Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de parenté dans le monde médiéval

Domaine lyrique - Domaine romanesque

L'"allure" mythique du Conte du Graal

(Comment faire communiquer les mots, les actes et les êtres ?)

Jean-Jacques Vincensini

Texte intégral

1Au cours de son étude "L'ombre mythique de Perceval", D. POIRION a clairement dégagé les bases sur lesquelles devrait s'appuyer, selon lui, toute réflexion portant sur la nature mythique de la littérature médiévale :

  • 1 Je souligne

"Il faut, avant de chercher les sources légendaires, aborder l'étude des structures littéraires, dans le but d'identifier les éléments d'allure mythique qui entrent dans la composition romanesque" (1973, p. 192)1

2C'est à une telle identification que je souhaiterais consacrer les lignes qui viennent. Ce travail, cependant, ne suivra pas précisément les directions, aussi riches soient-elles, que D. POIRION se propose d'emprunter dans l'étude citée. Car mon projet consiste moins à mettre en évidence des figures ou des thèmes mythiques bien connus et répertoriés en tant que tels (la faute incestueuse, la relation avunculaire, la fondation de la vie sociale, etc ...) qu'à dégager, à un niveau d'abstraction un peu plus élevé, un dispositif formel, dans lequel on pourra voir l'armature mythique du Conte du Graal.

3Pour élaborer cette structuration, j'aurai recours aux termes de la catégorie de la communication. L'hypothèse qui balisera ce travail serait, en effet, que l'exploitation récurrente, organisée et signifiante des modalités de cette catégorie peut être conçue comme un signe de la nature authentiquement mythique du récit de Chrétien de Troyes qui les met en scène.

4Pour justifier d'un mot cet a priori épistémologique (fort critiquable, je ne l'ignore pas) je dirai que je considère la communication, ses jeux associatifs et discrétisants, ses capacités de régulation "sauvages", selon l'affirmation de C. LEVI-STRAUSS comme "une véritable catégorie de la pensée mythique" (1983, p. 253). J'admettrai, par conséquent, à la suite du célèbre anthropologue, que la fonction d'un mythe consiste à "poser et (à) résoudre un problème de communication" (1984, p. 137),

5ou, plus précisément, comme l'affirme J. P. VERNANT, à

"exprimer des défauts, des distorsions ou des blocages de la communication aux différents niveaux de la vie sociale" (1986, p. 47).

6Aussi, ne sera-t-il question dans le présent travail ni d'aborder le "who's who" du Graal (le roi pêcheur est-il l'oncle ou le cousin de Perceval ?) ni de repenser les notions de "famille" et de généalogie morale comme l'a fait J. ROUBAUD (1973 ; dans un article où il analyse "les deux familles" de Perceval aprés s'être penché sur "l'inceste caché").

7Trois directions seront suivies pour justifier la validité de l'hypothèse qui vient d'être proposée. On montrera tout d'abord que les relations de Perceval avec les autres et lui-même sont caractérisées, comme ses quêtes, par des déséquilibres de la communication. Au cours de cette première étape on mettra en évidence le dispositf grâce auquel est ordonné ce que l'on pourrait dénommer le déploiement de la communication pathologique dans ce récit. Grâce à ce modèle, on pourra se pencher, deuxième direction, sur l'organisation mythique des rapports familiaux. Enfin, je m'intéresserai, en guise de conclusion, au personnage de Perceval, pris dans les enchaînements de ses relations, souvent douloureuses et défaillantes, pour voir en lui une figure éminemment "communicative", celle du "médiateur".

I - PERCEVAL ET "LES AUTRES" ; les déséquilibres de la communication

8En définissant

"l'histoire de la guêtre du Graal (comme) un espace privilégié où l'écrit ne cesse d'hésiter entre la parole et le silence",

9E. BOURQUIN souligne le fait que les aventures du Graal esquissent

"une histoire du verbe à l'intérieur de la parole humaine" (p. 120).

  • 2 Les références vont à l'édition W. Roach, 1959

10Quelle que soit la pertinence d'une telle conception du sens de ces aventures, elle a au moins l'avantage de souligner l'importance de l'un des thèmes qui en particularisent le contenu : le bon - ou le mauvais - usage de la parole. La séquence "vedette" du Conte du Graal2, la scène du Graal et l'aphasie qu'y connaît le malheureux Perceval en sont les signes discursifs le plus célèbres. On ne peut, cependant, borner l'étude de l'écoute et du mutisme du jeune Gallois dans cette fable à lévocation des mystères du Graal et à ses multiples "sénéfiances".

Ia - Les troubles de la communication subjective

Ia 1. L'expression verbale avec autrui

11Pour illustrer cette affirmation on va considérer tout d'abord la nature des relations qui unissent Perceval et ses interlocuteurs. On verra ensuite comment le héros communique avec lui-même.

12L'exemple textuel choisi sera un fragment plus "humble" que l'épisode du Graal, il est pourtant tout aussi significatif de la problématique qui m'intéresse maintenant.

13Perceval, pressé, vient d'abandonner sa mère défaillante. Il bouscule "la demoiselle sous la Tente" qui essaie, en vain, de le persuader de s'éloigner. Il l'écoute d'autant moins qu'en l'embrassant de force il est convaincu de suivre à la lettre l'enseignement maternel.

14Ce passage, qui ouvre les aventures chevaleresques du fils de la veuve, révèle déjà l'incapacité de Perceval à respecter ce qui lui est dit et sa tendance à imposer ses propos et ses actes. Mais suivons le fil du récit. On observe alors avec intérêt que le même comportement est évoqué quelques vers plus loin dans un épisode apparemment bien secondaire : le jeune homme rencontre un pauvre charbonnier qui va lui indiquer la voie royale ; cependant :

"Li vallés ne prise un denier
Les noveles au charbonier" V. 859

15Même réaction lors de la séquence qui suit : le chevalier vermeil souhaite faire de Percaval son messager, mais

"qu'il cherche quelqu'un d'autre pour porter son message. Le valet n'en a cure." (Trad. L. Foulet, p. 53)

16Enfin, le "héros" arrive devant Arthur. Encore une fois, le jeune gallois reste alors totalement insensible aux paroles de son interlocuteur :

"Li vallés ne prise une chive
Quanques li rois li dist et conte
Ne de son dol ne de sa honte.
De sa feme ni li chaut il". V. 968

17Quel type d'analogies ces fragments présentent-ils ? Ils montrent clairement, me semble-t-il, la distorsion qui caractérise la communication de Perceval. Comme on a pu l'observer, elle peut se révéler soit excessive quand il impose sa volonté ou ses questions indélicates (que l'on pense encore à son attitude face au maître des chevaliers, dans les premiers vers du roman), soit défaillante : Perceval dédaigne les paroles - ou le silence, celui d'Arthur, par exemple - de son partenaire (sa mère, dans les vers suivants) :

"Li vallés entent molt petit
A che que sa mere li dist
"A mengier, fait-il, me donez". V. 489

18Son expression langagière est, de toute façon, mal réglée.

Ia 2. La communication vis à vis de soi ; les thèmes "mnésiques"

19Si l'on admet que les relations "par les mots" représentent, plus largement, les rapports inter-subjectifs que Perceval noue avec autrui, on trouvera légitime de considérer, parallèlement, la communication qu'il instaure avec lui-même (de nature non-verbale ; ce n'est plus la transitivité de la communication qu'il s'agit de prendre en compte mais sa réflexivité).

20Comment se présente-t-elle ? Sans entrer ici dans des considérations philosophigues superflues, nous constaterons simplement que dans le récit de Chrétien de Troyes, la continuité ou la discontinuité du sujet avec sa propre expérience, sensorielle ou cognitive, se fait grâce à ce que l'on pourrait appeler sa "compétence mnésigue", c'est à dire sa capacité à suivre les fils de sa mémoire, ou à les perdre !

21On a dit souvent que Percaval, dans ce roman, poursuivait une aventure à la fois pédagogique et initiatique. Mais il conviendrait de préciser que l'acquisition progressive et douloureuse de la connaissance y est explicitement présentée comme la possibilité de conserver en mémoire les enseignements.

22"Sachez", dans ce récit, se dit "N'oubliez-pas ... Souvenez-vous".

"Et dist : "Biax frere, or vos soviegne" V. 1639

23suivent les lois de la chevalerie, transmises par le maître, Gornemant de Gorhaut.

24En conséquence, et d'un point de vue éthique cette fois, l'oubli doit être considéré comme une incompétence grave et condamnable. L'auteur tient à le souligner lui-même :

"Que molt est malvais qui oblie
S'on li fait honte ne laidure" V 2902

25Inutile de préciser que le Conte du Graal présente des illustrations multiples de l'importance de la thématique "mnésique". Le coupable silence du Graal est la conséquence directe, on le sait, du respect trop scrupuleux des enseignements de Gornemant, un excés de souvenir donc. Déjà, chez Blanchefleur, se manifestait le même motif :

"Des chevaliers par petits groupes se tenaient en silence, leurs yeux fixés sur celui qui prés de leur dame restait muet. S'il ne parle pas, c'est qu'il n'a pas oubié le conseil du prud'homme" (Trad. L. FOULET, p. 76).

26Inversement, c'est à cause d'un "oubli" - d'une défaillance de sa mémoire - que le jeune désespéré devra subir la pénitence qui clôt ses errances chevalesresques. Le texte est particulièrement explicite à ce sujet :

"Perchevax, ce nos dist l'estoire,
ot si perdue la miemoire
que de Dieu ne li sovien mais" V. 6217

27Enfin, dernier exemple, fasciné par les goutttes de sang qui lui rappellent Blanchefleur, c'est bien parce qu'il est plongé dans une contemplation excessive ("Si pense tant que il s'oblie". V. 4202) que le jeune chevalier, qui s'oublie, reste encore un fois muet :

"Sire fait-il (Sagremor), il vos covient
Venir au roi" Et cil (Perceval) ne mot". V 4244

28Résumons ces brèves remarques :

29La communication réfléchie, avec soi, laisse apparaître des "troubles" similaires à ceux que connaissaient les rapports langagiers et transitifs. Et cela, on l'aura remarqué, dans le cadre des relations les plus diverses (avec le charbonnier, le roi, sa mère, lui-même, Dieu, etc...).

30Mais il faut remarquer que ces figures de la communication ou de la non-communication troublée - l'auteur ne dit-il pas :

"Qui aussi se puet on bien trop taire
Com trop parler a la foie". V. 3250

31sont précisément organisées. Deux procédures assurent cette organisation : l'orientation de la communication (transitive ou réfléchie), et sa nature anormale ou déséquilibrée, par manque ou par excés. Soit le modèle suivant :

32Troubles de :

33Pour être exact il faudrait ajouter qu'une communication peut-être soit établie ou rompue. On retiendra cette observation pour pouvoir caractériser l'univers familial, les ruptures de communication, on le verra, y sont essentielles.

34Quoiqu'il en soit, ce modèle peut-être considéré comme le dispositif formel d'où sont extraites toutes les distorsions qui particularisent la communication de Perceval. (On aura remarqué, grâce aux exemples proposés, que ses "défaillances" peuvent conjoindre différents termes de la pathologie de la communication).

Ib - Les troubles de la communication et la "conjointure"

35On sait que c'est en s'appuyant sur des considérations de cette nature que C. Lévi-Strauss a pu avancer l'idée que

"Les romans du Graal seraient construits sur le thème de la communication interrompue". (1984, p. 136-137)

36Mais le roman de Chrétien de Troyes invite à être un peu plus audacieux. Comme l'on a pu déjà le remarquer dans ce récit, l'éventail des problèmes posés par le bon - ou le mauvais - usage des communications inclut plus de formes pathologiques que la seule "interruption" relevée par C. Lévi-Strauss. Par ailleurs, une enquête sur les troubles de la communication dans ce conte doit prendre en compte, me semble-t-il, des éléments différents des relations sur lesquelles je me suis penché jusqu'ici. Il s'agit notamment des multiples guêtes qui construisent la narration de Chrétien de Troyes.

37Selon moi, en effet, chaque aventure consiste à résoudre un problème de communication. Mais il y a plus. Si on considère ces diverses péripéties dans leur ensemble -les unes par rapport aux autres, par conséquent - on remarque que l'une ne peut être "lancée" que si une autre est interrompue. C'est là un processus qui nous ramène à l'univers des mythes :

"Les mécanismes de la pensée mythique confrontée à des circuits logiques trop complexes pour les faire fonctionner tous ensemble, consiste à brancher et à débrancher des relais"
(Levi-Strauss, 1984 ; p. 137).

38C'est dire que chaque quête trouve une solution à un problème interne de communication, tout en étant dans une relation problématique (une "communication narrative" cette fois), de nature externe donc, avec une ou plusieures quêtes qui lui sont associées.

39Il n'est pas possible dans le cadre limité de cette étude d'étudier en détail l'ensemble des rapports qui se nouent entre toutes les aventures, pour former finalement la "conjointure" du conte. Je vais donc choisir quelques illustrations significatives pour mon propos en évitant celles qui, particulièrement connues, viennent immédiatement à l'esprit.

40On pensera, par exemple, aux vengeances, celle qui oppose le jeune gallois et le sénéchal Keu et, inversement, celle que mène l'Orgueilleux de la Lande pour punir Perceval.

41Quelles sont les difficultés que ces vengeances doivent résoudre ? Pour répondre à cette question il convient tout d'abord de rappeler que le sénéchal Keu non seulement est affligé d'une "folle Langue" mais que, de plus, il ne supporte pas l'expression d'autrui pour peu qu'il la juge excessive. Il s'agit, en l'occurence, d'un rire et d'une prédiction, glorieuse pour Perceval.

"Et la pucele n'avoit ris
Passé avoit ans plus de sis,
Et ce dist ele si en haut
Ke tot l'oïrent. Et Kex saut,
Cui la parole anuia molt". V. 1045

42Les sarcasmes de Keu vont "lancer" la quête chevaleresque, loin de la cour d'Arthur qui le regrette amèrement et le gallois n'oubliera jamais le coup infligé à la jeune rieuse. Telle est la cause de son désir de vengeance.

43Quant à l'Orgueilleux, le texte dit qu'une excessive jalousie l'angoisse (V. 815) et qu'il commet une grande injustice à l'encontre de son amie, parfaitement innocente de ce dont elle est accusée. Aussi est-ce à tort qu'il la contraint non seulement à ne plus jamais changer de vêtements ou de cheval, mais aussi, et cela nous intéresse tout particulièrement, à n'accepter aucune conversation avec qui que ce soit :

"Tant li poise, quant nus m'areste,
Que nus n'en puet porter la teste.
Qui en parole me retiegne" V. 3823
(Cf. "nus ne me doit salüer" V. 3793)

44On constate aisément que ces deux vengeances ont pour origine des excés de communication (érotique et passionel pour l'Orgueilleux, verbal pour Keu) qui ont pour conséquence, par deux fois, des interdits visant à interrompre brutalement l'usage d'une parole inacceptable, et pour conclusion le rétablissement des possibilités d'expression des deux pucelles punies grâce à la victoire de Perceval sur les deux "excessifs", Keu et l'Orgueilleux. Soit, pour ces deux quêtes, un enchaînement de termes "communicatifs" que l'on représentera ainsi :

45Je vais présenter maintenant, trés succintement, un exemple de relations externes - celles qui font communicquer les quêtes entre elles - en revenant à la vengeance de Perceval vis à vis de Keu. Elle s'intégre dans le système d'aventures suivant (il s'agit en fait d'une organisation symétrique) :

46Deux conclusions permettront de clarifier les observations précédentes :

  • Les manques ou les excés d'expression impliquent des interdits (ou des prescriptions) de communication. Cela se vérifie dans toutes les aventures de Perceval.
  • L'"enchaînement communicatif" proposé ci-dessus (page 7) sera le noyau de la mise en forme des mises en scène familiales. C'est dire qu'il s'agit là d'un modèle particulièrement pregnant pour la compréhension du roman de Chrétien de Troyes.

II - LA MODELISATION MYTHIQUE DE L'ORGANISATION FAMILIALE

47Contraitement à ce qu'affirme P. Le Rider,

"La révélation sur les liens de parenté n'a aucune fonction dans le récit" (p. 98)

48je voudrais montrer à présent l'importance narrative de ces révélations dont la présentation me paraît, à bien des égards, exemplaire. Elles est en effet une illustration particulièrement explicite du modèle qui l'ordonne en sous-main et dans lequel je serais tenté de voir, comme cela vient d'être suggéré, l'armature communicative, mythique, de l'ensemble des aventures de ce Conte.

49Pour tenter de justifier cette affirmation, je m'appuierai sur les cinq évidences suivantes (elles soulignent le fait que la forme et le contenu des liens familiaux dépendent, de façon tout à fait particulière à ce récit, de la catégorie de la communication et des termes qui l'informent).

  1. Le Conte du Graal raconte comment le jeune naïf découvre progressivement à quelle morphologie familiale il appartient. Mais cette découverte se fait en dehors de tout projet volontaire du "héros" ; il ne tient jamais, lui-même, à savoir qui il est, qui est son père, sa cousine, etc... C'est au hasard de son errance qu'il est conduit auprès du Roi pêcheur, son cousin (?), sa cousine germaine et son oncle, l'ermite. C'est le hasard également qui lui fait résoudre, par une devinette, l'énigme de son nom, inconnu jusque là. Il n'y a donc pas de quête de l'identité dans le Conte du Graal. Aussi, pour revenir à la problématique de la communication verbale, doit-on remarquer que les révélations familiales sont données commes des réponses à des questions que Perceval n'a pas posées, comme ce sera le cas pour la connaissance sur le Graal !
  2. Qui est à l'origine des divulgations familiales ? Qui, en d'autres termes, transmet ce savoir particulier ? Ce sont les membres de la famille et eux uniquement. Inversement, quand l'un d'eux donne un enseignement, celui-ci est toujours riche, au moins, d'une connaissance familiale. Ce n'est pas le cas dans Peredur, texte bien proche pourtant du roman de Chrétien de Troyes : au moment où il la quitte, la mère de Peredur ne lui apprend rien de ses origines. On comprend, par ailleurs, ce qui distingue deux protagonistes que l'on a bien souvent rapproché, la Demoiselle Hideuse et la cousine de Perceval : si leurs révélations sont en effet identiques en ce qui concerne la faute du Graal, seule la triste cousine peut dire quelque chose du royal cousin.
  3. rceval est la seul destinataire de ces révélations ésotériques. Par conséquent, la communication propre à l'univers familial met en présence :
    • un destinateur familial exclusif.
    • un contenu pariculier : le savoir familial.
    • un destinataire élu, Perceval, membre de la famille.
  4. Ce contenu se présente comme une série de révélations : Perceval acquiert ses connaissance comme des négations d'une méconnaissance précédente. Ces révélations autorisent donc un rapport "juste" avec le savoir et avec les parents (c'est à dire une communication cognitive et sociale équilibrée). Que disent-elles ?

50Sa mère, sa cousine, l'oncle ascète lui apprennent que les membres de sa famille ont souffert par sa faute ou celle de ses frères :

51Enseignements de :

  • sa mère : mort du père, à cause de la mort des fils.
  • sa cousine : mort de sa mère, mort de son propre ompagnon (tué par l'Orgueilleux), poursuite de la souffrance de son cousin, le Roi pêcheur, à cause de lui.
  • son oncle ermite : idem ; (en ce qui concerne sa mère et sa ousine ; est ajouté ici la souffrance du Christ à cause de pêcheurs comme lui).

52Les souffrances familiales - restées secrètes jusqu'au moment de leur divulgation - forment donc le thème de la méconnaissance.

53Mais si l'on s'avise de préciser l'origine de cette dernière, on constate que son intervention dans le récit est toujours l'effet de fautes contre l'harmonie des relations nouées avec la famille, la Cour : les "autres" ou soi-même, en un mot (que l'on pense, par exemple, au silence du Graal, à ce qui le justifie et à ce qu'il provoque). Dit en d'autres termes, la méconnaissance familiale - communication défaillante avec le savoir - est, elle-même, la conséquence d'une forme déséquilibrée do la communication (cf. tableau p. 12).

54Remarque :

55Ne peut-on dire, par conséquent, que la véritable culpabilité, dans le Conte du Graal, est du côté du silence, de l'oubli, du manque ou de la rupture de conduites sociales harmonieuses et mesurées et non dans un inceste dissimulé, hypothétique secret refoulé du texte ? Dans ce conte, les crimes "fondateurs" sont commis contre le bon usage de la communication. Leur punition, ensuite, peuvent être physiques ou symboliques. C'est parce qu'il reste muet que Perceval sera blessé aux cuisses par Keu, dans Peredur !

564. Enfin, l'ermite. C'est lui qui va faire entrer son neveu Perceval, toujours sans que celui-ci ne l'ait désiré, dans la vérité de ses actes. Ainsi va-t-il rétablir le fil rompu des souvenirs en faisant accéder son jeune parent au savoir quant à la personnalité du roi servi par le Graal ("cui l'en en sert") et au sort funeste de sa mère. Mais aussi en lui attribuant, enfin, une place dans ces ensembles homogènes que sont les parentés terrienne et spirituelle (on est ainsi autorisé à inclure la "famille chrétienne" dans la représentation schématique qui va suivre ; elle est organisé par la même armature que la famille par le sang).

57Le silence ultime, l'interdit de nommer les noms de Dieu

"Desfendi lui qu'en nule guise v. 6490
Ne les nomast sanz grant peril."
Non ferai jou, sire, "fait il" (Perceval)

58pour la première fois, n'est plus la sanction d'une utilisation dévoyée de la parole ou des actes mais le signe d'une communication (r)établie mais laissant, toutefois, l'élu muet ....

59Le tableau suivant résumera l'ensemble de ces cinq observations. Il présente, dans la colonne de gauche, la syntaxe contraignante et réglée de la mise en scène des rapports familiaux tels qu'ils viennent d'être décrits. Deux règles sont utilisées :

  • l'implication (=>) entre une forme déséquilibrée de la communication et un silence ou une forme de méconnaissance (de nature familiale)
  • l'inversion, de cette dernière grâce à une révélation faite par un(e) parent(e).

60Tel est au fond le moule qui particularise la trame des quêtes (cf. sup. p. 7) et, tout aussi bien, vient soumettre les termes familiaux, surgis dans le désordre à une discipline formelle.

III - PERCEVAL, FIGURE MYTHIQUE DU MEDIATEUR

61Les paragraphes qui précèdent ont montré que Perceval ne peut surmonter ses difficultés à trouver et maintenir la "bonne distance", dans trois domaines : verbal, mnésique (I) et familial (II).

62Trois codes convergents d'où sont extraits les figures et les thèmes (sémantiques) qui nourrissent l'armature (syntaxique) que l'on vient de dégager. Mais est-ce là tout ? Il ne le semble pas. Le texte de Chrétien de Troyes est suffissamment délié pour qu'on ne passe sous silence les domaines, fondateurs pour la communication sociale, des relations sexuelles, de l'alliance et de la transmission de la vie.

63L'accord final (?) apparent ne s'ouvre, on le sait, sur aucune alliance future, aucun espoir de filiation par conséquent. L'ermite, notons-le, offre la particularité d'être un oncle maternel qui n'est pas un donneur de femmes, pas plus que ne le fut celui qui aurait dû l'être, le père, tué par ses fils.

64La stérilité du jeune égaré pose, notamment, le problème si souvent débattu de la nature des relations qui ont pu le lier à Blanchefleur. Inutile d'insister sur le fait que, compte-tenu de ce que l'on sait des défaillances relationnelles du "héros", il n'a pu s'agir que de rapports chastes (les excés ne sont pas envisageables, Perceval n'est pas Oedipe). La race du Graal n'est-elle pas vouée au tarrissement ? La chasteté et la stérilité désirées, telles sont les conclusions d'une narration où la communication est, à tous niveaux, mal réglée.

65Si l'interdit de prononcer les noms de Dieu est le silence du dire, l'absence d'alliance et de fécondité figure le silence du corps (cf. tableau précédent, colonne de droite).

66Ultime métaphore des malheurs "communicatifs" de la famille (terrienne) du jeune gallois, la mobilité compromise de ses hommes : son père, blessé aux jambes, comme son cousin, le Roi Pêcheur (et lui-même dans Peredur !) (cf. sup. p. 10) ; son oncle le Méhaignié, fixé à sa couche et son oncle l'ermite, reclus au fond d'une forêt qu'il ne quitte plus. Perceval serait-il, dans ce conte, le seul mâle de son groupe qui puisse se déplacer "normalement" ? Certes les aventures qu'il vit font suivre les multiples déplacements de ses quêtes. Mais finalement, cette mobilité spatiale est vaine car, encore une fois, c'est en lui-même que Perceval règle le mal, si l'on peut dire, son aptitude à bien se mouvoir, à savoir où il va, à suivre la bonne voie. Au cours des cinq années qui suivent son inutile départ pour la Quête du Graal, Perceval, dit le texte,

"se sentit tout égaré en lui-même"
(trad. L. Foulet p. 178)

67Il parait alors justifié, à la suite de ces quelques observations, de dire que, tout au long du roman, Perceval

"épouse les traits du héros légendaire à la fois élu et maudit"

68selon l'expression de J.P. VERNANT (p. 68).

69Héros qui, cette étude a tenté de baliser son difficile parcours dans le Conte du Graal,

"S'écarte pour le meilleur et pour le pire de tous les canaux à travers lesquels les individus entrent les uns avec les autres en communication" (ibid.)

70afin de pouvoir incarner l'ambivalence de cette figure mythique bien connue, celle du médiateur.

71Elu et maudit, glorieux et désespéré, trop bavard comme trop muet, oublieux mais trop proche de certains souvenirs, "nice" mais détenteur de connaissances intransmissibles, mobile mais égaré en lui-même, jeune homme mais stérile et chaste, Perceval est le "héros" de la médiation douloureuse, le moyen terme de relations qui conjoignent des éléments contraires. On vient d'en évoquer quelques uns.

72En ce qui concerne l'univers familial, la place qu'y occupe Perceval, on l'a vu peut-être située entre la famille du Graal (où s'unissent la famille du père et celle de la mère) famille de la souffrance révélatrice, d'une part, et la famille arthurienne, famille de la vaine gloire, de l'autre ; ou encore, entre ces deux familles terrestres, formant un ensemble, et la famille spirituelle qui l'accueille finalement.

73Dans les dernières lignes du Conte, des pélerins qu'il croise un vendredi saint, et qui vont le guider vers les révélations avunculaires, apprennent à Perceval le sens de Pâques : le sacrifice et la résurrection du fils de Dieu font du Christ le médiateur de l'insoutenable opposition qui, jusqu'à Lui, faisait de la mort l'irrémédiable contradictoire de la vie. Grâce au rédempteur,

"La vie est la mort sont (...) comme les parties identiques et homogènes d'un seul et même être".

74Cette phrase, éclairante pour mon propos, n'est pas écrite par un théologien mais par un philosophe, E. Cassirer (1972, p. 58), qui caractérise ainsi un aspect majeur de la conscience mythique.

  • 3 Cette assimilation de Perceval au Médiateur divin est-elle placée au terme do la narration, à son (...)

75Ce n'est donc pas un hasard si le roman de Chrétien de Troyes se termine (?) au coeur du temps pascal3. L'enseignement ultime qu'il reçoit, éclaire Perceval - et le lecteur - sur la vanité de ses succés chevaleresques, sur la vérité de son silence et de ses échecs familiaux. Il lui révèle son rôle douloureux d'"élu maudit", tout à la fois excessif et défaillant dans les communications verbales, sociales et familiales, transitives ou réfléchies. Le jeune gallois apprend ainsi qu'il est comme le Christ, à ce moment précis, destiné à incarner le sort singulier de ces être mythiques qui doivent faire communiquer entre eux des mots, des actes et des être qui se présentent dans la vie des hommes comme des éléments désordonnés et, à première vue, incompatibles.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

BOURQUIN, E., 1981 "Saint-Bernard héritier du Graal. Le silence du "nice" et l'écrit du diable" Littérature, n° 41 ; Paris, Larousse.

CASSIRER, E., 1972 La Philosophie des formes symboliques, 2- La Pensée mythique ; Paris, Minuit.

FOULET, L., 1978 Perceval le Gallois, mis en français moderne ; Paris, Stock Plus.

LE RIDER, P., 1978 Le chevalier dans le Conte du Graal ; Paris, S.E.D.E.S.

LEVI-STRAUSS, C., 1983 Le Regard éloigné ; Paris, Plon.
1984 Paroles données ; Paris, Plon.

LOTH, J., 1979 "Peredur" ; Les Mabinogion, Contes Bardiques Gallois, Trad., Paris, les Presses d'Aujourd'hui.

POIRION, D., 1973 "L'ombre mythique de Perceval" ; Cahiers de Civilisation Médiévale XVI, n° 3, Université de Poitiers.

ROACH, W., 1959 Le Roman de Perceval ; Edit., Genève, Droz.

ROUBAUD, J., 1973 "Généalogie morale des Rois-Pêcheurs" ; Change 16-17, Paris.

VERNANT, J.P., VIDAL-NAQUET, P., 1986 Mythe et Tragédie deux ; Paris, Ed. de la Découverte.

Notes

1 Je souligne

2 Les références vont à l'édition W. Roach, 1959

3 Cette assimilation de Perceval au Médiateur divin est-elle placée au terme do la narration, à son apogée ? Répondre par l'affirmative serait un argument en faveur de la thèse qui prétend que Chrétien de Troyes a bien achevé là son Conte.

Auteur

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540