Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de parenté dans le monde médiéval

Realia - Moralia

Histoire, droit et morale du lignage dans l'œuvre de Philippe de Novare

Hélène Charpentier

Texte intégral

1Ces trois mots, "histoire", "droit" et "morale" rendent compte de trois aspects importants d'une œuvre didactique et littéraire du xiiie siècle, qui est plus souvent citée que véritablement étudiée par les médiévistes contemporains. A ces trois mots, il faudrait d'ailleurs en ajouter un quatrième, "poésie", car aux textes en prose relevant de l'histoire, du droit et du traité moral, se joignent d'assez nombreuses "rimes et chansons", en partie conservées à l'intérieur même du texte en prose le plus connu, les Mémoires. Certains de ces passages versifiés sont d'inspiration renardienne et mériteraient, à ce seul titre, de ramener l'attention de la critique sur leur auteur.

2Nous sommes assez bien renseignés sur le personnage de Philippe de Novare par son œuvre elle-même : sur son rôle politique et militaire par les Mémoires, sur l'ensemble de sa production littéraire par la fin de son traite moral, Des 4 tenz d'aage d'ome :

  • 1 Les Quatre âges de l'homme, traité moral de Philippe de Navarre (sic), publié par Marcel de Frévil (...)

"Phelippes de Navarre, qui fist cest livre, en fist autres II Le premier fist de lui meesmes une partie, car la est dit dont il fu, et comment et por quoi il vint deça la mer, et commant il se contint et maintint longuement par la grace Nostre Seignor. (...) Le secont livre fist il de forme de plait, et des us et des costumes des Assises d'Outremer et de Jherusalem et de Cypre"1.

3Son troisième livre, les Quatre âges, Philippe l'a composé, comme il le dit lui-même au début de l'ouvrage, à l'âge de plus de soixante-dix ans, pour faire profiter les siens et les étrangers de son expérience acquise en matière de morale.

4Quelques indications biographiques et repères chronologiques ne sont pas inutiles pour notre sujet, dans la mesure où les lignages dont il est question dans cette œuvre ne sont pas des entités abstraites mais des familles bien précises, dont l'une surtout a joué un rôle considérable dans l'histoire, et dans la vie de l'auteur.

5Gaston Paris a été le premier à démontrer que Philippe n'était pas originaire de "Navarre" comme le croyait l'éditeur des Quatre âges, M. de Fréville, mais qu'il venait bien de Novare, en Lombardie. Ne sans doute vers 1195, il quitte de bonne heure son pays pour passer outre-mer, d'abord à Chypre, où il entre au service d'un baron de l'île, Pierre Chappe. Des documents d'archives montrent qu'il était en compagnie de ce dernier au siège de Damiette en 1218. Toute la carrière de Philippe va désormais se dérouler en Terre Sainte et à Chypre, et il est vraisemblable qu'il n'est jamais retourné en Italie. C'est dans la société "toute française" des barons du royaume de Jérusalem qu'il est venu tout jeune prendre place, et qu'il va s'intégrer au point de devenir un auteur de langue française :

  • 2 Gaston Paris, "Philippe de Novare", in Romania, XIX, 1890, p. 101.

"son français est excellent, et, s'il présente quelques rares italianismes, il est probable que ce sont de ceux qui s'étaient introduits dans le français courant d'outremer"2.

  • 3 Philippe de Novare, Mémoires (1218-1243), édité par Charles Kohler, Paris, Champion, C.F.M.A., 191 (...)

6L'œuvre historique de Philippe ne nous est parvenue que par fragments, conservés dans une vaste compilation, les Gestes des Chiprois, composée vers 1320 par Gérard de Montréal ; un seul manuscrit, copie en 1343 à Cérines, dans l'île de Chypre, par Dean le Miège, nous en garde le texte, malheureusement incomplet3.

7Philippe avait dû écrire son autobiographie entière et raconter, en particulier, les circonstances de sa venue en Orient mais cette partie du récit, qui aurait d'emblée levé le doute sur ses origines, est depuis longtemps perdue. Seuls en sont conservés des fragments concernant les années 1223-24 et surtout la narration complète des nombreux démêlés qui opposèrent, entre 1218 et 1243, l'empereur d'Allemagne Frédéric II et l'une des plus puissantes familles de barons d'Outre-mer, les Ibelin.

  • 4 Par exemple, chapitre LV, la lettre adressée à Balian d'Ibelin où Philippe assimile les 5 "baus" d (...)

8Lorsque, dans son œuvre historique, Philippe fait référence à un lignage, il s'agit le plus souvent de cette famille, qui constitue pour lui un modèle. On ne sait trop à quel moment il est entré dans la "maisnie" des seigneurs d'Ibelin, mais les Mémoires donnent à cette famille une place centrale dans les événements historiques, tandis que Philippe se montre lui-même comme jouissant d'une position privilégiée dans l'entourage du chef de cette maison, Jean d'Ibelin, le "vieux seigneur de Baruth". Son récit le met en scène comme conseiller avisé, faisant bénéficier ses protecteurs de sa science et de son habileté juridiques ; il est aussi, à l'occasion, ambassadeur et négociateur en cas de conflit entre les Ibelin et les puissances temporelles ou religieuses de Terre Sainte. Il ne laisse pas non plus oublier sa participation valeureuse aux expéditions militaires ni les chansons qu'il écrit, pour divertir ses maîtres mais aussi pour les informer, à mots couverts, des réalités politiques et des périls encourus4.

  • 5 Alfred Foulet, "Les Mémoires de Philippe de Novare sont-ils un plaidoyer ? ", in Romania, LVI, 193 (...)

9La "chaleureuse éloquence" qu'il met à développer le rôle tenu par les Ibelin - toujours le "beau rôle" - avait incité Alfred Foulet à déclarer que Philippe avait entrepris de les défendre "devant le tribunal de l'opinion publique européenne de son temps"5. Défendre "les Ibelin", et non pas seulement tel ou tel membre de la famille, le "vieux seigneur de Baruth" ou son fils Balian, compère de Philippe. Dans notre étude du lignage à travers l'œuvre de Philippe de Novare, cette famille occupera donc une position centrale due à la fois à sa place réellement considérable dans l'histoire de la région, mais aussi à l'intérêt affectif que l'auteur prend à tous ses faits et gestes.

10Avant de revenir plus en détail au texte des Mémoires, il nous faut considérer le témoignage des autres ouvrages, plus théoriques, pour chercher si Philippe y définit le lignage, ses droits et ses devoirs, d'une manière qui permettrait de mieux comprendre l'histoire du lignage des Ibelin.

  • 6 Philippe de Novare, Livre de forme de plait, édité dans les Assises de Jérusalem (tome I), par le (...)
  • 7 Assises, ch. XV.

11Une telle enquête se révèle, en réalité, assez décevante : le Livre en forme de plait a été compose pour "un sien ami aprendre et enseignier coument on doit plaidoier en la haute Court"6 ; mais le lignage n'y constitue un objet ni de réflexion théorique ni de pratique juridique digne d'intérêt. On n'en trouve guère qu'une seule mention, qui a plutôt valeur de contre-exemple. Philippe pose le problème des personnes assassinées en Terre Sainte et qui n'avaient point avec elles de représentants de leur lignage : peuvent alors appeler du meurtre les compagnons de la victime, venus avec elle outre-mer, ou résidant là auprès d'elle ; les compagnons se substituent ainsi au lignage défaillant7.

  • 8 Quatre âges, § 218.
  • 9 ibid., § 102.
  • 10 ibid., § 183.

12Les Quatre âges fournissent une matière un peu plus riche pour notre sujet. Remarquons d'abord l'expression d'"umain lignage", employée lors de la venue du Christ, venue qui est la "tres grant nonpeir valour et honour que li Peres fist a l'umain lignage"8. Plus concrètement, les obligations de l'homme (ou de la femme) envers son lignage personnel sont évoquées tout au long des quatre âges de la vie. C'est ainsi qu'à l'âge mûr (le "moien aage") on peut faire du bien à ses enfants et à son lignage entier, que l'on soit homme ou femme9 ; les femmes étant plus particulièrement, et ce jusque dans le quatrième âge (la vieillesse), chargées d'organiser les mariages, pour la perpétuation du lignage10.

13Néanmoins, sur ce plan du lignage, il existe une inégalité flagrante entre l'homme et la femme : quand un homme a une amie, il commet assurément un péché, eu égard aux préceptes de la religion, mais, aux yeux du monde, il en retire surtout une vaine gloire. La situation est tout autre pour une femme qui fait "folie et vilenies de son corps" :

  • 11 ibid., § 89.

"Li lignages des homes n'i a point de honte, et les fames honissent et avilenissent eles meïsmes et tout lor lignage ensemble, quant eles sont a droit blasmées ou reprinses de tel fait"11.

14Aussi, toute l'éducation des filles et la surveillance exercée plus tard sur les femmes tendront-elles à les "chastoier" et à réprimer leurs inclinations à la coquetterie et à la luxure, pour la plus grande gloire de Dieu et pour la plus grande protection du lignage : il s'agit avant tout de prévenir l'adultère et le risque de bâtardise qui menaceraient la pureté du sang familial.

  • 12 ibid., § 50.

15Un "prodons" doit donc exercer sa justice sur tout son lignage, hommes et femmes confondus, de la même manière que "bone justice et bien doutée sauve et governe a droit tout un païs"12.

16En dehors de ces quelques indications de devoirs à remplir envers le lignage, les Quatre âges sont surtout consacrés à l'éducation morale de l'individu, depuis son plus jeune âge, plutôt qu'à son insertion dans le groupe. D'ailleurs les devoirs précédemment évoqués ne s'inscrivent pas uniquement dans une morale lignagère : la générosité envers les membres de la famille n'est qu'une application particulière de la vertu de générosité, de même que le dévergondage est fondamentalement contraire aux enseignements de l'Église ; c'est la morale de la société qui condamne la femme et favorise l'homme, alors que la religion montre la même sévérité devant le péché de chair, qu'il soit le fait de l'homme ou de la femme.

17Les deux textes didactiques de Philippe de Novare nous apportent donc peu d'éléments précis pour une définition théorique du lignage et des obligations réciproques qui en engagent les membres. C'est finalement plutôt dans l'œuvre historique que nous chercherons à dégager la conception que Philippe se faisait du lignage. Dans le contexte des puissantes familles de barons de Terre Sainte, la notion même de lignage, et surtout les conflits opposant les différents lignages, revêtaient une importance d'autant plus grande que l'autorité royale était plus faible :

  • 13 A. Foulet, art. cit., p. 421.
    Jean d'Ibelin, neveu du "vieux seigneur de Baruth", sera le plus rema (...)

"le principe même de la conquête de la Terre Sainte, conquête faite en commun par une association de hauts barons, régissait toujours la constitution des deux royaumes (Jérusalem et Chypre). Le roi était tenu en tutelle par ses grands feudataires (...). Les droits respectifs du souverain et de ses vassaux étaient définis avec netteté dans les Assises de Jérusalem, et les barons, intéressés à faire respecter par le roi leurs privilèges exorbitants, étaient pour la plupart de remarquables légistes"13.

18Entré dans la "maisnie" des Ibelin, Philippe a pu observer le comportement des différents membres, et surtout le rôle prépondérant du chef du lignage, Jean, le "vieux seigneur de Baruth", dont il trace ainsi le portrait, au début du fragment d'autobiographie :

  • 14 Mémoires, III, 84.

"Cestu seignor de Baruth si fu vaillant et moult hardy et entreprenant et large et cortois et de bel acuell a toute gent, et por ce il estoit moult amé et moult renomé partout, et par my tout, se il estoit sage et conoissant et preudome et lëau enver Dieu"14.

19Un tel homme a donc toutes les qualités morales et sociales possibles et toute l'envergure nécessaire pour être un véritable chef de lignage. Il ne manque pas d'ailleurs d'être reconnu comme tel, dans les épisodes de la "guerre de Chypre" qui l'oppose à l'empereur Frédéric et a ses "Lombards" à propos de la tutelle à exercer sur le jeune roi de Chypre. La reine, Alis, est en effet la nièce de Jean d'Ibelin et, à la mort de son mari, son fils Henri n'est âgé que de neuf mois. Les hommes liges du royaume de Chypre demandent au frère cadet de Jean d'Ibelin, Philippe, de devenir "bail" de l'île, c'est-à-dire de la gouverner jusqu'à ce que le jeune roi ait atteint ses quinze ans. Dans le lignage d'Ibelin, se produit donc un partage des rôles : l'aîné, Jean, jouit d'une autorité incontestée, sur le continent mais aussi dans l'île où il a de grandes possessions, mais il ne prend pas ombrage de voir son frère devenir à Chypre un personnage très puissant.

20Entre les membres de ce lignage s'exerce une solidarité qui ne se dément jamais et se développe au contraire lors des conflits. A Chypre en effet, cinq jeunes gens, qui appartiennent, eux, à trois lignages différents, forment une ligue, une "jure", qui se propose l'objectif ambitieux de "sous-metre" le lignage d'Ibelin. C'est à l'occasion d'un incident de tournoi que les hostilités sont engagées entre la "jure" et le lignage d'Ibelin : un chevalier appartenant à la "maisnie" de Philippe, le "bail", blesse involontairement le chef de la "jure", Aimery Barlais. Il faut alors l'intervention de Jean d'Ibelin pour éviter le pire et réconcilier son frère avec Aimery Barlais : ainsi, à l'égard de son cadet, fût-il "bail" de Chypre, le chef du lignage doit-il exercer une certaine autorité, pour empêcher les conflits individuels de s'envenimer et d'atteindre de proche en proche tout le lignage.

21On peut aussi remarquer qu'à ce moment du récit, soit vers 1225, trois types de groupements sociaux apparaissent avec leurs caractéristiques propres, et qu'ils s'opposent tout en se recoupant : le lignage, fondé sur les liens du sang, englobant les relations entre père et enfants, entre frères, entre oncles et neveux, mais aussi entre cousins fort nombreux ; la "maisnie" (que Philippe de Novare écrit souvent "maihnée") rassemble tous les chevaliers qui sont dans la mouvance d'un grand seigneur ; la "jure" enfin, purement conjoncturelle et politique, ou la solidarité, au lieu d'être implicite comme dans les deux autres groupes, a besoin de se déclarer, et de se régler par un serment.

22Dans leur lutte contre le lignage des Ibelin, les membres de la "jure" marquent un point décisif lorsque Philippe, malade, abandonne sa charge de bail, peu avant de mourir (en 1227). Aimery Barlais le remplace, sur l'ordre de la reine Alis qui, supportant assez mal le pouvoir de ses oncles, s'était, contre leur gré, remariée avec le jeune prince d'Antioche. Un cousin de Jean d'Ibelin, Anseau de Brie, conteste la nomination d'Aimery mais celui-ci, vaincu en combat singulier, préfère aller demander l'appui de l'empereur venu en croisade.

23Commence alors pour le lignage d'Ibelin une difficile partie avec Frédéric : ce dernier a donné des assurances aux cinq "baus" de Chypre, mais il est lui-même, par sa femme Isabelle de Brienne, le neveur par alliance de Jean d'Ibelin. Le "seigneur de Baruth" connaît bien la mauvaise réputation de l'empereur mais, pour l'honneur du lignage, il préfère l'accompagner en croisade plutôt que de se retrancher dans ses possessions de Syrie comme on lui en donnait prudemment le conseil :

  • 15 ibid., XXI.

"il voloit meaus estre pris ou mort et soufrir ce que Deu en avoit porveü, que consentir que l'on peüst dire que par luy ne par son lignage, ne par les gens de desa mer, fust remés ne destornés le servize Deu, ne le conquest dou reyaume de Jerusalem et de Chipre"15.

24Insensible à cette noblesse d'âme, l'empereur voulait obtenir Beyrouth et les revenus du baillage de Chypre ; il fut sur le point d'y parvenir en faisant cerner Jean d'Ibelin dans le château où il résidait. Le seigneur de Beyrouth devait livrer en otages ses deux fils aînés, Balian et Baudouin. Finalement, pressé de rentrer en Italie, Frédéric conclut la paix avec les Ibelin, rendit les deux fils mais proposa à Balian, le premier-né, de faire partie de sa "maisnie". Le jeune homme accepta et servit volontiers l'empereur, qui lui avait pourtant infligé une dure captivité. Son père lui-même suivit l'empereur à Tyr, Acre et même Jérusalem, qui lui fut alors rendue par les "Sarrasins" (en 1229). Frédéric quitte bientôt la Terre Sainte, et vend le baillage de Chypre aux cinq membres de la "jure" ; désormais le conflit ne va plus opposer les Ibelin à l'empereur directement, mais seulement à ses alliés, les cinq "baus" de Chypre, qui seront finalement vaincus.

25Une deuxième série d'opérations mettra aux prises les Ibelin et les "Longuebars", qui étaient en réalité non pas des natifs de Lombardie mais des barons de Sicile et des Pouilles, que l'empereur avait envoyés à Chypre et en Syrie. Profitant d'une absence de Jean d'Ibelin, ils prennent Beyrouth par surprise ; le vieux seigneur rappelle alors à son neveu, Henri de Chypre, tous les services que lui-même et son lignage lui ont rendus, et il lui demande, en échange, de l'aider, avec toutes ses forces disponibles, à reprendre Beyrouth :

  • 16 ibid., LXXXIV.

"je vous pri, pour Deu et pour vostre henour et por nos grans servises, et por ce que nous soumes d'un sanc et d'une naïté norris, et estes ensemble o nous, et pry ausy a tous les autres quy saens sont, come mes freres et mes chers amis, que vous venés en persone, a tout vostre pooir, o moy, secorre mon chasteau"16.

  • 17 ibid., CXLV (et CXLIV, pour un précédent dans le lignage d'Ibelin, au temps du roi Amaury).
  • 18 ibid., CLIX.

26Le jeune roi reconnaît cet engagement mutuel et accompagne Jean d'Ibelin à Beyrouth, que les Lombards finiront par abandonner. Mais l'engagement d'un lignage ne peut se faire à la légère : un peu plus tard, à Chypre, Jean d'Ibelin se reprochera d'avoir mis en péril son lignage pour la prise d'une "cheitif chasteau", alors qu'il n'était pas lui-même assiégé ni en obligation de se défendre17. Le sentiment de sa responsabilité doit être l'une des principales qualités d'un chef de lignage, qualité qui doit, en contrepartie, lui valoir la confiance et l'assistance de ses hommes, comme ce sera aussi le cas pour Balian devenu, après la mort de son père, le nouveau "seigneur de Baruth"18.

  • 19 ibid., CXXXVII.

27La solidarité générale du lignage n'exclut pas des relations personnelles plus étroites entre certains de ses membres. Les relations oncle/ neveu ne sont pas ici privilégiées, étant donné que nous avons vu Jean d'Ibelin entretenir des rapports parfois difficiles avec sa nièce Alis et le fils de cette dernière, tous deux volontiers sensibles à d'autres influences. Mais, un neveu de Jean d'Ibelin, le jeune seigneur de Césarée, qui fait merveille dans la guerre contre les "Lombards", est très apprécié en raison de son rôle de protecteur du lignage et traité pratiquement comme un fils par le "seigneur de Baruth". De même pour Anseau de Brie, fils d'un cousin germain de Jean d'Ibelin, et qui, après services rendus, devient le "coural ami" du "seigneur de Baruth". Les femmes ne sont pas totalement absentes de ces relations affectives, mais nous avons vu que la reine Alis n'inspire guère de sympathie aux hommes du lignage d'Ibelin, non plus qu'à Philippe de Novare, et semble bien leur rendre la pareille. Seule, la jeune femme du roi Henri, dite "la reine lombarde", fait naître quelques sentiments, mais de tristesse, lors de sa mort prématurée19.

  • 20 ibid., CLXXXI à CLIX.

28Entre frères, nous avons vu que les bonnes relations entre Jean et Philippe d'Ibelin n'excluaient pas l'autorité de l'aîné sur le cadet. Mais c'est dans le camp ennemi que se produit un véritable conflit entre l'amour fraternel et les intérêts politiques : le lombard Lotier Filangier, lieutenant de Frédéric, défend énergiquement le château de Tyr où il est assiégé, lorsque son frère Richard, maréchal de l'empereur, est amené prisonnier avec son jeune fils. Les Ibelin menacent de les faire pendre tous deux si Lotier ne leur livre pas le château. Le "chevetaine" lombard, qui était "sage et vigourous chevalier", commence par déclarer qu'il ne cédera pas au chantage, mais voyant son frère et son neveu, les yeux bandés et "la hart au col", devant les "forches drecees", il éprouva un si "grant duel" et une si "grant pitié" qu'il fit appeler Philippe de Novare et traita avec lui de la reddition du château, en échange de la libération des membres de son lignage. Cette reddition de Tyr en 1243 constitue le dernier épisode de la lutte entre les Ibelin et les Impériaux, en même temps que le terme des Mémoires20.

  • 21 ibid., CLXXIX.
    Philippe a ainsi mis en application dans sa propre vie les préceptes qu'il donnera d (...)

29Mais l'affection entre père et fils est la plus fortement marquée dans les Mémoires qui mettent ainsi en application les préceptes d'amour paternel et filial, développés sur le plan théorique par les Quatre âges. Philippe de Novare lui-même suggère discrètement l'admiration et l'affection qu'il éprouve pour son jeune chevalier de fils qui, dans un passage dangereux, n'hésite pas à risquer sa vie pour récupérer la bannière des Ibelin21.

  • 22 Mémoires, XXXII.

30En cette matière c'est encore le "vieux seigneur de Baruth" qui sert de modèle : son amour pour ses fils, et en particulier pour son aîné Balian, ne le détourne pas de ses devoirs à l'égard de son lignage ni de son seigneur. L'empereur le savait très bien, en lui demandant ses deux premiers fils en otages : "Je say bien que Balian est tout vostre cuer, et tant con j'avray luy, j'avray vous"22. Les relations entre le père et son fougueux aîné ne sont pourtant pas de tout repos : Balian revendique toujours de combattre en première ligne et voudrait participer à toutes les missions dangereuses, alors que son père lui réserve plutôt des tâches défensives, qui développeront en lui le sens des responsabilités et conviennent mieux ainsi à un futur chef de lignage. Croyant ses trois autres fils, Baudouin, Hugues et Gui tués dans une embuscade, Jean d'Ibelin crie au messager qui venait de lui apporter la fausse nouvelle :

  • 23 ibid., CVII.

"Et qu'en est, sire vilain punais ? Ensi doivent morir chevaliers, defendant lor cors et lor ennors"23.

  • 24 ibid., CVIII.

31Néanmoins lorsqu'il les retrouve tous vivants un peu plus tard, il les ramène "mout merciant Nostre Seignor de ce que il les trova vis, et qu'il s'estoient si bien porté"24. L'héroïsme chevaleresque n'étouffait pas l'affection paternelle, mais le père était légitimement fier d'avoir retrouvé ses fils en plein coeur d'une mêlée avec les Lombards.

32A travers le traité moral des Quatre âges, mais plus encore au fil de l'histoire, Philippe de Novare, sans chercher à décrire systématiquement le code des relations du lignage, en illustre néanmoins les principaux aspects : solidarité des membres, pères, fils, frères, oncles, neveux et cousins, qui se protègent mutuellement mais surtout s'emploient à défendre une entité qui les dépasse, aussi bien dans le temps que sur le plan de l'éthique. Cette défense se manifeste d'autant mieux quand le lignage est menacé, soit par un autre lignage, soit par un pouvoir temporel extérieur comme celui de Frédéric lui-même ou de ses alliés, les cinq "baus" de Chypre ou les "Lombards" de Syrie.

33Cette défense du lignage ne saurait néanmoins constituer une fin en soi : elle ne doit pas s'exercer au mépris des règles du droit, définies par les Assises de Jérusalem et de Chypre, ni contredire la foi jurée au roi ni bafouer les préceptes de la religion. Même s'il a des raisons de se méfier de Frédéric, Jean d'Ibelin a pourtant, foncièrement, raison de l'accompagner à la croisade, avec tout son lignage. Loin d'être au-dessus des lois civiles et religieuses, le lignage a pour rôle de les faire respecter et, pour une tâche de cet ordre, la personnalité du chef de lignage est prépondérante. Si Philippe de Novare a effectivement voulu défendre ies Ibelin devant le "tribunal de l'opinion publique", il ne pouvait mieux le faire qu'en traçant de Jean d'Ibelin, par ses paroles et par ses actes, le portrait du parfait "preudome" : portant la responsabilité de tous les membres de son lignage, il en retire, dans les Mémoires, un mérite personnel qui lui donne un statut de héros.

Notes

1 Les Quatre âges de l'homme, traité moral de Philippe de Navarre (sic), publié par Marcel de Fréville, Paris, S.A.T.F., 1888 ; § 233 et 234. Le titre donné en tête du texte est : "Des IIII. tenz d'aage d'ome". Dans la suite de l'article, cet ouvrage sera désigné sous le titre abrégé de Quatre âges.
Sur ce texte de Philippe, existe un Ph. D., de Robert Wharton Kehler : Philippe de Novare and les Quatre âges de l'homme (Yale University, 1973). D'après le résumé fourni dans le Diss. Abstracts (XXXIV, 1974 ; 7235 A - 7236 B), l'auteur montre que Philippe de Novare ne connaissait pas le latin et que ses sources étaient constituées par la littérature en langue vulgaire, les sermons et les dictons populaires. Son traité inclut de nombreux exempla et peut-être Philippe a-t-il été en contact avec Jacques de Vitry. Bon observateur de la société et habile écrivain, même s'il n'a pas reçu de formation rhétorique, Philippe de Novare paraît être l'un des auteurs les plus novateurs de la littérature d'outre-mer au xiiie siècle.

2 Gaston Paris, "Philippe de Novare", in Romania, XIX, 1890, p. 101.

3 Philippe de Novare, Mémoires (1218-1243), édité par Charles Kohler, Paris, Champion, C.F.M.A., 1913 ; voir Introduction, en particulier pp VI et VII.

4 Par exemple, chapitre LV, la lettre adressée à Balian d'Ibelin où Philippe assimile les 5 "baus" de Chypre (cf. infra) à des personnages du Roman de Renart : ainsi Aimery Barlais, "plus malvais que tous les autres" est présenté sous les traits de Renart, et son cousin Amaury de Betsan comme Grimbert, le blaireau ; quant à Philippe, assiégé à l'Hôpital Saint-Jean, à Nicosie, il dit de lui-même : "Je suy li rocignol, puis qu'il m'ont mis en cage".
Après la victoire sur les 5 "baus", Philippe fera le récit complet des événements, sous la forme d'une véritable "branche de Renart" ; c'est le chapitre LXXIII, intitulé : "C'est la rime de Renart, come Yzengrin le desconfist" (216 vers). A Renart, Grimbert et au singe précédemment mentionnés, Philippe ajoute ici Yzengrin (= le "vieux seigneur de Baruth") et ses "louveaux" (= les fils de Jean d'Ibelin), l'ours (= Anseau de Brie), et Philippe lui-même se met en scène ici dans le personnage du coq, Chantecler.

5 Alfred Foulet, "Les Mémoires de Philippe de Novare sont-ils un plaidoyer ? ", in Romania, LVI, 1930, p. 421.
La famille d'Ibelin a pris son nom du château d'Ibelin, construit au milieu du xiie siècle entre Jaffa et Ascalon. Le fondateur de la famille, Balian le Français, venu le premier en Terre Sainte, était sans doute originaire de la région de Chartres. Ses fils épousèrent de hautes princesses et "pendant toute la domination franque, la famille d'Ibelin joua un rôle primordial" (M. Grandclaude, Etude critique sur les livres des Assises de Jérusalem, Paris, Jouve, 1923 ; p. 136).

6 Philippe de Novare, Livre de forme de plait, édité dans les Assises de Jérusalem (tome I), par le comte Beugnot, Paris, 1841 (Recueil des Historiens des Croisades) ; Prologue.

7 Assises, ch. XV.

8 Quatre âges, § 218.

9 ibid., § 102.

10 ibid., § 183.

11 ibid., § 89.

12 ibid., § 50.

13 A. Foulet, art. cit., p. 421.
Jean d'Ibelin, neveu du "vieux seigneur de Baruth", sera le plus remarquable de ces légistes (cf. Grandclaude, op. cit., pp. 135-141).

14 Mémoires, III, 84.

15 ibid., XXI.

16 ibid., LXXXIV.

17 ibid., CXLV (et CXLIV, pour un précédent dans le lignage d'Ibelin, au temps du roi Amaury).

18 ibid., CLIX.

19 ibid., CXXXVII.

20 ibid., CLXXXI à CLIX.

21 ibid., CLXXIX.
Philippe a ainsi mis en application dans sa propre vie les préceptes qu'il donnera dans les Quatre âges, au sujet de l'éducation (cf. § 9-10, l'exemplum d'un pere complaisant qui s'amuse des larcins de son jeune fils ; lorsque celui-ci, devenu grand, est condamné à mort pour vol, il s'arrête devant son père et lui arrache le nez avec ses dents. Inversement, le mérite d'une bonne éducation rejaillit sur les parents).

22 Mémoires, XXXII.

23 ibid., CVII.

24 ibid., CVIII.

Auteur

Université de Pau et des pays de l'Adour

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540