Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de parenté dans le monde médiéval

Domaine lyrique - Domaine romanesque

Les marques de la filiation dans le Parzival de Wolfram von Eschenbach

Jean-Marc Pastré

Texte intégral

  • 1 Parzival, K. Lachmann, Berlin - Leipzig, 1833 ; 6, 25-26.

1Héritier du royaume d'Anjou de par la mort de son père Gandin, Galoes propose à son frère puîné Gahmuret de relever avec lui le nom d'Angevin1. Irrésistiblement attiré par l'aventure, Gahmuret préfère renoncer à l'apanage qu'on lui propose et part courir le monde. Arrivé en Afrique, il secourt Belacâne, reine de Zazamanc, à laquelle un ennemi livre une guerre sans merci. Attiré par sa beauté, Gahmuret épouse Belacâne. Dans cet épisode qu'il invente de toutes pièces. Wolfram prend soin de souligner combien les habitants de Zazamanc ont la peau noire comme la nuit (17, 24-25), ce qui leur vaut l'appellation de Maures (19, 17-19) et combien la reine elle-même est tout aussi noire que son peuple (24, 6-11). Mais ce mariage n'est pour Gahmuret qu'une étape. Aiguillonné par le goût de l'aventure, il quitte secrètement cette femme qu'il chérit et lui laisse pour testament une lettre par laquelle il révèle l'origine angevine de l'enfant que Belacâne attend (56, 5-6).

  • 2 Sens possible de 55, 28-29 : "werde unser zweier kindelîn / anme antlütze einem nan gelîch".

2Gahmuret semble s'inquiéter de l'aspect physique du futur enfant et se demande dans cette même lettre s'il aura visage humain2. La reine met en effet au monde un enfant dont le teint ne rappelle en rien celui d'un homme (328, 15-17) : ce prodige est de peau blanche et noire alternée (57, 16-18), si bien que Wolfram le compare à la pie, noir et blanc qu'il est de la tête aux pieds, puisque même ses cheveux sont blancs et noirs (57, 27-28). Belacâne l'appelle d'emblée "Feirefîz Anschevîn" (57, 21-22), de l'ancien français vair, tiré du latin varium, c'est-à-dire de différentes couleurs. Issu du croisement de deux races, Feirefîz est un métis. Né d'une noire et d'un blanc, Feirefîz est un mulâtre. Ce métissage toutefois n'apparaît pas dans sa forme naturelle et concrète, dans la couleur que sa peau devrait montrer. Les couleurs de la peau de Feirefîz ont donc une toute autre signification, que Wolfram nous donne à découvrir.

  • 3 328, 15-17 : "sin vel hât vil spaehen glast : / er ist aller mannes varwe ein gast, / wîz unde swa (...)

3L'une des fonctions assurées par la peau du personnage nous met sur la voie. A chaque présentation du personnage, la bigarrure de sa peau sert de signe de reconnaissance. Cundrîe, la messagère du Graal, révèle ainsi à Parzival qu'il a pour demi-frère un homme à l'aspect étrange, à la fois noir et blanc (317, 8-11). Eckuba, reine de Janfûze et fille de la soeur de Belacâne, précise peu après à Parzival qu'on le reconnaît en effet à sa couleur étonnante, unique parmi les hommes3. Lorsque, après un combat acharné, Feirefîz déclare à son demi-frère qu'il est de la maison d'Anjou, Parzival, incrédule comme Thomas, lui demande d'ôter son heaume afin qu'il le reconnaisse (746, 26-27). Pour assurer la reconnaissance, Feirefîz demande alors à Parzival comment on le lui a décrit (747, 22-24), et ce dernier reprend l'évocation qu'en avait faite Eckuba en le comparant à un parchemin empli d'écritures, "als ein geschriben permint" (747, 26-27), tant il est vrai qu'on peut lire sur sa peau sa filiation. Feirefîz ôte son casque, et Parzival le reconnaît immédiatement à sa peau semblable au plumage de la pie. A la cour, tous veulent voir le prodige de cet homme bigarré (758, 1-5). Gâwân lui-même ne résiste pas à la curiosité de se faire présenter Feirefîz, c'est-à-dire de voir les marques étranges de sa peau dont il avoue n'en avoir jamais vu de semblables (758, 7-9). Ailleurs enfin, la double épithète de noir et blanc suffit par périphrase à désigner le personnage (782, 4 ; 792, 28 ; 810, 10).

  • 4 Figures et couleurs, Paris, 1986, p. 140.

4La bigarrure de la peau de Feirefîz assure ainsi la même fonction que les armoiries d'un chevalier. Le terme même de vair employé par sa mère pour le désigner est aussi un terme de blason. D'abord fourrure blanche et grise-celle du petit-gris - dont on recouvrait l'écu, le vair consiste comme fourrure du blason en points blancs et bleus alternés. La peau de Feirefîz, transposition anthropo-morphique de la fourrure animale et héraldique, est en fait, pour reprendre les termes du blason, chargée de vair, vairée, puisque les taches sont d'une couleur qui diffère du vair héraldique proprement dit. Feirefîz est en fait le fils vairé de Belacâne et de Gahmuret. On notera que le -e de Feire(fîz) n'est pas en effet en moyen haut allemand un e muet. Ce rapprochement s'impose d'autant plus que Wolfram par deux fois désigne Feirefîz par les mots "vêch gevar" (781, 6) et "vêch gemâl" (810, 10), de couleur tachetée, qui s'employait surtout pour les fourrures et le plus souvent pour l'hermine. Peau d'animal dont on recouvrait l'écu, peau humaine qui sert à l'irrécusable reconnaissance de l'homme qui la porte, ce vair de la peau fait de Feirefîz un corps armorié. Michel Pastoureau écrivait que les armoiries sont au moyen âge un équivalent du nom, que l'homme, dès la fin du xiie siècle, se trouve en quelque sorte "emblématisé" et que la figure placée dans l'écu équivaut à une figure peinte sur le corps4. On ne saurait mieux dire. Voir Feirefîz suffit à reconstituer son identité, c'est-à-dire son nom : le nom de Feirefîz, à proprement parler, colle au corps du personnage. La figure et les couleurs imprimées sur sa peau en font un corps blasonné. La peau vairée de Feirefîz est la valorisation, la transposition héraldique de son métissage.

  • 5 Ibid., p. 121.

5Signes de reconnaissance servant à traduire l'identité héraldique, laquelle ne se définit, comme l'écrit encore Michel Pastoureau, que par la parenté, les armoiries sont pourvues d'une fonction dénotative : elles dévoilent la filiation de celui qui en fait l'usage et le situent au sein de son groupe familial ou féodal5. Or nous allons voir combien les armes de Gahmuret annoncent la singulière apparence de son fils. Entré au service du baruch de Bagdad, Gahmuret décide de prendre d'autres armes que celles que son père Gandin lui avait données et se donne pour armoiries trois ancres d'hermine (14, 12-19 et 27-28). Symboliques comme la plupart des armoiries imaginaires, ces ancres ont un sens que Wolfram s'empresse de dévoiler. Gahmuret est en quête d'un pays où il pourrait se fixer, et ses ancres longtemps ne trouvèrent ni terre ni cap, tant le héros va sans cesse de terre en terre étrangère pour y guerroyer et pour y prouver sa bravoure (14,29 - 15,7).

6Ce fond blanc semé de queues noires qui définit l'hermine des armes de Gahmuret reproduit en fait les deux couleurs sous lesquelles apparaît le personnage. Lorsqu'il arrive à Kanvoleiz, Gahmuret porte ainsi une zibeline placée sur une chemise blanche (63, 24-26). De même la cotte d'armes de Feirefîz sera blanche comme neige (757, 1). Le corps de Feirefîz est donc une fois encore la vivante image de sa filiation, les couleurs dé sa peau reprenant celles des armoiries de son père. Sa peau est en fait tout empreinte de la réalité féodale qui assigne, détermine et subordonne la place de l'individu dans le groupe auquel il appartient. Le corps de Feirefîz porte en quelque sorte le sceau de sa filiation, dont il a sur la peau les stigmates. Vivant blason, le corps assure ici la fonction de la cotte d'armes, et la personne incarne ici le signe qui doit l'identifier. L'empreinte féodale prime ici sur l'humaine réalité et lui assigne un sens : la féodalité y façonne l'homme à son image.

  • 6 Ibid., p. 107 ; M. Pastoureau, L'hermine et le sinople. Etudes d'héraldique médiévale, Paris, 1982 (...)
  • 7 Figures et couleurs, op. cit., p. 205.

7Dans le Tristan en prose, rédigé quelques décennies plus tard, Tristan se voit offrir un écu de figures symboliques évoquant un épisode antérieur ou un malheur à venir. Les armoiries des personnages imaginaires ont en effet le plus souvent un contenu symbolique, et les auteurs les utilisent comme un moyen d'annoncer un épisode à venir ou de traduire un des traits de caractère du héros6. Nous avons vu le sens que Wolfram accorde au motif des ancres de Gahmuret. Il nous semble toutefois nécessaire d'aller plus loin et de rapprocher ce motif et ses couleurs, d'étudier de plus près ce qu'on appelle la composition héraldique, car, comme le note Michel Pastoureau, l'association et la disposition des figures et des couleurs à l'intérieur de l'écu est presque toujours un élément porteur de sens dans les armoiries7. Le noir et le blanc propres à l'hermine de son écu prédisposent ainsi Gahmuret au mariage mixte. Figurée par l'ancre de ces armes, la quête de l'aventure prend les couleurs de ce qui sera l'événement majeur de cette quête, le mariage avec Belacâne. La première étape de la vie de Gahmuret est ainsi inscrite de manière programmatique dans ses armoiries ; le blason fonctionne comme ligne de vie. Feirefîz porte sur sa peau l'aboutissement, le résultat de ce programme ; il porte la couleur des années d'errance du père, et il en est le fruit. Les premières armes de Gahmuret étaient l'image annonciatrice de la première étape de son destin. Par son corps, Feirefîz est la vivante image de ce que Gahmuret a été, un blanc qui épouse une noire : la couleur du fils renvoie ainsi aux actes du père. Fruit des oeuvres du père, il en porte les marques. Les armes de Gahmuret annonçaient donc son destin tout autant que ses oeuvres : le corps du fils reprend ce qu'annonçaient les armes de son père. Ces armes étaient l'image de son destin, et Feirefîz reproduit dans sa chair cette image. Blasonné, le corps du fils renvoie ainsi au blason du père : le corps de Feirefîz est blasonné comme l'était sur ses armes le destin de son père. Par ce double jeu de miroir auquel se livre Wolfram, les armes de Gahmuret reflètent ce qu'il sera, tandis que le corps de Feirefîz reflète ce que son père a été. Ses armes étaient l'image de son avenir, Feirefîz est l'image de son passé. D'une génération à l'autre, on passe ainsi des aspirations que traduisaient les ancres de ses armes à la réalité de Feirefîz, des rêves à la chair.

  • 8 Ibid., p. 200. S. Singer a bien montré que cette connotation est attestée plusieurs fois chez les (...)

8Cette première tranche de la vie de Gahmuret n'épuise pourtant pas le symbolisme de cette bichromie. Le premier mariage de Gahmuret n'est en effet que la première étape de son destin. Après avoir quitté Belacâne, le héros épouse la blanche Herzeloyde. Dans le noir et le blanc de ses armes, Gahmuret portait les couleurs de sa diversité. Or, Feirefîz reproduit le cheminement de son père et épouse, après avoir abandonné la mauresque Sekundille, la blanche Repanse de Schoye, soeur de Herzeloyde et gardienne du Graal. Le corps de Feirefîz reflète donc les mêmes traits de caractère que les armes de son père et préfigure tout autant son destin. Tous deux portent le noir et le blanc et connaissent dans leur vie deux étapes marquées successivement par un mariage noir et par un mariage blanc. Tous deux connaissent l'inconstance dans le mariage, tous deux ont varié et méritent cette juxtaposition des couleurs qui justement chez Feirefîz donne ce nom de fils vairé. Il y a donc une connotation péjorative de la couleur chez nos deux personnages. Michel Pastoureau notait déjà que le vair est la seule parmi les fourrures à se rencontrer dans les armoiries de personnages mauvais et que la plupart des surfaces formées d'une suite de cases égales et de couleurs alternées connotent dans l'héraldique imaginaire quelque chose de mauvais, tant la bigarrure y est généralement prise en mauvaise part8.

9Wolfram lui-même conduit à cette interprétation. Le poète compare en effet plusieurs fois la bigarrure du corps de Feirefîz au plumage de la pie ; or, il recourt à la même comparaison dans le prologue de l'oeuvre pour y stigmatiser ceux qui connaissent en leur coeur l'hésitation et l'inconstance, zwîvel et unstaete (1, 1 et 1, 10) : blancs et noirs comme la pie, ils relèvent à la fois du ciel par le blanc et de l'enfer par le noir. Il y a dans le mot unstaete le sens d'instabilité, cette difficulté à se fixer que symbolisaient déjà si bien les ancres des armoiries de Gahmuret. Sorte de fatalité, cette bigarrure et cette inconstance appartiennent - tout autant, comme nous le verrons, que le noir lignage de l'Anjou wolframien - au code génétique du fils comme du père. La vie de Gahmuret est déjà déterminée par les aspirations dont ses armes sont l'image. Wolfram insiste d'ailleurs par deux fois sur le poids fatal de ces armoiries que le héros traîne sans trêve ni repos jusqu'à sa mort (14,29 - 15,7 et 23,4). Double image d'un destin partagé, la bigarrure des armes du père et la peau du fils entachent en fait leur destinée. La diversité des couleurs de Feirefîz préfigure dans sa chair la diversité de sa vie.

10Wolfram évoque d'une manière tout aussi emblématique la seconde étape de la vie de Gahmuret. Le poète avait bien spécifié dans le choix des ancres pour figures d'armoiries, que Gahmuret ne relevait pas là les armes de son père (14, 12-19), ce que confirme son cousin Kaylet, roi d'Espagne, qui ne lui connaissait pas ces armes et n'a donc pas reconnu le fils de Gandin dans la bataille (50, 1-6). Au moment même où la victoire lui destine à Kanvoleiz Herzeloyde pour épouse, lui parvient la nouvelle que Galoes, son frère, est mort. Le héros enjoint aux troupes attristées de son frère de reprendre courage, car Gahmuret décide d'assumer l'héritage angevin et d'assurer la continuité lignagère. Il enlève derechef les armes qu'il s'était inventées et relève les armes de son père : son ancre s'est fixée sur la terre ancestrale, voici finie l'époque des errances sans fin. Wolfram profite de l'occasion pour préciser à nouveau le sens symbolique de l'ancre et explique clairement que ce motif était bon pour un preux éloigné de sa terre d'origine et en quête de point d'attache : "der anker ist ein recken zil" (99, 15). Ayant trouvé son point d'ancrage dans l'Anjou de ses pères, il en reprend les armes, une panthère de zibeline (101, 6-7)-toujours le noir, que Gahmuret reprit donc pour partie comme couleur lignagère dans des ancres d'hermine que Wolfram d'ailleurs nous dit une fois, dans une variante révélatrice, de zibeline (71, 3).

  • 9 L'hermine et le sinople, p. 113.
  • 10 A. Ailes, The Origines of the Royal Arms of England. Their development to 1199, Graduate Center fo (...)
  • 11 Ailes, op. cit., p. 82 ; Pastoureau, Figures et couleurs, p. 163. Isidore, Liber Etymologiarum, I. (...)
  • 12 Pastoureau, Figures, p. 204.
  • 13 G. Dumézil, L'oubli de l'homme et l'honneur des dieux, Paris, 1985, p. 103.

11Michel Pastoureau classe la panthère parmi les animaux chimériques ayant servi de meubles dans les armoiries9. La panthère ne fut certes jamais la figure des armes d'Anjou, lesquelles montraient pour Henri II soit des lions soit des léopards, ceux-là mêmes que son fils Richard reprit en 1195 dans son dernier sceau10. Le léopard est certes aujourd'hui aux yeux des naturalistes synonyme de panthère. Mais on ne peut surtout s'empêcher de penser ici à la légende transmise à Solin par Pline, puis à l'Occident médiéval par l'intermédiaire d'Isidore : le léopard était pour toute la littérature zoologique depuis le xiie siècle le pardus des bestiaires latins, fruit de l'accouplement du mâle de la panthère et de la lionne11, animal mythique dont les traits furent ensuite attribués à la panthère. Les médiévaux considéraient donc le léopard comme un animal hybride, bâtard comme le mulet, et réunissant les caractères des deux espèces dont on le disait issu. Tacheté de noir comme la panthère, le léopard n'a certes pas la peau blanche, même s'il l'a claire. Les médiévaux n'en savaient sans doute pas tant, et un Brunetto Latini voyait bel et bien dans la panthère l'association du noir et du blanc : "Panthere est une beste tachiee de petiz cercles blancs et noirs". Vers 1180, Heinrich von Veldeke compare la robe du destrier de Kamille - faite de taches rondes, mêlée de gris et de blanc (v. 5260-61) - à un léopard. Tout cela nous ramène à Feirefîz. Tacheté de noir et de blanc, fils de Gahmuret l'Angevin dont les armes féodales portent la panthère, Feirefîz est à sa manière léopardé. Issu de Belacâne, qui joue dans cette naissance mythique le rôle de la lionne, Feirefîz l'Angevin porte à la manière animalière de sa peau les stigmates de sa filiation et les marques de sa bâtardise. Figure péjorative dans les armoiries littéraires, tacheté, donc marqué par une certaine impureté12, le léopard, dont on retrouve l'image sur la peau de Feirefîz, conforte l'impression mêlée suscitée par le héros tel que Wolfram nous le présente. Représentant en Inde de la fonction guerrière du schéma trifonctionnel telle que Parzival la lui délègue, Feirefîz manifeste à sa manière l'ambiguïté homme-animal du guerrier, trait bien connu dont Georges Dumézil trouvait les meilleurs exemples dans le monde Scandinave avec les "guerriers-fauves" que sont les Bersekir d'Odinn décrits par Snorri au début de l'Ynglingasaga13.

  • 14 E. ce Bruyne, Etudes d'esthétique médiévale, Bruges, 1946, I, p. 283 ; R. Foerstar, Scripteres Phy (...)
  • 15 Cl. Lévi-Strauss, Paroles données, Pari, 1034. p. 132, dans le chapitre sur le mythe percevlien en (...)
  • 16 P. Bancourt, les musulmans dans les chansons du geste du cycle du roi, Aix-Marseille, 1982, P. 53 (...)

12Dans leurs traités, les physionomistes médiévaux cherchaient à interpréter le caractère et le tempérament d'après la forme des parties du corps, la couleur de la carnation ou des cheveux, et d'après les ressemblances humaines avec tel ou tel animal14. Léopardé dans sa chair, la bcuche rouge seulement pour moitié de son dessin (758, 19-20), Feirefîz est une sorte de monstre. Arborant en outre une chevelure aux couleurs de son corps, comme le serait un cimier, et, ce qui le rapproche encore de l'animalité, bigarrée comme l'étaient la crinière et la queue, noires et blanches, du palefroi d'Enite dans l'Erec de Hartmann, Feirefîz rappelait à Claude Lévi-Strauss le double que les récits iroquois font participer à la quête du héros, double pareil à lui sauf qu'il a justement une chevelure bicolore, double que Lévi-Strauss retrouvait aussi dans le demi-frère du mabinogi de Branwen15. Héritier de la noirceur des Maures, Turcs ou Ethiopiens tels que les chansons de geste les dépeignent16, Feirefîz occupe une place à part dans l'univers du Graal. Parzival appartenait au lignage du Graal par sa mère, Herzeloyde, soeur d'Anfortas. Wolfram rattache à ce même lignage le demi-frère de Parzival en lui faisant épouser la soeur de Herzeloyde, ce par quoi la double descendance de Gahmuret est annexée à la race du Graal qu'elle vient féconder. Mais à peine marié à Repanse, Feirefîz retourne avec son épouse dans ses royaumes africains. Le noir ne l'emporte en fait qu'en apparence sur le blanc. Comme le double iroquois des récits rapportés par Lévi-Strauss et comme le demi-frère de Branwen, à moitié nuisible et à moitié secourable, Feirefîz a pour destin d'être ennobli par la quête de son demi-frère. Par le retour outre-mer d'un Feirefîz baptisé, l'Europe chrétienne envoie son ferment au reste du monde. Feirefîz fait aussitôt savoir à toute l'Inde ce qu'est la foi chrétienne 1822, 23 - 323, 2), et son fils, le Prêtre Jean, roi des Indes, fait de cette vaste partie du monde un nouvel et grand empire chrétien. Sur et par ce Feirefîz fait à part égale de noir et de blanc, la dcuble greffe du baptême et du mariage avec la blanche Repanse fait pencher la balance et donne au blanc l'avantage sur le noir. Transcendant les connotations négatives de la bigarrure, la double appartenance de Feirefîz donne à sa part de négritude la fonction d'un indispensable vecteur. Ennoblie et sanctifiée par ce double greffon, cette part de noir permet la propagation de la foi dans le reste du monde, tant la double appartenance de Feirefîz lui assigne le rôle d'intermédiaire et permet d'introduire par lui chez ses noirs congénères la foi chrétienne.

  • 17 Voir pour l'Allemagne Rudolf van Ems, Weltchronik, G. Ehrismann, Berlin, 1915, v. 1533-1604.
  • 18 Pastoureau, Figures, pp. 36 et 194.

13En faisant de Feirefîz un enfant de l'Afrique et de l'Inde, Wolfram suivait la mode et les idées du temps. De l'Ethiopie venaient les êtres monstrueux, de l'Inde ces hommes vêtus de peaux de bêtes sauvages ou encore ces enfants nés gris de peau et qui deviennent noirs avec l'âge17. Sans doute séduit par son idée de bigarrure comme marque de métissage, Wolfram créera peu après le Parzival le personnage de Josweiz. Blanc par son père Matusales et noir par sa mère, une africaine de Jetakranc (386, 11-21), ce personnage sarrasin du Willehalm a, lui aussi, la peau noire et blanche et porte pour armoiries un cygne blanc de corps, noir de bec et de pattes, reflet fidèle de sa filiation. Mais Wolfram n'insiste guère sur cet aspect du personnage. C'est avec Feirefîz que ce que Michel Pastoureau appelle l'héraldique connotative fonctionne dans toute sa plénitude. Valeurs archétypales, le noir et le blanc de Gahmuret et de Feirefîz permettent à Wolfram de faire jouer à plein dans cette héraldique imaginaire, où tout est symboliquement signifiant et riche de multiples connotations, les tensions et les valeurs attachées à ses deux couleurs fondamentales18.

  • 19 Voir J. M. Pastré, Errance romanesque et cours des astres : la carrière saturnienne d'un héros dan (...)

14Là ne s'arrête d'ailleurs pas l'opposition symbolique du noir et du blanc telle que la présentait le prologue de l'oeuvre. Bien plus encore que Gahmuret et Feirefîz, l'alternance de la couleur propre à la pie concernait en premier chef le héros même du roman, Parzival. Doutant de la loyauté de Dieu à son égard et de son aide, le héros erre pendant près de cinq années avant de renouer avec la foi auprès de l'ermite Trevrizent. Devenu roi du Graal, Parzival va échanger contre la panthère noire de son père Gahmuret la colombe blanche des armoiries du Graal (792, 28) : le voici à son tour passé par l'intermédiaire du rouge du Chevalier Vermeil dont il assimile la couleur guerrière, du noir au blanc, des errances terriennes, mais fécondes et propres à la race de son père, à la souveraineté spirituelle du lignage maternel du Graal, à cette couleur qui représente précisément dans le schéma trifonctionnel la souveraineté religieuse et politique19.

15Ce jeu de contrastes est d'ailleurs unique dans la littérature européenne du xiiie siècle. L'auteur du Tristan en prose fera beaucoup moins quelques années plus tard, encore que dans le même sens, avec le personnage de Palamède. Ce chevalier sarrasin, l'un des principaux héros de l'œuvre , fut constamment doté, du xiiie au xve siècle, d'un écu "échiqueté d'argent et de sable", de blanc et de noir posés en damier. Fils du roi de Babylone, rival malheureux de Tristan, Palamède finira par se convertir. Michel Pastoureau montre bien comment ses armoiries traduisent parfaitement la situation du héros partagé entre deux états et entre deux religions : blanc, car loyal, preux er sympathique ; noir, car d'origine païenne et accablé d'infortune.

  • 20 Même identification chez W. Snelleman, Das Haus Anjou und der Orient in Wolframs "Farsival", Diss. (...)
  • 21 Michel Pastoureau nota l'abondance des lions passants en Anjou, Maine et Normandie, berceau de la (...)
  • 22 Cette contribution est le développement d'un article paru dans Etudes inter-ethniques, Annales du (...)

16Par le fils vairé de Gahmuret et de Belacâne, par cette peau léopardée qui renvoie au lion passant héraldique du royaume Plantagenet20, berceau des armoiries21, Wolfram assignait aux Angevins historiques, dont il reprend sous une forme poétique bien des traits dans son oeuvre, la double apparence et l'image contrastée tantôt d'une peau blanche et d'armes noires, tantôt enfin d'une peau noire et blanche. Cet Anjou noir, ce corps blasonné et cette double alliance des fils de Gahmuret avec le lignage du Graal sont au coeur de la conception qu'avait Wolfram vers 1210 du rôle et de la présence des Plantagenet dans l'ensemble du monde. Relié par Wolfram et sous l'autorité fictive de Flegetânis à la famille du Graal, le lignage angevin trouvait une consécration qui l'élevait au-dessus des autres familles régnantes. Par la fécondité qui marque de sa couleur noire la race de Gahmuret - destinée par son ascendance à l'amour (95, 20-21 et 300, 15 ss.) -, Wolfram lui conférait la haute fonction spirituelle de poursuivre et de régénérer un lignage à qui Dieu avait confié la mission de perpétuer en ce monde son souvenir et sa présence22.

Notes

1 Parzival, K. Lachmann, Berlin - Leipzig, 1833 ; 6, 25-26.

2 Sens possible de 55, 28-29 : "werde unser zweier kindelîn / anme antlütze einem nan gelîch".

3 328, 15-17 : "sin vel hât vil spaehen glast : / er ist aller mannes varwe ein gast, / wîz unde swarz ist er / erkant".

4 Figures et couleurs, Paris, 1986, p. 140.

5 Ibid., p. 121.

6 Ibid., p. 107 ; M. Pastoureau, L'hermine et le sinople. Etudes d'héraldique médiévale, Paris, 1982, p. 285.

7 Figures et couleurs, op. cit., p. 205.

8 Ibid., p. 200. S. Singer a bien montré que cette connotation est attestée plusieurs fois chez les troubadours, Wolframs Stil und der Stoff des Parzival, Sitzungs-berichte der Kaiserlichen Akademie der Wissenschaften in Wien, Philoscphisch-historische Klasse 180 (4), Vienne, 1915, pp. 11-12.

9 L'hermine et le sinople, p. 113.

10 A. Ailes, The Origines of the Royal Arms of England. Their development to 1199, Graduate Center for Medieval Studies, Reading University, Oxford, 1982 ; E.E. Dorling, The Leopards of England, Londres, 1913. Voir J.M. Pastré, Héraldique, histoire et littérature : le léopard au cimier du F.einhart Fuchs, in Actes du Colloque d'Amiens, Histoire et littérature [sous presse].

11 Ailes, op. cit., p. 82 ; Pastoureau, Figures et couleurs, p. 163. Isidore, Liber Etymologiarum, I. XII, C. II, 11 : "Lecpardus ex adulterio leaenae et pardi nascitur".

12 Pastoureau, Figures, p. 204.

13 G. Dumézil, L'oubli de l'homme et l'honneur des dieux, Paris, 1985, p. 103.

14 E. ce Bruyne, Etudes d'esthétique médiévale, Bruges, 1946, I, p. 283 ; R. Foerstar, Scripteres Physiognomiri, Leipzig, 1893.

15 Cl. Lévi-Strauss, Paroles données, Pari, 1034. p. 132, dans le chapitre sur le mythe percevlien en Amérique.

16 P. Bancourt, les musulmans dans les chansons du geste du cycle du roi, Aix-Marseille, 1982, P. 53 ss.

17 Voir pour l'Allemagne Rudolf van Ems, Weltchronik, G. Ehrismann, Berlin, 1915, v. 1533-1604.

18 Pastoureau, Figures, pp. 36 et 194.

19 Voir J. M. Pastré, Errance romanesque et cours des astres : la carrière saturnienne d'un héros dans le "Parzival" de Wolfram, Publications du Centre d'Etudes Médiévales d'Orléans, Actes du colloque d'avril 1939, Observer, lire, écrire le ciel au moyen âge [sous presse]. Pour les couleurs associées aux trois fonctions, donc le noir (la fécondité ! et le rouge (le guerrier), voir G. Dumézil, op. cit., pp. 229-235.

20 Même identification chez W. Snelleman, Das Haus Anjou und der Orient in Wolframs "Farsival", Diss. Amsterdam, 1941, p. 22-26.

21 Michel Pastoureau nota l'abondance des lions passants en Anjou, Maine et Normandie, berceau de la famille Plantagenet ; les armes les plus anciennes connues seraient celles de Geoffroi Plantagenet (1113-51), conte d'Anjou et duc de Normandie, voir L'hermine et le sinople, op. cit., pp. 10, 109, 184 et 196.

22 Cette contribution est le développement d'un article paru dans Etudes inter-ethniques, Annales du CESERE, n° 9 (1989), sous le titre Héraldique et filiation : le corps blasonné de Feirefîz dans le "Parzival" de Wolfram von Eschenbach. Jean-Patrick Arnera fit remarquer lors du colloque que la génétique a établi, il y a peu, qu'il existe effectivement des êtres mosaïques, issus d'une fécondation double et disposant ainsi de deux pères, chacun ayant fourni une partie du code génétique. On rappellera que Belacâne eut avant Gahmuret un premier ami, mort au combat.

Auteur

Université de Rouen-Haute Normandie

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540