Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de parenté dans le monde médiéval

Domaine lyrique - Domaine romanesque

Parenté naturelle et parenté spirituelle dans Renart le Nouvel

Elina Suomela-Harma

Texte intégral

  • 1 Nous nous servons de l'édition d'Henri Roussel (Société des Anciens Textes Français, Paris, A. et (...)
  • 2 Pour avoir une idée d'ensemble de ce texte, on peut lire le compte-rendu détaillé donné par John F (...)

1Avant d'aborder notre sujet, les liens de parenté dans Renart le Nouvel, voici quelques considérations préliminaires. L'objet de notre étude est un roman d'à peu près huit mille vers, achevé par le lillois Jacquemart Giélée en 12891. Bien qu'il puisse être considéré, sous quelques réserves, comme une continuation du Roman de Renart, il peut - et doit même -, dans certains cas, être lu et interprété indépendamment de l'avant-texte. La différence principale entre les deux ouvrages réside dans le caractère allégorique de Renart le Nouvel qui fait qu'on hésite à qualifier d'animaux ses protagonistes, même quand ils sont homonymes de ceux du Roman de Renart. - Comme il ne nous est pas possible de résumer ici l'action de l'ouvrage2, nous rappelons à ceux qui le connaissent peu ou l'ignorent complètement, qu'il y est question de l'influence toujours grandissante de Renart qui, devenu l'incarnation du Mal et malgré l'opposition du roi Noble, finit par étendre son pouvoir sur l'univers entier.

  • 3 Le Roman de Renart, qui ne confond jamais cosin avec nevo, connaît aussi cette rime (voir la br. I (...)
  • 4 Cosin et nevo semblent avoir été partiellement synonymes, mais le FEW date l'emploi de cosin au se (...)

2Étudier les liens de parenté dans une oeuvre littéraire, médiévale ou non, ne signifie pas nécessairement étudier les liens de parenté dans la société de l'époque. Même si ceux-ci aident à comprendre ceux-là, l'univers romanesque a ses propres contraintes et peut se permettre des libertés inconnues ailleurs. Renart le Nouvel offre quelques exemples éloquents de cette fluctuation. Dans notre monde à nous, les liens de parenté biologique ne sont pas susceptibles de variations (on est ou on n'est pas père ou fils de quelqu'un). Dans une oeuvre littéraire, par contre, ces liens peuvent être plus éphémères du point de vue tant qualitatif que quantitatif. Hardi, proche parent de Noble, est en général qualifié de neveu, mais cela ne l'empêche pas de devenir passagèrement, pour la commodité de la rime3, son cousin4 :

Nobles Hardi sur .II. coussins 181
Assist, pour che qu'iert ses cousins 182

  • 5 Le ms. La Vallière est peu clair à ce sujet. Dans la scène initiale du livre I, la famille de Rena (...)

3Quant aux problèmes quantitatifs, il est en général assez aisé de faire la généalogie d'un personnage historique, du moins quand on se limite à la descendance directe et légitime : aussi nombreuse soit-elle, elle n'en forme pas moins une série fermée. Dans une œuvre littéraire, en revanche, rien n'oblige le narrateur à énumérer par ex. tous les fils d'un protagoniste ; il peut en citer d'abord quelques-uns pour en introduire d'autres plus tard, si besoin est. Il en va ainsi des fils de Renart : trois apparaissent dès le début du livre premier et trois autres, dont un illégitime, surgissent inopinément dans le livre II5. Nous devons donc nous résigner dès le début au fait qu'une généalogie exhaustive des protagonistes de Renart le Nouvel ne pourra jamais être dressée.

  • 6 Seront notamment laissés de côté tous les personnages allégoriques qui surgissent à la fin de l'ou (...)

4Après ces préliminaires, nous pouvons passer à notre étude proprement dite. Dans Renart le Nouvel, il est souvent question de parenté et, par conséquent, nous sommes obligée de limiter notre analyse à quelques problèmes centraux6. Elle comportera deux volets, dont le premier est consacré aux liens créés par la consanguinité et l'alliance, le second à la parenté spirituelle. Comme on le verra, les transformations qui vont avoir lieu dans les deux domaines sont de taille : la situation initiale n'a que peu d'éléments en commun avec celle sur laquelle l'ouvrage se clôt.

  • 7 Les Domaines de la Parenté. Filiation, alliance, résidence, sous la direction de Marc Augé, Paris, (...)
  • 8 La présence de Tite (vv. 140-1), fille cadette de Pinte, ne forme qu'une exception apparente, car (...)
  • 9 Il est frappant de constater que l'aîné n'est qualifié aucunement, tandis que les deux autres ont (...)

5Pour avoir une idée d'ensemble des liens de parenté qui unissent les protagonistes de Renart le Nouvel, il suffit de lire le passage (vv. 55-200) où sont énumérés les principaux invités à la fête printanière organisée par Noble. Le défilé des barons, qui se présentent tantôt flanqués de leur(s) fils et/ou de leur épouse, tantôt seuls, ne manque pas d'impressionner par sa longueur. Les couples père-fils (-mère) sont de loin les plus nombreux ; à eux ne s'ajoutent que deux couples de frères (vv. 122-3 ; 156-7) et un couple de cousins (vv. 124-6). La cour se forme donc de multiples familles nucléaires qui, à deux exceptions près (Noble-Hardi et Renart-Grimbert), ne semblent pas être apparentées entre elles. La facon dont ces familles sont présentées fait déjà penser que dans l'univers de Renart le Nouvel la filiation doit être du type patrilinéaire ou agnatique, ce qui veut dire que "les enfants font partie du groupe de parenté de leur père...(et) que seuls les hommes transmettent la parenté..."7 - Le lien entre père et fils est ultérieurement souligné quand ils sont homonymes ; dans ce cas-là, le nom du fils est en général au diminutif (Renardel, Brunel, Canteriaus8, Noblet). La mère peut appartenir à la même famille onomastique (Brun-Brune ; Belin-Beline) - détail bizarre qui fait voir que les protagonistes ont malgré tout gardé quelque chose de leur nature de bête. Dans la famille royale, les choses se présentent autrement, car là l'aîné est appelé d'après la mère, le puîné d'après le père ; pour le cadet, on n'a pas été chercher très loin, puisqu'il est tout simplement Lionnel9 :

Li aisnés ot de par se mere 63
A non Orgilleus, de par pere
Ot a non li autres Noblés,
Qui mout estoit nobles variés,
Li tiers ot a non Lionniaus,
Li maisnés fu et li plus biaus ; 68

  • 10 Dans leur Dictionnaire de l'ethnologie, Paris, Payot, 1973, Michel Panoff et Michel Perrin donnent (...)
  • 11 Une classe d'âge est un "ensemble d'individus ayant approximativement le même âge, de l'un ou l'au (...)
  • 12 Georges Duby : "Les ‘jeunes' dans la société aristocratique dans la France du Nord-Ouest au xiie s (...)

6Les générations mises en scène sont au nombre de deux : les pères et les fils. La figure centrale de la génération aînée est Renart, EGO10 ou le point de référence de notre description. La génération des fils, en moyenne deux ou trois par famille, comprend beaucoup de jeunes gens, dont les trois fils de Noble cités ci-dessus, qui sont inconnus aux lecteurs du Roman de Renart. C'est une classe d'âge11 d'hommes adoubes ou en passe de l'être, mais qui, célibataires, ne se sont pas encore affranchis de la tutelle de leur père. La définition que Georges Duby donne de ceux qu'il appelle "jeunes" ou "juvenes" s'applique telle quelle aux fils. L'éminent historien dit entre autres : "Dans le monde chevaleresque, l'homme de guerre cesse...d'être tenu pour 'jeune', lorsqu'il est devenu chef de maison et souche d'une lignée. La ‘jeunesse' peut donc être...définie comme la part de l'existence comprise entre l'adoubement et la paternité"12. Parmi les jeunes de Renart le Nouvel, il y a un seul homme marié, Hardi, mais si nous comprenons bien les vers 178-9, où l'on affirme que sa femme Harouge "estoit lassee et mate / Et si estoit mout deshaitie", son entrée dans la classe des viri ne saurait tarder. - Quant aux individus solitaires, dont les rapports familiaux nous sont inconnus, il est impossible de dire à laquelle des deux générations ils appartiennent. Nous renonçons donc à leur conférer une place dans notre tableau d'ensemble.

  • 13 Un groupe égocentrique est "formé autour d'un individu vivant et techniquement appelé EGO. Un tel (...)

7De tous les barons. Noble est le seul à avoir une lignée qui s'étend sur plus de deux générations. Sa généalogie en embrasse en effet quatre et forme, comme on peut s'y attendre, un groupe de filiation unilinéaire, autrement dit, tous les représentants masculins de la famille sont issus d'un ancêtre commun en une seule ligne. Elle comprend, en amont, son père à lui et, en aval, le petit-fils qui naît au cours de l'histoire. Mais ni Noble, ni les autres n'ont d'ancêtre mythique ou glorieux - cas qui se présente cependant souvent dans la littérature de l'époque. Les pères de la génération aînée semblent être fondateurs de leur lignée respective, dont la perpétuation est désormais confiée à leurs fils. - La famille nucléaire est pratiquement le seul groupe de parents connu par notre texte. Noble et Renart sont entourés d'un groupe égocentrique13 plus vaste. Tous deux ont un cousin (ou neveu) - il s'agit respectivement de Hardi et de Grim-bert - dont le premier est marié, tandis que le second a un fils dont la mère n'est pas mentionnée dans le texte. Une tâche aussi simple que le dénombrement des membres de ces deux groupes s'avère compliquée, mais si l'on décide d'y inclure les compagnes (Proserpine) et les enfants illégitimes (Orgilleus jr. et Souduians), le groupe égocentrique de Noble comprend 9 membres et celui de Renart dix.

8Les familles nucléaires sont soumises à de multiples vicissitudes, dont elles sortent diminuées tant sur le plan numérique que moral. Cela est évidemment dû à Renart qui, pour frapper ses ennemis, recourt tantôt à la violence et tantôt à la ruse. Ses victimes préférées sont les fils et les épouses, mais à travers eux, ce sont les pères qu'il vise. Pour diminuer l'autorité de ces derniers, un moyen approprié est d'éliminer leur progéniture, soit physiquement, en les tuant, soit moralement, en les ralliant à sa propre cause, qui n'est pas celle du père. Les fils d'Ysengrin, ennemi principal de Renart, sont donc envoyés dans l'autre monde : l'un est tué traîtreusement par lui (vv. 698-700), tandis que l'autre est pendu (vv. 3064-5), peut-être pas directement par Renart, mais en tout cas sur son conseil. Bien qu'il soit astucieux d'éliminer les fils qui devraient garantir la perpétuation de la lignée, et non pas le père déjà avancé en âge, il faut pourtant noter que dans les deux cas c'est Ysengrin que Renart voudrait supprimer, sans pourtant y réussir. Parmi les victimes de Renart figurent encore Hubert comme celui-ci n'a pas de famille, toute son espèce périt avec lui - et l'un des deux fils de Tibert. De notre point de vue, la disparition de Mitoul est dépourvue d'intérêt, car il est doté d'un frère qui survit à tous les carnages. Les pères des victimes vouent évidemment une haine sans bornes à celui qui est responsable de la mort de leur(s) fils, mais finissent quand même par lui pardonner. Ysengrin y est obligé par le roi, mais le narrateur, conscient de l'énormité du fait, ne sait pas trop comment l'expliquer :

... li rois la les apaia 2459
Si que li uns l'autre baisa.
Mais ne sai quele amende fist
Renars de che que il ochist
Le fil Ysengrin ; tout ne puis Raconter. 2464

9Quant à Tibert, il fait semblant de croire Renart quand celui-ci lui dit que la pendaison de Mitoul a eu lieu indépendamment de sa volonté à lui (vv. 3115-8). Le chagrin du père ne doit pas être très profond, car pressé par des soucis plus terre à terre, il a vite fait de l'oublier ("...tout le doel ouvlia / De son fil, mais son fain ne pot / Ouvlier que si tres grant ot ; " vv. 3120-2). Le commentaire du narrateur nous ramène dans l'univers du Roman de Renart et nous ne serions pas étonnée que Tibert soit, dans la littérature française du Moyen Age, le seul père pour lequel un bon repas importe plus que la mort de son propre fils.

  • 14 Georges Devreux : "Considérations ethnopsychanalytiques sur la notion de la parenté”, paru dans L' (...)

10En ce qui concerne la parenté par alliance, elle se limite dans la presque totalité des cas à mari et femme. Il n'est jamais question ni de beaux-parents, ni de beaux-frères ou de belles-sœurs. Les mariages, par contre, présentent des aspects intéressants, auxquels il ne nous est cependant pas possible de nous arrêter ici. Nous nous bornons à souligner en passant que ce qui caractérise les ménages de Renart le Nouvel, c'est leur indissolubilité absolue. Même si la femme quitte la résidence conjugale pour une période prolongée, même si le mari fait subir à son épouse des injustices flagrantes, il n'arrive pas que l'un ou l'autre se mette à songer au divorce, au contraire, ils finissent toujours par se réconcilier. Toutefois le problème qui va nous intéresser maintenant, est autre et concerne l'attitude de Renart envers les épouses de ses ennemis. Cette attitude est en partie la même que dans le Roman de Renart, mais il innove aussi quelque peu en allant encore plus loin. Les victimes sont ou violées et/ou enlevées et emmenées dans le château de Renart. Pour employer un terme cher aux ethnologues, les femmes - c'est-à-dire les épouses - circulent beaucoup dans Renart le Nouvel, mais il n'y a pas d'échange, il n'y a qu'un mouvement qui converge vers Renart. Quelle peut donc être la raison qui, à plusieurs reprises, amène celui-ci à déshonorer Orgueilleuse, Harouge et Hersent pour, une fois lassé d'elles, les restituer à leur mari ? Renart n'est pas, nous semble-t-il, un vulgaire séducteur qui se lance inconsidérément dans n'importe quelle aventure. En effet, il ne s'intéresse qu'aux grandes dames du royaume, et il n'est même pas sûr qu'il soit particulièrement sensible à leur charme. S'il s'engage dans ces histoires, c'est surtout, sinon exclusivement, pour ridiculiser et avilir les maris. A ce propos, on peut citer Georges Devereux, selon lequel un rapport extraconjugal "salit l'honneur d'une femme, mais encore plus, et même d'abord, celui des hommes de sa famille. Encore plus sont les mots-clés ; (...) L'équation psychique virilité = puissance étant reconnue, l'homme incapable de défendre sa femme, de se venger ou d'exiger une contreprestation, se sent à la fois diminué sur le plan social et symboliquement châtré et féminisé. (...) Faire l'amour avec la femme d'autrui, c'est donc le tuer symboliquement"14. Cela dit, on comprend que séduire une veuve serait dénué d'intérêt aux yeux de Renart. Ses histoires galantes n'ont de sens que dans la mesure où elles finissent par devenir publiques et, partant, affaiblissent la position du mari sur le plan familial aussi bien que social.

  • 15 A. Guerreau, op. cit., p. 188.

11Après ces considérations rapides sur la parenté naturelle, nous allons maintenant ouvrir le second volet de notre étude, celui qui concerne la parenté spirituelle. Par ce terme, on désigne d'habitude le lien institué par le baptême "entre l'enfant baptisé et ses père et mère, d'une part, et les parrain et marraine d'autre part. Cette forme de rapports sociaux très générale et très importante dans l'Europe féodale (...) produisait les mêmes interdits de mariage que la parenté 'naturelle'"15 ce qui est d'ailleurs illustré par le Roman de Renart, où le viol d'Hersent par Renart est considéré comme d'autant plus scandaleux qu'ils sont compère et commère entre eux. Dans Renart le Nouvel, il ne subsiste pratiquement aucune trace du lien en question et les autres protagonistes ne semblent pas non plus liés l'un à l'autre par des liens de parrainage. Le sens que nous donnons au syntagme parent spirituel n'a donc rien à voir avec le baptême ; nous nous en servirons pour désigner les rapports qui s'instaurent entre Renart et Orgueil, d'une part, et entre Renart et différents ordres religieux, de l'autre. Le terme de parent spirituel se réfère donc à notre EGO, Renart ; que ses parents spirituels soient aussi apparentés entre eux est hors de doute, mais cet aspect ne retiendra pas notre attention.

12Commençons par le cas d'Orgueil que Renart aide à se venger du déshonneur qu'il subit lors de l'adoubement. La façon d'agir de Renart doit impressionner beaucoup l'aîné de Noble : il ne tarde pas à comprendre qu'on a plus à gagner à être malhonnête qu'à être honnête. Dès que l'occasion se présente, il quitte donc le camp de son père et passe du côté de son bienfaiteur. Ce dernier lui réserve le meilleur accueil possible :

Renars au col ses bras li rue 1130
Et Orgieus aussi le racole.
De cuer, de foi et de parole
S'entrepleuvissent conpaignie
A porter mais toute leur vie, 1134

  • 16 Jacques Flach : Les Origines de l'Ancienne France, Paris, L. Larose et Forcel, 1893, t. II, p. 471

13Dès lors, entre eux s'instaure un rapport privilégié. Encore faudrait-il savoir comment l'interpréter. Ce lien ne fait-il pas penser à ceux que Jacques Flach décrit en ces termes : "Les liens créés par...le compagnonnage... se renforcent, soit entre chef et compagnon, soit entre compagnons d'un même chef, par des pactes d'une énergie croissante. Les mêmes pactes font naître des rapports individuels d'une rare étroitesse entre des hommes jusque-là étrangers l'un à l'autre. C'est la fraternité fictive ..." ?16 Or, au lieu de rester avec Renart, Orgueil descend bientôt aux enfers chez son amie Proserpine ; les deux compagnons n'auront donc à affronter ensemble ni la dure existence des soldats, ni les dangers qui s'ensuivent. Le pacte qu'ils concluent concerne le comportement qu'ils vont suivre chacun de leur côté. Désormais, ils seront loin l'un de l'autre, mais vont s'appliquer à mener la même politique, c'est-à-dire à propager le mal. Pour renforcer Orgueil dans ses intentions, Renart le fait couronner roi des vices. Mais Orgueil ne semble pas se sentir encore assez versé dans la doctrine de Renart pour affronter tout seul sa nouvelle existence. Au moment de la séparation, il demande par conséquent que Renart lui donne un de ses fils "pour le ramembrance de lui" (vv. 1305-6). Le passage en question mérite d'être cité, car on y joue avec le mot pere, employé dans deux acceptions différentes. Il désigne aussi bien le géniteur que le pair et si, au vers 1313, il n'était pas juxtaposé aux substantifs consillier et seneschal, le sens du vers serait ambigu :

(...) Renars prist Malebranche 1306
Sen fil l'ainsné et si li livre,
Qui savoit par cuer et sans livre
Tout l'art le pere ; et li aprist
Tres s'enfanche, et pour che le prist
Orgieus o lui que mout l'ot chier,
Si qu'il en fist son consillier
Ou lieu du pere et senescal
De son ostel, ... 1314

  • 17 Après avoir passé un certain temps avec son grand-père spirituel, le fils d'Orgueil est cédé à son (...)

14Noble perd donc un fils, tandis que la lignée de Renart s'enrichit d'un nouveau membre qu'on peut qualifier de fils spirituel de Renart : Orgueil n'a pas seulement épousé la cause de ce dernier, il s'apprête aussi à suivre en tout l'avis de Malebranche, qui n'est autre qu'un dédoublement de son père. Renart a réussi un beau coup : faire passer l'héritier du trône dans le camp opposé est un exploit non négligeable. Même par la suite, il continue à attirer la primogéniture masculine de la lignée royale, car Orgueil et Proserpine envoient leur aîné chez son "grand-père spirituel" pour qu'il prenne en charge l'éducation du jouvenceau17. Tout cela revient à dire que Renart se substitue peu à peu à Noble dans son rôle de chef de lignée : même les deux autres fils du roi finissent par se ranger de son côté, bien que cela se passe d'une façon moins spectaculaire (Lyonnel se fait porte-parole de Renart en affirmant à son père qu'Orgueilleuse a été correctement traitée par son geôlier, ce qui évidemment n'est pas vrai ; Noblet, pour sa part, tombe amoureux de ma dame Outrecuidié (vv. 6855-61), ce qui implique qu'il devient partisan de Renart).

15Le second type de parenté spirituelle, celle qui s'établit entre Renart et certains ordres religieux, ressemble également à un rapport entre père et fils. A la fin du livre II, les représentants des dominicains et des franciscains s'adressent à Renart pour lui demander d'assumer la direction de leurs ordres respectifs. Comme ils sont convaincus que sa présence leur serait très profitable - matériellement, s'entend - ils présentent leur requête avec beaucoup d'insistance. Cependant Renart, peu désireux de s'engager personnellement, trouve un moyen adroit pour décliner l'offre. Il se fait représenter par ses fils, passés maîtres dans l'"art leur pere" : confier à eux une tâche initialement proposée à lui ne change rien à l'affaire. Les frères mineurs le savent bien et c'est pour cela qu'ils acceptent la proposition de Renart. Quant au patriarche de Jérusalem, qui exprime le voeu de voir Renart s'installer chez lui, il n'a pas plus de succès et se voit léguer un troisième fils (vv. 7528-37). Renart n'est toutefois pas capable de résister infiniment et lorsqu'une occasion particulièrement avantageuse se présente - on lui permet de devenir mi-Templier, mi-Hospitalier - il finit par l'accepter. Au milieu de cette scène, il est pourtant pris par un doute : comment lui, qui est marié, peut-il entrer dans les ordres ? :

A cheus qui plus ert mestiers, 7590
(...) me tenrai,
Se je pooir de rendre m'ai,
Car jou ai me fenme vivant.
Li papes respont en riant :
"De rendre je vous doins congié. 7595

16Il est curieux de voir Renart se souvenir tout d'un coup de sa femme, dont l'existence ne l'a jamais empêché de faire quoi que ce soit. La réaction du pape n'est pas moins bizarre : pourquoi rit-il ? Est-ce par soulagement quand il constate que le problème que Renart a à régler est aussi "insignifiant" ? Quoi qu'il en soit, après le permis accordé par le pape. Dame Eme disparaît complètement du récit ; le sort de ce personnage féminin, qui est pourtant épouse exemplaire et mère de plusieurs fils, ne préoccupe personne.

  • 18 Op. cit., p. 190.

17Une grande partie du monde ecclésiastique finit donc par vouer obéissance à Renart sans qu'il ait rien fait pour accéder à cette position éminente que lui vaut sa renommée - exécrable ou excellente, selon le point de vue où l'on se place. En faisant entrer sa progéniture dans les ordres, Renart se prive de descendance. Mais s'il n'a pas de petits-fils, il sera largement récompensé par le fait qu'il se "multiplie" autrement. En effet, comme écrit Alain Guerreau, "l'Église forme ... un énorme système de parenté sans mariage ni procréation, et qui pourtant se reproduit fort bien, mieux même que la plupart des autres groupes sociaux"18. Elle ouvre des horizons bien plus larges qu'une lignée, dont les membres ne dépassent, dans le meilleur des cas, du vivant de son fondateur, une centaine de personnes.

18Dans ce qui vient d'être dit, le terme de "parent spirituel" est employé dans un sens strict. A part Orgueil, sont considérés comme tels ceux - et seulement ceux qui appartiennent à un des ordres dirigés par Renart ou par ses fils. Mais en principe rien n'empêcherait d'élargir l'emploi de ce terme à tous ceux qui finissent par adopter la religion de Renart, que ce soit de leur propre gré ou non. Ainsi Noble pourrait-il, avec la grande masse de ses sujets, être inclus dans le nombre déjà élevé de ses parents spirituels. Mais comme dans leur cas il s'agit moins d'un choix délibéré que d'une évolution à laquelle ils n'ont pas la force de se soustraire, nous ne faisons pas nôtre cette interprétation. Elle est toutefois avancée par le narrateur qui constate :

Tout sont...renart et renardes, 7683
Clerc et lai, witart et witardes,
Viel et joune, grant et petit. 7685

19D'après cette vision pessimiste, on aboutit donc à une situation où le système de parenté spirituelle est coextensif à l'ensemble des protagonistes.

  • 19 Karl Hauck : "Formes de parenté artificielle dans le Haut Moyen Age”, paru dans Georges Duby - Jac (...)

20Concluons. Des nombreuses familles nucléaires de Renart le Nouvel les trois les plus importantes finissent par périr ou par éclater. Le cas extrême est celui d'Ysengrin dont la descendance mâle est entièrement supprimée. Les pertes subies par Noble en tant que père sont moins lourdes, car il ne perd ses fils que spirituellement. Mais les malheurs d'Ysengrin et de Noble ne finissent pas là. Avec Hardi, ils se voient aussi temporairement privés de leurs femmes, contraintes de former une sorte de harem autour de Renart. Dans ces conditions, la famille est réduite à bien peu de chose. - A côté des familles "charnelles" les familles spirituelles, c'est-à-dire les ordres religieux, subissent des transformations profondes. Ils abandonnent Dieu et se donnent corps et âme - c'est bien le cas de le dire - à Renart, dans la personne duquel ils ont trouvé un nouveau père plus à leur goût. S'il est vrai que "la société médiévale ... multipliait (les) rôles paternels"19, comme l'écrit Karl Hauck, cette tendance, Renart l'illustre mieux que personne.

Notes

1 Nous nous servons de l'édition d'Henri Roussel (Société des Anciens Textes Français, Paris, A. et J. Picard et Cie, 1961) qui reproduit le ms. La Vallière (B.N. 25 556).

2 Pour avoir une idée d'ensemble de ce texte, on peut lire le compte-rendu détaillé donné par John Flinn dans son Le Roman de Renart dans la littérature française et dans les littératures étrangères au Moyen Age, Paris, PUF, 1963, pp. 252-334.

3 Le Roman de Renart, qui ne confond jamais cosin avec nevo, connaît aussi cette rime (voir la br. I, vv. 987-8 dans l'édition de Mario Roques, Classiques Français du Moyen Age 78, Paris, Champion, 1948).

4 Cosin et nevo semblent avoir été partiellement synonymes, mais le FEW date l'emploi de cosin au sens de nevo seulement aux environs de 1 370 (FEW 2,2, p. 10737. Le vers 182 offrirait-il un exemple précoce de cet emploi ? Autre question : jusqu'à quel point les traductions proposées par les dictionnaires pour les termes de parenté sont-elles fiables ? Alain Guerreau écrit à ce sujet : "il faut se méfier vivement des traductions proposées (...) (et) insister le plus nettement possible sur le danger que l'on court à appliquer au Moyen Age les notions actuelles de parenté, qui ne sont absolument pas adaptées”. (Le Féodalisme. Un horizon théorique. Paris, Le Sycomore, 1980, pp. 184-5).

5 Le ms. La Vallière est peu clair à ce sujet. Dans la scène initiale du livre I, la famille de Renart est présentée ainsi :
Renars li houpiex i estoit 73
Qui ses .III. fiex o lui avoit ;
Malebranche ot non li aisnés,
Plus ert cremus ne fust amés ;
Li secons ot non Perchehaie,
Qui en nul point n'avoit manaie
Ne pité de crasse gueline.
Et si i fu dame Emmeline
Mere as enfans, feme Renart. 81
Comme on ne cite pas le nom du troisième fils, on ne peut pas savoir s'il s'agit de Roussel ou de Renardel, introduits dans le récit par le livre II, ou de quelqu'un d'autre. D'après les mss. C, F et L (voir les variantes à la p. 16 de l'édition de Roussel), le troisième fils n'est autre que Roussel, ce qui limiterait le nombre total des rejetons de Renart à cinq.

6 Seront notamment laissés de côté tous les personnages allégoriques qui surgissent à la fin de l'ouvrage. Certains parmi eux sont apparentés à Renart : c'est surtout le cas de Dame Gille, dont on dit qu'elle est sa "suer germaine” (v. 7145), et de Fausseté, son "cousin germain, / ... fiex vo oncle Boisdie” (vv. 7706-7).

7 Les Domaines de la Parenté. Filiation, alliance, résidence, sous la direction de Marc Augé, Paris, Maspéro, 1975, p. 18.

8 La présence de Tite (vv. 140-1), fille cadette de Pinte, ne forme qu'une exception apparente, car elle est aussi la bien-aimée de Canteriaus (vv. 6902-13) qui lui dédie une chanson à laquelle Tite répond à son tour.

9 Il est frappant de constater que l'aîné n'est qualifié aucunement, tandis que les deux autres ont droit à des épithètes louangeuses. Les événements montrent d'ailleurs que le droit d'aînesse n'est pas particulièrement valorisé dans l'univers de Renart le Nouvel.

10 Dans leur Dictionnaire de l'ethnologie, Paris, Payot, 1973, Michel Panoff et Michel Perrin donnent à ce terme la définition suivante : "Nom conventionnel donné à l'individu choisi comme point de référence dans la notation et la description d'un système de parenté” (p. 89).

11 Une classe d'âge est un "ensemble d'individus ayant approximativement le même âge, de l'un ou l'autre sexe, et qui sont organisés de manière cohérente en un groupe socialement reconnu (...) ayant le même statut au sein de la société globale et exerçant les mêmes activités” (Panoff-Perrin, op. cit., p. 13).

12 Georges Duby : "Les ‘jeunes' dans la société aristocratique dans la France du Nord-Ouest au xiie siècle”, paru dans Hommes et Structures du Moyen Age, Paris-La Haye, Mouton, 1984, 2nde éd., p. 213.

13 Un groupe égocentrique est "formé autour d'un individu vivant et techniquement appelé EGO. Un tel groupe n'est donc pas permanent ; il disparaît avec la mort de l'individu qui sert à le définir” (Panoff-Perrin, op. cit., p. 90).

14 Georges Devreux : "Considérations ethnopsychanalytiques sur la notion de la parenté”, paru dans L'Homme, 1965, V, 3-4, pp. 234-236.

15 A. Guerreau, op. cit., p. 188.

16 Jacques Flach : Les Origines de l'Ancienne France, Paris, L. Larose et Forcel, 1893, t. II, p. 471.

17 Après avoir passé un certain temps avec son grand-père spirituel, le fils d'Orgueil est cédé à son grand-père charnel, mais cela n'a lieu qu'après la conversion de Noble dans ce que l'on pourrait appeler "la foi Renart”.

18 Op. cit., p. 190.

19 Karl Hauck : "Formes de parenté artificielle dans le Haut Moyen Age”, paru dans Georges Duby - Jacques Le Goff : Famille et Parenté dans l'Occident Médiéval. (Collection de l'Ecole française de Rome, 30), Rome, 1977, p. 43.

Auteur

Université de Paris III Sorbonne Nouvelle

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540