moyen Age associé à la luxure et aux pratiques diaboliques19. Cette première approche est renforcée par les textes médiévaux : chez Bersuire, le Frêne, idéal pour fabriquer des lances, éloigne les serpents ; semblable en cela à la Croix du Christ qui fait fuir les démons20. Quant au coudrier, sur lequel Vincent de Beauvais ne se rappelle pas avoir lu quoi que ce soit, il a la particularité, fendu en long de se ressouder, formant une cavité aux formes suggestives21, alors que la noisette est, pour Bersuire, une image de la dureté des hommes22. On peut remarquer que le parallélisme ici se déplace : nos sosies avaient des noms semblables jouant sur la paronomase, c’est ici sur un même registre, les arbres, aux connotations respectives bien différentes, que peut se jouer la similitude.

  • 23 Cf v 381-388
  • 24 v 383

19Frêne et Coudre se retrouveront en rivalité devant un même mari, et Frêne sera reconnue, in extremis, grâce aux objets confiés à sa naissance, et pourra épouser l’homme qu’elle aime. Ce qui nous retiendra, dans la scène de la reconnaissance, c’est que Frêne, bien observée par sa mère, éveille en elle une certaine sympathie, au point qu’elle regrette de mettre en concurrence avec elle sa propre fille23. Exemple bien sûr de la voix du sang, qui annonce la fin heureuse du lai, mais qui surtout, dans notre perspective, confirme que cette jeune fille n’a aucune ressemblance avec Coudre. Sa mère "l’ad mut esgardee"24, et pourtant ne la reconnaît pas. Au delà de toute considération littéraire ou folkloriste, on peut parvenir à une conclusion : les deux jumelles les plus célèbres de la littérature médiévale sont, en utlisant des termes modernes, hétérozygotes.

  • 25 Alphonse Bayot, Histoire de Gillon de Trasignyes et de Dame Marie, sa Femme Louvain, Paris, 1903.

20Les autres jumeaux de la littérature médiévale sont d’une certaine façon les héritiers de Fresne et de Coudre. Il s’agit des frères Jehan et Girart de l’Histoire de Gilion de Trasignyes et de Dame Marie, sa Femme. Le texte édité au début du xixe siècle, difficile d’accès, a été étudié par Bayot25 au début du siècle. Il a établi, très justement, que Gilion de Trasignyes est inspiré pour l’essentiel du lai d’Eliduc ; pour lui, la gémellité des deux frères ne serait qu’un motif secondaire, suscité par le lai de Fresne. Le roman, assez conventionnel, nous retiendra par plusieurs points. Avant de nous occuper de la naissance des jumeaux, nous pourrons observer un phénomène comparable à celui de Fresne : au niveau de la narration, la situation est assez constamment binaire.

21Il n’est sans doute pas inutile, étant donné le côté confidentiel du texte, de rappeler succinctement ce qui s’y passe :

22Apprenant que sa femme est enfin enceinte, Gilion, part à Jérusalem, est fait prisonnier sur le retour ; il a fait, notons-le, avant son emprisonnement, un rêve prémonitoire à la fin duquel, sauvé par deux oiseaux, la branche sur lequel est son nid branle si fort qu’il se réveille ; sauvé de la mort par la belle païenne Gracienne, fille d’Isore de Damas, il devient le sauveur du pays et de son père le Soudan et reste de nombreuses années à la cour de Babylone. Venu du Hainaut, un messager félon qui désirait Dame Marie lui fait croire que celle-ci est morte. Gillon épouse Gracienne. Plus tard, les deux enfants Jumeaux de Gillon et de Marie partent à sa recherche, et après diverses aventures, le retrouvent. Ils repartiront en Hainaut, Gracienne et Marie feront assaut d’abnégation et se retireront toutes deux en un couvent ; quant à Gilion, il retournera à Babylone sauver une dernière fois son beau père, et mourra pendant la bataille. Son coeur, ramené dans sa patrie, reposera entre les tombes de ses deux femmes.

  • 26 Histoire de Gillon de Trasignyes et de sa dame Marie, éd. O.L.B. Wolff, Leipzig, 1839. p 7
  • 27 id, p 20 et p 97.
  • 28 id, p 137.
  • 29 id, p 144

23Ainsi, Gillon passera son existence entre deux femmes, deux protecteurs, le comte de Hainaut à qui il confie Marie à son départ26 et le Soudan de Babylone. Il est emprisonné deux fois, une fois à Babylone, une autre fois à Tripoli, capturé par un sarrasin ennemi du Soudan, Fabur de Moryenne27. Enfin, il est père de Jumeaux. Jumeaux qui, de surcroît, vivront les mêmes aventures que lui. Suivant en effet les traces de leur père, après leur passage à Jérusalem, ils se font attaquer en mer. L’un et l’autre seront emprisonnés. La belle Natalie sauvera la vie de Girart28, et Jehan est emprisonné à Tripoli dans la même geôle que son père29.

24Il n’y a pas, loin de là, de nécessité structurale à ce que les enfants de Gillon soient des Jumeaux. En fait, un seul héros pourrait vivre les aventures qu’ils se partagent, à preuve Gillon lui-même. Il semble que les frères soient induits par tout le système binaire qui régit l’équilibre même du récit : deux enfants, au même titre que deux épouses. Ces enfants font peut-être figure de prolepse, puisque l’on sait, avant de connaître la belle Gracienne, que dame Marie les attend, et que ce sont des jumeaux. Mais que l’on ne s’y trompe pas : la gémellité est la seule façon honorable pour dame Marie d’avoir deux enfants naissant après le départ de leur père. — Remarquons à ce propos que qu’aucune justification ne vient commenter cette naissance, comme si, depuis le monde du lai du Fresne, il était dorénavant acquis que la naissance gémellaire ne provient pas d’un adultère. Quoi qu’il en soit, les jumeaux Girart et Jehan ne sont, en aucun endroit du texte, spécifiés comme, ressemblants. Egalement courageux, certes, mais aux motivations et aux caractères différents :

  • 30 id, p 62

...Pour faire aucun esbatement faisons crier unes joustes sur tonneaulz. Si donnerez vous ung pris aux mieulx faisant mais je vueil que les petis enfans viengnent crier apres moy tra-signyes et apres vous on crira horlammont. Quand gerard entendi les parlers de son frere aisne moult courtoisement lui respondi et dist : Mon frere sachiez puis que j’ay bon cheval corant et hardi Ja n’aviendra que en ceste place ne sur ton-neaulz Je volse jouster pour faire ris a ceulx qui nous pour-rolent bien tumber.30

25Leur bravoure, à leura débuta tout au moins, ne semble s’exercer qu’en se relayant, comme à contretemps. Des frères, l’un est l’aîné, l’autre le cadet, de façon semble-t-il évidente pour eux-mêmes, ausai indiscutable en tous cas que s’ils n’étalent pas jumeaux.

26Ainsi, une première concluaion semble s’imposer : pour l’homme médiéval, et cela de Marie de France au moins Jusqu’au xve siècle, la gémellité ne semble pas poser de problème particulier, pour ce qui concerne les enfanta eux-mêmes. C’est dans une autre perception des choses qu’il noua faudra pouaser nos recherches. Comment, en effet, sont conçus ces Jumeaux ? Y a-t-il quelque chose qui puisse expliquer, dans la mentalité médiévale, comment ce type de naissance peut avoir lieu ?

  • 31 Op. Cit. p 57.

27L’hypothèse de l’adultère, on l’a vu, ne tient pas. Pour ce qui est des jumeaux de Traslgnyes, les indices sont plus intéressants. Le nom même de Traslgnyes, selon une étymologic populaire relevée par Bayot31, signifierait "Treize Nés". Nos Jumeaux seraient ainsi non pas le dédoublement d’une naissance unique, mais une version "économique" d’une naissance multiple. Cette hypothèse serait fragile si elle ne l’appuyait que sur une étymologie dont on ignore l’origine et l’ancienneté ; mais elle est confirmée toutefois par le texte même du roman. En effet, si la soif d’enfant prend dame Marie, c’est après avoir regardé dans les "fossez du chastel" :

  • 32 id, p 4.

Si choisy en l’eaue grant foison poisson nouant. Entre plu-seurs elle vey une grosse carpe qui a tour d’elle avoit grant foison de petis carpeaulx. Les uns devant elle aloyent saillant, les aulcuns de coste, les aultres tournoyent le ventre desure, les aultres ouvroyent la bouche pour avoir air. Dont il sembloit a la dame que la carpe prenolt plaisir a avoir son foursin.32

28Gilion remarquant son émotion, elle lui raconte la scène à laquelle elle vient d’assister :

  • 33 ibid.

Choisy dedens l’eaue noant ung poisson et [que] apres et autour de luy aloit noant grant foison de petls poissons. Dont elle estoit mere...33

29Cette répétition nous met bien sûr dans la situation binaire que nous ne pouvons pas abandonner. Mais surtout, elle insiste sur le foisonnement des carpeaux. Peut-on imaginer que cette abondance et le désir qu’elle engendre soit à l’origine même de la naissance multiple ? Pour répondre, ou plutôt pour donner des éléments de réponse a cette question, il nous faut maintenant nous pencher sur les textes médicaux.

  • 34 Item in feminis uterus in duas se dividit partes, quae in diversua diffusas ac reflexae, circumpli (...)
  • 35 cf par exeaple chez H. de Mondeville : La latrice n’a chez la feue que deux cavités ou cellules ; (...)

30La première question que se posent les savants du Moyen Age, avant même le problème de la naissance multiple, est celui de la forme des organes génitaux féminins. Ils sont généralement perçus comme le symétrique, en creux des organes masculins. Si, pour Lactance, ils se présentent comme une sorte de front de bélier, avec deux cornes, en creux,34 dans lesquels vont pouvoir se loger le ou les foetus, l’image que nous en donnent les autres textes est, à défaut d’autre chose, moins étrange. Ainsi, cohabitent deux écoles. L’une, qui considère que l’homme et la femme sont en tout point semblables au cochon et à la truie, va décréter que la matrice de la femme comporte sept cavités. L’autre, que s’il y a sept cavités chez la truie, c’est qu’elle a sept mamelles — sept paires probablement — et que par conséquent la femme ne devrait en avoir que deux.35

  • 36 "et pour ce fu dite "vulva", de "volvo", que vaut a dire tournoyer en vertillon" Placides et Timeo (...)
  • 37 cf Par exemple Lactance, loc. cit. : Quae pars in dextram retorqueretur, masculina est ; qua in si (...)

31Cette question nous intéresse au premier chef, dans la mesure où, pour l’homme médiéval, il ne saurait y avoir plus d’enfants qu’il n’y a de cavités. Paradoxalement, dans les attitudes courantes, les deux formes coexistent. La matière spermatique de l’homme et de la femme, après avoir été mêlée dans une sorte de shaker, la vulve — d’où son nom36, est jetée d’un côté ou de l’autre de la matrice — ou "mère" —. A gauche, elle donnera naissance a une fille ; à droite, à un garçon37 ; le grossissement du sein correspondant permettra de savoir de quel sexe est l’enfant attendu. En cas de grossesse multiple, l’affaissement du sein correspondant permettra de savoir quel enfant est mort in utero, du garçon ou de la fille : on le voit, le monde est bien fait. Toutefois, il arrive que l’on ait des triplés ou davantage. C’est alors que l’image d’une matrice à sept cavités prend le relais : les trois cavités de gauche donneront naissance à des filles, les trois cavités de droite a des garçons. Celle du centre étant réservée, comme il se doit, aux hermaphrodites.

32Les textes médicaux ne mettent jamais explicitement ces descriptions anatomiques en rapport avec les naissances multiples : il parait toujours logique que naissent alors un garçon et une fille, répartis équitablement dans la matrice. On ne mentionne pas, même dans les traités féminins que J’ai pu consulter, de grossesse gémellaire d’enfants du même sexe. Au point que, dans une illustration que l’on trouve dans le Ms B.N. lat. 7056 qui nous présente des foetus dans leurs matrices, illustration rehaussée d’organes génitaux à une époque plus tardive — d’après l’encre je penserais à la fin du xve siècle — un seul des jumeaux représentés hérite des attributs virils.

  • 38 P. Boaistuau : Histoire prodigieuses extraites de plusieurs fameux auteurs, grecs et latins, sacre (...)

33Au delà de ces questions anatomiques, il convient de rappeler que, pour le savant, au Moyen Age comme à la Renaissance, en retard pour cela sur Marie de France et la tradition populaire, la naissance multiple est le fruit d’une activité sexuelle débordante. Boaistuau raconte au xvie siècle l’antique histoire de cette fille publique qui accouchant de septuplés comprenait enfin l’énormité de sa vie38 ; Albert Le Grand renvoie la faute sur les deux sexes :

  • 39 In omnibus tamen locis habitationis humanae mulieres in majori parte pariumt foetum unum. Sed in q (...)

Dans tous les endroits habités par l’homme les feaaes pour la plupart ne donnent naissance qu’è un enfant. Mais dans quelques endroits peu noabreux, elles accouchent souvent de jumeaux, a cause de l’abondance d’huaeur séminale qui naît dans les corps des êtres humains a ces endroits, comme par exemple en Égypte : d’où il s’ensuit que la race égyptienne doit être luxurieuse...39

  • 40 ibid.
  • 41 a veridico et experto medico, ibid.

34Il est amusant de remarquer qu’è la suite de ces remarques, Albert le Grand nous donnera des exemples de grossesses multiples pour la plupart allemands, comme celui de cette noble dame d’Allemagne qui en douze fois accoucha de soixante enfants, cinq è chaque fois40. Le record absolu reste toutefois è cette autre noble dame allemande qui accoucha de cent-cinquante enfants en une seule fois, au point qu’elle pensait que des vers sortaient de sa matrice. Ils étaient gros comme le petit doigt d’un homme, et plusieurs présentaient des signes de vie. Le tout est attesté par un médecin rencontré par Albert le Grand, homme véridique et expérimenté41.

35Comment expliquer une grossesse gémellaire, au delà de ces cas qui relèvent de la tératologie ? La plus simple des explications, c’est Placidès et Timeo qui la donne :

  • 42 Placides et Timéo, Ed. C.A. Thomasset, Droz 1980, p 142, 307. Il faut rappeler ici le Commentaire (...)

...Quand le sperae s’efforce, puis qu’il est volumés ensaable, si prent tant de voies comme il entreuve plus pres des receptacles, et aucunes fois les prent toutes. Et tant coaae il en prent et aatere habonde, se assés vient nourrlsseaens, tant fourme nature de bestes ou d’enfans...42

36La naissance multiple est donc due à un excès de matière spermatique. C’est une explication qui semble avoir eu une certaine popularité, puisque le mot de gemelli, quand il se trouve chez Vincent de Beauvais, renvoie à des frères jumeaux certes, mais siamois : la surabondance de matière spermatique n’était pas suffisante pour donner naissance a deux enfants.

  • 43 "La fame puet porter en une ventrée .vij. enfans ensamble car la mere de l’enfant si a .vij. chamb (...)
  • 44 Placides, 281.

37Une autre explication est avancée pour expliquer la naissance de jumeaux, c’est celle de la superfétation, c’est-à-dire de la faculté de concevoir alors que l’on porte déjà un enfant. On la retrouve très détaillée dans le Sidrach43. Le principe en est que l’utérus ne se referme pas immédiatement après la fécondation, et que, si dans les heures qui suivent, il y a de nouveaux rapports, ils peuvent donner lieu à une nouvelle conception. Cette possibilité théorique, même si elle prête à controverse pendant le Moyen Age lui-même — Le Placides la conteste formellement44 — permet de rendre compte de bien des choses, bien des éléments qui surprennent autour des jumeaux.

38La tradition qui veut que les femmes luxurieuses et/ou adultères enfantent des jumeaux ne peut s’expliquer autrement de façon rationnelle, et la naissance multiple ne saurait être considérée comme le signe d’une volonté divine : les textes littéraires, pas plus que les textes médicaux, n’y renvoient un seul instant. Tout au plus, à propos du lai du Fresne, pourrait-on voir une punition divine dans le fait que la femme médisante conçoit des Jumeaux.

39On sait par ailleurs, et c’est un problème que bien plus tard soulève longuement l’article Jumeaux de l’Encyclopédie, que c’est le dernier né des jumeaux qui se trouve être juridiquement l’aîné. C’est, Je pense, la théorie de la superfétation qui peut expliquer ce paradoxe : le premier enfant conçu se trouve, par la force des choses, repoussé au fond de la matrice, et ne peut venir au monde qu’après l’accouchement du premier.

40On sait aussi que, si Ami et Amile se ressemblent étrangement, c’est parce qu’ils furent conçus exactement au même instant. Tout se passe comme si les conjonctions astrales comptaient davantage que l’hérédité, et que cette seule exacte similitude au moment de leur conception entraînait, de fait, leur ressemblance. Ainsi, si les Jumeaux ne se ressemblent pas, c’est parce qu’ils ont été conçus à des moments différents, sous un ciel différent.

  • 45 ibid, col b.

41Une autre théorie que développe le Sidrach45, légèrement différente, Insiste sur l’imagination de l’homme ou de la femme au moment de la conception : celui qui pense fortement à telle ou telle personne peut, par la seule force de sa pensée, amener son enfant à lui ressembler. Ainsi s’expliqueraient les dissemblances des jumeaux. Ainsi pouurait-on peut-être comprendre le fait que les deux pères du Fresne, extrêmement liés et comme fraternels, conçoivent chacun des Jumeaux, et que dame Marie fasse de même, elle qui désirait tant une grande famille.

  • 46 Ms B.M. Lille 453, f 219 sq.

42Jamais toutefois, il faut insister là-dessus, les textes ne sont clairs sur ce propos. Les Jumeaux font partie des étrangetés, des mirabilia que l’on a du mal à concevoir, et, en tout état de cause, à intégrer dans un système de pensée. Peut-être faut-il pour mener à bien cette analyse, et devant la leçon déroutante que l’on est contraint de tirer de ce qui précède, s’interroger sur d’autres jumeaux exemplaires, Jumeaux mythiques par excellence : les saints jumeaux d’une part, les Gémeaux de l’autre. Signalons, pour mémoire, et sans qu’il soit possible de se pencher ici sur son histoire, Saint Donatien, dont les aînés étaient des septuplés, et qui naquit quant à lui d’une portée de nonuplés. C’est hélas le seul saint de sa famille46

43Il existe, essentiellement, trois paires de Saints Jumeaux. D’une part, Crépin et Crépinien, d’autre part, Gervais et Protais ; enfin, Corne et Damien.

44Sur Crépin et Crépinien, on ne sait que peu de choses. Juste, qu’ils furent cordonniers, martyrs à Soissons en 287. Grégoire de Tours atteste qu’on leur rend un culte, dès donc le vie siècle, mais leur légende semble prendre forme tardivement, probablement au xe siècle.

  • 47 On lit d’ailleurs : "Nous avons sur nos deux martyrs une Passion romancée qui appartient au cycle (...)
  • 48 id, p 867

45Je ne serais pas étonné, pour ma part, qu’il s’agisse là de saints totalement apocryphes47. La ressemblance de leurs deux noms, le fait qu’ils forment paire, que ce sont principalement des souliers qui leur servent d’attribut alors même qu’ils sont les patrons des cordonniers, et qu’il y a "harmonie préétablie entre leur nom et la sandale, en latin crepida, en grec crêpis"48 tout cela me semble correspondre trop parfaitement à une profession qui par nature ne peut travailler dans l’unité.

  • 49 Jacques de Voragine, La légende Dorée, Ed et Trad J.-B. H. Roze, Garnier Flammarion 1967, I, pp 39 (...)

46Gervais et Protais sont mentionnés, de façon rapide, dans la Légende Dorée49. Frères jumeaux, ils souffrirent le martyre sous Néron, en 57. Rien ne semble marquer leur gémellité dans leur vie. Mais le récit de l’invention de leurs reliques est assez intéressant. Ils apparaissent, quelques siècles après, en pleine nuit :

  • 50 op. cit. p 400

Saint Ambroise était en oraison dans l’église des saints Nabor et Félix. Il n’était ni tout à fait éveillé ni entièrement endormi lorsque lui apparurent deux jeunes gens de la plus grande beauté, couverts de vêtements blancs composés d’une tunique et d’un manteau, chaussés de petites bottines et priant avec lui les mains étendues. Saint Ambroise pria, afin que si c’était une illusion, elle ne se reproduisit plus, mais que, si c’était une réalité, il eût une seconde révélation.50

47Cette deuxième apparition a évidemment lieu, et permettra, avec une intervention supplémentaire de saint Paul, d’exhumer les corps de nos saints frères. Il semble qu’on leur attribue des pouvoirs particuliers, d’ordre essentiellement médical, ce qui n’était pas leur spécialité auparavant. En effet, les trois miracles que cite Jacques de Voragine ont rapport avec la restitution de la vue. Un aveugle, touchant leur tombe, recouvre la vue, un autre de même, au témoignage de Saint Augustin, qui raconte encore qu’un homme possédé par le démon, exorcisé dans cette église, vit son œil, presque arraché par ce dernier et tant bien que mal remis en place, guérir en quelques jours. Il est intéressant de voir ces jumeaux se spécialiser en quelque sorte autour d’un organe double, les yeux, comme s’il y avait, magiquement, une association d’une binarité à l’autre. Notons, incidemment, qu’un des éléments iconographiques des Saint Gervais et Protais est l’arbre de part et d’autre duquel ils furent martyrises.

  • 51 Ibid, t II, pp 227-229

48Pour Come et Damien, la chose est plus complexe et intéressante. Jacques de Voragine leur consacre un chapitre entier de la Légende Dorée51. Les frères sont jumeaux, médecins, et ont eux mêmes trois autres frères. En tant que médecins, leurs spécialités sont plus larges bien sûr que celles de Gervais et Protais, avant et après leur mort. Mais leur martyre est intéressant. En effet, c’est aux mains et aux pieds qu’ils sont tourmentés ; comme ils rient de ces tourments, on les jette à la mer. Un ange alors les sauve et les ramène devant le tribunal. Ayant vu cela, le président veut apprendre les maléfices dont ils font usage :

  • 52 ibid, p 228

A peine eut-il parlé ainsi que parurent deux démons qui le frappèrent très rudement au visage.52

49Ainsi nos saints sont eux aussi marqués par une certaine binarité dans leurs supplices. Le schéma habituel des vies de saints se poursuit, ils résistent victorieusement a toutes sortes de supplices, jusqu’à être tout simplement décapités, avec leurs trois frères. Si l’on ne parle plus ensuite de ces derniers, on précise que Come et Damien sont enterrés côte à côte, et c’est un même culte qui leur est rendu.

50Les miracles des saints Côme et Damien sont d’ordre médical, on peut le deviner. Ils guérissent un homme qui avait avalé, pendant son sommeil dans les champs, un serpent. Ils sauvent une femme dont le mari est parti en voyage et qu’un diable veut tuer. Enfin, ils remplacent la jambe malade de gangrène d’un des serviteurs de leur église, par la jambe d’un Ethiopien mort peu de temps auparavant.

51On retrouve dans ces détails une sorte de constante qui renvoie, par des sentiers détournés, à la sexualité. Je retrouve ici les remarques qu’avait faites R. Zazzo sur le problème de la gémellité : qu’il s’agisse d’inceste, comme apparemment dans les œuvres récentes, de l’ambiguïté des sexes, ou tout simplement de métaphores psychanalytiquement parlant transparentes comme la jambe ou le serpent de Côme et Damien, ou même l’arbre de Saint Gervais et Protais, il semble que tout ici concoure vers ce registre.

52De fait, même, si l’on reconsidère le corpus des textes que nous avons abordés, l’insistance a été portée tantôt sur l’adultère, tantôt sur le désir d’enfant, tantôt sur les modalités mêmes de la conception. D’une certaine façon, la naissance de jumeaux n’est jamais innocente, elle révèle toujours chez la mère, parfois chez le père, des composantes particulières.

  • 53 On peut trouver ces renseignements, par exemple, dans le Robert des Noms Propres.

53Il nous est maintenant aisé de conclure en analysant les représentations des Gémeaux, de Castor et Pollux. Ces deux enfants, nés on le sait d’un œuf, sont généralement appelés les Dioscures, ce qui signifie pour tout un chacun les enfants de Zeus. La chose se complique quand on sait que, dans l’Antiquité, ils furent aussi appelés les Tyndarides. Eclaircissons rapidement cette question : Dans une première version, Léda serait effectivement la mère de deux œufs, contenant chacun des jumeaux. Mais un de ces œufs serait le fruit des amours de Tyndare, et lui aurait donné Castor et Clytemnestre ; l’autre, contenant Pollux et Hélène, venant des œuvres de Jupiter. Ici, Castor et Pollux ne seraient somme toute que des demi-frères. Une deuxième version voudrait que, après avoir convolé avec Léda, Jupiter poursuive de ses assiduités Némésis, laquelle se serait transformée, pour éviter la concupiscence de Jupiter, en oie blanche. Mal lui en prend, évidemment, et elle serait la mère du deuxième œuf, confié aux bons soins de Léda53. Ainsi, dans le meilleur des cas, Castor et Pollux ne seraient que demi frères ayant le même père, n’auraient, dans la pire des possibilités, d’autre point de similitude que d’être également sortis d’un œuf.

54On voit que les choses ne sont pas simples, loin de là, et que ce qui aurait pu représenter à nos yeux l’archétype évident de la gémellité se teinte de nuances insoupçonnées. Qui est jumeau, dans l’histoire ? L’un est mortel, l’autre immortel, ils ne sont au mieux que demi frères, et c’est eux pourtant que représentent tous les Zodiaques comme l’image même de la gémellité. Certes, l’on pourrait dire qu’il ne s’agit là que de versions antiques mal connues du Moyen Age, très simplificateur en matière de mythologie. Ce serait une solution reposante : la réalité est tout autre.

  • 54 Cf R. Boyer, E. Lot-Falck, Les religions de l’Europe du Nord, Fayard-Denoël 1974, p 79 sq

55Revenons à Castor enfin. Dieu cavalier, toujours représenté à cheval, il peut bien sûr être perçu comme un symbole de virilité, surtout par contamination avec les traditions Scandinaves (qu’on pense par exemple à la Völsa Tháttr54) où le cheval a ce rôle. Mais son nom renvoie à un animal qui a la particularité d’avoir des testicules internes, et dont la tradition veut qu’il s’émascule quand il est poursuivi : le castor se castre. Cette double signification contradictoire explique peut-être certains des éléments qui suivent.

56Un rapide repérage, sur quelques hommes astronomiques du Moyen Age, nous permet de voir que toutes les possibilités, toutes les figures possibles et impossibles de la gémellité au sens médiéval sont explorées. Après deux exemples relativement anciens, le Manteau de Bamberg où l’on voit deux hommes armés pour représenter les Gémeaux, et le Jardin des Délices où ces deux "frères" se combattent, on trouve, successivement, des jumeaux asexués et plutôt féminins, des jumeaux des deux sexes, des jumeaux garçons, des jumeaux filles, et même des siamois.

  • 55 Vincent de Beauvais, Speculum Historiale, Lib XVII, cap. LXIV : Sigebertus in Chronicis : Eo tempo (...)
  • 56 Ms B.N. Lille 356, f 55 v.

57Que faut-il conclure ? Qu’il n’existe pas de jumeaux homozygotes au Moyen Age ? Autant vaudrait dire alors qu’il existait des femmes susceptibles d’engendrer cent-cinquante enfants. Ils existaient certainement, peut-être moins qu’aujourd’hui, où, dit-on, la pilule perturbe les lois de la génétique. Ce qui apparaît surtout, c’est de façon étonnante, l’impossibilité chez l’homme médiéval de concevoir simultanément une naissance multiple et une ressemblance absolue. Pour lui, la notion de jumeau englobe également l’hétérozygote, l’homozygote et le siamois. Mais, si ce dernier seul est merveilleux, c’est-à-dire digne d’être mentionné, c’est, semble-t-il de façon exceptionnelle. Il est caractéristique de voir chez Vincent de Beauvais un seul exemple de frères jumeaux, et encore, ce sont des siamois55 : on peut supposer qu’il y en a eu davantage au cours de l’ère chrétienne. Boaistuau, au contraire, en signale de nombreux exemples, auxquels à chaque fois il accorde un chapitre entier de son recueil. Les jumeaux, plutôt que d’être le même comme on le pense aujourd’hui, ne seraient-ils pas l’un et l’autre, des marques de différences chargées de rendre compte de l’écart ? Un manuscrit de Lille56 représente de façon étonnante des jumeaux comparable à ceux que l’on vus. Garçon et fille, au sexe à peine esquissé ; mais le visage le plus féminin semble recevoir des organes virils ; et réciproquement. En même temps qu’ils sont jumeaux, ne seraient-ils pas cet androgyne, l’hermaphrodite, l’être du milieu, participant de l’un et de l’autre, figures de mondes virtuellement accomplis et complets dès que l’union des sexes comble l’écart ?

58Tout se passe donc comme si cette fraternité, cette similitude échappait aux catégories médiévales pour apparaître vers la Renaissance. Un Michel Foucault trouverait ici matière sans doute à montrer une des étapes de la naissance de l’individu. Je ne sais ; quoi qu’il en soit, c’est autour du théâtre Elizabéthain, avec entre autres cette étrange pièce qu’est la Nuit des Rois qu’apparaîtront des jumeaux que l’on prend l’un pour l’autre, jumeaux épicènes qui éveillent chacun des désirs contre nature, le Duc étrangement amoureux de Viola déguisée en homme, Antonio passionnément amoureux, cette amour est-elle aussi pure qu’il le dit, du jeune Sébastien. Ressemblance et différence, jeu du miroir et du désir, de l’autre et de l’un : ces catégories baroques, le Moyen Age, qui les vit, ne se soucie pas de les penser.

59Je tiens à remercier Ici Mmes F. Fery et A.F. Labié, de l’I.R.H.T. pour l’aide et les renseignements qu’elles m’ont donnés.

BN MS Lat 7028 (f 154). Début xie siècle

BN MS Lat 7028 (f 154). Début xie siècle

BN Ms All. 124 (f 146 v). xve siècle

BN Ms All. 124 (f 146 v). xve siècle

TRES RICHES HEURES DU DUC DE BERRY MUSEE CONDE, CHANTILLY (f 14 v) xve siècle

TRES RICHES HEURES DU DUC DE BERRY MUSEE CONDE, CHANTILLY (f 14 v) xve siècle

BN MS Gr 2419 (f 1) Constantinople, xve siècle

BN MS Gr 2419 (f 1) Constantinople, xve siècle

Notes

1 Cf H.Tournler, Les Météores, N.R.F 1975

2 Cf L’homme sans qualités, spécialement les chapitres La soeur oubliée et Les jumeaux siamois

3 Cf Encyclopaedia Universalis, Article Jumeaux J, Schowing, R. Zazzo.

4 Cf Bien dire et bien apprendre, Actes du Colloque organisé par le Centre d’Etudes Médiévales de Lille III, le 14 Novembre 1987, à Villeneuve d’Ascq, sur Ami et Amile, spécialement pp 12-13

5 Cf Ed. J.L. Leclanche, C.F.M.A., 1983

6 Ed. A. Hilka, Dresde, Halle 1912-1916, 2 volumes. Cf la thèse de 3e cycle de H. Legros L’amitié dans Athis et Prophilias, tentative pour reconstituer la genèse d’un sentiment moderne Caen, 1977.

7 Ed. M. Pérez, Centre d’études médiévales et dialectales, Université de Lille III, sans date, pp 136-154

8 Tite-Live, Ab Urbe condita libril, 4-6

9 Le Livre de Mutacion de Fortune par Ch. de Pisan, ed S. Solente, S.A.T.F. 1964, Tome III, v 18404 sq

10 Ci nous dit, éd G. Blangez, S.A.T.F. 1979, p 230, ch 269

11 Gn, 25, 25-26

12 Mistere du Vieil Testament éd. J. de Rothschild S.A.T.F. 1879, t II. p 120, v 11642-11646

13 Lai du Fresne, Ed. Rychner, C.F.H.A. 1971, p 44, v 2

14 Ibid, vv 3-6

15 Ibid, v 14, 18

16 Ibid, vv 38-42

17 Ibid, vv 65-70

18 Ibid, vv 80-84

19 J. Chevalier, A. Gheebrant, Dictionnaire des syaboles Robert Laffont, 1982. Coudrier, p 293, Frêne, p 467

20 Fraxinus est arbor alta et procera, quae ad hastas optima est (...) Talis est Crux Christi, quia vere ipsa est hasta vela lancea ad impugnandua hostes spirituals, nam serpentes, ide est daemones, eam fugent. Bersuire, Reductorium Morale Ed J. Keerberg, 1609, Lib III, cap LVI, p 502 col a.

21 quadam vi naturali, ambae scissurae paulatim ad se invicem redibunt, et in unam virgam ilorum coibunt. Vincent de Beauvais, Speculum Naturae, Douai, 1624, Lib. XIII, cap. X, col 952.

22 op. cit. Lib. XII, cap. CV, p 521, col a

23 Cf v 381-388

24 v 383

25 Alphonse Bayot, Histoire de Gillon de Trasignyes et de Dame Marie, sa Femme Louvain, Paris, 1903.

26 Histoire de Gillon de Trasignyes et de sa dame Marie, éd. O.L.B. Wolff, Leipzig, 1839. p 7

27 id, p 20 et p 97.

28 id, p 137.

29 id, p 144

30 id, p 62

31 Op. Cit. p 57.

32 id, p 4.

33 ibid.

34 Item in feminis uterus in duas se dividit partes, quae in diversua diffusas ac reflexae, circumplicantur, sicut arletis cornua. in Lactance De Opificio Dei, ch XII, Patr. lat. VII, col 53 sq.

35 cf par exeaple chez H. de Mondeville : La latrice n’a chez la feue que deux cavités ou cellules ; les autres animaux ont autant de cellules qu’ils ont de bouts de mamelles. Chirurgie de Maître Henri de Nondeville, trad. et éd. E. Nicalse, Paris, 1893, p 75

36 "et pour ce fu dite "vulva", de "volvo", que vaut a dire tournoyer en vertillon" Placides et Timeo, 255 ed C.A. Thomasset, Droz T.L.F. 1980, p 115

37 cf Par exemple Lactance, loc. cit. : Quae pars in dextram retorqueretur, masculina est ; qua in sinistram foemina, et aussi Les secrez de dames : "Alixandre dit que la femme porte le filz au costé dextre et la fille au costé senestre. Et pour ce il advient que quant elle meut la semence au milieu de la mere et la mescle va au costé dextre, il est de nature fameuse. Et la femelle du costé senestre, elle est de nature homasse.
Ms B.N. Fr 19 994, f 162 v.

38 P. Boaistuau : Histoire prodigieuses extraites de plusieurs fameux auteurs, grecs et latins, sacrez & profanes, aises en nostre langue par... Paris, Charles Macé, 1575, f 142 v sq

39 In omnibus tamen locis habitationis humanae mulieres in majori parte pariumt foetum unum. Sed in quidam paucis locis frequenter pariunt geminos, propter nultitudinem humoris seminalis qui nascitur in corporibus hominum in locis illis, sicut si in Aegypto : propter quod etiam luxuriosam necesse est esse gentem Aegyptiam. Albert le Grand, De Animalibus, Livre IX, traité I, chapitre V, Ed. Prost, Huguetan, Rigaud, De Lagarde, Lyon 1651, page 291

40 ibid.

41 a veridico et experto medico, ibid.

42 Placides et Timéo, Ed. C.A. Thomasset, Droz 1980, p 142, 307. Il faut rappeler ici le Commentaire très riche du Placides qui complète cette édition, Droz, 1982.

43 "La fame puet porter en une ventrée .vij. enfans ensamble car la mere de l’enfant si a .vij. chamb//res et en chascune puet avoir un enfant si com la voulentez Dieu veult. Et après la nature de la fame le requiert, car si cile est de chaude complexion et desirrant d’ome, une ou .ij. ou .iij. des chambre se en envient et quent li hons gist a lui et la semance chiet dedans et cile se clot seur lui et se il a autres chambres ouvertes et il gist lui autre fois celle nuit ou celle jour ou l’endemain ou le second jour (et plus non) et la semance chiet dedans et cile se clot seur lui si se forme li anfes. Sidrach, Ms B.N fr 1161, f 38 v, col a.

44 Placides, 281.

45 ibid, col b.

46 Ms B.M. Lille 453, f 219 sq.

47 On lit d’ailleurs : "Nous avons sur nos deux martyrs une Passion romancée qui appartient au cycle de Rictiovar, persécuteur inventé par les hagiographes..." in Vies des Saints et des Bienheureux..., par les RR PP Bénédictins de Paris, Tome X, Octobre, Letouzey et Ané, 1952, p 866

48 id, p 867

49 Jacques de Voragine, La légende Dorée, Ed et Trad J.-B. H. Roze, Garnier Flammarion 1967, I, pp 398-401.

50 op. cit. p 400

51 Ibid, t II, pp 227-229

52 ibid, p 228

53 On peut trouver ces renseignements, par exemple, dans le Robert des Noms Propres.

54 Cf R. Boyer, E. Lot-Falck, Les religions de l’Europe du Nord, Fayard-Denoël 1974, p 79 sq

55 Vincent de Beauvais, Speculum Historiale, Lib XVII, cap. LXIV : Sigebertus in Chronicis : Eo tempore in Castello Judeae Emmaus natus est puer perfectus at umbilico, & sursum divisas, ita ut haberet duo pectora & duo capita... Douai 1624, p 676, col a.

56 Ms B.N. Lille 356, f 55 v.

Table des illustrations

Titre BN MS Lat 7028 (f 154). Début xie siècle
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3077/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre BN Ms All. 124 (f 146 v). xve siècle
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3077/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 443k
Titre TRES RICHES HEURES DU DUC DE BERRY MUSEE CONDE, CHANTILLY (f 14 v) xve siècle
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3077/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Titre BN MS Gr 2419 (f 1) Constantinople, xve siècle
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/3077/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 196k

Auteur

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540